La langue française

Bienheureux, bienheureuse

Sommaire

  • Définitions du mot bienheureux, bienheureuse
  • Étymologie de « bienheureux »
  • Phonétique de « bienheureux »
  • Évolution historique de l’usage du mot « bienheureux »
  • Citations contenant le mot « bienheureux »
  • Traductions du mot « bienheureux »
  • Synonymes de « bienheureux »
  • Antonymes de « bienheureux »

Définitions du mot bienheureux, bienheureuse

Trésor de la Langue Française informatisé

BIENHEUREUX, EUSE, adj. et subst.

A.− Qui représente une chance très favorable, qui est signe ou promesse de bonheur :
1. ... on disparaît pendant des années, et puis, un bienheureux jour, on revient au village sans prévenir, avec des galons sur sa manche, rapportant beaucoup d'argent gagné à la peine, ramenant la joie et l'aisance au pauvre logis abandonné. Loti, Mon frère Yves,1883, p. 15.
2. J'avouerai ici à ma honte que je profitai de l'ombre et du repos des deux nuits passées dans ces fers et sur cette paille pour manger, que dis-je? déguster, savourer le bienheureux pâté de perdreaux, en cachette, en suisse... Verlaine, Mes prisons,1893, p. 367.
3. Bienheureuse ignorance des uns, qui ne le sachant pas, et en essayant, ont eu une chance d'aller plus loin. Malheureux savoir des autres, qui n'est pas savoir faire, et que le snobisme pourrit. P. Schaeffer, À la recherche d'une mus. concr.,1952, p. 178.
En partic., domaine moral.[En parlant d'une pers., d'une qualité hum., etc.] Qui est ou qui rend très heureux, qui se trouve ou qui met dans un état psychique très satisfaisant grâce à l'accomplissement des principales aspirations humaines. (Quasi-)synon. béat, enchanté, ravi :
4. Ô bienheureux qui peut encore espérer de surnager dans cet océan d'erreurs! On use de ce qu'on ne sait point, et ce qu'on sait, on n'en peut faire aucun usage. Nerval, Faust,1840, p. 55.
5. Il s'aperçut qu'il avait peu à peu repoussé vers la vieillesse, pour « quand il aurait le temps », ce qui fait douce la vie des hommes. Comme si réellement on pouvait avoir le temps un jour, comme si l'on gagnait, à l'extrémité de la vie, cette paix bienheureuse que l'on imagine. Saint-Exupéry, Vol de nuit,1931, p. 86.
[P. réf. au Discours sur la Montagne, Matthieu, V, 3] Bienheureux les pauvres en esprit. Très heureux ceux qui savent librement renoncer aux biens terrestres.
Rem. S'emploie souvent à la forme exclamative dans cette accept. notamment (sans doute à cause de la valeur intensive que prend bien dans ce composé).
B.− RELIGION
1. (Celui, celle) qui a été élu(e), qui jouit de la béatitude éternelle. Esprits bienheureux, la bienheureuse Vierge Marie; séjour des bienheureux :
6. Les manichéens, dans leurs fictions sacrées sur le retour des ames à l'air parfait et à la colonne de lumiere, figuraient ces mêmes signes par douze vases attachés à une roue qui, en circulant, élevait les ames des bienheureux vers le foyer de la lumière éternelle. Dupuis, Abr. de l'orig. de tous les cultes,1796, p. 587.
P. anal., fam. [P. réf. à certaines représentations plastiques des Élus] Avoir l'air d'un bienheureux. Avoir un air épanoui, serein (attesté dans la plupart des dict. gén. des xixeet xxes.);dormir comme un(e) bienheureux(euse) (cf. O. Feuillet, Le Journal d'une femme, 1878, p. 70);se réjouir ou rire comme un bienheureux (cf. Mérimée, Lettres à une inconnue, t. 1, 1870, p. 14).
P. iron. :
7. ... horreur Saint-Père horreur nous vîmes la bienheureuse sainte Albumine dans une bouteille emprisonnée et tout en haut du haut de l'église la bienheureuse sainte Camomille empalée sur le clocher ... Prévert, Paroles,1946, p. 151.
2. (Celui, celle) qui a été béatifié*(e) par l'Église, mais non (encore) canonisé*(e) :
8. On ouvrit les granges à Bayle, pour donner abri aux pèlerins qui venaient à l'hospice vénérer les cendres du Bienheureux Père Gaschon. Pourrat, Gaspard des montagnes,Le Pavillon des amourettes, 1930, p. 261.
PRONONC. : [bjε ̃nœ ʀø], fém. [-ø:z]. Dub. note [ø] à la place de [œ] par harmonisation vocalique.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. Fin xiies. adj. « (d'une chose) qui satisfait l'âme, qui donne de la félicité » (Dial. du pape Greg., éd. W. Foerster, XXII, 8, p. 155); 2. ca 1190 adj. « qui jouit d'un bonheur parfait (ici de la béatitude) » (Serm. de S. Bern., p. 13 dans DG); 1680 subst. masc. plur. théol. (Rich. : Bienheureux. Ceux qui jouïssent au Ciel d'une félicité sans bornes); 1690 (Fur. Bienheureux se dit aussi de ceux qui sont morts en odeur de sainteté, et que l'Eglise a destinés pour être canonisés, dont elle approuve cependant la veneration). Composé de bien* adv. et de heureux*. A remplacé les plus anc. bieneüré (ca 1160, Wace, Brut dans Keller) et boneüré/bueneüré (1174, G. de Pont Ste Maxence, Vie de St Thomas, 3245).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 934. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 295, b) 1 182; xxes. : a) 1 738, b) 1 186.
BBG. − Cohen 1946, p. 41, 75. − Goug. Lang. pop. 1929, p. 15.

Wiktionnaire

Adjectif

bienheureux \bjɛ̃.nœ.ʁø\ masculin

  1. Qui a ou qui procure beaucoup de bonheur.
    • Ils ont ainsi émis la thèse selon laquelle la vie de l'homme préhistorique, pour bienheureuse qu'elle était, ainsi que nous l’a enseigné Rousseau, n'en était pas moins aussi ennuyeuse, à telle enseigne que cet homme d’autrefois fut naturellement amené à inventer un art pour se distraire. — (Bénédicte de Villiers, La pré-histoire chez Kant et Rousseau : Roman ou conjecture ?, dans Littérature et savoir(s), sous la direction de Sophie Klimis & Laurent van Eynde, Bruxelles : Publications des Facultés universitaires Saint Louis, 2002, p. 102)
    • Que le soleil est beau quand tout frais il se lève,
      Comme une explosion nous lançant son bonjour !
      Bienheureux celui-là qui peut avec amour
      Saluer son coucher plus glorieux qu’un rêve !
      — (Charles Baudelaire, Le coucher du soleil romantique)
  2. (Théologie) Qui jouit de la béatitude éternelle.
    • Les esprits bienheureux, les âmes bienheureuses.

Nom commun

bienheureux \bjɛ̃.nœ.ʁø\ masculin (pour une femme on dit : bienheureuse) singulier et pluriel identiques

  1. (Par substantivation) (Religion) Personne qui jouit de la béatitude éternelle.
    • A cette nouvelle, femmes et filles se placèrent autour du cercueil du bienheureux, s'entr'exhortant à le défendre vaillamment. — (Gustave Fraipont; Les Vosges, 1923)
  2. (En particulier) Personne que l’Église catholique romaine, par un acte solennel qui précède la canonisation, reconnaît et déclare avoir été admis à jouir de la béatitude éternelle.
    • Le 3 avril 2014, le pape François élevait le bienheureux François de Laval (1673-1708) au rang de saint. — (Xavier Lecœur ,- Saint François Laval, premier évêque de Québec- Journal La Croix, page 16, 2-3 mai 2015)

Forme d’adjectif

bienheureuse \bjɛ̃.nœ.ʁøz\

  1. Féminin singulier de bienheureux.

Nom commun

bienheureuse \bjɛ̃.nœ.ʁøz\ féminin singulier

  1. Féminin singulier de bienheureux.

Forme d’adjectif

bienheureuse \bjɛ̃.nœ.ʁøz\

  1. Féminin singulier de bienheureux.

Nom commun

bienheureuse \bjɛ̃.nœ.ʁøz\ féminin singulier

  1. Féminin singulier de bienheureux.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BIENHEUREUX, EUSE. adj.
Qui a ou qui procure beaucoup de bonheur. L'Écriture dit : Bienheureux ceux qui sont persécutés pour la justice. État bienheureux. Séjour bienheureux. Vie bienheureuse. En termes de Théologie, il signifie Qui jouit de la béatitude éternelle. Les esprits bienheureux, les âmes bienheureuses. Dans cette acception, il est employé comme nom. Le séjour des bienheureux. Il se dit particulièrement de Ceux que l'Église, par un acte solennel qui précède la canonisation, reconnaît et déclare avoir été admis à jouir de la béatitude éternelle. Fam., Avoir l'air d'un bienheureux, Avoir une figure vénérable, l'air recueilli ou Avoir la figure joyeuse, épanouie. On dit aussi quelquefois Se réjouir comme un bienheureux.

Littré (1872-1877)

BIENHEUREUX (biè-neu-reû, reû-z' ; quelques-uns disent, à tort, biin-neu-reû, en donnant à biin le son nasal de in dans in-digne) adj.
  • 1Qui a la félicité, le bonheur. Je le trouve bienheureux de vous avoir vue, Sévigné, 15. Ô bienheureux mille fois L'enfant que le Seigneur aime, Racine, Cant. Allez, et soyez ce bienheureux époux, Racine, Mithr. III, 1. Ô ciel ! je serais ce bienheureux coupable ! Racine, ib. II, 6.

    Il se dit des choses. Ce bienheureux moment n'est pas encor venu, Corneille, Poly. IV, 3. Et ce soin bienheureux n'a rien qui vous déplaise, Corneille, Agésil. I, 1. Du don qu'il me fait Voudrez-vous retarder le bienheureux effet ? Corneille, Cinna, III, 4. Et je croyais toucher au bienheureux moment, Racine, Baj. I, 4. Dans la solitude de Ste-Fare, autant éloignée des voies du siècle que sa bienheureuse situation la sépare de tout commerce du monde, Bossuet, Anne de Gonz.

  • 2Dans le style religieux, qui jouit de la béatitude éternelle. On les eût pris pour ces enfants du ciel, pour ces esprits bienheureux, dont la nature est de s'aimer, Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virg.

    Par extension. Du séjour bienheureux de la divinité Je descends dans ce lieu par la grâce habité, Racine, Esth. Prol.

    Substantivement, ceux qui sont admis à jouir de la béatitude éternelle, et, en particulier, ceux que l'Église, par un acte solennel qui précède la canonisation, reconnaît et déclare avoir été admis à jouir de la béatitude éternelle. Celui qui obtient les honneurs de la béatification porte le titre de Bienheureux.

    Familièrement. Avoir l'air d'un bienheureux, avoir l'air vénérable, recueilli ; et aussi avoir une figure joyeuse, épanouie. Se réjouir comme un bienheureux, se livrer à la joie, aux divertissements.

REMARQUE

L'Académie dit que bienheureux a vieilli (excepté dans le style religieux), et qu'on l'écrit aujourd'hui en deux mots. Cela n'est pas tout à fait exact. Bien heureux doit s'écrire en deux mots quand il signifie : qui a le bonheur de : je le tiens bien heureux, il est bien heureux d'avoir échappé à ce péril. Mais bienheureux, en un seul mot, a une autre nuance, et désigne celui qui a la félicité, le bonheur.

HISTORIQUE

XIIIe s. Dont nous poons bien dire que il fu plus bienoeureus que Titus l'empereur de Rome, Joinville, 298.

XVIe s. Bienheureuse est la main qui la ploya, Et qui vers moy de grace l'envoya ; Bienheureux est, qui apporter la sceut, Marot, I, 372. Confesse donc que je [la mort] suis bienheureuse, Puis que sans moy tu ne peus estre heureux, Marot, III, 289.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

BIENHEUREUX, ce terme a diverses acceptions. En Théologie, il signifie ceux à qui une vie pure & exempte de toutes souillures, ouvre le royaume des cieux. Qui pourroit peindre l’étonnement de l’ame, lorsque la mort venant à déchirer tout-à-coup le voile qui l’environne dans un corps mortel, & à rompre tous les liens qui l’y attachent, elle est admise à la vision claire & intuitive de la divinité ! là se dévoilent à ses yeux les profondeurs incompréhensibles de l’Etre divin, la grandeur ineffable de son unité, & les richesses infinies de son essence : là disparoissent les contradictions apparentes des mysteres, dont la hauteur étonne notre raison, & qui sont enveloppés & comme scellés pour nous dans les Ecritures : là s’allume dans l’ame cet amour immense, qui ne s’éteindra jamais, parce que l’amour divin sera son aliment éternel. V. Paradis, Vision intuitive.

Le terme de bienheureux est aussi pris pour ceux à qui l’Église décerne dans ses temples un culte, subordonné néanmoins à celui qu’elle rend à ceux qu’elle a canonisés. La béatification est un degré pour arriver à la canonisation. Voyez ces articles.

Bienheureux se dit, en Morale, de ceux qui coulent dans une heureuse tranquillité des jours purs & exempts de nuages & de tempêtes, voyez Bonheur ; ou plûtôt bienheureux s’applique à des événemens particuliers ; heureux à tout le système de la vie. On est bienheureux d’avoir échappé à tel danger ; on est heureux de se bien porter. (X)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « bienheureux »

Composé de bien et heureux.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bien, heureux. L'ancienne langue avait plus richement développé ce thème ayant : bieneürer, bieneüré, bieneürant, bieneüreté.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « bienheureux »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bienheureux bjɛ̃nœrø

Évolution historique de l’usage du mot « bienheureux »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bienheureux »

  • La vie, ce poids bienheureux mais si lourd à porter. A supporter. De Pierre-O. Gagnon
  • Celui qui méprise son prochain pèche, mais celui qui a compassion du pauvre sera bienheureux. De La Bible / Le livre des proverbes
  • Le sentiment n'est peut-être qu'une illusion du désir, mais bienheureux qui la partage. De Maurice Chapelan / Amours, amour
  • Un futur miraculé profite plus qu'on ne pense des bienheureuses coïncidences de la providence. De David Gilbert / Presqu'Il
  • La plus grande partie du corps ne parle que pour souffrir. Tout organe qui se fait connaître est déjà suspect de désordre. Silence bienheureux des machines qui marchent bien. De Paul Valéry / Cahiers I
  • La vision romantique de notre monde comme un d'éden bienheureux n'est revendiquée que par des gens qui n'ont aucune véritable connaissance de la nature. De Michael Crichton / L'environnementalisme comme religion, 2003
  • Ceferino Namuncurá est le premier bienheureux né en Argentine. Fils d’un chef de la tribu Mapuche, un peuple indigène vivant au Chili et en Argentine, il sent en son cœur un grand désir de Dieu et demande à son père l’autorisation d’aller étudier à Buenos Aires. Seul autochtone dans sa classe, il est la cible de moqueries cruelles et de blagues racistes. Mais si les propos le blessent son comportement témoigne d’une grande douceur à l’égard de tous. Il entre finalement dans l’ordre salésien afin de devenir prêtre mais meurt de tuberculose à l’âge de 18 ans. « Ceferino est un reflet fidèle et un fruit des valeurs de nos peuples d’origine que l’Église apprécie et encourage », dira de lui par la suite son évêque. Il est fêté le 11 mai. Aleteia : un regard chrétien sur l’actualité, la spiritualité et le lifestyle, Ces figures de l’Église ont combattu le racisme
  • En lien avec le postulateur de Charles de Foucauld, le père Ardura, l’association Amitiés Charles de Foucauld se mobilise à son tour pour savoir si cela peut constituer un second miracle attribué au bienheureux. Pour mémoire, que ce soit pour la reconnaissance de vertus ou d’un miracle, il y a une double enquête faite par l’Église. La première se déroule là où a eu lieu l’événement et la seconde à Rome au sein de la Congrégation pour la cause des saints. C’est ainsi que l’enquête diocésaine démarre en 2017. « Mgr Delmas, l’évêque d’Angers a nommé une commission qui a pu interroger le jeune charpentier, des témoins, des médecins… Validant la force de cet événement, l’évêque nous a permis d’envoyer le dossier à Rome », explique Laurent Touchagues. Aleteia : un regard chrétien sur l’actualité, la spiritualité et le lifestyle, Le miracle qui va faire de Charles de Foucauld un saint
  • A 78 ans, ce retraité bienheureux conduit pourtant bien une McLaren 720S Spider de 720 chevaux. Il a même déjà parcouru 4000 kilomètres au volant de la machine anglaise, et roule quotidiennement avec l'auto. Mais attention, l'homme n'est pas un néophyte en matière de voitures de prestige : il possède aussi une vieille Cobra et même une Ford GT40. Pour lui, pas question de passer la retraite à rouler en SUV diesel... Turbo.fr, Pour une retraite réussie, il s'achète une Mclaren 720S à 78 ans
  • Sachant que l'acteur est lui-même auteur-compositeur, (il a enregistré son premier album à l’âge de 14 ans), c'est un rôle taillé sur mesure. Parfois même un peu trop, car il ne crée aucune fraîcheur ou spontanéité chez le héros... Britt Robertson, quant à elle, apporte à son personnage une douceur et une pudeur en adéquation avec le thème traité, celui de la maladie. Elle interprète avec justesse une jeune femme à la foi ébranlée, mais au sourire inaltérable et à la bonne humeur constante. Malgré la difficulté de ne pas verser dans le cliché de la martyre bienheureuse, la comédienne remporte le défi haut-la-main ! Quant à la mise en scène, elle manque hélas un peu de relief, même si certaines séquences sont plutôt poétiques, comme celle où le couple admire les étoiles. J'y crois encore, avec ses quelques défauts et maladresses, demeure un spectacle très émouvant, et il va vous rappeler à quel point l'amour est une force ! melty, J'y crois encore : KJ Apa (Riverdale) au coeur d'un drame musical poignant mais imparfait, notre critique | melty

Traductions du mot « bienheureux »

Langue Traduction
Anglais blessed
Espagnol beato
Italien beato
Allemand geliebt sei
Portugais bem-aventurado
Source : Google Translate API

Synonymes de « bienheureux »

Source : synonymes de bienheureux sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « bienheureux »

Partager