Provoquer : définition de provoquer


Provoquer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PROVOQUER, verbe trans.

A.− Qqn provoque qqn
1. Exciter quelqu'un, le pousser, par un défi lancé ou par des outrances d'attitude ou de langage, à une action souvent violente et appelant elle-même une riposte. Synon. défier.Provoquer un adversaire. Voltaire, dont c'était le malin plaisir, essayait de provoquer Walpole, de l'amener, par pique et par agacerie, à une discussion en règle sur le mérite de Racine et de Shakspeare (Sainte-Beuve, Caus. lundi,t. 14, 1859, p. 226).Il revint se planter devant elle, les mains nouées, cessant de ruser, la provoquant en face (Zola, E. Rougon,1876, p. 115).Vous avez tort de jouer avec le feu, Monsieur! Vous devriez savoir que mon fils n'a pas l'habitude de se laisser provoquer sans répondre! (Bourdet, Sexe faible,1931, i, p. 315).V. esclandre ex. de Céline.
[Avec un compl. prép. spécifiant le moyen] Provoquer qqn de la voix. Ce que MmeNecker ne pouvait contraindre, c'étaient les réponses de l'enfant aux personnages célèbres, tels que Grimm, Thomas, Raynal, Gibbon, Marmontel, qui se plaisaient à l'entourer, à la provoquer de questions, et qui ne la trouvaient jamais en défaut (Sainte-Beuve, Portr. femmes,1844, p. 65).Il provoque les artistes par son style, les puissances par son irrespect, les femmes par son cynisme et ses systèmes (Valéry, Variété II,1929, p. 124).Ici, il vaut mieux voir avant d'être vu. Il faut tout de même penser aux conséquences. − Tu y penses? répondis-je en m'amusant à la provoquer du regard (Gracq, Syrtes,1951, p. 224).
[Le suj. désigne le moyen] Au passif. Pendant de longs siècles, (...) [l'Église chrétienne] a été en mouvement, en progrès, tantôt provoquée par les attaques d'une opposition extérieure, tantôt déterminée, dans son propre sein, par des besoins de réforme, de développement intérieur (Guizot, Hist. civilis.,leçon 5, 1828, p. 18).
[Avec un compl. prép. spécifiant l'attribut de la pers. qui fait l'objet de la provocation] Attaqué dans sa famille et dans ses sentiments religieux, le roi était provoqué plus gravement dans ce qui ne mettait pas en cause l'homme mais le gardien des grands intérêts de la France au dehors (Bainville, Hist. Fr.,t. 2, 1924, p. 63).Quelques louches individus, provoqués dans leurs instincts et attirés par leurs sympathies, s'avisèrent de prendre la défense de leurs collègues et tombèrent sur les philosophes à bras tant raccourcis qu'allongés (Queneau, Pierrot,1942, p. 17).
P. anal. [Le compl. d'obj. désigne un animal] Ces singes, vigoureux, doués d'une extrême agilité, pouvaient être redoutables, et mieux valait ne point les provoquer par une agression parfaitement inopportune (Verne, Île myst.,1874, p. 237).Esparraguera et Gutiérrez se jetèrent à la lettre sur le taureau pour le faire tourner, le provoquant avec des exclamations rauques (Montherl., Bestiaires,1926, p. 544).
Au fig. Provoquer le destin. Quel homme, à condition qu'il réfléchisse un peu, ne se dira pas, lorsqu'il s'approche d'une femme, qu'il met le doigt dans un engrenage de malheurs, ou tout au moins un engrenage de risques, et qu'il provoque le destin? (Montherl., J. filles,1936, p. 1012).
2. En partic.
a) Provoquer qqn (dans un jeu, un sport).Lancer un défi à quelqu'un, l'inciter à se mesurer avec soi. Il eût pourtant bien souhaité de prendre quelque repos; mais le châtelain le provoqua aux échecs et ensuite au billard avec Bois-Doré, qui se fit battre (Sand, Beaux MM. Bois-Doré,t. 1, 1857, p. 43).
b) Provoquer qqn (en duel, en combat singulier).Mettre quelqu'un en demeure de se battre contre soi. Valentin provoque Faust, se bat avec lui, et reçoit une blessure mortelle (Staël, Allemagne,t. 3, 1810, p. 107).Un jour Giovanni [Cellini] ayant été insulté par un autre jeune homme, le provoqua en duel. Il se rendirent à la porte de la ville, et se battirent à l'épée (Taine, Philos. art,t. 1, 1865, p. 184).Je dis que le comte ici présent complote la mort du roi. Et s'il le nie, je le provoque en combat singulier (Grousset, Croisades,1939, p. 142).V. duel1ex. 3.
P. anal., empl. pronom. réciproque. Nos mentons se provoquent une minute, puis obéissent à cette aimantation qu'ils partagent avec le fer doux (H. Bazin, Mort pt cheval,1949, p. 95).
c) [Le suj. désigne gén. une femme] (Chercher à) exciter le désir d'un(e) éventuel(le) partenaire :
1. Quand l'accès est violent, il dégénère quelquefois en fureur utérine. Alors de jeunes filles ordinairement sages et honnêtes perdent toute raison, toute pudeur, et provoquent les hommes qui se trouvent auprès d'elles par les gestes les plus lascifs. Geoffroy, Méd. prat.,1800, p. 492.
3. P. anal., rare. Qqc. provoque + subst. désignant un organe, une partie du corps.Synon. irriter.Il sait que son maître redoute plus encore que l'air vif du matin l'odeur de résine surchauffée qui provoque sa gorge malade, le jette dans d'effrayants accès de toux (Bernanos, M. Ouine,1943, p. 1528).
B.− Qqn/qqc. provoque qqn à (vieilli).Inciter, pousser quelqu'un à.
1. + subst.Provoquer qqn au combat, au désordre, à la rébellion, à des discussions. Au moment où l'Angleterre nous provoquait à une lutte redoutable, nous étions engagés par Frédéric dans une guerre continentale (Bainville, Hist. Fr.,t. 1, 1924, p. 296).Il se demanda pourquoi l'aveu de la timidité sexuelle, qui provoque au désir les femmes dissolues, suscite le mépris des honnêtes femmes (Colette, Képi,1943, p. 181).Croyants ou incroyants, aucun livre ne nous provoque autant à la méditation que ce manuel noir timbré du monogramme de Jésus-Christ (Mauriac, Journal occup.,1945, p. 341).
Empl. pronom. réfl. L'ode politique n'a aucun caractère dans Rousseau [J.-B.] (...). Le poëte a beau se démener, se commander l'enthousiasme, se provoquer au délire, il en est pour ses frais (Sainte-Beuve, Portr. littér.,t. 1, 1829, p. 139).
Empl. abs. Le stramonium, ou pomme épineuse, exhale une odeur forte et virulente, qui rend la tête lourde et pesante, et qui provoque au sommeil, si on la respire un peu de temps (Geoffroy, Méd. prat.,1800, p. 508).Marat avait mérité son sort en provoquant sans cesse au pillage et au meurtre (A. France, Dieux ont soif,1912, p. 97).L'approche de la puberté provoque, par ses déchirements, à l'insolence (Arnoux, Zulma,1960, p. 295).
[Le compl. d'obj. désigne un attribut de la pers.] Rare. Par cela seul que la spécification et la composition du travail entretiennent et fortifient l'intelligence, elles provoquent la pensée à l'innovation et au progrès (Proudhon, Créat. ordre,1843, p. 401).
P. anal. Rare. Le jardin (...) exhalait dans la nuit la grasse odeur des terres à fleurs, nourries, provoquées sans cesse à la fertilité (Colette, Chatte,1933, p. 6).
2. + inf.Ce n'était pas la peine de m'interrompre pour me provoquer à dire ce qui n'est point (Gozlan, Notaire,1836, p. 182).Bientôt, abandonnant toute méthode, j'en vins à causer avec elle (...) lentement, l'invitant et la provoquant à me questionner à loisir (Gide, Symph. pastor.,1919, p. 890).Plus je m'accuse et plus j'ai le droit de vous juger. Mieux je vous provoque à vous juger vous-même (Camus, Chute,1956, p. 1546).
C.− Provoquer qqc.
1.
a) Qqc./qqn provoque qqc.Faire naître, être à l'origine de, susciter. Synon. causer.Tout ce qui est conventionnel provoque une réaction en sens contraire : il est impossible qu'une mode soit durable (Renan, Avenir sc.,1890, p. 442).V. amener ex. 33, asocial ex. 2, commentaire ex. 3, dégoût ex. 5, évaporation A ex. de Stocker :
2. Les exigences nouvelles de notre civilisation nous font désormais un devoir (...) de chercher le moyen de provoquer l'effort intellectuel, de faire naître la volonté d'apprendre chez le plus grand nombre possible d'enfants. L. Cros, Explosion scol.,1961, p. 93.
SYNT. Provoquer un effet, une réaction; provoquer un événement, un phénomène; provoquer (de) l'admiration, l'attendrissement, l'émotion, l'émulation, l'enthousiasme, l'étonnement, l'exaltation, l'intérêt; provoquer (de) l'affolement, l'agitation, l'angoisse, l'indignation, l'irritation; provoquer du/le chagrin, le mécontentement, le mépris, le rire; provoquer la sympathie; provoquer (de) la colère, la curiosité, la jalousie, la pitié; provoquer une rencontre; provoquer un accident, un conflit, un drame, un éclat, un esclandre, un incident, un massacre, un scandale; provoquer une bagarre, une controverse, une crise, une démission, une dispute, une émeute, une guerre, une révolution; provoquer un choc, un court-circuit, une explosion, des dégâts; provoquer du/le chômage; provoquer l'effondrement, la hausse des prix; provoquer des dépenses; provoquer un débat, une discussion, une consultation, une enquête; provoquer une décision, une réponse; provoquer des aveux, des confidences, des explications; provoquer des commérages, des protestations, des réflexions, des remous, des représailles.
Absol. Le plus artiste sera d'écrire, par petits bonds, sur cent sujets qui surgiront à l'improviste (...) De la sorte, rien n'est forcé. Tout a le charme du non voulu, du naturel. On ne provoque pas : on attend (Renard, Journal,1887, p. 6).
b) Dans le domaine de la biol., de la méd.Provoquer le sommeil; provoquer un arrêt du cœur, un malaise; provoquer une congestion, une douleur, une dysenterie, une embolie, une lésion, des nausées; provoquer une maladie; provoquer une épidémie. Tout corps étranger qui pénètre dans l'économie provoque une réaction des tissus qui cherchent à l'enrober dans une coque fibreuse (Garcin, Guide vétér.,1944, p. 13).La malaria, infection provoquée par un hématozoaire (Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 1, 1961, p. 416).L'hyperparathyroïde peut être provoquée expérimentalement par administration de très fortes doses d'extraits parathyroïdiens (Quillet Méd.1965, p. 478).V. aspérité ex. 3, colibacille ex. de Macaigne.
Rem. Amener, causer1, entraîner, occasionner peuvent dans certains cas permuter avec provoquer, cependant en biol. ou en méd., on emploiera plus volontiers provoquer.
2. Qqn provoque qqc.Prendre l'initiative de quelque chose; intenter une action; faire une demande (en justice). Provoquer une action. La flamme du foyer dévorait les papiers. En nous entendant venir, la comtesse les y avait lancés en croyant, à la lecture des premières dispositions que j'avais provoquées en faveur de ses enfants, anéantir un testament qui les privait de leur fortune (Balzac, Gobseck,1830, p. 435).L'annulation des délibérations [d'un conseil municipal] est prononcée par arrêté motivé du Préfet. Elle peut être provoquée d'office par le Sous-Préfet ou le Préfet dans un délai de quinze jours à partir du dépôt du procès-verbal de la délibération à la Sous-Préfecture ou à la Préfecture (Fonteneau, Cons. munic.,1965, p. 112).V. exception A 3 ex. du Code civil, interdiction ex. 2.
Provoquer une réunion, une session. Prendre l'initiative de convoquer une réunion, une session. Chaque semaine avait lieu la réunion provoquée par le colonel (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 15).[La commission départementale a] des attributions propres dont les principales sont la préparation des délibérations du conseil général, la possibilité de provoquer une session extraordinaire du conseil (Belorgey, Gouvern. et admin. Fr.,1967, p. 269).
REM. 1.
Provoquant, -ante, part. prés. en empl. adj.Synon. de provocant.a) V. provocant A 2 a.Il y avait quelque chose de provoquant dans son visage bourru, dans sa voix violente, dans ses éclats de rire qui nous paraissaient parfois un peu fous (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 44).Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. Une mode d'aventure et de liberté, errante et bénie, qui attrape le neuf, le piquant, le provoquant (Goncourt, Art XVIIIes.,1880, p. 3).b) V. provocant A 2 b.Puis vers la gauche, une boutique de produits d'Espagne où trône un énorme melon ovale, d'un jaune clair, provoquant, détonnant (Arnoux, Rêv. policier amat.,1945, p. 180).c) V. provocant B 2. Rire, sourire provoquant; pose provoquante; attraits, yeux provoquants.Elle avait les langueurs des filles de la Gaule (...) Sous l'habit provoquant d'un jeune cavalier (Banville, Odes funamb.,1859, p. 84).Elle lui coula un regard si naïvement provoquant qu'il fut déconcerté (Beauvoir, Mandarins,1954p. 53).V. amateur ex. 25.d) V. provocant C.Le fait est spontané, non combinatoire, et l'accent est un obstacle au lieu d'être la cause provoquante (Sauss.1916, p. 201).
2.
Provoqué, -ée, part. passé en empl. adj.[Corresp. à provoquer C 1] Anton. de spontané.[Les] « pressentiments » [de Geoffroy Saint-Hilaire] étaient presque toujours soumis au contrôle de cette sorte d'observation provoquée qui est bien voisine de l'expérience (E. Perrier, Philos. zool. av. Darwin,1884, p. 139).Une génération surgissait, pour laquelle l'acte poétique, les états d'inconscience, d'extase naturelle ou provoquée (...) prenaient rang de révélations sur le réel et de fragments de la seule connaissance authentique (Béguin, Âme romant.,1939, p. x).Il s'agit là d'une de ces contagieuses tirailleries que l'émotion déclenche parfois dans des troupes énervées, à l'occasion de quelque incident fortuit ou provoqué (De Gaulle, Mém. guerre,1956, p. 314).En partic. [En parlant d'une épreuve biol.] Vers 1908, Volhard, puis Fahr, ont mis au point diverses épreuves de concentration et de dilution provoquées des urines (Bariéty, Coury, Hist. méd.,1963, p. 697).V. hyperglycémie ex. de Bariéty et Coury, hyperpnée s.v. hyper- A 1. b β ex. de Quillet.
Prononc. et Orth. : [pʀ ɔvɔke], (il) provoque [-ɔk]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Mil. du xiies. « inciter, pousser quelqu'un par une sorte de défi ou d'appel » (Psautier Oxford, Cantique de Moïse, p. 243, 15 ds T.-L. : Si cume li aigles purvocanz a voler ses pulcins); b) mil. du xiies. empl. abs. provoquer qqn « l'inciter à la violence » (Psautier Cambridge, 5, 12, ibid.); ca 1170 trans. « inciter à (une violence) par une attitude agressive » (Rois, éd. E. R. Curtius, p. 209); 1779 provoquant (Beaumarchais, Observations [Gudin V, p. 5] ds Proschwitz Beaumarchais, p. 154); c) 1762 « exciter le désir de quelqu'un par son attitude (en parlant d'une femme) » (Rousseau, Emile ds Œuvres compl., éd. B. Gagnebin et M. Raymond, t. 4, p. 693); 1776 provoquant (Restif de La Bret., Le Paysan perverti, t. 3, p. 57); 2. 2emoit. du xves. [ms.] « être volontairement ou non la cause de quelque chose » (Brunet Latin, Trésor, éd. P. Chabaille, p. 628 [ms. Genève, Bibl. publ., fr. 160]). Empr. au lat. provocare « appeler dehors, faire venir; appeler à, exciter à, défier; faire naître quelque chose », en dr. « en appeler, faire un appel ». Fréq. abs. littér. : 2 576. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 365, b) 2 356; xxes. : a) 2 557, b) 6 134.

Provoquer : définition du Wiktionnaire

Verbe

provoquer \pʁɔ.vɔ.ke\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Inciter, exciter.
    • Elle pourrait demeurer ici, l'assaillir d'invites, de chatteries, toute la nuit provoquer son désir, répandre ses effluves. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Provoquer quelqu’un au combat.
    • Il l’a frappé, mais il avait été provoqué par beaucoup d’injures.
    • On l’avait provoqué à se battre.
    • Provoquer en duel.
  2. (Absolument) Inciter à réagir violemment.
    • Le n° 2 d’al-Qaida provoque George Bush — (Le Figaro, 23 janvier 2007)
  3. (Absolument) Inciter au désir, à la concupiscence.
    • Cette femme s’entend à provoquer les hommes.
  4. Causer ; susciter.
    • Je tombai cependant dans cette sorte de somnolence que provoquent les trépidations régulières d’un train en marche, […]. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. II, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • […] j'éprouvai pour cet officier une sympathique confiance qui s'accentua, dans la suite de nos rapports. La fréquentation des Danois a toujours provoqué chez moi des sentiments de même nature. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Le garde-chiourme parlait à une voisine. Son képi à visière carrée, son ceinturon, son dolman noir et son pantalon bleu, à passepoil jonquille, provoquaient dans la rue une grandissante curiosité. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 169)
    • L'hiver provoque autant de ravages sur les cheveux que sur la peau. — (Le Figaro, 16 mars 2007)
    • Tout ce qui attire l’attention de votre interlocuteur risque de provoquer une question. — (Saladin, Jean-Christophe, Mieux parler en public, Vuibert, Paris, 2004)
    • Si je provoque une enquête, il est certain que Mlle Préfère recevra les palmes académiques. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, p. 215.)
    • Le « Vous ferez un débat avec François Hollande » lancé par Ségolène Royal provoque l’hilarité. — (Le Figaro, 3 mai 2007)
    • En affirmant vouloir « tourner la page de mai 68 », Nicolas Sarkozy a provoqué l’ire de la gauche. — (Le Figaro, 30 avril 2007)
    • …la Corée du Nord a procédé à un tir de missile sol-mer, provoquant la mise en alerte des troupes du Sud. […] Selon les services de renseignement militaire américains, une nouvelle guerre de Corée pourrait provoquer 1 million de morts. […] Washington ne peut provoquer l’implosion de la Corée du Nord en coupant le territoire du reste du monde. […] Le pays est déjà l’un des plus pauvres de la planète et sa population, qui serait la première touchée, sort à peine d’une famine qui, depuis 1995, aurait provoqué la mort de 1 habitant sur 10 environ. — (L'Express, 6 mars 2003)
    • Arrivé la veille au matin en Argentine (…), il a la mélancolie rêveuse que provoque parfois le jetlag et, durant les deux jours de vagabondage qu'il nous accordera, cette saudade ne le quittera pas, […]. — (Philippe Azoury, Macadam à deux voix, dans — (Libération (journal)), n° 9532, cahier cinéma, p. II, 4 janvier 2012)

Verbe

provoquer \Prononciation ?\

  1. Provoquer.
    • [...] lesquelz vous aurez courouciez et provoquez par aucune confusion et par injure — (Pierre Bersuire, Titus Livius, 1354-6[1])
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provoquer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PROVOQUER. v. tr.
Inciter, exciter. Provoquer quelqu'un au combat. Il l'a frappé, mais il avait été provoqué par beaucoup d'injures. On l'avait provoqué à se battre. Provoquer en duel. Absolument, Provoquer quelqu'un, L'exciter à la lutte. Il signifie aussi Inciter au désir. Cette femme s'entend à provoquer les hommes.

PROVOQUER signifie aussi Causer, susciter. Provoquer une éruption. Ce remède provoque des vomissements. Provoquer l'hilarité. Ses paroles ont provoqué des protestations. Provoquer une émeute.

Provoquer : définition du Littré (1872-1877)

PROVOQUER (pro-vo-ké) v. a.

Je provoquais, nous provoquions, vous provoquiez ; que je provoque, que nous provoquions, que vous provoquiez.

  • 1Appeler à, exciter, inciter. Provoquer à boire. Provoquer au combat, Rotrou, Herc. mour. II, 2. Ils m'ont provoqué à courroux… et je les provoquerai à jalousie [c'est Dieu qui parle]…, Pascal, Pens. XXI, 1, éd. HAVET.

    Il peut avoir, en ce sens et pris absolument, un nom de chose pour sujet. Cela provoque au sommeil.

  • 2Faire éprouver ce qui excite, irrite. Il a frappé ; mais il avait été provoqué.

    Il peut aussi, en ce sens, avoir pour sujet un nom de chose. Ce langage le provoqua.

  • 3Causer, avec un nom de chose pour sujet. Les bulbes de plusieurs narcisses ayant en général la propriété de provoquer le vomissement, Loiseleur, Instit. Mém. sc. ph. et math. Sav. étr. t. II, p. 605. Chagrins, vapeurs mélancoliques, Dégoût de tous les biens, abattement moral, Voilà ce que l'ennui provoque en général, Delavigne, Princ. Aurél. III, 5.
  • 4Se provoquer, provoquer à soi, s'attirer. Personnes qui se provoquent la juste indignation de Dieu, Pascal, Prov. VIII.
  • 5 Terme de jurisprudence. Provoquer une action, une procédure, prendre l'initiative devant le juge, se porter demandeur pour quelque chose. Tout parent est recevable à provoquer l'interdiction de son parent, Cod. Nap. art. 490. Le mari peut, sans le concours de sa femme, provoquer le partage des objets meubles ou immeubles à elle échus qui tombent dans la communauté, ib. art. 818.
  • 6Se provoquer, v. réfl. S'adresser l'un à l'autre des provocations. Tous deux, les bras levés d'un air audacieux, Se provoquent du geste et s'attaquent des yeux, Delille, Én. v.

HISTORIQUE

XIIe s. Purvochat nostre Seigneur li peccherre [le pécheur provoqua notre Seigneur], Liber psalm. p. 10. E fist faire altels par tuz les angles de Jerusalem à deable e par tutes les citez de Juda, e forment [fortement] purvuchad à ire nostre Seignur, Rois, p. 390.

XIVe s. Et pour ce ceulz qui mettent et font ou publient les lois, il ont estimacion que il convient appeller et provoquer les gens à vertu en ceste matiere, Oresme, Eth. 326. Il se print à provoquer chascun singulierement, Bercheure, f° 31, recto.

XVIe s. Ce que l'eunuque lui disoit malicieusement, non qu'il ne sceust bien la verité, mais pour le provoquer à parler, Amyot, Artax. 19. Icelle meslange provoque beaucoup la sueur, Paré, XXIV, 27.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « provoquer »

Étymologie de provoquer - Littré

Provenç. et esp. provocar ; ital. provocare ; du lat. provocare, de pro, en avant, et vocare, appeler (voy. VOIX).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de provoquer - Wiktionnaire

(1354-6) Emprunt au latin provocare. L’ancien français avait purvocher, forme populaire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de provoquer - Wiktionnaire

(Milieu du XIVe siècle) Emprunté au latin provocare, de pro- « devant » et vocare « appeler ». Donc « appeler dehors », « faire venir », « faire naître quelque chose », d’où « défier », « inciter à une attaque, à une action violente, répréhensible, ou à y répondre » → voir provocation.
(1100-50) purvocher, l’orthographe moderne est attesté pour la 1re fois circa 1355 dans Titus Livius, par Bersuire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « provoquer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
provoquer prɔvɔke play_arrow

Conjugaison du verbe « provoquer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe provoquer

Citations contenant le mot « provoquer »

  • Selon des informations, M. Pompeo a déclaré dans son discours que l'ancien paradigme d'engagement aveugle avec la Chine avait échoué et que ce genre d'engagement n'avait pas apporté le type de changement que les Etats-Unis auraient souhaité provoquer à l'intérieur de la Chine . , La Chine demande aux Etats-Unis de cesser de nuire aux relations bilatérales
  • Les conséquences post-COVID-19: pourraient provoquer délire, encéphalite, dépression, anxiété: des spécialistes sont apparus en premier sur Radio Formula. Marseille News .net, pourrait provoquer délire, encéphalite, dépression, anxiété: spécialistes - Marseille News .net
  • Après le terrible accident qui a coûté la vie à cinq enfants sur l’A7, plusieurs lecteurs nous interrogent sur ce qui peut provoquer un feu de voiture et la conduite à tenir. Voici ce que l’on sait. LA VDN, Qu’est-ce qui peut provoquer un feu de voiture (et comment réagir)?
  • Aussi il est important de rappeler qu'une exposition trop longue au soleil peut aussi au contact de l'eau, provoquer une réaction d'hydrocution. Et pour cause, la différence entre la température de l'eau et celle du corps qui a surchauffé, est trop grande. Autre cause d'hydrocution : le vent. "Il a tendance à faire baisser la température de l'eau, alors que l'air reste très chaud". Résultat: "cette dangereuse combinaison crée des phénomènes de chocs thermiques qui peuvent là aussi, amener le baigneur à se noyer".  , Prévention noyades : appel à "lucidité" des baigneurs - RTS La radio du Sud
  • Je suis donc assez convaincu que la menace climatique planétaire actuelle pourrait provoquer des bouleversements géopolitiques de cet ordre, y compris une alliance entre la Chine et les Etats-Unis. Il faut toujours garder à l’esprit que ce n’est pas parce qu’on travaille ensemble contre une menace commune que l’on s’entend bien. Pas du tout ! C’est juste… qu’il y a menace commune en face de nous. Quand on voit la puissance que peuvent mobiliser les sociétés contemporaines, qui sont quand même parvenues à déstabiliser les équilibres planétaires d’une façon inédite, des alliances géopolitiques pour renverser cette situation dangereuse me paraissent parfaitement envisageables. Cela permettrait de traverser le XXIè siècle dans de meilleures conditions que celles qu’on peut craindre. , « La menace climatique pourrait provoquer une alliance entre la Chine et les Etats-Unis »
  • Il est difficile de provoquer de l’ennui chez un Anglais, et quand vous y parvenez, il le prend seulement comme une marque de politesse. De Margaret Halsey / With malice toward some
  • Demain est un mystère, pour tout le monde, et ce mystère doit provoquer le rire et l’envie, pas la peur ou le refus. De Marc Levy / Et si c’était vrai...
  • Vous savez ce que ça peut provoquer, la peur ? Il y en a que ça pousse à la lâcheté, d'autres à l'héroïsme. De Louis Caron / Le canard de bois
  • Si le mot "Dieu" gêne, c'est qu'il signifie vraiment quelque chose, car quel autre mot est capable de provoquer autant ? De Jacques de Bourbon Busset / Laurence ou la sagesse de l'amour
  • Des moments libres. Toute vie bien réglée a les siens, et qui ne sait pas les provoquer ne sait pas vivre. De Marguerite Yourcenar / Mémoires d'Hadrien
  • Il y a dans l'homme assez de beautés pour provoquer l'extase, comme on y trouve assez de laideurs pour vouloir le supprimer. De Eugène Cloutier / Les témoins
  • Arrêter de fumer brusquement peut provoquer des troubles de la perception. Aux Etats-Unis ils ont voté Bush. De Kad et Olivier / 100 bonnes raisons de continuer à fumer
  • La seule satisfaction réelle de l'homme, c'est de provoquer la jouissance de la femme. De Frédéric Dard / Mets ton doigt où j'ai mon doigt
  • Conduire une moto est sans aucun doute est la sensation la plus intense qu’une machine puisse provoquer. De Paul Peczon / Book Review of Speed Tribes
  • Tout bon livre doit savoir provoquer l'attente : lire, c'est attendre la suite ! De Frédéric Beigbeder
  • Dans sa tour d’acier La nature trouve un moyen Pour provoquer un désordre incroyable. De Björk / Isobel
  • Les femmes sont toutes des sottes. Elles aiment provoquer le désir des hommes et le redoutent. De Francis Bossus / La Seconde mort
  • Quand il lut quelque part que fumer pouvait provoquer le cancer, il arrêta de lire. De A. Kirwan
  • A force de provoquer le diable, on finit par le devenir.
  • Le théâtre permet de provoquer les gens intellectuellement. De Jorge Lavelli

Images d'illustration du mot « provoquer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « provoquer »

Langue Traduction
Corse provoca
Basque eragin
Japonais 挑発する
Russe провоцируют
Portugais provocar
Arabe يستفز
Chinois
Allemand provozieren
Italien provocare
Espagnol provocar
Anglais provoke
Source : Google Translate API

Synonymes de « provoquer »

Source : synonymes de provoquer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « provoquer »



mots du mois

Mots similaires