La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « merveilleux »

Merveilleux

Variantes Singulier Pluriel
Masculin merveilleux
Féminin merveilleuse merveilleuses

Définitions de « merveilleux »

Trésor de la Langue Française informatisé

MERVEILLEUX, -EUSE, adj. et subst.

I. − Adjectif
A. − Qui cause un vif étonnement par son caractère étrange et extraordinaire. Elle conte une de ces histoires merveilleuses qu'elle imagine si joliment (Goncourt,Journal,1884, p.373).Quelle révélation doit être, pour un aveugle-né, les premiers, les douloureux et merveilleux accents du jour sur la rétine! (Valéry,Variété IV,1938, p.111):
1. ... cette femme-là le contemplait avec une face étrange, à la fois intelligente et animale, oui, la face d'une bête merveilleuse, impassible, qui ne connaît pas le rire. Mauriac,Désert am.,1925, p.72.
Fam. et p. iron. Vous êtes un homme merveilleux. «Vous êtes un homme étrange, extraordinaire par vos sentiments, par vos manières» (Ac.).
En partic. Qui tient du prodige ou de la magie. Baume, élixir merveilleux; guérison merveilleuse; pouvoirs, dons merveilleux. Quand le bruit des cures merveilleuses opérées par Jésus en Galilée vient à se répandre au loin, Hérode-Antipas croit que Jean-Baptiste est ressuscité des morts (P. Leroux,Humanité,1840, p.747).Cécile est invulnérable; elle jouit, et elle le sent bien, d'une immunité merveilleuse (Duhamel,Cécile,1938, p.10):
2. ... il existe sur la haute montagne, à l'orient de Bagdad, une plante merveilleuse nommée l'herbe d'or, parce qu'elle a la vertu de changer en or les plus vils métaux. Genlis,Chev. Cygne,t.2, 1795, p.210.
[P. allus. à Aladin ou la Lampe merveilleuse, conte des Mille et une nuits] Je vous dirai que, comme il ne me manque, pour être dans la situation d'Aladin, que la fameuse lampe merveilleuse, je ne vois aucune difficulté à ce que, pour le moment, vous m'appeliez Aladin (Dumas père, Monte-Cristo,t.1, 1846, p.397).
Il est merveilleux de + inf., il est merveilleux que + subj.Elle a mis son existence en un danger où il est merveilleux qu'elle n'ait pas succombé (Sand,Lélia,1839, p.473).Il est merveilleux d'avoir vingt-trois ans, d'être découvert par un acteur en tournée (Brasillach,Corneille,1938, p.199).
B. −
1. Qui suscite l'étonnement et l'admiration en raison de sa beauté, de sa grandeur, de sa perfection, de ses qualités exceptionnelles. Synon. admirable, extraordinaire.
a) [En parlant d'un inanimé] Château, palais merveilleux; paysage, spectacle, tableau merveilleux; oeuvre, statue merveilleuse; instinct merveilleux; beauté merveilleuse. Monsieur de Mortsauf fut patient, plein d'obéissance, ne se plaignit jamais et montra la plus merveilleuse docilité (Balzac,Lys,1836, p.211).Elle [l'abeille] porte en avant, au dehors de sa bouche, un unique et merveilleux instrument de dégustation, la trompe, longue langue extérieure (Michelet,Insecte,1857, p.344).
Loc. interj. C'est merveilleux! Comme monsieur Edgard travaille! C'est merveilleux! (Barrière, Capendu,Faux bonsh.,1856, i, 6, p.17).Je guéris la fièvre avec le quina, sans savoir comment, c'est merveilleux! Je n'y comprends rien et j'en suis bien content (Cl. Bernard, Princ. méd. exp.,1878, p.113).
b) [En parlant d'une pers. ou d'une qualité] Acteur, artiste merveilleux; talent merveilleux; dextérité, intelligence merveilleuse. Une jeune fille de mine modeste, qu'accompagne un officier de cavalerie autrichienne, un merveilleux hussard bleu et argent (Rostand,Aiglon,1900, i, p.3).Cet entraîneur de la rue [Déroulède], cet orateur de plein air, c'est un merveilleux censeur (Tharaud,Déroulède,1914, p.180):
3. Quelque imparfait que vous soyez, vous pouvez suffire à l'amour d'un être merveilleux, mais l'être merveilleux ne suffira pas à votre amour si vous n'êtes point parfait. Maeterl.,Sag. et dest.,1898, p.310.
Merveilleux de.Il a été merveilleux de courage et de présence d'esprit (Maurois,Silences Bramble,1918, p.164).Question de trouver la pitance, ils étaient devenus, nos mignards, merveilleux d'entrain, d'ingéniosité (Céline,Mort à crédit,1936, p.606).
2. P. hyperb. Excellent, remarquable. Repas, voyage merveilleux. Les muscats ont été merveilleux cette année; les draps de cette fabrique sont merveilleux (Ac.).
II. − Substantif
A. − Subst. masc. sing. à valeur de neutre
1. Ce qui surprend l'esprit par son caractère extraordinaire, inexplicable. Retrancher le merveilleux de la vie de l'enfant, c'est procéder contre les lois mêmes de la nature (Sand,Hist. vie,t.2, 1855, p.156).Nous devons nous résigner à voir le merveilleux de la nature peu à peu grignoté par la science (J. Rostand,La Vie et ses probl.,1939, p.98):
4. On parle beaucoup du merveilleux. Encore faudrait-il s'entendre et savoir ce qu'il est. S'il me fallait le définir, je dirais que c'est ce qui nous éloigne des limites dans lesquelles il nous faut vivre et comme une fatigue qui s'étire extérieurement à notre lit de naissance et de mort. Cocteau,Diff. d'être,1947, p.62.
2. [Dans une oeuvre de fiction] Ce qui est prodigieux, fantastique, féerique; en partic., intervention d'êtres, de moyens surnaturels. Le merveilleux de la mythologie; le merveilleux chrétien, païen. L'emploi du merveilleux, du fantastique, du surnaturel dans les films de J. Cocteau (Dub.).Il est certain que les poëtes n'ont pas su tirer du merveilleux chrétien, tout ce qu'il peut fournir aux Muses (Chateaubr.,Génie,t.1, 1803, p.491).Walter Scott élevait donc à la valeur philosophique de l'histoire le roman, (...) il y faisait entrer le merveilleux et le vrai, ces éléments de l'épopée (Balzac,Av.-pr. Com. hum.,1842, p.xxviii):
5. Le merveilleux, comme le sacré dont il semble le domaine mineur, appartient au Tout-Autre, à un monde parfois consolant et parfois terrible, mais d'abord différent du réel. Malraux,Voix silence,1951, p.512.
B. − Subst. masc. ou fém., HIST. DU COST. [Sous le Directoire et au début du xixes.] Jeune élégant(e) à la mise excentrique. Depuis dix ans, l'Angleterre nous a fait deux petits cadeaux linguistiques. À l'incroyable, au merveilleux, à l'élégant (...) ont succédé le dandy, puis le lion (Balzac,A. Savarus,1842, p.8).Vous ne savez pas, mes enfants, que j'ai été une des merveilleuses de ce temps-là (...). Il y a eu des mirliflores et des généraux qui se sont battus pour moi! (Nerval,Bohême gal.,1855, p.156).Les modes des Merveilleuses allaient de pair avec celles des Incroyables (Leloir1961):
6. Il est au monde un être, on le nomme lion (...) Noble et d'antique souche, il compte pour ancêtres Les muguets, raffinés, mirliflors, petits-maîtres, Muscadins, merveilleux, incroyables. Pommier,Colifichets,1860, p.116.
P. anal. [Au Prado] Ce qui est charmant, ce sont les beaux chevaux de selle andalous, sur lesquels se pavanent les merveilleux de Madrid (Gautier,Tra los montes,1843, p.90).Serrées dans leurs peaux de panthères, étroites, flexibles, les merveilleuses de Park Avenue, à coeurs de fauve, arrivaient (Morand,Bouddha,1927, p.172).
REM. 1.
Mer-mer, adj.Parmi les raccourcissements les plus notables: (...) mer-mer (merveilleusement merveilleux ou merveilleusement mérovingien, bref: super) (P. Daninos, Conversation-service ds Le Figaro, 6 juill. 1956, 1 ds Quem. DDL t.23).
2.
Merveillosité, subst. fém.,rare. Caractère merveilleux de quelque chose. Un tempérament mystique jusqu'à la merveillosité (Goncourt,Ch. Demailly,1860, p.158).
Prononc. et Orth.: [mε ʀvεjø], [-ve-], fém. [-ø:z]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 «qui dépasse les limites ordinaires» (Roland, éd. J. Bédier, 370); 2. 1684 subst. masc. (La Fontaine, Remerciement à l'Académie françoise ds Œuvres, éd. Regnier, t.8, p.319); 3. 1741 «élégant excentrique» (Gaudet, Bibliothèque, 28 ds Brunot t.6, p.1302). Dér. de merveille*; suff. -eux*. Fréq. abs. littér.: 4207. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 5342, b) 5572; xxes.: a) 6396, b) 6500. Bbg. Delb. Matér. 1880, p.202 (s.v. merveillosité). _ Duch. Beauté. 1960, p.105. _ Gall. 1955, p.455. _ Gohin 1903, p.297. _ Quem. DDL t.16.

Wiktionnaire

Nom commun 2 - français

merveilleux \mɛʁ.vɛ.jø\ ou \mɛʁ.ve.jø\ masculin (pour une femme, on dit : merveilleuse) singulier et pluriel identiques

  1. (Histoire) (À l’époque) Personne qui affectait une élégance excentrique.
    • Un merveilleux, une merveilleuse.
    • Ce qui est charmant, ce sont les beaux chevaux de selle andalous, sur lesquels se pavanent les merveilleux de Madrid. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • Je ne comprends pas que les femmes, ordinairement clairvoyantes en ce qui concerne leur beauté, ne s’aperçoivent pas que leur suprême effort d’élégance arrive tout au plus à les faire ressembler à une merveilleuse de province, résultat médiocre. L’ancien costume est si parfaitement approprié au caractère de beauté, aux proportions et aux habitudes des Espagnoles, qu’il est vraiment le seul possible. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
  2. (Cuisine) Petit gâteau originaire de Belgique.
  3. (Textile) Satin de soie épais utilisé pour la doublure des chapeaux.

Nom commun 1 - français

merveilleux \mɛʁ.vɛ.jø\ ou \mɛʁ.ve.jø\ masculin singulier

  1. (Littéraire) Intervention des êtres surnaturels, dans un poème épique ou dramatique.
    • […] leur penchant naturel pour le merveilleux se trouva stimulé par l’air de satisfaction avec lequel l’éminent personnage qui présidait l’assemblée écoutait leur récit. — (Walter Scott, Ivanhoé, ch. XXXVII, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Un autre capitaine […] se promenait avec une Bible et exploitait le goût des indigènes pour le merveilleux et leur penchant à discuter les légendes bibliques, qui par certains côtés ressemblent à leurs légendes païennes, […] — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Grâce au monde végétal va s'ouvrir la porte du merveilleux : ainsi, le parfum des plantes touchées par un arc-en-ciel, aussi suave, selon Pline, que celui de l’alhagi. — (André-Julien Fabre, Mythologie et plantes médicinales de l'Antiquité, publié dans Histoire des Sciences Médicales. volume 37(1), 2003, page 65)
  2. Ce qui, dans un événement, dans un récit, s’éloigne de l’ordre naturel et du cours ordinaire des choses.
    • Notre incompréhension devant l’inconnu a dressé aux quatre coins du monde un atlas mythologique. Des centaines d'endroits où la virginité et le merveilleux se sont mués en eldorados, en paradis perdus, en enfers verts, en mirages et en abîmes. — (Michel Udiany, L'histoire des mondes imaginaires: De la Tour de Babel à l'Atlantide, Éditions Jourdan, 2015, en avant-propos)

Adjectif - français

merveilleux \mɛʁ.vɛ.jø\ ou \mɛʁ.ve.jø\

  1. Qui cause une grande admiration, mêlée d’une sorte de surprise.
    • Un esprit merveilleux. - C’est un homme merveilleux. - On ne vit jamais rien de plus merveilleux. - C’est une pièce merveilleuse.
    • Cela a produit un effet, obtenu un succès merveilleux. - Un événement merveilleux. - Un récit accompagné de circonstances merveilleuses.
    • Sa gourmandise était merveilleuse et les gens du pays en tiraient orgueil. Il restait à table six heures d’affilée, sans parler, sans tourner la tête, sans remuer seulement le bout des pieds, mangeant, mangeant, mangeant. — (Ernest Pérochon, Nêne, 1920)
  2. Qui est excellent en son espèce.
    • À l’en croire, c’était lui qui dansait, qui levait la jambe, qui se dandinait, tellement il se donnait de mal pour communiquer à ces merveilleuses mais stupides créatures un peu du feu sacré dont il les prétendait dépourvues. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Les muscats ont été merveilleux cette année. - Les draps de cette fabrique sont merveilleux.
  3. (Familier) (Ironique) Étrange, extraordinaire par ses sentiments, par ses manières.
    • Vous êtes un homme merveilleux.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MERVEILLEUX, EUSE. adj.
Qui cause une grande admiration, mêlée d'une sorte de surprise. Un esprit merveilleux. C'est un homme merveilleux. On ne vit jamais rien de plus merveilleux. C'est une pièce merveilleuse. Cela a produit un effet, obtenu un succès merveilleux. Un événement merveilleux. Un récit accompagné de circonstances merveilleuses. Il signifie aussi Qui est excellent en son espèce. Les muscats ont été merveilleux cette année. Les draps de cette fabrique sont merveilleux. Fam. et par ironie, Vous êtes un homme merveilleux, Vous êtes un homme étrange, extraordinaire par vos sentiments, par vos manières.

MERVEILLEUX s'emploie comme nom dans le langage de la littérature pour signifier l'Intervention des êtres surnaturels dans un poème épique ou dramatique. Le merveilleux de la mythologie. Il a emprunté le merveilleux de son épopée à la magie, à la féerie. Dans ce poème, le merveilleux se réduit à l'emploi de personnages allégoriques. On distingue le merveilleux chrétien et le merveilleux païen. Il signifie aussi Ce qui, dans un événement, dans un récit, s'éloigne de l'ordre naturel et du cours ordinaire des choses. Voilà le merveilleux de l'aventure, de l'histoire. Il s'est dit aussi substantivement, à l'époque du Directoire, de Celui, de celle qui affectaient une élégance excentrique. Un merveilleux, une merveilleuse.

Littré (1872-1877)

MERVEILLEUX (mèr-vè-lleû, lleû-z', ll mouillées, et non mèr-vè-yeû) adj.
  • 1Qui tient de la merveille. Et loin de te blâmer, tant que j'aurai de voix, Je pourrai publier tes merveilleux exploits, Mairet, Mort d'Asdr. II, 3. Seigneur, cette surprise est pour moi merveilleuse, Corneille, Pomp. I, 4. Je ne sais qui fut ta nourrice ; Mais ton corps me paraît en merveilleux état, La Fontaine, Fabl. II, 16. C'était le temps où elle devait être livrée à elle-même, pour mieux sentir dans la suite la merveilleuse victoire de la grâce, Bossuet, Anne de Gonz. De ses traits et des miens le merveilleux rapport Ne saurait envers vous justifier sa mort, Quinault, Agrip. II, 4. Ce cousin des quatre fils Aimon Dont tu lis quelquefois la merveilleuse histoire, Boileau, Ép. X. Et en effet, grand Dieu ! vos serviteurs pourraient-ils mener sur cette terre de malédiction la vie sainte et merveilleuse qu'ils mènent, si vous n'étiez sans cesse avec eux ? Massillon, Paraph. ps. XV, V. 2.

    Il se dit aussi des personnes. Vous savez comme le roi a donné deux mille livres de pension à Mlle de Scudéry… elle fut remercier Sa Majesté… c'était une affaire que de recevoir cette merveilleuse Muse, Sévigné, 5 mars 1683. La Mousse [un cartésien] est fort glorieux d'avoir fait en vous une si merveilleuse écolière, Sévigné, à Mme de Grignan, 20 sept. 1671. Et les villes, et les montagnes, et les pierres mêmes y parlaient de ces hommes merveilleux, Bossuet, Hist. II, 3. Il n'est plus question, à l'heure qu'il est, de savoir si Homère, Platon, Cicéron, Virgile, sont des hommes merveilleux ; c'est une chose sans contestation, puisque vingt siècles en sont convenus : il s'agit de savoir en quoi consiste ce merveilleux, Boileau, Longin, Subl. réfl. 7. Quel sera quelque jour cet enfant merveilleux ? Racine, Athal. II, 9. Parut-il jamais un homme plus merveilleux [que Jésus-Christ], plus divin dans ses œuvres et dans toutes les circonstances de sa vie ? Massillon, Avent, Divinité de J. C.

    Par plaisanterie. Embrasse-moi, car tu es trop merveilleux, Hamilton, Gramm. 3.

    Par ironie. Toi qui crois tout savoir, merveilleux Furetière, La Fontaine, Épigr. contre Furetière. Le monde est merveilleux dans ses idées, et prend bien plaisir à se tromper, Bourdaloue, Pensées, t. I, p. 418.

    Familièrement et par ironie. Vous êtes un merveilleux homme, c'est-à-dire vous êtes un homme étrange, extraordinaire par vos sentiments, par vos manières.

  • 2Excellent en son espèce. Voilà du vin merveilleux. Du Metz avait remarqué dès hier un endroit qu'il prétend merveilleux pour battre la citadelle à revers, Pellisson, Lett. hist. t. III, p. 212, dans POUGENS. Ces poulets sont d'un merveilleux goût, Boileau, Sat. III. Voilà donc le fruit de cette éducation merveilleuse dont ton père était si vain ! Diderot, Père de famille, II, 8.
  • 3 S. m. Ce qu'il y a d'excellent. Il a du bon et du louable, qu'il gâte par l'affectation du grand et du merveilleux, La Bruyère, XI. À l'égard de son éducation si vantée, je n'en vois pas le merveilleux, Genlis, Adèle et Théod. t. III, p. 161, dans POUGENS.
  • 4Ce qui, dans un événement, dans un récit, s'éloigne du cours ordinaire des choses. [Corneille] inspiré d'un génie extraordinaire et aidé de la lecture des anciens, accorda heureusement la vraisemblance et le merveilleux, et laissa bien loin derrière lui tout ce qu'il avait de rivaux, Racine, Disc. pron. à la récept. de Th. Corn. Le comte, qui n'avait point parlé jusque-là, tant il était frappé du merveilleux de cette aventure…, Lesage, Diable boit. ch. 5, dans POUGENS. Le merveilleux, qui n'est que le faux qui fait plaisir à croire, augmente et croît à mesure qu'il passe par un plus grand nombre de têtes, Buffon, Quadrup. t. VI, p. 6.
  • 5Ce qui est produit par l'intervention des êtres surnaturels. Tite-Live, à qui le merveilleux fait tant de plaisir à raconter, Buffon, Hist. min. Introd. Œuvr. t. VII, p. 210. C'est surtout sur le siècle de Thésée que les Grecs se sont plu à répandre un merveilleux qui fait connaître leur esprit et leur caractère, Condillac, Hist. anc. I, 13. L'homme aime le merveilleux ; moi-même je me surprends à tout moment sur le point de m'y livrer, Diderot, Opin. des anc. philos. (pythagorisme). Le merveilleux naturel est pris, si je l'ose dire, sur la dernière limite des possibles… le merveilleux surnaturel est l'entremise des êtres qui, n'étant pas soumis aux lois de la nature, y produisent des accidents au-dessus de ses forces, ou indépendants de ses lois, Marmontel, Élém. litt. Œuvr. t. VIII, p. 363, dans POUGENS. L'histoire, assujettie aux lois de la critique, rejetait le merveilleux, Barthélemy, Anach. Introd. part. II, sect. 3.
  • 6L'intervention d'êtres surnaturels comme dieux, anges, démons, génies, fées, dans les poëmes et autres ouvrages d'imagination. Les poëmes ont plus du merveilleux, quoique toujours invraisemblables ; les romans ont plus du vraisemblable, quoiqu'ils aient quelquefois du merveilleux, Huet, Origine des romans, p. 5. Le merveilleux même doit être sage ; il faut qu'il conserve un air de vraisemblance, et qu'il soit traité avec goût, Voltaire, Ess. poésie ép. ch. 9. Les poëtes n'ont pas su tirer du merveilleux chrétien tout ce qu'il peut fournir aux muses, Chateaubriand, Génie, II, V, 7.

    Merveilleux allégorique, celui où, au lieu de personnages surnaturels, on personnifie les facultés ou les sentiments et on leur suppose une action physique sur ceux qui les possèdent. Le merveilleux allégorique est toujours froid. Notre religion est très susceptible d'une espèce de merveilleux que Voltaire a jugé praticable puisqu'il a essayé de le mettre en œuvre, et il n'a su qu'une fois en tirer parti, La Harpe, Lycée, III, I, 2.

  • 7Dans le langage familier, un merveilleux, une merveilleuse, celui, celle qui affecte de belles manières, et qui a beaucoup de prétentions. Un jeune merveilleux. Non, tous nos merveilleux près d'elle ont échoué, Lanoue, Coquette corr. I, 1. Ils aiment beaucoup mieux Dans les sociétés faire les merveilleux, Al. Duval, Tyran domest. I, 6.

    Adjectivement. Mon cher marquis, M. le vicomte de Melville est beaucoup trop merveilleux pour moi, Genlis, Théât. d'éduc. le Voyageur, II, 6.

    Merveilleuse pour femme à la mode s'est dit particulièrement sous le Directoire.

HISTORIQUE

XIe s. Dist Blancandrins : merveillus hom est Charles, Ch. de Rol. XXVII. La bataille est merveilluse et pesant, ib. CCXLV.

XIIe s. Il lui dona un mervellos destrier, Roncisv. 30. La bataille est mout merveillose et dure, ib. 64.

XIIIe s. Par foi, fit ele alors, merveille ai egardée [d'une épée fée qui avait tranché une enclume] ; Pour che vueil que soiez merveilleuse apelée, Doon de Maïence, V. 6924. Celle berrie [plaine] commençoit à unes tres grans roches merveilleuses qui sont en la fin du monde devers Orient, Joinville, 262.

XVe s. Les fortunes de mer sont perilleuses et pernicieuses, et l'air de Portingal chaud et merveilleux, Froissart, II, III, 18. Les Romains, qui sont merveilleux et traitres, seront maistres et seigneurs, Froissart, II, II, 20. Et conceut une très merveilleuse haine contre luy, Commines, III, 2.

XVIe s. Il advint, pendant qu'on les bastissoit, un accident merveilleux, Amyot, Pér. 30. Les Atheniens firent une merveilleuse responce aux Lacedemoniens, de laquelle Aristide fut auteur, Amyot, Arist. 25.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

MERVEILLEUX. Ajoutez :

Rayure merveilleuse, voy. RAYURE.

Carabine merveilleuse, ancienne carabine rayée qui présentait jusqu'à 133 rayures.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « merveilleux »

De merveille, du latin mirabilia (« chose admirable ») devenu, en latin populaire *miribilia avec le suffixe -eux (« Plein de »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Merveille ; Berry, marveilleux ; bourg. morvouillou ; provenç. meravillos, meravillios ; catal. maravellos ; espagn. maravilloso ; ital. maraviglioso.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « merveilleux »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
merveilleux mɛrvɛjø

Fréquence d'apparition du mot « merveilleux » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « merveilleux »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « merveilleux »

  • La mort est ce merveilleux instant ou le lâcher-prise devient spontané.
    Michel Random
  • Toutes les petites bêtes d'un jardin merveilleux s'apprêtent à faire une grande fête en l'honneur de Marguerite, la reine des abeilles. Loulou le pou, Mireille l'abeille, Belle la coccinelle, Siméon le papillon, Marie la fourmi, Léon le bourdon et Carole la luciole sont les premiers à se réjouir des festivités à venir. La tranquillité de cette paisible communauté est bouleversée quand arrive Apollon le grillon, un saltimbanque nomade...
    Télé 7 Jours — Drôles de petites bêtes (France 4) Quel célèbre humoriste français double Loulou le Pou ?
  • Ce soir, nous sommes deux devant ce fleuve qui déborde de notre désespoir. Nous ne pouvons même plus penser. Les paroles s’échappent de nos bouches tordues, et, lorsque nous rions, les passants se retournent, effrayés, et rentrent chez eux précipitamment.On ne sait pas nous mépriser.« Nous pensons aux lueurs des bars, aux bals grotesques dans ces maisons en ruines où nous laissions le jour. Mais rien n’est plus désolant que cette lumière qui coule doucement sur les toits à cinq heures du matin. Les rues s’écartent silencieusement et les boulevards s’animent: un promeneur attardé sourit près de nous. Il n’a pas vu nos yeux pleins de vertiges et il passe doucement. Ce sont les bruits des voitures de laitiers qui font s’envoler notre torpeur et les oiseaux montent au ciel chercher une divine nourriture.Aujourd’hui encore( mais quand donc finira cette vie limitée) nous irons retrouver les amis, et nous boirons les mêmes vins. On nous verra encore aux terrasses des cafés.Il est loin, celui qui sait nous rendre cette gaieté bondissante. Il laisse s’écouler les jours poudreux et il n’écoute plus ce que nous disons.  » Est-ce que vous avez oublié nos voix enveloppées d’affections et nos gestes merveilleux? Les animaux des pays libres et des mers délaissées ne vous tourmentent-ils plus? Je vois encore ces luttes et ces outrages rouges qui nous étranglaient. Mon cher ami, pourquoi ne voulez-vous plus rien dire de vos souvenirs étanches? L’air dont hier encore nous gonflions nos poumons devient irrespirable. Il n’y a plus qu’à regarder droit devant soi, ou à fermer les yeux: si nous tournions la tête, le vertige ramperait jusqu’à nous.Itinéraires interrompus et tous les voyages terminés, est-ce que vraiment nous pouvons les avouer ? Les paysages abondants nous ont laisser un goût amer sur les lèvres. Notre prison est construite en livres aimés, mais nous ne pouvons plus nous évader, à cause de toutes ces odeurs passionnés qui nous endorment.
    André Breton et Philippe Soupault —  Les Champs magnétiques
  • Caresser est plus merveilleux que se souvenir.
    André Pieyre de Mandiargues — La Marge
  • Le raisonnement par analogie est un merveilleux outil de travail.
    François Michelin
  • Quand intelligence et sensibilité sont en parfait équilibre, on a le merveilleux acteur.
    Charlie Chaplin — Ma vie
  • Rare et merveilleux n’étonnent pas plus d’une semaine.
    Proverbe amharique
  • Si les talons hauts étaient si merveilleux, les hommes en porteraient.
    Sue Grafton
  • Le merveilleux est toujours beau, il n'y a même que le merveilleux qui soit beau.
    André Breton — Manifeste du surréalisme
  • Le mystère est le meilleur artisan du merveilleux.
    Ursula Le Guin — La Main gauche de la nuit
Voir toutes les citations du mot « merveilleux » →

Traductions du mot « merveilleux »

Langue Traduction
Anglais wonderful
Espagnol maravilloso
Italien meraviglioso
Allemand wunderbar
Chinois 精彩
Arabe رائع
Portugais maravilhoso
Russe чудесно
Japonais 素晴らしい
Basque zoragarria
Corse meravigliosa
Source : Google Translate API

Synonymes de « merveilleux »

Source : synonymes de merveilleux sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « merveilleux »

Combien de points fait le mot merveilleux au Scrabble ?

Nombre de points du mot merveilleux au scrabble : 23 points

Merveilleux

Retour au sommaire ➦