Établir : définition de établir


Établir : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTABLIR, verbe trans.

I.− [Avec l'idée de mettre solidement en place]
A.− [Le compl. d'obj. dir. désigne une chose ou ce qu'on assimile à une chose]
1. Domaine concr.
a) Installer, faire tenir dans un lieu, de manière stable. (Quasi-)synon. disposer, placer.Il alla prendre une chatte et ses petits, et les établit sur le tas de foin (Mérimée, Mosaïque,1833, p. 8).Les hommes des camions établissaient les charges sur le crâne des porteurs (Hamp, Marée,1908, p. 57):
1. ... les assiégeans (...) environnèrent leur camp de fossés et de palissades. Ils établirent leurs machines de guerre, et firent tirer contre la ville leurs bombardes et canons. Barante, Hist. ducs de Bourg.,t. 4, 1824, p. 312.
Spéc., MAR. Établir une voile. La déployer et lui donner l'orientation convenable :
2. ... le lendemain le vent tourna d'un point; le capitaine John établit la misaine, la brigantine et le petit hunier; le Ducan, mieux appuyé sur les flots, fut moins sensible aux mouvements de roulis et de tangage. Verne, Enf. cap. Grant,t. 1, 1868, p. 45.
En partic. Fixer son lieu d'habitation quelque part. Établir son domicile, sa résidence, en un lieu (Ac.). Quelle reine (...) a pu (...) établir sa demeure dans le château de la reine Blanche? (Gozlan, Notaire,1836,p. 109).
Loc. verbales fig. ,,Bien établir sa fortune, son crédit, leur donner des bases solides. Établir sa réputation, la fonder, lui donner de la consistance. Sa réputation est trop bien établie pour que...`` (Ac.).
Emploi pronom. réfl. indir. Il faut toujours s'établir une bonne réputation, quelque insignifiante qu'elle soit (Balzac, Œuvres div.,t. 1, 1824-30, p. 15).
b) Emploi pronom. S'installer, apparaître et durer. La pluie commence sérieusement au milieu de la journée et a l'air de s'établir (Delacroix, Journal,1854, p. 167).La porte s'ouvre. Un flot de lumière brutale jaillit soudain, déferle et bientôt s'établit par l'ampleur de la chambre en nappe horizontale (Verlaine, Poèmes saturn.,1866, p. 91).La nuit sera tranquille, mais le vent va s'établir demain, dit Marino machinalement (Gracq, Syrtes,1951, p. 300).
2. Au fig.
a) [Le compl. d'obj. dir. désigne des notions ou institutions d'ordre pol. ou écon.] Mettre en place, en application. Établir une assemblée, une contribution, des droits, un tribunal. (Quasi-)synon. instituer, instaurer, organiser.Messieurs, nous établirons un impôt de dix pour cent sur la propriété (Jarry, Ubu,1895, III, 2, p. 59).Il ne lui appartient pas [à l'artiste] de prouver, d'établir des lois, de justifier des préceptes (Massis, Jugements,1923, p. 269):
3. Chapitre IX Des efforts que fit M. Necker auprès du parti populaire de l'Assemblée Constituante, pour le déterminer à établir la constitution anglaise en France. Staël, Consid. Révol. fr.,t. 1, 1817, p. 255.
Emploi pronom. à sens passif. Ce n'est pas ainsi que les lois se trouvent et que les gouvernements s'établissent (Fustel de Coul., Cité antique,1864, p. 219).
b) Faire entrer dans les mœurs, faire adopter par l'usage. Établir de nouvelles opinions, de nouvelles maximes (Ac. 1835-1932).
Emploi pronom. à sens passif. De nouveaux usages, de nouvelles doctrines s'établirent. Ces locutions auront bien de la peine à s'établir (dans l'usage) (Ac.1835-1932).
c) P. ext. [Le compl. d'obj. dir. désigne des notions diverses : paix, ordre, silence, etc.]
Faire régner. C'est ainsi que le ciel concourait à établir l'ordre et l'harmonie sur la terre (Dupuis, Orig. cultes,1796, p. 475).Quand le silence fut établi, il [Éléazar] drapa son manteau, et comme un juge posa des questions (Flaub., Hérodias,1877, p. 188).Oh! que je voudrais être (...) celui qui établira enfin la tolérance universelle (Maurois, Ariel,1923, p. 34).
[Le compl. d'obj. désigne un résultat sportif] Établir un (nouveau) record. Accomplir une performance qui constitue un (nouveau) record.
Emploi pronom. à sens passif. Puis l'ordre renaît (...) le silence s'établit (Martin du G., J. Barois,1913, p. 287).
B.− [Le compl. d'obj. dir. désigne un être humain]
1. Vieilli
a) Installer dans un lieu pour un temps déterminé et court. (Quasi-)synon. asseoir, poster.Elle [madame Delmare] regardait (...) l'insipide figure de son cousin, qui, établi vis-à-vis d'elle sous le manteau de la cheminée, regardait paisiblement la braise (Sand, Indiana,1832, p. 160).Vitellius songea que le prisonnier pouvait s'enfuir; (...) il établit des sentinelles aux portes, le long des murs et dans la cour (Flaub., Hérodias,1877p. 178).
Emploi pronom. réfl. Prendre place. Elle me charge d'aller au-devant d'un jeune homme qui doit arriver à Paris (...) je vais m'établir à la barrière; j'attends (Jouy, Hermite,t. 1, 1811, p. 290).Chaque jour, à midi, vous vous établirez dans la bibliothèque du marquis, qui compte vous employer à faire des lettres (Stendhal, Rouge et Noir,1830, p. 232).L'oncle Pillerault (...) alla s'établir dans un fauteuil auprès de la bibliothèque (Balzac, C. Birotteau,1837, p. 213).
P. métaph. J'ai eu l'occasion de descendre au fond de la jalousie, de m'y établir et d'y rêver longuement (Colette, Ces plais.,1932, p. 234).
Rare. S'établir à + inf.Après avoir ranimé mon feu dont les tisons fumaient encore, je m'établis à rêver (Toepffer, Nouv. genev.,1839, p. 291).
Spéc., TECHN. MILIT. Poster, disposer des troupes sur un terrain avant l'assaut. De son côté, le 9ecorps consolide sa droite, (...) établit la 52edivision de réserve vers Connantre, en liaison avec la gauche du IIecorps (Foch, Mém.,t. 1, 1929, p. 117).
Emploi pronom. Il se faisait fort d'exécuter l'attaque dans la matinée du lendemain (...). Dans la nuit, les troupes, à mesure de leur arrivée, devaient s'établir en conséquence (Foch, Mém.,t. 2, 1929, p. 109).
b) P. ext. Fixer dans un lieu en vue d'y habiter, d'y séjourner pour une période relativement longue. Les compagnies (...) ont entrepris d'établir des émigrants soit dans la Nouvelle Zélande soit en Australie (Tocqueville, Corresp.[avec Reeve], 1846, p. 95).Oui, j'y ai songé sérieusement : (...) établir solidement ma famille dans le seul pays d'Europe [l'Angleterre] où cela vaille encore la peine (Larbaud, Barnabooth,1913, p. 295):
4. « ... ils auroient (...) acquis des terres sur les côtes d'Afrique, pour y établir des colonies de nègres libres, dont l'industrie et l'exemple auroient encouragé les princes noirs à faire cultiver la canne par leurs sujets ». Crèvecœur, Voyage,t. 1, 1801, p. 162.
Emploi pronom. réfl. J'achetai des terres et un vieux château dans cette province, et je vins m'y établir (Genlis, Chev. Cygne,t. 2, 1795, p. 11).Charles imagina que la cause de sa maladie était (...) dans quelque influence locale, et (...) il songea (...) à aller s'établir ailleurs (Flaub., MmeBovary,t. 1, 1857, p. 76).Ce fut à cet endroit même que l'Espagnol Sarmiento, en 1581, vint s'établir avec quatre cents émigrants. Il y fonda la ville de Saint-Philippe (Verne, Enf. cap. Grant,t. 1, 1868, p. 78).
P. méton du suj. Il y eut un temps, dit Thucydide, où les villes, à cause de la piraterie, n'osaient s'établir au contact de la mer (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum.,1921, p. 237).
2. Au fig., vieilli
a) Installer dans une charge, une profession, une situation, un milieu. Établir qqn dans (l'exercice d')un emploi (Ac.1835-1932).Elle [la mère de Charles] rêvait de hautes positions, elle le voyait déjà grand, beau, spirituel, établi dans les ponts et chaussées ou dans la magistrature (Flaub., MmeBovary,t. 1, 1857p. 6).Ah! celui-là est un homme considéré, bien établi dans le monde, presque un député (Renan, Souv. enf.,1883, p. 94).
Emploi pronom. réfl. Le duc, le comte, de moindres personnages, s'établissent dans leurs charges, les lèguent à leurs enfants, se comportent en vrais souverains (Bainville, Hist. Fr.,t. 1, 1924, p. 44).
[Avec un subst. attribut] Se constituer, s'instituer. Elle [ma grand'mère] ne voulait ni se séparer de ses domestiques, ni s'établir juge de leurs différends (Sand, Hist. vie,t. 3, 1855, p. 38).
En partic. S'établir comme + subst. désignant une profession.S'installer pour exercer une profession non salariée. S'établir (comme) boucher, médecin. Quand il se jugea assez riche, il loua une sorte de hangar, du côté de Montrouge, et s'établit chaudronnier (Zola, M. Férat,1868, p. 25).Notre intention (...) de nous établir épiciers à Phalsbourg (Erckm.-Chatr., Hist. paysan,t. 2, 1870, p. 333).
Loc. S'établir à son compte. Exercer une profession (commerciale ou artisanale) de manière autonome, sans dépendre d'un employeur. Synon. usuels s'installer, se mettre à son compte :
5. ... elle quittait madame, elle s'établissait à son compte (...). Zoé prenait l'établissement de la Tricon; (...) elle rêvait d'agrandir la chose, de louer un hôtel et d'y réunir tous les agréments... Zola, Nana,1880, p. 1465.
b) Établir ses enfants. Assurer leur propre statut social (profession ou mariage), en général dans les conditions les plus favorables. L'âge d'établir les enfants étant venu, (...) je me suis vue dans la nécessité de penser sérieusement au prix matériel de travail de l'art (Sand, Corresp., t. 3, 1850, p. 222):
6. Cette madame de Lautréamont était née les mains pleines et avait toujours eu toutes les chances : (...) deux enfants qu'elle avait bien établis, (...) le fils déjà capitaine d'artillerie. Lorrain, Contes chandelle,1897, p. 73.
Établir son fils, un jeune homme. L'installer dans une bonne profession :
7. J'aurai une succursale sous le nom de Popinot, dans quelque maison autour de la rue des Lombards, où je mettrai le petit Anselme. J'acquitterai ainsi la dette de la reconnaissance envers Monsieur et Madame Ragon, en établissant leur neveu, qui pourra faire fortune. Balzac, C. Birotteau,1837, p. 18.
Établir sa fille. La marier. Synon. pop. caser.Le pauvre Lagrené a emporté en mourant une pensée consolante. Il a établi sa fille, aînée, et l'a bien établie... il a donné sa main à un homme un peu mûr peut-être, mais riche (Mérimée, Lettres ctesse de Montijo,t. 2, 1870, p. 209).
II.− P. ext. [Avec l'idée d'aboutir en outre à une construction, à une œuvre, à un résultat]
A.− [Sur le plan matériel]
1. [Le compl. d'obj. dir. désigne soit un bâtiment (d'ordre industriel, soc., écon.), soit une construction quelconque] Installer, mettre en place en construisant, bâtissant. Établir un barrage, une clôture, des écluses, un pont, des usines. Difficulté d'avoir dans une ville des terrains assez vastes pour établir un monastère (Lenoir, Archit. monast.,t. 1, 1852, p. 19).Débarquement possible du matériel et des ravitaillements à Douala et à Pointe-Noire. Il est facile d'y établir des ateliers de montage d'avions (De Gaulle, Mém.,1954, p. 472):
8. ... une compagnie disciplinaire (...) s'en allait sur le front de Hongrie pour y effectuer les travaux dangereux, comme de poser des mines et d'établir des liaisons téléphoniques à proximité de l'adversaire. Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 356.
Établir une machine. ,,La construire et la mettre en état de servir`` (Ac.).
Emploi pronom. passif impers. Si une grande route ou un canal vient à passer près d'un bien-fonds, s'il s'établit des manufactures dans son voisinage, (...) le bien-fonds en profite (Say, Écon. pol.,1832, p. 407).
En partic., littér. [Le compl. d'obj. dir. désigne un petit objet manufacturé] Façonner, fabriquer. On vous établit de beaux chapeaux de soie à quinze francs (Balzac, Comédiens,1846, p. 318).C'était son orgueil d'artiste [de Bourras], pas un ouvrier à Paris n'était capable d'établir un manche [de parapluie] pareil aux siens, léger et solide (Zola, Bonh. dames,1883, p. 568).
2. P. ext. [Le compl. d'obj. dir. désigne une communication]
a) [entre deux choses] Faciliter, permettre. Osselets qui établissent une communication entre le tympan et la fenêtre ovale (Cuvier, Anat. comp.,t. 2, 1805, p. 499).La cheminée volcanique qui établissait la communication entre les couches souterraines et le cratère (Verne, Île myst.,1874, p. 93).
Emploi pronom. à sens passif :
9. Dans les plans des églises ainsi conçues, les communications s'établissaient entre les collatéraux et la nef transversale aux bras de la croix, par des arcades percées dans le mur parallèle à la façade. Lenoir, Archit. monast.,1852, p. 113.
b) [entre deux pers. ou groupes de pers.] Nouer, créer des liens. Tous deux l'aimaient, et ils établirent avec lui une communication par lettres (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 5, 1859, p. 178).Au lieu d'établir un lien entre les personnes, la discussion cache seulement leur solitude (Vuillemin, Essai signif. mort,1949, p. 183).Il me proposa une « franche discussion » pour établir des relations plus satisfaisantes dans l'intérêt des deux pays (De Gaulle, Mém.,1956, p. 24).
Emploi pronom. à sens passif. La conversation qui s'établit au coin du feu entre les trois vieux condisciples (Jouy, Hermite,t. 5, 1814, p. 35).Une correspondance suivie s'établissait entre les deux écoliers (Martin du G., Thib.,Cah. gr., 1922, p. 519).
Impers. Il s'établit entre eux et lui un échange de petits services (Guéhenno, Jean-Jacques,1950, p. 105).
B.− [Sur le plan intellectuel]
1. Faire, accomplir un travail (de mémoire, de classement, de bureau, etc.), déterminer par le calcul, la réflexion. Établir une liste. Pour nous délasser de la prodigieuse sensibilité de ce vieux moine, nous établissions notre budget (Barrès, Homme libre,1889, p. 15).Établir certains dossiers, tracer quelques ébauches de lettres (Arland, Ordre,1929, p. 400).Il pourra (...) établir son diagnostic avec autant de recueillement que s'il était, dans son cabinet, la tête dans ses mains (Martin du G., Thib.,Épil., 1940, p. 889):
10. ... l'astronomie (...) nous donne (...) des bases certaines qui permettent de déterminer (...) la longitude au milieu d'une mer immense, où jusqu'alors on n'avait pu l'établir que par une approximation à peu près arbitraire, qui exposait aux plus grandes erreurs. Voy. La Pérouse,t. 1, 1797, p. xxii.
En partic. Établir un texte. ,,Retrouver le texte originel à partir des versions tronquées ou altérées, choisir entre les différentes formes d'un texte données par les divers manuscrits anciens celle qui semble être la plus correcte ou la plus authentique`` (J. Girodet, Logos, Paris, Bordas, 1976). Il faut : 1) établir le texte exact, le plus souvent altéré par les erreurs ou les arrangements impertinents des éditeurs (Rolland, Beethoven,t. 1, 1928, p. 120).M. Chassé établit le texte authentique d'après le manuscrit original de M. Charles Morin (Thibaudet, Réflex. litt.,1936, p. 171).
2. P. ext. Démontrer, prouver la vérité, la réalité, la valeur de quelque chose.
a) Établir + obj. dir.Ces documents judiciaires qui établissent l'ignominie de Victor Snell, voleur et faussaire (Barrès, Cahiers,t. 12, 1920, p. 244).Établir la filiation par des documents authentiques (Bernanos, M. Ouine,1943, p. 1379).
Emploi pronom. passif. L'identité des familles ne s'établit que d'après les armoiries (Nerval, Filles feu, Angélique, 1854, p. 562).
[Avec un attribut du compl. d'obj.] Cet homme (...) que l'enquête établit probe, travailleur, « de vie régulière et honnête » (Martin du G., J. Barois,1913, p. 360).
b) Établir que + ind.Montesquieu (...) cherche (...) quels sont les principes (...) conservateurs, de chaque espèce de gouvernement. Il établit que pour le despotisme, c'est la « crainte » (Destutt de Tr., Comment. sur Espr. des lois de Montesquieu,1807, p. 221).Les manuscrits établissent que Shelley ponctuait très peu (Du Bos, Journal,1922, p. 83).
En emploi passif impers. Il semble bien établi aujourd'hui qu'elle [la tuberculose] est due à un microbe spécifique : le bacille de Koch (Garcin, Guide vétér.,1944, p. 229).
c) Établir sur.Fonder sur. Sur quoi établissez-vous que cette coiffe appartenait à madame la conseillère Josse? (France, Opinions J. Coignard,1893, p. 265).
Emploi pronom. passif. À Sheffield, la répartition des dépenses s'établit à peu près sur les bases suivantes (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum.,1921, p. 77).
Rem. On rencontre ds la docum. établisseur, subst. masc., rare. Un faiseur (...) un établisseur de mémoires et dossiers (Péguy, Notre jeun., 1910, p. 75).
Prononc. et Orth. : [etabli:ʀ], (j')établis [etabli]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 « constituer, former quelque chose (ici des bataillons) » (Roland, éd. J. Bédier, 3036); [ca 1200 establie part. passé fém. substantivé techn. « bâti, estrade » (Godefroy de Bouillon, 159 ds T.-L.); fin xiiies. establie « établi (d'orfèvre) » (Miracles de S. Eloi, éd. Peigné-Delacourt, p. 25)]; 1390 establis (Cpte roy. de Ch. Poupart, fo73 ds Gay); 2. 1155 « régler, fixer de manière durable, selon les lois » (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 9815). Du lat. class. stabilire « affermir, maintenir solide, soutenir, étayer ». Fréq. abs. littér. : 6 180. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 11 606, b) 8 120; xxes. : a) 6 770, b) 7 954. Bbg. La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p. 232.

Établir : définition du Wiktionnaire

Verbe

établir \e.ta.bliʁ\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’établir)

  1. Asseoir et fixer une chose en un endroit, l’y rendre stable.
    • On communique d’un gaillard à l’autre par les passe-avans, et les dunettes sont établies à l’extrémité du gaillard d’arrière. — (Jean-Baptiste-Philibert Willaumez, Dictionnaire de marine, 3e éd., 1831, page 302)
    • Au XIIIe siècle, on éventra les murs latéraux du chœur, comme à Laffaux (Aisne), pour établir un transept voûté d'ogives. — (Eugène Lefèvre-Pontalis, L'architecture religieuse dans l'ancien diocèse de Soissons au XIe et au XIIe siècle, Plon & Nourrit, 1897, vol.2, p.79)
    • (Pronominal)Les expéditeurs sont à leur poste ; les courtiers des grandes maisons étrangères sont sur pied. Sans beaucoup de bruit, des cours s’établissent, des transactions s’effectuent, des chargements s’accomplissent. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Quels parterres auront pu ainsi être établis artificiellement dans les bois d'agrément avec les pervenches, les primevères, les scilles, les cyclamens, les sceaux de Salomon, les galanthes, les nivéoles, le saxifrage ombreux, etc... : […]. — (G. Plaisance, Demain la forêt, Paris : SEDES, 1964, chap. 2)
    • Établir sa demeure, son domicile, sa résidence en un lieu.
    • Établir des communications, des moyens de communication, de correspondance entre deux villes.
    • Une correspondance régulière s’établit entre eux.
    • Des relations se sont vite établies entre ces écoliers.
    • Être bien établi à la cour, dans une maison : Y avoir beaucoup de crédit.
    • Bien établir sa fortune, son crédit : Leur donner des bases solides.
    • Établir sa réputation : La fonder, lui donner de la consistance.
    • Sa réputation est trop bien établie pour que…
  2. (Simplement) Installer.
    • […], on avait établi, dans toutes les rues en pente avoisinant l’école, de superbes glissades. — (Louis Pergaud, Deux Veinards, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Le 24, le vent tourna au Sud nous permettant d’établir la voilure, et, le lendemain la plupart de mes compagnons franchissaient pour la première fois le cercle polaire. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Au sortir de cette ville, on entre dans un pays plat et peu fertile; un relais est établi à la Commodité, un autre à Nogent-sur-Vernisson, petite ville bâtie sur le bord du canal ; […]. — (Eusèbe Girault de Saint-Fargeau, Guide pittoresque du voyageur en France ; département de la Nièvre ; itinéraire de Paris à Chambéry, 1838, page 2)
    • C'est vers le milieu du XIe siècle que parait avoir été établie la première exploitation de la houille dans les environs de Newcastle en Angleterre, du moins en ce qui concerne l'Europe, car, d'après les récits des missionnaires, les Chinois se seraient servis de ce combustible bien avant notre ère. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 87)
    • Le nouveau campement est établi à une douzaine de kilomètres de l'ancien, dans une plaine ondulée et verdoyante. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 119)
  3. (En particulier) (Figuré) Mettre dans un état, dans un emploi avantageux, dans une condition stable.
    • Je ne puis voir un pauvre sans lui donner ma bourse. J’ai doté des orphelines, établi des jeunes gens méritants, nourri des vieillards, fondé des hospices. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : La Chanson de Carmen (1882))
    • Ce père a bien établi tous ses enfants.
    • Établir quelqu’un dans un emploi, dans l’exercice d’un emploi.
    • Établir une fille : (Vieilli) La marier.
  4. Instituer. — Note : Il s’applique alors tant aux personnes qu’aux choses.
    • Il offre des sacrifices, aux autres dieux selon le rite albain, à Hercule selon le rite grec, suivant en cela la règle établie par Évandre. — (Tite-Live, Histoire romaine, éd. "Les belles Lettres", 1940, texte établi par J. Bayet et traduit par G. Baillet, tome 1, livre 1, § VII, p.13)
    • Art. 23. — Il est établi sur l’acide stéarique, et autres matières à l'état de bougies ou de cierges, un droit de consommation intérieure, fixé en principal à 25 fr. les 100 kilogrammes. — (Séance du 30 décembre 1873, Annales de l'Assemblée nationale: Compte-rendu in extenso des séances, tome 28, Paris : Journal Officiel, 1874, page 666)
    • Établir un gouvernement, une administration.
    • Établir un tribunal dans une ville. — S’établir juge d’un différend.
  5. (Figuré) Faire adopter, en parlant des lois, des opinions, des doctrines et autres choses semblables et, auxquelles on commence à donner cours.
    • Établir de nouvelles opinions, de nouvelles maximes.
    • De nouveaux usages, de nouvelles doctrines s’établirent.
    • Ces locutions auront bien de la peine à s’établir dans l’usage, à s’établir.
    • C’est une coutume, une opinion établie, un principe établi.
    • On a établi que… il est établi que… : C’est une coutume reçue que…
  6. (Figuré) Prouver ; démontrer.
    • Enfin , si cet acte authentique ne fait pas foi du paiement tempestif des frais, j'offre subsidiairement d'en établir la preuve par témoins. — (Philippe Antoine Merlin, Répertoire universel et raisonné de jurisprudence, Bruxelles, H. Tarlier, 1827, vol.21, page 259)
    • Une étude plus large et plus scientifique des dialectes locaux établira que, par son origine et par ses caractères essentiels, le slovaque appartient au groupe yougoslave. — (Ernest Denis, La Question d'Autriche ; Les Slovaques, Paris, Delagrave, 1917, in-6, p.97)
    • D’autre part, les renseignements recueillis sur la ménagère établissaient qu’elle radotait assez souvent et n’était pas capable, pour peu qu’on insistât, d’affirmer deux fois les mêmes choses. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Fresnel meurt phtisique à trente-neuf ans en 1827, paraissant avoir établi sur des bases inébranlables la théorie ondulatoire de la lumière. — (Louis de Broglie; La Physique quantique restera-t-elle indéterministe ? Séance de l’Académie des Sciences, du 25 avril 1953)
  7. (En particulier) Dresser avec pièces à l’appui, en parlant d’un compte financier.
    • De par sa position, le chef de projet peut être amené à établir lui-même le chiffrage d'une prestation. En général, cette action fait suite à la remise d'une consultation sous la forme d'un cahier des charges. — (Olivier Englender, ‎Fouad Bouchaouir & ‎Yannick Dentinger, Gestion de projet : 50 outils pour agir, Vuibert, 2014, outil 6)
  8. (En particulier) Poser, en parlant des principes.
  9. (En particulier) (Droit) Exposer avec ses preuves, en parlant d’un fait.
    • Mais le chantage est un délit, Monsieur le juge. Il faut l’établir. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 240)
  10. (Pronominal) (En particulier) Fixer sa demeure, sa résidence en quelque lieu.
    • Par ailleurs, on sait que les juifs français qui s’établirent en Italie, à la suite des proscriptions du XIVe siècle, continuèrent d’écrire en français. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • C’est à partir de la Méditerranée que les Grecs entreprirent de coloniser la côte ouest de l’Asie Mineure, mille ans avant l’ère chrétienne, ou s’établir sur la côte de Cyrénaïque et le delta du Nil, en Sicile et en Italie du Sud (Grande-Grèce). — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.162)
  11. (Pronominal) (En particulier) Se marier ou prendre un état.
    • — Rose, dit-il, est-ce que tu n’as jamais songé à t’établir ? — (Guy de Maupassant , Histoire d’une fille de ferme, dans La maison Tellier, 1891, collection Le Livre de Poche, page 104.)
    • Tu es brave, hardi compagnon, adroit. Tu ne songes pas encore à t’établir, je veux dire à te marier, à te fixer dans une tenure ? — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 45)
  12. (Pronominal) (Figuré) Gagner la faveur, la confiance.
    • Se bien établir dans une ville, dans un milieu.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Établir : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉTABLIR. v. tr.
Asseoir et fixer une chose en quelque endroit, l'y rendre stable. Établir les fondements d'un édifice. Ce mur est bien établi sur le roc. Cette table n'a pas été bien établie sur ses pieds. Fig., Constantin établit le siège de l'empire à Constantinople. Un empire qui s'établit. Établir sa demeure, son domicile, sa résidence en un lieu. Établir des communications, des moyens de communication, de correspondance entre deux villes. Une correspondance régulière s'établit entre eux. Des relations se sont vite établies entre ces écoliers. Être bien établi à la cour, dans une maison, Y avoir beaucoup de crédit. Bien établir sa fortune, son crédit, Leur donner des bases solides. Établir sa réputation, La fonder, lui donner de la consistance. Sa réputation est trop bien établie pour que... Il signifie quelquefois simplement Installer. Établir un camp sous les murs d'une ville. Ce marchand avait établi sa boutique en tel endroit. Ils s'établirent dans le poste que l'ennemi venait de quitter. L'armée s'établit dans une bonne position. Cette colonie est allée s'établir en tel endroit. On dit aussi Établir une manufacture, une imprimerie, un collège, etc., Il s'est établi plusieurs fabriques dans le voisinage de cette ville. Établir une machine, La construire et la mettre en état de servir. On dit de même Établir un livre, un rapport, un budget. Il signifie particulièrement, au figuré, Mettre dans un état, dans un emploi avantageux, dans une condition stable. Ce père a bien établi tous ses enfants. Établir quelqu'un dans un emploi, dans l'exercice d'un emploi. Un homme établi. Établir une fille, La marier.

S'ÉTABLIR signifie particulièrement Fixer sa demeure, sa résidence en quelque lieu. Il est venu s'établir en France. Il s'est établi dans notre ville. Il s'est établi hôtelier, horloger dans tel quartier. Il signifie encore particulièrement Se marier ou prendre un état. Il songe à s'établir. Il signifie aussi figurément Gagner la faveur, la confiance. Se bien établir dans une ville, dans un milieu.

ÉTABLIR signifie également Instituer et s'applique alors tant aux Personnes qu'aux choses. Établir un gouvernement, une administration. Le gouvernement établi. Les lois établies. Établir un tribunal dans une ville. S'établir juge d'un différend. Il se dit encore figurément, en parlant des Lois, des opinions, des doctrines et autres choses semblables, dont on est l'auteur, ou que l'on fait adopter, auxquelles on commence à donner cours. Établir de nouvelles opinions, de nouvelles maximes. De nouveaux usages, de nouvelles doctrines s'établirent. Ces locutions auront bien de la peine à s'établir dans l'usage, à s'établir. C'est une coutume, une opinion établie, un principe établi. On a établi que... il est établi que..., C'est une coutume reçue que... Il signifie en outre, figurément, Prouver, démontrer. Il a établi sa proposition par des raisonnements sans réplique. Il a établi son droit sur des pièces authentiques. Établir un compte, Le dresser avec pièces à l'appui. Établir des principes, Poser des principes. Établir un fait, Exposer un fait avec ses preuves. On dit aussi Voilà un point bien établi.

Établir : définition du Littré (1872-1877)

ÉTABLIR (é-ta-blir) v. a.
  • 1Asseoir et fixer une chose en quelque endroit, l'y rendre stable. Établir les fondements d'un édifice.

    Fig. Établir sa réputation, sa renommée. Ô malheureuse fille, Sur qui j'établissais l'espoir de ma famille, Rotrou, Antig. IV, 2. Quelque temps devant la dernière désolation de Jérusalem, Solon, l'un des sept sages, donnait des lois aux Athéniens, et établissait la liberté sur la justice, Bossuet, Hist. I, 7. Achevons son repos pour établir le mien, Racine, Alex. III, 7. Hélas ! nous espérions… Que sur toute tribu, sur toute nation, L'un d'eux établirait sa domination, Racine, Athal. I, 1. Non, vous avez trop bien établi ma disgrâce, Racine, Brit. III, 5.

    Bien établir sa fortune, son crédit, les rendre assez solides pour qu'il ne soit pas facile d'y porter atteinte.

    Absolument. La violence abat, la douceur établit.

  • 2Installer, placer, mettre. On établit des boutiques sur le champ de foire. Établir un camp. Établir une machine, la construire et la mettre en état de fonctionner.

    Fonder. Établir une imprimerie, une fabrique.

    Pratiquer, disposer. Établir des étapes sur une route, une croisière devant un port, une correspondance entre deux villes, une communication entre deux points.

  • 3Mettre à demeure en un certain lieu. Les Phocéens établirent dans la Gaule une colonie qu'ils nommèrent Marseille. Psammétique, qui devait son salut aux Ioniens et aux Cariens, les établit dans l'Égypte, fermée jusqu'alors aux étrangers, Bossuet, Hist. I, 7.

    Mettre en un logement. Dans un an j'ouvrirai la porte condamnée, et je l'établirai dans son nouvel appartement, Genlis, Ad. et Théod. t. III, p. 202, dans POUGENS.

    Il se dit semblablement des choses. Établir sa demeure en un certain endroit. Constantin établit le siége de l'empire à Constantinople.

  • 4 En termes de guerre, poster d'une façon stable. Il établit son aile droite sur un bon terrain.
  • 5Instituer, pourvoir d'une fonction. Il établit des juges d'une probité reconnue. Établir un magistrat dans une charge.

    Être établi juge de certaines affaires, en être constitué juge.

    S'établir une espèce de juridiction, d'empire, etc. se faire une espèce de juridiction, d'empire.

    On le dit de même des choses. Établir un gouvernement, une administration, un péage. La loi qui établit cette nouvelle magistrature fut appelée la loi sacrée, et ce fut là que commencèrent les tribuns du peuple, Bossuet, Hist. I, 8. Les rois furent bannis [de Rome], et l'empire consulaire fut établi suivant les projets de Servius Tullius, Bossuet, ib. Servius Tullius, successeur de Tarquin, établit le cens ou le dénombrement des citoyens distribués en certaines classes, par où cette grande ville [Rome] se trouva réglée comme une famille particulière, Bossuet, I, 7.

  • 6Mettre dans un état, dans un emploi avantageux, dans une condition fixe. Il a bien établi tous ses enfants. Je n'en parle pas dans mon intérêt ; car, Dieu merci, j'ai déjà établi mes petites affaires, Molière, l'Amour médecin, III, 1. Il est vrai qu'il a établi sa famille, Sévigné, 116.

    Établir un jeune homme, lui procurer un établissement, une profession, un métier.

    Établir une fille, la marier.

  • 7Mettre en crédit, en faveur. Ses alliances l'établirent à la cour. Ce livre l'a bien établi dans l'opinion publique.
  • 8Il se dit en parlant des doctrines, des lois, des devoirs, etc. Établir la foi chez les infidèles. Établir l'ordre. Rome, toujours ennemie du christianisme, fit un dernier effort pour l'éteindre et acheva de l'établir, Bossuet, Hist. I, 10. Nous lui avons vu dire, du commun consentement de tout le parti, que la supériorité du pape était un grand bien pour l'Église, qu'il la faudrait établir si elle n'était pas établie, Bossuet, Var. XIII, § 6.

    On a établi que, c'est-à-dire c'est une coutume reçue que… On a sagement établi que ceux qui ont un commandement un peu étendu ne soient attachés à aucun corps de milice, Montesquieu, Esp. v, 16.

  • 9Démontrer. Établir une vérité, une proposition de géométrie. Établir des principes, les poser. Établir un fait, l'exposer avec ses preuves. La raison sur laquelle il établit sa pensée, Pascal, Prov. 4. Ils [les incrédules] n'ont rien ; ils n'entendent rien ; ils n'ont pas même de quoi établir le néant auquel ils espèrent après cette vie ; et ce misérable partage ne leur est pas assuré, Bossuet, Anne de Gonz. Moi-même du forfait j'établirai la preuve, Chénier M. J. Tib. III, 3.

    Établir l'état de la question, la question, bien faire comprendre de quoi il s'agit.

    Établir un compte, la balance d'un compte, faire un état de ce qui est dû.

  • 10 Terme de construction. Établir les bois, faire une marque sur les bois, à l'endroit où doit se donner le trait de scie, afin de guider l'ouvrier qui doit les débiter. On dit de même établir les pierres.

    Établir une armoire, une bibliothèque, la faire.

    En imprimerie, établir tant de feuilles sur un ouvrage.

  • 11 Terme de marine. Établir une voile, la déployer, l'orienter.

    Établir un navire, en disposer convenablement toutes les parties pour la marche ou pour la station.

  • 12S'établir, v. réfl. Fixer sa demeure en un lieu. Ils se sont établis en province. Une partie de ces peuples que Josué chassa de leur terre s'établirent en Afrique, Bossuet, Hist. II, 3. De quel droit les Français, portant partout leurs pas, Se sont-ils établis dans nos riches climats ? Voltaire, Tancr. I, 1.

    Fig. Établissez-vous dans la charité ; c'est le seul moyen de trouver la vérité, Massillon, Myst. Incarnat.

  • 13Prendre place à demeure pour un temps plus ou moins long. Il s'est établi dans mon cabinet. Il s'établit sans façon au coin du feu. Le roi vint s'établir auprès d'elle et lui prodigua les plus tendres soins, Cenlis, Mme de Maintenon, t. II, p. 225, dans POUGENS. Deux officiers s'étaient établis dans un des bâtiments du Kremlin ; de là leur vue pouvait embrasser le nord et l'ouest de la ville : vers minuit une clarté extraordinaire les réveilla, Ségur, Hist. de Napol. VIII, 6.
  • 14S'affermir. Et, sous un faux espoir de nous mieux établir, Ce renfort accepté pourrait nous affaiblir, Corneille, Sert. I, 2. Pendant qu'Asaraddon et les Assyriens s'établissaient si puissamment dans la grande Asie, les Mèdes commençaient aussi à se rendre considérables, Bossuet, Hist. I, 7.

    Prendre position. L'ennemi s'établit solidement sur la rive gauche du fleuve. Le soir, ils [les Russes] s'établissaient de bonne heure dans une bonne position, ne laissant sous les armes que les troupes absolument nécessaires pour la défendre, tandis que le reste se reposait et dormait, Ségur, Hist. de Napol. VII, 2.

  • 15Gagner faveur, confiance. C'est sa destinée de se perdre dans votre esprit, en croyant toujours s'y établir, Genlis, Théât. d'éduc. Méchant par air, IV, 1.
  • 16Se faire un état, une position. N'avoir pas de quoi s'établir convenablement dans le monde. Pour s'établir dans le monde, on fait tout ce qu'on peut pour y paraître établi, La Rochefoucauld, Max. 56.

    Se marier. Vous êtes trop jeune pour vous établir. Je cherche à me venger, vous, à vous établir, Corneille, Sert. V, 1.

  • 17S'instituer, se considérer comme. S'établir juge des actes d'autrui.
  • 18Être établi. Cette idée s'est établie sur toute la terre. Expression qui aura peine à s'établir. Puisque toutes ces choses s'établissent par la volonté des hommes et qu'elles sont le sujet ordinaire sur lequel ils exercent leur liberté, Bossuet, Libre arb. 3. Un compte s'établit entre les deux colonies, Raynal, Hist. phil. XIV, 30.

    Impersonnellement. Il s'établissait peu à peu parmi eux l'opinion que… Il s'établit dès ce jour entre eux la liaison la plus intime et en apparence la plus philosophique, Marmontel, Cont, moraux, Scrup.

  • 19 Terme de mer. S'établir, s'affourcher pour séjourner sur une rade.

HISTORIQUE

XIe s. Naimes li dux puis establist la quarte [la quatrième troupe], Ch. de Rol. CCXVII.

XIIe s. À bataille establie, Ronc. p. 28. Tele leis volt li reis en sun regne establir, Th. le mart. 57.

XIIIe s. Puis en fut la pais si et faite et establie, Berte, 11. À cest conseil [ils] se tiennent, ainsi fu establis, ib. LXXV. [Une chapelle] Que hermite jadis y orent establie, ib. CIX. Sunt en terre establi li juge Por estre deffense et refuge à cel cui li monde forfet, la Rose, 5483. Les cozes qui sont establies à Diu servir, si ne doivent en nule maniere estre mises hors de mains à cix [ceux] qui sont establi à fere le service nostre Segneur, Beaumanoir, XII, 47. Chi [ici] commence li quars capitres qui parole des procureurs et des establis pour autrui, Beaumanoir, XII, 75. Le roy et le conte d'Anjou, qui puis fu roy de Cecile, furent establiz à garder l'ost par devers Babiloine, Joinville, 222.

XIVe s. Le juge est comme droit animé et vivant et establi pour fais selon les lois et non pas selon son opinion, Oresme, Eth. 162.

XVIe s. Avoir un but estably, Montaigne, I, 32.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « établir »

Étymologie de établir - Littré

Provenç. establir, stablir ; espagn. establecer ; ital. stabilire ; du latin fictif stabilescere, de stabilire, de stabilis, stable (voy. ce mot).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de établir - Wiktionnaire

(Vers 1100) Du latin stabilire (« faire se tenir solidement, affermir »), de stabilis (« stable »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « établir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
établir etablir play_arrow

Conjugaison du verbe « établir »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe établir

Évolution historique de l’usage du mot « établir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « établir »

  • pour établir un lien virilprotéine de parole camarade et musclée Libération.fr, Lundi poésie : aujourd'hui, «pour établir un lien viril» - Culture / Next
  • L'Organisation mondiale de la santé (OMS), vivement critiquée pour sa réponse à de pandémie de Covid-19, a annoncé jeudi la création d'un panel indépendant d'experts afin d'établir "un évaluation honnête" de la gestion de la crise et permettre de "prévenir de telles tragédies dans le futur". , L'OMS pointe du doigt l'attitude de la communauté internationale: "Cela donne l'avantage au virus" - La Libre
  • Trois trailers, 203 kilomètres en pleine montagne sur la traversée Chamonix-Briançon, 12 500 mètres de dénivelé positif et un objectif : établir un record. Martin Kern, Grégoire Curmer et Baptiste Robin sont dans les starting-blocks avant le grand départ, samedi 4 juillet. France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, Trois trailers veulent établir un record sur la traversée Chamonix-Briançon
  • Cette opération permettra également d’inspecter les lignes et d’établir un diagnostic afin de programmer des interventions si nécessaire, afin d’améliorer la qualité d’acheminement de l’électricité pour les habitants. Ces derniers temps, les Morcenais ont pâti de nombreuses coupures d’électricité. SudOuest.fr, Landes : Enedis vérifie les lignes électriques en hélicoptère
  • C'est par la violence que l'on doit établir la liberté. De Jean-Paul Marat
  • Les moeurs et les manières sont des usages que les lois n'ont point établis, ou n'ont pu, ou n'ont pas voulu établir. De Montesquieu / De l'esprit des lois
  • Pour s'établir dans le monde on fait tout ce que l'on peut pour y paraître établi. De François de La Rochefoucauld

Traductions du mot « établir »

Langue Traduction
Corse stabilisce
Basque ezarri
Japonais 設立する
Russe установить
Portugais estabelecer
Arabe إنشاء
Chinois 建立
Allemand gründen
Italien stabilire
Espagnol establecer
Anglais establish
Source : Google Translate API

Synonymes de « établir »

Source : synonymes de établir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « établir »



mots du mois

Mots similaires