Causer : définition de causer


Causer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CAUSER1, verbe trans.

Être à l'origine de, avoir pour effet quelque chose (l'effet désigne généralement un dommage).
A.− [L'effet est exprimé par le compl. d'obj. seul, ou par le suj. agent de la forme passive du verbe] Les gelées causent de grands dégâts (Ch. Maurain, La Météor. et ses applications,1950, p. 163):
1. ... j'ai vu plusieurs fois des opérés mourir le troisième ou le quatrième jour après une opération qui avait causé une perte de sang considérable. A. Nélaton, Élémens de pathol. chir.,t. 1, 1844, p. 10.
2. Au contraire de la plupart des hommes, prêts à soulager tous les chagrins du monde fors ceux qu'ils causent eux-mêmes, il voulait qu'elle souffrît le moins possible. Montherlant, Les Lépreuses,1939, p. 1467.
[À la tournure passive] La gale est causée par un acarien (Quillet Méd.1965).
Rem. La relation de l'effet avec une pers. peut être exprimée par un compl. déterminatif ou un adj. poss. Causer la mort de qqn, causer sa mort :
3. ... les quatre ou cinq cents coups de bâton que tu réserves au cheikh de Médyk causeront infailliblement sa mort. Du Camp, Le Nil,1854, p. 149.
B.− [L'effet est exprimé par un compl. d'obj. premier complété par un compl. d'obj. second. (prép. à), qui indique le retentissement de l'effet sur une pers., ou plus rarement une chose]
1. [L'obj. second désigne une pers.; l'obj. premier désigne un désagrément physique ou moral éprouvé par cette pers.] Causer du chagrin, du mal à qqn :
4. ... il prétendait avoir un estomac délabré dont les douloureuses digestions lui causaient des insomnies continuelles; ... Balzac, Le Lys dans la vallée,1836, p. 195.
5. Je sais que vous avez participé ce matin à un de ces déjeuners d'orgie qu'il a avec une femme qui le déshonore. Vous devriez bien user de votre influence sur lui pour lui faire comprendre le chagrin qu'il cause à sa pauvre mère et à nous tous en traînant notre nom dans la boue. Proust, Le Côté de Guermantes 1,1920, p. 278.
Loc., rare. Causer (du) préjudice, (du) tort à qqn :
6. ... une peur, chez l'homme, d'être repris par sa passion, par sa « faiblesse », et, s'il revoit la femme, de lui causer tort. R. Rolland, Beethoven,t. 2, 1928, p. 541.
Rare. [L'obj. premier désigne un effet agréable] L'approbation de Votre Éminence me cause une joie précieuse (A. France, L'Orme du mail,1897, p. 8).
2. Rare. [L'obj. second. désigne une réalité vivante autre qu'une pers.] :
7. Parfois deux ou trois sangliers descendent de la montagne et causent quelques dommages aux récoltes. Bosco, Le Mas Théotime,1945, p. 149.
Rem. 1. Le caractère occasionnel [causer « occasionner »] ou nécessaire [causer « entraîner »] de la relation de cause à effet peut être exprimé par un adv. (cf. supra ex. 3 et 7). La relation nécessaire (princ. dans les cas A) ou habituelle s'exprime aussi par l'idée d'intemporalité ou de répét. habituelle jointe au temps verbal (cf. supra ex. 2 et également Ch. Maurain, loc. cit.; Quillet Méd. 1965). 2. On rencontre ds la docum. a) Le part. prés. adj. causant, ante. Qui est cause. L'individualité humaine doit, d'après cette induction très scientifique, à mon sens, doit augmenter par la mort, c'est-à-dire nous faire passer à des conditions plus divines (plus actives, productives, efficaces et causantes). Nous sommes visiblement ici des commencements, des fœtus de la vie à venir. Tout montre que nous y marchons (Michelet, Journal, 1849, p. 652). b) L'adj. causateur, trice. Qui est capable de produire un effet. Vertu, force causatrice. La volonté est une puissance causatrice (Cousin, Hist. de la philos. du XVIIIes., 1829, p. 235). c) L'adj. causeur, euse. Qui est cause de. Mâles inutiles et causeurs de troubles conjugaux (F. Vidron, La Chasse en plaine et au bois, 1945, p. 63).
Prononc. et Orth. : [koze], (je) cause [ko:z]. Ds Ac 1694-1932. Étymol. et Hist. Ca 1275 « produire, être à l'origine de » (J. de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 16881); rare av. le xvies. (cf. Delboulle ds R. Hist. litt. Fr., t. 4, pp. 297-298). Dér. de cause* « raison, motif »; dés. -er.
DÉR.
Causation, subst. fém.Action de causer; rapport de cause à effet. Les choses, dit Machiavel, procèdent gradatim, et le temps, qui dévoile la causation, est le « père de toute vérité » (Jankélévitch, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien,1957, p. 104). Seules transcr. ds Besch. 1845 et Littré : kô-za-sion. 1reattest. 1829 philos., rapport de production, de causation (Cousin, Hist. de la philos. du XVIIIes., 19eleçon, p. 246); de causer1, suff. -(a)tion*. Fréq. abs. littér. : 11.

CAUSER2, verbe.

I.− Emploi intrans.
A.− S'entretenir familièrement avec une ou plusieurs personnes de manière spontanée et en prenant son temps. Le soupirant attitré mais platonique de madame, causait tout bas avec elle dans un coin (Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, La Maison Tellier, 1881, p. 1202).Staline et moi, assis l'un près de l'autre, causâmes à bâtons rompus (De Gaulle, Mémoires de guerre,1959, p. 73):
1. Je cause avec lui d'autant plus volontiers que c'est presque tout le temps lui qui parle. Gide, Journal,1905, p. 155.
SYNT. Causer amicalement, familièrement, gaiement, gentiment, gravement, librement, longuement, sérieusement, vivement; causer à son aise, avec animation; causer ensemble; causer un brin; causer au coin du feu; le besoin, le désir, le plaisir de causer; l'art de causer; savoir causer; avoir l'occasion de causer avec qqn.
1. Causer de qqc. (avec qqn).S'entretenir de quelque chose plus ou moins longuement (avec quelqu'un). Causer de littérature, de musique, de poésie, de politique; causer d'affaires, de voyages. Après le dessert, on causait des mille riens de la journée (Zola, Thérèse Raquin,1867, p. 45).Tu peux causer de bien des choses avec lui; il est très « au courant » (Gide, Correspondance[avec Valéry], 1893, p. 192).
Loc., fam.
Causer de choses et d'autres, de choses indifférentes. S'entretenir familièrement de sujets divers au hasard de la conversation. Nous... passons aisément notre soirée au coin du feu. Là, on cause de choses et d'autres (É. Augier, Théâtre complet,t. 4, préf., 1876-77, p. XI).Nous causâmes de choses indifférentes pendant une heure environ (Billy, Introïbo,1939, p. 8).
Causer de la pluie et du beau temps. S'entretenir familièrement de choses sans grand intérêt.
2. Rare. Causer sur qqc. (avec qqn).S'entretenir de quelque chose (avec quelqu'un). Wallstein s'était enfermé avec Séni et causait sur l'astrologie (Constant, Wallstein,1809, p. 194).
B.− P. ext., pop. et fam.
1. Parler. Causer à mi-voix, à voix basse, à voix haute, tout bas. Je causerai devant vous (j'ai presque dit avec vous), Messieurs, de toutes ces choses (Sainte-Beuve, Chateaubriand et son groupe littér. sous l'Empire,t. 1, 1860, p. 35).Cause toujours, tu m'intéresses (Courteline, La Conversion d'Alceste,La Cinquantaine, 1895, p. 217):
2. Celui qui s'en va sous la nue, Triste et pâle comme un linceul, Gesticulant, la tête nue, L'œil farouche et causant tout seul; ... Cet homme a la Céphalalgie. M. Rollinat, Les Névroses,1883, p. 300.
Causer à qqn, en causer à qqn.Tout en se causant, il [Durtal] avait arpenté une longue allée qui conduisait au bout de la clôture (Huysmans, En route, t. 13, 1895, p. 299).Je voulais en causer à leur maître d'hôtel (Proust, Le Côté de Guermantes1, 1920, p. 23).
Causer en + subst. désignant une langue, un dialecte, etc.Causer en français, en anglais, en patois. Ils se mirent à causer en allemand. Le petit baragouinait, d'une façon incorrecte (R. Rolland, Jean-Christophe, La Nouvelle journée, 1912, p. 1499).
2. Parler avec énergie. Joseph d'Arimathée n'avait pas peur d'aller trouver les puissances. De causer aux puissances (Péguy, Le Mystère de la charité de Jeanne d'Arc,1910, p. 130).
Emploi abs. :
3. Il [Joseph d'Arimathée] savait parler. Il savait causer. Évidemment c'était un homme qui savait causer. Il n'avait pas peur de causer. Péguy, Le Mystère de la charité de Jeanne d'Arc,1910, p. 130.
Loc. Trouver à qui causer. Rencontrer une vive opposition. S'il se mêle de mes affaires, il trouvera à qui causer (Dub.).
3. Péj. Parler beaucoup, souvent pour ne rien dire.
Loc. fam.
C'est assez causé! Assez causé! Cessons de parler, maintenant il faut agir. À cette heure, assez causé! déclara le cocher; il faut aller prévenir la dame (J. et J. Tharaud, La Ville et les champs,1907, p. 114).
[Avec une nuance de vulgarité] Cause toujours! Il est inutile de parler, je ne t'écoute pas.
4. Bavarder de façon indiscrète, souvent médisante ou calomnieuse. Synon. jaser.Faire causer qqn. Ne lui dites que ce que vous voudrez que tout le monde sache, car il aime à causer (Ac.1798-1932).Un ancien huissier dont les allures bizarres font causer le département (Zola, Son Excellence E. Rougon,1876, p. 292).Son long corset de demoiselle, qui faisait beaucoup causer les gens, par sa tournure parisienne (Loti, Pêcheur d'Islande,1886, p. 58).
Causer de/sur qqn (avec qqn).Allons, adieu, l'on finirait par causer de nous si nous causions davantage (Balzac, Le Cabinet des antiques,1839, p. 70).Le Zèphe s'est mis à causer sur mes beaux-parents. Juliette pouvait l'entendre presque aussi bien que moi (Aymé, La Jument verte,1933, p. 289).
En partic. Révéler ce qui était gardé secret. Obéissant à un subit et irrésistible désir de causer, de tout dire (...) il [le criminel] parla (O. Méténier, La Lutte pour l'amour,1891, p. 119):
4. Écoutez, Vitalis, dit celui-ci... (Garofoli) il ne faut pas faire le méchant et me menacer de causer, parce que, de mon côté, je pourrais bien causer aussi. H. Malot, Sans famille,1878, p. 321.
II.− Emploi trans. [Le compl. non prép. est un obj. interne]
A.− [L'obj. désigne la matière, le suj. de l'entretien]
1. Fam., rare. Causer + subst. actualisé par un art. ou un adj. poss.Dire (qqc.) sur le ton familier de la causerie. La parole du professeur, debout parmi eux [les élèves], allant de l'un à l'autre, causant sa leçon (Zola, Travail,t. 2, 1901, p. 210):
5. M. de Fontanes, qui s'en tenait aux anciens, s'irritait surtout qu'on en vînt à causer comme de la prose le beau vers racinien un peu chanté. Sainte-Beuve, Portraits littér.,t. 2, 1844-64, p. 272.
2. Usuel. Causer + subst. non actualisé.Avoir pour sujet d'une conversation. Causer littérature, musique, politique; causer affaires; causer chiffons. Vous reviendrez me voir et nous taillerons de bonnes bavettes, puisque vous aimez à causer sociologie (P. Bourget, Nos actes nous suivent,1926, p. 131).
Rem. On rencontre ds la docum. la loc. vieillie causer raison. Parler le lang. de la raison. Je voulais causer raison avec toi (...) De grâce, Renée, écoute-moi (Zola, Renée, 1887, V, 8, p. 400).
B.− [L'obj. désigne une lang., un parler] Pop. ou fam.
1. [L'obj. est un subst. actualisé par un art. ou un déterminatif] Être capable de s'exprimer dans une langue. Ne causant pas la langue anglaise, j'avais tout le temps de m'amuser l'œil (Céline, Mort à crédit,1936, p. 277).
Emploi pronom. à sens passif. L'argot au bagne se cause peu, sauf par les nouveaux ou entre malfaiteurs récidivistes (A.-L. Dussort, Lettre à son frère,1929, dép. par G. Esnault, 1953, p. 2).
2. [L'obj. est un subst. non actualisé] S'exprimer effectivement devant quelqu'un dans telle langue que l'on connaît. Causons donc français et non franco-anglais (A.-L. Dussort, Des Preuves d'une existence,1927, dép. par G. Esnault, 1938, p. 95).Moi, je cause français à la vierge et elle me répond en latin (Claudel, La Rose et le Rosaire,Paris, Gallimard, 1947, p. 7).
Rem. gén. 1. Causer est un verbe qui, comme parler et à la différence de dire, s'emploie sans compl. d'obj. dir., sauf s'il s'agit d'un obj. interne (matière ou forme du lang.) cf. supra II. 2. La matière ou propos s'énonce cependant habituellement à l'aide d'un compl. prép. (habituellement de; plus rarement sur, cf. supra I A 2). Quand il s'agit de la lang. parlée effectivement (cas II B 2), la prép. en est usuelle (cf. supra I B 1). 3. Au sens de « s'entretenir familièrement » on se sert de la prép. avec pour introduire le partenaire de l'entretien. Lorsque causer signifie « parler », on introduit le destinataire par la prép. à ou les formes non prép. du pron. (lui, le, etc.). Citoyens et citoyennes de Blémont, on vous cause (Aymé, Uranus, 1948, p. 234). La prép. devant peut s'employer lorsqu'il s'agit d'un auditoire, d'une assemblée (cf. supra I B 1). 4. La tournure causer à qqn est gén. considérée comme incorrecte et n'est en usage que dans la lang. pop. ou très fam. Elle n'est attestée dans la lang. littér. que lorsque l'aut. veut suggérer une impression de familiarité. 5. On rencontre ds la docum. α) Le part. prés. adjectivé causant, fam. [En parlant de pers.] Qui cause, bavarde volontiers; qui aime à bavarder. Il y avait bien du monde à cet enterrement (...) Et les gens n'étaient guère causants (Aymé, La Jument verte, 1933, p. 191). P. méton. [En parlant d'une réunion de pers.] Où l'on cause, où l'on bavarde. Nous étions vingt-cinq à table (...) Dîner très bien servi, très causant (A. Daudet, Immortel, 1888, p. 146). β) Le néol. causoir, subst. masc. Pièce où l'on se tient pour converser. Un embryon d'antichambre précède une amorce de cabinet de travail; la chambre à coucher-salon... causoir atteint seule des proportions normales (Colette, Claudine en ménage, 1902, p. 236).
Prononc. et Orth. : [koze], (je) cause [ko:z]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1174 « faire comparaître quelqu'un en justice pour qu'il s'explique » (Garnier de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, 3135 ds T.-L. : Ne devez ... Nului de noz iglises ne des dismes causer), attest. isolée; ca 1265 pronom. « raisonner, s'expliquer » (La clef d'amors, éd. A. Doutrepont, 970); xives. trans. « id. » (Froissart, Chron., II, II, 239 Buchon ds Gdf.) − xvies. Carloix, ibid.; 2. 1572-73 [et non xiiies. Clef d'amors] « bavarder » (J.-A. de Baïf, L'Eunuque, II, 3 ds Hug.); xvies. « parler en mal de quelqu'un » (Id., ibid.; V, 2, ibid.); 1662 absol. « parler avec indiscrétion » (Molière, Ecole des Femmes, acte 2, scène 5); fin xviies. part. prés. adj. causant « qui aime à parler » (Mmede Sévigné ds Sommer, Sévigné, p. 130); 1805 p. ell. (Constant, Journaux intimes, p. 205 : Passé une heure à causer amour et fatuité avec MmeGay); 1835 causer de la pluie et du beau temps (Ac.). 1 est empr. au lat. class. causari « plaider, disputer », « alléguer, débattre des arguments » et « faire des objections pour gagner du temps »; la forme causatus de sens passif (Tertullien ds TLL s.v., 706, 67) suppose un causare attesté au vies. (Cassiodore, ibid., 706, 71); 2 est une création du fr. p. ext. de l'idée de « discussion traînant en longueur » implicite ds 1 : cf. le terme de formation pop. en a. fr. choser « blâmer » (1erquart du xiies. ds T.-L.) maintenu ds le norm. causer « blâmer » (Moisy).
STAT. − Causer1 et 2. Fréq. abs. littér. : 12 214. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 17 625, b) 24 386; xxes. : a) 20 384, b) 11 571.
DÉR. 1.
Causailler, verbe intrans.Converser familièrement de manière peu suivie sur des choses sans intérêt. Causaillé tout en regardant la statue de Philibert Emmanuel (Barbey d'Aurevilly, 1erMemorandum,1838, p. 208). 1reattest. 1838 id.; de causer, suff. -ailler*.
2.
Causoter, verbe intrans.Converser familièrement, de manière peu suivie. Après le déjeuner, on reçoit les lettres et les journaux, on lit, on causotte (L. Halévy, Carnets, t. 1, 1908, p. 226). Seule transcr. ds Passy 1914 : [kozɔte]. 1reattest. 1863 causoter (E. et J. de Goncourt, Journal, p. 1259); dimin. de causer2, suff. -oter*.
BBG. − Gottsch. Redens. 1930, p. 93. − Goug. Mots t. 2 1966, p. 63. − Intermédiaire des chercheurs et des curieux 1895, t. 32, col. 34, 176, 218; 1899, t. 40, col. 721; 1902, t. 45, col. 960; 1902, t. 46, col. 96, 267; 1904, t. 49, col. 542, 813, 932; 1904, t. 50, col. 39. − Quem.2es. t. 2 1971, p. 16. − Matoré (G.). Proust linguiste. In : [Mél. Wartburg (W. von)]. Tübingen, 1968, t. 1, p. 290. − Muller (C.). Fr. Monde. 1965, no32, pp. 55-56.

Causer : définition du Wiktionnaire

Verbe

causer \ko.ze\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Être cause de ; occasionner, provoquer.
    • On doit, sans perdre un instant, extirper la tumeur : opération qui exige la main d'un anatomiste, et qui. n'est pas sans danger pour celui qui la pratique, l'inoculation de l'ichor gangreneux pouvant causer la mort. — (Mémoires d'agriculture, d’économie rurale et domestique, 1831, page 423)
    • Les assaillants, amplement pourvus d’explosifs, causèrent, tant à Berlin qu’en Franconie, des dommages énormes. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 411 de l’éd. de 1921)
    • Vous ne vous engagerez toujours pas sans m’en parler, et nous verrons bien si vous aurez le cœur de me causer du chagrin. — (Comtesse de Ségur, L’Auberge de l’Ange-Gardien, 1888)
  2. S'entretenir familièrement avec quelqu’un ; faire la conversation.
    • […] deux femmes et un homme, assis sur des sièges grossièrement taillés à coups de hache, causaient à voix basse. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Pendant que Sophie était assise auprès de madame Necker, son tuteur causait debout avec le comte de Morvelle, dans l’embrasure d’une croisée. — (Julie de Quérangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T.2,4, 1833)
    • Sur deux sièges contigus sont assis Fulk Ephrinell et miss Horatia Bluett. Ils causent en crayonnant des chiffres. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. VI, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Ils causèrent au coin du feu ; l’intérieur plut sans doute à l’abbé, car il se mit à l’aise. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
  3. (Familier) Parler trop, parler inconsidérément.
    • Ne lui dites que ce que vous voudrez que tout le monde sache, car il aime à causer.
  4. Parler avec malignité.
    • N’allez pas si souvent dans cette maison, on en cause.

causer transitif indirect 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Populaire) Parler à quelqu’un.
    • Dis ! C’est à moi que tu causes ?
    • Eh, je t’ai pas causé !
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Causer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CAUSER. v. tr.
Être cause de, occasionner. Il a pensé causer un grand malheur. Causer du dommage. Causer la guerre. Causer de la joie. Causer de la douleur, du chagrin. Causer du scandale.

Causer : définition du Littré (1872-1877)

CAUSER (kô-zé) v. a.
  • Être cause, occasionner. Qu'il a fait un larcin de rôt ou de fromage, Égratigné quelqu'un, causé quelque dommage, La Fontaine, Fabl. III, 18. Quel que soit le plaisir que cause la vengeance, C'est l'acheter trop cher…, La Fontaine, ib. IV, 13. Je m'en tais, et ne veux leur causer nul ennui, La Fontaine, ib. IV, 8. Cela causa leur malheur, La Fontaine, ib. IV, 6. Le trop superbe équipage Peut souvent en un passage Causer du retardement, La Fontaine, ib. IV, 6. Vous savez ses malheurs, vous les avez causés, Racine, Iphig. III, 4. Je veux l'attendre ici ; les chagrins qu'il me cause M'occuperont assez tout le temps qu'il repose, Racine, Brit. I, 1. Si Dieu n'a rien en lui-même par où il puisse causer en nous les volontés libres, Bossuet, Libr. arb. 3.

HISTORIQUE

XIVe s. …en la maniere que aucuns le disoient et se causoient [se fondaient sur] de ce que la fin est melleur que n'est la generacion de la fin, Oresme, Eth. 220.

XVe s. Nostre roy est le seigneur du monde qui le moins a causé [été cause] de user de ce mot de dire : J'ai privilege de lever sur mes subgectz ce que il me plaist, Commines, V, 18.

XVIe s. Elle monstre que toutes ces choses sont causées [fondées] en Jesus Christ, comme en estant le fondement, Calvin, Instit. 1066. Au moyen de quoi, lui fut facile de causer [motiver] son voyage là dessus, Despériers, Contes, V. Il mourut d'une apoplexie que ce coup luy causa, Montaigne, I, 74. Cela m'a causé me restraindre de trop grande liberalité, Palissy, 11. Donnant à entendre que… : langaige causé [développé comme cause et motif] et contenu en ladicte ordonnance, Carloix, VIII, 3.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. CAUSER. Ajoutez :
2Donner pour motif (sens inusité). Cela insinue beaucoup en causant comme petit-fils de Sa Majesté [en donnant pour motif de la décision le titre de petit-fils], Saint-Simon, t. VIII, p. 194, éd. Chéruel.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « causer »

Étymologie de causer - Littré

Cause ; espagn. cauzar ; ital. causare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de causer - Wiktionnaire

Du latin causari.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « causer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
causer koze play_arrow

Conjugaison du verbe « causer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe causer

Évolution historique de l’usage du mot « causer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « causer »

  • Parmi les 21 patients hospitalisés, 16 personnes, dont 14 enfants de l'école maternelle, présentaient des symptômes du syndrome hémolytique et urémique (SHU), un type d'E.coli qui peut causer une insuffisance rénale. Parmi eux, quatre sont actuellement sous dialyse. Agence de presse Yonhap, Bactérie E.coli : 58 intoxications liées à une école maternelle d'Ansan | AGENCE DE PRESSE YONHAP
  • Isis, femelle python de 2 ans, aura défrayé la chronique pendant 4 jours. Echappée de son appartement du centre-ville de Rennes, elle a fait beaucoup causer. Elle a été retouvée ce samedi soir dans un bosquet au pied de son immeuble. France 3 Bretagne, Rennes : le python, Isis, retrouvé sain et sauf
  • Nous pouvons causer pendant toute une vie sans rien dire que répéter indéfiniment le vide d'une minute. De Marcel Proust / A l’ombre des jeunes filles en fleurs
  • Le dedans et le dehors ne peuvent être séparés sans causer de grands dommages à la vérité. De Paul Auster / Moon Palace
  • Oeuvrer n'est rien ou si peu. Encore faut-il savoir causer de l'oeuvre. De Micheline France / Le talent d'Achille
  • Dans le plaisir à deux on peut échanger ses pensées. Dans la masturbation on sait jamais à qui causer. De Pierre Perret / Papa-maman
  • Il suffit d'un très petit degré d'espérance pour causer la naissance de l'amour. De Stendhal
  • Toutes les femmes sont fatales ; on commence par leur devoir la vie, elles finissent par causer notre perte. De Antoine Blondin / Certificats d'études
  • Je préfère une vérité nuisible à une erreur utile : la vérité guérit le mal qu'elle a pu causer. De Johann Wolfgang von Goethe
  • Nous passons notre vie à causer de ce mystère : notre vie. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • Quel ravage un être peut causer par la seule force de sa séduction. De Sacha Guitry / Quadrille
  • Un des charmes du mariage est de causer des déceptions aux deux. De Stanley Kubrick / Eyes wide shut
  • La tentation d’une belle femme peut causer votre perte - si vous avez de la chance. De Groucho Marx
  • Procréer, causer, lutter, vivre, cela se fait à deux. Mourir, non. Tout seul. Comme un grand. De André Wurmser
  • Louer ou censurer ce que tu ne comprends pas peut causer préjudice. De Léonard de Vinci
  • Un homme meurt sans causer au monde aucun dommage. De Proverbe bambara

Traductions du mot « causer »

Langue Traduction
Portugais causar
Allemand verursachen
Italien causare
Espagnol causar
Anglais cause
Source : Google Translate API

Synonymes de « causer »

Source : synonymes de causer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « causer »



mots du mois

Mots similaires