La langue française

Naïf, naïve

Sommaire

  • Définitions du mot naïf, naïve
  • Étymologie de « naïf »
  • Phonétique de « naïf »
  • Citations contenant le mot « naïf »
  • Images d'illustration du mot « naïf »
  • Traductions du mot « naïf »
  • Synonymes de « naïf »
  • Antonymes de « naïf »

Définitions du mot naïf, naïve

Trésor de la Langue Française informatisé

NAÏF, NAÏVE, adj. et subst.

I. − Adjectif
A. − Vx ou littér. Originel, natif. La médiocrité naturelle et naïve est une face de la vie humaine comme une autre; elle a le droit qu'on s'occupe d'elle (Renan,Avenir sc.,1890, p.183):
1. De quel chaos l'homme est sorti, tu l'apprendras si tu ne le sais pas encore. Il en est mal sorti; de tout son poids naïf il y retombe dès que l'esprit ne le soulève plus au-dessus. Gide,Retour enfant prod.,1907, p.482.
En partic.
Vieilli. [En parlant d'une durée] Proche de l'origine du monde où la vie est d'une simplicité naturelle, sans apprêt. Dieu dans cette eau met le ciel bleu. Beaux jours! cantique des cantiques! Oh! les charmants siècles naïfs (Hugo,Chans.rues et bois, 1865, p.58).L'animal que nous poursuivons est une survivance de ces époques naïves [le lias et le crétacé] (Claudel,Soulier,1929, 4ejournée, 5, p.882).
Pointe naïve. ,,Diamant qui, naturellement et sans taille, offre une forme pyramidale`` (Chesn. 1858; dict. xixeet xxes.).
B. −
1. D'une simplicité naturelle, sans apprêt.
a) [En parlant d'une pers.] Doux marchands, ouvriers équitables toujours, Laboureurs, si naïfs étant nés loin des cours (Sully Prudh.,Justice,1878, p.158).Ces chansons que trouvent, au soir de leur vie, les pécheurs naïfs et alcooliques, le nez sur leur absinthe mais leur âme dans les prairies de leur enfance (Brasillach,Corneille,1938, p.334):
2. ... soyez naïf dans vos sensations. Qu'avez-vous besoin de les étudier? N'est-ce point assez d'en être ému? Fromentin,Dominique,1863, p.105.
b) [En parlant d'une chose]
[En parlant d'une chose concr.] Un délicieux petit lac (...) une île bien jetée dans des eaux calmes, coquette et simple, naïve et cependant parée (Balzac,Employés,1837, p.42).Quelques raies de vignes, des haies de rosiers naïfs mais robustes rendaient la promenade aimable (Giono,Bonh. fou,1957, p.336):
3. Ici, nous sommes logés dans une grande auberge (...) vaste maison de poupée, blanche avec des volets verts (...). Le village est du dix-huitième siècle. Les petites maisons naïves sont groupées autour d'une sorte de pré communal qu'entoure une barrière blanche. Green,Journal,1941, p.119.
[En parlant d'une chose abstr., d'un attribut d'une pers., d'une manifestation de l'esprit hum.] Amour, plaisir naïf; beauté, chanson, gaieté, grâce, joie, simplicité, tendresse naïve; manières naïves. Un andantino à quatre parties pour l'orgue. Je crois y trouver un certain caractère de mysticité agreste et naïve (Berlioz,Grotesques,1869, p.170).Entre eux (...), c'est le ciel! C'est l'estime naïve et pure! C'est le tout simple amour, avec ses ingénues tendresses (Villiers de L'I.-A., Contes cruels,1883, p.339):
4. ... la voix de M. Ouine ne semblait nullement faite pour exprimer un sentiment aussi simple, aussi naïf que celui de la surprise, d'une surprise pour ainsi dire à l'état pur, prise à sa source, sans aucun mélange de curiosité ou d'ironie. Bernanos,M. Ouine,1943, p.233.
2. En partic.
a) [En parlant d'une description, d'une oeuvre d'art, d'un moyen d'expression] Qui décrit, qui représente la réalité telle qu'elle est ou en la simplifiant, sans rechercher d'effet. Gravure, peinture naïve. Faire une description, une relation, une peinture naïve de quelque chose (Ac.). Un pinceau naïf qui se ferait scrupule de prêter à l'illusion quelque artifice imposteur (Nodier,Fée Miettes,1831, p.146).La naïve représentation du Paradis terrestre dans les Bibles illustrées que nous avons feuilletées dans notre enfance (Green,Journal,1943, p.16):
5. Il y a dans notre maison une pauvre image qui nous fut précieuse, une sorte de Calvaire des humbles emprunté à je ne sais quelle église de campagne, naïf crayonnage en couleurs qu'on croirait l'oeuvre de quelque admirable enfant. Bloy,Journal,1900, p.11.
Art naïf. Art populaire et spontané pratiqué à partir de la fin du xixesiècle par des peintres autodidactes. P. méton. Peintre, artiste naïf. Peintre, artiste qui pratique cet art. Chez les peintres naïfs de soleils couchants, où un éventail de rayons rouges à la fois dans le ciel et sur la mer (...) traduit l'obsession insolite d'une perspective matérialisée (Gracq,Beau tén.,1945, p.93):
6. Il suffit de feuilleter n'importe quel catalogue d'exposition d'art naïf pour s'apercevoir que le répertoire naïf est exactement celui du calendrier des postes. Non pas qu'il faille incriminer ici une faiblesse à imaginer. Au contraire: l'artiste naïf porte témoignage de ce qu'il connaît et, de ce fait, s'inscrit en faux contre l'imagerie académique (...). L'artiste naïf veut montrer le vrai visage des choses. Encyclop. univ.,t.11, 1971, p.545.
Emploi subst. masc. Artiste, peintre qui pratique cet art. Nous avons découvert cet art [des fous] en même temps que celui des naïfs. Aucun grand peintre n'a comparé ceux-ci aux maîtres (...). Si leur «école» n'a pas de maîtres, elle a un style (Malraux,Voix sil.,1951, p.530).
Vieilli, emploi subst. masc. sing. à valeur de neutre. Ce qui est d'une simplicité naturelle, sans apprêt (dans une description, dans une oeuvre d'art, dans un moyen d'expression). Le naïf, en littérature, n'est pas le bas et le trivial (Ac.1835, 1878).Un rapin français s'en allant en Italie à la recherche du naïf dans l'art (Gautier,Italia,1852, p.10).Il fut un temps où dans la poésie, dans la peinture, le naïf était l'objet d'une grande recherche, une espèce nouvelle de préciosité (Baudel.,Art romant.,A. Barbier, 1861, p.532).
b) Qui est préalable à tout système formalisé. La théorie naïve des ensembles (Queneau,Bâtons, chiffres et lettres,1965, p.322 ds Rob. Suppl. 1970).Une schématisation prend appui sur des données plus ou moins réelles ou plus ou moins fictives, «réel» et «fictif» étant entendu [sic] au sens le plus naïf (J.-Bl. Grize, De la logique à l'argumentation,Genève, Paris, Droz, 1982, p.197).
II. − Adj. et subst. (Personne) qui fait preuve (de trop) d'ingénuité, de confiance, de crédulité. Synon. ingénu, niais (péj.); anton. malin, retors (péj.).Une personne franche et naïve (Ac.). C'est un homme naïf dont vous tirerez tout ce que vous voudrez (Ac.1935).La vente sérieuse, la dégringolade fatale de trois cents francs à quinze francs, les bénéfices énormes sur tout un petit monde de naïfs, ruinés du coup (Zola,Argent,1891, p.110).Il ne manquait pas de naïfs pour mettre en action la morale que les autres écrivaient (Rolland,J.-Chr.,Foire, 1908, p.752):
7. Comédienne naïve, elle espérait, par exemple, donner le change lorsqu'elle servait le thé tiède, en feignant de se brûler la langue. Cocteau,Gd écart,1923, p.19.
SYNT. Enfant, garçon, jeune homme naïf; jeune fille naïve; tromper un naïf, une naïve; paraître naïf/naïve, passer pour naïf/naïve; jouer les naïfs; faire le naïf, la naïve; (ne pas) être naïf/naïve au point de + inf.; (ne pas) être assez naïf/naïve pour + inf.
[P. méton.] Emploi adj. [En parlant d'un attribut d'une pers., d'une manifestation de l'esprit hum.] Qui est propre à une telle personne, qui dénote une ingénuité, une confiance, une crédulité qui peut être excessive. Leur noyau initial [des religions] (...) est constitué par les premières et naïves explications que l'homme a pu trouver aux phénomènes naturels (Martin du G.,J. Barois,1913, p.443).La recherche du bonheur dans la satisfaction du désir moral était aussi naïve que l'entreprise d'atteindre l'horizon en marchant devant soi (Proust,Fugit.,1922, p.450):
8. La négligence orgueilleuse de Lamartine prend sa source dans la naïve conviction où il est qu'un vers est beau uniquement parce qu'il est de lui. Vigny,Journal poète,1838, p.1096.
SYNT. Air, étonnement, rire, sentiment naïf; admiration, candeur, confiance, croyance, foi, ignorance, piété, question, réponse naïve; yeux naïfs.
Prononc. et Orth.: [naif], fém. [nai:v]. Ac. 1694, 1718: naif, naive; dep. 1740: naïf, naïve. Étymol. et Hist. A. 1remoitié xiies. subst. «indigène, autochtone» (Ps. Cambridge, XXXVI, 35 ds T.-L.); 1155 adj. «natif de» gent naïve de (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 9966). B. 1. a) Ca 1150 «naturel» mont naïf «mont naturel [tel qu'il a été disposé par la nature]» par conséquent «ferme, solide» (Thèbes, éd. G.Raynaud de Lage, 268); ca 1160 roche näive (Eneas, 420 ds T.-L.); b) ca 1200 «qui n'a pas subi d'altération» sebelins näis et kenus (Jean Renart, Escoufle, 5785, ibid.); 2. ca 1165 «de nature, de naissance; véritable, réel» spéc. dans le syntagme fol naïs (Guillaume d'Angleterre, éd. M. Wilmotte, 2577); 3. 1549 «qui imite le naturel» (Tyard, Erreurs am., III, 9 ds Hug.: Je te peindray d'un pinceau plus naïf); 1565 Beaux-Arts au naïf «exactement, de manière ressemblante» (Ronsard, Nouvelles poésies, II, Elégie, 50, éd. P. Laumonier, t.12, p.232); 1690 (Fur.: Ce peintre a fait une peinture naïve du visage de cet homme); 1845 personnages naïfs, ouvrages naïfs (Besch.); id. subst. le naïf «le genre naïf» (ibid.); 4. 1559 «dénué d'artifice, sans apprêt, naturel» grace naïve (Amyot, Hommes illustres, Alcibiade, II, éd. Gérard-Walter, t.1, p.419); 1607 «qui dit sa pensée sans détour» (Hulsius d'apr. FEW t.7, p.44b). C. 1. 1252 dame naïue «femme sotte» (Chansons et dits artésiens, éd. R. Berger, XV, 66); 2. 1642 «(d'une chose) sans finesse, démontrant une âme un peu sotte» témoignage naïf (A. Garaby de La Luzerne, Le noble campagnard, 112 ds Satires fr. du XVIIes., éd. F. Fleuret et L. Perceau, t.1, p.257); 1690 responses naïves; conte naïf (Fur.). Du lat. nativus «qui naît, qui a une naissance, un commencement; reçu en naissant, inné; donné par la nature, naturel», v. natif. Fréq. abs. littér.: 2967. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3772, b) 4167; xxes.: a) 4679, b) 4352. Bbg. Gir. 1834, p.64. _ Schmits (G.). La Peint. naïve à la rech. d'un nom. Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1977, t.15, pp.217-250.

Wiktionnaire

Adjectif

naïf \na.if\

  1. Naturel, ingénu, sans fard, sans apprêt, sans artifice.
    • La population de Saint-David m’intéressait fort par ses mœurs simples et naïves et parlait un curieux patois anglais plein d’expressions maritimes. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Les grâces naïves de l’enfance.
  2. Qui retrace simplement la vérité, qui imite la nature sans laisser paraître d’artifice ni d’effort.
    • Faire une description, une relation, une peinture naïve de quelque chose.
  3. Qui n’est pas concerté, qui n’est pas étudié.
    • Avoir quelque chose de naïf dans l’humeur, dans l’esprit, dans l’air.
  4. Qui dit sa pensée sans détour, ingénument, en parlant des personnes.
    • C’est un homme naïf, une personne franche et naïve.
  5. Qui dit, par un excès de simplicité, ce qu’il aurait intérêt à cacher.
    • Que la réalité ne corresponde pas au rêve, seuls les naïfs s’en étonneront. D’abord, il y eut autant de rêves que de rêveurs. […] Enfin, et surtout, si les hommes pouvaient réaliser leurs utopies, cela se saurait. — (Élie Barnavi, L’Europe comme utopie, dans Marianne du 13 août 2011, p.81)
  6. Qui, par excès de simplicité, se laisse facilement tromper.
    • Il leur faut des électeurs ouvriers assez naïfs pour se laisser duper par des phrases ronflantes sur le collectivisme futur. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.IV, La grève prolétarienne, 1908, p.157)
  7. (Par extension) Qualifie certaines choses de l’humanité, dans tous les sens analogues.
    • Amour-propre naïf.
    • Une vanité naïve.
    • Il lui est échappé une réponse bien naïve.
  8. (Médecine) Vierge de tout traitement.

Nom commun

naïf \na.if\ masculin (pour une femme on dit : naïve)

  1. Personne naïve.

Forme d’adjectif

naïve \na.iv\

  1. Féminin singulier de naïf.
    • La gracieuse négligence, la hardiesse naïve de la Fontaine furent inappréciées par le grand roi ; mais le froid et correct Boileau donna à la poésie des préceptes tels que Louis les auraient donnés lui-même — (Théophile Lavallée, Histoire des Français depuis le temps des Gaulois jusqu’en 1830, Charpentier, Paris, 1858, 20e édition, tome 3, chapitre 4, page 283)

Nom commun

naïve \na.iv\ féminin

  1. Personne naïve (du sexe féminin).

Forme de verbe

naïve \na.iv\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de naïver.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de naïver.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de naïver.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de naïver.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de naïver.

Adjectif

naïve \Prononciation ?\

  1. Naïf.

Forme d’adjectif

naïve \na.iv\

  1. Féminin singulier de naïf.
    • La gracieuse négligence, la hardiesse naïve de la Fontaine furent inappréciées par le grand roi ; mais le froid et correct Boileau donna à la poésie des préceptes tels que Louis les auraient donnés lui-même — (Théophile Lavallée, Histoire des Français depuis le temps des Gaulois jusqu’en 1830, Charpentier, Paris, 1858, 20e édition, tome 3, chapitre 4, page 283)

Nom commun

naïve \na.iv\ féminin

  1. Personne naïve (du sexe féminin).

Forme de verbe

naïve \na.iv\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de naïver.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de naïver.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de naïver.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de naïver.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de naïver.

Adjectif

naïve \Prononciation ?\

  1. Naïf.

Forme d’adjectif

naïve \na.iv\

  1. Féminin singulier de naïf.
    • La gracieuse négligence, la hardiesse naïve de la Fontaine furent inappréciées par le grand roi ; mais le froid et correct Boileau donna à la poésie des préceptes tels que Louis les auraient donnés lui-même — (Théophile Lavallée, Histoire des Français depuis le temps des Gaulois jusqu’en 1830, Charpentier, Paris, 1858, 20e édition, tome 3, chapitre 4, page 283)

Nom commun

naïve \na.iv\ féminin

  1. Personne naïve (du sexe féminin).

Forme de verbe

naïve \na.iv\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de naïver.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de naïver.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de naïver.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de naïver.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de naïver.

Adjectif

naïve \Prononciation ?\

  1. Naïf.

Forme d’adjectif

naïve \na.iv\

  1. Féminin singulier de naïf.
    • La gracieuse négligence, la hardiesse naïve de la Fontaine furent inappréciées par le grand roi ; mais le froid et correct Boileau donna à la poésie des préceptes tels que Louis les auraient donnés lui-même — (Théophile Lavallée, Histoire des Français depuis le temps des Gaulois jusqu’en 1830, Charpentier, Paris, 1858, 20e édition, tome 3, chapitre 4, page 283)

Nom commun

naïve \na.iv\ féminin

  1. Personne naïve (du sexe féminin).

Forme de verbe

naïve \na.iv\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de naïver.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de naïver.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de naïver.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de naïver.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de naïver.

Adjectif

naïve \Prononciation ?\

  1. Naïf.

Forme d’adjectif

naïve \na.iv\

  1. Féminin singulier de naïf.
    • La gracieuse négligence, la hardiesse naïve de la Fontaine furent inappréciées par le grand roi ; mais le froid et correct Boileau donna à la poésie des préceptes tels que Louis les auraient donnés lui-même — (Théophile Lavallée, Histoire des Français depuis le temps des Gaulois jusqu’en 1830, Charpentier, Paris, 1858, 20e édition, tome 3, chapitre 4, page 283)

Nom commun

naïve \na.iv\ féminin

  1. Personne naïve (du sexe féminin).

Forme de verbe

naïve \na.iv\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de naïver.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de naïver.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de naïver.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de naïver.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de naïver.

Adjectif

naïve \Prononciation ?\

  1. Naïf.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

NAÏF, IVE. adj.
Qui est naturel, ingénu, sans fard, sans apprêt, sans artifice. Une beauté naïve. Les grâces naïves de l'enfance. Une réponse simple et naïve. Un langage naïf. Des manières naïves et agréables. Un ton naïf et doux. Il a quelque chose de naïf dans l'humeur, dans l'esprit. Une pensée naïve. Il signifie aussi Qui retrace simplement la vérité, qui imite la nature sans artifice. Faire une description, une relation, une peinture naïve de quelque chose. Expression naïve.

NAÏF se dit aussi des Personnes et signifie Qui dit sa pensée sans détour, avec ingénuité. Une personne franche et naïve. Il se dit aussi de Celui, de celle qui, par excès de simplicité, se laisse facilement tromper. C'est un homme naïf à qui vous ferez croire tout ce que vous voudrez. Substantivement, C'est un naïf. Par extension, Une vanité naïve. Il lui est échappé une réponse bien naïve.

Littré (1872-1877)

NAÏF (na-ïf, i-v'. Au pluriel, qu'il écrivait naïfz, le XVIe siècle prononçait na-ï, sans f, J. PELLETIER, dans LIVET, la Gramm. franç. p. 148) adj.
  • 1Natif (vieilli en ce sens). Une couleur de roses… avait… Rehaussé de son teint la naïve blancheur, La Fontaine, Climène, Comédie.

    En termes de lapidaire, pointe naïve, diamant qui, naturellement et sans taille, offre une forme pyramidale.

  • 2 Fig. Qui retrace simplement la vérité, la nature, sans artifice et sans effort. Faire une description, une peinture, une relation naïve. L'attitude, la pose de cette statue est naïve. Jacques Amyot, plus connu par sa naïve traduction de Plutarque que par cette ambassade, Voltaire, Mœurs, 172.
  • 3 Fig. Qui est gracieusement inspiré par le sentiment. Une beauté naïve. Les grâces naïves de l'enfance… À cet air si naïf croirait-on qu'elle y touche ? Regnard, le Distr. I, 4. La nature naïve anime ses discours, Voltaire, Zaïre, IV, 3. J'estime ta valeur Et de ton cœur ouvert la naïve candeur, Voltaire, Scythes, II, 2. Tout ce qui est vrai n'est pas naïf : mais tout ce qui est naïf est vrai, d'une vérité piquante, originale et rare, Diderot, Pensées sur la peint. Œuv. t. XV, p. 232, dans POUGENS. Soit que j'eusse perdu la naïve confiance du premier âge, Marmontel, Mém. VII. Dans un long entretien, à sa pitié naïve J'offris tout le tableau des maux que j'ai soufferts, Ducis, Othello, I, 5. Ciel ! de faibles sanglots ! un cri naïf et tendre ! Chénier M. J. Œdipe roi, V, 3.
  • 4En parlant des personnes, qui obéit gracieusement à ses sentiments. Une personne franche et naïve Elle [Mme de Bouillon sortant de l'interrogatoire pour l'affaire des poisons] fut reçue de tous ses amis, parents et amies avec adoration ; tant elle était jolie, naïve, naturelle, hardie, et d'un bon air et d'un esprit tranquille, Sévigné, 31 janv. 1680.
  • 5Qui dit sa pensée sans détour, ingénument. Vous dites donc que Diderot est un bon homme ; je le crois, car il est naïf, Voltaire, Lett. d'Argental, 12 mars 1758.

    En mauvaise part. Qui dit par un excès de simplicité ce qu'il aurait intérêt à cacher. C'est un homme naïf dont on tire tout ce qu'on veut. Vous êtes bien naïf. Il lui dit qu'il était un peu naïf, Hamilton, Gramm. IV.

    En ce sens, il se dit des choses. Une réponse naïve. Un amour-propre naïf. Une vanité naïve.

  • 6Il se prend encore en mauvaise part et s'applique à ceux qui ne sont pas pénétrants, qui ne comprennent pas ce que tout le monde comprend. Ah ! vous comptiez qu'arrivé au pouvoir, il tiendrait ses promesses ; vous êtes naïf.
  • 7 S. m. Ce qui est naïf. L'école flamande offre des modèles du naïf en peinture. La cour désabusée Dédaigna de ces vers [burlesques] l'extravagance aisée, distingua le naïf du plat et du bouffon, Boileau, Art poét. I. Brancas parlait bien et de source, avec un air naturel, souvent un naïf inimitable, Saint-Simon, 447, 277.

SYNONYME

NAÏF, NATUREL. Le naturel est opposé au recherché et au forcé ; le naïf est opposé au réfléchi, et appartient au sentiment. En littérature, le naïf est le naturel dans les petites choses.

HISTORIQUE

XIIe s. Il a un fiz nez de nos gens, Qui devers sa mere est naïs De nos [nous], del regne et du païs, Chron. de Normand. t. I, p. 365, V. 8186. [Les seigneurs] Qui de nostre franchise [immunité] sont prudhome naïf [nés instruits], Sax. XXIV.

XIIIe s. La pierre est de roche naïve, De quoi l'en fist le fondement, la Rose, 3852. … Jà fame, jor qu'ele vive, N'aura fors sa biauté naïve, ib. 8942. Moult est chetis et fox [fou] naïs, Qui croit que ci est son païs, ib. 5649.

XIVe s. …Alloit à piet, par la forest naïe, Baud. de Seb. VIII, 68.

XVIe s. De tel façon, que ce qui tant me nuit, Corromp du tout le nayf de ma muse, Marot, III, 274. L'un grave en bronze, et dans le marbre à force Veut le naïf de nature imiter, Ronsard, Odes, III, 18. Cela faict [des coups de bâtons reçus], voylà Chicquanous riche pour quatre moys ; comme si coups de baston feussent ses naïfves moissons, Rabelais, Pant. IV, 12. L'histoire du siege de Jerusalem qui represente au naïf celuy de nostre ville [Paris], Sat. Mén. p. 156. Il avoit la langue un peu grasse, ce qui ne luy seoit pas mal, ains donnoit une certaine grace naïfve et attrayante à son parler, Amyot, Alc. 2. Puis, tout ravy de leur grace naïve, Dormir au frais d'une source d'eau vive, Dont le doux bruit semble parler d'amour, Desportes, Bergeries. Ils font une mine de duc et d'empereur ; mais tantost après les voyez devenus valets et crocheteurs miserables, qui est leur naïfve et originelle condition, Montaigne, I, 327. Mes deffauts s'y liront au vif, mes imperfections et ma forme naïfve, autant que la reverence publique me l'a permis, Montaigne, Essais, l'auteur au lecteur.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

NAÏF. Ajoutez :
8Au naïf, naïvement. Vous les représentez [mes vertus] au naïf, Racine, Lexique, éd. P. Mesnard.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « naïf »

Provenç. natiu ; espagn. et ital. nativo ; du lat. nativus, qui vient de natus, né.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin nativus (« qui naît, inné, naturel ») → voir natif.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « naïf »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
naïf naif

Citations contenant le mot « naïf »

  • Chercher un sens à quoi que ce soit est moins le fait d’un naïf que d’un masochiste. De Emil Michel Cioran
  • L'écrivain souhaite des lecteurs qui lui ressemblent et lui soient tout juste inférieurs : à son image, mais plus naïfs. De Jean Rostand / De la vanité
  • C'est sûrement parce que le naïf est, par nature, près de Dieu, qu'il n'éprouve pas le besoin de prononcer son nom. De Daniel Pons / Aux sources de la présence
  • Nous avons affaire à des hommes. Nous serions naïfs d'espérer uniquement de l'intelligence et du dévouement. C'était fatal que nous rencontrions aussi l'abjection, la sottise. De Rex Desmarchais / La Chesnaie
  • Certains écrivains s’excusent de ne pas avoir forgé des choses excellentes à cause du manque de liberté. Peut-être est-ce une excuse naïve pour justifier leur ineptie ou leur paresse. De José Américo
  • La jeunesse est belle. Dérision ! Elle est belle, confiante, aventureuse. Elle est riche de tous les espoirs, de toutes les ambitions. Elle est surtout naïve. De Harry Bernard / Dolorès
  • S'il est un Dieu, pourquoi Dieu permet-il le mal ? Question naïve. S'il est un Dieu, pourquoi obéirait-il à notre morale ? De Thierry Maulnier / Le dieu masqué
  • La neige possède ce secret de rendre au coeur en un souffle la joie naïve que les années lui ont impitoyablement arrachée. De Antonine Maillet / Pointe-aux-Coques
  • Il faut créer en se laissant porter de façon un peu naïve, sans trop se poser de questions d’adulte. De Michel Legrand
  • Croire ne plus avoir d'illusion est la plus naïve des illusions. De Albert Brie / Le Devoir
  • L'amour nous a donné des âmes si naïves Que nous sommes heureux sans nous en étonner. De Alfred Desrochers / Lune de miel
  • La conjugaison éternelle du verbe "aimer" ne convient peut-être qu'aux âmes tout à fait naïves. De Gérard de Nerval / Lettres
  • Il était naïf, car c'était un révolutionnaire. Joseph Roth, Un chapitre de révolution Ein Kapitel Revolution
  • Opéras vieux, latin d’église, refrains niais, rythmes naïfs, tout est musique. De Jean-Jacques Schuhl / Ingrid Caven
  • Il était naïf, car c'était un révolutionnaire. Joseph Roth, Un chapitre de révolution Ein Kapitel Revolution
  • Une révolution est toujours inaugurée par des naïfs, poursuivie par des intrigants, consommée par des scélérats. De Paul Bourget
  • Tout salaud qu’on soit, on n’est pas moins naïf et susceptible de déceptions. De Pierre Desproges / Fonds de tiroir
  • Seuls les grammairiens sont assez naïfs pour penser que l’exception confirme la règle. De Amélie Nothomb / Métaphysique des tubes
  • Il y a dans l'aurore du talent quelque chose de naïf et de hardi en même temps qui rappelle les grâces de l'enfance et aussi son heureuse insouciance des conventions qui régissent les hommes faits. De Eugène Delacroix / Journal
  • L'humour drôle naïf, c'est quand on se fait passer pour un con et que ça fait rire tellement on est con. Généralement, ça marche que quand on est vraiment con. De Michel Boujenah / Le Guide du nouveau frimeur
  • Malheur aux naïfs qui croient que zapper c'est vivre et qu'en conséquence vivre c'est zapper... De Bernard Pivot / Le métier de lire
  • Educateur farfelu qui aurait souhaité nous faire éléver à domicile pour mieux surveiller nos progrés, homme mûr et néanmoins naïf, saisi d'étonnement à chaque étape de notre évolution, Papa vécut sa paternité avec un émerveillement inquiet. De Caroline Anouilh / Drôle de père
  • Fardée comme un poisson naïf / Dans l'aquarium de nos souffrances / Vous marchiez, et j'étais captif / De vos lointaines apparences. De Michel Houellebecq / Configuration du dernier rivage
  • Certains disent même que pendant des années, il n’y avait plus que des loups dans les ruines de Lectoure. En tout cas, ce qui est certain, c’est que cet épisode marque la fin de la maison d’Armagnac, qui rayonna pendant plusieurs siècles sur tout le Sud-Ouest et s’illustra pendant la Guerre de 100 ans. Le dernier comte d’Armagnac sera Jean V. Tout à la fois violent, courageux, naïf, têtu et franchement pervers, il va finir par tomber dans la toile tissée par "l’Universelle aragne", le roi Louis XI. ladepeche.fr, Lectoure. Les grandes batailles de l’Occitanie. inceste, fausses bulles et fin de la maison d’Armagnac - ladepeche.fr
  • Moins de monde que d’habitude à la brocante sur mer qui se déroulait le week-end dernier, au Vieux Port, à Saint-Quay-Portrieux. Les articles exposés étaient pourtant de qualité et les exposants toujours très professionnels. On trouvait de très beaux livres d’images dont un superbe album de Doisneau pour 20 € ou encore quelques tableaux modernes à des prix très compétitifs pour des artistes très en vogue de style art brut-art naïf et notamment une toile de Toto Pissaco qui est partie à moins de 200 €. Objets de marine, collections constituaient en tout cas une belle échappée culturelle que les amateurs ont appréciée. Le Telegramme, Brocante sur mer : moins de monde que d’habitude à Saint-Quay-Portrieux - Saint-Quay-Portrieux - Le Télégramme
  • Dans la comédie de masturbation « Oui, Dieu, Oui » – un titre qui demande un point d’exclamation – Alice (Natalia Dyer), une lycéenne vierge et naïve de 16 ans, se lance dans la voie de l’orgasme solitaire avec plus de persévérance que la chance. News 24, Revue `` Oui, Dieu, Oui '': Péché et sensualité - News 24
  • De grands compositeurs comme Offenbach ou Messager puisent dans cette esthétique le souffle de liberté leur permettant de s’exprimer avec brio et légèreté. Si les mythes y sont malmenés, la vérité de l’âme humaine y éclate dans toutes ses nuances, d’une manière moins naïve qu’on ne l’imagine. Unidivers, L’opérette, comédie humaine – Tania Bracq Le Minihic-sur-Rance mercredi 29 juillet 2020
  • “Je voulais tellement aider que j'étais prête à ramener à la maison n'importe quel enfant qui avait besoin de moi. En cela, j'étais naïve, idiote et arrogante”,  amomama.fr, "J’ai été naïve, stupide et arrogante" : Myka Stauffer s’excuse de l’abandon de son fils
  • C'est la fin de l'Europe naïve. Franceinfo, Accord pour un plan de relance de 750 milliards d'euros : "Ce ne sont pas les Européens qui vont payer", assure Thierry Breton
  • SUQUET DES ARTISTES CANNES - Le peintreOlivier Masmonteil, qui s’interroge sur l’histoire de l’art, y dévoile une vision émerveillée et délibérément naïve du monde à travers ses incursions dans le paysage, qu’il soit réel ou fantasmé.La centaine de toiles d’Olivier Masmonteil présentée au Suquet des Artistes poursuit le cheminement entamé avec les expositions Gérard Schlosser et Nazanin Pouyandeh à travers la peinture française contemporaine. Comment est-il possible que ce mode d’expression, sans doute le plus ancien dans l’histoire de l’humanité, trouve à chaque génération de nouveaux héros pour le défendre et l’adapter à leur temps ? La peinture d’Olivier Masmonteil est d’autant plus précieuse pour répondre à cette question qu’elle n’hésite jamais à s’attaquer à des thèmes ancestraux, le portrait et surtout le paysage.Engagée par Olivier Masmonteil il y a dix ans, la série Quelle que soit la minute du jour, présentée dans l'exposition, se compose de 1000 tableaux de taille identique, représentant des paysages rencontrés aux quatre coins du monde. Dans plus de 20 pays et sur les 5 continents, Olivier Masmonteil a collecté des moments éphémères, toute une collection d’aubes, de crépuscules, de déserts, de glaciers ou de montagnes, restituant d’une manière sensible la lumière, l’atmosphère, la beauté et la magie des lieux visités. Chaque tableau devient un petit ex voto que l’artiste adresse au spectateur. Réunis, ils offrent une cartographie complexe de notre terre, une mosaïque de lieux, d’instants et d’impressions fixant le caractère intemporel et universel du paysage. NiceRendezVous, Exposition Olivier Masmonteil Des Horizons si Grands au Suquet des Artistes, Cannes - 2020
  • Si l'homme est à l'image de Dieu, ce doit être une image d'Epinal, bien sommaire, bien naïve et de couleurs bien enfantines.
  • Le mâle humain croyant à tort n'avoir point reçu la beauté en partage, s'est fait la conviction naïve que c'était l'intelligence qui lui avait été dévolue... en exclusivité ! De Louky Bersianik / L'Euguélionne

Images d'illustration du mot « naïf »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « naïf »

Langue Traduction
Anglais naive
Espagnol ingenuo
Italien ingenuo
Allemand naiv
Chinois 幼稚
Arabe ساذج
Portugais ingênuo
Russe наивный
Japonais 素朴な
Basque inozoa
Corse ingenu
Source : Google Translate API

Synonymes de « naïf »

Source : synonymes de naïf sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « naïf »

Partager