Vil : définition de vil


Vil : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

VIL, VILE, adj.

A. − [En parlant d'un inanimé]
1. Qui a peu de valeur, méprisable. Tel, nu, sordide, affreux, nourri des plus vils mets, Esclavevois, mon corps en a gardé les signesJe suis né libre (Heredia, Trophées, 1893, p. 47).On vous instruit à ce qu'il y a de plus élégant, de plus profond et de plus ferme dans l'immense trésor de notre littérature. Faites-en votre nourriture préférée. N'y voyez pas une vile matière de programmes, une dose amère de médecine pour examens (Valéry, Variété IV, 1938, p. 154).
2. En partic. Dont la valeur monétaire est peu élevée. Eh! que me fait votre or! reprit l'hôtesse; précieux dans vos mains, il deviendra dans les miennes plus vil que l'étain (Hugo, Han d'Isl., 1823, p. 142).
À vil prix. V. prix I A 3 b.
Métaux vils. Métaux sans valeur. [La chimie] croyait à des élixirs de longue vie et à la transmutation des métaux vils en métaux précieux (Pasteurds Travaux, 1895, p. 415).
B. − [En parlant d'une pers., d'un groupe de pers.]
1. Vx. Qui est de basse condition. Ayant examiné les habillements, la tournure et la figure de toutes ces femmes, il en remarqua très peu que l'on pût ranger parmi la classe de la vile populace (Le Moniteur, t. 2, 1789, p. 529).Le bruit se répand un jour que la femme d'un vil artisan a donné naissance à ce roi si long-temps promis (Chateaubr., Martyrs, t. 3, 1810, p. 13).
En partic. Qui n'est pas noble. Vil roturier. Le duc de Saint-Simon s'est plaint de ce règne de vile bourgeoisie. Sous Louis XV, d'Argenson dira avec le même dédain: « Satrapie de roture » (Bainville, Hist. Fr., t. 1, 1924, p. 234).
[P. méton. du subst.] La noblesse était indignée de l'audace des gens de vile naissance, dont Sylla aimait à s'entourer (Michelet, Hist. romaine, t. 2, 1831, p. 206).
2. Qui est abject, méprisable; qui manifeste de la bassesse, de la vulgarité. Synon. indigne, infâme.
a) [En parlant d'une pers.] Vil assassin, coquin, courtisan, criminel, ennemi, séducteur, scélérat; vile canaille, créature, espèce, multitude. Ceux-là sont des fuyards, des filous, des escarpes, Des maires dont la boue a souillé les écharpes, De vils banqueroutiers esquivés nuitamment, Que l'extradition réclame (Glatigny, Fer rouge, 1870, p. 55).Hier méchant et injuste, parce qu'humilié dans ma gloriole sexuelle. Vil demain en recommençant mes caresses, sachant qu'elle ne fait que les supporter (Montherl., Pitié femmes, 1936, p. 1103).
[P. méton. du subst.] Car ton soleil, Jésus, ne s'était point levé Sur la femme, chair vile, et sur l'homme énervé (Leconte de Lisle, Poèmes barb., 1878, p. 335).
b) [En parlant d'un animal] Vil bétail. Les Égyptiens, qui regardaient comme des dieux les plus vils animaux, ont été punis (Théol. cath.t. 4, 11920, p. 1014).
c) [En parlant d'un inanimé] Vil moyen, trafic. Quel pays, que celui où le travail fait déroger, où il est honorable de consommer et humiliant de produire, où les professions pénibles sont dites viles, comme s'il pouvait y avoir autre chose de vil que le vice, et comme si c'était dans les classes laborieuses qu'il y a le plus de cette vilité, la seule réelle? (Sieyès, Tiers état, 1789, pp. 57-58).Il regagna misérablement son lit, tête basse, avec une sorte d'humilité vile qui marquait bien la profondeur de sa chute, son caractère irréparable (Bernanos, Imposture, 1927, p. 335).
REM.
Vilement, adv.[Corresp. à supra B 2] De manière vile. Ce n'est pas bien fier, Hanotaux m'ayant lâché le plus vilement du monde, le jour même où il parut devenir quelqu'un (Bloy, Journal, 1895, p. 196).
Prononc. et Orth.: [vil]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 « qui inspire le mépris, méprisable » (Roland, éd. J. Bédier, 1240); 2. ca 1140 « qui, dans une hiérarchie, occupe le plus bas degré » (Geffrei Gaimar, Hist. des Anglais, éd. A. Bell, 4761); 3. ca 1200 « qui est de peu de valeur ou sans valeur » (Moralités sur Job, éd. W. Foerster, p. 307, 42: viz); ca 1288 vil (Joinv., Credo, XXXIII ds Gdf. Compl.); 1518 à vil prix (Édit ds Rec. gén. des anc. lois fr., t. 12, p. 162). Du lat. vilis « à bas prix » d'où « méprisable ». Fréq. abs. littér.: 1 543. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3 533, b) 2 389; xxes.: a) 2 106, b) 999. Bbg. Robreau (Y.). L'Honneur et la honte. Genève, 1981, pp. 181-188.

Vil : définition du Wiktionnaire

Adjectif

vil \vil\

  1. Qui est bas, abject, méprisable.
    • C’est un homme vil.
    • Un homme de vile condition.
    • Un vil séducteur.
    • Une âme vile et basse.
    • C’est un trafic trop vil.
    • Des choses viles.
  2. (Vieilli) Qui est de peu de valeur, de prix bas.
    • C’est une étoffe de vil prix.
    • Vendre à vil prix, vendre quelque chose fort au-dessous de sa juste valeur.

Adjectif

vil \ˈviːl\

  1. Laid.
  2. Bas, vil.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Vil : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

VIL, ILE. adj.
Qui est bas, abject, méprisable. C'est un homme vil. Un homme de vile condition. Un vil séducteur. Une âme vile et basse. C'est un trafic trop vil. Des choses viles. Une chose de vil prix, Qui est de peu de valeur. C'est une étoffe de vil prix. Cette marchandise est à vil prix, Elle est à beaucoup meilleur marché qu'à l'ordinaire. Le blé est à vil prix cette année. Vendre à vil prix, Vendre quelque chose fort au-dessous de sa juste valeur. Ces livres ont été vendus à vil prix.

Vil : définition du Littré (1872-1877)

VIL (vil, vi-l') adj.
  • 1Qui est de peu de valeur. Comment en un plomb vil l'or pur s'est-il changé ? Racine, Ath. III, 7.

    Une chose de vil prix, une chose de peu de valeur.

    Cette marchandise est à vil prix, elle est à beaucoup meilleur marché qu'à l'ordinaire.

    Vendre, acheter à vil prix, vendre, acheter fort au-dessous de la valeur. On prit la croix à l'envi ; les églises et les cloîtres achetèrent à vil prix beaucoup de terres des seigneurs, Voltaire, Mœurs, 54.

  • 2 Fig. Bas, abject, méprisable. L'on a trouvé [par orgueil] le moyen de distinguer les naissances illustres d'avec les naissances viles et vulgaires, Bossuet, Gornay. Un vil amour du gain, infectant les esprits, De mensonges grossiers souilla tous les écrits, Boileau, Art p. IV. Mardochée à ses yeux est une âme trop vile…, Racine, Esth. II, 1. Qu'importe qu'au hasard un sang vil soit versé ? Racine, Athal. II, 5. Loi terrible qui mettait entre les mains de ces personnes viles [les dénonciateurs] le soin de la vengeance publique, domestique et particulière, Montesquieu, Esp. XXVI, 19. Vous citez Dion Cassius, vil Grec, vil écrivain, vil flatteur, vil ennemi de Cicéron, Voltaire, Lett. Hénault, 26 févr. 1768. Une esclave chrétienne, et que j'ai pu laisser Dans les plus vils emplois languir sans l'abaisser, Voltaire, Zaïre, IV, 5.

    S. m. Ce qui est vil, bas, honteux. Cette prudence qui lui fit discerner le vrai d'avec le faux, le vil d'avec le précieux, Fléchier, Mme d'Aiguillon.

HISTORIQUE

XIe s. Cels ki ci sunt, devum aveir mult vil, Ch. de Rol. XCIII.

XIIe s. Car tost [nous] en seriens blasmé et vil tenu, Sax. XXVIII. Cument, sire, je sui vils cume chiens à ces de Juda, cume cil ki est chief des fols ki abaient vers David, Rois, 129. Cil siet al fembrier [au fumier], ki vis choses et despites sent de soi meismes, Job, p. 450.

XIIIe s. Il [les barons] sont plus vil qu'oncques mais ne vi si, Quesnes, Romanc. p. 98. N'en doit pas estre viols tenue, Partonop. v. 1328. Povres et viols fu et caitis, ib. v. 2551. Quant Adans fu en aage de neuf cens ans et trente, il morut, si comme il plot à celui qui l'avoit fait de vilterre, Latini, Trésor, p. 28. Les mors cuers [cœurs] pereceux et vieux, Anc. poésies franç. Vatic. dans LACURNE.

XVIe s. Les proprietaires les abandonnoient à bien vil prix, Amyot, Crassus, 3. Bon citoyen estoit il, non point bas, ne vil de cueur, Amyot, Nicias, 7. Une personne de vile condition, Amyot, ib. 21. J'ay toutes mesaultres parties viles et communes, mais en celle-là [la mémoire, qu'il avait très mauvaise]…, Montaigne, I, 33.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Vil : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

VIL, adj. (Gram.) c’est celui qui a quelque mauvaise qualité, ou qui a commis quelque mauvaise action, qui marque dans son ame de la pusillanimité, de l’intérêt sordide, de la duplicité, de la lâcheté ; il y a des vices qui se font abhorrer, mais qui supposant quelque énergie dans le caractere, n’avilissent pas. Comme ce sont les usages, les coutumes, les préjugés, les superstitions, les circonstances mêmes momentanées qui décident de la valeur morale des actions ; il y a telle action vile chez un peuple, indifférente ou même peut-être honorable chez un autre ; telle action qui étoit vile chez le même peuple, dans un certain tems, & qui a cessé de l’être ; la morale n’est guere moins en vicissitude chez les hommes, & peut-être dans un même homme, que la plûpart des autres choses de la nature ou de l’art ; multa renascentur, multa cecidére cadentque quæ nunc sunt in honore. C’est ce qu’on peut dire des vertus & des vices nationaux, comme des mots. Tacite nous apprend que les Romains regardoient les Juifs, le peuple de Dieu, celui qu’il s’étoit choisi, pour lequel tant de miracles s’étoient opérés, comme la partie la plus vile des hommes.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « vil »

Étymologie de vil - Littré

Provenç. vil, vilh ; espagn. vil ; ital. vile ; du lat. vilis.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de vil - Wiktionnaire

Du français vil, vilain [1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de vil - Wiktionnaire

Du latin vilis « bon marché », « de peu de valeur ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « vil »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
vil vil play_arrow

Citations contenant le mot « vil »

  • Afin d'obtenir le Bourdon barbillombre, les joueurs de World of Warcraft : Battle for Azeroth doivent accomplir une longue suite de quêtes. Le 24è jour, il est demandé de vaincre le Jeune vil'thik, une puissante mascotte : nous vous dévoilons ici la meilleure technique pour en venir à bout. Millenium, WoW : Jeune vil'thik, Combat de mascottes, Monture Bourdon barbillombre - Millenium
  • Pour appuyer cette thèse, on pourrait citer «confidence» et «confident», «évidence» et «évident», «incidence» et «incident», «décadence» et «décadent». Choisir «résidence» et «résidant», c’est privilégier l’exception, en quelque sorte. La Tribune, Résident... et vil | Chroniques | La Tribune - Sherbrooke
  • B.O.., décédé, l'administration fiscale effectue un contrôle de la déclaration de succession. Elle constate alors un écart substantiel entre le prix de vente des trois biens en cause et les valeurs ressortant du marché local, « à l’évidence représentatif de ventes à vils prix ». LégiFiscal, Cession à vil prix et donation déguisée ? Formalisme de rectification fiscale LégiFiscal
  • Plusieurs villes, souvent des stations balnéaires, n'ont pas attendu l'annonce d'Olivier Véran pour imposer le masque dans certaines zones piétonnes très fréquentées ou lors des marchés. C'est le cas de Biarritz, Quiberon, Bayonne, Saint-Malo et Orléans. À ce jour, la plus grosse ville à imposer le masque en extérieur est la Métropole de Lille. Le préfet du Nord a annoncé vendredi, dans la foulée de l'annonce d'Olivier Véran, que le masque serait obligatoire dans les « zones les plus fréquentées » de la ville. En cas de non-respect, les passants s'exposent à une amende de 135€.Le maire de Nice, Christian Estrosi, a demandé vendredi au préfet des Alpes-Maritimes, de mettre en place une obligation locale. En cas de refus, il pourrait prendre un arrêté municipal allant dans de même sens, a-t-il annoncé à l'antenne de BFM-TV. En faisant du port du masque, un des points essentiels de sa politique sanitaire, le gouvernement change son discours du tout au tout, par rapport au début de l'épidémie. Les consignes sur le port du masque ont évolué, au fil des semaines, des connaissances scientifiques et de l'état des stocks. Dans un contexte de pénurie de masques, les autorités assuraient que ceux-ci n'étaient destinés qu'aux soignants et aux malades. L'objet était présenté comme « inutile pour toute personne dans la rue », par le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon. Les scientifiques s'accordent maintenant pour dire que le virus se transmet également par les fines gouttelettes en suspension dans l'air expiré, appelées « aérosol », ce qui justifierait de généraliser au maximum le port du masque.Le renforcement de l'obligation du port du masque peut raviver le débat sur la gratuité. Plusieurs membres de l'opposition réclamaient leur mise à disposition gratuite pour tous, tandis que le gouvernement s'est engagé à en envoyer gratuitement 40 millions, aux foyers vivant en dessous du seuil de pauvreté. Centre Presse, Centre Presse : Le masque à l'extérieur désormais obligatoire dans certaines vil
  • Nul homme heureux ne saurait devenir misérable, puisque jamais il n’accomplira des actions odieuses et viles. De Aristote / Ethique à Nicomaque
  • Une femme qui se vend, contre des promesses, est moins vile que celui qui les lui fait, si elles sont fausses. De Henry de Montherlant / Carnets
  • Comme la terre me paraît vile quand je regarde le ciel ! De Saint Ignace de Loyola / Exercices spirituels
  • L'âme vile est enflée d'orgueil dans la prospérité et abattue dans l'adversité. De Epicure
  • Tous les métiers sont vils, seule l'étude est noble. De Proverbe chinois
  • La plus vile espèce d’ennemis, ce sont les louangeurs. De Tacite
  • C'est une vile ingratitude De ne rendre avec promptitude. De Proverbe français
  • La sagesse et la bonté semblent viles à ceux qui ont l'âme vile. De William Shakespeare / Le roi Lear
  • C'est pourquoi l'idéal de l'homme est d'être aveugle, Ténébreux, vil, féroce, ignorant, odieux, Afin d'être aussi près que possible des dieux. De Victor Hugo / Les Quatre vents de l'esprit
  • En fait de mariage, il n’y a de reçu que ce qui est sensé, et il n’y a d’intéressant que ce qui est fou. Le reste est un vil calcul. De Chamfort / Maximes et pensées
  • La révélation de la bassesse ravit toujours la foule. Il est petit comme nous, il est vil comme nous !... De Alexandre Pouchkine
  • Si tu fréquentes un homme vil, c'est que tu es de son rang. De Abü Tammän
  • Tout plaisir est vil qui fleurit sur la mort. De Alain / Mars ou la guerre jugée

Images d'illustration du mot « vil »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « vil »

Langue Traduction
Corse vile
Basque vile
Japonais 下卑
Russe подлый
Portugais vil
Arabe حقير
Chinois 卑鄙的
Allemand gemein
Italien vile
Espagnol vil
Anglais vile
Source : Google Translate API

Synonymes de « vil »

Source : synonymes de vil sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « vil »


Mots similaires