Gentil : définition de gentil


Gentil : définition du Wiktionnaire

Adjectif

gentil \ʒɑ̃.ti\

  1. Agréable, charmant, mignon, aimable. Qui a une certaine grâce, un certain agrément délicat.
    • C’est une gentille attention.
    • C’est alors que l’on vit passer une gentille petite souris grise.
    • Charles est un trop gentil garçon, il est facile à tromper.
    • Il a des défauts, mais nous l’aimons quand même, car nous sommes gentils.
    • C’est un gentil petit pays, une gentille petite bourgade.
    • Il n’est guère gentil avec moi, j’ai à me plaindre de lui.
    • Vous aurez la même robe qu’elle, mais vous serez élégante. Vous serez coiffée comme elle, mais vous serez gentille. — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 232.)
  2. Sage, tranquille.
    • Les enfants ont été gentils, ce soir.
  3. Coquet, important.
    • C’est une gentille somme d’argent.
  4. (Désuet) (XVIe siècle) Noble.
    • Gentil compagnon.
    • Dans le gentil pays de France, le gentilhomme se préparait à un tournoi.
  5. (Ironique) (Familier) Qui est bête, simplet.
    • Dominique ? Oh, oui, il est gentil
  6. (Ironique) Peu sympathique.
    • Vous faites là un gentil personnage, un gentil métier : vous jouez là un rôle peu sympathique.
  7. (Ironique) Qualifie celui dont on désapprouve l’impertinence ou la sottise.
    • Je vous trouve gentil de me dire cela.
    • Pour exprimer poliment une désapprobation : C’est bien gentil, mais…

Nom commun 1

gentil \ʒɑ̃.ti\ masculin (pour une femme on dit : gentille)

  1. (Arts) Personnage d’une œuvre de fiction qui incarne le bien, par opposition au méchant qui fait le mal.
    • De nombreux contes ou films pour enfants reposent sur l’opposition manichéenne entre les gentils et les méchants : Cendrillon, Peau d’Âne ou Blanche-Neige victimes d’une méchante belle-mère, Tintin et Milou contre Rastapopoulos et son complice Allan, etc.

Nom commun 2

gentil \ʒɑ̃.ti\ masculin

  1. (Religion) Non-juif, se dit dans le Nouveau Testament indifféremment des premiers chrétiens non-juifs et de l’ensemble des païens. Note : Employé surtout au pluriel.
    • Saint Paul est appelé « l’apôtre des gentils ».
    • Les juifs, on le sait bien, étaient aussi généreux dans l’exercice des devoirs de la charité et de l’hospitalité envers leurs frères, qu’ils passaient pour être récalcitrants et ladres quand il s’agissait de les appliquer à ceux qu’ils nommaient gentils, et qui, par leur conduite, méritaient peu certainement cette hospitalité de leur part. — (Walter Scott, Ivanhoé, ch. X, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Les hellénistes [les Juifs hellénisés] se mirent donc à vivre selon les coutumes des gentils ; ils établirent à Jérusalem un gymnase où les jeunes gens s’exerçaient aux jeux et aux sciences de la Grèce. — (Saint-Marc Girardin, De l’épopée chrétienne jusqu’à Klopstock, Revue des Deux Mondes T. 2, 1849)
  2. (Par extension) Tout incroyant par rapport à telle ou telle religion.  Référence nécessaire
    • Enfin, la Somme contre les gentils est aussi à la fois un développement et une réfutation de la pensée de philosophes antérieurs commentateurs d’Aristote, l’arabe musulman Averroès (1126-1198) et le juif Maïmonide (1138-1204). — (Wikipédia, article « Somme contre les gentils »)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Gentil : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GENTIL. (On ne prononce pas l'L.) adj. m.
Païen, idolâtre. Il était fils d'un père gentil et d'une mère chrétienne. Il est plus ordinairement nom et ne s'emploie guère alors au singulier. Les Juifs appelaient Gentils tous ceux qui n'étaient pas de leur nation. La vocation des gentils. Saint Paul est appelé l'Apôtre des gentils.

Gentil : définition du Littré (1872-1877)

GENTIL (jan-ti ; l'l ne se prononce jamais ; au pluriel, l's se lie : les jan-ti-z et leur apôtre) s. m.
  • Il se dit des anciens polythéistes, par opposition aux Juifs et aux Chrétiens. C'était un gentil. Nous avons été baptisés dans le même esprit, pour n'être tous ensemble qu'un même corps, soit juifs ou gentils, soit esclaves ou libres, Sacy, Bible, St Paul, 1re épît. aux Corinth. XII, 13. Voyez ces serpents, voyez ces reptiles et ces autres animaux immondes, qui vous sont présentés du ciel ; c'est les gentils, peuple immonde, et peuple qui n'est pas peuple, Bossuet, Serm. vérité de l'Église, 1. En cette promesse était enfermée la venue du Messie tant de fois prédit à nos pères, mais toujours prédit comme celui qui devait être le sauveur de tous les gentils et de tous les peuples du monde, Bossuet, Hist. II, 2. Il [saint Pierre] en avait déjà pris le gouvernement [de l'Église], quand saint Paul lui dit en face qu'il ne marchait pas droitement selon l'Évangile, parce qu'en s'éloignant trop des gentils convertis, il mettait quelque espèce de division dans l'Église, Bossuet, Sermons, Unité de l'Église, 1. C'était un gentil, mais tout gentil qu'il était, il avait de la religion, Bourdaloue, 4e dim. apr. la Pentec. Dominic. t. II, p. 417. Les Israélites ne s'éloignaient pas également de toutes sortes d'étrangers, quoiqu'ils les comprissent tous sous le nom de goïm ou gentils, Fleury, Mœurs des Israél titre XIII, 2e partie, p. 149, dans POUGENS.

    L'Apôtre des gentils, saint Paul. On dit de même : le docteur des gentils. La figure de ce monde passe, poursuivait le docteur des gentils, Bourdaloue, 2e dim. après l'Épiphanie, Dominic. t. I, p. 106.

    Adj. Né d'un père gentil et d'une mère chrétienne.

REMARQUE

L'Académie ne donne gentil que comme masculin, soit substantif, soit adjectif. Mais rien n'empêche de dire, substantivement, une gentile, et, adjectivement, une mère gentile.

SYNONYME

GENTILS, PAÏENS. Païens est plus compréhensif que gentils. Païens se dit non-seulement des païens de Rome, de la Grèce, de l'Égypte et en un mot des anciens païens, il se dit aussi des peuples qui encore aujourd'hui appartiennent au polythéisme ; au lieu que gentils ne se dit que des païens contemporains des apôtres et des premiers siècles du christianisme.

HISTORIQUE

XVIe s. Resource des petis, Lumiere des gentils, Et d'Israel la gloire, Marot, IV, 340.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Gentil : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

GENTIL, s. m. (Hist. anc.) payen qui adore les idoles. Voyez Idole, Payen, Dieu.

Les Hébreux appelloient gentes, nations, tous les autres peuples de la terre, tout ce qui n’étoit pas israélite ou hébreu. Il y en a qui disent que les Gentils ont été appellés de ce nom, par opposition aux Juifs & aux Chrétiens, qui ont une loi positive qu’ils suivent dans leur religion ; au lieu que les Gentils n’ont que la loi naturelle, & celle qu’ils s’imposent librement à eux-mêmes : Gentiles quia sunt & geniti fuerunt.

Les Juifs se servoient du mot de gentil dans le sens que les Chrétiens employent celui d’infidele. S. Paul est appellé le docteur & l’apôtre des Gentils ; c’est ainsi qu’il s’appelle lui-même, Rom. xj. 13. « Tant que je serai l’apôtre des Gentils, je travaillerai à rendre illustre mon ministere ».

La vocation des Gentils à la foi a été prédite dans l’ancien Testament, comme elle s’est accomplie dans le nouveau. Voyez Ps. ij. 8. Is. ij. 2. Joel, ij. 29. Matth. viij. 2. xij. 18. Act. xj. 18. xiij. 47. 48. xxviij. 28. Rom. j. 5. iij. 29. xj. 12. 13. 25. Eph. ij. Apoc. xj. 2. xxij. 2.

Dans le Droit & dans l’Histoire romaine, le nom de gentil, gentilis, signifie quelquefois ceux que les Romains appelloient barbares, soit qu’ils fussent leurs alliés ou non. Dans Ammien, dans Ausone, & dans la notice de l’Empire, il est passé des Gentils dans le sens qui vient d’être expliqué.

Les Romains ont aussi appellé Gentils, les étrangers qui n’étoient pas sujets de l’Empire, comme on le voit dans le code théodosien, au traité de nuptiis Gentilium, où gentiles est opposé à provinciales, c’est-à-dire aux habitans des provinces de l’Empire.

Ce mot ne s’est introduit dans le latin & dans le grec, où il est aussi en usage, que depuis l’établissement du Christianisme, & il est pris de l’Ecriture. Dictionn. de Trévoux & de Chambers. (G)

* Gentils, (philosophie des) Voyez les articles Philosophie des Grecs, des Romains, & l’article Histoire de la Philosophie en général.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Gentil : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « gentil » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « gentil »

Étymologie de gentil - Wiktionnaire

(Adjectif, Nom 1) (XIe siècle)[1] Du latin gentilis (« de la famille, de (la) race »)[2], dérivé de gens (« race, tribu, nation, famille »).
(Nom 2) (XVe siècle)[1] Du latin ecclésiastique gentiles (« les barbares, les païens »), calque du grec τὰ ἔθνη, ta ethnê (« les peuples, les nations »), pluriel de ἔθνος, ethnos (« nation, tribu, famille ») qui dans la Bible, employé exclusivement au pluriel, prend le sens spécifique et collectif de « non-juifs » par rapport au « peuple juif », le peuple élu de Dieu.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de gentil - Littré

Lat. gentilis, de gens, nation (voy. GENT 1). Les juifs disaient les nations, en grec τὰ ἔδνη, pour signifier les peuples étrangers à leur culte ; à leur imitation les chrétiens latins ont appelé gentiles ceux qui n'appartenaient pas à la religion chrétienne.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « gentil »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gentil ʒɑ̃ti play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « gentil »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « gentil »

  • OM : Pape Gueye, le gentil géant LaProvence.com, OM | OM : Pape Gueye, le gentil géant | La Provence
  • Ceux qui ont renoncé à comprendre n’hésitent pas à parler de mégalomanie, ce qui est une manière d’interpréter une photo parue sur les réseaux sociaux dont on a pu vérifier la véracité. On y voit le professeur Perronne en arrière-plan, et devant lui une dizaine de jeunes femmes de dos avec des messages de soutien sur leur blouse. « Un grand merci Mr Perronne, un grand homme Mr Perronne, un grand bravo Mr Perronne », et ainsi de suite. La mise en scène a suscité un certain malaise en interne. « Il s’agit pour la majorité d’infirmières de son service dont on devine tout à fait le lien de dépendance vis-à-vis de Perronne, persifle un confrère. Je ne crois pas qu’elles aient eu beaucoup le choix. » Gardons-nous ici d’employer les grands mots : même ses détracteurs reconnaissent que le professeur Perronne n’a pas mauvais fond. « Il peut y avoir des pressions, mais il ne va fusiller personne. A côté de Raoult, Perronne, c’est un gentil. Il est respectueux et il laisse les gens tranquilles. »  , Coronavirus : « A côté de Didier Raoult, c’est un gentil »...Comment le Professeur Perronne est devenu l’autre apôtre décrié de la chloroquine
  • "Il était gentil avec nous mais on se disait que c’était un cochon". Le retraité téléchargeait des fichiers pédopornographiques Nice-Matin, "Il était gentil avec nous mais on se disait que c’était un cochon". Le retraité téléchargeait des fichiers pédopornographiques - Nice-Matin
  • L’homme est un loup pour l’homme, ce qui, vous en conviendrez, n’est pas très gentil pour le loup. De Serge Bouchard / Quinze lieux communs
  • Dans votre ascension professionnelle, soyez toujours très gentil pour ceux que vous dépassez en montant. Vous les retrouverez au même endroit en redescendant. De Woody Allen
  • Si Hitler avait envahi l’enfer, je me serais débrouillé pour avoir un mot gentil pour le Diable. De Winston Churchill / Les plus grandes batailles, Andrew Nagorski, 2007
  • Tout le monde mérite qu'on soit gentil : n'importe qui, quel qu'il soit. De Paul Auster / Moon Palace
  • Les paroles sages tombent quelquefois dans l’oreille d’un sourd ; mais un mot gentil n’est jamais perdu. De Arthur Helps
  • Il faut avoir le courage de préférer l'homme intelligent à l'homme très gentil. De Jules Renard / Journal
  • Je ne l’aime pas parce qu’il est gentil mais parce que c’est mon enfant. De Rabindranàth Tagore
  • L’innocence. Un être doux, très gentil mais qui manque un peu d’expérience. De Grand Corps Malade / Rencontre
  • Si la méchanceté n’existait pas, il n’y aurait aucun mérite à être gentil. De Philippe Geluck / Le Chat
  • Etre gentil, compréhensif mais ferme est la devise que tout homme devrait adopter en se mariant. De Barbara Cartland
  • Dans la vie, il faut être gentil avec les femmes ; même avec la sienne. De Michel Audiard / Série noire
  • Si vous êtes venu boire pour oublier, soyez gentil, payez avant de boire. De Jean-Charles
  • A force d'être gentil, on finit par être suspect. De Charles Trenet
  • On peut obtenir beaucoup plus avec un mot gentil et un revolver, qu'avec un mot gentil tout seul. De Al Capone
  • Je suis un gentil vaurien.

Images d'illustration du mot « gentil »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « gentil »

Langue Traduction
Corse amable
Basque nolako
Japonais 種類
Russe добрый
Portugais tipo
Arabe طيب القلب
Chinois
Allemand nett
Italien gentille
Espagnol amable
Anglais kind
Source : Google Translate API

Synonymes de « gentil »

Source : synonymes de gentil sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « gentil »


Mots similaires