La langue française

Fixe

Définitions du mot « fixe »

Trésor de la Langue Française informatisé

FIXE, adj., subst. masc. et interj.

I.− Adjectif
A.−
1. Qui ne se déplace pas, qui demeure immobile. Synon. stable; anton. mobile.
a) [En parlant d'un inanimé] Barre*, cadre, châssis, point*, poulie, roue fixe. Sur la pédale fixe de la bicyclette, sa jambe infirme reposait (Camus, Exil et roy.,1957, p. 1595).
Domicile fixe. Lieu d'habitation permanente. Sans domicile fixe (souvent abrégé s.d.f.) :
1. À dix-sept ans, je regardais avec envie ceux qui n'avaient pas de domicile fixe; et c'est à eux que je souhaite encore de ressembler quand je veux que mon esprit soit une source d'inattendu, qu'il se fasse net de toute idée préconçue concernant ma personnalité. Je poursuis un rêve d'adolescence. Rendre sensible en moi toute la mobilité de l'élément. J. Bousquet, Trad. du silence,1935-36, p. 15.
b) Moins usuel. [En parlant d'une pers. ou d'une collectivité] Population fixe. Mon oncle demeura fixe; puis il dévisagea les oisillons qui contournaient le ruisseau (Fabre, Xavière,1890, p. 87).Je jouis comme personne de cette magnifique liberté [d'une danseuse]. Les autres, maintenant, sont fixes, et comme enchantées (Valéry, Eupalinos,1923, p. 20).
2. P. ext.
a) [En parlant d'un astre] Qui offre des mouvements imperceptibles à l'œil, à première approximation. Astres, étoiles fixes. Anton. errant.
P. métaph. Revu une dernière fois la vierge d'Hemling, − étoile fixe dans mes admirations, toujours à la même place de mon âme! (Barb. d'Aurev., Memor. 3,1856, p. 80).
Emploi subst. fém. plur. Le tableau de ces belles nuits d'hiver ou d'été, sans lune, où, sur un fond d'azur bien sombre, presque noir, les fixes (...) ressortent nettement (Pommier, Athéisme,1857, p. 123).
b) [En parlant de la vue] Qui donne l'apparence de l'immobilité. Regard fixe. Synon. figé.Elle le regardait ardemment, d'un œil fixe et ne semblait plus rien voir autour d'elle (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Passion, 1882, p. 825).
P. ext. Sur ses lèvres un sourire fixe comme celui d'un ivrogne (Balzac, Peau chagr.,1831, p. 16).
B.−
1. Qui demeure dans un état donné; qui ne change pas, reste stable. Éclat, état fixe. Anton. changeant, variable.Les boutiques sont achalandées par leur clientèle, fixe comme celle d'un faubourg (Bourget, Disciple,1889, p. 12).L'âme est prise pour un être fixe, permanent, que l'on analyse comme un corps de la nature (Renan, Avenir sc.,1890, p. 181):
2. ... un rouge se transformant en un jaune près d'un bleu, par exemple, tout un paysage changeant de ton, et par les reflets, et par la décomposition même de la lumière, selon les nuages qui passent. Il en tirait cette conclusion vraie, que les objets n'ont pas de couleur fixe, qu'ils se colorent suivant les circonstances ambiantes... Zola, Œuvre,1886, p. 270.
2. Spécialement
a) CHIM. [En parlant d'un corps] Qui ne se volatilise qu'à des températures exceptionnelles ou qu'on ne volatilise point, comme l'or. L'alcali fixe était resté sec, excepté vers les bords de la capsule (Voy. La Pérouse,t. 4, 1797, p. 3).Titre sans alliage d'or fixe (Proust, Fugit.,1922, p. 487).V. aboi ex. 7.
Rem. Ne s'emploie guère auj. que dans le syntagme or fixe.
b) MAR. Feu fixe. ,,Phare qui présente un feu brillant toujours de la même intensité et dans la même direction`` (Soé-Dup. 1906). Le soleil semble un phare à feux fixes et blancs (Heredia, Trophées,1893, p. 147).
c) MÉD. Douleur fixe. Douleur incessante et localisée en un endroit précis. Elle sentait une douleur fixe dans l'épaule, vers le haut de l'omoplate gauche (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 231).
d) MÉTÉOR. Beau fixe. Beau temps, sans variation notable de température ou de pression atmosphérique. Une sangsue dans un bocal devait monter en cas de pluie, se tenir au fond par beau fixe, s'agiter aux menaces de la tempête (Flaub., Bouvard,t. 1, 1880, p. 34).
P. métaph. Depuis notre amitié subit des fortunes diverses; telle toute chose humaine, mais le beau fixe a fini par triompher (Verlaine, Œuvres posth.,t. 1, Souv. et fantais., 1896, p. 204).
e) PSYCHOL. et PSYCHANAL. Idée (moins souvent, pensée) fixe.
Idée dominante dont le sujet ne parvient pas à se libérer. Synon. obsession.On eût dit qu'une pensée fixe l'obsédait (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Héritage, 1884, p. 466).Cette demoiselle qui ne rêve que de têtes coupées et dont l'idée fixe est d'avoir pour amant un condamné à mort (Green, Journal,1932, p. 88).
P. ext. Thème, sujet sur lequel on revient sans cesse, par une sorte de manie :
3. Puis la voix s'assourdit : « Mon Dieu, je ne suis pas sûr de votre pardon... Qu'as-tu fait de ton fils? » − « Père », risqua Antoine. − « Je n'ai pas su le protéger... Les influences! Les machinations des Huguenots! » − « Ah, les Huguenots », pensa Antoine. (C'était une idée fixe du vieux, et personne n'en avait jamais bien compris l'origine...). Martin du G., Thib.,Sorell., 1928, p. 1153.
C.−
1. Rare. [En parlant d'un animé] Qui a des contours, des traits définis. Elle [l'apparition] devenait plus précise et plus fixe à mesure que la voix lugubre débitait sa lugubre prière (Sand, Beaux MM. Bois-Doré,t. 2, 1858, p. 49).Elle [l'imagination des tyrans] n'a point de dieux fixes; les siens sont fluides comme les choses (Taine, Nouv. Essais crit. et hist.,1865, p. 261).
2. [En parlant d'un inanimé] Qui est défini, déterminé; qui est réglé, régulier. Anton. indéfini, indéterminé, variable.Des règles fixes pour traduire le langage euclidien dans le langage non-euclidien (Poincaré, Valeur sc.,1905, p. 245).Je n'avais pas d'opinion fixe sur les étoiles, ni sur la lune (Céline, Mort à crédit,1936, p. 438):
4. Une orthographe fixe est nécessaire. La permanence des signes imprimés a certainement été un grand progrès. Il est évident que cette permanence n'est pas grandement troublée quand on supprime un des p d'appréhension ou quand on transforme en è le second é d'événement... Gourmont, Esthét. lang. fr.,1899, p. 71.
− Domaine du commerce.Prix fixe, vendre à prix fixe.
Prix fixé d'avance. Nous ne servons pas à la carte, mais à prix fixe (Dumas père, Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 744).Le cabaretier n'avait pas de prix fixe (Champfl., Avent. MlleMariette,1853, p. 89).
P. méton., emploi subst. masc., vieilli. Un prix fixe. Restaurant à prix fixe. Il avait lié connaissance avec une petite gosse qu'il avait invitée dans un prix fixe à cent sous (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 278).
SYNT. Adresse fixe; capital, coût, intérêt, revenu, salaire, somme, traitement fixe; à date, heure, jour fixe; fixe et déterminé, et durable, et immuable, et stable.
II.− Subst. masc.
A.− Au sing., à valeur de neutre. Ce qui est fixe, invariable. Le fixe engendre le faux (Valéry, Variété II,1929, p. 160):
5. L'anti-intellectualisme qu'est la proscription de toute fixité constitue chez certains poètes modernes un article organique de leur esthétique. Immobiliser une forme d'art, même parfaite, était pour Mallarmé, assure Thibaudet, « un péché originel de l'art ». Toutefois un tel trait étonne moins ici que chez des écrivains qui prétendent manier des idées. Cette haine du fixe conduit à une conception spéciale de la beauté... Benda, Fr. byz.,1945, p. 38.
B.− Au sing. et au plur. Part garantie du salaire (annuel ou mensuel) à laquelle s'ajoutent des rémunérations variables. Favier estimait son fixe et son tant pour cent à cinq mille cinq cents (Zola, Bonh. dames,1883, p. 661).Morel, fils supposé d'un « intendant » qui gagnait trente mille francs par an de fixe (Proust, Sodome,1922, p. 1031).
III.− Interj. Fixe! [Commandement militaire prescrivant le garde-à-vous à la troupe quand un officier entre dans un local] [Dans le maniement d'armes] Fixe!... Repos!... Fixe! Les hommes s'exécutaient, scandalisés. D'une voix très sûre, il continua : − Arme sur l'épaule... Droite! (Benjamin, Gaspard,1915, p. 60).
À vos rangs, fixe! [Même commandement prescrivant de s'aligner et de se mettre au garde-à-vous quand un officier supérieur entre dans un local].
Prononc. et Orth. : [fiks]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1remoitié xives.; ca 1362-63 « qui demeure au même endroit, déterminé de façon précise » (Oresme, Quadrip., B.N. 1349, f. 8b ds Gdf. Compl. : les estoiles fixes; B.N. 1348, fo39 ro, ibid. : les signes fix ou establis). Empr. au lat. class. fixus part. passé adj. de figere « ficher, enfoncer », fig. « fixer, attacher » (v. ficher) « fixé, fiché; déterminé, arrêté ». Fréq. abs. littér. : 3 140. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 4 774, b) 3 945; xxes. : a) 4 346, b) 4 547. Bbg. Quem. DDL t. 12.

Wiktionnaire

Adjectif

fixe \fiks\ masculin et féminin identiques

  1. Immobile.
    • Point fixe.
    • Le siège de la douleur était fixe.
    • Il n’a point de demeure fixe.
    • être à poste fixe dans un lieu, Y être à demeure, y être sédentaire.
    • Le baromètre est au beau fixe, Il est au point qui indique la durée du beau temps.
    • étoiles fixes se dit, par opposition aux planètes, des étoiles qui gardent toujours la même situation entre elles, bien qu’elles aient aussi un mouvement de translation.
    • Avoir la vue fixe, les yeux fixes, le regard fixe, avoir la vue assurée et fermement arrêtée sur l’objet qu’on regarde.
    • Regarder d’un œil fixe.
    • Avoir le regard fixe, avoir les yeux ouverts et immobiles.
    • Ce malade a le regard fixe.
    • Douleur fixe, douleur qui se fait sentir toujours au même endroit, dont le siège est fixe.
  2. Invariant, définitif.
    • Un prix fixe.
    • Vendre à prix fixe.
    • Une somme fixe.
    • Donnez-moi une heure fixe, un jour fixe.
    • S’assembler à jour fixe.
    • Nous allions à confesse à jours fixes : chacune passait à son tour ; quand il n’en restait plus qu’une ou deux avant moi, je commençais à trembler. — (Marguerite Audoux, Marie-Claire, Grasset, 1910, Les Cahiers Rouges, page 51.)
    • Il n’y a point de terme, d’époque, de durée fixe pour cela.
    • N’avoir point de route, de direction, de plan fixe.
  3. Par opposition à ce qui n’est que casuel.
    • Revenu fixe.
    • Dépense fixe.
    • émoluments, appointements fixes.
  4. (Vieilli) (Chimie) Il se dit des composés qui ne peuvent être dissociés ou volatilisés qu’à des températures élevées. Il se disait des gaz permanents, c’est-à-dire qui ne pouvaient être liquéfiés.
    • Alcali fixe, la soude.
  5. (Astrologie) Constant, car il correspond au milieu d'une saison.
    • Taureau est le signe fixe du printemps, lion celui de l'été, scorpion celui de l'automne et verseau celui de l'hiver.

Nom commun 1

fixe \fiks\

  1. Revenu de base par rapport aux commissions et autres éléments variables du salaire.
    • Son fixe est de trente-mille francs.

Nom commun 2

fixe \fiks\ masculin

  1. Injection de drogue.
    • Faire un fixe, se faire un fixe.
    • Dose d'une drogue destinée à être injectée (par exemple : « un fixe d'héroïne ») ; injection de drogue (« se faire un fixe »). — (Jérôme Palazzolo, Aidez vos proches à sortir de la toxicomanie et des addictions, Mon Petit Éditeur, 2012, 190 pages, page 155)

Forme de verbe

fixe \fiks\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de fixer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de fixer.
    • Les bêtes si méfiantes qui s’abattaient à la croûle sur les fagnes pour en extraire les vers, ne prenaient point garde aux filets tendus à plat sur le sol; elles s’y empêtraient et tous leurs efforts étaient vains. Elles ne pouvaient s’en dépêtrer ou arracher le bâtonnet qui les fixe. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, 1958)
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de fixer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de fixer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de fixer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FIXE. adj. des deux genres
. Qui demeure toujours en même place. Point fixe. Le siège de la douleur était fixe. Il n'a point de demeure fixe. Être à poste fixe dans un lieu, Y être à demeure, y être sédentaire. Le baromètre est au beau fixe, Il est au point qui indique la durée du beau temps. Fixe! loc. interj. Terme de commandement militaire par lequel on ordonne aux soldats de se tenir immobiles. Étoiles fixes se dit, par opposition aux planètes, des Étoiles qui gardent toujours la même situation entre elles, bien qu'elles aient aussi un mouvement de translation. Avoir la vue fixe, les yeux fixes, le regard fixe, Avoir la vue assurée et fermement arrêtée sur l'objet qu'on regarde. On dit dans le même sens Regarder d'un œil fixe. Avoir le regard fixe signifie aussi Avoir les yeux ouverts et immobiles. Ce malade a le regard fixe. Douleur fixe, Douleur qui se fait sentir toujours au même endroit, dont le siège est fixe. Idée fixe, Idée dominante, dont l'esprit est sans cesse occupé, obsédé. Ce qui n'avait été d'abord qu'une simple velléité devint en lui une idée fixe. Il signifie aussi Qui ne varie point, qui est déterminé d'une façon définitive. Un prix fixe. Vendre à prix fixe. Une somme fixe. Donnez-moi une heure fixe, un jour fixe. S'assembler à jour fixe. Il n'y a point de terme, d'époque, de durée fixe pour cela. N'avoir point de route, de direction, de plan fixe. Il se dit particulièrement par opposition à Ce qui n'est que casuel. Revenu fixe. Dépense fixe. Émoluments, appointements fixes. On dit quelquefois comme nom masculin et absolument, dans ce sens, Le fixe. Son fixe est de trente mille francs. En termes de Chimie, il se dit des Composés qui ne peuvent être dissociés ou volatilisés qu'à des températures élevées. Alcali fixe, La soude. Il se disait autrefois des Gaz permanents, c'est-à-dire qui ne pouvaient être liquéfiés.

Littré (1872-1877)

FIXE (fi-ks') adj.
  • 1Qui ne se meut point, qui est toujours à la même place. Point fixe. Le baromètre est au beau fixe. Les fièvres… empêcheront toujours les Européens d'y faire des établissements fixes, Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virg.

    Être à poste fixe en un lieu, y être à demeure, y être sédentaire.

    Avoir la vue fixe, les yeux fixes, le regard fixe, tenir les yeux attachés sur un objet.

    Avoir les yeux fixes, signifie aussi avoir les yeux ouverts et immobiles. Ce malade avait les yeux fixes. Polyphonte, l'œil fixe et d'un front inhumain, Voltaire, Mérope, V, 6. Le regard fixe et le sein oppressé, Millevoye, élég. liv. I.

    Les étoiles fixes, les étoiles qui gardent toujours la même situation entre elles, par opposition aux planètes : cette fixité n'est plus aussi absolue qu'on le croyait, vu qu'on a reconnu un mouvement de translation dans plusieurs d'entre elles.

    S. f. pl. Les fixes, les étoiles fixes. C'est pour remplir ce vide [celui que présentait l'hémisphère austral], cette partie imparfaite du catalogue des fixes de Ptolomée et de Tycho, et pour seconder les soins de MM. Flamsteed et Hevelius, que M. Halley se proposa d'aller à Sainte-Hélène, Mairan, Éloges, Halley.

  • 2Qui ne varie point. Prix fixe. Notre langue n'est point fixe comme la latine, elle change incessamment ; j'en demeure d'accord, lui dis-je, cette remarque… ne vous est point avantageuse ; c'est que la latine est morte et que la française est vivante, Le Laboureur, Avantages de la langue française, 1669, p. 10.

    Couleur fixe, couleur qui reste la même de quelque côté qu'on la regarde.

    Douleur fixe, douleur qui se fait sentir, sans discontinuation, en un point.

    Idée fixe, idée dominante qui absorbe l'esprit et fait taire toutes les autres pensées.

  • 3Déterminé. S'assembler à jour fixe. N'avoir point de direction, de plan fixe.
  • 4Réglé, par opposition à casuel. Des appointements fixes.

    S. m. Le fixe, la quotité fixe des appointements. Son fixe est de 1200 francs.

  • 5Décidé à, résolu à. Tantôt à me venger fixe et déterminée, Je jurais qu'il voyait sa dernière journée, Racine, Baj. III, 5.
  • 6 Terme de chimie. Qui n'est point volatilisable par le feu. L'or qui, de tous les corps, est le plus fixe et le moins combustible, Buffon, Hist. min. Introd. Œuvres, 1re part. t. VI, p. 100, dans POUGENS.

    Gaz fixes, gaz qui ne peuvent être amenés à l'état liquide ou solide. On dit plus souvent permanent dans ce dernier sens.

    Dans l'ancienne chimie, alcali fixe, nom donné à la soude et à la potasse, substances solides, par opposition à l'ammoniaque qu'on appelait alcali volatil. Sel fixe, produit cristallin obtenu en lavant les cendres des végétaux.

    S. m. pl. Les fixes, les corps qui ne sont pas volatilisables par le feu.

  • 7 Terme de botanique. Cloisons fixes, celles qui, à la maturité du fruit, restent immobiles et conservent leur attache, Mirbel.
  • 8Fixe ! loc. interj. Terme de commandement militaire, pour qu'une troupe à qui on a commandé tête gauche ou tête droite, regarde juste devant soi.

HISTORIQUE

XIe s. Bataille aurez, vous en estes touz fiz [certains], Ch. de Rol. LXXXVII.

XIIe s. Se truis [si je trouve] Rolant, de mort [il] puet estre fis, Ronc. p. 42.

XIIIe s. Et Diex, qui sages est et fis, Tient à bien fait quanque je fis, la Rose, 7159.

XIVe s. Sire, ce dist Bertran, je ai de bons amis ; Je le trouveray bien, j'en suis certains et fis, Guesclin. 13660.

XVIe s. Fixes sont choses qui endurent le feu jusques à la fonte, Palissy, 378.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* FIXE, adj. (Astronom.) On se sert de ce mot en Astronomie, pour distinguer les étoiles qui n’ont aucun mouvement propre, d’avec les étoiles errantes ; on nomme celles-ci planetes, & les autres, étoiles fixes, ou simplement fixes, en prenant alors le mot fixe substantivement. Voyez Etoile, Planete, &c. (O)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « fixe »

Du latin fixus (« fiché en terre », « planté » d'où « fixe », « fixé »).
(Nom 2) De l’anglais to fix, (« réparer ») car l’injection soulage l’effet de manque.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. fix ; espagn. et portug. fixo ; ital. fisso ; du lat. fixus, part. passif de figere, fixer. L'ancien français était fis, et signifiait assuré, certain.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « fixe »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fixe fiks

Évolution historique de l’usage du mot « fixe »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fixe »

  • Si un être se fixe dans un endroit sans l'améliorer, cet endroit le rejettera comme un être qui n'a pas porté de fruits. De Aphorisme
  • Le sage ne calcule pas s'il réussira ou échouera, les chances pour et contre. Il fixe le but, puis il tend. De Lie-Tzu
  • Tout ce qui est fixe est fatal et tout ce qui est fatal est puissant. De François René de Chateaubriand / Mémoires d’outre-tombe
  • Il faut trouver le juste équilibre entre les buts que l’on se fixe et les actes pour les réaliser. De John Butler / Evene.fr - Avril 2007
  • C'est l'instable qui est le fixe. C'est sur l'incertain qu'il faut baser. De Eugène Delacroix / Lettre à J.B. Pierret
  • C'est l'instable qui est le fixe. Eugène Delacroix, Lettre à J.-B. Pierret, 1846
  • Une méthode fixe n’est pas une méthode. De Proverbe chinois
  • Idée : plus elle est fixe, plus elle trotte. De Anonyme
  • Le monde appartient à ceux qui n’ont pas d’heure fixe pour les repas. De Anne Jules de Noailles
  • Avec les mots, on marque le mouvement, avec les images, on le fixe. De Louis Scutenaire
  • Donnez-moi un point fixe et un levier et je soulèverai la Terre. De Archimède
  • La littérature ne peut vivre que si elle se fixe des objectifs démesurés. De Italo Calvino / Leçons américaines
  • La vie est un pont, traverse-le, mais n'y fixe pas ta demeure. De Sainte Catherine de Sienne
  • Une idée fixe aboutit à la folie ou à l'héroïsme. De Victor Hugo / Quatre-vingt-treize
  • Psychiatre : dément dont l'idée fixe est de guérir d'autres déments. De Georges Elgozy / Le Fictionnaire
  • Déconfinement : 60 % des entreprises envisagent de passer au “sans bureau fixe, Déconfinement : 60 % des entreprises envisagent de passer au “sans bureau fixe” - Courrier Cadres

Images d'illustration du mot « fixe »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « fixe »

Langue Traduction
Anglais fixed
Espagnol fijo
Italien fisso
Allemand fest
Chinois 固定
Arabe ثابت
Portugais fixo
Russe фиксированный
Japonais 修繕
Basque finkoa
Corse fissu
Source : Google Translate API

Synonymes de « fixe »

Source : synonymes de fixe sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « fixe »

Fixe

Retour au sommaire ➦

Partager