Allonger : définition de allonger


Allonger : définition du Wiktionnaire

Verbe

allonger \a.lɔ̃.ʒe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’allonger)

  1. Rendre plus long.
    • Allonger une table. Allonger une galerie. — Allonger un habit, une jupe. — Allonger des étriers.
    • Les additions que l’auteur a faites ont trop allongé ce chapitre. — Cette corde s’est allongée.
  2. Déployer ; étendre. — Note : Dans ce sens, on ne le dit guère qu’en parlant des membres ou de certaines parties du corps de l’homme ou des animaux.
    • Charles allongea doucement derrière lui une main qui se porta sur un pommeau de pistolet de nouvelle invention, […]. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre III)
    • D'ailleurs, tiens, il faut que je raconte ça sur Fessebouc ! En allongeant le cou, je vis dans le rétroviseur qu'elle avait extirpé de sa poche un iPhone. — (Luc Doyelle, Qui veut la peau de Nestor Boyaux ?, Les Editions du Préau, 2014, chap. 20)
    • Un éléphant qui allonge sa trompe. Un serpent qui s’allonge sur l’herbe.
  3. Porter les profits d’une charge, d’un emploi plus loin qu’ils ne devraient aller légitimement.
    • Sa place ne lui vaudrait pas tant, s’il n’allongeait la courroie.
    • Il a peu de revenu et beaucoup de charges : il faut qu’il allonge bien la courroie pour se tirer d’affaire.
  4. (Argot) Payer, verser (une certaine somme).
    • Très chic, je vous le garantis, et il a sûrement fallu en allonger une drôle de pincée pour mettre ça debout. — (Peter Cheyney, La Môme vert-de-gris, traduction de Marcel Duhamel, Gallimard, 1945)
    • Je lui allonge les deux billets rouges. Il les enfouit prestement dans sa poche… — (Frédéric Dard, Fais gaffe à tes os, Fleuve noir, 1956)
    • Je ne regrette pas mes 100 francs, bien au contraire. Certains allongent, en même temps que leur corps sur un divan, la même somme chaque semaine et cela pendant des années pour se connaître un peu mieux. — (Philippe Claudel, Parfums, Torréfaction, Stock, 2012)
  5. Porter un coup, en allongeant le bras.
    • Allonger un coup d’épée, une botte,
    • Quand ils faisaient par trop de tapage, elle leur allongeait quelques taloches — (Émile Zola, Le Ventre de Paris, Georges Charpentier, Paris, 1873)
    • (Populaire) Allonger une mandale.
  6. Faire durer davantage.
    • Allonger le temps. Allonger un procès.
    • Allonger une affaire. Allonger le travail. Allonger une procédure.
  7. (Intransitif) Devenir plus long.
    • Les jours allongeaient.
  8. (Pronominal) Devenir plus long, s'étendre.
    • Héloïse dit et redit son chapelet. Les grains cliquettent de minute en minute et sans relâche, le chuchotement rapide des oraisons s’allonge. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Les nuits s'allongent en hiver.
    • Je m’allonge pour faire ma sieste.
  9. (Sports hippiques) Faire courir un cheval sur une distance supérieure à celles auxquelles il est habitué.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Allonger : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ALLONGER. v. tr.
Rendre plus long. Allonger une table. Allonger une galerie. Allonger un habit, une jupe. Allonger des étriers. Les additions que l'auteur a faites ont trop allongé ce chapitre. Cette corde s'est allongée. Allonger le pas, Hâter sa marche en faisant de plus grands pas. Fig. et fam., Allonger la courroie, Tirer parti d'une somme modique, d'un revenu borné, en mettant une grande économie dans sa dépense. Il a peu de revenu et beaucoup de charges : il faut qu'il allonge bien la courroie pour se tirer d'affaire. Il signifie aussi Porter les profits d'une charge, d'un emploi plus loin qu'ils ne devraient aller légitimement. Sa place ne lui vaudrait pas tant, s'il n'allongeait la courroie.

ALLONGER signifie aussi Déployer, étendre; et, dans ce sens, on ne le dit guère qu'en parlant des Membres, de certaines parties du corps de l'homme ou des animaux. Allonger le bras. Les bras peuvent s'allonger et se replier en plusieurs sens. Allonger les jambes. Allonger le cou. Un éléphant qui allonge sa trompe. Un serpent qui s'allonge sur l'herbe. Allonger un coup d'épée, une botte, Porter un coup d'épée, une botte en allongeant le bras. Il signifie encore Faire durer davantage. Allonger le temps. Allonger un procès. Allonger une affaire. Allonger le travail. Allonger une procédure. Le participe passé

ALLONGÉ, ÉE, se dit quelquefois adjectivement, surtout dans les Sciences naturelles, de Ce qui est long, par opposition aux choses de même espèce qui ont une forme plus ramassée. Ce poisson a une tête allongée. Un fruit de forme allongée. En termes d'Anatomie, La moelle allongée, La moelle qui remplit la cavité de toutes les vertèbres depuis le cerveau jusqu'à l'os sacrum. Fam., Avoir le visage allongé, la mine allongée, Avoir un air qui dénote le déplaisir qu'on éprouve de quelque disgrâce, de quelque contrariété imprévue.

Allonger : définition du Littré (1872-1877)

ALLONGER (a-lon-jé. Devant un a ou un o, le g prend un e : il allongea) v. a.
  • 1Rendre plus long. Allonger une table, une robe. Allonger une rue. Six chevaux pour allonger un équipage, La Bruyère, 7.

    Fig. Sidrac, à qui l'âge allonge le chemin, Boileau, Lutr. I.

    Allonger le visage, rendre triste ou penaud. J'allonge les visages de ceux qui attristaient le mien, Voltaire, Lett. à Cath. 48.

    Allonger le pas, presser sa marche. Notre suisse, allongez le pas, Béranger, Bedeau.

    Fig. Allonger la courroie, traîner en longueur une affaire, ou tirer parti de ressources médiocres.

    Allonger le parchemin, faire de longues écritures pour en tirer plus de profit ; tirer un procès en longueur.

  • 2Déployer, étendre, en parlant de certaines parties du corps. Allonger le bras, le cou. L'éléphant peut raccourcir, allonger, courber sa trompe et la tourner en tous sens.

    Absolument. Retarder, apporter des longueurs. Une lettre de M. de Cambrai qui ne sert qu'à allonger, Bossuet, Quiét. 218.

    Familièrement. Allonger un coup d'épée, de poing, de pied ; le donner. Un cheval allonge la ruade, il rue.

  • 3En langage culinaire, allonger une sauce, c'est y ajouter du bouillon ou de l'eau, et en diminuer ainsi la force.
  • 4 En termes de chasse, Ce cerf a tout allongé, il a poussé sa nouvelle tête après avoir mis bas. Cet oiseau s'allonge, il se revêt de ses grosses plumes.
  • 5 En termes de marine, allonger la ligne, augmenter les distances entre les vaisseaux qui la forment.
  • 6S'allonger, v. réfl. Devenir plus long. Les jours s'allongent du solstice d'hiver au solstice d'été.
  • 7S'étendre. Un serpent s'allonge sur l'herbe. Là les heures, pour moi, s'allongeaient dans l'attente, Delavigne, Paria, II, 5.
  • 8 Terme de manége. Baisser la main et augmenter progressivement l'effet des jambes.

REMARQUE

Allonger pris absolument ou comme verbe neutre, signifie retarder, apporter des longueurs, et non devenir plus long. C'est donc une locution vicieuse que : les jours allongent ; dites : les jours s'allongent.

SYNONYME

ALLONGER, PROLONGER. C'est rendre plus long. Allonger, c'est ajouter de la longueur ; prolonger, c'est ajouter de la longueur dans un sens déterminé. Au propre, on allonge un chemin, quand on fait le chemin plus long, sans autre indication ; on prolonge un chemin, quand on le poursuit dans la direction qui lui est donnée. Au figuré, on allonge une discussion, quand on la rend plus longue ; on la prolonge, quand, à dessein, on la fait durer. Allongement et prolongement offrent les mêmes distinctions.

HISTORIQUE

XIIe s. Grant demi pié [il] les a fait alongier, Ronc. p. 189. Fors seul itant qu'ele ne me fait don De lui [l'] amer pour alongier ma vie, Couci, II.

XIIIe s. Garsions s'enfoï, por sa vie alongier, Amont el haut castel qui siet en haut rochier, Ch. d'Ant. VI, 1017. Se ses sergans avoit le bois vendu et le premier terme assis, n'avoit il pas pooir ne autorité du terme alongier, Beaumanoir, XXXIV, 7. Li ples ne doit mie por ce demorer ne alongier, par le [la] coustume de le [la] cort laie, Beaumanoir, V, 20. Et si alonge et met en delay moult de coses par se [sa] parece, lesqueles il deüst haster, Beaumanoir, XXXIV, 20. Noz traiterons eche [en cet] endroit de le [la] division des lignages, et comment et en quel maniere lignages s'alonge, Beaumanoir, XIX, 1.

XVIe s. Que ceux qui avoient alongé le serment à la mesure des bonnes mœurs, l'avoient mis à usage d'estrivieres, D'Aubigné, Hist. III, 150. Des vins pressés, trempés, allongés, et autres de mesnage, De Serres, 219.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Allonger : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

ALLONGER, v. act. (Marine.) Allonger le cable, c’est l’étendre sur le pont jusqu’à une certaine longueur, ou pour le bitter, ou pour mouiller l’ancre. Voyez Bitter. Allonger une manœuvre, c’est l’étendre pour pouvoir s’en servir au besoin. Allonger la vergue de civadiere, c’est ôter la vergue de civadiere de l’état où elle doit être pour servir, & la faire passer sous le beaupré, on le long du beaupré, au lieu de la tenir dressée en croix. Voyez Beaupré. Allonger la terre, c’est aller le long de la terre. Voyez Ranger la côte. (Z)

Allonger, v. act. (Escrime.) c’est détacher un coup d’épée à l’ennemi en avançant le pié droit sans remuer le gauche. Voyez Estoc.

Allonger le cou, (Manege.) se dit d’un cheval qui au lieu de tenir sa tête en bonne situation lorsqu’on l’arrête, avance la tête & tend le cou comme pour s’appuyer sur sa bride, ce qui marque ordinairement peu de force de reins. Allonger, en terme de Cocher, c’est avertir le postillon de faire tirer les chevaux de devant ; alors le cocher dit au postillon, allongez, allongez. Allonger les étriers, c’est augmenter la longueur de l’étriviere par le moyen de sa boucle, dont on fait entrer l’ardillon à un ou plusieurs points plus bas. Voyez Etrier. (V)

* Allonger, v. neut. usité dans les Manufactures de soie. Si une étoffe est mal frappée, que les figures du dessein, quelles qu’elles soient, fleurs ou autres, n’aient pas les contours qu’elles doivent avoir, mais qu’elles prennent plus de longueur que le dessein n’en comporte ; on dit que l’ouvrier allonge.

Allonger, c’est en terme de Manufacturier en laine, en fil, en un mot, presqu’en tout ouvrage ourdi, mettre l’étoffe ou l’ouvrage sur deux ensuples éloignées l’une de l’autre de quelques piés ; & par le moyen de leviers appliqués dans des trous pratiqués aux quatre extrémités de ces deux ensuples, le distendre & lui donner plus d’aunage. Cette manœuvre est expressément défendue par les reglemens. Voyez Ramer, Draperie.

Allonger se dit encore d’une chaîne qui devenue trop courte pour fournir la quantité d’ouvrages d’un même dessein que l’on desire, s’allonge d’une autre chaîne qu’on lui ajoûte, par le tordage & par les nœuds. Voyez Tordage & Nœuds.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Allonger : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « allonger » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « allonger »

Étymologie de allonger - Littré

Bourguign. elongé ; provenç. alongar, alongnar, alonjar, alunhar ; anc. catal. alongar ; ital. allungare ; de a (voy. voy. À) et long (voy. LONG).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de allonger - Wiktionnaire

Verbe dérivé de longer avec le préfixe ad-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « allonger »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
allonger alɔ̃ʒe play_arrow

Conjugaison du verbe « allonger »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe allonger

Évolution historique de l’usage du mot « allonger »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « allonger »

  • Le délai de traitement des dossiers de demande d'asile continue de s'allonger, loin des objectifs du gouvernement et symbole de la «crise de l'accueil» en France, selon un rapport publié samedi 20 juin à l'occasion de la journée mondiale des réfugiés. Le Figaro.fr, Le délai de traitement des dossiers de demande d'asile continue de s'allonger
  • On serre toujours contre son sein celui qu'on aime et l'art d'écrire n'est que l'art d'allonger ses bras. De Denis Diderot / Lettre à Sophie Volland
  • La liste des problèmes sociaux qui iront de mal en pis avant de s’arranger risque fort de s’allonger avant de diminuer. De Pierre Dac
  • L’architecture moderne, c’est quand il faut allonger la jambe gauche pour maintenir fermée la porte des waters. De Nancy Banks Smith / The Guardian - 1979
  • Pour rendre l'opéra supportable, il faudrait allonger les ballets et raccourcir les jupes des danseuses. De Jean le Rond d’Alembert
  • Le vieillard le plus âgé garde toujours l’espoir d’allonger sa vie d’un lendemain. De Jonathan Swift / Les voyages de Gulliver
  • C’est terrible d’allonger la vie en prolongeant seulement la vieillesse. De Professeur Choron / Tout s’éclaire !
  • Les pattes du canard sont courtes, il est vrai ; mais les allonger ne lui apporterait rien. De Tchouang-Tseu
  • Abréger son souper, c'est allonger sa vie. De Benjamin Franklin / Almanach du pauvre Richard
  • Je suis ici pour être raccourci et non pour être allongé. Alphonse Louis Dieudonné Martainville,

Traductions du mot « allonger »

Langue Traduction
Portugais deitar
Allemand hinlegen
Italien allungare
Espagnol alargar
Anglais lie down
Source : Google Translate API

Synonymes de « allonger »

Source : synonymes de allonger sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « allonger »


Mots similaires