Fondre : définition de fondre


Fondre : définition du Wiktionnaire

Verbe

fondre \fɔ̃dʁ\ 3e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se fondre)

  1. Liquéfier ou rendre fluide, au moyen de la chaleur, une substance plus ou moins solide.
    • Les roches ignées n’affectent aucune forme spéciale ; elles sont en masses irrégulières et ont à peu près l'aspect que prend un mélange de substances minérales hétérogènes qui, après avoir été fondues, sont abandonnées à un refroidissement lent. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 11)
    • — Eh ben je te jure, heureusement qu'elle était pas éternelle, la neige. Elle a fondu presque aussitôt, mais elle nous a laissé une gadoue... les vaches en avaient jusque-là ([…]) et nous jusque-là ([…]). — (Olivier Deck, La Neige éternelle, Éditions Albin Michel, 2013)
  2. (Spécialement) Fabriquer, mouler certains objets avec des métaux que l’on fond à cet effet.
    • Un très subtil ouvrier nommé Guillaume Duisy avait fondu pour eux une bombarde qui fut placée à la croiche ou éperon de la poterne Chesneau et qui jetait sur les Tourelles des pierres de cent vingt livres. — (Anatole France, Vie de Jeanne d’Arc, chapitre 5: Le Siège d’Orléans, Paris : chez Calmann-Lévy, 1908, volume 1, page 152)
    • Fondre des caractères d’imprimerie. — Fondre des balles.
  3. (Figuré) Unir et combiner une chose avec une autre ; faire que deux ou plusieurs choses, auparavant distinctes, ne forment plus qu’un tout.
    • On préparera, par exemple, par macération au bain-marie, une huile benzoïnée en fondant dans 10 kilos d'huile végétale 0k.500 à 1 kilo de benjoin ou d'acide benzoïque. — (Marcel Hégelbacher; La Parfumerie et la Savonnerie, 1924, page 138)
    • La fin ressemblait plus à un épuisement qu'à un arrêt — un diminuendo où le martèlement du rythme se changea en un chuchotement qui se prolongea bien au-delà du vrai silence où il finit par se fondre. — (Henry Miller, L'ancien combattant alcoolique au crâne en planche à lessive, dans Max et les Phagocytes, traduction par Jean-Claude Lefaure, éditions du Chêne, 1947)
    • Cette maison de commerce s’est fondue dans une autre, avec une autre.
    • Il réunit ainsi et fond ensemble les propriétés et les avantages des langues agglutinatives et des langues à flexions. — (Louis Couturat, Histoire de la langue universelle, 1903, page 306))
  4. (En particulier) (Peinture) Mêler des couleurs, des teintes contiguës, les joindre, de manière que le passage de l’une à l’autre soit ménagé.
    • Les nuages, diaprés et à demi transparents, affectent la forme d'immenses draperies suspendues à la voûte du ciel, où toutes les couleurs du prisme se fondent dans une divine harmonie. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 37)
    • Fondre les couleurs, les teintes. — Fondre une couleur, une teinte avec une autre, dans une autre.
  5. (Figuré) (Par analogie) Disparaitre comme par fusion ou dissolution.
    • Entre la fin du siècle dernier et l’année 2016, la part de l’industrie dans l’activité y a fondu, passant de près de 34 % à moins de 7 %. — (Gilles Triolier, A Rouen, l’industrie baisse pavillon, Le Monde. Mis en ligne le 10 octobre 2019)
    • Pendant de longs siècles, la maison resta bien fragile. A peine différente d'une cabane de bois dans les forêts, bicoque de limon très souvent, elle brûlait ou elle fondait pour un rien. — (Octave Guelliot, Villages et maison des Ardennes, dans la Revue de folklore français et de folklore colonial, Librairie Larose, 1937, volume 8, page 188)
    • Toute cette grande fortune fondit en quelques années.
  6. (Pronominal) (Intransitif) Se liquéfier ; se dissoudre.
    • Cette glace fondait un tantinet à midi mais regelait le soir, et, chaque matin, on commençait par la repolir avec amour. — (Louis Pergaud, Deux Veinards, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Le maquignon de bas étage teint, en tout ou en partie, les robes pour rendre un équipage similaire, au risque de s’exposer à voir fondre la nuance sous une averse. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • Sur la pente des toits exposés au soleil, la neige commença à mollir, puis elle fondit presque aussitôt et un bruit d'eau dégorgeant des chanlates ou ruisselant des tuiles sur la chaussée, annonça le dégel. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 157)
  7. (Pronominal) (Intransitif) Diminuer rapidement, se réduire à rien.
    • Cette armée se fondit en quelques marches.
  8. (Pronominal) (Intransitif) (Figuré) (Absolument) S'attendrir, s'amollir, en parlant des choses morales.
    • Ta fille indigne fondait devant ce garçon, molle, faible, prête. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 33)
    • C'était bête ! Voilà que ce mot, prononcé par elle, suffisait à le faire fondre et qu'il devait détourner la tête. — (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. IV, Gallimard, 1937)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Fondre : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FONDRE. v. tr.
Liquéfier ou rendre fluide, par le moyen de la chaleur, une substance plus ou moins solide. Fondre un métal. Fondre de la cire. Le soleil a fondu la neige. Plomb fondu. Fondre les métaux signifie particulièrement Fabriquer, mouler certains objets avec des métaux que l'on fond à cet effet. Fondre un canon, une cloche, une statue, un vase, des chandeliers, etc. On dit de même : Fondre des caractères d'imprimerie. Fondre des balles. Etc. Il signifie figurément Unir et combiner une chose avec une autre; faire que deux ou plusieurs choses, auparavant distinctes, ne forment plus qu'un tout. Fondre un ouvrage avec un autre, le fondre dans un autre. Fondre plusieurs règlements en un seul. Cette maison de commerce s'est fondue dans une autre, avec une autre. Il se dit particulièrement, en termes de Peinture, des Couleurs, des teintes contiguës, lorsqu'on les joint et qu'on les mêle, de manière que le passage de l'une à l'autre soit ménagé. Fondre les couleurs, les teintes. Fondre une couleur, une teinte avec une autre, dans une autre. Ces deux teintes se fondent bien ensemble.

FONDRE s'emploie aussi intransitivement ou pronominalement et signifie Se liquéfier, se dissoudre. Faire fondre du beurre. Le sucre fond dans l'eau. L'étain fond facilement. Par exagération, Fondre en pleurs, fondre en larmes, Répandre beaucoup de larmes, pleurer abondamment. Il fond en larmes, quand on lui parle de la mort de son fils. On dit quelquefois figurément, dans le même sens Fondre en eau. Le ciel se fond en eau, Il pleut abondamment. Fig., Entre ces deux personnes la glace s'est fondue, Un rapprochement s'est fait entre elles. Il signifie encore Diminuer rapidement, se réduire à rien. L'argent fond entre ses mains. Toute cette grande fortune fondit en quelques années. Cette armée se fondit en quelques marches. Fam., Fondre à vue d'œil, Maigrir rapidement. Il n'a pas fondu se dit familièrement de Quelque chose qui a disparu sans que l'on sache ce qu'il est devenu. Cheval fondu, Sorte de jeu où plusieurs enfants sautent l'un après l'autre sur le dos d'un d'entre eux qui se tient courbé et ne doit pas s'affaisser. Jouer au cheval fondu.

FONDRE SUR signifie S'abattre sur quelqu'un, sur quelque chose avec impétuosité, avec violence. La cavalerie fondit sur l'aile gauche des ennemis. Il fondit sur lui l'épée à la main. Par extension, Les maux qui fondirent sur nous. Absolument, L'orage fondit tout à coup.

Fondre : définition du Littré (1872-1877)

FONDRE (fon-dr'), je fonds, tu fonds, il fond, nous fondons, vous fondez, ils fondent ; je fondais ; je fondis ; je fondrai ; je fondrais ; fonds, qu'il fonde ; que je fonde, que nous fondions ; que je fondisse ; fondant, fondu v. a.
  • 1Rendre liquide un corps solide en le soumettant à l'action de la chaleur. Fondre de l'étain. Fondre du suif. Le soleil fondit la neige. Le fer est plus difficile à fondre que le cuivre, le cuivre l'est plus que l'or, l'or plus que l'argent, l'argent plus que le plomb et le plomb plus que l'étain, Buffon, Hist. min. Œuv. t. VI, p. 406, dans POUGENS. Il [le feu du ciel à Sodome] fond comme cire Agate, porphyre, Pierres du tombeau, Hugo, Orientales, 1.

    Fig. Cet œil qui fond des cœurs les rigueurs et les glaces, Régnier, Dial. Je ne sais quoi de divin semblait fondre son cœur au dedans de lui, Fénelon, Tél. XIX.

    Terme de chandelier. Fondre en abîme, tremper les chandelles dans un vaisseau, qu'on appelle abîme, où il y a du suif fondu

  • 2 Particulièrement. Fondre les métaux, fabriquer, mouler certains objets avec des métaux que l'on fond à cet effet. Non, mais cent fois la bête a vu l'homme hypocondre Adorer le métal que lui-même il fit fondre, Boileau, Sat. VIII.

    Jeter en moule. Fondre une cloche, une statue. Avant que de sortir de l'Égypte, les Israélites y avaient vu des statues de fonte, qu'ils imitèrent en fondant le veau d'or ; et depuis ils firent le serpent d'airain, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. II, p. 76, dans POUGENS. Le père Adam Shall, natif de Cologne, avait tellement réussi auprès de cet empereur par ses connaissances en physique et en mathématique, qu'il était devenu mandarin ; c'était lui qui le premier avait fondu du canon de bronze à la Chine, Voltaire, Mœurs, 195.

    On dit de même : fondre des caractères d'imprimerie ; fondre des balles.

    Fig. Il faut fondre la cloche, c'est-à-dire il faut terminer, achever une affaire, en venir à ce qu'il y a d'essentiel, de difficile, de périlleux.

    En un autre sens, fondre la cloche, vendre, puis se partager l'argent. La société est dissoute ; si on ne s'entend pas, il faudra fondre la cloche. Les héritiers ne sont pas d'accord : il faut renoncer à conserver la propriété ; on fondra la cloche.

  • 3 Fig. Consumer en prodigalités. Un gourmand dans son assiette Fond le bien de ses aïeux, Béranger, H. rangé.

    Terme de commerce. Fondre des actions, des billets, se défaire de ses billets, vendre ses actions ; s'en défaire même avec perte dans un besoin pressant.

  • 4 Terme de médecine. Exercer une action résolutive sur un engorgement. Fondre une obstruction.

    Fondre les humeurs, les rendre plus fluides.

    Fondre un calcul, le dissoudre. Il n'y a point jusqu'à présent de remède qui fonde les calculs dans la vessie.

  • 5 Fig. Faire que des choses auparavant distinctes ne forment qu'un seul tout. Fondre un ouvrage dans un autre. Il fondit les notes dans le texte. Fondre ensemble deux systèmes. Il y a apparence qu'on y avait fondu les anciens règlements faits par le sénat, Montesquieu, Espr. XXIII, 21. Écrire leur histoire par articles séparés en nous réservant de les joindre ou de les fondre ensemble, dès que, par notre propre expérience ou par celle des autres, nous serons plus instruits, Buffon, Quadrup. t. I, p. 260, dans POUGENS. Il [le Poussin] a fondu avec un tel art la Bible avec le paganisme, les dieux de la Fable antique avec les personnages de la mythologie moderne, qu'il n'y a que des yeux savants et expérimentés qui s'en aperçoivent, Diderot, Salon de 1767, Œuvres, t. XV, P. 104, dans POUGENS.
  • 6 Terme de peinture. Fondre des couleurs, des teintes, graduer les nuances, ménager les passages entre les teintes. Fondre une couleur, une teinte dans une autre, avec une autre.

    Par extension. Non-seulement la nature a réuni sur le plumage du paon toutes les couleurs du ciel et de la terre pour en faire le chef-d'œuvre de sa magnificence, elle les a encore mêlées, assorties, nuancées, fondues de son inimitable pinceau, Buffon, Paon.

  • 7 V. n. Devenir liquide, entrer en fusion. Ce trait de feu qui fait fondre la cire, Bossuet, Lett. Abb. 94. Voilà les neiges de nos montagnes qui commencent à fondre, et mes yeux qui commencent à voir, Voltaire, Lett. Mme du Deffant, 8 mars 1769. De toutes les matières que j'ai mises à l'épreuve, il n'y a que le soufre qui fond à un moindre degré de chaleur que l'étain, Buffon, Hist. min. Œuv. t. VI, p. 249, dans POUGENS.

    Par extension, se dissoudre. Le sucre fond dans l'eau.

    Terme de médecine. Entrer en résolution. La tumeur fondit peu à peu.

  • 8 Fig. Diminuer, se réduire à rien. L'argent fond entre ses mains. De sorte qu'en peu de temps on vit fondre cette famille si opulente, qui était la première du pays, Perrot D'Ablancourt, Lucien, Amitié. Il n'y a point d'ouvrage si accompli qui ne fondît tout entier au milieu de la critique, si son auteur voulait en croire tous les censeurs, qui ôtent chacun l'endroit qui leur plaît le moins, La Bruyère, I. L'on a vu quelquefois la naissance, la jeunesse, les titres, la réputation fondre tout d'un coup et se perdre pour toujours dans le tombeau, Massillon, Carême, Mort. Mes jours fondent comme la neige Au souffle du courroux divin, Lamartine, Méd. I, 30.

    Tout ce qu'il tient fond entre ses mains, c'est un homme qui ne saurait rien garder, qui perd ou égare tout ce qu'il a.

    Familièrement. Fondre à vue d'œil, perdre tout son embonpoint.

    Terme d'horticulture. Se dit des plantes, des légumes, etc. qui meurent de sécheresse, et aussi par toute autre intempérie qui se prolonge.

  • 9 Fig. et par exagération. Le ciel fond en eau, et, absolument, le ciel fond, il tombe une très forte pluie.

    Fondre en sueur, être trempé de sueur.

    Fondre en larmes, verser des larmes abondantes. S'abandonnant aux cris, ses yeux fondent en pleurs, Régnier, Élég. V. Tous se trouvent saisis et chacun fond en pleurs, Rotrou, Herc. mour. v, 1. Je fus hier pour la troisième fois à Tancrède ; tout le monde y fond en larmes, à commencer par moi, et la critique commence à se taire, D'Alembert, Lett. à Voltaire, 22 sept. 1760.

    Absolument. La petite fille a été enlevée dès le grand matin, pour éviter les grands éclats de sa douleur ; ce sont des cris d'enfants… peut-être que présentement elle danse ; mais depuis deux jours elle fondait, Sévigné, 262.

    On dit dans le même sens : fondre en eau.

    Au sens des nos 7, 8 et 9, fondre se conjugue avec l'auxiliaire avoir, quand on veut marquer l'acte : La glace a fondu hier ; avec l'auxiliaire être, quand on veut marquer l'état : La glace est fondue depuis hier.

  • 10S'abîmer, s'écrouler. Cet amas de pierres qui tenait la terre étant renversé, le reste fondit, Vaugelas, Q. C. IV, 3, dans RICHELET. Tous les monstres s'envolent ou fondent sous terre, Corneille, Tois. d'or, III, 7. Comme une colonne dont la masse solide paraît le plus ferme appui d'un temple ruineux, lorsque ce grand édifice qu'elle soutenait fond sur elle sans l'abattre…, Bossuet, Reine d'Anglet. M. Nicolaï tomba du haut d'un balcon qui fondit sous lui et se tua tout roide, dans sa maison de Presles, auprès de Paris, Dangeau, I, 299, 21 fév. 1686. Ceux-ci [les amphithéâtres] étant venus un jour à fondre tout à coup parce qu'ils étaient trop chargés, cet accident engagea les Athéniens, déjà fort entêtés, de spectacles, à élever ces théâtres superbes, qu'imita depuis avec tant d'éclat la magnificence romaine, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. V, p. 143, dans POUGENS.

    Fig. S'abîmer de confusion. Buvons ensemble, voilà comme je sais me venger ; à ces mots [de M. de Chaulnes], l'autre [Harlay] pensa fondre, Saint-Simon, 42, 241.

  • 11Être lancé, se lancer avec violence de haut on bas. Si près de voir sur soi fondre de tels orages, Corneille, Hor. I, 1. Pressé de toutes parts des colères célestes, Il en vient dessus vous faire fondre les restes, Corneille, M. de Pomp. I, 1. Et sans s'inquiéter où fondra la tempête, Corneille, Othon, IV, 3. Ô jour malheureux ! le jour du Seigneur est proche, et le Tout-puissant le fera fondre sur vous comme une tempête, Sacy, Bible, Joel, I, 15. Comme un tonnerre Qui s'approche en grondant et qui fond sur la terre, Voltaire, Mérope, v, 5. Le pays de Gex où j'habite est un vaste jardin entre des montagnes, mais la grêle et la neige viennent trop souvent fondre sur mon jardin, Voltaire, Lett. Sade, 12 fév. 1764. Les maias [sorte d'oiseaux] se réunissent en troupes nombreuses, pour fondre sur les champs semés de riz, Buffon, Ois. t. VII, p. 150.
  • 12Assaillir impétueusement. On voyait deux éperviers d'or qui semblaient fondre l'un sur l'autre, Vaugelas, Q. C. liv. III, dans RICHELET. Sur nous à main armée il fond en diligence, Corneille, Rodog. I, 6. Quand je fondis en Gaule avec cinq cent mille hommes, Corneille, Attila, I, 1. Un peuple qui fondra sur vous comme un aigle fond sur sa proie, Sacy, Bible, Deuter. XXVIII, 49. Qu'est devenue cette redoutable cavalerie qu'on voit fondre sur l'ennemi avec la vitesse d'un aigle ? Bossuet, Anne de Gonz. Télémaque vient fondre sur son ennemi, Fénelon, Tél. XX. Rappelons-nous ces beaux temps de la Grèce, si glorieux pour Athènes et pour Sparte, où la Perse vint fondre sur ce petit pays avec toutes les forces de l'Orient, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. IV, p. 303, dans POUGENS. Leur transport est semblable à la cruelle joie Des ours et des lions qui fondent sur leur proie, Voltaire, Henr. X. Le roi [Charles XII] fondit sur cette armée, n'ayant avec lui que six régiments de cavalerie, et quatre mille fantassins, Voltaire, Charles XII, IV. Une armée de Maures vient fondre d'Afrique en Espagne, et augmenter la confusion où tout était alors, Voltaire, Mœurs, 44.

    Fig. Il se dit des choses en un sens analogue. Les maux fondant tout d'un coup sur eux, ils chercheront la paix et ne la trouveront pas, Sacy, Bible, Ézéch. VII, 25. Vous n'entendrez partout qu'injurieux brocards Et sur vous et sur lui fondre de toutes parts, Boileau, Épît. X.

    Fondre, au sens des nos 10, 11, 12 et 13, ne se conjugue qu'avec l'auxiliaire avoir.

  • 13Se fondre, v. réfl. Devenir liquide par l'action de la chaleur. La glace se fond au soleil. Les montagnes se sont fondues comme la cire à la présence du Seigneur, Sacy, Bible, Psaumes, XCVI, 5.
  • 14Se fondre en eau, se dit du ciel, des nuages qui laissent tomber une pluie abondante. Le ciel qui se fond tout en eau, Boileau, Sat. III.

    Se fondre en larmes, pleurer abondamment. Il se fondait en pleurs, Malherbe, V, 21. Pleurez, pleurez, mes yeux, et fondez-vous en eau ; La moitié de ma vie a mis l'autre au tombeau, Corneille, Cid, III, 3.

    Se fondre en sueur, suer abondamment.

  • 15Il s'est fondu ou il est fondu, se dit de quelqu'un ou de quelque chose qui a disparu tout à coup sans qu'on sache ce qu'il est devenu.

    Il n'a pas pu se fondre, il n'est pas fondu, se dit pour exprimer que l'on ne conçoit pas que quelqu'un ou quelque chose ait disparu sans qu'il soit possible de le retrouver.

  • 16Diminuer, être réduit à rien. Quand les troupes que nous avions ici levées prirent la route de Picardie, ils disaient que c'étaient des victimes que l'on allait immoler à nos ennemis ; que cette armée se fondrait aux premières pluies, et que ces soldats, qui n'étaient point aguerris, fuiraient au premier aspect des troupes espagnoles, Voiture, Lett. 74. Il arrive aujourd'hui que des armées, sans avoir combattu, se fondent dans une campagne, Montesquieu, Rom. II. Cependant l'armée [de France] se fondait peu à peu, Voltaire, Louis XIV, 21. Murat lui-même s'inquiète enfin ; il a vu se fondre la moitié du reste de sa cavalerie, Ségur, Hist. de Nap. VIII, 10.

    Être transformé en, avec une idée de réduction. Le château, s'il est vieux, se fond en une douzaine de maisons qui ont des portes et des fenêtres, mais ni tours, ni créneaux, ni ponts-levis, ni cachots, ni antiques souvenirs, Courier, Lett. V.

  • 17Se laisser amollir, attendrir, séduire. Les dames cependant se fondent en délices, Régnier, Sat. II. Les cœurs que l'on croyait de glace Se fondent tous à leur abord, La Fontaine, Joc. Le cœur se fondait à son pathétique [d'un chanteur], Rousseau, Dict de mus. Voix.
  • 18En parlant des couleurs, de la lumière, se confondre par des nuances graduées. Ces teintes se fondent bien ensemble. Ces deux couleurs, se fondant ensemble, forment une belle couleur orangée sur la poitrine et sur toute la partie inférieure du corps, Buffon, Ois. t. VII, p. 207. Les reflets sur ses bords [de la cloche] se fondaient mollement, Au fond tout était noir, Hugo, Crép. 32.
  • 19Être combiné, se confondre. Cette maison de commerce s'est fondue dans telle autre. Ils formèrent plusieurs hordes qui se peuplèrent dans le silence, et qui, avec le temps, se fondirent dans celle des Mantchoux, Raynal, Hist. phil. V, 17. Le code ecclésiastique où viennent se fondre la loi lévitique, l'Évangile et le droit romain, Chateaubriand, Génie, I, I, 10. Par la révolution, Versailles s'est fondu dans la nation ; Paris est devenu l'œil-de-bœuf ; tout le monde en France fait sa cour, Courier, Pamphlet des pamphlets.

SYNONYME

FONDRE, LIQUÉFIER. Fondre et liquéfier sont souvent employés l'un pour l'autre ; mais on peut tâcher de distinguer, en disant que fondre s'emploie aussi bien en parlant des métaux, du verre et autres substances qui, pour devenir liquides, exigent un haut degré de température, que des substances qui n'en exigent que très peu ; tandis qu'on se sert plus volontiers de liquéfier pour la cire, le suif, etc. qui deviennent liquides au moyen d'une chaleur beaucoup moindre, Legoarant

HISTORIQUE

XIIe s. Souz eux [je] vi fondre [s'enfoncer] la terre et le rocher, Ronc. p. 164. En la sale fu mult traïstres apelé ; De tutes parz i fu hautement escrié ; N'i eüst greignur cri, se fundist la cité [il n'y aurait pas cri plus grand, quand même la cité fondrait], Th. le mart. 46. Guillaumes en fu uns, li buens quens d'Arundel, Sages, curteis e preus e senz nul mal apel ; Mais dunc medla sun or à fundre le veel [le veau d'or], ib. 53.

XIIIe s. Il virent ces hautes yglises et ces riches palais fondre, et ces grans rues marcheandes ardoir à feu, et il n'en pooient plus faire, Villehardouin, XCI. Fondue est la terre en malice, Psautier, f° 89. Li mescreant tienent la mauvese vie de Sodome et de Gomorre, que Dieux fondi, ib. f° 189. Adont fist Salehedins prendre or et argent, et le fist fondre en une paiiele de fer, puis li fist avaler en la gorge tout boullant, Chr. de Rains, p. 112. Par ung poi que je ne fons d'ire, Quant il me membre de ma perte, Qui est si grant et si aperte, la Rose, 4049. Et bien se gart qui oevre soz tere, qu'il face tel ouvrage que les mesons des voisins ne fondent pas par son fet ne les voies communes, Beaumanoir, XXIV, 26. La crestienté dechiet et font entre vos mains, et decherra encore plus, se vous n'i metés conseil, pour ce que nulz ne doute [craint] hui et le jour escommeniement [excommunication], Joinville, 290. La beauté s'en refuit ; dame Diex me confonde, Se je n'empli mon temps, ainz que ma couleur fonde, La folle et la sage.

XIVe s. Mahon, ce dist li rois, je fonc ensi que bure, Baud. de Seb. 265.

XVe s. Et ils estoient si foibles et si fondus et si affamés [leurs chevaux] qu'à peine pouvoient ils aller avant, Froissart, I, I, 44. … Et que toute fondoit en larmes et en pleurs [Isabelle], Froissart, I, I, 14. Vous devez savoir que le roi de France avoit grand angoisse au cœur, quand il veoit ses gens ainsi deconfire et fondre l'un sur l'autre par une poignée de gens que les Anglois estoient, Froissart, I, I, 289. Quant il sentit son cheval fondre [tomber], il se tourna si appoint qu'il demoura en estant sur ses pieds, Perceforest, t. I, f° 92. Quatre pechiés plains de toute laidure, Que Dieu het trop et qui les a en cure… Le tiers pechié [est] vie contre nature, Dont Dieux fondit les cinq cités jadis, Deschamps, Poésies mss. f° 440.

XVIe s. Il veint fondre comme un colosse sur le petit homme, Montaigne, II, 52. Le mulet s'estant apperceu que le sel, fondu par ce moyen…, Montaigne, II, 186. C'est un grand poids que la science, ils fondent dessoubs, Montaigne, IV, 48. Ceste torche les accompagna et guida tout au long du voyage, et à la fin alla fondre et disparoir au propre endroit où les pilotes avoient deliberé d'arriver, Amyot, Timol. 11. Hommes effeminez et fondus en delices et voluptez, Amyot, Pélop. 2. La terre freschement remuée fondoit soubs eulx, Amyot, Pyrrh. 63. Ilz estoient molz à l'encontre de la chaleur, et fondoient en sueur au soleil, Amyot, Marius, 45. Il fundit une nuée noire, dont il sortit un impetueux tourbillon de vent, Amyot, Crassus, 38. Les neges et glaces qui se fondent adonc, Amyot, Sertor. 23. Les yeux battus et fondus à force de larmoyer, Amyot, Ant. 106. Au desloger de l'armée, y eut deux aigles qui, fondans de grande roideur, s'allerent renger aux premieres enseignes, Amyot, Brutus, 46. Emplastre singuliere pour amollir, fondre et resoudre les tumeurs scirrheuses, Paré, V, 23.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

FONDRE.
8Ajoutez :

Fondre d'amour, maigrir rapidement sous l'impression de l'amour. Près d'elle [la génisse] il [le taureau] fond d'amour, il erre triste et sombre, Delille, Géorg. III.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Fondre : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* FONDRE, v. act. (Gram.) c’est l’action de mettre en fusion ou sous une forme fluide, par l’action du feu, un minéral, du verre, une pierre, ou un autre corps solide. Ce mot se prend au simple & au figuré.

Fondre des Actions, des Billets, (Commerce.) expression assez récente parmi nous, introduite dans le commerce du papier presqu’en même tems que la compagnie des Indes & la banque royale ont été établies en France. Elle signifie se défaire de ses billets, vendre ses actions pour de l’argent comptant ; & comme pour l’ordinaire cette vente ne se fait qu’avec perte de la part du vendeur, cette expression se prend plûtôt en mauvaise qu’en bonne part. Dictionn. de Commerce, Trév. Chamb. (G)

Fondre, c’est l’action de liquéfier la cire par le moyen du feu. Le point essentiel de cette opération est de donner le degré de chaleur convenable, de connoître, & de saisir l’instant où la fonte est parfaite. Cet instant n’est pas d’une minute, & d’une minute dépend la perte de plusieurs milliers de cire : de la chaudiere où elle a été fondue, elle tombe par un robinet dans une cuve, où elle refroidit pendant trois heures, après lesquelles on la met en rubans. Voyez Rubans & l’article Blanchir, où toutes ces opérations sont détaillées.

Fondre, en Fauconnerie, se dit du faucon, lorsque soûtenu sur ses aîles à une grande élévation, il vole en descendant avec impétuosité pour se saisir d’un oiseau.

Fondre, (Jardinage.) se dit d’une plante qui périt, ou qui pourrit en pié ; ce qui arrive souvent quand on lui donne trop d’eau ou trop de soleil ; si étant enfermée dans la serre, elle n’a pas eu assez d’air, ou qu’elle n’ait pas joüi d’un air nouveau, il n’en faut pas davantage pour la suffoquer. On peut s’il y a une autre chambre à la serre, l’ouvrir de tems en tems : ce lieu se remplit d’air extérieur, & refermant ensuite la porte, & ouvrant celle qui se communique avec la serre, l’air extérieur y entrera sans risquer que les arbres en souffrent.

En fait de légumes, fondre, est périr faute d’eau ; pour les melons, c’est devenir à rien. (K)

* Fondre, (à la Monnoie.) c’est jetter le métal en fusion dans les moules formés par les planches gravées. Voy. les Planches gravées de Monnoyage. Comme la maniere de fondre à la Monnoie ne differe en rien de celle que l’on suit dans les atteliers des Fondeurs ; on renvoye à l’article Monnoie.

Fondre, en Peinture, c’est bien mêler les couleurs. Des couleurs bien fondues ; fondre les bruns avec les clairs, de façon que le passage des uns aux autres soit insensible.

On dit : il y a une belle fonte de couleur dans ce tableau : il faut fondre ses couleurs avant de donner les dernieres touches. (R)

Fondre, en terme de Fondeur de petit plomb, c’est liquéfier le plomb par le moyen du feu sur lequel on l’expose dans un vase pour le couler, & lui faire prendre la forme qu’on veut dans le moule.

* Fondre l’Étain et le jetter en moule. Lorsqu’un potier d’étain veut mettre l’étain en œuvre, il le fait d’abord fondre ; il faut avoir une chaudiere de fer qui tienne à proportion de ce qu’on a à fondre. Ceux qui fondent des saumons ont des fosses ; c’est une sorte de trou plus long que large, bâti en brique sous une cheminée ; on met le feu dedans la fosse & les lingots sur la flamme du bois qu’on y allume, & à l’aide d’un soufflet à main, pareil à celui dont se servent les Orfévres, ils fondent plus aisément & plus promptement. A mesure que l’étain fond, la braise & la cendre nagent sur l’étain, & on les dérange avec la cuilliere de fer avec laquelle on jette en moule, pour prendre l’étain net.

De tems en tems, on retire les cendres qui s’amassent sur l’étain, c’est ce qu’on appelle déchet : on les réserve à part ; & quand on en a une quantité, on les lave d’une maniere qui sépare la cendre & le charbon qui se trouvent mêlés d’étain, & cet étain se fond dans une chaudiere le feu dessous ; & par le moyen de la graisse & du suif qu’on y met dedans, on réduit l’étain.

Il y en a qui pour fondre, ont une chaudiere qui est massonnée tout-autour, & le feu est sur l’étain comme dans la fosse. Enfin d’autres (& c’est assez l’usage en province, où on ne fond pas souvent des saumons) mettent la chaudiere sur un trépié le feu dessous.

Il faut préparer ses moules avant de jetter dedans ; on sait que les moules sont ordinairement de cuivre ou potin ; les moules de vaisselle sont de deux pieces, la chape qui forme le dessous de la piece, soit plat, assiette, écuelle ou bassin, & le noyau qui forme le dedans. (Voyez la description aux figures.) Cette préparation est de les écurer, puis d’y répandre dans tous les endroits où l’étain doit couler, avec un pinceau de crin, de la ponce en poudre délayée dans du blanc d’œuf, ce qui s’appelle poteyer les moules : après quoi on met chauffer le moule en-dehors sur le feu, afin qu’il soit assez chaud pour recevoir l’étain ; on met quelques morceaux de fer en-travers sur la fosse pour supporter les moules.

Il faut observer que la science pour bien jetter, consiste à conserver le degré de chaleur tant de l’étain fondu que du moule ; si l’étain chauffe trop, il s’aigrit, il faut y mettre quelque piece qu’on réserve pour le rafraîchir ou diminuer le feu. Si le moule s’échauffe trop, ce qui arrive ordinairement aux endroits où l’étain tombe en jettant, & où il revient ; on le rafraîchit avec de l’eau qu’on y applique par-dehors avec un bâton entortillé de linge mouillé par un bout qu’on nomme patroüille. On connoît que le moule ou l’étain sont trop chauds quand les pieces viennent grumeleuses. Les grumelures sont des petits trous sans nombre, qui ne percent pas la piece, mais la gâtent fort, parce qu’ils paroissent après le tour & la forge ; ainsi on aime mieux jetter un peu plus froid que trop chaud ; car s’il vient quelques trous aux pieces on les reverche. Voyez Revercher. Il est vrai que la vaisselle d’étain fin doit être jettée plus chaude que le commun, parce qu’on la paillonne pour remplir les grumeaux, & qu’elle en sonne mieux. Voyez Paillonner.

Voici la façon de jetter la vaisselle. Quand le moule est chaud comme il faut, on le prend avec des morceaux de chapeau, qu’on appelle des feutres ; on porte le noyau sur la selle à jetter, & on le pose sur la tenaille (selle & tenaille a jetter, voyez aux figures). Ensuite on le ferme avec la chape ; & posant un morceau de bois de travers sous la tenaille, on la serre avec un anneau de fer qui presse les dents de la queue de la tenaille. On dresse le moule le jet en-haut ; & puisant de l’étain d’une main dans la fosse ou chaudiere, on jette sa piece tout d’un jet, & dès qu’elle est prise, on abaisse le moule, on frappe sur le côté de la chape avec un maillet de bois de la main droite en enlevant la chape par la poignée de la gauche, le moule s’ouvre, & on dépouille la piece avec un couteau de dessus le noyau où elle tient ordinairement ; & de la sorte on jette successivement autant de pieces qu’on a besoin.

Les moules de poterie sont de quatre pieces pour un bas & autant pour un haut, savoir deux chapes qui forment le dehors de la piece, & deux noyaux pour le dedans ; ces noyaux ont un cran qu’on nomme portée, qui tiennent les chapes en place, & le jet tient aux chapes. On les prépare comme ceux de vaisselle ; il y en a qui les poteyent d’ocre ou de suye, chacun à sa maniere ; mais on jette entre ses genoux, sur lesquels on a la précaution de mettre de vieux chapeaux forts ; les noyaux ont des queues où on met des manches de bois qui servent à les manier, & pour les chapes on les met & on les ôte avec des feutres ; quand on a emboîté ses quatre pieces, on couche le moule de côté le jet en-haut entre ses genoux, & on dépouille en frappant avec un maillet de bois sur la portée des noyaux chaque piece de moule l’une après l’autre, les noyaux les premiers, & ensuite les chapes.

Quand la chaudiere ou fosse ne peuvent tenir tout l’étain qu’on a à fondre & jetter en un jour, il y en a qui interrompent de jetter lorsqu’un moule est fini pour fondre d’autre étain, & d’autres qui fondent & jettent en même tems, parce qu’ils y proportionnent leur feu.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Fondre : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « fondre » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « fondre »

Étymologie de fondre - Littré

Berry, foindre, s'affaisser, s'ébouler, diminuer de volume ; provenç. fondre ; anc. catal. fondir ; catal. mod. fondrer ; espagn. et portug. fundir ; ital. fondere ; du lat. fundere, proprement répandre. La série des sens est : répandre, d'où mettre en fusion, renverser, tomber, se précipiter sur ; ce dernier sens est venu tard dans la langue.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de fondre - Wiktionnaire

(1050) Du latin fŭndĕre (« verser, fondre »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « fondre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fondre fɔ̃dr play_arrow

Conjugaison du verbe « fondre »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe fondre

Évolution historique de l’usage du mot « fondre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fondre »

  • Sur son compte Instagram, Justin Bieber a partagé des photos de son adorable petite soeur Bay qui a clairement fait fondre la Toile ! MCE TV, Justin Bieber: sa petite sœur Bay fait fondre la Toile !
  • - Dans une casserole, faire fondre le beurre avec le miel. Vanity Fair, La recette facile des madeleines au citron du chef-pâtissier Bryan Esposito
  • Le gérant d'une buvette-restaurant de Chamonix a mis la main sur des journaux, vestiges probables du crash d'Air India en 1966 au Mont-Blanc. En très bon état, ils étaient conservés dans un bloc de glace qui venait juste de fondre. France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, Mont-Blanc : des journaux, vestiges du crash d'Air India en 1966, retrouvés sur le glacier des Bossons
  • Lors du test de la plaque de cuisson induction Whirlpool WLB5860AL, nous avons remarqué qu'elle bénéficiait d'un mode automatique "faire fondre". Zoom sur cette fonction peu répandue. , Labo – Le mode “faire fondre” de la plaque de cuisson à induction Whirlpool WLB5860AL - Les Numériques
  • Sofia et Hana, les deux filles d'Amel Bent, ont fait une apparition remarquée sur le compte Instagram de leur maman. De quoi faire fondre le cœur des internautes. Voici.fr, PHOTO Amel Bent : ce cliché de ses filles Sofia et Hana qui fait fondre ses abonnés - Voici
  • Les princesses Beatrice et Eugenie ont eu l'occasion de discuter avec des personnes qui avaient collecté des fonds à l'occasion de la remise de prix des Teenager Cancer Trust 2020. Émue, la fille aînée du prince Andrew et Sarah Ferguson n'a pas pu s'empêcher de fondre en larmes. Closermag.fr, Princesse Beatrice : pourquoi elle a fondu en larmes lors d'un live Instagram - Closer
  • Possible que l'individu trouve son profit et même son aise à se fondre dans la collectivité, mais ce ne serait qu'au détriment de celle-ci. Pour elle, et non pour lui, il doit se défendre contre elle. De Jean Rostand / Carnet d’un biologiste
  • Le caractère naturel de l'amour est régi par deux principes fondamentaux : La femme doit se fondre complètement dans l'homme. Plus l'homme est fort, plus la femme l'aime. De Jean Fauconney / L'art d'aimer
  • Un grand auteur est celui dont on entend et reconnaît la voix dès qu'on ouvre l'un de ses livres. Il a réussi à fondre la parole et l'écriture. De Michel Tournier / Le Miroir des idées
  • Homme féroce, homme sensible, que de fois il t'est arrivé, partout où tu t'abandonnes au rêve, d'imaginer la mort de ta femme, et de fondre en larmes ! De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • Traduire le théâtre, c'est d'abord et avant tout savoir lire le théâtre, porter son regard sur un texte et s'en abreuver, se couler dans une matière linguistique et s'y fondre... De Isabelle Famchon
  • Vieillir, c'est découvrir la transparence, brûler les frontières, fondre les limites, abattre les paravents... Y-a-t-il plus passionnant voyage que celui de la vie ? Jusqu'à la mort incluse ? De Maria Casarès / Résidence privilégiée
  • S'unir à l'essence universelle, se fondre en Dieu, c'est aboutir à une détermination passive de l'existence humaine, c'est se perdre dans l'océan de l'infini. De Albert Schweitzer / La Mystique de l'apôtre Paul
  • Les gens qui pleurent à s'en fondre les yeux en regardant un film à la guimauve, neuf fois sur dix ils ont pas de coeur. De J. D. Salinger / L’Attrape-coeurs
  • Les compliments sont des bonbons dont les femmes raffolent toute leur vie ; jeunes, pour les croquer à pleines dents ; vieilles, pour les faire fondre doucement entre leurs dents. De Auguste Rodin
  • Citer peu et fondre toujours la citation dans le discours, de peur d'en couper le fil et de le refroidir. De Jérôme Garcin
  • Brûlons la chandelle par les deux bouts. Elle peut bien fondre et brûler vite, pourvu qu'elle éclaire bien. De Robert Redford / Et au milieu coule une rivière
  • Le même soleil fait fondre la cire et sécher l'argile. De Clément d’Alexandrie / Stromates
  • Tout peut se reprendre et fondre en Dieu, même les fautes. De Pierre Teilhard de Chardin / Le Milieu divin
  • Qui approche le beurre du feu ne l'empêche pas de fondre. De Proverbe français

Images d'illustration du mot « fondre »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « fondre »

Langue Traduction
Corse fondere
Basque urtu
Japonais 溶融する
Russe растопить
Portugais derreter
Arabe ليذوب
Chinois 融化
Allemand schmelzen
Italien fondere
Espagnol para fundir
Anglais to melt
Source : Google Translate API

Synonymes de « fondre »

Source : synonymes de fondre sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « fondre »


Mots similaires