Innocent : définition de innocent


Innocent : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

INNOCENT, -ENTE, adj.

A. − Vieilli, littér. [Le déterminé désigne un être ou une chose, considérés du point de vue de l'effet produit, sans idée d'intention ni de jugement moral] Qui, par nature, ne fait pas de mal à autrui, n'a pas d'effet nuisible. Synon. inoffensif; anton. dangereux, malfaisant, nocif, nuisible.
1. [En parlant d'une pers. ou d'un animal] Innocent agneau, innocentes bestioles. Je dois rendre les loups innocents et timides (Chénier, Bucoliques,1794, p. 190).Penser que M. Lavisse est un inoffensif homme de bureau, un innocent pédagogue (Péguy, Argent,1913, p. 1201):
1. ... enthousiastes et du bien et du mal, faisant le premier sans en exiger de reconnoissance, le second sans en sentir de remords, ne se rappelant ni leurs crimes, ni leurs vertus, (...) individuellement les plus aimables des hommes, en corps les plus détestables de tous; charmants dans leur propre pays, insupportables chez l'étranger, tour à tour plus doux, plus innocents que la brebis qu'on égorge, et plus féroces que le tigre qui déchire les entrailles de sa victime : tels furent les Athéniens d'autre-fois, et tels sont les François d'aujourd'hui. Chateaubr., Essai Révol., t. 1, 1797, p. 112.
2. [En parlant d'une substance, d'un objet matériel, d'un élément naturel] Remède innocent, drogue innocente; innocent aliment. Tenant d'une main le Koran et s'appuyant de l'autre sur un innocent sabre de bois, commémoratif du glaive du prophète (Du Camp, Nil,1854, p. 34).Il suffisait, le plus souvent, de changer une lettre dans une formule pour passer d'un innocent tinctorial à un redoutable explosif (P. Rousseau, Hist. techn. et invent.,1967, p. 323).
[En parlant d'une maladie] Synon. usuel bénin.La maladie la plus innocente pour un homme sain sera mortelle pour lui [MrMarneffe] (Balzac, Cous. Bette,1847, p. 173).
3. [En parlant d'un comportement ou d'une production de l'être hum. (parfois d'un animal)] Propos innocent (synon. anodin); innocent bavardage, persiflage, juron; innocente plaisanterie, raillerie, manie. Perdue dans la lecture céleste d'un innocent bouquin du vieux fonds (Goncourt, MmeGervaisais,1869, p. 42).L'innocent enroulement d'une couleuvre sans venin (Barrès, Jard. Oronte,1922, p. 82).V. incommoder ex.
Rem. Lorsque le déterminé désigne un comportement propre à l'être humain, il peut y avoir interférence entre cet emploi A 3 et l'emploi B 1 b.
B. − [Le déterminé désigne essentiellement un être hum. ou une de ses manifestations; avec une idée d'intention et de jugement moral]
1. [En rapport avec la conception chrétienne du péché]
a) [En parlant d'un être hum.]
α) Qui n'est pas souillé par le mal, le péché; incapable de le commettre, par ignorance; qui ne pense pas à mal. Synon. pur, candide.Innocente créature; petit enfant innocent; innocent comme l'enfant, l'agneau qui vient de naître; Dieu créa l'homme innocent. On sentait, en le voyant, un de ces êtres bienveillants, innocents et purs, qui progressent en sens inverse de l'humanité vulgaire, que l'illusion fait sages et que l'expérience fait enthousiastes (Hugo, Travaill. mer,1866, p. 233).À onze ans, Costals, qui lui non plus n'était pas né innocent (les innocents ne voient pas ces choses-là), avait découvert un trou fait par Brunet dans la porte du lavabo de Mlledu Peyron (Montherl., J. filles,1936, p. 991):
2. Par le péché l'homme a soustrait à Dieu son corps, le service de son corps (à qui toute la nature se rattache solidairement). Il cesse d'être adapté. Ce qu'il a dérobé innocent, il ne peut le rendre pécheur. Claudel, Corresp. [avec Gide], 1906, p. 65.
[En parlant d'une apparence, d'une manière d'être générale] Cœur, œil, regard, visage, air innocent; âme innocente; âge innocent (v. artésien ex. 5).Cristal immaculé, plus pur et plus splendide Que l'innocent esprit de la vierge candide (Leconte de Lisle, Poèmes ant.,1852, p. 331).Ce profil innocent incliné sur un livre, et si enfantin qu'on s'attend à ce qu'une boucle glisse de l'épaule et cache soudain la page (Larbaud, Barnabooth,1913, p. 290).Il eût pu demeurer près de maman, continuer une vie innocente (Guéhenno, Jean-Jacques,1952, p. 217).
En partic. Qui ignore les choses sexuelles, qui n'en a pas l'expérience. Synon. chaste (v. bergerie ex. 5).Quand je touche sa chaste personne, son corps innocent, il me semble que j'y gagne quelque chose de sa vertu (Michelet, Journal,1851, p. 149).Rêvant d'elle sans cesse, j'entrai en agonie à l'image de ses amants. Je l'aurais voulue innocente (Maurras, Chemin Paradis,1894, p. 73).
Emploi subst. Ne pas la mettre dans les pensionnats, où les innocentes se corrompent (Zola, Pot-Bouille,1882, p. 66).V. supra Montherl., J. filles, 1936, p. 991.
Tout jeune enfant. Ces chers innocents que nous berçons et que nous réchauffons sur notre cœur ne sont ni fiers ni ingrats, eux! (Sand, Hist. vie, t. 4, 1855, p. 225).Des chérubins roses, des fillettes aux yeux bleus hallucinants d'infinie candeur, des innocents de deux ans, savent déjà la règle du jeu (Frapié, Maternelle,1904, p. 115).
En partic. Les (saints) Innocents. Enfants en bas âge massacrés sur l'ordre d'Hérode. Les étoiles, descendues avec toi [Jésus] du ciel étaient si près de la terre, que les saints Innocents pouvaient les saisir dans leurs mains (France, Thaïs,1890, p. 153).[Surtout dans le syntagme massacre des Innocents] . Il [Brueghel] a placé le Massacre des Innocents dans un pauvre village, sous la neige, dix chaumières autour d'un clocher, l'étang et le ruisseau gelés, un escadron de fer, piques levées, qui ferme les issues (Faure, Hist. art,1914, p. 480).P. métaph. :
3. ... ce fut l'enrôlement de plusieurs milliers d'enfants de six à huit ans. J'eus beau me débattre, il me fallut céder à leur unanimité, en les prévenant toutefois que j'en chargeais leur conscience. Qu'en résulta-t-il? que le public murmura, déclama beaucoup et nous couvrit de ridicule, qualifiant l'opération de massacre des innocents. Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 285.
Rem. Apparaît dans des noms de lieux : cimetière, charnier, fontaine, marché, square des Innocents.
HIST. DU COST. Robe à l'innocente ou innocente. ,,Robe flottante sans ceinture, mise à la mode par Mmede Montespan qui pensait ainsi dissimuler ses grossesses`` (Leloir 1961).
β) Qui n'a pas conscience, qui ne se rend pas compte des choses; qui a une trop grande ignorance des réalités, surtout dans ce qu'elles peuvent avoir de mauvais. Synon. naïf, crédule.Me mépriserez-vous comme innocent et juvénile si je vous avoue que l'acte d'accusation de M. Rivière m'a fait pleurer? (Flaub., Corresp.,1873, p. 75).Ce qui (...) ne lui coupe pas ses effets auprès d'un auditoire à la fois ébaubi, innocent, crédule et jovialement charrieur (Arnoux, Solde,1958, p. 68).Emploi subst. Pauvre innocente! tu ne sais rien des choses de ce monde (Balzac, Fille yeux d'or,1835, p. 398).
Qui n'est pas au courant de quelque chose. Mais quand je t'ai interrogée, tu me connaissais; et tu m'as menti avec des airs si innocents! (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 474).
Faire l'innocent, jouer (à) l'innocent. Faire semblant de ne pas savoir quelque chose. Moi, jouant l'innocent, je pris à part MmeElmire, et, après quelques propos, je lui demandai : « C'est le père de votre enfant? » (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Père, 1887, p. 746).Mais oui, ne faites pas l'innocent... j'ai déjà interrogé Misard, l'homme qui a épousé la mère de votre maîtresse (Zola, Bête hum.,1890, p. 92).
Simple d'esprit. Synon. crétin, idiot, demeuré.Une vieille fille, dont les bombardements ont un peu ébranlé la raison et qu'un essai de traitement a rendu presque innocente (Tharaud, Relève,1919, p. 3).
Emploi subst. Cette admiration obstinée de l'innocent pour ma veste et pour mes souliers me fit venir une idée (Lamart., Tailleur pierre,1851, p. 524).Jacques travesti en innocent de village (Gracq, Beau tén.,1945, p. 75).
Proverbe. Aux innocents les mains pleines. Les simples réussissent dans leurs entreprises (d'apr. Péguy, Porche Myst., 1911, p. 190).
(Ce) grand innocent (de). (Cet) imbécile (de). Traiter qqn de grand innocent. Oh! céleste volaille! grand innocent, va! répliqua Asmodée [à l'ange] (Hugo, Rhin,1842, p. 195).Il n'y a pas jusqu'à ce grand innocent de Pascal qui ne nous compromette, en faisant de la philanthropie à la suite des insurgés (Zola, Fortune Rougon,1871, p. 265).
b) [En parlant d'une action hum. ou de son résultat] Qui n'est pas dicté par l'intention de mal faire, que l'on ne peut condamner. Anton. blâmable, condamnable, répréhensible.C'était un faible adoucissement à la contrainte aiguë qui venait de troubler un plaisir innocent (Las Cases, Mémor. Ste Hélène, t. 1, 1823, p. 298).Il n'y a plus rien d'innocent dans vos démarches. Vous avez fait de telles folies que désormais c'est à moi d'être prudente (Fromentin, Dominique,1863, p. 235).Quelque divertissement innocent, comme une fête de village sans arrière-pensée (Gracq, Beau tén.,1945p. 22):
4. En vérité, c'était pour servir et pour honorer jusqu'à la fin cette affection presque sans histoire, cette affection qui n'aura pas vécu beaucoup plus de trois mois et qui va maintenant s'endormir au fond de mon cœur, entre les souvenirs innocents que je peux évoquer sans rougir. Duhamel, Maîtres,1937, p. 195.
SYNT. Innocent(s) stratagème, entretiens; goûts innocents; innocente(s) amitié, gaîté, malice, occupation, caresses, pensées; joie, ruse, amours innocente(s).
Jeux innocents. Jeux de société, dénués de tout caractère équivoque, où l'on impose une pénitence légère à celui qui se trompe. Comme on jouait au jeu innocent du gant, Veber jeta le sien sur la tête de Beaubourg et lui brisa son lorgnon sur les yeux (Renard, Journal,1896, p. 316).Je me contiens encore, je garde le calme crispé et correct du mari dont on embrasse la femme aux petits jeux innocents (Colette, Cl. ménage,1902, p. 203).
P. ext. et souvent p. antiphrase. Il était des jeux moins innocents; la chronique arabe, fort scandalisée, rapporte que les mamelouks de Saladin ne résistaient pas aux séductions des ribaudes qui suivaient l'armée franque (Grousset, Croisades,1939, p. 261).En haine des pieuses rivales qui l'ont mises elle-même en interdit, repoussée peu à peu, sournoisement, des rives heureuses où la société bien pensante se livre à ses jeux innocents (Bernanos, M. Ouine,1943, p. 1358).
En partic. [Dans une phrase négative ou de sens négatif] Qui (n')est (pas) gratuit, qui (n')implique (pas) d'arrière-pensée (idéologique ou autre). J'avais mis le nez dans l'autobiographie de Trotsky avec des idées de derrière la tête qui, je l'avoue, n'étaient point toutes innocentes (Mauriac, Mém. intér.,1959, p. 133).On a beaucoup étudié, ces dernières années, une notion qui a été longtemps synonyme de rêveries, de plans tirés sur la comète, et qui s'est révélée loin d'être innocente : l'utopie (J.-F. Six, L'Humilité de la vérité ds Études, déc. 1980, p. 671).
2. [Avec une idée de responsabilité personnelle] Qui n'est pas, volontairement, à l'origine de quelque chose de mauvais.
a) [En parlant d'un être hum. exclusivement]
α) Qui n'a pas commis un acte répréhensible ou délictueux. Anton. coupable.
Homme, accusé innocent; personne innocente; innocente victime; innocent ou coupable; innocent et réhabilité; croire, déclarer, reconnaître qqn innocent; présumé innocent (v. culpabilité ex. 5).Ce premier sentiment qui saisit tout être innocent à l'audition d'un crime (Balzac, Corresp.,1829, p. 425).Elle se l'imaginait innocent et sous les verrous, éclaboussé de cet affreux scandale, la vie dévastée, salie à jamais (Zola, Argent,1891, p. 366):
5. La semaine dernière, un de mes... enfin... vagues camarades, anarchistes ou se disant tel, est accusé d'avoir barbotté la caisse. Il était innocent. Il fait appel à mon témoignage. Naturellement, je le défends. Malraux, Espoir,1937, p. 612.
[P. méton. du déterminé] Sang innocent, mains innocentes. Il y a des crimes qui restent impunis, dit-il, parce qu'on ne connaît pas les criminels, et qu'on craint de frapper une tête innocente pour une tête coupable (Dumas père, Comte Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 550).V. admettre ex. 32.
Emploi subst., gén. au masc. Être, personne innocent(e). On exécutait des innocents pour prouver qu'on savait tuer (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Coup d'état, 1882, p. 176).Que le plus clair résultat de toutes leurs belles phrases serait de faire d'eux les geôliers d'un innocent (Clemenceau, Vers réparation,1899, p. 454).Des milliers et des milliers d'innocents vont être sacrifiés! (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 619).
SYNT. Innocent (injustement) attaqué, condamné, opprimé, puni; innocent réhabilité; acquittement, condamnation d'un innocent; charger, condamner, punir, tuer, épargner un innocent; envoyer, mettre, garder, maintenir un innocent au bagne, en prison; un innocent paie, périt, souffre.
Au fém., rare. Son âme ne doit trouver de repos que si les larmes d'une innocente persécutée baignent cette bague maudite (Dumesnil, Hist. théâtre lyr.,1953, p. 118).
Innocent de qqc.Innocent d'un crime, d'un meurtre, d'un vol, d'une trahison. Le fils est innocent des fautes de son père (Ponsard, Honn. et argent,1853, III, 1, p. 61).L'aimable créature, innocente de ce complot (Bloy, Femme pauvre,1897, p. 148).Je me sentais innocent de toute tentative d'empoisonnement (France, Pt Pierre,1918, p. 125):
6. ... il est arrivé à André Gide et à moi-même d'être sollicités de porter à Hitler les pétitions de protestation contre la condamnation de Dimitrov, innocent de l'incendie du Reichstag. C'était un grand honneur pour nous (il n'y avait d'ailleurs pas foule). Lorsque maintenant Dimitrov au pouvoir fait pendre Petkov innocent qui est-ce qui a changé? Gide et moi, ou Dimitrov? Malraux, Conquér.,1949, p. 174.
β) P. ext.
[Avec compl. subst. prép. de] Qui n'est pas, intentionnellement, la cause de quelque chose de funeste (ou considéré comme tel). Anton. responsable.Mes fonds ont été emportés par un notaire, et je suis innocent des désastres que je cause (Balzac, C. Birotteau,1837, p. 350).Je n'arrivais jamais à me sentir entièrement innocent des malheurs qui arrivaient (Céline, Voyage,1932, p. 345).Celui-là pourra se dire innocent des espérances insensées qu'il suscite (Jankél., Je-ne-sais-quoi,1957, p. 189).
Être la cause innocente, l'instrument innocent de qqc. Mon seul regret est d'avoir été la cause bien innocente du malheur arrivé à M. le duc votre fils (Gautier, Fracasse,1863, p. 445).Il a été l'instrument innocent de votre perte (Bernanos, M. Ouine,1943, p. 1490).
Ne pas être tout à fait innocent dans une affaire. Avoir une part de responsabilité dans une affaire.
b) P. anal. [En parlant d'un animal, d'un objet ou d'une entité abstr. plus ou moins personnifiée]
[En emploi abs.] Tandis qu'Albert fouettait le devant de son cabriolet après avoir fouetté les innocents papiers noircis qui n'en pouvaient mais de sa déconvenue (Dumas père, Comte Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 295).Sans rien dire, je saisis ces innocentes branches fragiles, les brise, les emporte, les jette, exaspéré, le sang aux yeux (Gide, Immor.,1902, p. 461).
[Avec compl. subst. prép. de] Mais le hasard est innocent des maux immenses qui résultaient de la série de nos troubles civiques (Maurras, Kiel et Tanger,1914, p. 52).
REM.
Innocentissime, adj.,hapax. Absolument innocent. Est-ce à cause de ce privilège innocentissime que l'ancien régime et les vieilles idées lui tiennent tant au cœur (J. Gourdault, La France pittoresque,1893, XXV, 305 ds Quem. DDL t. 18).
Prononc. et Orth. : [inɔsɑ ̃], fém. [-ɑ ̃:t]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1100 empl. subst. plur., désigne les enfants mis à mort par Hérode (Roland, éd. J. Bédier, 1523); ca 1165 « tout jeune enfant » (G. d'Angleterre, éd. M. Wilmotte, 855); b) 1656 relig. « dans l'état d'innocence d'avant la chute » (Bossuet, Oraison fun. de Y. de Monterby, éd. B. Vélar et Y. Champailler, p. 10); c) 1662 « ignorant des choses de l'amour » (Molière, Ecole des Femmes, I, 1); 2. 1remoitié xiies. « qui ne commet pas le mal sciemment » (Ps. d'Oxford, éd. F. Michel, 17, 26); 3. ca 1300 ignocent « qui n'est pas coupable » (Macé, Bible, éd. H.-C.-M. Van der Krabben, 19546); 4. 1360-70 péj. « naïf, niais » (B. de Sebourc, XV, 145 ds T.-L.); 5. fin xives. « qui ne nuit à personne » (Roques t. 2, p. 206, 6006 : innocens : non noisans). Empr. au lat.innocens « qui ne fait pas de mal, inoffensif (de choses); qui ne nuit pas, irréprochable, vertueux; qui n'est pas coupable, innocent »; cf. Innocentes désignant les Saints-Innocents en lat. chrét., et Innocentes martyres, terme de liturg. au Moy. Âge (Blaise Latin. Med. Aev.; v. aussi Catholicisme). Fréq. abs. littér. : 3 723. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 6 298, b) 5 104; xxes. : a) 6 156, b) 4 020.

Innocent : définition du Wiktionnaire

Nom commun

innocent \i.nɔ.sɑ̃\ masculin (pour une femme on dit : innocente)

  1. Personne qui n’est pas coupable, qui n’a pas fait ce dont elle est accusée.
    • Il s’était formé à cette époque non pas des tribunaux — la justice se respectait, elle n’ordonne pas l’assassinat des innocents, — mais des cours prévôtales. — (Réponse de M. Raspail père à l'avocat général, lors du procès de François-Vincent Raspail le 12 février 1874)
    • Il vaut mieux risquer de sauver un coupable que de condamner un innocent.
  2. Personne qui n’a rien fait de mal.
    • Protéger les innocents.
    • Persécuter les innocents.
    • Opprimer, accabler, condamner l’innocent.
  3. Personne qui ignore le mal, en particulier les jeunes enfants.
    • Les Innocents, les saints Innocents, Les petits enfants que le roi Hérode fit égorger.
    • Le massacre des Innocents.
    • La fête des Innocents.
    • On a dépouillé ces pauvres innocents.
    • Un pauvre petit innocent.
    • Il a laissé trois ou quatre petits innocents.
  4. Personne naïve.
    • C’est un grand innocent.
    • Vous faites l’innocent.

Adjectif

innocent \i.nɔ.sɑ̃\

  1. Qui n’est pas coupable.
    • Indépendamment de la précision avec laquelle l’hypothèse du fait non infractionnel est prévue et l'absence de faute, exigée, ce Code est également très clair en n’accordant d’indemnité qu'au condamné reconnu innocent. — (Adolphe Berlet, De la réparation des erreurs judiciaires: étude de la loi du 8 juin 1895 avec un tableau comparatif du texte de cette loi et des projets du gouvernement et des commissions parlementaires, Paris : Éditions A. Rousseau, 1896, p. 45)
    • Toutes les kommandanturs reçurent ce genre de missives et des hommes et des femmes purent être arrêtés, torturés, déportés, fusillés alors qu'ils étaient innocents des faits dont ils étaient accusés. — (Cyr Belcroix, Les conséquences de l’inconséquence, 1918-1946,Éditions Le Relais, 1995, p. 139)
  2. Qui est exempt de toute malice, de tout vice, qui est pur et candide.
    • Elle a l’air bien innocente.
    • Une jeune fille innocente.
    • C’est une âme innocente, un cœur innocent.
    • Il est innocent comme un enfant.
  3. Qui ignore le mal.
    • Mener une vie innocente.
    • Ses mœurs, ses pensées sont innocentes.
    • Il était dans cet âge innocent où l’on ne soupçonne point le mal.
  4. Qui ne nuit point, qui est inoffensif.
    • Ces messieurs étaient attablés autour de vichy-fraise et de vittel-cassis, innocents breuvages qui, […], jouissent d’une rassurante vertu, laissant le cerveau lucide quand on se voit obligé de boire souvent et qu’on ne veut pas courir le risque de s’enivrer. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • L’agneau est un animal innocent.
    • C’est une action fort innocente.
    • Cette allusion n’est pas innocente.
    • Propos innocent.
    • Plaisirs innocents.
    • Badinage innocent.
    • C’est un jeu bien innocent.
    • Je ne vois rien là que de fort innocent.
    • Jeux innocents, Petits jeux de société où l’on impose de légères pénitences à ceux qui se trompent.
  5. (Par extension) Qui est simple, crédule, ou qui a l’esprit faible, borné.
    • Vous êtes bien innocent de croire ce que cet homme vous dit, de croire à de pareils contes.
    • La vieillesse l’a rendu tout à fait innocent.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Innocent : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INNOCENT, ENTE. adj.
Qui n'est point coupable. Il est innocent du crime dont on l'accuse. Il fut absous et reconnu innocent. Substantivement, Protéger les innocents. Persécuter les innocents. Opprimer, accabler, condamner l'innocent. Il vaut mieux risquer de sauver un coupable que de condamner un innocent. Il signifie encore Qui est exempt de toute malice, de tout vice, qui est pur et candide. Elle a l'air bien innocente. Une jeune fille innocente. C'est une âme innocente, un cœur innocent. Il est innocent comme un enfant. Il signifie aussi Qui ignore le mal. Mener une vie innocente. Ses mœurs, ses pensées sont innocentes. Il était dans cet âge innocent où l'on ne soupçonne point le mal. Substantivement, Les Innocents, les saints Innocents, Les petits enfants que le roi Hérode fit égorger. Le massacre des Innocents. La fête des Innocents. Il signifie encore Qui ne nuit point, qui est inoffensif. L'agneau est un animal innocent. C'est une action fort innocente. Propos innocent. Plaisirs innocents. Badinage innocent. C'est un jeu bien innocent. Je ne vois rien là que de fort innocent. Jeux innocents, Petits jeux de société où l'on impose de légères pénitences à ceux qui se trompent. Il signifie encore, par extension, Qui est simple, crédule, ou Qui a l'esprit faible, borné. Vous êtes bien innocent de croire ce que cet homme vous dit, de croire à de pareils contes. La vieillesse l'a rendu tout à fait innocent. Substantivement, C'est un grand innocent. Vous faites l'innocent. En parlant des Enfants au-dessous de l'âge de sept à huit ans : On a dépouillé ces pauvres innocents. Un pauvre petit innocent. Il a laissé trois ou quatre petits innocents. Ces deux dernières phrases ne sont plus que du langage familier.

Innocent : définition du Littré (1872-1877)

INNOCENT (i-no-san, san-t') adj.
  • 1Qui ne nuit point, qui ne fait point de mal. L'agneau est un animal innocent. Mais, seigneur, épargnez un enfant innocent, Voltaire, Orphel. III, 2.

    Il se dit des choses dans le même sens. Un remède, un breuvage innocent. Messieurs les régents sont si animés contre moi à cause des innocents Principes de physique qu'ils ont vus, et si en colère de ce qu'ils n'y trouvent aucun prétexte pour me calomnier, Descartes, Lett. à Chanut, 34, du t. 1er de l'éd. de 1724.

  • 2Qui n'est point coupable, en parlant des personnes. Et le plus innocent devient souvent coupable, Quand aux yeux de son prince il paraît condamnable, Corneille, Hor. V, 2. Il disait donc en parlant de cette prison malheureuse qu'il y était entré le plus innocent de tous les hommes, et qu'il en était sorti le plus coupable, Bossuet, Louis de Bourbon. On eût dit que les prisons n'étaient faites que pour eux [les chrétiens, sous Dioclétien] ; aussi étaient-elles tellement remplies de ces innocents coupables, qu'il ne restait plus de place dans les cachots pour les malfaiteurs, Bossuet, Panég. St Gorgon, I. Grâces au ciel, mes mains ne sont point criminelles ; Plût aux dieux que mon cœur fût innocent comme elles ! Racine, Phèdre, I, 3. Que de pécheurs voluptueux et invétérés deviendraient innocents, si le long usage de la volupté tout seul les dispensait devant Dieu d'être chastes ! Massillon, Carême, Mot. de conv. Mon cœur est innocent, mais ma main est coupable, Voltaire, Mérope, III, 4.

    Innocent se construit avec la préposition de. On vous soupçonna même d'être coupable de sa mort. - J'en suis aussi innocent que vous, Fénelon, Dial. des morts mod. Richelieu, Oxenstierne.

    Le sang innocent, le sang des personnes innocentes. Dans le sang innocent ta main va se plonger, Racine, Esth. III, 3.

    Substantivement. Un innocent. Une innocente. Son amour conjugal chassant le paternel Vous fera l'innocente et moi le criminel, Corneille, Nicom. III, 7. Dans des fleuves de sang tant d'innocents plongés, Voltaire, Orphel. III, 3. Souvent d'affreux soupçons l'innocent est noirci, Briffaut, Ninus II, III, 2.

  • 3Qui n'est point coupable, en parlant des choses ; qui ne vient point d'une mauvaise intention. Ils mangeaient, ils buvaient, ils se mariaient ; c'étaient des occupations innocentes ; que sera-ce quand en contentant nos impudiques désirs… ? Bossuet, Mar.-Thér. Elle prêtait de nouveau l'oreille à Dieu qui l'appelait avec tant d'attraits à la vie religieuse ; et l'asile qu'elle avait choisi pour défendre sa liberté devint un piége innocent pour la captiver, Bossuet, Anne de Gonz. Traiter en vos écrits chaque vers d'attentat, Et d'un mot innocent faire un crime d'État, Boileau, Sat. IX. Ce qui fut innocent peut-il cesser de l'être ? Voltaire, Fanat. III, 3. On ouvrait toutes mes lettres ; on empoisonnait ce qu'elles avaient de plus innocent, et les personnes qui avaient juré ma perte en faisaient des extraits odieux, Voltaire, Lett. en vers et en prose, 52.

    Familièrement. Un sabre innocent, un sabre qui n'a jamais servi. Ce noble mortel Marche en brandissant Un sabre innocent, Béranger, Carabas.

  • 4Pur et sans malice, en parlant des personnes. Une jeune fille innocente. Il est innocent comme un enfant. Et grande, je l'ai vue à tel point innocente, Que j'ai béni le ciel d'avoir trouvé mon fait, Molière, Éc. des f. I, 1. Il [l'amour] rend agile à tout l'âme la plus pesante, Et donne de l'esprit à la plus innocente, Molière, ib. III, 4. Lorsque le monde plus innocent était encore dans son enfance, Bossuet, Yolande de Monterby. Les rois, en des siècles plus innocents, furent autrefois eux-mêmes les juges du peuple, Fléchier, Lamoign.

    Même sens, en parlant des choses. Il était dans cet âge innocent où l'on ne soupçonne point le mal. Badinage innocent. Et d'un œil innocent il couvrait sa pensée, Régnier, Sat. III. Les premiers plaisirs qui nous ont trompés sont entrés dans notre cœur avec une mine innocente, comme un ennemi qui se déguise, Bossuet, la Vallière. On déclare une guerre immortelle et irréconciliable à tous les plaisirs ; il n'y en a aucun si innocent qu'il ne devienne suspect, Bossuet, ib. Et ses cris innocents [d'un enfant], portés jusques aux dieux, Racine, Phèdre I, 5. Enfant de tant de rois, faut-il qu'on sacrifie Aux ordres d'un soldat ton innocente vie ? Voltaire, Orphel. I, 5. Qui fait, dit-on, de petits vers innocents, D'Alembert, Lett. à Voltaire, 3 janv. 1765.

    Jeux innocents, petits jeux de société, où l'on impose des pénitences à ceux qui se trompent.

    Substantivement. Un innocent, une innocente, celui, celle qui est sans malice et dans l'ignorance des choses de la vie. Une jeune innocente. Quoi ! pour une innocente un esprit si présent ! Molière, Éc. des f. III, 5. Et je serai la dupe, en ma maturité, D'une jeune innocente et d'un jeune éventé ! Molière, ib. IV, 7. Voilà ce que vaut le bon abbé ; il me soulage si parfaitement de toutes sortes d'affaires, qu'il semble que je sois une innocente, Sévigné, 29 janv. 1680. Cette pauvre innocente a-t-elle mérité Qu'on payât son amour de tant de cruauté ! Regnard, Ménechm. V, 3.

    Faire l'innocent, affecter une grande simplicité, feindre d'ignorer une chose. Vous faites l'innocente, et vous ne l'êtes guère, Th. Corneille, Baron d'Albikrac, II, 1.

  • 5Simple, crédule, niais. Vous êtes bien innocent de croire ce que cet homme vous dit.

    Substantivement. C'est un grand innocent Le duc d'Orléans est un lâche et un innocent de prendre des scrupules, Retz, IV, 65. Comment avez-vous pu si bien contrefaire l'innocente, ayant autant d'esprit que vous en avez ? Destouches, Fausse Agn. III, 1. Oh ! pour cela, dit Babet, si jamais quelqu'un a eu la mine d'un innocent, c'est vous assurément, Marivaux, Pays. parvenu, 3e part. Je vous prie de lui dire, pour la décharge de ma conscience, que je suis innocent [d'un madrigal sur Dorat], et qu'il faudrait être un innocent pour me soupçonner, Voltaire, Lett. Mme Necker, 28 déc. 1767.

    Un innocent fourré de malice, se dit de celui qui, paraissant doux et simple au dehors, est malicieux dans l'âme.

  • 6 S. m. Un innocent, des innocents, se dit, dans le langage familier, des enfants au-dessous de l'âge de sept à huit ans. On a dépouillé ces pauvres innocents. Un pauvre petit innocent.
  • 7 S. m. pl. Les Innocents, les saints Innocents (avec un I majuscule), les petits enfants que le roi Hérode fit égorger. Le massacre des Innocents.

    La fête des Innocents, ou, simplement, les Innocents, le jour, le lendemain des Innocents.

    Bailler les Innocents à quelqu'un, se disait autrefois d'une plaisanterie qui consistait en ce que les plus diligents allaient, le jour des saints Innocents, surprendre les paresseux et les endormis et les fouetter dans leur lit.

  • 8 S. m. pl. Terme de cuisine. Pigeons nouveau-nés qu'on sert à table. Des poulets aux pistaches, des innocents aux truffes et aux olives, deux dindonneaux au coulis d'écrevisses, Voltaire, Taureau blanc, 6.
  • 9 S. f. Innocente, espèce de robe ample et sans ceinture que les femmes portaient à la fin du XVIIe siècle. Une robe de chambre étalée amplement, Qui n'a point de ceinture et va nonchalamment, Par certain air d'enfant qu'elle donne au visage Est nommée innocente, et c'est de bel usage, Boursault, Mots à la mode, sc. 15.

HISTORIQUE

XIe s. As innocenz vous en serez seant [en paradis], Ch. de Rol. CXIV.

XIIe s. Ot [avec] saint tu seras sainz, et ot hume innocent tu seras innocent, Lib. psalm. p. 20.

XIIIe s. Saint et martir, apostre et inocent Se plainderoient de vous au jugement, Romancero, p. 102. Pour nient soffri [je] ennui en cest siecle, et lavé mes mains entre les innocenz, Psautier, f° 86.

XIVe s. Il est tout cler que condempner l'innocent de certaine science est tele chose et est malvese de soy, supposé que elle ne fust pas deffendue, Oresme, Eth. 162. Et s'il [un enfant] aloit as pumes, enchois [avant] qu'à la monnoie, Je vous ai en convent [je vous affirme] qu'inocent le tenroie, Baud. de Seb. I, 1040.

XVe s. Aussy innocents que Judas de la mort Jesus, Coquillart, p. 171, dans LACURNE.

XVIe s. Tres chere sœur, si je sçavois où couche Vostre personne au jour des Innocens, De bon matin j'yrois à vostre couche…, Et si quelqu'un survenoit d'avanture, Semblant ferois de vous innocenter, Marot, III, 97. Je suis sur, dit Hircan, que je ne scandalise point l'innocent devant qui je parle, Marguerite de Navarre, Nouv. LIX. Les tuteurs ne se donnent seulement aux mineurs, mais aussy à ceux qui n'ont l'usage de leurs sens, comme à ceux qui sont naturellement muets et sourds, tous innocents, sots et autres, Nouv. coust. génér. t. I, p. 1260. Poursuyvre et tuer une beste innocente qui est sans desfence, Montaigne, II, 131.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Innocent : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

INNOCENT, adj. (Jurisprud.) est celui qui n’est point coupable d’un crime. L’accusé pour prouver son innocence, peut demander d’être admis à la preuve de ses faits justificatifs ; mais on ne l’y admet qu’après la visite du procès.

Il n’est pas d’usage dans le style ordinaire de déclarer innocent, celui contre lequel il n’y a pas de preuve qu’il soit coupable, on le renvoye absous, ou on le décharge de l’accusation ; ce qui suppose son innocence ; car lorsqu’il y a quelque doute, on met seulement hors de cour.

Cependant le Roi ayant pardonné au prince de Condé qui avoit pris les armes contre lui, au lieu de lettres de grace lui accorda des lettres d’innocentation, voulant par-là effacer toute idée de crime. Voyez Abolition, Grace, Pardon, Rémission. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « innocent »

Étymologie de innocent - Littré

Bourg. ignôçan ; provenc. innocent, ignocen ; espagn. inocente ; ital. innocente ; du lat. innocentem, de in… 1, et nocens, qui nuit (voy. NUIRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de innocent - Wiktionnaire

Du latin innocens (« qui ne fait pas de mal »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « innocent »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
innocent inɔsɑ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « innocent »

  • Daniel Lee, est décédé à 08h07 (14h07 en Suisse) d'une injection létale à la prison de Terre Haute, dans l'Indiana, a précisé le ministère dans un communiqué envoyé à l'AFP. «Vous tuez un homme innocent», a déclaré le condamné avant de mourir, selon un journaliste du Indianapolis Star qui a assisté à l'exécution. , «Vous tuez un homme innocent» - 20 minutes
  • Plus que la main, pour laquelle Jean Viviès use de la majuscule, c’est le regard qui importe à l’auteur de La Main de l’innocent. Cet innocent, ce peut être Le garçon, toile de Modigliani, qui figure en couverture, ou bien Marie-Dolorès, petite fille assassinée en 1974. Mais innocents sont aussi les enfants morts : Léopoldine, fille de Hugo, Anatole, fils de Mallarmé, ou les nombreux enfants de Montaigne. L’auteur des Essais chemine secrètement parmi ces pages ; il leur donne un ton, le goût de l’incidente, de l’association d’idées. La Main de l’innocent paraît chez Interstices éditions, une maison née il y a peu, dans le sud-ouest. À l’occasion de cette parution, relancée après la pandémie, En attendant Nadeau a souhaité interroger ses éditeurs, Renaud et Nathalie Lagrave. , J. Viviès, La Main de l'innocent
  • L'affreuse réalité qu'il faut peindre sans trembler, c'est que le Blanc victime est transparent, et qu'il ne peut prendre médiatiquement de sa couleur pâle que s'il est coupable. L'autre dure et ingrate vérité, c'est que, par une étrange perversion morale, qui requiert la spéculation intellectuelle, le massacre avéré d'un innocent blanc fait moins recette médiatique que les récriminations non prouvées d'un délinquant coloré. Cette vérité-là s'appelle racisme anti-Blancs. Et il nous faut l'écrire et même la crier puisqu'elle est indicible. * Gilles-William Goldnadel est avocat et chroniqueur. Valeurs actuelles, Le massacre d'un innocent fait moins recette que les plaintes d'un délinquant | Valeurs actuelles
  • Le coupable craint la loi et l'innocent le sort. De Publius Syrus
  • Chacun est présumé innocent jusqu'à ce qu'il soit reconnu coupable. De William Blackstone
  • Ce n'est pas tuer l'innocent comme innocent qui perd la société, c'est de le tuer comme coupable. De François René de Chateaubriand / Mémoires d’outre-tombe
  • Peut-on être innocent, lorsqu'on aime un coupable ? De Savinien Cyrano de Bergerac / La mort d'Agrippine
  • Etre gracié ne veut pas dire être innocent. De Michel Folco / Dieu et nous seuls pouvons
  • Un homme est chez lui là où il est innocent. De Robert Olen Butler / La nuit close de Saïgon
  • Le fils est innocent des fautes de son père. De François Ponsard / L’honneur et l’argent
  • Pardonner au méchant, c’est frapper l’innocent. De Proverbe italien
  • Les femmes croient innocent tout ce qu'elles osent. De Joseph Joubert / Pensées
  • Le vin est innocent, l’ivrogne seul est coupable. De Proverbe russe
  • Le vin est innocent si l'ivrogne est coupable. De Proverbe français
  • Qui plaide pour un innocent est toujours assez éloquent. De Publius Syrus / Sentences
  • Qui se repent est bien prêt d'être innocent. De Sénèque
  • Il n'y a pas d'humour innocent. De Anonyme
  • - Benigno est en prison pour quoi ? - Il est innocent ! - Il est innocent, je sais. Mais... innocent de quoi ? De Pedro Almodovar / Parle avec elle
  • Que dix coupables échappent à la justice, plutôt que souffre un seul innocent. sir William Blackstone, Commentaries on the Laws of England, IV
  • Il vaut mieux hasarder de sauver un coupable que de condamner un innocent. François Marie Arouet, dit Voltaire, Zadig ou la Destinée
  • On ne naît pas innocent. On peut le devenir. Claude Roy, Descriptions critiques, Colette , Gallimard
  • Il est assez puni par son sort rigoureux ; Et c'est être innocent que d'être malheureux. Jean de La Fontaine, Élégie aux nymphes de Vaux
  • Peut-on être innocent, lorsqu'on aime un coupable ? Savinien de Cyrano de Bergerac, La Mort d'Agrippine
  • Ce n'est pas de tuer l'innocent comme innocent qui perd la société, c'est de le tuer comme coupable. François René, vicomte de Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe

Images d'illustration du mot « innocent »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « innocent »

Langue Traduction
Corse innocent
Basque errugabea
Japonais 罪のない
Russe невинный
Portugais inocente
Arabe البريء
Chinois 无辜
Allemand unschuldig
Italien innocente
Espagnol inocente
Anglais innocent
Source : Google Translate API

Synonymes de « innocent »

Source : synonymes de innocent sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « innocent »


Mots similaires