Haine : définition de haine


Haine : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

HAINE, subst. fém.

A. − Sentiment de profonde antipathie à l'égard de quelqu'un, conduisant parfois à souhaiter l'abaissement ou la mort de celui-ci. Synon. exécration, ressentiment; anton. amour.Une haine invisible (...) m'enveloppe (Dumas père, Mllede Belle-Isle,1839, III, 3, p. 62).Je vais enfin dire ma manière de penser, exhaler mon ressentiment, vomir ma haine, expectorer mon fiel, éjaculer ma colère, déterger mon indignation (Flaub., Corresp.,1872, p. 57).J'ai voulu vivre ainsi sans amour et sans haine (Ménard, Rêv. païen,1876, p. 85).Amour engendre haine (Alain, Propos,1921, p. 339).Le silence était insupportable. La haine y montait. Une haine qui avait ses profondes racines dans le passé de l'enfance (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 372) :
1. ... il faisait un circuit éternel, de la haine à l'amour, de l'amour à la haine : tantôt, enragé d'en finir, de porter au vif le couteau, jusqu'au fond même de sa passion, et l'instant d'après, espérant un temps moins orageux, et plus pur. Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 271.
Loc. verb.
Être un/l'objet de (la) haine. Inspirer de la haine (à quelqu'un). Le courage du désespoir me rendit redoutable, mais je fus un objet de haine (Balzac, Lys,1836, p. 9).
Avoir/prendre qqn en haine. Haïr. Il y en avait un surtout, nommé Laurent Dupuy, qu'elle avait en grande haine (Barante, Hist. ducs Bourg., t. 4, 1821-24, p. 151).
Au plur. Tu n'excitais ici que des haines, des jalousies (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 656) :
2. ... un homme trop fin pour la classe où le hasard l'a fait naître est d'abord simplement jaloux et malheureux. Mû par ces sentiments, il construit ensuite une critique véhémente de la société pour expliquer ses déboires et ses haines. Maurois, Silences Bramble,1918, p. 191.
1. [Avec un compl. déterminatif désignant la pers. ou la collectivité qui hait] La haine de l'Autriche contre le roi de Sardaigne ira toujours croissant (Las Cases, Mémor., Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 362).On disait qu'il avait soulevé la haine de l'Allemagne contre nous (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 72).La haine de François Guillerm ne désarmait point. Il haussait les épaules de l'engouement de ses compatriotes pour Thomas (Queffélec, Recteur,1944, p. 163) :
3. ... on peut être de son avis [Brunetière] quand il trouve puériles certaines manifestations de la haine de Flaubert contre les bourgeois; mais, quand il ajoute que rien précisément n'est plus bourgeois que cette haine des bourgeois, et cela pour se donner le plaisir de traiter Flaubert de bourgeois, je ne puis voir là qu'un jeu d'esprit indigne d'un esprit aussi sérieux. Lemaitre, Contemp.,1885, p. 228.
2. [Avec un compl. déterminatif désignant la pers. haïe] Haine contre, de, pour qqn.On transforme la haine contre ses bourreaux en pitié pour ses frères d'esclavage, en patience pour ses compagnons de Lazaret (Amiel, Journal,1866, p. 187).Il (...) sentait naître en lui une haine mordante contre cette femme insolente, debout devant lui (Maupass., Contes et nouv., t. 2, M. Parent, 1886, p. 597).La haine du bourgeois est un phénomène romantique, excessif, comme tous les phénomènes romantiques, mais très sain (Faure, Hist. art,1921, p. 175) :
4. Nous avons de l'amour pour une ou deux femmes, de l'amitié pour deux ou trois amis, de la haine pour un seul ennemi, de la pitié pour quelques pauvres; et le reste des hommes nous est indifférent. Renard, Journal,1901, p. 626.
SYNT. a) Haine + adj. qualificatif : une/la haine ardente, aveugle, cordiale, déclarée, enracinée, éternelle, farouche, féroce, furieuse, immortelle, implacable, invétérée, irréconciliable, jurée, mortelle, personnelle, profonde, sanglante, satisfaite, secrète, sourde, tenace, violente. Haine + adj. de relation : haine (anti)religieuse, nationale, patriotique, raciale, universelle. b) Subst. + de + haine : accent, cri, éclair, expression, frisson, geste, mouvement, regard de haine; élan, ferment, fond, motif, sentiment de haine. Subst. et/ou haine : amertume, amour, colère, dégoût, désir, envie, horreur, indifférence, jalousie, mépris, rancune, répulsion, ressentiment, vengeance et/ou haine. c) Verbe + haine : déborder de haine, éprouver de la haine contre, vouer une haine + adj.; attirer, déchaîner, exciter, rallumer, s'attirer la/une haine.
B. − Sentiment de profonde aversion pour quelque chose. Synon. horreur, répulsion.Haine contre, de, pour qqc.Maurice (...) avait une haine grandissante contre son métier de soldat, qui le parquait à l'abri du Mont-Valérien, oisif et inutile (Zola, Débâcle,1892, p. 575).Les socialistes parlementaires (...) n'ont qu'une seule passion : la haine pour la violence (Sorel, Réflex. violence,1908, p. 141).Grâce à Bertrand, obsédé par la haine de l'alcoolisme, (...) notre escouade est une de celles qui sont le moins viciées par le vin et la gniole (Barbusse, Feu,1916, p. 200) :
5. Si mon vers est trop cru, si sa bouche est sans frein, C'est qu'il sonne aujourd'hui dans un siècle d'airain. Le cynisme des mœurs doit salir la parole, Et la haine du mal enfante l'hyperbole. Barbier, Ïambes,1840, p. 12.
Loc. verb. Avoir/prendre qqc. en haine. Au cours d'un petit séjour à Gérardmer l'année précédente, j'avais pris les hôtels en haine (Gyp, Souv. pte fille,1928, p. 47).
C. − Loc. prép.
1. En haine de (vieilli). À cause de la haine qu'on éprouve pour quelqu'un/quelque chose. Bête; et intelligent de façon forcenée, soudain, comme en haine de sa bêtise (J. Bousquet, Trad. du silence,1935-1936, p. 17).Les Espagnols préférèrent aider les révoltés en haine de la Révolution (Lefebvre, Révol. fr.,1963, p. 322) :
6. Les livres que tu as écrits, en haine de moi, sont incompréhensibles pour les barbares, qui te considèrent d'un œil méfiant; mais moi, que tu hais, je me glorifie de toi, mauvais garçon, parce que tu rends témoignage à mon génie et que tu me fais honneur. Mauriac, Journal 2,1937, p. 147.
2. Par haine de. Même sens. Roxelane, par haine de Hasséki, les fit tuer l'un et l'autre [deux fils], et leur mère en mourut de désespoir (Farrère, Homme qui assass.,1907, p. 158).
Prononc. et Orth. : [εn] init. asp. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1150 haïne « malveillance profonde pour une personne, aversion profonde pour quelque chose » (Thèbes, éd. G. Raynaud de Lage, 2238); 2. 1660 en haine de (Corneille, Examen de Rodogune ds Œuvres complètes, éd. Ch. Marty-Laveaux, t. 4, p. 419). Dér. de haïr; suff. -ine, ou peut-être du lat. pop. *hatina « haine », dér. du rad. germ. hat- (de *hatjan; s.v. haïr); suff. -ina (s.v. -ine). Fréq. abs. littér. : 6 069. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 9 383, b) 3 851; xxes. : a) 8 078, b) 8 202.

Haine : définition du Wiktionnaire

Nom commun

haine (h aspiré)\ɛn\ féminin

  1. Sentiment d'aversion, de répulsion, envers une personne ou un groupe, qui pousse à mépriser ou à vouloir détruire ce qui en est l’objet.
    • Albert plaignit du fond de son cœur cette haine de soi-même qui fait que l’homme heureux, comme s’il était tourmenté de son bonheur, cherche tous les moyens de le modérer ou de l’éteindre […] — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • La haine est une liqueur précieuse, un poison plus cher que celui des Borgia, - car il est fait avec notre sang, notre santé, notre sommeil, et les deux tiers de notre amour ! Il faut en être avare ! — (Charles Baudelaire, Conseils aux jeunes littérateurs, 1846 ; Gallimard, collection Folio, page 79.)
    • La mort de Marat ne servit qu'à rendre les haines plus implacables. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • S’il ne se soumettait plus au jugement des hommes, il souffrait encore de leur haine, sinon de leur mépris. — (Isabelle Eberhardt, Le Major, 1903)
    • Ces gens là, quelque pitoyables que nous nous montrions pour eux, nous garderont jusqu'au bout la même haine inexpiable ; […]. — (Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1916, p. 59)
    • Ici, les gens parlaient d’incendies et de massacres, de cruautés et de représailles, du meurtre d’inoffensifs Asiatiques par des tourbes que déchaînait la haine de race, […]. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 392 de l’éd. de 1921)
    • Vous savez, Marcoul, on clabaude n'importe quoi ! Les méchantes langues n'en sont pas à une supposition, ni à une haine ! — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • À rebrousse-poil des sentiers battus, Onfray s'attire naturellement la haine des béni-oui-oui de toutes les chapelles. — (Basile de Koch, Histoire universelle de la Pensée: de Cro-Magnon à Steevy, 2005)
    • Je hais la haine et pourtant je la ressens. Je connais ce venin qui s'inocule dans le sang en une morsure qui s'infecte jusqu'à l'os. — (Amélie Nothomb, Le Voyage d'hiver, Albin Michel, 2009, p. 27)
    • La haine nous fait voir l'autre sous un jour entièrement défavorable. Elle nous conduit à amplifier ses défauts et à ignorer ses qualités. — (Mathieu Ricard, Plaidoyer pour l'altruisme, NiL, Paris, 2013, p. 390)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Haine : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HAINE. (H est aspirée.) n. f.
Violente aversion qu'on a pour quelqu'un. Haine invétérée. Haine mortelle, implacable, enracinée. Sujet de haine. Avoir de la haine pour quelqu'un, contre quelqu'un. Fomenter, exciter les haines. Assoupir les haines. Concevoir de la haine. S'attirer la haine de quelqu'un. Être l'objet, devenir l'objet de la haine publique. Braver la haine de quelqu'un. Prendre quelqu'un en haine. Avoir quelqu'un en haine. Il signifie aussi Violente aversion, profonde répulsion qu'on a pour quelque chose. Avoir de la haine pour le vice, pour le péché, pour le mensonge, pour la flatterie. Inspirer la haine du vice, la haine du mensonge. Prendre la société en haine.

EN HAINE DE, loc. prép., Par aversion, par vengeance, par animosité, par ressentiment. Il fait cela en haine d'un tel. Cet ouvrage a été écrit en haine de la religion, en haine de nos institutions.

Haine : définition du Littré (1872-1877)

HAINE (hê-n') s. f.
  • 1Action de haïr. Au lieu de répondre par la haine à la haine que me portent mes rivaux, je sens que je dois me venger d'eux en leur faisant du bien et du plaisir, Poussin, Lett. 6 juin 1642. La haine que les cœurs conservent au dedans Nourrit des feux cachés, mais d'autant plus ardents, Corneille, Cid, II, 3. Je n'ai reçu de vous que mépris et que haine, Corneille, Pomp. I, 3. La haine entre les grands se calme rarement, Corneille, Rodog. I, 7. La haine confond tout, et, quoiqu'on lui propose, En son propre aliment convertit toute chose, Rotrou, Bélis. IV, 1. L'absence est aussi bien un remède à la haine Qu'un appareil contre l'amour, La Fontaine, Fabl. X, 12. Mais pour vingt mille francs j'aurai droit de pester Contre l'iniquité de la nature humaine, Et de nourrir pour elle une immortelle naine, Molière, Mis. V, 1. Ils ont en cette ville une haine effroyable pour les gens de votre pays, Molière, Pourc. III, 2. Ces haines vigoureuses Que doit donner le vice aux âmes vertueuses, Molière, Mis. I, 1. Il concevait une haine implacable contre les Romains, Bossuet, Hist. I, 8. Une haine se mit entre les deux peuples, Bossuet, ib. La haine irréconciliable qu'ont les hommes vicieux contre ceux qui déclarent la guerre aux vices, Fléchier, Panég. II, p. 210. Nous avons l'un et l'autre une haine obstinée, Racine, Théb. IV, 1. Combien je vais sur moi faire éclater de haines ! Racine, Andr. III, 7. Quoi ? vous le soupçonnez d'une haine couverte ! Racine, Brit. V, 1. N'allons point nous charger d'une haine immortelle, Racine, Bérén. III, 2. … Quelle haine endurcie Pourrait en vous voyant n'être pas adoucie ? Racine, Phèdre, II, 2. L'envie et la haine s'unissent toujours, et se fortifient l'une l'autre dans un même sujet ; et elles ne sont reconnaissables entre elles qu'en ce que l'une s'attache à la personne, l'autre à l'état et à la condition, La Bruyère, XI. L'amitié dort, la haine veille, Favart, Soliman II, II, 3. La colère est une haine ouverte et passagère ; la haine, une colère retenue et suivie, Duclos, Consid. mœurs, 14. Soleil si doux au déclin de l'automne, Arbres jaunis, je viens vous voir encor, N'espérant pas que la haine pardonne à mes chansons leur trop rapide essor, Béranger, Adieu. L'avant-garde laissa au corps qui la suivait le soin de les ramasser [des soldats russes restés à Moscou] ; ceux-là à d'autres, et ainsi de suite ; de sorte qu'ils restèrent libres au milieu de nous, jusqu'à ce que, l'incendie et le pillage leur ayant marqué leur devoir et les ayant tous ralliés dans une même haine, ils allèrent rejoindre Kutusof, Ségur, Hist. de Nap. VIII, 5.

    Familièrement. Haine de prêtre, haine implacable. Ils [Calvin et Servet] disputèrent par lettres ; de la dispute, Calvin passa aux injures, et des injures à cette haine théologique, la plus implacable de toutes les haines, Voltaire, Mœurs, 134.

    La Haine est quelquefois personnifiée, et alors le mot prend une majuscule. Venez, venez, Haine implacable, Sortez du gouffre épouvantable Où vous faites régner une éternelle horreur, Quinault, Armide, III, 3.

    Objet de la haine. Vous êtes son amour, craignez d'être sa haine, Corneille, Tite et Bérén.

    Activement. La haine de…, sentiment éprouvé contre. La haine des tyrans. Cette vie de foi, de violence, de renoncement, de haine de soi-même, qui fait comme le fonds de la pénitence et de la piété chrétienne, ils ne la connaissent pas, Massillon, Carême, D. prosp. tempor.

    Passivement. Haine de…, sentiment éprouvé par. Je dois plus à leur haine [de mes ennemis], il faut que je l'avoue, Qu'au faible et vain talent dont la France me loue, Boileau, Épître VII. Mais sa haine sur vous autrefois attachée Ou s'est évanouie, ou s'est bien relâchée, Racine, Phèdre, I, 1. Si la haine peut seule attirer votre haine, Racine, ib. II, 5. Qu'il est aisé de supposer de nouveaux crimes à ceux qui sont chargés de la haine d'un parti ! Voltaire, Mœurs, Rem. XI.

    Haines nationales, inimitiés des peuples entre eux. Tel est donc un des effets de la haine nationale : on aime mieux se priver d'un bien que de le devoir à des étrangers, Raynal, Hist. phil. IX, 3. On ne connaît pas de haine nationale plus profonde et plus active que celle des Portugais pour l'Espagne, Raynal, ib. IX, 3.

    Terme de théologie. Haine d'abomination, l'horreur pour le péché, sans aversion néanmoins pour la personne du pécheur.

  • 2Sentiment d'aversion qu'on éprouve pour certaines choses. La haine du changement. Ce sont là toutes choses que j'ai en haine, dit le Seigneur, Sacy, Bible, Zachar. VIII, 19. Une doctrine qui les engageait à la haine du monde, Fléchier, Serm. t. I, p. 194. Je vous demande la haine du péché, une horreur éternelle de l'impiété et du libertinage, Bourdaloue, Instruct. sur la communion, Exhort. t. II, p. 469. J'ai pris la vie en haine et ma flamme en horreur, Racine, Phèdre, I, 3. … Je crois surtout avoir fait éclater La haine des forfaits qu'on ose m'imputer, Racine, ib. IV, 2. Rome à ce nom [de roi], si noble et si saint autrefois, Attacha pour jamais une haine puissante, Racine, Bérén. Mon cœur en belle haine A pris la liberté, Béranger, Liberté.

    Quand il s'agit de choses, tandis que haïr se dit même des répugnances physiques, par ex. haïr le froid, haine ne se dit que des grandes aversions morales, et l'on ne dirait pas la haine du froid.

  • 3Ce qu'il y a d'odieux, l'odieux. S'il y avait quelque bataille perdue, s'il arrivait quelque inondation ou quelque sécheresse, on les chargeait [les chrétiens] de la haine de toutes les calamités publiques, Bossuet, Précis d'un 2e panég. de saint Gorgon. Pour se donner la gloire de la réussite, et pour détourner sur les autres la haine d'un mauvais succès, La Bruyère, II.
  • 4En haine de, loc. prép. En haïssant, par animosité contre. En haine de ce que son mari avait épousé Rodogune, Corneille, Ex. de Rodog. En haine de cet empereur, Dèce, qui le tua, renouvela la persécution avec plus de violence que jamais, Bossuet, Hist. I, 10. C'est en haine des Juifs et d'Esdras, et en haine du premier et du second temple qu'ils [les Samaritains] ont inventé leur chimère de Garizim, Bossuet, ib. II, 13.

HISTORIQUE

XIIIe s. Bien lui monstra Constance qu'à lui n'a pas haïne [qu'elle n'a pas de haine contre elle], Berte, LVI. Se li parrastres ou le [la] marrastre mainent malvese vie as enfans, ou qu'il lor monstre sanllant de hayne, Beaumanoir, XXI, 15.

XIVe s. Adès [toujours] ha vielle haine novele mort portée, Girart de Ross. V. 885.

XVe s. Si s'engendrerent et nourrirent en Gascogne, pour ces besognes, plusieurs haines couvertes, dont plusieurs meschefs depuis en naquirent, Froissart, II, II, 2. Long conseil orgueil et envie, Grant haïne, et petit confort, Deschamps, Du noble royaume de France. Pour la grant hayne qu'ilz avoient audit connestable, Commines, IV, 12.

XVIe s. La haine n'est qu'ire enracinée, Calvin, Instit. 302. Je n'eusse rapporté du college que la haine des livres, Montaigne, I, 197. Nous ne hayssons rien de ce que nous debvons ; car, s'il y a quelque chose à hayr en ce monde, c'est la hayne mesme, Charron, Sagesse, I, 27. Haine de prince signifie mort d'homme, Cotgrave Nul bien sans haine, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Haine : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* HAINE, s. f. (Morale.) sentiment de tristesse & de peine qu’un objet absent ou présent excite au fond de notre cœur. La haine des choses inanimées est fondée sur le mal que nous éprouvons, & elle dure quoique la chose soit détruite par l’usage même. La haine qui se porte vers les êtres capables de bonheur ou de malheur, est un déplaisir qui naît en nous plus ou moins fortement, qui nous agite & nous tourmente avec plus ou moins de violence, & dont la durée est plus ou moins longue, selon le tort que nous croyons en avoir reçû : en ce sens, la haine de l’homme injuste est quelquefois un grand éloge. Un homme mortel ne doit point nourrir de haines immortelles. Le sentiment des bienfaits pénetre mon cœur, l’empreint, & le teint, s’il m’est permis de parler ainsi, d’une couleur qui ne s’efface jamais ; celui des injures le trouve fermé ; c’est de l’eau qui glisse sur un marbre sans s’y attacher. Hommes malheureusement nés, en qui les haines sont vivantes, que je vous plains, même dans votre sommeil ! vous portez en vous une furie qui ne dort jamais. Si toutes les passions étoient aussi cruelles que la haine, le méchant seroit assez puni dans ce monde. Si on consulte les faits, on trouvera l’homme plus violent encore & plus terrible dans ses haines, que dans aucune de ses passions. La haine n’est pas plus ingénieuse à nuire que l’amitié ne l’est à servir : on l’a dit ; & c’est peut-être une prudence de la nature. O amour, ô haine, elle a voulu que vous fussiez redoutables, parce que son but le plus grand & le plus universel est la production des êtres & leur conservation. Si on examine les passions de l’homme, on trouvera leur énergie proportionnée à l’intérêt de la nature.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « haine »

Étymologie de haine - Littré

Wall. haïme, hèïme (voy. HAÏR). L'ancien français avait haür et haenge à côté de haine. Haïne, d'où par contraction haine, vient de haïr, comme saisine de saisir. Quant au wallon haïme, l'm y est sans doute pour n, comme dans rancume et rancune. L'ancien haenge représente une forme fictive hademia ; enge équivalant au latin emia, comme on le voit dans vendange de vindemia.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de haine - Wiktionnaire

Déverbal de haïr avec le suffixe -ine ou du latin populaire *hatina (« haine »), dérivé du radical germanique hat (de *hatjan qui donne haïr) avec le suffixe -ina.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « haine »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
haine ɛn play_arrow

Citations contenant le mot « haine »

  • Vue de Facebook, la campagne #StopHateForProfit ne devait être qu'une énième attaque sur un sujet pourtant longuement rebattu : la lutte contre la haine en ligne et tous ses corollaires racistes, sexistes et homophobes. A la différence près que, cette fois, le groupe Unilever, qui compte des marques mondialement connues comme Dove, Axe ou Lipton, a emboîté le pas en supprimant ses dépenses publicitaires sur le réseau social mais aussi sur Twitter et Instagram, pour appuyer le mouvement antiraciste et a été suivi par près de 150 marques. Les Echos Executives, Haine en ligne : pourquoi les marques sont-elles concernées ?, Communication digitale - Les Echos Executives
  • Verizon, Unilever, Coca-Cola, Levi's, Starbucks… Le boycott des réseaux sociaux et en particulier de Facebook et Instagram par les annonceurs a pris de l'ampleur en fin de semaine. Malmenée en Bourse, la société de Mark Zuckerberg a décidé de contrôler davantage les discours haineux et antidémocratiques. Les Echos, Haine en ligne : Facebook cède du terrain face à la pression des annonceurs | Les Echos
  • À l'instar de Dieudonné, Alain Soral "ne pourra pas recréer de chaîne sur YouTube", a précisé Google France. En revanche, des vidéos le faisant apparaître pourront toujours être visibles si elles respectent les conditions d'utilisation de la plateforme. Depuis juin 2019, YouTube a durci son règlement vis-à-vis des discours de haine et ces fermetures interviennent en application de ce nouveau cadre, a précisé Google France. Aux États-Unis, la plateforme a également supprimé des chaînes de suprémacistes blancs la semaine dernière.  LExpress.fr, Haine en ligne : YouTube supprime les chaînes d'Alain Soral - L'Express
  • Editorial du « Monde ». La haine en ligne est un fléau d’une immense ampleur. Des monceaux de messages racistes, antisémites, misogynes ou homophobes s’étalent en permanence sur les réseaux sociaux, générés par des individus, mais aussi par des automates, soufflant sur les braises et semant le désordre à grande échelle. En censurant l’essentiel de la loi dite « Avia », jeudi 18 juin, le Conseil constitutionnel a mis à bas un dispositif adopté en mai, destiné à imposer aux géants du numérique de retirer les incitations à la haine, à la violence et au terrorisme, ainsi que les injures à caractère raciste ou sexiste et les images pornographiques représentant des mineurs. Le Monde.fr, Stopper la haine sur Internet
  • Créé par la loi Avia récemment retoquée par le Conseil Constitutionnel, le futur observatoire de la haine en ligne sera opérationnel à la fin du mois de juillet, vient d'indiquer Roch-Olivier Maistre, le président du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA). Affiches Parisiennes, L'observatoire de la haine en ligne en place fin juillet
  • Des entreprises telles les multinationales Unilever, Verizon ou Coca-Cola estiment que la plate-forme n’en fait pas assez contre les discours haineux. Le Monde.fr, Haine en ligne : le boycottage d’annonceurs oblige Facebook à fléchir
  • Twitter avait débranché son compte la semaine dernière pour infraction aux règles sur les contenus haineux. Les comptes Facebook et Instagram de cet activiste de 31 ans avaient été suspendus en 2018. NotreTemps.com, Haine en ligne : fermeture de la chaîne YouTube d'un extrémiste autrichien
  • De la haine ? Non , juste de la bêtise mélangé à de l'étroitesse d'esprit ! Ce qui est déjà pas mal ...... ladepeche.fr, Discrimination à l’accent : pourquoi tant de haine ? - ladepeche.fr
  • "Nous portons des valeurs du vivre ensemble et la haine ou les messages de haine n'ont pas de place dans le vivre ensemble", renchérit le père de la gendarme, qui a reçu la Légion d'honneur à titre posthume. "Et ceux ou celles qui la profèrent, que ce soit sur les réseaux sociaux ou ailleurs, se trompent. Avec la haine, on n'avance pas. Elle ne permet pas aux individus de s'épanouir. Et en faisant ce métier, notre fille n'était pas porteuse de haine", insiste-t-il.  Europe 1, "Avec la haine, on n'avance pas" : les parents de Mélanie Lemée témoignent
  • Une résolution devrait voir le jour en septembre pour encadrer les discours de haine sur les réseaux sociaux. Les dépenses des partis politiques sur les réseaux pourraient être plafonnées. L'Echo, La Belgique veut légiférer pour combattre les fake news et la haine en ligne | L'Echo
  • En revanche, si le président de la République dit “comprendre” les contestations, il rejette toute forme de haine et de violence: “on peut critiquer mais la haine n’est pas acceptable, la violence dans les manifestations, la haine dans les discours ne peut être acceptée.” Le HuffPost, Macron comprend la "détestation" à son égard, mais rejette la "haine" | Le HuffPost
  • Jamais la haine ne cesse par la haine ; c'est la bienveillance qui réconcilie. De Bouddha
  • La haine paie mieux que le mépris. De Gérard Legrand / La brèche
  • La haine seule fait des choix. De Koan zen
  • La haine donne une raison de vivre. De Michel Bélil / Greenwich
  • La haine vient de la ressemblance. De Jacques Attali / Fraternités - Une nouvelle utopie
  • La haine est fille de la crainte. De Tertullien
  • Le monde est fatigué de la haine. De Gandhi
  • La haine n’a jamais rien créé. De Dantès Bellegarde / Contre la haine
  • Puisque la haine ne cessera jamais avec la haine, la haine cessera avec l'amour. De Bouddha / Suttapitaka Dighanikaya
  • Si la haine répond à la haine, comment la haine finira-t-elle? De Bouddha
  • La vérité engendre la haine. De Proverbe allemand
  • La confraternité, cette haine vigilante. De Carmen Tessier
  • Ce ne serait pas une haine intelligente que la haine du luxe. Cette haine impliquerait la haine des arts. De Victor Hugo / Les Misérables
  • Nous avons tout juste assez de religion pour nous haïr, mais pas assez pour nous aimer les uns les autres. Jonathan Swift, Thoughts on Various Subjects
  • L'amour et la haine, la haine et l'amour, Tout cela est passé sur moi ; Pourtant je n'en ai gardé nulle trace, Je suis resté toujours le même. Heinrich Heine, Livre des chants, le Retour Buch der Lieder, Die Heimkehr
  • Peu importe ce que hait un homme, pourvu qu'il haïsse quelque chose. Samuel Butler, Notebooks
  • La haine est licite aussi bien que l'amour et je la ressens au plus haut point contre ceux qui ont du mépris. Georg Büchner, Lettre à sa famille, février 1834
  • Mieux vaut une portion de légumes avec l'affection qu'un bœuf gras avec la haine. , Ancien Testament, Livre des Proverbes XV, 17
  • Je ne sais partager que l'amour, non la haine. Sophocle, Antigone, 523 (traduction P. Dumoulin)
  • La haine est la tristesse, accompagnée de l'idée d'une cause extérieure. Baruch Spinoza, L'Éthique, Livre III
  • Nul ne peut avoir Dieu en haine. Baruch Spinoza, L'Éthique, Livre V
  • Il n'est point de haine implacable, sauf en amour. Properce en latin Sextus Aurelius Propertius, Élégies, II, 8, 3
  • Quand on sent qu'on n'a pas de quoi se faire estimer de quelqu'un, on est bien près de le haïr. Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues, Réflexions et Maximes
  • La haine n'est pas moins volage que l'amitié. Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues, Réflexions et Maximes
  • La haine des faibles n'est pas si dangereuse que leur amitié. Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues, Réflexions et Maximes
  • En politique, la communauté des haines fait presque toujours le fond des amitiés. Alexis Clérel de Tocqueville, Souvenirs
  • J'ai assez vécu pour voir que différence engendre haine. Henri Beyle, dit Stendhal, Le Rouge et le Noir
  • La haine a sa cristallisation ; dès qu'on peut espérer de se venger, on recommence de haïr. Henri Beyle, dit Stendhal, De l'amour
  • Il suffit qu'un seul homme en haïsse un autre pour que la haine gagne de proche en proche l'humanité entière. Jean-Paul Sartre, Le Diable et le Bon Dieu, Gallimard
  • Le nerf et le principe de la haine et de l'amitié, de la reconnaissance et de la vengeance est le même. Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon, Mémoires
  • Une grande aversion présente est souvent le seul signe d'un grand amour passé. Charles Augustin Sainte-Beuve, Causeries du lundi
  • On ne peut pas passer du mépris à l'amour. Mais de la haine, on y passe très bien. Paul Raynal, Au soleil de l'instinct, Stock
  • La haine est la plus grande affaire de la vie. Les sages qui ne haïssent plus sont mûrs pour la stérilité et pour la mort. René Quinton, Maximes sur la guerre, Grasset
  • L'affection ou la haine changent la justice de face. Blaise Pascal, Pensées, 82 Pensées
  • On ne haïrait pas si on n'avait pas à se haïr en même temps. Roger Nimier, Amour et néant, Gallimard
  • Un homme, véritablement homme, ne hait point ; sa colère et sa mauvaise humeur ne vont point au-delà de la minute. Napoléon Ier, Cité par Las Cases dans le Mémorial de Sainte-Hélène
  • Il faut des haines à la société en vue des bouleversements dont elle progresse, comme la terre a besoin d'être labourée pour être fertile. Henry Millon de Montherlant, Les Olympiques, Gallimard
  • Je pardonne aisément, par la raison que je ne sais pas haïr. Il me semble que la haine est douloureuse. Charles de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu, Mes pensées
  • Si on juge de l'amour par la plupart de ses effets, il ressemble plus à la haine qu'à l'amitié. François, duc de La Rochefoucauld, Maximes
  • L'envie est plus irréconciliable que la haine. François, duc de La Rochefoucauld, Maximes
  • L'égoïsme et la haine ont seuls une patrie ; La fraternité n'en a pas ! Alphonse de Prât de Lamartine, Poésies diverses, la Marseillaise de la paix
  • L'absence est aussi bien un remède à la haine Qu'un appareil contre l'amour. Jean de La Fontaine, Fables, les Deux Perroquets, le Roi et son Fils
  • La haine est toujours plus clairvoyante et plus ingénieuse que l'amitié. Pierre Choderlos de Laclos, Les Liaisons dangereuses
  • L'amour est incomparablement meilleure que la haine ; elle ne saurait être trop grande. René Descartes, Les Passions de l'âme
  • La haine, c'est la colère des faibles ! Alphonse Daudet, Lettres de mon moulin, Fasquelle
  • Ne haïr que la haine. Jean Cocteau, Poésie critique, Gallimard
  • Quand la haine des hommes ne comporte aucun risque, leur bêtise est vite convaincue, les motifs viennent tout seuls. Louis Ferdinand Destouches, dit Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit, Gallimard
  • Le sentiment que l'homme supporte le plus difficilement est la pitié, surtout quand il la mérite. La haine est un tonique, elle fait vivre, elle inspire la vengeance ; mais la pitié tue, elle affaiblit encore notre faiblesse. Honoré de Balzac, La Peau de chagrin
  • Jamais la police n'aura d'espions comparables à ceux qui se mettent au service de la haine. Honoré de Balzac, Les Paysans
  • La haine, comme l'amour, se nourrit des plus petites choses, tout lui va. Honoré de Balzac, Le Contrat de mariage

Images d'illustration du mot « haine »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « haine »

Langue Traduction
Corse odio
Basque gorrotoa
Japonais 憎しみ
Russe ненависть
Portugais ódio
Arabe كراهية
Chinois 仇恨
Allemand hass
Italien odio
Espagnol odio
Anglais hatred
Source : Google Translate API

Synonymes de « haine »

Source : synonymes de haine sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « haine »



mots du mois

Mots similaires