Impur : définition de impur


Impur : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

IMPUR, -URE, adj.

A. − Qui n'est pas pur, qui est altéré ou souillé par la présence d'éléments étrangers. Composé, corps impur; liquide, métal impur. Les microbes du lait peuvent se retrouver dans le beurre; ils proviennent soit des eaux impures employées pour les manipulations, soit des maladies de la vache (Macaigne, Précis hyg.,1911, p. 245).Le minerai, la bauxite, est de l'alumine impure, contenant notamment de la silice, de l'oxyde de fer, de l'acide titanique (Guillet, Techn. métall.,1944, p. 13) :
1. Le raffinage ne se borne pas à rendre acceptables des huiles impures ou altérées, il permet en plus d'assurer une excellente conservation des huiles et des graisses raffinées, par suite de l'élimination des impuretés favorisant la décomposition et l'altération des glycérides en leurs constituants... Brunerie, Industr. alim.,1949, p. 48.
P. anal.
(Théorie, principe, système) qui comporte des éléments étrangers ou indésirables. Synon. hétérogène.Comme on voit, la Convention ne peut proscrire les substitutions, « reste impur des lois féodales », comme dit Laplaigne, qu'en proscrivant toute inégalité de partage (Jaurès, Ét. soc.,1901, p. 224).Ils [les marchés monopolistiques] sont imparfaits parce que, sauf dans le cas de marchés de concurrence hétérogène où le consommateur ne paie que le « prix de la variété » qu'il désire, ils ne sont pas des allocateurs impeccables des ressources économiques. Ils sont impurs parce qu'ils admettent des combinaisons nombreuses et variées des forces de la concurrence et des forces du monopole (Perroux, Écon. xxes., 1964, p. 282).
Dont on ne connaît pas l'ascendance, dont l'ascendance est composée de sangs différents. Lignée impure; sang impur (vieilli). Cette race impure, fuyant devant l'épée de Sésostris, ou le couteau exterminateur des Juifs, s'était trouvée acculée à la mer, et l'avait prise pour patrie (...). Là, les générations pullulaient sans famille certaine, chacun ignorant qui était son père, naissant, multipliant au hasard, comme les insectes et les reptiles (Michelet, Hist. romaine, t. 1, 1831, p. 179).Les expériences de Joly, de Musset, de Frémy, sur lesquelles s'exerçait la verve féroce de Pasteur, ressemblaient (...) à celles des biologistes prémendéliens quand ils prétendaient étudier l'hérédité en se servant d'organismes héréditairement impurs (Cuénot, J. Rostand, Introd. génét.,1936, p. 75).
BEAUX-ARTS
Qui s'écarte des canons stricts imposés à un genre, un style, une interprétation :
2. Entre ces œuvres ambitieuses et décadentes et les merveilles gothiques se placent des pièces qui, quoique soumises à la technique impure du modelé, arrivent, grâce au génie des auteurs des cartons, à une beauté incontestable. Lhote, Peint. d'abord,1942, p. 80.
[En parlant d'une œuvre, d'une techn.] Qui participe de genres distincts, différents, et qui est généralement considéré comme inférieur par les puristes. Synon. bâtard, hétéroclite, hybride.Le théâtre musical était pour eux un genre littéraire, donc impur (...). Toute musique expressive, descriptive, suggestive, en un mot toute musique qui voulait dire quelque chose, était taxée d'impure (Rolland, J.-Chr., Foire, 1908, p. 687).
Au fig. Mêlé, entaché d'éléments incontrôlés, indésirables ou interdits. Cœur impur; joie impure. Il trouvait en soi et autour de soi un mélange des plus impurs de circonstances et d'idées, qui pouvait inspirer les jugements les plus sceptiques (Valéry, Variété IV,1938, p. 35).Il a pu nous paraître d'abord, à voir le soin que la Terreur mettait à distinguer les phrases pures des impures, qu'elle offrait tous les traits du scrupule intellectuel, de l'analyse, de la discrimination (Paulhan, Fleurs Tarbes,1941, p. 142) :
3. Le dîner se passait, sans qu'ils fissent un effort pour causer. Ils étaient affamés de silence... À la fin seulement, leur langue se déliait un peu, lorsqu'ils se sentaient reposés, et que chacun, entouré de l'amour discret de l'autre, avait effacé de son être les traces impures de la journée. Rolland, J.-Chr., Antoinette, 1908, p. 879.
B. − RELIG. Dont le contact, considéré comme une souillure (ou un péché dans la tradition judéo-chrétienne), est proscrit de manière permanente ou momentanée. Synon. partiels interdit, sacré, tabou.Alors on immolait le porc impur au seuil des maisons, les castagnettes sonnaient dans les blés, le cistre grinçait sur les bateaux qu'on démarrait (Flaub., Tentation,1849, p. 456).Le guerrier maori est impur pendant la durée d'une expédition armée, et il ne cesse d'être tabou qu'après s'être purifié (Jeux et sports,1967, p. 773) :
4. En quoi le fait de toucher un objet tabou, un animal ou un homme impur ou consacré, de laisser s'éteindre le feu sacré, de manger de certaines viandes, de ne pas immoler sur la tombe des parents le sacrifice traditionnel, de ne pas prononcer exactement la formule rituelle, (...) a-t-il pu jamais constituer un danger social? Durkheim, Division trav.,1893, p. 37.
P. méton., adj. ou subst. (Celui, celle, ce) qui est souillé au contact d'une chose, d'un être impur. Le patriciat s'était désarmé le jour où il avait prononcé avec les rites solennels que quiconque toucherait un tribun serait impur (Fustel de Coul., Cité antique,1864, p. 384).On ne quittait guère le cher quartier des synagogues et des maisons peintes en bleu. Qu'aurait-on été faire dans les quartiers impurs? (Tharaud, An prochain,1924, p. 209).La même rigueur ne s'est-elle pas exercée d'ailleurs bien des fois dans le sein d'Israël, et non sans âpreté, pour séparer les purs et les impurs, ceux qui obéissaient à la loi divine de ceux qui la violaient? (Weill, Judaïsme,1931, p. 116).
(Celui, celle, ce) qui est hors d'une doctrine religieuse et combattu ou suspect à ce titre. Non seulement la France, mais encore l'Espagne et l'Italie, eussent été dès lors perdues pour la foi et la vraie civilisation, si la croisade n'avait pas été victorieusement prêchée contre cet impur foyer de doctrines païennes et orientales (Montalembert, Ste Élisabeth,1836, p. xxv).N'ayant point part au salut, ils restent hors la loi chrétienne, comme païens, comme impurs, et trop souvent suspects de connivence au mauvais principe (Michelet, Peuple,1846, p. 233).Esprit, démon impur. Esprit du mal. Au fond de ces temples énormes cimentés avec le sang des races opprimées, ricanent hideusement accroupis d'impurs démons qui usurpent les libations, les offrandes et les sacrifices (Gautier, Rom. momie,1858, p. 298).Les poètes les appellent démons, les philosophes en parlent, Socrate en avait un spécial, les mages font par eux leurs prestiges. Ces esprits impurs se cachent sous les statues et les images des dieux païens (Théol. cath.t. 4, 11920, p. 344).
Emploi subst. masc. à valeur de neutre. Le sacré est en effet objet simultané d'épouvante et de convoitise. Il apparaît sous les formes antagonistes du pur et de l'impur qui expriment la polarité religieuse par excellence (Philos., Relig., 1957, p. 32-7).
C. − Au fig., adj. ou subst. (Celui, celle, ce) qui porte une souillure morale. Synon. bas, corrompu, immoral, indigne, vil.Le bourgeois − qu'il soit honnête ou canaille, ce qui est, à peu près, la même chose à cet étage − est un être impur, essentiellement. S'il cessait d'être impur, il cesserait d'être bourgeois (Bloy, Journal,1907, p. 354).Et pourtant, je ne suis point parricide. Au contraire, c'est par piété filiale que j'ai versé le sang impur des ennemis de ma patrie (A. France, Dieux ont soif,1912, p. 264) :
5. Ils prétendent alors interdire aux consciences l'emploi de tout moyen non mauvais en lui-même auquel les hommes ont fait un contexte impur (défense à un écrivain de publier, parce que la publicité moderne est impure; à un citoyen de voter, parce que le parlement est impur); ils exigent qu'elles refusent de coopérer à l'œuvre commune des hommes quand des moyens impurs s'y mêlent par accident... Maritain, Human. intégr.,1936, p. 265.
En partic. [Pour ce qui touche à la sexualité] Qui est jugé indécent d'un point de vue moral, social ou religieux. Anton. chaste, pudique.Geste impur; mots impurs. Alors vous ouvrîtes les yeux et votre regard me pénétra d'une honte inconnue; je me détournai comme si j'avais fait une action coupable. Pourtant, Lélia, aucune pensée impure ne s'était même présentée à mon esprit (Sand, Lélia,1833, p. 158).Ses yeux, allumés par le désir de séduire, par ce besoin de vaincre l'homme qui rend fascinant comme celui des félins le regard impur des femmes, m'appelaient, m'enchaînaient, m'ôtaient toute force de résistance (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Allouma, 1889, p. 1312).Ce n'est pas l'acte sexuel qui est impur et vulgaire, c'est tout ce qu'on met autour (Montherl., Lépreuses,1939, p. 1439).
Subst. fém., vieilli. Courtisane, prostituée. Ces créatures que le dictionnaire de la mode a successivement classées sous les titres grossiers ou badins d'impures, de filles entretenues, de lorettes et de biches (Baudel., Curios. esthét., Le Peintre de la vie mod., 1863, p. 337).Houssaye, ce soir, disait que l'impure commençait à manquer sur le marché de Paris. Il donnait cette raison, qu'autrefois l'homme de province allait dans une maison de prostitution ou couchait avec sa bonne; maintenant le provincial entretient (Goncourt, Journal,1878, p. 1216).
REM.
Impurifiable, adj.Qui ne peut être purifié. Qu'un milliardaire infect (...) vienne à s'aplatir bêtement et ignoblement contre un arbre ou contre un mur, désormais impurifiable, en accomplissant, au mépris de la vie des autres, un balourd exploit de vitesse, deux cents journaux, le lendemain, lui décerneront le martyre (Bloy, Journal,1903, p. 175).
Prononc. et Orth. : [ε ̃py:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. xiiies. « souillé, pollué » (Simples medecines, éd. P. Dorveaux, § 87); 2. 1516 « dont la substance matérielle est altérée » (J. Perréal, Complainte de Nature ds Rose, éd. Méon, t. 4, p. 125); 1690 fig. [en parlant d'une noblesse mésalliée] sang impur (Fur.); 3. 1611 « souillé moralement; indécent » (Cotgr.); 1768 subst. fém. « courtisane » (Collé, Vérité ds le vin, scène VIII ds Fr. mod. t. 17, p. 67); 4. av. 1682 domaine relig. (Le Maistre de Sacy, Bible, Lévitique, V, 2, éd. Paris, Merueis, 1853, p. 101b : une chose impure comme serait un animal tué par une bête). Empr. au lat.impurus « qui n'est pas pur, corrompu (au propre et au fig.) ». Fréq. abs. littér. : 787. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 166, b) 1 222; xxes. : a) 1 046, b) 1 067.
DÉR.
Impurement, adv.De manière impure. Mais, en vérité, au point de vue purement, ou, si tu préfères, impurement sensuel, ils [les premiers baisers] sont détestables (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Baiser, 1882, p. 608).[ε ̃pyʀmɑ ̃]. Att. ds Ac. 1694 puis 1878 et 1935. 1reattest. 1580 (Th. de Bèze, Hist. ecclés., I, 97 ds Gdf. Compl.); de impur, suff. -ment2*.
BBG.Dub. Pol. 1962, p. 320. - Klein (J.R.). Le Vocab. des mœurs de la « Vie Parisienne » sous le Second Empire. Louvain, 1976, pp. 66-67. - Vaganay (H.). Notes sur la lang. du 16es. R. Philol. fr. 1933, t. 45, p. 143 (s.v. impurement).

Impur : définition du Wiktionnaire

Adjectif

impur \ɛ̃.pyʁ\ masculin

  1. Qui n’est pas pur.
    • La houille est généralement assez impure et contient des pyrites et des matières argileuses qui agissent d'une manière fâcheuse dans plusieurs opérations industrielles. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 91)
    • Dans son rapport annuel 2016, la Cour des comptes ce système d’huiles impures comptant double, responsable de « fraudes massives ». — (Odile Benyahia-Kouider, « Les pétroliers font du gras avec leur drôles d’huiles », Le Canard enchaîné, 13 juin 2018, page 4.)
  2. Qui a une impureté religieuse.
    • Je suis persuadé, selon la doctrine du Seigneur Jésus, que rien n'est impur de soi-même, et qu’il n'est impur qu’à celui qui le croit impur. — (Louis-Isaac Lemaistre de Sacy, Bible, St Paul, Ép. aux Rom. XIV, 14.)
    • Mon père, en ce jour solennel, De l’idolâtre impur fuit l’aspect criminel. — (Jean Racine, Athalie, III, 2.)
  3. Qui a une impureté morale.
    • Sion, repaire affreux de reptiles impurs. — (Jean Racine, Esther, I, 1.)
    • Reste impur des brigands dont j’ai purgé la terre. — (Jean Racine, Phèdre, IV, 2.)
    • Quel chemin peut conduire à cette cour impure, à ce séjour de crime où j’ai reçu le jour ? — (Voltaire, Oreste, II, 1.)
  4. Les esprits impurs, les démons.
    • Tous ces impurs esprits qui troublent l’univers, Et le feu de la foudre et celui des enfers. — (Voltaire, La Henriade, Chant V.)
    1. Il se dit aussi des choses.
      • Le meurtrier du roi respire en ces États, Et de son souffle impur infecte nos climats. — (Voltaire, Œdipe, I, 3.)
      • Loin de ce médisant infâme, Qui de l’imposture et du blâme Est l’impur et bruyant écho. — (Jean-Baptiste-Louis Gresset, La Chartreuse, 1734)
  5. Être né d’un sang impur, être né de parents malhonnêtes, déshonorés.
    1. On dit dans le même sens : une race impure.
    • Cette Esther, l’innocence et la sagesse même, Dans cette source impure aurait puisé ses jours ! — (Jean Racine, Esther, III, 4.)
  6. Impudique.
    • Une femme impure.
    1. Il se dit des choses.
      • Pensées impures.
      • Des mœurs impures.
      • Du moindre sens impur la liberté l’outrage, Si la pudeur des mots n’en adoucit l’image. — (Nicolas Boileau-Despréaux, Art p. II.)
      • Pour les fables païennes, une fille sera heureuse de les ignorer toute sa vie, à cause qu’elles sont impures et pleines d’absurdités impies. — (François de Salignac de La Mothe-Fénelon, Traité de l’éducation des filles, chapitre 6, 1687)
      • Les étincelles impures qui allumèrent son cœur. — (Jean-Baptiste Massillon, Carême, Enf. prod.)

Nom commun

impur masculin

  1. Ce qui est moralement impur.
    • Par là de tout l’impur la souillure s'efface. — (Pierre Corneille, Imit. III, 52.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Impur : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

IMPUR, URE. adj.
Qui n'est pas pur, qui est altéré ou corrompu par quelque élément étranger. Des eaux impures. Séparer les métaux de ce qu'ils ont d'impur. Ce qu'il y avait d'impur est demeuré au fond. En termes bibliques, il signifiait Qui, d'après la Loi, a été souillé. Les races impures. Être né d'un sang impur. Cette dernière expression signifie figurément Être né de parents flétris, connus pour de malhonnêtes gens. Il signifie aussi, figurément, Qui est impudique. Dans ce sens, il se dit surtout en parlant des Choses. Des pensées impures. Une vie impure. Des mœurs impures. Des amours impures.

Impur : définition du Littré (1872-1877)

IMPUR (in-pur, pu-r') adj.
  • 1Qui n'est pas pur. Des eaux impures. Des métaux impurs. Sion, repaire affreux de reptiles impurs, Racine, Esth. I, 1.

    Fig. Mais à la cour lis sur tous les visages Traîtres, flatteurs, meurtriers, vils faquins ; D'impurs ruisseaux, gonflés par nos orages, Font déborder cet égout des Tarquins, Béranger, Octav.

  • 2Qui a une impureté religieuse. Je suis persuadé, selon la doctrine du Seigneur Jésus, que rien n'est impur de soi-même, et qu'il n'est impur qu'à celui qui le croit impur, Sacy, Bible, St Paul, Ép. aux Rom. XIV, 14. Mon père, en ce jour solennel, De l'idolâtre impur fuit l'aspect criminel, Racine, Athal. III, 2.
  • 3Qui a une impureté morale. Reste impur des brigands dont j'ai purgé la terre, Racine, Phèdre, IV, 2. Quel chemin peut conduire à cette cour impure, à ce séjour de crime où j'ai reçu le jour ? Voltaire, Oreste, II, 1.

    Les esprits impurs, les démons. Tous ces impurs esprits qui troublent l'univers, Et le feu de la foudre et celui des enfers, Voltaire, Henr. v.

    Il se dit aussi des choses. Le meurtrier du roi respire en ces États, Et de son souffle impur infecte nos climats, Voltaire, Œd. I, 3. Loin de ce médisant infâme, Qui de l'imposture et du blâme Est l'impur et bruyant écho, Gresset, Chartreuse.

    Être né d'un sang impur, être né de parents malhonnêtes, déshonorés.

    On dit dans le même sens : une race impure. Cette Esther, l'innocence et la sagesse même, Dans cette source impure aurait puisé ses jours ! Racine, Esth. III, 4.

    S. m. L'impur, ce qui est moralement impur. Par là de tout l'impur la souillure s'efface, Corneille, Imit. III, 52.

  • 4Impudique. Une femme impure.

    Il se dit des choses. Pensées impures. Des mœurs impures. Du moindre sens impur la liberté l'outrage, Si la pudeur des mots n'en adoucit l'image, Boileau, Art p. II. Pour les fables païennes, une fille sera heureuse de les ignorer toute sa vie, à cause qu'elles sont impures et pleines d'absurdités impies, Fénelon, Éduc. filles, ch. 6. Les étincelles impures qui allumèrent son cœur, Massillon, Carême, Enf. prod.

HISTORIQUE

XIVe s. Mais les autres [métaux] plus impurs sont, Por ce que le vif argent ont Trop crud…, Nat. à l'alch. errant, 130.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « impur »

Étymologie de impur - Littré

Lat. impurus, de in négatif, et purus, pur.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de impur - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Du latin impurus → voir in- et pur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « impur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
impur ɛ̃pyr play_arrow

Citations contenant le mot « impur »

  • 9L’impureté de la photographie vient également du fait qu’elle a forgé une nouvelle conception des images. Reste à comprendre quand et comment elle peut « faire image » et, avant tout, ce qu’est une image. L. Jenny définit ce terme de deux manières différentes et affirme que, paradoxalement, la photo correspond aux deux sens à la fois : , Révéler la photographie argentique par la voie de l’impureté esthétique (Acta Fabula)
  • Ça n'est pas le premier film sur la guerre d'Algérie, mais « Qu'un sang impur » va rester comme l'un des plus forts et des plus justes sur le sujet. Le récit débute en 1960, quand le colonel Breitner, allemand naturalisé français après ses actes de bravoure - et ses exactions qui l'ont traumatisé - en Indochine est contacté par la mère d'un officier disparu dans le conflit algérien qui touche à sa fin. Elle est persuadée que son fils est mort, et demande à Breitner de partir sur place pour lui en ramener la preuve. Le colonel accepte à contrecœur, et recrute sur place un commando formé par sa compagne, ex-soldat Mong ayant lutté aux côtés des Français en Indochine, et quelques têtes brûlées au parcours hors-norme. leparisien.fr, «Qu’un sang impur» : un film remuant et dérangeant sur la guerre d’Algérie - Le Parisien
  • Aux Armes citoyens, formez vos bataillons, marchons, marchons, qu'un sang impur abreuve nos sillons. lindependant.fr, "Négrophobie d'Etat": la statue de Colbert devant l'Assemblée nationale vandalisée - lindependant.fr
  • Parfois présenté comme un simple recueil de souvenirs illustrant plusieurs plaisirs « impurs » depuis une posture détachée, ou même comme l’équivalent de Mes Apprentissages dans le domaine sensuel, Le Pur et l’impur surprend pourtant le lecteur par sa complexité. Aux frontières des genres textuels, il l’invite ainsi à s’arrêter sur ses pages pour mieux relire l’œuvre de Colette dans laquelle il occupe, avec La Naissance du jour et Sido, une posture centrale. , F. Fouchard, Colette aux frontières des genres
  • Les musulmans, qui forment quelque 90% de la population, ont rarement des chiens comme animal de compagnie, puisque le chien est considéré comme impur par l'islam. LaProvence.com, France - Monde | Le docteur indonésien qui sauve les chiens victimes de la pandémie | La Provence
  • La fatigue est une des choses au monde les plus intéressantes à penser. Elle est comme la jalousie, comme le mensonge ou comme la peur. Elle est comme ces choses impures que l’on tient loin de ses yeux. Comme ces choses elle nous fait toucher terre. De Christian Bobin / Une Petite Robe de fête
  • Heureux ceux qui pleurent, car il n'est pas de larmes impures. En chacune d'elles brille un fragment d'éternité, toute larme a sa source dans un autre monde. De André Frossard / L’Art de croire
  • L'action politique est de soi impure parce qu'elle est action de l'un sur l'autre et parce qu'elle est action à plusieurs. De Maurice Merleau-Ponty / Humanisme et terreur
  • Tout est pur pour ceux qui sont purs, et rien n’est pur pour ceux qui sont impurs. De Saint Paul / Epître à Tite
  • Il arrive à chacun de se croire un surhomme tant qu'il ne s'est pas aperçu qu'il est en même temps mesquin, impur et perfide. De Ernesto Sabato / Le tunnel
  • On avait souhaité qu’un sang impur abreuve nos sillons sans savoir qu’un jour un déluge de sons impurs abreuverait nos microsillons. De Jacques Sternberg / Pensées
  • L'eau, liquide si impur, qu'une seule goutte suffit pour troubler l'absinthe. De Alfred Jarry
  • Fuis du plus loin la pointe assassine L’esprit cruel et le rire impur. De Paul Verlaine / L’art poétique
  • La sagesse est plus vulnérable que la beauté ; car la sagesse est un art impur. De André Malraux / L'Espoir
  • Un sang impur abreuve nos microsillons. De MC Solaar / Les pensées sont des flowers

Traductions du mot « impur »

Langue Traduction
Corse impuru
Basque purua
Japonais 不純
Russe нечистый
Portugais impuro
Arabe غير نقية
Chinois 不纯
Allemand unrein
Italien impuro
Espagnol impuro
Anglais impure
Source : Google Translate API

Synonymes de « impur »

Source : synonymes de impur sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « impur »



mots du mois

Mots similaires