Méchant : définition de méchant


Méchant : définition du Wiktionnaire

Adjectif

méchant \me.ʃɑ̃\

  1. Mauvais, contraire de bon.
    • De méchante humeur, de mauvaise humeur.
    • Après le souper elle joua au quinze, elle perdit de mauvaise grâce, paya de plus mauvaise grâce encore, & se coucha de fort méchante humeur. — (Pierre-François Godard de Beauchamps, Funestine, dans Le Cabinet des fées, ou collection choisie des contes des fées, et autres contes merveilleux, vol. 31, Barde, Manget & Cie / Cuchet, Genève / Paris, 1786, p. 35)
    • Faut croire qu’il avait le réveil bien méchant, cet animal-là ; car, au premier mot que j’essayai de lui dire, il se mit à tirer son sabre… — (Alphonse Daudet, Le Prussien de Bélisaire, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 68.)
    • Ce jour-là, l’ancien garde-du-corps semblait moins disposé que jamais à lier conversation avec son perruquier. Il s’était réveillé de fort méchante humeur ; sa maigre figure était rigide, ses yeux gris restaient fixés droit devant eux, ses sourcils avaient l’air de deux accents circonflexes, et son nez d’aigle était plus pincé que d’habitude. — (André Theuriet, Le Mariage de Gérard, 1875)
    • Il a une méchante mine, il a mauvaise mine.
    • (Québec) Sentir méchant : Sentir mauvais.
    1. (En parlant de choses) Qui ne vaut rien dans son genre, qui est maigre ou insuffisant, de mauvaise qualité ou dans un état déplorable, minable, miteux. Note : Dans cette acception, il précède toujours le nom.
      • Et le petit appartement de l’abbé, tendu d’un méchant papier neuf et carrelé de rouge, fleurait la tombe. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
      • Le voyageur qui s’embarque sur le méchant petit bateau qui fait trois fois par semaine le service entre Algésiras et Tanger, jouit à mesure que tourne l’hélice d’un spectacle véritablement beau. — (Wladimir d’Ormesson, La Question de Tanger in La Revue de Paris, 1922)
      • À l’entrée du carrefour se trouvait un méchant groseillier sur lequel séchaient des guenilles. — (Honoré de Balzac, La Comédie humaine : Scènes de la vie à la campagne : Le Médecin de campagne, 1833, p. 8)
      • Des chenets à 3.000 francs comme occasion et un dîner composé d’un méchant poulet grillé, voilà ce que nous a rapporté notre journée de Rouen ; et par là-dessus, la rentrée dans la capitale de tous les Rouennais de Paris a amené un retard de deux heures au train. — (Edmond et Jules de Goncourt, Journal, 1880, p. 69)
      • Le tout en assez mauvais état, comme le méchant bout de tapis par terre, les chaises paillées et les rideaux en faux Gobelins qui avaient cet aspect définitivement poussiéreux et passé qui enlève tout courage pour en entreprendre le nettoyage. — (Elsa Triolet, Le premier accroc coûte deux cents francs : nouvelles, 1945, p. 121)
    2. (En parlant d’une personne du point de vue de sa fonction) Sans valeur, incompétent.
      • Un méchant orateur.
      • Un méchant avocat.
      • Dites donc une fois pour toutes que c’est l’homme qui honore la fonction, et qu’un bon ouvrier rend plus de services à la société qu’un méchant écrivain. — (Marie Roch Louis Reybaud, Jérôme Paturot à la recherche d’une position sociale, 1844)
    3. (En parlant de traits ou d’attributs psychologiques) Qui ne remplit pas correctement sa fonction, défectueux.
      • Est-ce Vienne ou Valence qu’habite Mlle Sophie de Rivières ? Ma méchante mémoire m’a tenu incertain entre ces deux villes ; mais nous n’avons pris terre ni dans l’une ni dans l’autre. — (M. de Guérin, Correspondance, 1837)
    4. (En parlant d’événements) Qui provoque des désagréments, des ennuis, désagréable, déplaisant, pénible.
      • La mer est méchante ce matin, les plaisanciers ne sortent pas.
      • Diable ! Diable ! Voilà une méchante affaire […] mais tout cela pourra faire chez moi un esclandre. — (Alfred de Vigny, Chatterton, iii, 4, 1835)
      • En un instant, il fut entouré par une bande de jeunes boutiquiers qui ne demandaient qu’à lui faire un méchant parti. — (André Theuriet, Le Mariage de Gérard, 1875)
      • Les événements les plus graves ont souvent leur source dans de méchants petits hasards de rien du tout.— (René Boylesve, La leçon d’amour dans un parc, Calmann-Lévy, 1920, collection Le Livre de Poche, page 25.)
    5. (Québec) De mauvais goût.
      • Cette soupe est méchante.
      • Pas mangeable, c’te mousse-là ! C’est pas qu’est ben méchante, est pas agréable au goût, that’s all. Pourtant, en-dessours, c’est bon, c’est à se licher les babines… Même si tu t’étouffes avec un gros morceau envalé de travers, t’en crèveras pas, ça t’apprendra à perdre patience, avance ta montre tandis que c’est encore le temps. — (Jean-Marie Poupart, Chère touffe, c’est plein plein de fautes dans ta lettre d’amour : Roman, Éditions du Jour, 1973)
  2. (Avec une valeur méliorative) Bon, extraordinaire, fameux, remarquable, énorme ou impressionnant.
    • Chemises d’organdi, chaussures de zébu
      Cravate d’Italie et méchant complet vermoulu
      — (Boris Vian, J’suis snob, 1955)
    • Prenez ensuite votre disque préféré, branchez, mettez à fond. Si ça ne vous tue pas, ça vous cloue à la maison pour un moment. Attention, c’est du méchant matériel [un syntonisateur Technics]. — (Publicité dans Le Point, 19–25 avril 1982, p. 16)
    • Ces deux peuples sont-ils si différents, hormis le fait que les Cris, hommes ou femmes, soient de méchantes armoires à glace ? — (Le Devoir, 3–4 juin 2006)
    • Le quotidien Le Figaro a qualifié hier de « méchant couac » la décision de Wajdi Mouawad de refuser le Molière du meilleur auteur francophone de théâtre qui lui avait été décerné la veille à Paris. — (Le Devoir, 11 mai 2005)
    • Il a eu l’élégance de partir volontairement en novembre 1987, au moment où le parti s’acheminait rapidement vers une « méchante » descente aux enfers. — (Le Devoir, 3 mai 2007)
    • Méchant changement, titre d’une émission canadienne de télévision des années 2010 dont l’objet est de transformer complètement une chambre à coucher.
    • C’était un méchant marathon, avec 38 jours de tournage, avec plusieurs scènes où je dois courir tout le temps, sans toujours être à bout de souffle. — (Le Soleil, 23 juin 2007)
    • Il est arrivé dans une méchante bagnole !
  3. Malfaisant, antonyme : gentil.
    1. (En parlant d’une personne, d’un animal) Qui provoque, intentionnellement ou non, la souffrance physique ou morale d’autrui, cruel, féroce, sauvage.
      • C’est un méchant enfant.
      • Il est plus bête que méchant.
      • Le grand méchant loup.
      • Cela rappelle le portrait des Chinois et des Nègres : tout bons, ou tout méchants. — (François-René de Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem et de Jérusalem à Paris, 1811)
      • Serge, mon bon Serge, supplia de nouveau Désirée, ne sois pas méchant… Vois comme il est innocent, le cher petit. — (Émile Zola, La Faute de l’abbé Mouret, 1875, p. 1270)
      • Vous êtes bien méchant d’être resté si longtemps sans me donner de vos nouvelles.
      • Inès : Je vous le dirai plus tard. Moi, je suis méchante : ça veut dire que j’ai besoin de la souffrance des autres pour exister. Une torche. Une torche dans les cœurs. Quand je suis toute seule, je m’éteins. — (Jean-Paul Sartre, Huis clos, 1944, 5, p. 144)
      • Chien méchant : Chien auquel on ne peut se fier, qui est susceptible de mordre, d’attaquer.
    2. Médisant.
      • Méchante langue : Personne médisante, mauvaise langue.
      • Quelques furets ont prétendu que certains déjeuneurs s’étaient laissé séduire […] Mais c’étaient de méchantes langues ; ces bruits sont tombés comme tant d’autres. — (Jean Anthelme Brillat-Savarin, Physiologie du goût, 1825, p. 160)
    3. (En parlant du comportement ou des actes) Malveillant, cruel, qui provoque, ou témoigne d’un désir de provoquer, la souffrance physique ou morale d’autrui. Antonyme : aimable, bienveillant, doux.
      • Des propos méchants.
      • Un air, un regard méchant.
      • Jouer un méchant tour, une méchante farce à quelqu’un.
      • Allusion, plaisanterie, propos, réflexion méchant(e).
      • Chaque jour on nous apportait quelque méchant bon mot de M. de Talleyrand contre son maître, ou quelque cancan de coulisses. — (George Sand, Histoire de ma vie, t. 2, 1855, p. 348)
      • Il observait avec un plaisir méchant le visage affaissé, et dans sa tête des mots filaient comme le vent. — (Simone de Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 472)
      • La bonne humeur me sembla être, de la part du convive, une preuve de bonté. Mais l’insistance de son rire me fit croire qu’au courant de la déception du domestique il éprouvait peut-être au contraire une joie méchante. — (Marcel Proust, Le Côté de Guermantes, 1921)
  4. Grave.
    • Ce n’est pas (bien/très) méchant : Cela ne porte pas à conséquence, n’est pas très grave.

Nom commun 1

méchant \me.ʃɑ̃\ masculin (pour une femme on dit : méchante)

  1. Personne cruelle.
    • Il faut fuir les méchants.
    • Sans se montrer armé du terrible anathème, Il rend l’espoir au juste et la crainte au méchant : La victime pardonne, et le pauvre est content. — (Joseph Fr. Michaud, Le Printemps d’un proscrit, 1803, p.54)
  2. Dans la fiction, personnage animé de noirs desseins, opposé au héros bienfaisant de la fable, du film, du conte, etc.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Méchant : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MÉCHANT, ANTE. adj.
Qui est mauvais, qui ne vaut rien dans son genre, qui est maigre, insuffisant. Dans cette acception, il précède toujours le nom. Il n'a hérité que d'une méchante terre. Il n'a reçu qu'une méchante gratification. Un méchant salaire. Une méchante compensation. Nous n'avions à nous mettre sous la dent qu'un méchant poulet. On dit dans le même sens Un méchant poète. Un méchant orateur. Un méchant livre. Une méchante affaire, Une affaire qui peut causer des embarras, des dangers. Avoir méchante mine signifie quelquefois Avoir l'air misérable. Être de méchante humeur, Être d'humeur chagrine. Fam., Méchante langue, Homme ou femme qui se plaît à médire. Il signifie aussi Qui a un penchant à faire du mal. C'est un méchant enfant. Il est plus bête que méchant. Substantivement, Il faut fuir les méchants. Par extension, Une méchante action. Des propos méchants. Un air, un regard méchant. Fam., Trouver plus méchant que soi, Trouver plus fort, plus fier, plus puissant que soi. Fig., La mer est méchante, La mer est menaçante, dangereuse.

MÉCHANT se dit, par forme de plainte légère et obligeante, de Celui qui s'est rendu coupable de quelque oubli, de quelque négligence. Vous êtes bien méchant d'être resté si longtemps sans me donner de vos nouvelles. Le sens de méchant varie selon qu'il précède ou qu'il suit le substantif. Ainsi, Une méchante épigramme, de méchants vers signifient Une épigramme mal tournée, des vers mal faits; et Une épigramme méchante, des vers méchants, Une épigramme, des vers où il y a beaucoup de malignité.

Méchant : définition du Littré (1872-1877)

MÉCHANT (mé-chan, chan-t') adj.
  • 1Qui ne vaut rien dans son genre (méchant étant le participe présent de l'ancien verbe méchoir). Ce sont de méchants vers, Régnier, Sat. VIII. Je vous donne Médée [tragédie], toute méchante qu'elle est, et ne vous dirai rien pour sa justification, Corneille, Médée, à monsieur P. T. N. G. Voyez si c'est vous rendre un fort méchant office, Corneille, Sophon. II, 3. Mon fils, dit Joab, pourquoi voulez-vous courir ? vous serez le porteur d'une méchante nouvelle, Sacy, Bible, Rois, I, XVIII, 22. Voilà, dit-il [Xanthus], la pâtisserie la plus méchante que j'ai jamais mangée ; il faut brûler l'ouvrière, car elle ne fera de sa vie rien qui vaille, La Fontaine, Vie d'Ésope. Et vous, qui dédiez à messieurs les gens de finance De méchants livres bien payés, La Fontaine, Fabl. VIII, 19. Je les trouve méchants [les vers], Molière, Mis. II, 7. Mais peut-être, madame, que leur danse sera méchante. - Méchante ou non, il la faut voir, Molière, Am. magn. I, 6. Je n'ai pas si méchant goût que vous avez pensé, Molière, ib. II, 1. Il me donna les plus méchantes raisons du monde, que je pris pour bonnes, Sévigné, 235. Mme de Mekelbourg avait trop méchante réputation, pour la laisser auprès de Madame, La Fayette, Hist. d'H. d'Angl. Œuv. compl. t. III, p. 153, dans POUGENS. Vous lisez tout, bon ou mauvais, et vous pensez que, dans les plus méchants livres, il y a toujours quelque chose dont on peut faire son profit, Voltaire, Lett. d'Argental, 2 déc. 1761. C'est une très méchante manière de raisonner, que de rejeter ce qu'on ne peut comprendre, Chateaubriand, Génie, I, I, 3. Aigles et cygnes, quoi qu'on fasse, Sont toujours de méchants ragoûts, Béranger, Miss. de Montrouge.

    Dans ce sens, méchant se met avant son substantif.

    Il se dit des personnes dans la même acception et se met aussi avant son substantif. Suppléez aux fautes qu'aura peut-être faites le méchant copiste, Scarron, Lett. Œuv. t. I, p. 194. Quand je vous mande de certaines choses… je les apprends ou de M. le Premier… ou de M. le grand maître, ou du fils de M. de la Rochefoucauld : ces auteurs-là ne sont pas méchants, Sévigné, 21 août 1675. Que je vous plains d'avoir eu un méchant prédicateur ! Sévigné, 27 mars 1671. Sans la langue, en un mot, l'auteur le plus divin Est toujours, quoi qu'il fasse, un méchant écrivain, Boileau, Art p. I. Laissant de Galien la science suspecte, De méchant médecin devint bon architecte, Boileau, ib. IV.

    Il se dit aussi des animaux en ce sens. Un méchant cheval. Une méchante monture.

  • 2Chétif, insuffisant, qui a peu de valeur, qui mérite peu de considération. Pour un méchant soupir que tu m'as dérobé, Corneille, Place Roy. IV, 5. Flaminius y demeure en assez méchante posture, voyant réunir toute la famille royale, malgré les soins qu'il avait pris de la diviser, Corneille, Ex. de Nicom. N'ayant qu'un méchant caleçon, Il avait méchante façon, Scarron, Virg. VI. Vous voilà bien malade d'avoir un méchant rôle à jouer ! Molière, Impromptu, 1. Elle a toujours une très méchante santé, Sévigné, 482. Ce philosophe [Maxime de Madaure] était le favori de l'empereur Julien, et c'est ce qui lui fit une si méchante réputation parmi nous, Voltaire, Dial. 23. Il fuyait dans une méchante calèche, Voltaire, Charles XII, 4. Ma pauvreté est fière ; je n'ai qu'un méchant pourpoint, mais je n'y veux point de taches, Ducis, Lett. du 11 octobre 1813.

    Avoir méchante mine, avoir l'air bas, ignoble.

    Être de méchante humeur, être d'humeur chagrine.

  • 3Qui n'est pas sans danger, qui cause du mal. Le ciel eut pour ces vœux une bonté cruelle ; Souvent sa complaisance a de méchants effets, La Fontaine, Fabl. VII, 17.

    Une méchante affaire, une affaire qui peut causer de graves embarras, et même une affaire qui peut mener devant la justice. Méchante affaire pour monsieur Guillaume, Brueys, Avoc. Pat. III, 7. Je vous l'avais bien dit, mon mari, que vous vous attireriez quelque méchante affaire, Voltaire, Socrate, III, 10. Susciter une méchante affaire, à la bonne heure, Beaumarchais, Barb. de Sév. II, 8.

  • 4Contraire à la probité, à la justice. Une méchante action. Plus de trente archevêques et évêques, quelques-uns même de ceux que les jésuites croyaient le plus dans leur dépendance, foudroyèrent à l'envi et l'apologie et la méchante morale des casuistes, Racine, Hist. Port-Royal. Un de ces malheurs qui peuvent arriver à tous les hommes, et dont un méchant mouvement peut nous rendre capables, Massillon, Carême, Injust. Mais à l'esprit méchant je ne vois point de gloire ; Si vous saviez combien cet esprit est aisé ! Combien il en faut peu, comme il est méprisé ! Gresset, Méch. IV, 4.
  • 5Qui est porté à faire du mal, en parlant des personnes. Et le surnom de bon me va-t-on reprochant, D'autant que je n'ai pas l'esprit d'être méchant, Régnier, Sat. III. Et n'autorisez pas De plus méchants que vous à la [l'autorité] mettre plus bas, Corneille, Nicom. II, 2. Et je ne pense pas que Satan en personne Puisse être si méchant qu'une telle friponne, Molière, Éc. des mar. III, 10. Non, rien de plus méchant n'est sorti de l'enfer, Molière, Tart. IV, 6. Sa femme [de Ch. de Sévigné] entre dans ses sentiments [de dévotion] ; je suis la plus méchante, mais pas assez pour être de contre-bande, Sévigné, 27 déc. 1684. Aussi disait-il qu'il y avait peu de différence entre un juge méchant et un juge ignorant, Fléchier, Lamoign. Dans un méchant homme il n'y a pas de quoi faire un grand homme, La Bruyère, XII. Le cardinal de Richelieu, tyran quand on lui résistait, et méchant parce qu'il avait des méchants à combattre, Voltaire, Suppl. au siècle de Louis XIV, 3e part. Vous m'allez dire que je deviens bien hardi et un peu méchant sur mes vieux jours ; méchant ! non, je deviens Minos, je juge les pervers, Voltaire, Lett. Mme d'Argental, 14 janv. 1761. Cette prodigieuse multitude de maisons de charité prouve évidemment une vérité à laquelle on ne fait pas assez d'attention, c'est que l'homme n'est pas si méchant qu'on le dit, Voltaire, Dict. phil. Charité. Une infinité de sots par nature se font méchants par air, Saurin, Mœurs du temps, sc. 1.

    Méchante langue, homme ou femme qui se plaît à médire.

    De méchantes mains, c'est-à-dire une personne méchante, ou des personnes méchantes. Mon propre exemple et celui de tant de bourgeois qui se sont mal trouvés de pareilles alliances me faisaient craindre que ma nièce ne tombât en de méchantes mains, D'Allainval, École des bourg. III, 1.

    Avoir méchante physionomie, méchante mine, ou bien une physionomie méchante, la mine méchante, un caractère de physionomie méchant, avoir la physionomie, la mine d'un méchant homme.

  • 6Qui a fait quelque petite malice, ou qui est coupable de quelque petite négligence. Vous êtes bien méchant de m'avoir laissé si longtemps en peine, de m'avoir fait attendre si longtemps.

    Qui lance des traits de raillerie. Vous êtes toujours bien méchante quand vous parlez de Mme de la Fayette ; je lui ferai quelques légères amitiés de votre part, Sévigné, 230. Vous ne le disiez pas, vous êtes méchant, Collin D'Harleville, Chât. en Esp. I, 2.

  • 7Enfant méchant, enfant opiniâtre, désobéissant, difficile à régir.
  • 8Méchant garçon, homme menaçant, bravache. Enfonce ton bonnet en méchant garçon, Molière, Scap. I, 7.

    Familièrement. Trouver plus méchant que soi, trouver plus fort, plus fier, plus puissant que soi.

    Il ne sera pas si méchant qu'il l'a promis à son capitaine, c'est-à-dire il menace beaucoup, mais il n'osera mettre à exécution ses menaces.

    Familièrement. Faire le méchant, s'emporter en menaces. Si les Espagnols font les méchants, Sévigné, 128. …Merlin parlait à des marchands Qui, pour être payés, font un peu les méchants, Dancourt, Mme Artus, II, 4.

  • 9 S. m. et f. Un méchant, une méchante, une personne de mauvais caractère, vicieuse. Et que, juste une fois, il [Auguste] s'est privé d'appui, Perdant, pour régner seul, deux méchants [Lépide et Antoine] comme lui, Corneille, Cinna, I, 3. Allez, seigneur, allez Venger sur ces méchants tant de droits violés, Corneille, M. de Pomp. IV, 5. La méchante l'abuse aussi bien que Phocas, Corneille, Héracl. IV, 4. Il y a des méchants qui seraient moins dangereux s'ils n'avaient aucune bonté, La Rochefoucauld, Max. 284. Ce qu'on donne aux méchants toujours on le regrette, La Fontaine, Fabl. II, 7. Il faut faire aux méchants guerre continuelle, La Fontaine, ib. III, 13. Tenez entre eux divisés les méchants ; La sûreté du reste de la terre Dépend de là ; semez entre eux la guerre, Ou vous n'aurez avec eux nulle paix, La Fontaine, ib. VII, 8. L'or s'épure dans le même feu où la paille est consumée ; et sous les mêmes châtiments par lesquels les méchants sont exterminés, les fidèles se purifient, Bossuet, Hist. II, 9. Il faisait connaître aux bons qu'il eût voulu les satisfaire sans leur donner la peine de solliciter, et aux méchants, qu'il eût voulu les corriger sans avoir le déplaisir de les punir, Fléchier, Lamoignon. Au bonheur du méchant qu'une autre porte envie, Racine, Esth. II, 9. La gloire des méchants en un moment s'éteint ; L'affreux tombeau pour jamais les dévore, Racine, ib. II, 9. …Songez, méchants, songez, Que mes armes encor vous tiennent assiégés, Racine, Athalie, V, 5. Les méchants sont hardis, trompeurs, empressés à s'insinuer et à plaire, adroits à dissimuler, prêts à tout faire contre l'honneur et la conscience pour contenter les passions de celui qui règne, Fénelon, Tél. II. Sachez que les méchants ne sont point des hommes incapables de faire le bien ; ils le font indifféremment de même que le mal, quand il peut servir à leur ambition, Fénelon, ib. XII. Le plus grand ennemi du méchant, c'est celui qui lui ressemble, Marivaux, Pays. parv. 1re part. La terre portera toujours des méchants détestables, les livres en exagéreront toujours le nombre, qui, bien que trop grand, est moindre qu'on ne l'a dit, Voltaire, Dict. phil. Homme. Malgré tous les succès de l'esprit des méchants, Je sens qu'on en revient toujours aux bonnes gens, Gresset, Méchant, V, 10. Sa définition du méchant me paraît sublime : le méchant de Hobbes est un enfant robuste, Diderot, Opinion des anc. philos. (hobbisme). Les méchants par air sont aussi communs aujourd'hui que l'étaient autrefois les faux dévots, Genlis, Théât. d'éduc. le Méchant par air, II, 6.

REMARQUE

Le sens de méchant varie quelquefois, selon qu'il précède ou suit son substantif. Une méchante épigramme, de méchants vers, c'est une épigramme, des vers mal tournés ; une épigramme méchante, des vers méchants, c'est une épigramme, des vers où il y a de la malignité. Un méchant homme, c'est un homme pervers ; un homme méchant, un homme dont la langue est médisante. Avoir une méchante mine, c'est avoir l'air misérable et bas ; avoir une mine méchante, c'est avoir l'air méchant.

HISTORIQUE

XIVe s. Il seroit aucune foiz beneüré, et après autre foix maleureuz et mescheant, Oresme, Eth. 23. Estre disposé en ceste maniere sans amiableté à soy meisme est une chose très mescheante et très nuisable, Oresme, ib. 268. Cils chevaliers l'a pris ens ces prez là devant, Et le tient en prison en guise de meschant, Guesclin. 2266. Quant la meschant personne a bien beu et mengié et plus qu'elle ne doit, Ménagier, I, 3.

XVe s. Adonc y seras-tu plus meschant de ce que tu cuideras y estre plus heureux, Chartier, Curial. 394. Meschante parolle gettée va partout à la vollée, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 346. Se ce meschant [son médecin] j'eusse cru ; Las ! je seroy mort tout roide ; Se seulement j'eusse beu Sa tisanne et son eau froide, Basselin, XLVIII. En fin on trouva que ce n'estoit que tout abus [dans de prétendus miracles], et qu'elle estoit une meschante folle, J. de Troyes, Chron. 1460. Et affin qu'il n'eust cause de faire un meschant appoinctement pour peu d'argent, Commines, IV, 9.

XVIe s. Ils renvoyerent aux Phalisques leur meschant maistre d'eschole [qui avait livré aux Romains les enfants], Montaigne, I, 24. Puys estudioyt quelque meschante demye heure, Rabelais, Garg. I, 21. Ilz luy baillarent, pour soy couvrir, une meschante sequenye, Rabelais, ib. I, 49. Ilz avoient de meschans petits chevaux, les premiers qu'ilz pouvoient trouver, Amyot, Philop. 11. Il devint le plus desloyal et le plus meschant des meschants, Amyot, Dion, 68. En bien faisant l'on guerroye le meschant, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 292. De meschant homme bon roy, Cotgrave De meschant hoste, bon reconduiseur, Cotgrave Bon bastard, c'est aventure ; meschant, c'est de nature, Cotgrave Sans estre poursuivi, le meschant prend la fuite, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Méchant : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « méchant » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « méchant »

Étymologie de méchant - Littré

Picard, mécant ; wall. mèchant ; Berry, michant. L'ancienne forme est mescheant, du préfixe mes, et cheant, participe présent du verbe choir (voy. CHANCE). Meschant signifie proprement celui qui a mauvaise chance ; de là vient le sens de ne valant rien, chétif, insuffisant ; un pas de plus en s'éloignant du sens primitif conduit à l'acception de contraire à la probité en parlant des choses, et d'enclin à mal faire en parlant des personnes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de méchant - Wiktionnaire

De l’ancien français mescheant (« mal tombant »), qui signifiait d’abord « malchanceux » ; le sens moderne de « qui a un penchant à faire du mal » est attesté dès le XIVe siècle. (XIIe siècle) mescheant. → voir mescheoir (« tomber mal »). Depuis, le participe présent cheant/chéant du verbe choir a disparu.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « méchant »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
méchant meʃɑ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « méchant »

  • Elles présentent un homme apeuré, dès l’instant où les policiers lui ont demandé de sortir de son véhicule car il était soupçonné d’avoir utilisé un billet de 20 $ contrefait. Très vite menotté, il panique et supplie les agents de ne pas le placer dans le véhicule de police car, disait-il, il était claustrophobe et en difficulté physique. « Je ne suis pas un méchant », assure-t-il. « Je ne peux pas respirer », dit-il pour la première fois, « je vais mourir là-dedans ». Metro, « Je ne suis pas un méchant » : une nouvelle vidéo révèle les ultimes supplications de George Floyd
  • Bioshock vous entraine dans des sociétés dystopiques dans lesquelles l'ordre a disparu. Le joueur doit lutter à l'aide de plasmides (des modules qui modifient l'ADN afin d'acquérir de puissants pouvoirs) contre des habitants qui renient leur humanité. Afin d'acquérir la fameuse énergie ADAM nécessaire, vous devez la récolter sur des petites sœurs protégées par les terrifiants Big Daddy, mais ce n'est pas la seule façon d'y parvenir... Si vous de les abattre, cela vous place alors dans la peau du méchant. Un jeu incontournable... toutes générations confondues. Jeuxvideo.com, Top 5 des jeux dans lesquels vous pouvez incarner un méchant - Actualités - jeuxvideo.com
  • Le week-end dernier, Marvel Entertainement a publié sur son compte Twitter un extrait de l'émission Earth Mightiest Show où les présentateurs faisaient le point sur les futurs méchants du MCU. L'occasion de demander aux internautes leur avis maintenant que Thanos nous a quitté.  , Marvel : voici à quoi pourrait ressembler le grand méchant pour la phase 4 du MCU
  • De "Blanche-Neige et les sept nains" à "Zootopie", retour sur une caractéristique précise que partagent de très nombreux méchants des films d'animation Disney. AlloCiné, Disney : tous les méchants des films sont liés ! - AlloCiné
  • Une chose simple, rarement respectée: le méchant ne se pense pas en méchant. Jamais! Slate.fr, Qu'est-ce qui rend un méchant intéressant au cinéma? | Slate.fr
  • Celui-ci consiste à juxtaposer deux images. À gauche, celle du méchant tel qu’il a été défini par la série ou le film (“the show/movie vilain”). À droite, celle du vrai méchant (“the real vilain”) après réexamen. Il s’agit en réalité d’un autre personnage, tout aussi problématique et nuisible. Le HuffPost, Le vrai méchant de ces films et séries n'est peut-être pas celui que vous croyez | Le HuffPost
  • Il n’y a pas de méchants, il n’y a que des malheureux. De Anonyme
  • Le méchant qui nous flatte est un dresseur de pièges. De Phèdre
  • Les méchants sont buveurs d’eau. De Proverbe français
  • Nul n’est méchant volontairement. De Socrate
  • La sympathie est une méchante aumône. De Georg Christoph Lichtenberg
  • Qui épargne le méchant nuit au meilleur. De Proverbe français
  • Les méchants portent leur enfer en eux. De Proverbe français
  • La plus méchante roue crie le plus. De Proverbe français
  • Ce ne sont pas du tout les méchants qui font le plus de mal en ce monde. Ce sont les maladroits, les négligents, les crédules. Les méchants seraient impuissants sans une quantité de bons. De Paul Valéry / Mélange
  • Les faibles veulent quelquefois qu'on les croie méchants ; mais les méchants veulent passer pour bons. De Vauvenargues / Réflexions et maximes
  • D'un homme de bien , il est aisé de faire un méchant ; mais qui pourra d'un méchant, faire un homme vertueux ? De Théognis de Mégare / Fragments
  • Les gens intelligents se divisent en deux catégories : les bons et les méchants. Les sots appartiennent à une seule : celle des méchants. De Garabet Ibraileanu / En regardant la vie
  • Il y a moins de méchantes que de méchants, mais elles le sont davantage. De Jacques Deval / Afin de vivre bel et bien
  • Il semble que le monde est divisé vraiment entre bons et méchants : les bons et les méchants. Les bons dorment mieux... mais les méchants profitent beaucoup plus de leurs heures de veille. De Woody Allen / Destins tordus
  • Il est important quand on veut défendre les gentils contre les méchants de ne pas faire des gentils trop gentils et des méchants trop méchants. De Frédéric Beigbeder / Dernier Inventaire avant liquidation
  • Le pouvoir tend à corrompre, et le pouvoir absolu corrompt absolument. Les grands hommes sont presque toujours des hommes méchants. John Emerich Dalberg, 1er baron Acton, Historical Essays and Studies
  • On veut bien être méchant ; mais on ne veut point être ridicule. Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, Le Tartuffe, Préface
  • Je vous prends à témoin que cet homme est méchant. Victor Hugo, La Légende des siècles, l'Aigle du casque

Images d'illustration du mot « méchant »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « méchant »

Langue Traduction
Corse significa
Basque besteko
Japonais 平均
Russe значит
Portugais significar
Arabe تعني
Chinois 意思
Allemand bedeuten
Italien significare
Espagnol malo
Anglais mean
Source : Google Translate API

Synonymes de « méchant »

Source : synonymes de méchant sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « méchant »


Mots similaires