Infâme : définition de infâme


Infâme : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

INFÂME, adj.

A. − [En parlant de pers.]
1. Bas, vil, méprisable. Infâme populace, gueux. Si infâmes que soient les canailles, ils ne le sont jamais autant que les honnêtes gens (Mirbeau, Journal femme ch.,1900, p. 181):
1. Restait la comédie sérieuse, ou tragédie bourgeoise, celle où l'on voit des pères de famille désolés, des domestiques sauvant leurs maîtres, des richards offrant leur fortune, des couturières innocentes et d'infâmes suborneurs, genre qui se prolonge de Diderot jusqu'à Pixérécourt. Flaub., Bouvard, t. 2, 1880, p. 7.
2. Chargé, couvert d'infamie :
2. ... féroce et crapuleux, c'est à force de vices et de crimes qu'il a pris un impérieux et irrésistible ascendant sur une tourbe d'êtres dégradés et infâmes : jamais une pensée noble et consolante; on dirait que c'est en riant, d'un rire satanique, qu'il creuse dans la fange pour voir jusqu'à quel point d'ignominie peut aller la dégradation humaine. Sue, Atar-Gull,1831, p. 18.
JURISPR., vx. Infâme de droit. ,,Celui qui avait subi, par jugement, une peine infâme`` (Littré). Infâme de fait. ,,Celui qui exerçait une profession réputée infâme, comme le bourreau, les tortionnaires, les comédiens`` (Littré) :
3. ... ils [deux plaideurs] engagent leur droit, leur parole, leur serment, leur honneur enfin, puisque droit et dignité ou honneur sont synonymes et que le plaideur de mauvaise foi est réputé infâme. Proudhon, Guerre et paix,1861, p. 201.
Emploi subst. Vivre en infâme. Qui? Ce maudit Harris! cet Américain d'enfer! ce pirate exécrable! ce voleur d'enfants! cet assassin de jeunes filles! cet infâme... (About, Roi mont.,1857, p. 255).
B. − [En parlant de choses]
1. Qui provoque une flétrissure morale. Infâme calomnie. M. Primaire, à la page 172 de son Manuel d'éducation morale, civique et sociale, propose à ses élèves le sujet de devoir suivant : Conduite infâme de la France envers l'Europe sous Louis XIV et Napoléon Ier(Barrès, Cahiers, t. 8, 1910, p. 48).
2. Qui cause de la répugnance par sa laideur, sa saleté. Les Vandales détruisaient les monuments de l'antiquité, mais ne les remplaçaient pas par (...) des ponts d'un style infâme, comme le pont Alexandre (France, Révolte anges,1914, p. 349):
4. Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme, Ce beau matin d'été si doux : Au détour d'un sentier une charogne infâme Sur un lit semé de cailloux... Baudel., Fl. du Mal,1857, p. 49.
Emploi subst. masc. sing. à valeur de neutre. [P. allus. à Voltaire et aux Encyclopédistes (cf. le slogan voltairien : Écrasons l'infâme!)] La superstition et l'intolérance. Au xviiiesiècle, ils étaient trop occupés à combattre l'infâme pour s'amuser à ce fou rire innocent [de Don Quichotte] (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 8, 1864, p. 63).Il est triste à dire, mais c'est la vérité, le papisme est ici presque général. Voltaire a fait un fiasco solenne, et l'infâme est plus puissant que jamais (Mérimée, Lettres Panizzi, t. 2, 1870, p. 254).
REM.
Infamer, verbe trans.,vx. Rendre infâme. Je fuis alors ce que j'ai fait, une chose infâme, je le sais bien (...) ma vie n'est-elle pas infamée déjà (Dumas père, Blancs et bleus,1870, IV, 5, p. 157).
Prononc. et Orth. : [ε ̃fɑ:m]. Ac. 1694-1762 infame, ensuite -fâme. Étymol. et Hist. 1. 1335 « (en parlant d'une pers.) ignoble » fiers et forz et infames (Girart de Rossillon, éd. E. B. Ham, 5843) en partic. 1348, 10 déc. « flétri par la loi » (cité ds P. Varin, Arch. administr. de la ville de Reims, II, 1185 : qu'elle soit pronuncie pour infâme); d'où ca 1485 subst. « personne indigne, vile » (Myst. Vieux Testament, éd. J. de Rothschild, 16173); 2. xives. [ms.] « qui avilit ou déshonore quelqu'un » chose infame et vituperable (Brunet Latin, Trésor, éd. Chabaille, Appendice, p. 630); 3. 1559 « qui provoque le dégoût, sale, répugnant (ici en parlant d'une pers.) » laid, ord et infame (M. de Navarre, Heptameron, 20enouvelle, éd. M. François, p. 154). Empr. au lat.infamis « mal famé, décrié », composé de in- privatif et de fama « renommée, réputation ». Fréq. abs. littér. : 1 485. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 049, b) 3 096; xxes. : a) 2 325, b) 655.

Infâme : définition du Wiktionnaire

Adjectif

infâme \ɛ̃.fɑm\ masculin et féminin identiques

  1. (Désuet) Qui a mauvaise réputation, qui est célèbre en mauvaise part (sens étymologique).
    • Heureux qui n’est point attaché à cet écueil [la cour], infâme de tant de naufrages ! — (Gui Patin, Lettres, tome II, p. 421)
  2. Qui s’est diffamé dans l’opinion publique.
    • Mais qui peut vivre infâme est indigne du jour. — (Corneille, Cid, I, 8)
    • Qui, tant que sa poursuite a cru m’avoir infâme, ne m’a point souhaitée en qualité de femme. — (Jean de Rotrou, Venceslas, II, 1)
    • Et toi, Neptune, et toi, si jadis mon courage d’infâmes assassins nettoya ton rivage […] — (Racine, Phèdre, IV, 2)
    • En vain Descartes avait épuisé son génie à rassembler les preuves de la divinité, et à en chercher de nouvelles ; ses infâmes ennemis le comparèrent à Vanini dans un écrit public. — (Voltaire, Siècle de Louis XIV : Écrivains : Descartes)
    • Ce secret qui pesait à son infâme cœur. — (Voltaire, Zaïre, IV, 5)
    • Les infâmes courtisans du plus infâme des princes. — (Diderot, Claude et Néron, I, 83)
  3. Qui est diffamé, flétri par les lois.
    • Un infâme meurtrier leur avait déjà assassiné le brave M. de Mouy, à ces pauvres gens. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre VI)
    • Jésus-Christ paraîtrait sur les théâtres, en la personne d’un acteur, d’une actrice effrontée, gens infâmes, même selon les lois des hommes ? — (Jean Baptiste Massillon, Carême)
    • Élus. Esopus et Roscius [acteurs à Rome] n’étaient pas des sénateurs romains, il est vrai ; mais le flamen ne les déclarait point infâmes, et on ne se doutait pas que l’art de Térence fût un art semblable à celui de Locuste [célèbre empoisonneuse] — (Voltaire, Dictionnaire philosophique : Police des théâtres)
  4. Qualifie les choses qui entraînent la flétrissure morale.
    • Comme tous les gens connus, la presse collabo de Paris l'a injurié, bafoué, traîné plus bas que terre avec ce raffinement dans l'insulte infâme que donne la garantie de l’impunité. — (Jean-François Elberg , La filière des enfants, éd. JC Lattès, 2006, chap. 21)
    • L’abandonnerez-vous à l’infâme couteau qui fait choir les méchants sous la main d’un bourreau ? — (Corneille, Horace, V, 3)
    • N’attendez pas de moi d’infâmes repentirs. — (Corneille, Cinna, V, 1)
    • La mort la plus infâme, ils l’appellent martyre. — (Corneille, Polyeucte, III, 4)
    • Les infâmes projets de ses assassinats. — (Corneille, Nicomède, III, 4)
    • Malgré la défection de tant de sujets, malgré l’infâme désertion de la milice, — (Bossuet, Reine d’Angleterre)
    • Depuis le jour infâme où de mon propre fils je me trouvai la femme. — (Racine, La Thébaïde ou Les Frères ennemis, III, 2)
    • À la porte d’Aman est déjà préparé d’un infâme trépas l’instrument exécrable. — (Racine, Esther, III, 4)
    • J’ai su qu’il a mené une vie infâme ; mais pourquoi as-tu négligé son éducation ? — (François de Salignac de La Mothe-Fénelon, Dialogues des morts, 1712, « Antonin Pie et Marc Aurèle »)
  5. Il se dit quelquefois, par exagération, de ce qui est messéant, indigne.
    • En effet tous ces soins sont des choses infâmes : Sommes-nous chez les Turcs pour renfermer les femmes ? — (Molière, L’École des maris, I, 2)
    • Avec un si bon dos, ma foi, monsieur Loyal, quelques coups de bâton ne vous siéraient pas mal. - On pourrait bien punir ces paroles infâmes, ma mie, et l’on décrète aussi contre les femmes. — (Molière, Le Tartufe, V, 4)
  6. On l’applique aussi en ce sens aux personnes.
    • N’êtes-vous point trop bonne d’avoir écrit à Mlle de Méri ? Mon Dieu, je lui ai écrit aussi ; que deviendra tout cela ? Elle fera de grands cris, et vous trouvera trop généreuse, comme vous l’êtes en effet, et moi bien vilaine, bien crasseuse, bien infâme ; enfin, ma mignonne, nous verrons sa réponse. — (Madame de Sévigné, Lettres : 12 juillet 1690)
  7. Ignoble, immonde, infect.
    • On le logea dans un taudis infâme. Vous avez là un habit infâme.

Nom commun

infâme \ɛ̃.fɑm\ masculin et féminin identiques

  1. Celui, celle qui a fait des choses flétries par la loi ou par la morale.
    • Les infâmes ne sont pas reçus en témoignage.
    • Ne me parlez jamais en faveur d’un infâme. — (Corneille, Horace, IV, 1)
    • Épouse-la, parjure, et fais-en une infâme […] — (Corneille, Pertharite, I, 4)
    • Croyez-vous que ce nous soit une gloire d’être sortis d’un sang noble, lorsque nous vivons en infâmes ? — (Molière, Don Juan, IV, 6)
    • Qu’importe qu’en tous lieux on me traite d’infâme ? Dans mon coffre, tout plein de rares qualités, j’ai cent mille vertus en louis bien comptés. — (Boileau, Épître V)
    • Il accorde sa confiance à deux jeunes infâmes d’une rare beauté, Othon et Sénécion, liés entre eux d’une amitié suspecte. — (Diderot, Claude et Néron, I, 48)
  2. Par exagération.
    • Un infâme : Une personne qui mérite les plus graves reproches.
    • C’est bien à vous, infâme que vous êtes, à vouloir faire l’homme d’importance. — (Molière, Les Précieuses Ridicules, 14)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Infâme : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INFÂME. adj. des deux genres
. Qui est noté, flétri par les lois, par l'opinion publique. Il y a des châtiments qui rendent infâmes. Ceux qui sont réputés infâmes par la loi ne peuvent être admis en témoignage. Une infâme prostituée. Substantivement, Il faut punir l'infâme. Il signifie plus ordinairement Qui est indigne, honteux, avilissant. Action infâme. Une infâme trahison. Conduite infâme. Mœurs infâmes. Avarice infâme. Faire un trafic, un commerce infâme. Une infâme profession. Il se dit, par exagération, de Tout ce qui est sale, malpropre. Un infâme taudis.

Infâme : définition du Littré (1872-1877)

INFÂME (in-fâ-m') adj.
  • 1Qui s'est diffamé dans l'opinion publique. Mais qui peut vivre infâme est indigne du jour, Corneille, Cid, I, 8. Qui, tant que sa poursuite a cru m'avoir infâme, Ne m'a point souhaitée en qualité de femme, Rotrou, Venc. II, 1. Et toi, Neptune, et toi, si jadis mon courage D'infâmes assassins nettoya ton rivage, Racine, Phèdre, IV, 2. En vain Descartes avait épuisé son génie à rassembler les preuves de la divinité, et à en chercher de nouvelles ; ses infâmes ennemis le comparèrent à Vanini dans un écrit public, Voltaire, Siècle de Louis XIV, Écrivains, Descartes. Ce secret qui pesait à son infâme cœur, Voltaire, Zaïre, IV, 5. Les infâmes courtisans du plus infâme des princes, Diderot, Claude et Nér. I, 83.

    Qui a mauvaise réputation, qui est célèbre en mauvaise part (sens latin, aujourd'hui inusité). Heureux qui n'est point attaché à cet écueil [la cour], infâme de tant de naufrages ! Patin, Lettres, t. II, p. 421.

  • 2Qui est diffamé, flétri par les lois. Il y a des châtiments qui rendent infâme. Ceux qui sont réputés infâmes par la loi ne peuvent être admis en témoignage. Un acteur, une actrice, gens infâmes même selon les lois des hommes, Massillon, Carême, Élus. Esopus et Roscius [acteurs à Rome] n'étaient pas des sénateurs romains, il est vrai ; mais le flamen ne les déclarait point infâmes, et on ne se doutait pas que l'art de Térence fût un art semblable à celui de Locuste [célèbre empoisonneuse], Voltaire, Dict. phil. Police des théâtres.

    Terme d'ancienne jurisprudence. Infâme de droit, celui qui avait subi, par jugement, une peine infâme. Infâme de fait, celui qui exerçait une profession réputée infâme, comme le bourreau, les tortionnaires, les comédiens.

    En parlant des choses qui entraînent la flétrissure légale. La condition des comédiens était infâme chez les Romains, La Bruyère, XII. Tout bas commerce était infâme chez les Grecs, Montesquieu, Expr. II, 8. Il y a des fonctions infâmes, malheureusement nécessaires au bon ordre de la société, Diderot, Claude et Nér. I, 51.

  • 3Il se dit des choses qui entraînent la flétrissure morale. L'abandonnerez-vous à l'infâme couteau Qui fait choir les méchants sous la main d'un bourreau ? Corneille, Hor. V. 3. N'attendez pas de moi d'infâmes repentirs, Corneille, Cinna, V, 1. La mort la plus infâme, ils l'appellent martyre, Corneille, Poly. III, 4. Les infâmes projets de ses assassinats, Corneille, Nicom. III, 4. Malgré la défection de tant de sujets, malgré l'infâme désertion de la milice, Bossuet, Reine d'Anglet. Depuis le jour infâme Où de mon propre fils je me trouvai la femme, Racine, Théb. III, 2. À la porte d'Aman est déjà préparé D'un infâme trépas l'instrument exécrable, Racine, Esth. III, 4. J'ai su qu'il a mené une vie infâme ; mais pourquoi as-tu négligé son éducation ? Fénelon, Dial. de morts anc. Antonin et Marc Aurèle.

    Lieu infâme, lieu de prostitution. Cymodocée est condamnée aux lieux infâmes ; Hiéroclès l'y attend, Chateaubriand, Mart. XXII.

  • 4Il se dit quelquefois, par exagération, de ce qui est messéant, indigne. En effet tous ces soins sont des choses infâmes : Sommes-nous chez les Turcs pour renfermer les femmes ? Molière, Éc. des mar. I, 2. Avec un si bon dos, ma foi, monsieur Loyal, Quelques coups de bâton ne vous siéraient pas mal. - On pourrait bien punir ces paroles infâmes, Ma mie, et l'on décrète aussi contre les femmes, Molière, Tart. V, 4.

    On l'applique aussi en ce sens aux personnes. N'êtes-vous point trop bonne d'avoir écrit à Mlle de Méri ? mon Dieu, je lui ai écrit aussi ; que deviendra tout cela ? elle fera de grands cris, et vous trouvera trop généreuse, comme vous l'êtes en effet, et moi bien vilaine, bien crasseuse, bien infàme, Sévigné, 12 juill. 1690.

  • 5Sale, malpropre. On le logea dans un taudis infâme. Vous avez là un habit infâme.
  • 6 S. m. et f. Celui, celle qui a fait des choses flétries par la loi ou par la morale. Les infâmes ne sont pas reçus en témoignage. Ne me parlez jamais en faveur d'un infâme, Corneille, Hor. IV, 1. Épouse-la, parjure, et fais-en une infâme, Corneille, Perth. I 4. Croyez-vous que ce nous soit une gloire d'être sortis d'un sang noble, lorsque nous vivons en infâmes ? Molière, D. Juan, IV, 6. Qu'importe qu'en tous lieux on me traite d'infâme ?… Dans mon coffre, tout plein de rares qualités, J'ai cent mille vertus en louis bien comptés, Boileau, Épître V. Il accorde sa confiance à deux jeunes infâmes d'une rare beauté, Othon et Sénécion, liés entre eux d'une amitié suspecte, Diderot, Claude et Néron, I, 48.

    Par exagération. Un infâme, une personne qui mérite les plus graves reproches. C'est bien à vous, infâme que vous êtes, à vouloir faire l'homme d'importance, Molière, Préc. 14.

HISTORIQUE

XIVe s. Il n'est cueur [cœur] qui peüst d'eus dire trop laidure ; Faus, traistres, desloyaux, sont infame et parjure, Complainte sur la bat. de Poitiers, Bibl. des ch. 3e série, t. II, p. 262. Vous avez menti faulsement, Ord, vilain paillart, Glasidas ; Infame, maleureusement Avant douze jours tu morras, Mistere d'Orleans, p. 467. Et personnes de touz mestiers Sont tuit fraint par beauté de femme ; Et maint en ont esté infame, Mutilé, mors et affolez, Deschamps, Miroir de mariage, p. 92.

XVIe s. Un palefrenier aussi laid, ord et infame que le gentilhomme estoit beau, honneste et aimable, Marguerite de Navarre, Nouv. XX.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « infâme »

Étymologie de infâme - Littré

Provenç. espagn. et ital. infame ; du lat. infamis, de in… 1, et fama, réputation.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de infâme - Wiktionnaire

Du latin infamis, de in-, et fama, « réputation ». Il a étymologiquement un sens similaire à ignoble.
Son orthographe était infame avant qu’un accent circonflexe ne lui soit ajouté dans la cinquième édition du Dictionnaire de l’Académie française, parue en 1798.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « infâme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
infâme ɛ̃fam play_arrow

Citations contenant le mot « infâme »

  • Derrière la Juve, la Lazio se rend elle chez l’Udinese et doit absolument sortir la tête de l’eau et mettre fin à une infâme série de trois défaites sur les trois dernières journées. Car derrière, l’Atalanta et l’Inter sont au coude à coude au second rang (68 points), et les Bergamasques, qui ont au moins inscrit un but à chaque match depuis 20 journées (meilleure série depuis 1955) devraient facilement rouler sur une équipe de Brescia qui a déjà les deux jambes et la moitié du torse en Serie B. Calciomio, 33ème journée : La Juventus pour se rapprocher un peu plus du Scudetto, lutte toujours acharnée pour la deuxième place entre la Lazio, l'Inter et l'Atalanta
  • 17 juillet 2020 – L’infâme roi Olly a volé le château de Peach pour tenter de plier le monde à sa volonté dans Paper Mario: The Origami King, un titre exclusif à la Nintendo Switch. Fort heureusement, Mario maîtrise de puissantes techniques d’origami qui lui permettront de déjouer ces plans machiavéliques. Pour défaire les gigantesques serpentins qui emprisonnent le château, notre héros se lancera dans un périple qui lui fera explorer de vastes régions toutes plus surprenantes les unes que les autres : des redoutables rapides, des ruines antiques, une demeure remplie de ninjas et une oasis qui assouvira la soif d’aventure des joueurs les plus intrépides. Ne manquez pas la bande-annonce Découvrez ce que Paper Mario: The Origami King vous réserve ! (Nintendo Switch) sur la chaîne YouTube de Nintendo. Le jeu est disponible à l’achat dès aujourd’hui sur le Nintendo eShop ainsi que dans les points de vente habituels. Nintendo-Town.fr, Paper Mario: The Origami King est disponible sur Nintendo Switch – Nintendo-Town.fr
  • Le travail est partout et la souffrance partout : seulement il y a des travaux stériles et des travaux féconds, des souffrances infâmes et des souffrances glorieuses. De Félicité de Lamennais / Paroles d'un croyant
  • Si infâmes que soient les canailles, elles ne le sont jamais autant que les honnêtes gens. De Octave Mirbeau / Le journal d'une femme de chambre
  • Il n'existe pas d'animal plus mesquin, stupide, infâme, pitoyable, égoïste, méchant, envieux et ingrat que le public. Il est le plus grand des lâches, car il a peur de lui-même. De William Hazlitt / Propos de table
  • - Angéla, tu es infâme - Non, je suis une femme...
  • Celui qui afflige son père, et met en fuite sa mère, est infâme et malheureux. De La Bible / Le Livre des proverbes
  • Les crimes purement moraux et qui ne laissent aucune prise à la justice humaine, sont les plus infâmes, les plus odieux. De Honoré de Balzac / Albert Savarus
  • L'amour meurtrier. L'amour infâme. L'amour funeste. Amour. Amour. Unique vie en ce monde. De Anne Hébert / Kamouraska
  • Il n'y a qu'une chose vraiment infâme, qui déshonore la créature que Dieu a faite à son image, le mensonge. De Marcel Proust / Jean Santeuil
  • Ce dont nous nous glorifions devient infâme quand c'est l'ennemi qui le fait. De Anatole France / Dernières pages inédites
  • Écrasons l'infâme. François Marie Arouet, dit Voltaire,
  • Qui m'aima généreux me haïrait infâme. Pierre Corneille, Le Cid, III, 4, Rodrigue
  • Mais qui peut vivre infâme est indigne du jour. Pierre Corneille, Le Cid, I, 5, Don Diègue

Traductions du mot « infâme »

Langue Traduction
Corse infami
Basque gaiztoa
Japonais 悪名高い
Russe позорный
Portugais infame
Arabe سيء السمعة
Chinois 臭名昭著
Allemand berüchtigt
Italien infame
Espagnol infame
Anglais infamous
Source : Google Translate API

Synonymes de « infâme »

Source : synonymes de infâme sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « infâme »


Mots similaires