Disparaître : définition de disparaître


Disparaître : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DISPARAÎTRE, verbe intrans.

A.− [La disparition est envisagée comme temporaire, réversible]
1. [Le suj. désigne un inanimé concr. ou un animé] Cesser de paraître aux regards, d'être visible. Anton. apparaître.Le soleil disparaissait derrière les saules (Karr, Sous tilleuls,1832, p. 195).Le chemin disparaît entre deux champs de maïs (Martin du G., Devenir,1909, p. 191):
1. ... une belle fille (...) dont l'allure balancée mettait au cœur des jeunes gars un désir. Ils se retournaient sur son passage, et la suivaient des yeux, jusqu'au moment où elle avait disparu au tournant des ruelles, sous les sureaux en fleurs. Moselly, Terres lorraines,1907, p. 167.
2. Neige... neige... la Castille s'enfonce sous la neige comme un navire sous les eaux. Elle va disparaître. Elle disparaît. De l'Aragon n'apparaît plus que la plus haute cime de la sierra de Utiel. La neige engloutit toute l'Espagne. Il n'y a plus d'Espagne. Montherlant, Le Maître de Santiago,1947, p. 656.
En partic. [Avec un compl. circ. indiquant]
a) [le lieu où plonge ce que désigne le suj.]
Disparaître dans. Cesser d'être visible en s'enfonçant quelque part. Synon. s'enfoncer, s'engloutir.Le petit soldat (...) tomba d'un bloc, entra et disparut dans l'eau (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Pt soldat, 1885, p. 192).La bête coula au trou, disparut aussitôt dans l'ombre (Genevoix, Raboliot,1925, p. 285):
3. − J'ai vu des fleuves, des grands fleuves, disparaître entiers dans le sable; ils ne s'y jetaient pas, je suppose; ils s'y enfonçaient lentement; ils y disparaissaient, comme des espérances. − Parfois ils reparaissaient plus loin; ils ne surgissaient pas, je suppose; ils ressortaient simplement du sable en une eau fine et filtrée, reparaissaient comme des espérances. Gide, El Hadj,1899, p. 349.
P. anal. Je vais, je viens, je glisse, plonge, Je disparais dans un cœur pur (Valéry, Charmes,1922, p. 141).
b) [la cause de la disparition]
Disparaître dans, derrière, sous quelque chose. Être dissimulé, caché par quelque chose. Son pied droit disparaissait dans un sabot (Hugo, Rhin,1842, p. 41).Le sable des allées disparaissait sous les feuilles mortes (Flaub., MmeBovary,t. 2, 1857, p. 51).La tour Eiffel disparaissait derrière un rideau de pluie (Green, Journal,1932, p. 87).
[P. anal. de sensation] Cesser d'être audible. La fin de la phrase disparut dans une véritable détonation (Duhamel, Suzanne,1941, p. 42).[P. anal. d'impression générale] L'obscénité [des estampes japonaises] (...) disparaît sous la fantaisie (Goncourt, Journal,1863, p. 1334).
2. [Avec une idée de rapidité et/ou d'imprévu]
a) [Le suj. désigne un animé] S'absenter brusquement ou sans prévenir, se soustraire aux regards avec précipitation ou en cachette. Synon. s'éclipser; synon. pop. se défiler.Les lièvres qui disparaissent en un clin d'œil (Lautréam., Chants Maldoror,1869, p. 133):
4. Une seconde, il [Cerbelot] arrête sur ma personne un regard d'aliéné. Puis il s'éloigne à reculons, sans me lâcher de l'œil. Il disparaît, brusquement; il se résorbe dans la muraille. Duhamel, Journal de Salavin,1927, p. 80.
b) [Le suj. désigne un inanimé concr.] Ne plus être à sa place, venir à manquer subitement, sans qu'on puisse expliquer cette absence. Tout cela disparaissait comme par enchantement (Loti, Mon frère Yves,1883, p. 378).Les menus objets de sa toilette et de sa table disparaissaient l'un après l'autre (Louÿs, Aphrodite,1896, p. 38):
5. Il me manque trois caleçons, sept paires de chaussettes, quatre ou cinq chemises; j'ai fait le compte hier. Plus rien n'est à moi; tout disparaît, tout s'en va... Zola,La Conquête de Plassans,1874,p. 1072.
Avoir disparu. Avoir été égaré ou volé. Monuments de tous genres qui ont disparu des églises pendant la Révolution (Delacroix, Journal,1849, p. 325).Il est singulier que ces raisins aient ainsi disparu (G. Leroux, Roul. tsar,1912, p. 72).
Faire disparaître qqc. Ôter rapidement de la vue, escamoter :
6. [Dieulafoy] sortit de la plus belle façon du monde, en prenant simplement le cachet qu'on lui remit. Il n'avait pas eu l'air de le voir, et nous-mêmes nous demandâmes un moment si nous le lui avions remis tant il avait mis de la souplesse d'un prestidigitateur à le faire disparaître... Proust, Le Côté de Guermantes 2,1921, p. 343.
B.− P. euphém. [La disparition est envisagée comme définitive, irréversible]
1. [Le suj. désigne une pers. ou un groupe d'individus] Cesser d'exister, mourir. Dubois, puis le régent, disparurent en 1723, à quelques mois de distance (Bainville, Hist. Fr., t. 1, 1924, p. 274):
7. Quand l'être que nous aimons disparaît, ce n'est pas lui qui meurt seulement, c'est ce monde habituel qui fane et qui perd pour nous saveur et sens... Claudel, La Messe là-bas,1919, p. 490.
Faire disparaître qqn. Le tuer :
8. « Gaspard est mort, qu'ils me tuent s'ils veulent. Seulement c'est Pauline qu'ils feront disparaître d'abord à cause de mon testament... » Pourrat, Gaspard des Montagnes,1925, p. 257.
En partic. Être considéré comme mort, bien que le décès ne soit pas attesté. Le père avait disparu pendant l'invasion prussienne (Goncourt, Journal,1872, p. 895).
P. anal. Disparaître de la scène. Se retirer du monde après y avoir joué un rôle actif :
9. − Nous avons trop vécu; les hommes de mon âge doivent vous faire place messieurs, c'est juste; nous devons disparaître de la scène, nous l'avons occupée trop longtemps. Vigny, Journal d'un poète,1842, p. 1167.
2. [Le suj. désigne un inanimé concr.] Être détruit, supprimé. Cette enveloppe scellée renferme des pièces qu'il a intérêt à voir disparaître (Mauriac, Nœud vip.,1932, p. 173).
Faire disparaître qqc. Effacer, supprimer, éliminer. [Mérodack] fit disparaître toutes les traces du crime (Péladan, Vice supr.,1884, p. 277).Je vous demande (...) de faire disparaître mon nom d'un pareil ouvrage (Claudel, Corresp.[avec Gide], 1914, p. 225).
En partic. [Le suj. désigne un aliment] Avaler avec avidité, engloutir rapidement. Ils [les hommes d'équipage] ne laisseront pas un morceau et sauront faire disparaître aussi les dix-huit canards que nous avons tués aujourd'hui (Gide, Retour Tchad,1928, p. 877).
3. [Le suj. désigne un inanimé abstr.] Cesser d'être, se perdre. L'objection disparoît, et le bon sens a vaincu (J. de Maistre, Soirées St-Pétersb.,1821, p. 28).Avec lui [Hucheloup] disparut le secret des carpes au gras (Hugo, Misér.,t. 2, 1862, p. 314).Selon une habitude qui tendait à disparaître, il posa [son chapeau] par terre à côté de lui (Proust, Guermantes 2,1921, p. 579).
En partic. [Le suj. désigne une maladie] Se dissiper, se résorber. Il se remit au lit, et bientôt ce malaise disparut (Chardonne, L'Épithal.,1921, p. 131).
P. hyperb. La gloire de Gautier, en train de disparaître sous la gloire de Flaubert (Goncourt, Journal,1886, p. 590).
SYNT. Disparaître complètement, déjà, entièrement, de nouveau, progressivement, rapidement, totalement, tout à fait, sans retour, sans laisser de trace(s); disparaître dans la brume, dans un couloir, dans un nuage (de poussière), dans la nuit, dans l'obscurité, dans l'ombre, dans la poussière, dans les ténèbres, dans une trappe; disparaître de la terre; le sourire, le visage, la vision disparut; ces inconvénients disparaissent; s'atténuer, diminuer, s'effacer et/ou disparaître; finir par, tendre à disparaître.
Rem. 1. L'auxil. utilisé dans la conjug. de disparaître est gén. avoir; on rencontre parfois l'auxil. être employé pour insister sur l'état. Je jure que le soleil est déjà disparu depuis une grande heure (Gobineau, Nouv. asiat., 1876, p. 86) ou même pour marquer l'action. Plusieurs agents d'affaires qui sont disparus furtivement de leur domicile (Vidocq, Voleurs, t. 1, 1836, p. 118). Il [Jean] était disparu avec la dernière tempête rude de l'hiver (Roy, Bonheur occas., 1945, p. 203). 2. On rencontre ds la docum. disparaissant, ante, en emploi adj. Qui est en train ou sur le point de disparaître. Ces terminaisons roses, survivances disparaissantes de cette immense conque orange et feu (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 246). Cette apparition disparaissante (Jankél., Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 130).
Prononc. et Orth. : [dispaʀ ε:tʀ ̥], (je) disparais [dispaʀ ε]. disparu [dispaʀy]. Enq. : /dispaʀes/ (ils) disparaissent. Ac. n'admet qu'en 1835 l'orth. -aître qui correspond à l'évolution à partir du lat. de [e] fermé libre en [œ] > [oε] > [uε] > [wε], diphtongue orthographiée -oi-, réduite dans un certain nombre de mots, dont disparaître, à [ε] dès 1300 dans le peuple de Paris (alors que dans beaucoup d'autres mots [wε] continue à évoluer en [wɑ] (cf. aboyer)). L'orth. en -ai- pour [ε] à la place de -oi- est proposée dès 1675 par Bérain et défendue par Voltaire (cf. Bourc.-Bourc. 1967, § 54, hist.). Ds les éd. de 1694 et 1718 Ac. écrit encore disparoistre; ds les éd. de 1740-1798, encore disparoître. Conjug. comme paraître. Prend l'accent circonflexe sur î devant t, ex. : disparaîtrai(s), disparaît. Étymol. et Hist. 1. 1509 pronom. « disparaître, ne plus être visible » (Lemaire de Belges, Les Illustrations de Gaule, I, 24 ds Hug.); 2. 1710 « être égaré ou dérobé (en parlant d'un objet) » (Rich.); 3. 1676 « se dissiper » (Sévigné, Lettres, éd. Régnier, 567, p. 18); 4. 1689 disparaître de « cesser d'être présent » (Racine, Esther, II, 1, 480 : aussitôt de la terre, ils disparurent tous); 1688 « cesser d'exister » (La Bruyère, Les Caractères d'apr. Littré). Dér. de paraître*; préf. dis- d'apr. le b. lat. disparere « disparaître » (d'où l'a. fr. disparoir 1170 St Edouard le confesseur, éd. H. R. Luard, 1814). Fréq. abs. littér. : 7 114 (disparaissant : 137). Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 8 471, b) 12 026; xxes. : a) 11 810, b) 9 478. Bbg. Gottsch. Redens. 1930, p. 13.

Disparaître : définition du Wiktionnaire

Verbe

disparaître \dis.pa.ʁɛtʁ\ intransitif 3e groupe (voir la conjugaison), (orthographe traditionnelle)

  1. Cesser de paraître ; ne plus être visible. — Note : Le participe passé est disparu, l’auxiliaire avoir et (rare/littéraire) être (pour indiquer l’état).
    • Quand je suis entrée, il est venu à moi, et m’a félicitée fort affectueusement sur le meilleur état de ma santé. Comme la messe commençait, j’ai abrégé la conversation, que je comptais bien reprendre après; mais il a disparu avant que j’aie pu le joindre. — (Les Liaisons dangereuses - Lettre 119)
    • […]; de temps en temps seulement un éclair livide illuminait les appartements sombres d’un reflet bleuâtre qui disparaissait aussitôt. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre II)
    • Dehors les dernières gerbes montent sur le tablier de la batteuse et disparaissent à jamais. — (Charles Briand, La Batteuse, Le Cherche Midi, 1996 - éd. De borée, 2005, page 117)
    • A chaque tempête, les dunes progressent vers l'intérieur des terres. […]. Des villages entiers sont engloutis : habitations, église, tout disparaît sous le sable. — (Jean-Henri Fabre, La Plante ; leçons à mon fils sur la botanique, Paris, Delagrave, 1905, 8e éd., p.111)
    • Pendant qu'elles discutent, le blond pisseux disparaît progressivement sous le produit que la coiffeuse étale sur la chevelure à l'aide d'un pinceau. — (Stéphane Hurel, Tatouée du dragon, Éditions Le Manuscrit, 2004, page 78)
  2. (Par métonymie) Ne plus être ; ne plus exister.
    • […] : l’Atlantide. Que cette contrée ait existé, cela est hors de doute. Mais il paraît certain qu’elle avait déjà disparu, bien avant l’apparition de l’homme sur la terre, […]. — (René Thévenin & Paul Coze, Mœurs et Histoire des Indiens Peaux-Rouges, Payot, 1929, 2e éd., p.15)
    • Les hors-d’œuvre disparaissaient avec les banalités d’une conversation qui attend le dessert pour se dessiner. — (Pierre Audibert, Les Comédies de la Guerre, 1928, p.88)
    • La douleur a complètement disparu. — (Le corset; étude physiologique et pratique 1900:79)
    • Il n’est pas si tôt apparu, que tout mon froid est disparu. — (Mellin de Saint-Gelais, in Blason de l’œil)
    • Nous avons vu disparaître par ce procédé des chéloïdes prépectorales qui avaient résisté pendant des années à tous les autres traitements. — (Louis Anne Jean Brocq , Traité élémentaire de dermatologie pratique comprenant les syphilides cutanées, O. Doin, 1907, vol.2, page 762)
  3. (Figuré) Partir.
    • Quelques gazelles qui étaient en train d'y paître, effrayées par notre apparition subite, détalent comme le vent et disparaissent en un clin-d'œil. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 111)
  4. Devenir introuvable.
    • D’après une étude réalisée en Côte d’Ivoire, dans les lieux où les éléphants avaient disparu depuis longtemps on ne trouvait plus de plants de certaines espèces forestières qu’ils ont coutume de disséminer (Alexandre, 1978). — (Yaa Ntiamoa Baidu, La faune sauvage et la sécurité alimentaire en Afrique, page 52, FAO, 1998)
    • Une anecdote locale plutôt symbolique raconte que le coq du clocher de l'église de Saint-Vincent, dont la construction fut commencée en 1934, aurait disparu dans de bien mystérieuses circonstances, qu'on attribue à l’archevêque O’Leary. — (Juliette Marthe Champagne, De la Bretagne aux plaines de l'Ouest canadien: lettres d'un défricheur franco-albertain, Alexandre Mahé (1880-1968), CELAT/Presses de l'Université Laval, 2003, page 201)
  5. Cesser d’être, d’exister.
    • […] ; jadis, on croyait que la férule était l’outil le plus nécessaire pour le maître d’école ; aujourd'hui, les peines corporelles ont disparu de notre enseignement public. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VI, La moralité de la violence, 1908, p.266)
    • Disparaître ! Disparaître ! Ceux qui regardent la disparition sont au spectacle. Mais l'autre, celui qui disparaît, de quelle façon retombera-t-il sur ses jambes, tout seul, de l'autre côté ? — (Armand Salacrou, L'Archipel Lenoir, 1ère partie, 1947)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Disparaître : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DISPARAÎTRE. v. intr.
Cesser de paraître, d'être visible. Le soleil a disparu derrière les nuages. Bientôt le rivage disparut à nos yeux. Je les vis disparaître à l'horizon. Il se dit aussi figurément d'une Chose qu'on avait et qui tout d'un coup ne se trouve plus. J'avais des gants, ils ont disparu. Qui a pris l'argent qui était sur cette table? je n'ai fait que tourner la tête et il a disparu, il est disparu. Il signifie aussi S'en aller de quelque endroit, n'y plus revenir ou Se retirer promptement. Il a disparu de son domicile, du lieu qu'il habitait. Un tel a fait banqueroute et a disparu. À l'approche de nos troupes, les ennemis disparurent. Il signifie encore Cesser d'être, d'exister. Les anciennes mœurs avaient alors totalement disparu. Avec lui disparut le soutien de cet Empire. Ces fautes ont disparu de la nouvelle édition. Par exagération, Toute autre gloire disparaît devant la sienne, Est éclipsée ou affaiblie par la sienne. Fig., Disparaître du monde, de la terre, etc. Cesser d'être, mourir. Disparaître de la scène du monde, Se confiner dans la retraite, après avoir joué un rôle dans le monde. Le participe passé

DISPARU s'emploie comme nom masculin, surtout au pluriel, pour désigner des Soldats qui, après une action de guerre, manquent à l'appel sans être retrouvés parmi les morts et les blessés.

Disparaître : définition du Littré (1872-1877)

DISPARAÎTRE (di-spa-rê-tr'), je disparais, tu disparais, il disparaît, nous disparaissons, vous disparaissez, ils disparaissent ; je disparaissais ; je disparus ; je disparaîtrai ; je disparaîtrais ; disparais, qu'il disparaisse, disparaissons, disparaissez ; que je disparaisse, que nous disparaissions ; que je disparusse ; disparaissant, disparu v. n.
  • 1Cesser de paraître, d'être visible. Les astres ont disparu des cieux. Le jour a disparu. Calypso était sans cesse tournée vers le côté où le vaisseau d'Ulysse, fendant les ondes, avait disparu à ses yeux, Fénelon, Tél. I. La mer a disparu sous leurs nombreux vaisseaux, Delille, Énéide, IV. C'est pitié de voir quand une terre tombe entre les mains de ces gens-là [ceux qui l'achètent pour la revendre par petits lots] : elle se perd, disparaît, Courier, Lettre V. Encore une étoile qui file, Qui file, file et disparaît, Béranger, Les étoiles.
  • 2 Par extension, cesser d'être, d'exister. Où va donc se rendre cette multitude infinie de créatures qui disparaissent tous les jours à nos yeux ? Massillon, Carême, Élus. Faisons disparaître La honte de cent rois et la mienne peut-être, Racine, Mithr. III, 1. Nous disparaîtrons, moi qui suis si peu de chose, et ceux que je contemplais si avidement et de qui j'espérais toute ma fortune, La Bruyère, VIII. Une république fameuse, remarq table par la singularité de son origine… a disparu de nos jours, sous nos yeux, en un moment, Daru, Hist. de la républ. de Venise, t. I, p. 1. J'ai plongé cent peuples fameux Dans un abîme de ténèbres Où vous disparaîtrez comme eux, Béranger, Temps.

    On dit dans le même sens disparaître de. Troie a disparu de la surface de la terre. Aussitôt de la terre ils disparurent tous, Racine, Esth. II, 1.

    On dit aussi disparaître à. Mourir, disparaître à tout ce qui nous environne, entrer dans les abîmes de l'éternité, Massillon, Carême, Mort.

  • 3 Fig. Être éclipsé, effacé. Toute autre gloire disparut devant la sienne. Tout disparaît dans Rome auprès de sa splendeur [de l'empereur], Racine, Bérén. III, 2.
  • 4Se retirer dans la solitude, dans la retraite, dans un couvent. C'est maintenant, Seigneur, que je vais disparaître avec joie pour toujours au monde, Massillon, Confér. Fuite du monde.

    Disparaître de la scène du monde, et, absolument, disparaître, cesser de se montrer dans le monde. Il [Paracelse] quitta l'Alsace, il revint en Suisse, il disparut pendant onze ans, Diderot, Opinions des anc. phil. (Théosophes).

  • 5Se retirer, s'éloigner. Et qui peut faire ainsi disparaître la reine ? Corneille, Sertor. IV, 3. Cette grande armée [la flotte hollandaise] qui devait empêcher cette jonction [de Tourville], et qui était à une île très proche de Belle-Ile, est disparue ; on ne sait où elle est allée, Sévigné, 570. Pour tirer l'homme enfin de ce désordre extrême, Il fallut qu'ici-bas Dieu, fait homme lui-même, Vînt du sein lumineux de l'éternel séjour… à l'aspect de ce Dieu les démons disparurent, Boileau, Sat. XI. Un homme habile sait s'il convient ou s'il ennuie ; il sait disparaître le moment qui précède celui où il serait de trop quelque part, La Bruyère, V. Et sans doute elle attend le moment favorable Pour disparaître aux yeux d'une cour qui l'accable, Racine, Bér. I, 3. On dirait que je suis une ombre qui veut encore rester sur la terre, quand les rayons du jour, quand l'approche des vivants la forcent à disparaître, Staël, Corinne, XVIII, 5.

    S'éloigner à la hâte. Les Tyriens, jetant armes et boucliers, Ont par divers chemins disparu les premiers, Racine, Athal. V, 6. … Disparaissant à mon œil désolé, Vous avez traversé cette foule sanglante, Voltaire, Scythes, V, 4.

    S'esquiver furtivement. Cet agent de change a fait banqueroute et il a disparu. On dit que cette jeune fille a disparu avec son amant. Cependant cette fille disparaît, et vous êtes convaincu de l'avoir emmenée, Diderot, Père de famille, IV, 7.

  • 6Venir à manquer subitement, en parlant des personnes. Il [le roi] est parti à dix heures sans que personne l'ait su… au lieu d'aller à Villers-Cotrets, il est allé à Nanteuil, où l'on croit que d'autres se trouveront, qui sont disparus aussi, Sévigné, 134.

    Il se dit aussi des choses. Qui a pris l'argent qui était sur cette table ? Je n'ai fait que tourner la tête et il a disparu.

REMARQUE

Disparaître se conjugue avec l'auxiliaire avoir, quand on veut exprimer l'action : ces feux ont disparu tout à coup ; avec l'auxiliaire être, quand on veut exprimer l'état : ces feux sont disparus depuis longtemps.

HISTORIQUE

XIIIe s. Quant [il] out ço dit, of [avec] la luur Il disparuit devant le jur, Éd. le conf. V. 1813.

XVIe s. Pour leur oster la veue de son corps, Jesus Christ ne s'est point fait invisible, mais seulement s'est disparu, Calvin, Instit. 1124. Comme, advenante la lumiere du cler soleil, disparent tous luitins, Rabelais, Pant. III, 24. Peu de jours après Romulus disparut si estrangement que l'on ne sceut jamais ce qu'il devint, Amyot, Rom. 43. Ceste torche… alla disparoir au propre endroit où les pilotes avoient deliberé d'arriver, Amyot, Timol. 11.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DISPARAÎTRE. - REM. Ajoutez :

La règle actuelle qui veut qu'on se serve de l'auxiliaire avoir, quand on entend exprimer l'action, n'était pas observée jadis, comme on voit dans cet exemple : Ce matin ils sont disparus tous deux, Sévigné, 534.

2. On a dit se disparaître. Il y en a [des plaisirs] qui peu à peu se sont disparus de devant nous, Malherbe, Lexique, édition L. Lalanne. (inusité aujourd'hui).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « disparaître »

Étymologie de disparaître - Littré

Dis… préfixe, dans le sens négatif, et paraître ; ital. disparere. Tandis que disparaître vient d'un latin fictif disparescere, disparoir, de l'historique, vient du latin fictif disparēre. Disparent est formé aussi de disparere, comme il appert de apparet.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de disparaître - Wiktionnaire

(1509) Dérivé de paraître avec le préfixe dis-, d’après le latin dispārēre qui a donné l’ancien français disparoir (« disparaître ») (« disparaître »), évincé par la nouvelle forme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « disparaître »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
disparaître disparaitr play_arrow

Conjugaison du verbe « disparaître »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe disparaître

Évolution historique de l’usage du mot « disparaître »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « disparaître »

  • D’après le site Torrent Freak, Google commencerait à faire « disparaître » progressivement ces sites de ses résultats. Fredzone, Les sites pirates en passe de disparaître de Google ?
  • Il faut laisser aux gens qu’on aime le droit de disparaître. De Véronique Ovaldé / Déloger L’animal
  • Parler, c'est faire figure. Ecrire, c'est disparaître. De Pascal Quignard / Lire - Septembre 2002
  • Habiter un corps (grandir jouir souffrir mourrir) signifie : être en manque avant de disparaître. De Marc Gendron / Le prince de ouaouarons
  • Ce qui est beau est fait pour disparaître. Ce qui reste est laid. De Esther Rochon / Les chroniques infernales
  • C'est le rôle de tous les lendemains de faire disparaître le mystère. De René Chicoine / Un homme, rue Beaubien
  • Rien ne sert de mourir, il faut savoir disparaître. De Jean Baudrillard / Cool Memories - 1980-1985
  • Que l'humanité vienne à disparaître, elle tuera ses morts pour de bon. De Jean-Paul Sartre / Les mots
  • La pluie produit deux phénomènes contradictoires. Elle fait apparaître les escargots et disparaître les taxis. De Paulo Vincente
  • Une religion qui offrirait des récompenses sûres dans l'autre vie verrait disparaître ses dévots à milliers. De Montesquieu / Pensées
  • Tous les espoirs sont permis à l'homme, même celui de disparaître. De Jean Rostand / Pensées d'un biologiste
  • La grâce ne fait pas disparaître la nature mais l'achève. De Saint Thomas d’Aquin
  • Le suicide, ce n’est pas vouloir mourir, c’est vouloir disparaître. De Georges Perros / Papiers collés

Traductions du mot « disparaître »

Langue Traduction
Corse sparisce
Basque desagertu
Japonais 消える
Russe равны нулю
Portugais desaparecer
Arabe تلاشى
Chinois 消失
Allemand verschwinden
Italien vanish
Espagnol desaparecer
Anglais vanish
Source : Google Translate API

Synonymes de « disparaître »

Source : synonymes de disparaître sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « disparaître »



mots du mois

Mots similaires