La langue française

Déloger

Sommaire

  • Définitions du mot déloger
  • Étymologie de « déloger »
  • Phonétique de « déloger »
  • Évolution historique de l’usage du mot « déloger »
  • Citations contenant le mot « déloger »
  • Traductions du mot « déloger »
  • Synonymes de « déloger »
  • Antonymes de « déloger »

Définitions du mot déloger

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉLOGER, verbe.

A.− Emploi intrans.
1. Quitter le logement que l'on occupe (pour s'installer ailleurs). Tout de suite il [J.-J. Rousseau] décida de déloger, et dès le 4 novembre trouva à Montmorency un logement (Guéhenno.Jean-Jacques,1950, p. 236).
2. P. ext. Sortir du lieu où l'on est installé.
a) [Le suj. désigne une pers.] Nous étions assis dans un creux; mais il fallut déloger; le vent froid coulait comme de l'eau, le long des pentes (Alain, Propos,1909, p. 50).
Spécialement
[En parlant de troupes] Il faut déloger demain avant le matin, reprit Valois... et courir sus aux Flamands pour les culbuter avant le soir (Druon, Poisons couronne,1956, p. 72).
Fam. Synon. de décamper.Donne-moi ta place, et déloge lestement (Dumas père, Mohicans,1854-55, I, 4, p. 38).
Déloger sans trompette, sans tambour ni trompette. S'enfuir discrètement, sans attirer l'attention.
b) P. métaph. [Le suj. désigne une manifestation de l'esprit humain] Adieu les caprices; (...) ils ont délogé, laissant la place à un esprit de constance et de recueillement (M. de Guérin, Corresp.,1838, p. 342):
1. ... pouvait-il se retenir de dire : « Où la vertu va-t-elle se nicher? » s'étonnant bien moins au fond de ce que cette vertu se nichait sous les haillons du pauvre, que de ce qu'elle n'avait point délogé de dessous la guenille humaine. Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 3, 1848, p. 210.
B.− Emploi trans. [Le compl. désigne une pers. ou un animal] Déloger qqn.Lui ôter son logement, le lui faire quitter. Ce n'est pas facile de déloger un renard de son terrier (A. France, Lys rouge,1894, p. 63):
2. ... si l'imprudent restaurait son appartement, le petit Molineux pensait nuit et jour à la manière de le déloger pour réoccuper l'appartement fraîchement décoré; il le guettait, l'attendait et entamait la série de ses mauvais procédés. Balzac, César Birotteau,1837, p. 109.
3. Nous gagnons le village afin de nous assurer d'un abri pour nos hommes. On va de case en case; on déloge quelques vieilles femmes qu'on dédommage. Gide, Le Retour du Tchad,1928, p. 916.
P. ext.
1. [Le compl. désigne une pers.] Chasser quelqu'un d'un lieu qu'il occupait. Une centaine d'hommes essayèrent de résister (...) quelques obus les délogèrent en un instant (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 1, 1823, p. 340).
a) P. métaph. La nature ne saurait où mettre le bien et la joie, si auparavant elle ne délogeait pas la douleur (P. Leroux, Humanité,t. 1, 1840, p. 73):
4. Toutes les positions que j'occupe depuis quarante-cinq ans et dont tu n'as pu me déloger, tomberaient une à une si je faisais une seule concession. Mauriac, Le Nœud de vipères,1932, p. 57.
b) Spécialement
Lang. milit. Déloger l'ennemi.Le forcer à abandonner ses positions. Pour (...) déloger l'ennemi du Chemin-Des-Dames, (...) la 10earmée avait reçu l'ordre de « préparer une action de son aile droite... » (Foch, Mém.,t. 2, 1929, p. 213).
[Avec une nuance de rivalité] Évincer quelqu'un (d'un poste...). Tous n'avaient qu'une idée fixe, déloger le camarade au-dessus de soi pour monter d'un échelon (Zola, Bonh. dames,1883, p. 542).
2. [Le compl. désigne une chose] JEUX. Déloger la boule, la bille, la dame (d'un adversaire). Lui faire quitter la place qu'elle occupait :
5. La jeune femme, devant la longue table recouverte d'un drap vert, lança son premier palet, qu'elle plaça près du but, figuré par un point blanc. Mais l'empereur, montrant plus d'adresse encore, le délogea et prit la place. Zola, Son Excellence E. Rougon,1876, p. 168.
Rem. On rencontre chez Du Bos (Journal, 1924, p. 184) l'adj. délogeable au sens de « qui peut être délogé ». Il y a dans la position du « fragmentiste » quelque chose de très fort, d'où il n'est guère délogeable.
Prononc. et Orth. : [delɔ ʒe], (je) déloge [delɔ:ʒ]. Prend e devant a et o dans la conjug. : délogeai(s), délogeons. Admis ds Ac. 1694 et 1718, s.v. desloger; ds Ac. 1740-1932 sous la forme mod. Étymol. et Hist. 1. 1180-85 intrans. « partir, quitter le lieu où l'on est logé, décamper » (Raoul de Cambrai, éd. P. Meyer et A. Longnon, 2095); 2. ca 1230 trans. « faire partir » (G. de Coinci, Mir. Vierge, éd. V. F. Kœnig, 1 Mir 32, 111). Dér. de loger*; préf. dé-*. Fréq. abs. littér. : 111.
DÉR.
Délogement, subst. masc.Action de déloger. Et cependant le château n'était pas achevé de meubler que le signal du délogement fut donné (Chateaubr., Mém.,t. 2, 1848, p. 57). [delɔ ʒmɑ ̃]. Ds Ac. 1694 et 1718 s.v. deslogement; ds Ac. 1740-1932 sous la forme mod. 1reattest. dernier quart xives. (J. Froissart, Chron., V, 232, 17 ds T.-L.); de déloger, suff. -(e)ment1*. Fréq. abs. littér. : 1.
BBG. − Gottsch. Redens. 1930, p. 319. − Piron (M.). Les Belgicismes lex. In : [Mél. Imbs (P.)]. Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1973, t. 11, no1, p. 299.

Wiktionnaire

Verbe

déloger \de.lɔ.ʒe\ intransitif ou transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Quitter un logement, un appartement.
    • Il fut obligé de déloger avant la fin de son bail.
  2. (Militaire) Quitter son stationnement en parlant de troupes logées par étape.
    • Le régiment a délogé au point du jour.
  3. (Familier) Être obligé de sortir d’un lieu, d’une place qu’on occupe.
    • Délogez de là au plus vite, c’est ma place.
    • La température n’était qu’un symptôme de votre maladie qui, elle, n’est pas près de déloger. — (Amélie Nothomb, Mercure, Albin Michel, Paris, 1998, p. 81)
  4. Faire sortir (quelqu’un) du logement, de l’appartement, de la place qu’il occupe.
    • Je ne veux pas vous déloger.
  5. (Par extension) (Militaire) Forcer à quitter un poste.
    • Quelques ordres fusèrent […]. Aboyés avec la rudesse gutturale d'un gosier poméranien, ils eurent pour effet immédiat de déloger un groupe de feldgraus agglutinés devant la flamme dansante d'un brasero. — (Jean Vautrin, Les Années faribole, Robert Laffont, 2012, p.14)
    • Les ennemis s’étaient postés, s’étaient retranchés en tel endroit, mais on les en a délogés à coups de canon.
  6. (Par analogie) (Jeu) Déplacer.
    • Et quand j’ai posé les doigts sur les barres de métal un contact tiède et mou, plus proche du plastique que du fer, m’a étonné plus encore : j’ai tâté, forcé un peu, et réalisé que ce morceau que je touchais, là, juste à mon niveau, mais aussi en levant la tête toute la structure du pied, et à coup sûr la tour entière, était en réalité en clipo, oui en clipo, en clipo gris foncé, en millions de morceaux identiques de clipo, de petite taille, ceux des jouets pour enfants, qu’il suffisait de décliper puis de recliper, alors j’ai déclipé, un morceau puis l’autre, puis bientôt dix, vingt, cinquante, trop peu encore pour déséquilibrer cette zone-ci du pied, ni même me faire voir par un gardien ou un touriste délateur, mais assez pour ressentir au bout des doigts le plaisir incomparable de décliper, de désimbriquer, de déloger, même geste cent fois répété comme on casse des crackers ou retire des boulons, et assez pour que mes doigts sachent, pour que mon corps entier sache que tous les monuments de ma ville étaient en clipo, mitraillés l’année durant par des armadas de touristes mais n’en attendant pas moins, placides comme l’est désormais la modernité révolue, que je vienne enfin les décliper, les déloger, les désimbriquer, l’un après l’autre jusqu’au dernier, et qu’on demande alors à tous les morpions des écoles élémentaires de la ville de consacrer l’année prochaine à reconstruire la ville clipo, tous ensemble, de préférence en un peu plus fantaisiste. — (François Cusset, Les jours et les jours, 2015)
    • Tous n’avaient qu’une idée fixe, déloger le camarade au-dessus de soi pour monter d’un échelon. — (Émile Zola, Au Bonheur des Dames, 1883)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉLOGER. v. intr.
Quitter un logement, un appartement. Il déloge à la fin du mois. Il fut obligé de déloger avant la fin de son bail. Il se dit pareillement de Troupes logées par étape. Le régiment a délogé au point du jour. Il signifie familièrement Être obligé de sortir d'un lieu, d'une place qu'on occupe. Délogez de là au plus vite, c'est ma place. Je vous ferai bien déloger de là. L'approche de l'orage les a fait déloger bien vite. Fig. et fam., Déloger sans trompette, sans tambour ni trompette, Se retirer secrètement, sans faire de bruit, soit pour ne pas payer ce qu'on doit, soit pour éviter un mal, un danger dont on est menacé. Il est aussi transitif; alors il signifie Faire sortir quelqu'un du logement, de l'appartement, de la place qu'il occupe. Je ne veux pas vous déloger. Je n'ai garde de vous déloger. On l'a délogé pour vous recevoir. Ils s'étaient placés sur les premiers bancs, mais on les en a délogés. Il signifie, par extension, en termes de Guerre, Forcer à quitter un poste. Les ennemis s'étaient postés, s'étaient retranchés en tel endroit, mais on les en a délogés à coups de canon. Par analogie, en termes de Jeu, Déloger une boule, une bille, La déplacer.

Littré (1872-1877)

DÉLOGER (dé-lo-jé. Le g prend un e devant a et o : je délogeais, délogeons) v. n.
  • 1Sortir d'un logement pour aller s'établir ailleurs. Ils délogent à chaque terme.
  • 2 Familièrement, sortir d'un lieu. La déesse Discorde ayant brouillé les dieux… On la fit déloger des cieux, La Fontaine, Fabl. VI, 20. Ainsi donc au plus tôt délogeant de ces lieux, Boileau, Sat. X. Mon père, si matin qui vous fait déloger [sortir de chez vous] ? Racine, Plaideurs, I, 4. Non, dit la voix, plus de fêtes ; Esprits, vite délogeons, Béranger, Lutins.

    Fig. Il se perd aussitôt et déloge du monde [il meurt], Malherbe, I, 4. … Elle sent chaque jour Déloger quelques ris, quelques jeux, puis l'amour, La Fontaine, Fabl. VII, 5. Il y a des païens qui croient qu'après la mort d'un homme son âme ne fait que déloger d'un corps à un autre, Hist. des Bramines, dans RICHELET. Il faut que tout déloge, pièce à pièce, jusqu'à ce qu'on retombe dans l'état où l'on était avant de naître, Voltaire, Lett. Mme du Deffant, 30 oct. 1777. Il se renferma seul dans une petite maison, où il attendit en philosophe que son âme délogeât de son corps pour passer dans un autre, Diderot, Opin. des anc. phil. (Sarrasins). Délogez à l'instant ! - Déloger ! ah fi ! que c'est mal parler ! Beaumarchais, Barb. de Sév. II, 12.

  • 3Partir, en parlant de troupes logées par étapes. Vieux en ce sens. Les troupes qui y étaient sont délogées, Sévigné, 194.

    Décamper. Ils délogèrent sans trompette.

    Fig. Déloger sans trompette, sans tambour ni trompette, se retirer secrètement, sans faire de bruit. Et les petits en même temps, Voletants, se culebutants, Délogèrent tous sans trompette, La Fontaine, Fabl. IV, 22. Holà ! madame la belette, Que l'on déloge sans trompette ; Ou je vais avertir tous les rats du pays, La Fontaine, Fabl. VII, 16. Veux-tu parler ? - Monsieur, il faut faire retraite. - Comment ? - Il faut d'ici déloger sans trompette, Molière, Mis. IV, 4.

    Faire Jacques déloge, s'en aller au plus vite et sans bruit. L'explication est : Jacques, déloge, ordre qui est donné à Jacques, nom propre pris d'une manière générale, et devant lequel on met le verbe faire.

  • 4 V. a. Ôter un logement à quelqu'un, lui faire quitter son appartement. Je n'ai pas dessein de vous déloger. On a bien délogé des gens de Sorbonne, mais cela ne me déloge pas de chez moi, Pascal, Prov. 17.
  • 5 Terme de guerre. Faire quitter un poste. On a délogé l'ennemi de cette place.
  • 6 Fig. et familièrement, faire sortir quelqu'un d'une position commode où il s'était mis. Aurait aussi attenté ladite Raison, par une entreprise inouïe, de déloger le feu de la plus haute région du ciel, et prétendu qu'il n'avait là aucun domicile, nonobstant les certificats du dit philosophe [Aristote] et les visites et descentes faites par lui sur les lieux, Boileau, Arrêt burlesque. La veille de son arrivée, on me délogea de la chambre de faveur que j'occupais, contiguë à celle de Mme d'Épinay ; on la prépara pour M. Grimm, Rousseau, Confess. IX. Pourquoi entre-t-il [le serpent, le démon] tous les jours dans le corps des gens par sa seule vertu, et tant de gens sages prétendent-ils l'en déloger par des paroles ? Voltaire, Taureau blanc, 5.

REMARQUE

Déloger, v. n. se construit avec l'auxiliaire avoir, quand on veut exprimer l'action, et avec l'auxiliaire être, quand on veut exprimer l'état : il a délogé aujourd'hui ; il est délogé depuis huit jours.

HISTORIQUE

XIIe s. Quant li baron prisent [prirent] à desloigier, Vers Origni prisent adès loigier, Raoul de C. 82.

XIIIe s. Si se delogea maintenant li os [l'armée], et vint herbregier en la ville dedens, Villehardouin, XLIX. Ains ardi ses engins et se deslogea, et ensi se parti del Dimot, Villehardouin, CLXI.

XIVe s. Au chastel de Moncel fu Pietre le tirant, Qui par moult grant malice s'ala laiens celant ; Quant il vit que Henri n'ala point deslogeant…, Guesclin. 16535.

XVe s. Ces barons de Northombrelande passerent la nuit au mieux qu'ils purent, et à lendemain se deslogerent, Froissart, II, II, 19. Voyant qu'il n'estoit pas assez fort, il deslogeoit tousjours devant eulx, Commines, I, 3.

XVIe s. Elle envoya querir son frere pour l'emmener en son pays. et se delogea incontinent d'avecques sa sœur, Marguerite de Navarre, Nouv. XLII. Ceux qui en furent deslogez à force par nostre armée, Montaigne, I, 26. Rien ne me peut desloger de la certitude que j'ay de…, Montaigne, I, 214. Il luy feit present, au desloger, d'un livre qui…, Montaigne, II, 136. Cela estant ainsi advenu, Perseus se deslogea à grand haste du lieu où il estoit, et se retira arriere tout effrayé, Amyot, P. Aem. 27. Avant qu'il fust notoirement descouvert pour traistre, il deslogea de bonne heure, Amyot, Crassus, 43. M. le Prince deslogea le lendemain, Lanoue, 591. M. le Prince, estant deslogé, dressa sa teste vers …, Lanoue, 591. Il faisoit aussi estat de les desloger d'où ils estoyent, Lanoue, 618. De là est venu le proverbe, desloger sans trompette, qui s'approprie communement à ceux qui, tremblants de peur, se derobent de quelque lieu sans faire bruit, Carloix, I, 7.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

DÉLOGER, v. act. (Art milit.) c’est un terme qui étoit autrefois en usage parmi les militaires, pour dire décamper : M. de Turenne s’en sert dans plusieurs endroits de ses mémoires. Voyez Decamper. (Q)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « déloger »

 Dérivé de loger avec le préfixe dé-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dé… préfixe, et loger.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « déloger »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
déloger delɔʒe

Évolution historique de l’usage du mot « déloger »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « déloger »

  • Ce lundi matin vers 9h30, la police de Liège est intervenue en nombre avec des chiens pour déloger une douzaine de jeunes qui y étaient présents. sudinfo.be, La police liégeoise déloge des squatteurs à Bressoux: deux personnes ont été arrêtées
  • Plus de 30 policiers d’Amiens ont été mobilisés pour déloger des gens du voyage d’un terrain de Boves, ils ont alors filé à Longueau suivi par les policiers. Courrier picard, Opération de police pour déloger les gens du voyage
  • Partager la publication "Libye: les autorités officielles veulent déloger les « mercenaires » des « sources d’énergie, champs, ports pétroliers et sources d’eau »" Energies Media, Libye: les autorités officielles veulent déloger les "mercenaires" des "sources d'énergie, champs, ports pétroliers et sources d'eau"

Traductions du mot « déloger »

Langue Traduction
Anglais dislodge
Espagnol desalojar
Italien sloggiare
Allemand entfernen
Chinois 驱逐
Arabe طرد
Portugais desalojar
Russe вытеснять
Japonais 取り除く
Basque dislodge
Corse disligna
Source : Google Translate API

Synonymes de « déloger »

Source : synonymes de déloger sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « déloger »

Partager