La langue française

Rancune

Sommaire

  • Définitions du mot rancune
  • Étymologie de « rancune »
  • Phonétique de « rancune »
  • Citations contenant le mot « rancune »
  • Images d'illustration du mot « rancune »
  • Traductions du mot « rancune »
  • Synonymes de « rancune »
  • Antonymes de « rancune »

Définitions du mot rancune

Trésor de la Langue Française informatisé

RANCUNE, subst. fém.

A. − État affectif durable fait d'aigreur, de ressentiment, du désir de se venger, lié au souvenir d'une offense, d'une frustration ou d'une injustice et, généralement, cristallisé sur la personne que l'on tient pour responsable de ces préjudices. Synon. ressentiment.Il se rappelait les conversations; il les déformait. Il sentait le remords d'accusations grossies et inexactes, mais une rancune amère lui ôtait le désir de les rectifier (Malègue, Augustin, t. 1, 1933, p. 246):
1. En ne se décidant pas pour moi, Zaza pactisait avec des adversaires acharnés à me détruire et je lui en voulus. Elle redoutait le voyage qui lui était imposé, elle se tourmentait; je marquai ma rancune en refusant d'entrer dans ses soucis... Beauvoir, Mém. j. fille, 1958, p. 287.
[Constr. avec un compl. désignant la pers. sur laquelle est cristallisé ce sentiment, introd. par contre, plus rarement à l'égard de, envers, pour] Elle se couchait sous les coups sans honte, souhaitait d'être morte, incapable de rancune envers son bourreau (Bernanos, Mouchette, 1937, p. 1301).Sa rancune à l'égard de Dubreuilh ne mourrait pas de sitôt (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 255).Rare. [Le compl. prép. désigne un objet, une entité] Leur passé, leur jeunesse, leur rancune à l'égard des idées et des mots, leurs rêves d'aventure, leurs ambitions incertaines (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 216).
Loc. adj., rare. De rancune. Synon. de rancunier.La population hâve et maigrie dont elles [les usines] inondaient le pavé boueux, gardait des yeux de rancune (Zola, Travail, t. 1, 1901, p. 15).
B. −
1. Au plur. Moments de rancune (liés à des souvenirs ou des personnes différentes); sentiments de rancune éprouvés par plusieurs personnes. Je ferai des vœux pour que la France (...) sorte enfin du cercle étroit des partis et des rancunes politiques (Lamart., Corresp., 1832, p. 285).[Les perversités] suivent des déceptions, des rancunes, des haines infantiles, des chocs affectifs inconscients, ou même la fréquentation quotidienne, depuis l'enfance, d'un milieu immoral (Mounier, Traité caract., 1946, p. 728).V. coriace ex. 2.
2. [Dans diverses combinaisons]
a) [Combiné avec une prép.]
[Avec avec] Elle parlait devant elle avec de la rancune, mais le fond de son cœur est tout résigné (Noailles, Visage émerv., 1904, p. 122).Les enfants se rappellent avec rancune ceux qui ont été mauvais pour eux (Proust, Sodome, 1922, p. 1122).
[Avec dans] [L'huissier] implora d'un regard le père Fouan. Celui-ci continuait de fumer tranquillement sa pipe, dans sa rancune féroce contre les frais de justice et l'homme qui les incarne, aux yeux des paysans (Zola, Terre, 1887, p. 331).
[Avec de; constr. avec un verbe ou un adj. décrivant un état ou un comportement] Louchant de rancune, ils descendaient du trottoir mince pour faire place au grand patron (Hamp, Marée, 1908, p. 63).Contre Raboliot, il y avait Volat; un Volat fiévreux de rancune, gonflé de griefs venimeux, le vrai Volat, le dangereux, le mauvais (Genevoix, Raboliot, 1925, p. 91).
[Avec en] Rare. Il n'y a que les Français (...) qui abattent les croix, dévastent les églises, en rancune du clergé de l'an de grâce 1 000 ou 1 100 (Chateaubr., Mém., t. 3, 1848, p. 434).
[Avec par] Combien n'est-il pas plus flatteur de voir un critique, par rancune ou dépit, se forcer au dénigrement, que, par camaraderie, à l'indulgence (Gide, Journal, 1927, p. 848).
[Avec sans] Elle pensait à Jean sans rancune, sans haine, à cette malheureuse femme, à son petit (Daniel-Rops, Mort, 1934, p. 448).
[Formule de réconciliation invitant l'interlocuteur à oublier un reproche, une critique que l'on vient de faire] C'est une gaucherie à toi de venir me tourmenter sur un caractère que tu sais bien que j'ai, et qu'on ne pourrait modifier qu'en se montrant aimable et non en faisant le métier de précepteur. Sans rancune au reste, et bonsoir (Staël, Lettres jeun., 1790, p. 358).
b) [Combiné avec un verbe]
[Avec avoir] Avoir rancune (vieilli), de la rancune (contre qqn); (avoir) une rancune (combiné avec un syntagme déterm.); (expr. quantifiante) + rancune, des rancunes.Avoir de la rancune au cœur. Le préfet avait une rancune contre la marquise, mais sa galanterie n'hésita pas (Zola, Curée, 1872, p. 559).J'ai de rancune pour personne, dit Madelon les dents serrées (Giono, Gd troupeau, 1931, p. 30):
2. − C'est que... vous savez... elle a de la rancune, MmeBondel. − Oui, mais je vous assure qu'elle ne vous en veut plus. Je suis même convaincu que cela lui fera grand plaisir de vous voir comme ça, à l'improviste. − Vrai? − Oh! vrai. − Eh bien? allons, mon cher. Maupass., Contes et nouv., t. 1, Épreuve, 1889, p. 1125.
Avoir de la rancune de qqc. (désignant le préjudice dont le souvenir cause de la rancune). Ils avaient une rancune noire de leur marmite renversée trop tôt, sans qu'ils pussent comprendre la nécessité de cette précipitation (Zola, Débâcle, 1892, p. 29).
[Avec garder] Garder rancune à qqn; garder de la rancune, une rancune (combiné avec un syntagme déterm.); ne pas garder rancune à qqn. Il était encore dans la grosse douleur de son sacrifice, il gardait une rancune contre ces gens qui lui avaient acheté son rêve (Zola, Bonh. dames, 1883, p. 600).Celui-ci gardait rancune au baron, qui lui-même ne lui disait pas bonjour (Proust, Prisonn., 1922, p. 319).
Garder (de la) rancune de qqc., de + verbe à l'inf., pour qqc. (désignant le préjudice dont le souvenir cause de la rancune).Elle rêvait mariage, − elle aussi! Frédéric en fut exaspéré (...) il lui gardait rancune pour sa longue résistance (Flaub., Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 242).Au fond, dans son ancienne toquade tournée à la haine, il lui gardait une rancune féroce de ses dévouements, de sa beauté, de cette vie à deux dont il n'avait plus voulu, par une perversion de ses goûts de monstre (Zola, Nana, 1880, p. 1330).Elle me garde rancune d'avoir omis le rendez-vous au palais de justice (Adam, Enf. Aust., 1902, p. 532).
[Avec se prendre, tenir] Vous avez beau vouloir tenir rancune à notre France et la rendre responsable de l'injustice dont vous avez été victime; vous êtes misanthrope par principes et français au fond du cœur (Jouy, Hermite, t. 4, 1813, p. 348).Elle se prit d'une rancune pour le docteur, d'une rancune qui grandissait sourdement et tournait à la haine, à mesure qu'elle se portait mieux (Zola, Page amour, 1878, p. 944).SYNT. Éprouver de la rancune, un sentiment de rancune contre qqn; nourrir de la rancune contre, à l'égard de qqn; la rancune de qqn éclate; être dévoré, plein de rancune; (avoir) une voix chargée de rancune, un cœur gonflé de rancune; dire qqc. sur un ton de rancune; rancune obscure, secrète, sourde, tenace; ancienne, longue, profonde, vieille rancune; aigreur, amertume, animosité, colère, envie, haine, mauvaise humeur, jalousie, rage, rancœur et rancune.
Prononc. et Orth.: [ʀ ɑ ̃kyn]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1100 (Roland, éd. J. Bédier, 2301); spéc. 1670 point de rancune (Mmede Sévigné, Lettre 6 juill. ds Corresp., éd. R. Duchêne, t. 1, p. 128); 1718 sans rancune (Ac.). Issu, par substitution de suff. (-une < lat. -udine; cf. amertune, att. en a. fr. à côté d'amertume*, v. FEW t. 24, p. 391a), de rancure (att. de ca 1165, Benoît de Sainte-Maure, Troie ds T.-L., à fin xives., Jehan des Preis ds Gdf.), d'un lat. vulg. *rancura, lui-même issu par substitution de suff. du lat. rancor, -oris (rancœur*). Voir FEW t. 10, p. 55. Fréq. abs. littér.: 1 463. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 617, b) 2 429; xxes.: a) 3 010, b) 2 582. Bbg. Foerster (W.). Etymologisches. Z. rom. Philol. 1881, t. 5, pp. 98-99. − Kleiber (G.). Le Mot ire en anc. fr. Paris, 1978, pp. 395-397.

Wiktionnaire

Nom commun

rancune \ʁɑ̃.kyn\ féminin

  1. Ressentiment tenace, sentiment profond de mal-être, opinion négative envers quelqu’un suite à du mal, des offenses subies.
    • Le gros Léon, se montrant plus généreux, avait généralement de meilleurs tuyaux que son confrère, lequel, en secret, lui gardait bien un peu rancune de la chose. — (Louis Pergaud, Un renseignement précis, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • La Pauvreté, ah! la garce! Elle va dans un cortège d'humiliations, de basses rancunes, de fangeuses abdications. Elle traîne, derrière elle, sa sœur la Misère, au rire édenté, aux orbites desséchées, aux doigts mous. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 34)

Forme de verbe

rancune \ʁɑ̃.kyn\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de rancuner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de rancuner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de rancuner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de rancuner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de rancuner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RANCUNE. n. f.
Ressentiment tenace. Vieille rancune. Il lui garde rancune. Il a une rancune, il a de la rancune contre lui. Fam., Sans rancune, point de rancune, Oublions les anciens torts, les sujets que nous pouvons avoir de nous plaindre l'un de l'autre.

Littré (1872-1877)

RANCUNE (ran-ku-n') s. f.
  • Ressentiment tenace et qu'on n'oublie pas. De mon côté, moi, j'ai une vieille rancune contre le financier, Dancourt, Foire de Besons, sc. 13. Ce qui me retient, c'est la peine que cela vous fera, c'est la rancune que vous en prendrez contre moi, Marivaux, Marianne, 4e part. Bien rosser et garder rancune est aussi par trop féminin, Beaumarchais, Mar. de Figaro, V, 8. Les rancunes de l'amitié sont plus durables que toutes les autres ; elles survivent à la colère, Genlis, Vœux témér. t. III, p. 133, dans POUGENS. J'ai de la rancune de prince ; Mon bon roi, vous me le paierez, Béranger, M. jours gras.

    Sans rancune, ou point de rancune, c'est-à-dire oublions le passé, oublions nos sujets de plainte. Amour… Qui fut (soit dit sans rancune) Si sujet à caution, Chaulieu, Voyage de l'amour et de l'amitié.

    Rancune tenant ou tenante, se dit pour signifier qu'on se rapproche tout en gardant son inimitié. Comptez sur moi comme sur vous-même dans ce moment, mais rancune tenant toujours, Voltaire, Socrate, II, 8.

    Rancune à part, se dit lorsque, n'étant pas bien avec quelqu'un, et ayant néanmoins un intérêt commun avec lui, on oublie de part et d'autre pour un temps les griefs réciproques.

    Fig. et en forme de dicton populaire, en parlant d'une étoffe, d'un cuir, etc. : C'est de la rancune de prêtre, ou c'est fait en rancune de prêtre, ça durera toujours, c'est inusable.

HISTORIQUE

XIe s. Diz cops il fiert par duel [deuil] e par rancune, Ch. de Rol. CLXVIII.

XIIIe s. Et se descovri lors aparantment la rancune, Hist. occid. des crois, t. II, p. 348. Amors a tele nature, Que sa joie fait torner à rancure, Ms. de poésies franç. avant 1300, t. I, p. 51, dans LACURNE.

XIVe s. Li rois fut de mal cuer et de felon coraige, Et fut pleins de rancune, de corroux et de raige, Girart de Ross. V. 3191.

XVe s. Et estoit tenu Pietre du Bois en paix parmi tant qu'il avoit juré qu'il ne traiteroit jamais ni ne procureroit nulle guerre ni rancunes des bonnes gens de Gand envers le duc de Bourgogne, Froissart, II, II, 241.

XVIe s. Ame exempte de vengeance et de rancune, Montaigne, I, 402.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

RANCUNE, s. f. (Gramm.) haine secrette & invétérée, qu’on garde au fond de son cœur jusqu’à ce qu’on ait trouvé l’occasion de l’exercer. Les hommes sujets à cette passion sont à plaindre. Ils portent en eux une furie qui les tourmente sans cesse. La rancune est taciturne, sombre, mélancolique ; quelque motif qu’elle puisse avoir, elle est d’un caractere triste & fâcheux.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rancune »

En ancien français rancure, où le suffixe -ure a été remplacé par -une (du latin -udine), lui-même provenant du latin vulgaire rancura, issu du latin rancor (« rancœur »), lui-même du verbe latin inusité *ranceo dont est issu aussi le français rance.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Berry, rancure ; prov. rancura ; anc. espagn. rencura ; ital. rancura ; du lat. rancus, rance, avec la finale ura ou una.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « rancune »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rancune rɑ̃kyn

Citations contenant le mot « rancune »

  • Mieux vaut d'anciennes dettes que de vieilles rancunes. De Proverbe irlandais
  • La vie n'est qu'un noeud de rancunes inextricables. De Gao Xingjian / La montagne de l'âme
  • Quoiqu'il en dise, et à son insu, l'homme garde toujours au fond de son coeur un reste de rancune envers celui qui lui a fait du mal, même s'il est bien convaincu qu'il n'en est rien. De Adrien Therio / Les Brèves Années
  • Toutes les rancunes viennent de ce que, restés au-dessous de nous-mêmes, nous n'avons pu nous rejoindre. Cela, nous le pardonnons jamais aux autres. De Emil Michel Cioran / Syllogismes de l’amertume
  • L'âme haute et l'esprit pur Se nourrissent de rancune. Patrice de La Tour du Pin, Une somme de poésie, Gallimard
  • Tu ne te vengeras pas et tu ne garderas pas de rancune envers les enfants de ton peuple. Tu aimeras ton prochain comme toi-même. , Ancien Testament, Lévitique XIX, 18
  • Coup pour coup n'a pas de rancune. De Proverbe guadeloupéen
  • La peur de l'ennemi détruit jusqu'à la rancune à son égard. De Fiodor Dostoïevski / Les Démons
  • La rancune n'est que la preuve de la faiblesse. De Jiang Zilong / La vie aux mille couleurs
  • Tu ne te vengeras pas et tu ne garderas pas de rancune envers les enfants de ton peuple. Tu aimeras ton prochain comme toi même. De La Bible / Evangile selon saint Matthieu
  • Est-il imaginable que Dieu ait pu, par rancune, créer l’homme à son image dans le seul but de le rendre fou ? De Edgar Allan Poe / The Rationale of Verse
  • La haine n'est-elle pas aussi douloureuse que l'amour ? Celui qui déteste son semblable s'enchaîne à sa rancune, se fait prisonnier de son ressentiment. Il n'est plus un être libre. De Jeannette Massie / Jeunesse libre
  • Quand vous serez grands ne gardez de rancune envers personne. N’oubliez jamais que tous hommes sont frères et qu’il faut répondre aux offenses et même au mal par le pardon et l’amour. De Estienne d’Orves
  • La question est de savoir si nous devons garder plus de rancune aux femmes des peines qu’elles nous auront faites ou plus de reconnaissance des ivresses qu’elles nous aurons prodiguées. De Georges Courteline / La philosophie de Georges Courteline
  • Il serait malséant de tenir trop ardente rancune au bon Dieu. Songez, Messieurs, qu'il n'a mis que six jours pour créer l'Univers. Et, six jours pour venir à bout d'une tâche de cette importance, c'est un tantinet court ! De Alphonse Allais
  • «Ne gardez pas de rancune.» « J’ai fait campagne avec moi et Jill. » « Talentueux. » « Une aide précieuse pour la campagne. » «Grand respect pour elle.» News 24, `` Ne gardez pas rancune '' contre Kamala Harris - News 24
  • Puis l'international U19 français a reconnu une certaine rancune envers certaines personnes à l'OM. «Villas-Boas ? Je ne peux pas lui en vouloir, a-t-il démenti. Grâce à lui, j'ai débuté en professionnel. Le coach m'a quand même fait confiance. J'en veux surtout à certains qui m'ont accompagné durant la formation quand j'étais plus petit.» Aucun nom n'a été cité, mais les principaux concernés se reconnaîtront peut-être. , OM : rancunier, Lihadji explique son départ - Football - MAXIFOOT
  • Lefkow a été forcée de revivre la tragédie de sa famille ce mois-ci lorsqu’un avocat en difficulté armé d’un fusil et d’une rancune a ouvert le feu sur le domicile d’une autre femme juge – la juge de district américaine Esther Salas dans la banlieue du New Jersey – tuant son fils de 20 ans et blessant gravement son mari. News 24, Tuer au domicile d'un juge américain suscite des inquiétudes concernant les cybermenaces - News 24
  • Concentration maximale au sein des familles. Au quartier Tsinga à Yaoundé, les membres de la famille de l’Imam Abdallah, lisent quelques versets coraniques. Le père explique aux enfants l’essentiel des messages qui se rapportent aux bienfaits et grâce que Dieu accorde à ceux qui l’invoquent sincèrement. Pour ce croyant, « il faut se rendre au lieu du sermon demain vendredi le cœur sans rancune ». Car, « prier dans la joie avec les frères nous rapprochent plus d’Allah » confie-t-il. Cameroon Radio Television, #Tabaski2020: derniers réglages pour les musulmans - Cameroon Radio Television

Images d'illustration du mot « rancune »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rancune »

Langue Traduction
Anglais grudge
Espagnol resentimiento
Italien rancore
Allemand groll
Chinois 怨恨
Arabe ضغينة
Portugais rancor
Russe недоброжелательство
Japonais 恨み
Basque grudge
Corse scuderia
Source : Google Translate API

Synonymes de « rancune »

Source : synonymes de rancune sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « rancune »

Partager