Étendre : définition de étendre


Étendre : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTENDRE, verbe trans.

I.− [Avec l'idée dominante d'une modification de position ou de place]
A.− Mettre (un organe articulé, un objet de forme allongée) en position horizontale. (Quasi-)synon. allonger, tendre; anton. plier, replier.
1. [Le suj. désigne une pers.]
a) [Le compl. désigne un organe articulé, une partie du corps] Étendre le(s) bras. − Oui, reprit Baugé, qui étendait la main devant le soleil (Zola, Bonh. dames,1883, p. 525).Il se tait un instant et étend avec soin les jambes, pour ménager, aux genoux, son pantalon minable (Colette, Music-hall,1913, p. 63):
1. ... elle avait les bras collés au corps, elle ne pouvait remuer; et quand Christophe posait la main sur sa menotte, pour rectifier la position des doigts et les étendre sur les touches, elle se sentait défaillir. Elle tremblait de jouer mal devant lui... Rolland, J.-Chr.,Foire, 1908, p. 785.
Au part. passé. La jambe, la main étendue. De son bras droit, long étendu, on ne voyait que l'extrémité des doigts hors du bâti grossier de la manche (Courteline, Ronds-de-cuir,1893, 5etabl., III, p. 186):
2. Par instants Jaurès se tourne vers eux la main en l'air, achevant de rythmer sa phrase. Le bras demi-étendu, courbé, étendu devant lui, le doigt détaché de la main demi-close. Barrès, Cahiers,t. 5, 1906, p. 27.
Rem. 1. On rencontre ds la docum. l'emploi au sens de « faire étendre ». Vous vous rappelez une jeune fille (...) qui gardait les doigts fléchis sans qu'il fût possible de les lui étendre (Trousseau, Hôtel-Dieu, 1895, p. 223). 2. Étendu, dans cette valeur d'emploi, se rattache au concept de position, tendu, à celui de direction : le bras étendu en l'air, le bras tendu vers l'horizon.
Au fig. [Avec une valeur symbolique de protection] Étendre le bras sur qqn. Le protéger. Voici miss Anna Damby (...) Étendez le bras sur cette jeune fille, et sauvez-la (Dumas père, Kean,1836, III, 12, p. 155).
b) [Le compl. désigne un objet tenu dans la main] Ne suis-je pas Prospero le magicien? (...) ne puis-je pas, en étendant ma baguette, faire le calme ou la tempête (Dumas père, Kean,1836IV, 2, p. 161).
2. Au fig. et p. anal. [Le suj. désigne un arbre, une fleur] Étendre ses racines, ses pétales. J'entrai jusque dans le grand salon sans rencontrer personne, et le jeune marronnier qui étendait là ses grandes feuilles me fit l'effet d'un ami (France, Bonnard,1881, p. 364).Des murs par-dessus lesquels des arbres étendaient leurs verdoyants rameaux (Duhamel, Passion J. Pasquier,1945, p. 76).
Fréq. au part. passé. Les branches étendues.
B.− Placer (un objet) en (l')étalant sur une surface (lui) servant d'appui.
1. [Le compl. désigne une matière souple, pliée]
a) Déplier, déployer dans sa plus grande dimension. Il avait un journal, qu'il étendit pour ne point tacher son pantalon (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Boule de suif, 1880, p. 126).
Fréq. au part. passé. Garine regarde le plan étendu sur la table (Malraux, Conquér.,1928, p. 85).
b) En partic. Étendre du linge, la lessive. Placer le linge, la lessive lavés sur des cordes, sur un étendoir pour les y faire sécher. Nous trouvons M. Arnold le cadet occupé à dessiner, sa femme à étendre la lessive (Stendhal, Journal,1804, p. 54):
3. Comme il ne bougeait toujours point, elle se leva, prit un paquet de linge lavé et tordu, et se mit à l'étendre sur les buissons, (...) elle s'arrangea de façon à l'éclabousser avec ses draps mouillés, et elle le regarda effrontément, en riant. Rolland, J.-Chr.,Révolte, 1907, p. 610.
c) Emploi pronom. Se déployer. (Quasi-)synon. se déplier, se dérouler, s'étirer.Nous montâmes en chaloupe, on hissa la voile qui s'étendit dans toute sa hauteur et nous couvrit de son ombre (Flaub., Champs et grèves,1848, p. 385).La mer (...) poussait dans le golfe ses immenses demi-cercles ourlés d'écume. Chaque lame se dépliait à son tour et s'étendait à plat sur la grève comme une étoffe sous la main d'un marchand (Hugo, Fr. et Belg.,1885, p. 150).
d) P. anal. [Avec un compl. circ. de lieu] Étaler, répandre. La grande fraîcheur des crépuscules du Midi étendait sur la campagne un invisible manteau froid (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Champ d'oliv., 1890, p. 85).La nuit étendit sur le jardin ses voiles bleus (France, Révolte anges,1914, p. 398).
Emploi pronom. S'étaler, recouvrir. Une ombre, sans cesse épaissie et qui semblait funèbre, s'étendait sur la boutique de librairie (France, Orme,1897, p. 185).Immense et clair, d'un blanc à peine bleuté, un ciel lavé s'étend sur la ville (Martin du G., J. Barois,1913, p. 278):
4. Un beau soir, que le ciel moelleux, comme un tapis d'Orient, aux teintes chaudes, un peu passées, s'étendait au-dessus de la ville assombrie, Christophe suivait les quais, de Notre-Dame aux Invalides. Rolland, J.-Chr.,Foire, 1908, p. 767.
P. métaph. Son sourire s'évanouit, une ombre s'étendit sur son visage (Martin du G., Thib.,Sorell., 1928, p. 1138).
2. [Le compl. désigne un objet rigide, ou un ensemble d'objets]
a) [Le compl. désigne un objet plan ou de forme allongée] On étend un matelas [sur la galère], un pur matelas espagnol, qui ne vous empêche en aucune façon de sentir les angles du bagage entassé au hasard (Gautier, Tra los montes,1843, p. 60).Ce point d'appui installé, les ouvriers machinistes étendent quelques madriers, frappent un palan et montent des solives (Moynet, Machinerie théâtr.,1893, p. 33).
b) [Le compl. désigne un ensemble d'objets] Étaler (des objets) çà et là. Puis il étendit sur des chaises toutes ses emplettes, qu'il considéra longtemps (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Dimanches bourg. Paris, 1880, p. 288).Je rencontrai une bonne vieille qui étendait des herbes sèches dans la tombe d'une vierge antique, expirée le jour de ses noces (France, Lys rouge,1894, p. 111).
c) P. métaph. [Suj. et compl. désignent des lieux, des éléments du paysage] Le parc infini étend ses perspectives tantôt sur des profondeurs de forêt, tantôt sur les pays environnants (Maupass., Contes et nouv.,Jadis, 1883, p. 597).Au creux de la vallée, Florence étendait ses dômes, ses tours et la multitude de ses toits rouges (France, Lys rouge,1894p. 115).
C.− En partic. [Le compl. désigne le corps humain, une pers., un animal]
1. Coucher (quelqu'un) de tout son long. Je bégayai un adieu à mon pauvre ami Raoul et nous l'étendîmes à terre (Villiers de L'I.-A., Contes cruels,1883, p. 280).Quel délice Que d'étendre à même la mousse Après la danse, le corps lisse! (Valéry, Charmes,1922, p. 151).
Au part. passé. Il se rencontre à la guerre des scènes où quatre hommes risqués causent plus d'effroi que les milliers de morts étendus à Jemmapes (Balzac, Chouans,1829, p. 30).
2. Emploi pronom. à valeur réfl., usuel. Prendre une position allongée. Je vais m'étendre; étendez-vous un peu, cela vous reposera. (Quasi-)synon. s'allonger, se coucher.Je rentre à la maison, je me déshabille et je m'étends jusqu'au dîner (Colette, Cl. école,1900, p. 304).Après s'être lavé, il s'étendit avec délices dans les draps frais (Gide, Caves,1914, p. 778).V. anthropoïde ex. 1 :
5. André (...) prend le bras de Denise, et (...) la ramène doucement à l'ombre. − Étends-toi, maintenant; repose-toi. Il l'aide à s'allonger sur la chaise longue d'osier et s'assied à ses pieds. Martin du G., Devenir,1909, p. 180.
SYNT. S'étendre à plat ventre, sur le dos, sur le flanc; s'étendre sur un divan, un fauteuil; s'étendre sur l'herbe; s'étendre entre les draps; s'étendre sous la table, un arbre.
Au part. passé. (Quasi-)synon. couché, vautré.Un petit chien jaune, (...) étendu de tout son long sur la terre nue (Zola, Dr Pascal,1893, p. 201).Madame Mardrus, charmante, joue avec ses bagues sur le divan où je suis à demi étendu (Gide, Journal,1902, p. 123).Étendu sur son lit, il dévorait un dictionnaire taurin (Montherl., Bestiaires,1926, p. 398).
SYNT. Étendu au flanc de, au fond de; étendu par terre, sur le gazon, sur l'herbe; mollement, négligemment, nonchalamment, paresseusement, voluptueusement étendu.
3. [Avec implication de violence; dans le but éventuel de tuer] Renverser (quelqu'un) (sur le sol). Un coup de couteau l'étendit inanimée sur le sol (Tharaud, Fête arabe,1912, p. 192).
a) Loc. Étendre raide (mort), étendre mort. Tuer. Il arrangeait la scène, discutait où il se placerait, comment il frapperait, afin de l'étendre raide (Zola, Bête hum.,1890, p. 205).
Au part. passé. Je vois dans ce vêtement tramé par les Furies Cet homme étendu mort (Claudel, Agamemnon,1896, p. 909).
b) [Avec un compl. prép. de] Jeter à terre. Gaigneux, dur et râblé, était sûr de l'étendre d'une claque. Tout en se raidissant contre la tentation, il visait un coin de mâchoire (Aymé, Uranus,1948, p. 85):
6. C'était pourtant à lui que ces choses étaient arrivées. C'était lui qui avait, d'un coup de crosse, étendu Bourrel à ses pieds, qui avait tiré dans la nuit, fracassant le genou de Piveteau. Genevoix, Raboliot,1925, p. 288.
Spéc., SP. (lutte, boxe). (Quasi-)synon. envoyer au tapis.Toto Sépulture ne fit pas long feu; au deuxième round Jacques l'étendit à terre d'un direct à la mâchoire de derrière les fagots (Queneau, Loin Rueil,1944, p. 61).
En partic. Tuer. L'ennemi que j'ai étendu d'une balle au ventre avant qu'un autre ne le vengeât, je l'ai observé quand il mourait (Saint-Exup., Citad.,1944, p. 570).
c) Fam., pop. Tuer. (Quasi-)synon. abattre, allonger.Tu vas me le dire tout de suite (...) ou je t'étends! (...) je sentais son bide trembler sous mon flingue (Simonin, Touchez pas au grisbi,1953, p. 107).
Loc. Se faire étendre
Se faire tuer (d'une balle). Et je comptais pas dans le lot [des dix cadavres, victimes de mon grisbi] la petite lope du square Vintimille qui s'était fait étendre elle aussi, au flan (Simonin, Touchez pas au grisbi,1953p. 231).
P. ext. Se faire prendre à partie violemment. C'était un coup à se faire étendre!... la bévue était effrayante! (Céline, Mort à crédit,1936, p. 155).
Au fig., fam. (dans la langue des écoliers, étudiants). Échouer à un examen, un concours.
II.− [Avec l'idée dominante d'un accroissement de dimensions]
A.− [Accroissement de mesures, de quantités]
1. Faire couvrir une surface (plus grande) (à une substance). Étendre la colle avec un pinceau. (Quasi-)synon. étaler, répandre.Pendant que le mari étendait du beurre sur son pain, la femme prit l'œuf et l'examina d'un œil méfiant (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Conte de Noël, 1882, p. 84).Maniant la minuscule truelle d'or, il feignait d'étendre le ciment (Adam, Enf. Aust.,1902, p. 29).Une servante qui avec un linge humide, tâchait de nettoyer la jupe de doña Urraca, étendant ainsi les taches de vin sans les faire disparaître (Toulet, Mar. Don Quichotte,1902, p. 114).
Emploi pronom. réfl. Gagner en surface, se répandre. La tache ronde, au plafond, s'élargissait, semblait s'étendre comme une tache de sang (Zola, Bête hum.,1890, p. 169).
2. Accroître le volume (d'un liquide) par addition d'eau, soit pour augmenter sa quantité, soit pour atténuer sa force. (Quasi-)synon. allonger, diluer.Il [Péguy] s'habilla, prit un café au lait qu'il étendit abondamment d'eau chaude, puis regarda l'heure à sa montre (Tharaud, Péguy,1926, p. 240).
Au part. passé. Il suffisait de (...) tremper [les papiers] pendant quelques minutes dans le nitrate d'argent étendu d'eau (Verne, Île myst.,1874, p. 395).Des gouttes de benzine se séparent d'une masse d'alcool étendu d'eau (Plantefol, Bot. et biol. végét.,t. 1, 1931, p. 305).
P. ell. Acide azotique, sulfurique étendu. L'antiseptique de choix pour la désinfection des (...) cuves est le formol étendu (Boullanger, Malt., brass.,1934, p. 464).
B.− Augmenter, prolonger.
1. [Le suj. désigne un phénomène physiol., pathol.]
a) Augmenter l'importance, la portée de. Le mal grandit et étend ses ravages (Cadet de Gassicourt, Mal. enf.,t. 1, 1880-84, p. 191).
b) Emploi pronom. L'an d'après le mal empira, le ravage s'étendit (Pesquidoux, Livre raison,1925, p. 94):
7. ... nulle détente ne paraît se manifester dans le cas de la substance vivante. Plus le phénomène de la division cellulaire s'étend, plus il gagne en virulence. Une fois déclenché le jeu de la scissiparité, rien ne saurait arrêter au dedans (...) ce feu constructeur et dévorant. Teilhard de Ch., Phénom. hum.,1955, p. 110.
S'étendre à.Se propager à. L'irritation s'étendit à toutes les muqueuses (Drieu La Roch., Rêv. bourg.,1939, p. 196).
S'étendre sur.Couvrir. Une tuméfaction livide s'étendait sur la jambe (Flaub., MmeBovaryt. 2, 1857, p. 17).
2. [En parlant d'un phénomène acoustique] Elle [la coulisse] fut ajoutée à certains instruments de cuivre pour augmenter la longueur du tube sonore et pour étendre l'échelle des sons (Rougnon1935).
Emploi pronom. [En parlant de la voix humaine] S'étendre au-delà de. Produire une gamme de fréquence supérieure à. La voix humaine (...) ne peut s'étendre avec harmonie au-delà de deux octaves (Jumilhac, Sc. et prat. plain-chant,1847, p. 102).
3. [Le compl. désigne une matière, un élément de nature littér., musicale] Augmenter, prolonger. Camille avait étendu, varié, modifié l'introduction à la cavatine de « Grâce pour toi, grâce pour moi », qui est presque tout le quatrième acte de Robert-le-Diable (Balzac, Béatrix,1839-45, p. 90).Au lieu de tonifier la pensée et de serrer la phrase, le feuilleton les étend et les délave, tire dessus comme sur une étoffe (Goncourt, Journal,1858, p. 571).
4. Accroître, augmenter géographiquement l'importance, la portée de. L'entreprise d'escroquerie étendait sur plus d'un département français ses ramifications ténébreuses (Gide, Caves,1914, p. 785).
8. Je verrai, par la suite, à intéresser dans l'affaire mes voisins, les gens de ma maison, mes camarades. Puis j'étendrai petit à petit le cercle de mon activité, jusqu'au jour où le monde entier... mais n'anticipons pas. Duhamel, Journal Salav.,1927, p. 25.
En partic., dans le domaine milit., pol.Étendre le front offensif :
9. ... nous avions été amenés à étendre notre front de combat de la Suisse à la mer du Nord, sur une étendue de six cent quatre-vingts kilomètres, (...) et à improviser à l'extrémité nord de ce front (...) une nouvelle bataille décisive. Foch, Mém.,t. 1, 1929, p. 244.
Emploi pronom. réfl. La Russie s'étendait en Extrême-Orient, où elle ne tarderait pas à se heurter au Japon dans un conflit désastreux (Bainville, Hist. Fr.,t. 2, 1924, p. 248).
Rem. On rencontre ds la docum. étendre loin. Augmenter la distance de beaucoup. Peu à peu, j'étendis mes courses fort loin en descendant au milieu des forêts du Ghylàn (Gobineau, Nouv. asiat., 1876, p. 185).
C.− Au fig. Développer, accroître la portée, l'influence (de). (Quasi-)synon. accroître, élargir, augmenter.
1. [Sans indication de limite ou de terme] Étendre ses connaissances, une hypothèse. Un homme pourvu d'entregent, qui cherchait à étendre ses affaires (Lacretelle, Hts ponts,t. 1, 1932, p. 190).Ces années lui permettent d'étendre, d'approfondir (...) sa connaissance de la vie et des hommes (Romains, Hommes bonne vol.,1932, p. VI).On dirait (...) que nous agrandissons l'Ignorance en la mutilant, que nous étendons son empire en lui arrachant des provinces (Arnoux, Seigneur,1955, p. 109):
10. La vérité (...) est d'ordre psychologique. Elle témoigne seulement de l'« intérêt » que peut présenter la réalité. (...) Mais si l'on veut étendre et fonder rationnellement cette notion de vérité, (...) on restitue sa profondeur à l'expérience. Camus, Sisyphe,1942, p. 65.
Faire se développer. Loin de créer un antagonisme entre le tout et les parties, le progrès de la vie sociale doit étendre à la fois l'action de l'État et l'initiative individuelle (Blondel, Action,1893, p. 269).
En partic. [Le compl. désigne le sens de mots, d'idées, de paroles] Amplifier, élargir. Les femmes savent donner à leurs paroles une sainteté particulière, elles leur communiquent je ne sais quoi de vibrant qui étend le sens des idées (Balzac, Secrets Cadignan,1839, p. 329):
11. ... le petit enfant, du jour où il commence à parler (...) étend le sens des mots qu'il apprend, profitant du rapprochement le plus accidentel (...) pour détacher et transporter ailleurs le signe qu'on avait attaché devant lui à un objet. Bergson, Évol. créatr.,1907, p. 159.
Rem. On rencontre ds la docum. étendre au large. Étendre largement, beaucoup. J'étends au large le sens du mot imagination : c'est pour moi le nom de la vie intérieure, l'appellation collective des plus belles facultés de l'âme (M. de Guérin, Corresp., 1834, p. 181).
SYNT. Étendre son action, son activité, sa propagande, ses relations; étendre sa domination, son influence, ses pouvoirs, sa puissance, sa surveillance; étendre ses idées.
Emploi pronom. réfl. S'accroître, avoir, prendre de l'ampleur, de l'importance. Son commerce s'étend, le marché s'étend, les affaires s'étendent. (Quasi-)synon. prospérer.
Se répandre, gagner du terrain. Depuis, le mouvement n'a fait que s'étendre (Durkheim, Divis. trav.,1893, p. 164).On ne savait pas combien de facilités elle [la faillite des Allemands] trouverait à reprendre pied, à s'étendre contagieusement, favorisée par le penchant naturel de l'homme (Arnoux, Crimes innoc.,1952, p. 209).
En partic. [Le suj. désigne l'esprit] S'accroître en portée, en puissance, en capacité. Son esprit s'étendit beaucoup :
12. Il y a plus d'esprit à se tromper à la manière de Descartes, qu'à redresser Descartes comme un petit bachelier peut faire. Et cette grandeur d'esprit se voit encore mieux dans l'erreur, quand l'erreur est selon l'esprit, non selon les passions. Un esprit est grand parce qu'il se gouverne plutôt que parce qu'il s'étend. Alain, Propos,1924, p. 623.
SYNT. La culture, l'intelligence s'étend; l'autorité, le pouvoir s'étend; une calamité, un désastre s'étend; des perspectives s'étendent.
2. [Avec indication de limite ou de terme]
a) Étendre à, jusqu'à, au-delà de. Accroître, élargir, généraliser (à, jusqu'à, au-delà de). Ce sentiment naît avec lui et étend ses désirs au-delà de son horizon et de sa vie (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p. 276).J'eus graduellement étendu ma manière jusqu'à m'en faire une méthode (Sainte-Beuve, Nouv. lundis,t. 13, 1863-69, p. 224):
13. ... rien ne les lassait dans cette recherche du vrai. Ils l'étendaient à l'art d'aujourd'hui, comme à l'art du passé; et ils analysèrent la vie privée de certains des plus notoires contemporains, avec la même passion d'exactitude. Rolland, J.-Chr.,Foire, 1908, p. 672.
[Avec un compl. de temps] Ma grand'mère exigeait qu'avant de partir je m'étendisse (...) pendant une heure sur mon lit, sieste que le médecin (...) m'ordonna (...) d'étendre à tous les autres soirs (Proust, J. filles en fleurs,1918, p. 798).
Emploi pronom. à sens passif. S'étendre à.Embrasser, s'appliquer à :
14. ... elle repoussait brusquement l'amant éventuel, décommandait le rendez-vous le soir-même où l'on croyait qu'elle allait se donner. − C'est une fille qui ne sait pas ce qu'elle veut (...). Cette indécision devenait maladive, et s'étendait à tous les domaines de la vie. Druon, Gdes fam.,t. 2, 1948, p. 146.
En partic. [Avec un compl. désignant des pers.] Elle étendit à toute la famille de son père la répugnance que celui-ci lui inspirait (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 117):
15. À Alexis Carrel revient la découverte d'une autre donnée (...). Les recherches, cette fois, ont porté sur l'animal, principalement sur les poulets et sur les chiens; mais on est certainement en droit d'étendre à l'homme les résultats obtenus. J. Rostand, La Vie et ses probl.,1939, p. 119.
Emploi pronom. à sens passif. S'étendre à.Aller jusqu'à, s'appliquer à. Quoi! Tu résistes? Mais j'ai le droit d'ordonner. Ne sais-tu pas que mon pouvoir s'étend à tout chrétien, mort ou vivant? (Renan, Drames philos., Eau jouvence, 1881, II, 5, p. 469).
b) Étendre sur.Répandre sur, couvrir (de). Étendre son empire sur. Une poignée d'hommes, qui étaient venus s'établir sur les bords du Tibre, étendit sa domination sur les peuples voisins, et finit par envahir le monde (Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p. 264).
P. métaph. Étendre son ombre sur. Couvrir de son influence. Adieu la Grande École, Polytechnique (...) et tous ces cloîtres laïques (...) qui étendent leurs ombres austères et magnifiques sur l'enseignement secondaire (Arnoux, Solde,1958, p. 102).
En partic. Étendre sa protection sur. Couvrir de sa protection. M. Hervouët n'avait jamais passé pour un de ces excentriques sur lesquels un bourg étend sa protection un peu ricaneuse (Colette, Képi,1953, p. 158).
3. En partic., emploi pronom. réfl. [Le suj. désigne une pers.] Développer (oralement ou par écrit) un propos (relatif à quelqu'un ou quelque chose). (Quasi-)synon. insister, s'appesantir sur.Puis, il y avait la cathédrale, il s'étendait sur la cathédrale, en homme bien renseigné et respectueux de la religion (Zola, Terre,1887, p. 193).J'ai lu le « Stéphane Mallarmé » de Mockel qui est beau, et sur lequel je m'étendrais si j'avais le temps et moins d'ahurissement (Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1906, p. 134).Mais je ne m'étendrai pas davantage sur ce sujet (Apoll., Tirésias,1918, p. 868).
P. métaph. L'ironie doit faire court. La sincérité peut s'étendre (Renard, Journal,1908, p. 1164).
III.− [Avec l'idée dominante d'une représentation statique] Emploi pronom. réfl.
A.− [Dans l'espace]
1. Occuper un certain espace, une certaine superficie. (Quasi-)synon. s'étaler.
a) [Le suj. désigne un (élément du) paysage] Nice couchée au bord de l'eau s'étendait comme un fil blanc entre la mer et la montagne (Maupass., Contes et nouv., t. 1, MmeParisse, 1886, p. 728).Il portait dans sa tête la carte des creux et des bosses de tout le pays qui s'étendait à deux kilomètres autour de la maison (Rolland, J.-Chr.,Aube, 1904, p. 22):
16. ... un des grands attraits de Londres c'est le passage brusque du maximum de la densité humaine à la verdure qui s'étend à perte de vue et à ces rues où il semble presque que personne ne passe jamais. Du Bos, Journal,1923, p. 268.
b) Au fig. [Le suj. ne désigne pas un lieu] Le violet pur des lèvres, le front pâle et uni, les yeux, où s'étendait une rêverie glaciale, éblouirent Eucher (Maurras, Chemin Paradis,1894, p. 132).Le champ de l'histoire musicale s'étend à perte de vue (Combarieu, Mus.,1910, p. 13).
2. Couvrir une certaine distance, une certaine longueur. (Quasi-)synon. s'allonger, s'étirer.La rue Notre-Dame de Lorette s'étendait noire et déserte (Zola, Nana,1880, p. 1313).La construction s'étend en longueur au bas d'un vaste parc (Renan, Souv. enf.,1883, p. 223).
En constr. impers. Il s'étend. Il y a. Et il ne s'étend tout de même pas des lieues entre les Gobelins et le minaret à horloge de la gare de Lyon (Arnoux, Double chance,1958, p. 192).
Au fig. [En parlant d'un écrit] Je ne sais si j'ai donné le bon à tirer de ce qui s'étend de la page 506 à 511? (Flaub., Corresp.,1879, p. 318).
3. En partic. [Avec des suj. tels que l'œil, le regard, la vue] Se porter (à une certaine distance). Une ascension d'abord à Notre-Dame sur les tours d'où l'œil s'étend sur l'immense ville et vous en donne le plan (E. de Guérin, Lettres,1838, p. 206).De l'étage où ils étaient, la vue s'étendait, par-dessus le mur d'en face, moins élevé que les autres, sur un de ces grands jardins de couvents (Rolland, J.-Chr.,Maison, 1909, p. 937).
B.− P. anal. [Dans la durée] Couvrir (un certain laps de temps), durer. S'étendre sur une quarantaine d'années. (Quasi-)synon. se prolonger.L'année apicole, qui est brève et dont l'activité ne s'étend guère que d'avril à la fin de septembre (Maeterl., Vie abeilles,1901, p. 16).La période qui s'étend du 28 septembre au 4 octobre ne donnera donc lieu, devant la 9earmée, qu'à des événements de peu d'importance pour la situation générale (Foch, Mém., t. 1, 1929, p. 161).Le lundi s'étend ainsi qu'un désert sans caravanes (Arnoux, Paris,1939, p. 83):
17. Ce qu'un écrivain français de race pure, en tout cas dans toute la période qui s'étend de Montaigne à Rousseau, non seulement vise par-dessus tout, mais au fond préfère à tout, c'est de vérifier sur lui-même, et à la faveur de ce lui-même, son idée générale de l'homme... Du Bos, Journal,1926, p. 10.
Rem. On rencontre ds la docum. a) Étenderie, subst. fém., domaine de la vitrerie. Sorte de rouleau en pierre destiné à l'étendage du verre (d'apr. Lar. Lang. fr.). Le découpage, l'ouverture, l'étenderie et le maintien dans l'arche à recuire sont produits par des dispositifs mus électriquement (C. Duval, Verre, 1966, p. 62). b) Étendeur, euse, subst., rare. Personne qui étend (quelque chose). J'ai parlé de vous au (...) chef des étendeurs de tapis de Son Altesse (Gobineau, Nouv. asiat., 1876, p. 146).
Prononc. et Orth. : [etɑ ̃:dʀ ̥], (j')étends [etɑ ̃]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Début xiies. « déployer dans sa longueur, dans sa largeur » ici dans le temps (Psautier Oxford, 84, 5 ds T.-L. : estendrai la tue vie de generaciun en generaciun); ca 1165 les bras destres estendeient (B. de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 16663); 2. ca 1165 « coucher quelqu'un en l'allongeant de tout son long », en partic. « renverser quelqu'un à terre » (Id., ibid., 10924), « tuer quelqu'un » mort l'estent (Id., ibid., 12186); 3. 1283 « donner plus de longueur, de largeur, d'importance » ici pronom. (Ph. de Beaumanoir, Coutumes Beauvaisis, éd. A. Salmon, 156); 4. 1827 un acide étendu d'eau (Stendhal, Armance, p. 10). Du lat. class. extendere de mêmes sens, composé du lat. class. tendere « tendre » et de ex à valeur intensive. Fréq. abs. littér. : 7 481. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 13 370, b) 10 867; xxes. : a) 8 509, b) 9 465.

Étendre : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTENDRE, verbe trans.

I.− [Avec l'idée dominante d'une modification de position ou de place]
A.− Mettre (un organe articulé, un objet de forme allongée) en position horizontale. (Quasi-)synon. allonger, tendre; anton. plier, replier.
1. [Le suj. désigne une pers.]
a) [Le compl. désigne un organe articulé, une partie du corps] Étendre le(s) bras. − Oui, reprit Baugé, qui étendait la main devant le soleil (Zola, Bonh. dames,1883, p. 525).Il se tait un instant et étend avec soin les jambes, pour ménager, aux genoux, son pantalon minable (Colette, Music-hall,1913, p. 63):
1. ... elle avait les bras collés au corps, elle ne pouvait remuer; et quand Christophe posait la main sur sa menotte, pour rectifier la position des doigts et les étendre sur les touches, elle se sentait défaillir. Elle tremblait de jouer mal devant lui... Rolland, J.-Chr.,Foire, 1908, p. 785.
Au part. passé. La jambe, la main étendue. De son bras droit, long étendu, on ne voyait que l'extrémité des doigts hors du bâti grossier de la manche (Courteline, Ronds-de-cuir,1893, 5etabl., III, p. 186):
2. Par instants Jaurès se tourne vers eux la main en l'air, achevant de rythmer sa phrase. Le bras demi-étendu, courbé, étendu devant lui, le doigt détaché de la main demi-close. Barrès, Cahiers,t. 5, 1906, p. 27.
Rem. 1. On rencontre ds la docum. l'emploi au sens de « faire étendre ». Vous vous rappelez une jeune fille (...) qui gardait les doigts fléchis sans qu'il fût possible de les lui étendre (Trousseau, Hôtel-Dieu, 1895, p. 223). 2. Étendu, dans cette valeur d'emploi, se rattache au concept de position, tendu, à celui de direction : le bras étendu en l'air, le bras tendu vers l'horizon.
Au fig. [Avec une valeur symbolique de protection] Étendre le bras sur qqn. Le protéger. Voici miss Anna Damby (...) Étendez le bras sur cette jeune fille, et sauvez-la (Dumas père, Kean,1836, III, 12, p. 155).
b) [Le compl. désigne un objet tenu dans la main] Ne suis-je pas Prospero le magicien? (...) ne puis-je pas, en étendant ma baguette, faire le calme ou la tempête (Dumas père, Kean,1836IV, 2, p. 161).
2. Au fig. et p. anal. [Le suj. désigne un arbre, une fleur] Étendre ses racines, ses pétales. J'entrai jusque dans le grand salon sans rencontrer personne, et le jeune marronnier qui étendait là ses grandes feuilles me fit l'effet d'un ami (France, Bonnard,1881, p. 364).Des murs par-dessus lesquels des arbres étendaient leurs verdoyants rameaux (Duhamel, Passion J. Pasquier,1945, p. 76).
Fréq. au part. passé. Les branches étendues.
B.− Placer (un objet) en (l')étalant sur une surface (lui) servant d'appui.
1. [Le compl. désigne une matière souple, pliée]
a) Déplier, déployer dans sa plus grande dimension. Il avait un journal, qu'il étendit pour ne point tacher son pantalon (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Boule de suif, 1880, p. 126).
Fréq. au part. passé. Garine regarde le plan étendu sur la table (Malraux, Conquér.,1928, p. 85).
b) En partic. Étendre du linge, la lessive. Placer le linge, la lessive lavés sur des cordes, sur un étendoir pour les y faire sécher. Nous trouvons M. Arnold le cadet occupé à dessiner, sa femme à étendre la lessive (Stendhal, Journal,1804, p. 54):
3. Comme il ne bougeait toujours point, elle se leva, prit un paquet de linge lavé et tordu, et se mit à l'étendre sur les buissons, (...) elle s'arrangea de façon à l'éclabousser avec ses draps mouillés, et elle le regarda effrontément, en riant. Rolland, J.-Chr.,Révolte, 1907, p. 610.
c) Emploi pronom. Se déployer. (Quasi-)synon. se déplier, se dérouler, s'étirer.Nous montâmes en chaloupe, on hissa la voile qui s'étendit dans toute sa hauteur et nous couvrit de son ombre (Flaub., Champs et grèves,1848, p. 385).La mer (...) poussait dans le golfe ses immenses demi-cercles ourlés d'écume. Chaque lame se dépliait à son tour et s'étendait à plat sur la grève comme une étoffe sous la main d'un marchand (Hugo, Fr. et Belg.,1885, p. 150).
d) P. anal. [Avec un compl. circ. de lieu] Étaler, répandre. La grande fraîcheur des crépuscules du Midi étendait sur la campagne un invisible manteau froid (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Champ d'oliv., 1890, p. 85).La nuit étendit sur le jardin ses voiles bleus (France, Révolte anges,1914, p. 398).
Emploi pronom. S'étaler, recouvrir. Une ombre, sans cesse épaissie et qui semblait funèbre, s'étendait sur la boutique de librairie (France, Orme,1897, p. 185).Immense et clair, d'un blanc à peine bleuté, un ciel lavé s'étend sur la ville (Martin du G., J. Barois,1913, p. 278):
4. Un beau soir, que le ciel moelleux, comme un tapis d'Orient, aux teintes chaudes, un peu passées, s'étendait au-dessus de la ville assombrie, Christophe suivait les quais, de Notre-Dame aux Invalides. Rolland, J.-Chr.,Foire, 1908, p. 767.
P. métaph. Son sourire s'évanouit, une ombre s'étendit sur son visage (Martin du G., Thib.,Sorell., 1928, p. 1138).
2. [Le compl. désigne un objet rigide, ou un ensemble d'objets]
a) [Le compl. désigne un objet plan ou de forme allongée] On étend un matelas [sur la galère], un pur matelas espagnol, qui ne vous empêche en aucune façon de sentir les angles du bagage entassé au hasard (Gautier, Tra los montes,1843, p. 60).Ce point d'appui installé, les ouvriers machinistes étendent quelques madriers, frappent un palan et montent des solives (Moynet, Machinerie théâtr.,1893, p. 33).
b) [Le compl. désigne un ensemble d'objets] Étaler (des objets) çà et là. Puis il étendit sur des chaises toutes ses emplettes, qu'il considéra longtemps (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Dimanches bourg. Paris, 1880, p. 288).Je rencontrai une bonne vieille qui étendait des herbes sèches dans la tombe d'une vierge antique, expirée le jour de ses noces (France, Lys rouge,1894, p. 111).
c) P. métaph. [Suj. et compl. désignent des lieux, des éléments du paysage] Le parc infini étend ses perspectives tantôt sur des profondeurs de forêt, tantôt sur les pays environnants (Maupass., Contes et nouv.,Jadis, 1883, p. 597).Au creux de la vallée, Florence étendait ses dômes, ses tours et la multitude de ses toits rouges (France, Lys rouge,1894p. 115).
C.− En partic. [Le compl. désigne le corps humain, une pers., un animal]
1. Coucher (quelqu'un) de tout son long. Je bégayai un adieu à mon pauvre ami Raoul et nous l'étendîmes à terre (Villiers de L'I.-A., Contes cruels,1883, p. 280).Quel délice Que d'étendre à même la mousse Après la danse, le corps lisse! (Valéry, Charmes,1922, p. 151).
Au part. passé. Il se rencontre à la guerre des scènes où quatre hommes risqués causent plus d'effroi que les milliers de morts étendus à Jemmapes (Balzac, Chouans,1829, p. 30).
2. Emploi pronom. à valeur réfl., usuel. Prendre une position allongée. Je vais m'étendre; étendez-vous un peu, cela vous reposera. (Quasi-)synon. s'allonger, se coucher.Je rentre à la maison, je me déshabille et je m'étends jusqu'au dîner (Colette, Cl. école,1900, p. 304).Après s'être lavé, il s'étendit avec délices dans les draps frais (Gide, Caves,1914, p. 778).V. anthropoïde ex. 1 :
5. André (...) prend le bras de Denise, et (...) la ramène doucement à l'ombre. − Étends-toi, maintenant; repose-toi. Il l'aide à s'allonger sur la chaise longue d'osier et s'assied à ses pieds. Martin du G., Devenir,1909, p. 180.
SYNT. S'étendre à plat ventre, sur le dos, sur le flanc; s'étendre sur un divan, un fauteuil; s'étendre sur l'herbe; s'étendre entre les draps; s'étendre sous la table, un arbre.
Au part. passé. (Quasi-)synon. couché, vautré.Un petit chien jaune, (...) étendu de tout son long sur la terre nue (Zola, Dr Pascal,1893, p. 201).Madame Mardrus, charmante, joue avec ses bagues sur le divan où je suis à demi étendu (Gide, Journal,1902, p. 123).Étendu sur son lit, il dévorait un dictionnaire taurin (Montherl., Bestiaires,1926, p. 398).
SYNT. Étendu au flanc de, au fond de; étendu par terre, sur le gazon, sur l'herbe; mollement, négligemment, nonchalamment, paresseusement, voluptueusement étendu.
3. [Avec implication de violence; dans le but éventuel de tuer] Renverser (quelqu'un) (sur le sol). Un coup de couteau l'étendit inanimée sur le sol (Tharaud, Fête arabe,1912, p. 192).
a) Loc. Étendre raide (mort), étendre mort. Tuer. Il arrangeait la scène, discutait où il se placerait, comment il frapperait, afin de l'étendre raide (Zola, Bête hum.,1890, p. 205).
Au part. passé. Je vois dans ce vêtement tramé par les Furies Cet homme étendu mort (Claudel, Agamemnon,1896, p. 909).
b) [Avec un compl. prép. de] Jeter à terre. Gaigneux, dur et râblé, était sûr de l'étendre d'une claque. Tout en se raidissant contre la tentation, il visait un coin de mâchoire (Aymé, Uranus,1948, p. 85):
6. C'était pourtant à lui que ces choses étaient arrivées. C'était lui qui avait, d'un coup de crosse, étendu Bourrel à ses pieds, qui avait tiré dans la nuit, fracassant le genou de Piveteau. Genevoix, Raboliot,1925, p. 288.
Spéc., SP. (lutte, boxe). (Quasi-)synon. envoyer au tapis.Toto Sépulture ne fit pas long feu; au deuxième round Jacques l'étendit à terre d'un direct à la mâchoire de derrière les fagots (Queneau, Loin Rueil,1944, p. 61).
En partic. Tuer. L'ennemi que j'ai étendu d'une balle au ventre avant qu'un autre ne le vengeât, je l'ai observé quand il mourait (Saint-Exup., Citad.,1944, p. 570).
c) Fam., pop. Tuer. (Quasi-)synon. abattre, allonger.Tu vas me le dire tout de suite (...) ou je t'étends! (...) je sentais son bide trembler sous mon flingue (Simonin, Touchez pas au grisbi,1953, p. 107).
Loc. Se faire étendre
Se faire tuer (d'une balle). Et je comptais pas dans le lot [des dix cadavres, victimes de mon grisbi] la petite lope du square Vintimille qui s'était fait étendre elle aussi, au flan (Simonin, Touchez pas au grisbi,1953p. 231).
P. ext. Se faire prendre à partie violemment. C'était un coup à se faire étendre!... la bévue était effrayante! (Céline, Mort à crédit,1936, p. 155).
Au fig., fam. (dans la langue des écoliers, étudiants). Échouer à un examen, un concours.
II.− [Avec l'idée dominante d'un accroissement de dimensions]
A.− [Accroissement de mesures, de quantités]
1. Faire couvrir une surface (plus grande) (à une substance). Étendre la colle avec un pinceau. (Quasi-)synon. étaler, répandre.Pendant que le mari étendait du beurre sur son pain, la femme prit l'œuf et l'examina d'un œil méfiant (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Conte de Noël, 1882, p. 84).Maniant la minuscule truelle d'or, il feignait d'étendre le ciment (Adam, Enf. Aust.,1902, p. 29).Une servante qui avec un linge humide, tâchait de nettoyer la jupe de doña Urraca, étendant ainsi les taches de vin sans les faire disparaître (Toulet, Mar. Don Quichotte,1902, p. 114).
Emploi pronom. réfl. Gagner en surface, se répandre. La tache ronde, au plafond, s'élargissait, semblait s'étendre comme une tache de sang (Zola, Bête hum.,1890, p. 169).
2. Accroître le volume (d'un liquide) par addition d'eau, soit pour augmenter sa quantité, soit pour atténuer sa force. (Quasi-)synon. allonger, diluer.Il [Péguy] s'habilla, prit un café au lait qu'il étendit abondamment d'eau chaude, puis regarda l'heure à sa montre (Tharaud, Péguy,1926, p. 240).
Au part. passé. Il suffisait de (...) tremper [les papiers] pendant quelques minutes dans le nitrate d'argent étendu d'eau (Verne, Île myst.,1874, p. 395).Des gouttes de benzine se séparent d'une masse d'alcool étendu d'eau (Plantefol, Bot. et biol. végét.,t. 1, 1931, p. 305).
P. ell. Acide azotique, sulfurique étendu. L'antiseptique de choix pour la désinfection des (...) cuves est le formol étendu (Boullanger, Malt., brass.,1934, p. 464).
B.− Augmenter, prolonger.
1. [Le suj. désigne un phénomène physiol., pathol.]
a) Augmenter l'importance, la portée de. Le mal grandit et étend ses ravages (Cadet de Gassicourt, Mal. enf.,t. 1, 1880-84, p. 191).
b) Emploi pronom. L'an d'après le mal empira, le ravage s'étendit (Pesquidoux, Livre raison,1925, p. 94):
7. ... nulle détente ne paraît se manifester dans le cas de la substance vivante. Plus le phénomène de la division cellulaire s'étend, plus il gagne en virulence. Une fois déclenché le jeu de la scissiparité, rien ne saurait arrêter au dedans (...) ce feu constructeur et dévorant. Teilhard de Ch., Phénom. hum.,1955, p. 110.
S'étendre à.Se propager à. L'irritation s'étendit à toutes les muqueuses (Drieu La Roch., Rêv. bourg.,1939, p. 196).
S'étendre sur.Couvrir. Une tuméfaction livide s'étendait sur la jambe (Flaub., MmeBovaryt. 2, 1857, p. 17).
2. [En parlant d'un phénomène acoustique] Elle [la coulisse] fut ajoutée à certains instruments de cuivre pour augmenter la longueur du tube sonore et pour étendre l'échelle des sons (Rougnon1935).
Emploi pronom. [En parlant de la voix humaine] S'étendre au-delà de. Produire une gamme de fréquence supérieure à. La voix humaine (...) ne peut s'étendre avec harmonie au-delà de deux octaves (Jumilhac, Sc. et prat. plain-chant,1847, p. 102).
3. [Le compl. désigne une matière, un élément de nature littér., musicale] Augmenter, prolonger. Camille avait étendu, varié, modifié l'introduction à la cavatine de « Grâce pour toi, grâce pour moi », qui est presque tout le quatrième acte de Robert-le-Diable (Balzac, Béatrix,1839-45, p. 90).Au lieu de tonifier la pensée et de serrer la phrase, le feuilleton les étend et les délave, tire dessus comme sur une étoffe (Goncourt, Journal,1858, p. 571).
4. Accroître, augmenter géographiquement l'importance, la portée de. L'entreprise d'escroquerie étendait sur plus d'un département français ses ramifications ténébreuses (Gide, Caves,1914, p. 785).
8. Je verrai, par la suite, à intéresser dans l'affaire mes voisins, les gens de ma maison, mes camarades. Puis j'étendrai petit à petit le cercle de mon activité, jusqu'au jour où le monde entier... mais n'anticipons pas. Duhamel, Journal Salav.,1927, p. 25.
En partic., dans le domaine milit., pol.Étendre le front offensif :
9. ... nous avions été amenés à étendre notre front de combat de la Suisse à la mer du Nord, sur une étendue de six cent quatre-vingts kilomètres, (...) et à improviser à l'extrémité nord de ce front (...) une nouvelle bataille décisive. Foch, Mém.,t. 1, 1929, p. 244.
Emploi pronom. réfl. La Russie s'étendait en Extrême-Orient, où elle ne tarderait pas à se heurter au Japon dans un conflit désastreux (Bainville, Hist. Fr.,t. 2, 1924, p. 248).
Rem. On rencontre ds la docum. étendre loin. Augmenter la distance de beaucoup. Peu à peu, j'étendis mes courses fort loin en descendant au milieu des forêts du Ghylàn (Gobineau, Nouv. asiat., 1876, p. 185).
C.− Au fig. Développer, accroître la portée, l'influence (de). (Quasi-)synon. accroître, élargir, augmenter.
1. [Sans indication de limite ou de terme] Étendre ses connaissances, une hypothèse. Un homme pourvu d'entregent, qui cherchait à étendre ses affaires (Lacretelle, Hts ponts,t. 1, 1932, p. 190).Ces années lui permettent d'étendre, d'approfondir (...) sa connaissance de la vie et des hommes (Romains, Hommes bonne vol.,1932, p. VI).On dirait (...) que nous agrandissons l'Ignorance en la mutilant, que nous étendons son empire en lui arrachant des provinces (Arnoux, Seigneur,1955, p. 109):
10. La vérité (...) est d'ordre psychologique. Elle témoigne seulement de l'« intérêt » que peut présenter la réalité. (...) Mais si l'on veut étendre et fonder rationnellement cette notion de vérité, (...) on restitue sa profondeur à l'expérience. Camus, Sisyphe,1942, p. 65.
Faire se développer. Loin de créer un antagonisme entre le tout et les parties, le progrès de la vie sociale doit étendre à la fois l'action de l'État et l'initiative individuelle (Blondel, Action,1893, p. 269).
En partic. [Le compl. désigne le sens de mots, d'idées, de paroles] Amplifier, élargir. Les femmes savent donner à leurs paroles une sainteté particulière, elles leur communiquent je ne sais quoi de vibrant qui étend le sens des idées (Balzac, Secrets Cadignan,1839, p. 329):
11. ... le petit enfant, du jour où il commence à parler (...) étend le sens des mots qu'il apprend, profitant du rapprochement le plus accidentel (...) pour détacher et transporter ailleurs le signe qu'on avait attaché devant lui à un objet. Bergson, Évol. créatr.,1907, p. 159.
Rem. On rencontre ds la docum. étendre au large. Étendre largement, beaucoup. J'étends au large le sens du mot imagination : c'est pour moi le nom de la vie intérieure, l'appellation collective des plus belles facultés de l'âme (M. de Guérin, Corresp., 1834, p. 181).
SYNT. Étendre son action, son activité, sa propagande, ses relations; étendre sa domination, son influence, ses pouvoirs, sa puissance, sa surveillance; étendre ses idées.
Emploi pronom. réfl. S'accroître, avoir, prendre de l'ampleur, de l'importance. Son commerce s'étend, le marché s'étend, les affaires s'étendent. (Quasi-)synon. prospérer.
Se répandre, gagner du terrain. Depuis, le mouvement n'a fait que s'étendre (Durkheim, Divis. trav.,1893, p. 164).On ne savait pas combien de facilités elle [la faillite des Allemands] trouverait à reprendre pied, à s'étendre contagieusement, favorisée par le penchant naturel de l'homme (Arnoux, Crimes innoc.,1952, p. 209).
En partic. [Le suj. désigne l'esprit] S'accroître en portée, en puissance, en capacité. Son esprit s'étendit beaucoup :
12. Il y a plus d'esprit à se tromper à la manière de Descartes, qu'à redresser Descartes comme un petit bachelier peut faire. Et cette grandeur d'esprit se voit encore mieux dans l'erreur, quand l'erreur est selon l'esprit, non selon les passions. Un esprit est grand parce qu'il se gouverne plutôt que parce qu'il s'étend. Alain, Propos,1924, p. 623.
SYNT. La culture, l'intelligence s'étend; l'autorité, le pouvoir s'étend; une calamité, un désastre s'étend; des perspectives s'étendent.
2. [Avec indication de limite ou de terme]
a) Étendre à, jusqu'à, au-delà de. Accroître, élargir, généraliser (à, jusqu'à, au-delà de). Ce sentiment naît avec lui et étend ses désirs au-delà de son horizon et de sa vie (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p. 276).J'eus graduellement étendu ma manière jusqu'à m'en faire une méthode (Sainte-Beuve, Nouv. lundis,t. 13, 1863-69, p. 224):
13. ... rien ne les lassait dans cette recherche du vrai. Ils l'étendaient à l'art d'aujourd'hui, comme à l'art du passé; et ils analysèrent la vie privée de certains des plus notoires contemporains, avec la même passion d'exactitude. Rolland, J.-Chr.,Foire, 1908, p. 672.
[Avec un compl. de temps] Ma grand'mère exigeait qu'avant de partir je m'étendisse (...) pendant une heure sur mon lit, sieste que le médecin (...) m'ordonna (...) d'étendre à tous les autres soirs (Proust, J. filles en fleurs,1918, p. 798).
Emploi pronom. à sens passif. S'étendre à.Embrasser, s'appliquer à :
14. ... elle repoussait brusquement l'amant éventuel, décommandait le rendez-vous le soir-même où l'on croyait qu'elle allait se donner. − C'est une fille qui ne sait pas ce qu'elle veut (...). Cette indécision devenait maladive, et s'étendait à tous les domaines de la vie. Druon, Gdes fam.,t. 2, 1948, p. 146.
En partic. [Avec un compl. désignant des pers.] Elle étendit à toute la famille de son père la répugnance que celui-ci lui inspirait (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 117):
15. À Alexis Carrel revient la découverte d'une autre donnée (...). Les recherches, cette fois, ont porté sur l'animal, principalement sur les poulets et sur les chiens; mais on est certainement en droit d'étendre à l'homme les résultats obtenus. J. Rostand, La Vie et ses probl.,1939, p. 119.
Emploi pronom. à sens passif. S'étendre à.Aller jusqu'à, s'appliquer à. Quoi! Tu résistes? Mais j'ai le droit d'ordonner. Ne sais-tu pas que mon pouvoir s'étend à tout chrétien, mort ou vivant? (Renan, Drames philos., Eau jouvence, 1881, II, 5, p. 469).
b) Étendre sur.Répandre sur, couvrir (de). Étendre son empire sur. Une poignée d'hommes, qui étaient venus s'établir sur les bords du Tibre, étendit sa domination sur les peuples voisins, et finit par envahir le monde (Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p. 264).
P. métaph. Étendre son ombre sur. Couvrir de son influence. Adieu la Grande École, Polytechnique (...) et tous ces cloîtres laïques (...) qui étendent leurs ombres austères et magnifiques sur l'enseignement secondaire (Arnoux, Solde,1958, p. 102).
En partic. Étendre sa protection sur. Couvrir de sa protection. M. Hervouët n'avait jamais passé pour un de ces excentriques sur lesquels un bourg étend sa protection un peu ricaneuse (Colette, Képi,1953, p. 158).
3. En partic., emploi pronom. réfl. [Le suj. désigne une pers.] Développer (oralement ou par écrit) un propos (relatif à quelqu'un ou quelque chose). (Quasi-)synon. insister, s'appesantir sur.Puis, il y avait la cathédrale, il s'étendait sur la cathédrale, en homme bien renseigné et respectueux de la religion (Zola, Terre,1887, p. 193).J'ai lu le « Stéphane Mallarmé » de Mockel qui est beau, et sur lequel je m'étendrais si j'avais le temps et moins d'ahurissement (Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1906, p. 134).Mais je ne m'étendrai pas davantage sur ce sujet (Apoll., Tirésias,1918, p. 868).
P. métaph. L'ironie doit faire court. La sincérité peut s'étendre (Renard, Journal,1908, p. 1164).
III.− [Avec l'idée dominante d'une représentation statique] Emploi pronom. réfl.
A.− [Dans l'espace]
1. Occuper un certain espace, une certaine superficie. (Quasi-)synon. s'étaler.
a) [Le suj. désigne un (élément du) paysage] Nice couchée au bord de l'eau s'étendait comme un fil blanc entre la mer et la montagne (Maupass., Contes et nouv., t. 1, MmeParisse, 1886, p. 728).Il portait dans sa tête la carte des creux et des bosses de tout le pays qui s'étendait à deux kilomètres autour de la maison (Rolland, J.-Chr.,Aube, 1904, p. 22):
16. ... un des grands attraits de Londres c'est le passage brusque du maximum de la densité humaine à la verdure qui s'étend à perte de vue et à ces rues où il semble presque que personne ne passe jamais. Du Bos, Journal,1923, p. 268.
b) Au fig. [Le suj. ne désigne pas un lieu] Le violet pur des lèvres, le front pâle et uni, les yeux, où s'étendait une rêverie glaciale, éblouirent Eucher (Maurras, Chemin Paradis,1894, p. 132).Le champ de l'histoire musicale s'étend à perte de vue (Combarieu, Mus.,1910, p. 13).
2. Couvrir une certaine distance, une certaine longueur. (Quasi-)synon. s'allonger, s'étirer.La rue Notre-Dame de Lorette s'étendait noire et déserte (Zola, Nana,1880, p. 1313).La construction s'étend en longueur au bas d'un vaste parc (Renan, Souv. enf.,1883, p. 223).
En constr. impers. Il s'étend. Il y a. Et il ne s'étend tout de même pas des lieues entre les Gobelins et le minaret à horloge de la gare de Lyon (Arnoux, Double chance,1958, p. 192).
Au fig. [En parlant d'un écrit] Je ne sais si j'ai donné le bon à tirer de ce qui s'étend de la page 506 à 511? (Flaub., Corresp.,1879, p. 318).
3. En partic. [Avec des suj. tels que l'œil, le regard, la vue] Se porter (à une certaine distance). Une ascension d'abord à Notre-Dame sur les tours d'où l'œil s'étend sur l'immense ville et vous en donne le plan (E. de Guérin, Lettres,1838, p. 206).De l'étage où ils étaient, la vue s'étendait, par-dessus le mur d'en face, moins élevé que les autres, sur un de ces grands jardins de couvents (Rolland, J.-Chr.,Maison, 1909, p. 937).
B.− P. anal. [Dans la durée] Couvrir (un certain laps de temps), durer. S'étendre sur une quarantaine d'années. (Quasi-)synon. se prolonger.L'année apicole, qui est brève et dont l'activité ne s'étend guère que d'avril à la fin de septembre (Maeterl., Vie abeilles,1901, p. 16).La période qui s'étend du 28 septembre au 4 octobre ne donnera donc lieu, devant la 9earmée, qu'à des événements de peu d'importance pour la situation générale (Foch, Mém., t. 1, 1929, p. 161).Le lundi s'étend ainsi qu'un désert sans caravanes (Arnoux, Paris,1939, p. 83):
17. Ce qu'un écrivain français de race pure, en tout cas dans toute la période qui s'étend de Montaigne à Rousseau, non seulement vise par-dessus tout, mais au fond préfère à tout, c'est de vérifier sur lui-même, et à la faveur de ce lui-même, son idée générale de l'homme... Du Bos, Journal,1926, p. 10.
Rem. On rencontre ds la docum. a) Étenderie, subst. fém., domaine de la vitrerie. Sorte de rouleau en pierre destiné à l'étendage du verre (d'apr. Lar. Lang. fr.). Le découpage, l'ouverture, l'étenderie et le maintien dans l'arche à recuire sont produits par des dispositifs mus électriquement (C. Duval, Verre, 1966, p. 62). b) Étendeur, euse, subst., rare. Personne qui étend (quelque chose). J'ai parlé de vous au (...) chef des étendeurs de tapis de Son Altesse (Gobineau, Nouv. asiat., 1876, p. 146).
Prononc. et Orth. : [etɑ ̃:dʀ ̥], (j')étends [etɑ ̃]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Début xiies. « déployer dans sa longueur, dans sa largeur » ici dans le temps (Psautier Oxford, 84, 5 ds T.-L. : estendrai la tue vie de generaciun en generaciun); ca 1165 les bras destres estendeient (B. de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 16663); 2. ca 1165 « coucher quelqu'un en l'allongeant de tout son long », en partic. « renverser quelqu'un à terre » (Id., ibid., 10924), « tuer quelqu'un » mort l'estent (Id., ibid., 12186); 3. 1283 « donner plus de longueur, de largeur, d'importance » ici pronom. (Ph. de Beaumanoir, Coutumes Beauvaisis, éd. A. Salmon, 156); 4. 1827 un acide étendu d'eau (Stendhal, Armance, p. 10). Du lat. class. extendere de mêmes sens, composé du lat. class. tendere « tendre » et de ex à valeur intensive. Fréq. abs. littér. : 7 481. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 13 370, b) 10 867; xxes. : a) 8 509, b) 9 465.

Étendre : définition du Wiktionnaire

Verbe

étendre \e.tɑ̃dʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’étendre)

  1. Faire qu’une chose acquière ou plus de surface ou plus de volume, soit en la rendant plus mince, soit en la tirant ou en la dilatant.
    • On étend l’or sous le marteau.
    • Étendre du beurre sur du pain.
    • Étendre de la cire.
    • Étendre du drap, du parchemin.
    • C’est un métal qui s’étend beaucoup quand on le bat.
    • Étendre ses troupes, son armée : Leur faire occuper plus de terrain, leur donner plus de front.
    • L’armée s’étendit dans la plaine.
  2. (Figuré) Donner plus de portée à une idée, à un mot, au contenu d’un texte.
    • Étendre la clause d’un contrat, les termes d’un arrêt, d’une loi.
    • Étendre le sens, la signification d’un mot.
  3. Déployer en long et en large.
    • Étendre de la toile sur l’herbe pour la blanchir.
    • Étendre un tapis.
    • Étendre quelqu’un sur une table, sur un lit, pour lui faire subir quelque opération.
    • Jésus-Christ fut étendu sur la croix, sur l’arbre de la croix.
    • Ces martyrs furent étendus sur le chevalet.
    • Il y avait aussi, comme hors-d’œuvre, des tranches rouges qu'on étendait sur du pain noir en le saupoudrant de poivre : c'était du saumon fumé. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris, Plon, 1883, p. 45)
    1. Étendre le linge. (3a)
      (En particulier) Déployer en long et en large du linge humide afin qu’il sèche.
      Étendre du linge pour le sécher.
  4. Déployer sur le long ou sur le large.
    • […] ; Joseph offre un bouquet de roses à son amoureuse, qui étend la main pour le prendre. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • L’oiseau étendre des ailes pour voler.
  5. (Figuré) Renverser de telle sorte à coucher, en parlant d’une personne.
    • Je l’ai étendu d’un seul coup de poing.
  6. (Figuré) Tuer, généralement par balle.
    • Il l’étendit mort sur la place.
    • Prenons le cas de l'agent Gilbert Moreau, qui a abattu d'une balle dans la nuque Normand Major, 29 ans, après que celui-ci eut braqué une succursale de la Banque de Montréal [...]. [...] « Je l'ai étendu », a crié l'agent Moreau dans son talkie-walkie. — (Montréal, ville dépressionniste, Moult Éditions, Montréal, 2017, p. 110)
  7. Élargir, agrandir, augmenter.
    • Étendre son empire.
    • Étendre les limites de son royaume.
    • Il a étendu son parc, étendu sa terre jusqu’à cet endroit.
    • Une tache d’huile s’étend peu à peu.
    • Étendre sa domination, son pouvoir.
    • Étendre sa juridiction.
    • Étendre sa réputation.
    • Étendre ses affaires.
  8. (Chimie) Augmenter la proportion de dissolvant dans une solution.
    • Étendre un acide, de l’alcool, des couleurs : Y ajouter de l’eau.
    • Un acide étendu : Un acide affaibli par un dissolvant.
    • On dit de même
    • Étendre du vin avec de l’eau.
  9. (Pronominal) Tenir un certain espace, se prolonger jusqu’à un certain endroit.
    • L’Empire romain, qui s’étendait des sables d’Arabie jusqu’aux neiges d’Écosse, fut constamment à la recherche de frontières défendables. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p. 163)
    • À la fin de la huitième lune, une chaleur lourde s'étendit sur la vieille cité et ramena avec elle une effrayante recrudescence de puanteur ambiante. — (Albert Gervais, Æsculape dans la Chine en révolte, Gallimard, 1953, p.290)
  10. (Pronominal) (Figuré) Se dit des personnes, en parlant de leur propriété.
    • Ce propriétaire s’est fort étendu de ce côté.
    • Il ne peut s’étendre de ce côté-là, parce qu’il est borné par d’autres propriétés.
  11. (Pronominal) Il se dit, dans cette acception, de certaines choses.
    • Son pouvoir ne s’étend pas si avant.
    • Son crédit s’étend jusque-là.
    • Sa réputation, son nom, sa gloire s’étendent par toute l’Europe.
    • Cette règle s’étend à un grand nombre de cas.
  12. (Pronominal) Il se dit particulièrement de la Vue.
    • De cette terrasse on voit aussi loin que la vue peut s’étendre.
  13. (Pronominal) (Figuré)
    • S’étendre sur quelque sujet, En parler au long.
    • S’il m’était permis de m’étendre sur cette matière. On dit aussi dans ce sens
    • S’étendre sur les louanges, sur les bonnes ou mauvaises qualités de quelqu’un.
  14. (Pronominal) Durer.
    • La vie de l’homme ne s’étend guère au-delà de cent ans.
  15. (Pronominal) (Familier) (Régionalisme) s’allonger, se coucher, pour faire un petit somme.
    • Je vais aller m’étendre un petite heure.
    • Il s’étendit tout de son long sur l’herbe pour dormir.

 (information à préciser ou à vérifier)

Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étendre : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉTENDRE. v. tr.
Faire qu'une chose acquière ou plus de surface ou plus de volume, soit en la rendant plus mince, soit en la tirant ou en la dilatant. On étend l'or sous le marteau. Étendre du beurre sur du pain. Étendre de la cire. Étendre du drap, du parchemin. C'est un métal qui s'étend beaucoup quand on le bat. Étendre ses troupes, son armée, Leur faire occuper plus de terrain, leur donner plus de front. L'armée s'étendit dans la plaine. Fig., Étendre la clause d'un contrat, les termes d'un arrêt, d'une loi, etc., Porter le sens d'un contrat, d'un arrêt, d'une loi au-delà de ce que les termes signifient précisément. On dit aussi Étendre le sens, la signification d'un mot, Appliquer un mot à une chose, à une idée qu'il n'était pas originairement destiné à signifier, à exprimer. Il signifie aussi Déployer en long et en large. Étendre du linge pour le sécher. Étendre de la toile sur l'herbe pour la blanchir. Étendre un tapis. Étendre quelqu'un sur une table, sur un lit, pour lui faire subir quelque opération. Il s'étendit tout de son long sur l'herbe pour dormir. JÉSUS-CHRIST fut étendu sur la croix, sur l'arbre de la croix. Ces martyrs furent étendus sur le chevalet. Étendre le bras, étendre les bras, étendre la jambe, Les déployer de leur long. On dit de même Étendre les ailes, en parlant d'un Oiseau qui déploie ses ailes pour voler. Fig., Étendre un homme par terre, Le renverser. Fig., Étendre un homme sur le carreau, Le tuer, le renverser mort par terre. On dit de même Il l'étendit mort sur la place. Il signifie encore, tant au propre qu'au figuré, Élargir, agrandir, augmenter. Étendre son empire. Étendre les limites de son royaume. Il a étendu son parc, étendu sa terre jusqu'à cet endroit. Une tache d'huile s'étend peu à peu. Étendre sa domination, son pouvoir. Étendre sa juridiction. Étendre sa réputation. Étendre ses affaires. En termes de Chimie, Étendre une solution, Augmenter la proportion du dissolvant. Étendre un acide, de l'alcool, des couleurs, Y ajouter de l'eau. Un acide étendu, Un acide affaibli par un dissolvant. On dit de même Étendre du vin avec de l'eau.

S'ÉTENDRE signifie quelquefois Tenir un certain espace, se prolonger jusqu'à un certain endroit. Leur empire s'étendait jusqu'à tel fleuve. Ma propriété ne s'étend pas plus loin. Il se dit figurément des Personnes, en parlant de leur Propriété. Ce propriétaire s'est fort étendu de ce côté. Il ne peut s'étendre de ce côté-là, parce qu'il est borné par d'autres propriétés. Il se dit, dans cette acception, de Certaines choses. Son pouvoir ne s'étend pas si avant. Son crédit s'étend jusque-là. Sa réputation, son nom, sa gloire s'étendent par toute l'Europe. Cette règle s'étend à un grand nombre de cas. Il se dit particulièrement de la Vue. De cette terrasse on voit aussi loin que la vue peut s'étendre. Fig., S'étendre sur quelque sujet, En parler au long. S'il m'était permis de m'étendre sur cette matière. On dit aussi dans ce sens S'étendre sur les louanges, sur les bonnes ou mauvaises qualités de quelqu'un.

S'ÉTENDRE signifie encore Durer. La vie de l'homme ne s'étend guère au-delà de cent ans. Le participe passé

ÉTENDU, UE, s'emploie adjectivement et se dit, tant au propre qu'au figuré, de Certaines choses qui, dans leur genre, sont grandes, larges, vastes, etc. Un empire fort étendu. La vue est ici fort étendue. Un pouvoir fort étendu. Responsabilité peu étendue. Des connaissances étendues.

Étendre : définition du Littré (1872-1877)

ÉTENDRE (é-tan-dr') v. a.
  • 1Donner à une chose plus de surface. On étend l'or sous le marteau. Étendre du beurre sur du pain.

    Étendre des troupes, leur faire occuper plus de terrain, leur donner plus de front. Arbogaste étendit dans la plaine cette armée de barbares qu'il avait emmenés en Gaule, Fléchier, Théodose, IV, 48.

    Terme de trictrac. Étendre son jeu, distribuer les dames sur autant de flèches qu'il se peut afin de faire facilement des cases.

    Fig. et familièrement. Étendre le parchemin, faire de longues écritures dans une affaire, pour en tirer plus de profit, prolonger un procès par des chicanes ; ainsi dit parce qu'autrefois les écritures de justice se faisaient surtout sur parchemin.

    Étendre la courroie, étendre les profits ou les attributions d'un emploi, au delà de ce qui est permis. Sa place ne lui vaudrait pas tant, s'il n'étendait un peu la courroie.

    Terme de peinture. Grouper ensemble plusieurs parties qui reçoivent la lumière, et où les objets ne sont séparés que par des demi-teintes adoucies.

  • 2Déployer en long et en large. Étendre son manteau par terre pour se coucher.

    Étendre du linge, le placer sur des cordes pour qu'il y sèche. Les premiers objets qui se présentèrent furent Cunégonde et la vieille qui étendaient des serviettes sur des ficelles pour les faire sécher, Voltaire, Candide, 29.

    Étendre les bras, les jambes, les allonger. Le Seigneur a étendu sa main sur la mer, il a ébranlé les royaumes, Sacy, Bible, Isaïe, XXIII, 11. [La Mollesse] Soupire, étend les bras, ferme l'œil et s'endort, Boileau, Lutr. II.

    Terme de physiologie. Étendre la jambe sur la cuisse, l'avant-bras sur le bras, faire que la jambe et la cuisse, le bras et l'avant-bras soient en ligne droite.

    Étendre les ailes, se dit d'un oiseau qui les déploie pour s'envoler.

  • 3Coucher de son long. Étendre un blessé sur un lit. Télémaque fit laver la plaie sanglante de Pisistrate, il le fit étendre sur un lit de pourpre, Fénelon, Tél. XX.

    Il se dit aussi pour renverser à terre. Et si tu veux m'en croire, Tu l'étendras tout plat, La Fontaine, Fabl. VIII, 17. À peine fut-il étendu par terre que je lui tendis la main pour le relever, Fénelon, Tél. v.

    Étendre un homme sur le carreau, le tuer, le renverser mort par terre

  • 4Développer, amplifier. Étendre un sujet. Pour peu que j'eusse voulu étendre quelques-unes de mes lettres, elles se fussent appelées des livres, Guez de Balzac, liv. IV, lett. 4.

    Étendre la clause d'un contrat, les termes d'un arrêt, etc. porter le sens d'un contrat, d'un arrêt au delà de ce que les termes signifient précisément. En cela il a étendu sa commission et a fait plus qu'il ne devait faire, Guez de Balzac, liv. VI, lett. 3. Selon divers besoins il est une science D'étendre les liens de notre obéissance, Molière, Tart. IV, 5.

    Étendre le sens, la signification d'un mot, lui attribuer un sens plus ample qu'il n'avait.

    On dit de même étendre un mot. Ce mot ne désignait d'abord que telle chose, on l'a étendu depuis à telle autre.

  • 5Augmenter, agrandir. Étendre son empire. Étendre sa domination. La découverte de l'Amérique a beaucoup étendu le commerce européen. Plus on étend sa puissance, plus on est dévoré du désir de tout pouvoir, Rousseau, Lett. de la montagne, 9. Il n'est point d'État aussi heureusement situé que la Russie pour étendre son commerce, Raynal, Hist. phil. v, 21. La population étendit l'industrie, Raynal, ib. IV, 30.

    Par extension. J'ai trouvé l'art d'étendre ma vie sans la prolonger ; j'existe, j'aime, je suis aimée, je vis jusqu'à mon dernier soupir, Rousseau, Hél. VI, 11.

    Fig. On n'étend l'esprit qu'en abrégeant ses idées, Malebranche, Rech. VI, II, 1.

  • 6Porter jusqu'à, faire aller jusqu'à. Que servirait à Louis d'avoir étendu sa gloire partout où s'étend le genre humain ? Bossuet, Mar. Thér. Toutes les espèces sur lesquelles il put étendre ses expériences, Fontenelle, Hartsoeker. Tel était le génie de Carthage : toujours sévère et excessive dans ses punitions, elle les portait aux dernières rigueurs et les étendait jusque sur les innocents, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. 1, p. 281, dans POUGENS. Étends la loi de la nécessité aux choses morales, apprends à perdre ce qui peut t'être enlevé, Rousseau, Ém. V. Antipater est, après Philippe, le plus habile politique de la Grèce ; actif, infatigable, il étend ses soins sur presque toutes les parties de l'administration, Barthélemy, Anach. 61. Quand la mort sur le trône étend ses rudes coups, Voltaire, Henr. VI. Je vais, sur les vaincus étendant mes secours, Consoler leur misère et veiller sur leurs jours, Voltaire, Alz. IV, 1. Que si cette inscription est de quelque nation ancienne qui ne subsiste plus, elle étend notre âme dans les champs de l'infini, Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virg.

    Étendre la vue, la porter sur un point éloigné. C'est un plaisir d'étendre la vue sur cette belle campagne, Dict. de l'Acad.

  • 7 Terme de chimie. Étendre un acide, de l'alcool, y ajouter de l'eau et l'affaiblir de la sorte.

    On dit de même étendre du vin avec de l'eau.

  • 8S'étendre, v. réfl. Prendre plus de surface. L'or s'étend sous le marteau.

    Se déployer. L'armée s'étend dans la plaine. L'ombre de cet arbre s'étend sur nos têtes. Sur la face des eaux s'étend la nuit profonde, Delille, Énéide, I. …En vain sous de beaux cieux S'étendaient à tes pieds des champs délicieux, Delille, Trois règnes, III.

    Fig. Un silence pieux s'étend sur la nature [pendant la nuit], Lamartine, Harm. II, 4.

  • 9Se coucher tout de son long. Ils se sont étendus sur le gazon. Étendez-vous là seulement ; il y aura plaisir à confondre votre frère ; voici madame ; tenez-vous bien, Molière, Mal. im. III, 17.
  • 10Être allongé. Ses jambes s'étendaient sous la table. Et vers l'amant qu'elle adore, Ses bras s'étendent encore En se changeant en rameaux, Marmontel, Daphné. Le liquide azur Du fleuve qui s'étend comme lui [le ciel] calme et pur, Chénier, Élég. XIV.
  • 11Aller jusqu'à. Et sa bonté [de Dieu] s'étend sur toute la nature, Racine, Athal. II, 7. L'horreur de mon destin s'étendrait jusqu'à vous, Voltaire, Œdipe, IV, 3. La flamme dont brûla Sion désespérée S'étendit en fureur aux murs de Césarée, Voltaire, Zaïre, II, 1. Je suis l'ami et le disciple de Socrate ; et je crains bien que la haine qu'on a pour lui ne s'étende jusqu'à moi, Marmontel, Cont. moraux, Alcibiade.
  • 12Occuper une certaine étendue. L'État dont mon cœur est content Sur quelques bords du Nil à grand'peine s'étend, Corneille, Pomp. II, 3. Cette histoire s'étend depuis l'an du monde 3483 jusqu'à l'an 3600, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. III, p. 21, dans POUGENS. La plaine Qui s'étend de Pisaure aux remparts de Césène, Voltaire, Triumv. III, 5. L'empire des Perses s'étendait jusqu'à l'Indus, Montesquieu, Esp. XXI, 8.

    Par extension. Sa réputation s'étend par toute l'Europe. Son culte [de Diane], connu depuis longtemps dans quelques pays éloignés, s'étendit dans l'Asie Mineure, dans la Syrie et dans la Grèce proprement dite ; il était dans le plus grand éclat sous les premiers empereurs romains, Barthélemy, Anach. ch. 72, note 8.

  • 13 Fig. Prendre plus de portée, en parlant de l'esprit. Son esprit s'est étendu. Les idées se sont étendues, Genlis, Veillées du chât. t. III, p. 77, dans POUGENS.
  • 14Il se dit des personnes, en parlant de leurs propriétés. Ce propriétaire s'est fort étendu de ce côté. Pourquoi, dit un riche, ne me sera-t-il pas permis d'accroître mon fonds, et pourquoi, payant bien ce que j'acquiers, n'aurai-je pas droit de m'étendre ? Bourdaloue, Carême, II, Richesses, 14.
  • 15Il se dit de la vue, de la voix. La vue s'étend très loin de ce côté. Autant que la voix peut s'étendre. Autant que mes regards au loin peuvent s'étendre, Voltaire, Mérope, v, 5.

    Tant qu'elle peut s'étendre, se dit d'une somme d'argent, et signifie pas davantage, avec un sens d'ironie. Saint-Albin : J'ai quinze cents livres de rente ? - Le commandeur : Tant qu'elles peuvent s'étendre, Diderot, Père de famille, II, 8.

  • 16Embrasser, être applicable à. La règle que je vous ai donnée s'étend à toutes les autres, Bossuet, Lett. abb. 52. Cette maxime s'étend, quoique avec moins de sévérité, à tous les autres objets, Diderot, Lett. sur les sourds et muets.
  • 17S'étendre sur quelque sujet, le traiter avec développement. Le prince s'étendit sur le malheur des grands, La Fontaine, Fabl. x, 16. Il s'étendit fort au long sur les justifications qui étaient dans la lettre, Sévigné, 109. Je me suis un peu étendue sur cette mort, Sévigné, 345.
  • 18Il se dit aussi d'une armée qui pousse au loin ses corps, ses partis. Depuis deux mois les deux armées ne s'étaient fait qu'une guerre de partisans ; son but, pour les Français, était de s'étendre dans le pays, pour y chercher des vivres…, Ségur, Hist. de Napol. X, 1.
  • 19Durer. D'après David, la vie ordinaire ne s'étend pas au delà de soixante-dix ans.

    PROVERBE

    Le cuir sera à bon marché, les veaux s'étendent, se dit pour reprocher à quelqu'un de s'étendre d'une façon peu convenable.

HISTORIQUE

XIIe s. Tu estendras la tue ire [ta colère] de generaciun en generaciun, Liber psalm. p. 121. Merveilles fait de sei Gerin Od [avec] le suen cler brant acerin ; N'en ateint home qu'il ne fende, Que mort à terre ne l'estende, Benoit de Sainte-Maure, II, 529. Donc [il] laisse courre à plein frein estendu, Ronc. p. 60. Deus est chiés [chef] des prelaz : pur sa lei maintenir, Il devreient estendre les cols, prez de murir, Th. le mart. 70.

XIIIe s. Dame Diex qui en croi fu pour nous estendus, Berte, XXIV. Ne tapis estendus pour son cors aaisier, ib. XXXVIII. En sa chambre [elle] l'enmaine, delez le feu l'estent, ib. XLVII. Par trestout le royaume la nouvele s'estent, ib. CXXXIII. Cis grans empereres meïsmes, Qui fu de tout le monde sires, Tant s'estendoit loin ses empires, la Rose, 6450. Et s'il [les arbitres] s'estendent en plus, li arbitrages est de nule valeur, Beaumanoir, XLI, 2. Auquel il firent si grant honneur en Acre que il li estendoient les dras d'or et de soie par où il devoit aler, Joinville, 270.

XIVe s. Car qui se vouldroit estendre à ses parens et as proceins [prochains] et amis, et as amis de ses amis, ce seroit une chose sans fin, Oresme, Eth. VIII, 14.

XVe s. Si je me sentoye aorné de telle valeur, je oseroye hardiement et à chere estendue [à visage ouvert] tel honneur et plus grant recevoir, Perceforest, t. I, f° 92.

XVIe s. Platon s'estend à mille preceptes pour ses gymnazes, Montaigne, I, 184. Les fourmis estendent hors de l'aire leurs grains pour…, Montaigne, II, 186. La couardise ne va point jusques là, non plus que la vaillance ne s'estend pas qu'un seul eschelle une forteresse, La Boétie, 15. Ils ne voient autre moyen, pour asseurer la nouvelle tyrannie, que d'estendre fort la servitude, La Boétie, 31.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « étendre »

Étymologie de étendre - Littré

Wallon, siteind ; provenç. estendre, extendre ; espagn. extender ; portug. estender ; ital. stendere ; du latin extendere, de ex, et tendere, tendre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de étendre - Wiktionnaire

(XIIe siècle) Du latin extendĕre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « étendre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
étendre etɑ̃dr play_arrow

Conjugaison du verbe « étendre »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe étendre

Évolution historique de l’usage du mot « étendre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « étendre »

  • Cette acquisition accélère la croissance du fournisseur mondial de premier plan en matière de logiciels de communications omnicanales, permettant à Anywhere365 d'étendre davantage son offre de gestion de dialogue d'entreprise et de centre de contact centrée sur Microsoft. Le riche portefeuille de produits de PeterConnects offre des fonctionnalités de console d'assistance et de réceptionniste de premier plan sur le marché à Microsoft Teams, Cisco Webex Teams et Broadworks. , Anywhere365 fait l'acquisition de PeterConnects pour étendre davantage son offre de solutions de gestion de dialogue d'entreprise et de centre de contact dans le cloud
  • Deux dispositifs différents ont été adoptés en première lecture par l’Assemblée nationale et par le Sénat. Même si le premier a été modifié par la commission spéciale en seconde lecture, l’un et l’autre restent problématiques à de nombreux égards. Une alternative simple existe pourtant : étendre aux couples lesbiens les modalités d’établissement de la filiation réservées aux couples hétérosexuels qui ont recours à l’AMP avec don. Le Monde.fr, « Etendre aux couples lesbiens les modalités d’établissement de la filiation réservées aux couples hétérosexuels »
  • « Depuis son arrivée au pouvoir, notre gouvernement a posé des gestes importants afin d’améliorer la collecte, la récupération et la valorisation de nos matières résiduelles. On n’a qu’à penser à la modernisation de la consigne, à celle de la collecte sélective et à la traçabilité des sols. Aujourd’hui, nous franchissons une étape de plus en investissant 1,2 G$ afin de détourner les matières organiques des lieux d’élimination et d’assurer leur valorisation, ce qui contribuera de façon significative à réduire nos GES. Pour y arriver, nous comptons notamment étendre la collecte des matières organiques à 100 % des ménages, commerces, institutions et industries du Québec d’ici 2025. Grâce à l’accompagnement du gouvernement et des municipalités, toute la population de même que les industries, les commerces et les institutions pourront contribuer à une gestion encore plus saine de nos matières résiduelles », mentionne le ministre Charrette.  Journal le soir, Québec veut étendre la collecte des matières organiques à 100 % d'ici 2025 | journal le soir
  • Le ministère de la Transition écologique a annoncé jeudi sa volonté d'étendre à partir de juillet 2022 les interdictions d'usage de pesticides dans les lieux de vie, comme les jardins des copropriétés, les parcs privés ou les campings.  LExpress.fr, Le gouvernement veut étendre les interdictions d'usages de pesticides dès 2022 - L'Express
  • Je ne provoque pas les compliments, mais je souffre quand on ne m'en fait pas, et quand on m'en fait, je ne laisse pas la personne s'étendre. De Jules Renard / Journal
  • Rien ne contient le libertinage... La vraie façon d'étendre et de multiplier ses désirs est de vouloir lui imposer des bornes. De Marquis de Sade / Les Cent vingt journées de Sodome
  • Jouer : Le mois de jouer est le premier mois des vacances. Après vient le mois doux, puis le mois de s’étendre. De Pef / Dictionnaire des mots tordus
  • La guerre, le commerce sont les deux activités principales de l'homme sur terre, deux manières sûres d'étendre son nom bien au-delà de soi. De Christian Bobin / Le Très-Bas
  • Tout pouvoir pense continuellement à se conserver à s’affirmer, à s’étendre et que cette passion de gouverner est sans doute la source de tous les maux humains. De Alain
  • La connaissance de l'homme ne saurait s'étendre au-delà de sa propre expérience. De John Locke / Essai philosophique concernant l'entendement humain (préface)
  • La gloire est comme un cercle dans l'onde qui va toujours s'élargissant, jusqu'à ce qu'à force de s'étendre, il finisse par disparaître. De William Shakespeare / Henri VI
  • L'homme a beau étendre le cercle de ses idées, sa lumière n'est toujours qu'une étincelle promenée dans la nuit immense qui l'enveloppe. De Pierre Joseph Proudhon
  • Le progrès en art ne consiste pas à étendre ses limites, mais à les mieux connaître. De Georges Braque / Le Jour et la nuit
  • Les désirs ne peuvent s'étendre à ce que l'on ne connaît pas. De Ovide / L’Art d’aimer
  • Les femmes sont un sujet sur lequel les hommes aiment à s’étendre. De Madame Aubernon de Nerville
  • Faut savoir s’étendre Sans se répandre. De Serge Gainsbourg / Pauvre Lola
  • Le travail, entre autres avantages, a celui de raccourcir les journées et d'étendre la vie. De Denis Diderot
  • Quand la racine est sauve, le feuillage revient étendre sur la maison son ombre. De Eschyle / Agamemnon
  • La psychanalyse est un examen où on est sûr de se faire étendre. De Robert Scipion

Images d'illustration du mot « étendre »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « étendre »

Langue Traduction
Corse per espansione
Basque zabaltzeko
Japonais 拡大するために
Russe расширять
Portugais expandir
Arabe لتوسيع
Chinois 扩展
Allemand erweitern
Italien espandere
Espagnol expandir
Anglais to expand
Source : Google Translate API

Synonymes de « étendre »

Source : synonymes de étendre sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « étendre »



mots du mois

Mots similaires