Placer : définition de placer


Placer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PLACER1, verbe trans.

A. − [Corresp. à place I A]
1.
a) Qqn place qqn (une pers. ou p.anal. un animal) + compl. circ. de lieu.Mettre ou conduire à un endroit déterminé, à une place assignée. Synon. caser (fam.), installer.Placer les invités à table, autour d'une table; placer qqn au cinéma, au théâtre; placer qqn à côté de qqn, auprès de qqn, devant, derrière qqn/qqc., en face de qqn. Après avoir été lui-même (...) placer la vieille meute à l'entrée de la forêt, il était revenu aux écuries faire seller les chevaux (Jouy,Hermite, t.4, 1813, p.171).Derrière les convives, Julien et François servaient, aidés de Zoé (...). Elle avait placé Muffat à sa droite et Vandeuvres à sa gauche (Zola,Nana, 1880, p.1365).
Loc. verb. fig. Placer qqn sur le trône*.
Empl. pronom. réfl. Synon. s'installer, prendre place*.Il se place au milieu des fillettes et lit son invocation (Giraudoux,Intermezzo, 1933, iii, 1, p.160).
[Avec un compl. circ. indiquant une situation pour exercer une fonction déterminée] Disposer d'une certaine façon. Être placé en faction, en sentinelle (quelque part):
1. Quand un de ses fils atteignait l'âge de deux ans, il avait coutume de placer le petit bonhomme à cheval sur le dos d'un coursier de son écurie... Cendrars,Bourlinguer, 1948, p.218.
Empl. pronom. réfl. Le vieux vit arriver sur lui les quatre miliciens musclés. (...) il ne savait pas (...) comment se placer pour recevoir avec le moins de douleur possible cette tournée de justice (Céline,Voyage, 1932, p.193).Abs., SPORTS. L'avant-centre (...) doit constamment être attentionné au jeu, et se placer pour attaquer favorablement les balles centrées par les ailiers (J. Mercier,Football, 1966, p.60)
b) Qqn place qqc. (le plus souvent une chose concr. ou une partie du corps) + compl. circ. de lieu.Mettre à une place déterminée; disposer d'une certaine façon. Synon. disposer; caser (fam.), ficher (fam.), flanquer (fam.), foutre (vulg.).Placer un fauteuil près de la fenêtre, les mains devant les yeux, qqc. devant, derrière, sous, sur qqc., devant qqn, sous les yeux de qqn. Dans le milieu de la nef sont placés les tombeaux de don Juan II et de la reine Isabelle (Gautier,Tra los montes, 1843, p.54):
2. ... deux étages que je devrai descendre et monter sans cesse, attendu que madame, qui se tient dans un petit salon près de la salle à manger, a eu l'ingénieuse idée de placer la lingerie, où je dois travailler, sous les combles... Mirbeau,Journal femme ch., 1900, p.23.
Placer en, sur orbite*.
Placer un nom sur un visage. Synon. de mettre* un nom sur un visage.Ceux qui liront ces souvenirs sauront bien sur quel visage sérieux ils doivent placer son nom de guerre donné par les soldats (Vigny,Serv. et grand. milit., 1835, p.133).
[Avec un compl. de manière] Mettre (quelque part) dans une certaine position ou selon une certaine disposition. Synon. poser.Le photographe (...) condamna la vieille porte en y plaçant une autre planche en travers (Cendrars,Bourlinguer, 1948, p.133).
2. Spécialement
a) MUS. VOC. Placer la/sa voix. [Dans le chant] Poser sa voix dans le registre le plus naturel de sa tessiture, ou l'ajuster dans le timbre le plus plein. MmeBaudoin leur avait appris à chanter. Elle avait une manière personnelle (...) d'incliner la tête, d'ouvrir la bouche, de former les sons, de placer la voix, de reprendre le souffle (Duhamel,Suzanne, 1941, p.122).
[Dans la parole] Je la regarde piétiner dans sa loge, navrée de constater que Jadin marche en poule, comme tout le monde, ventre rentré et jabot sorti, qu'elle place sa voix en parlant et qu'elle n'a pas encore dit «Mange!» depuis que nous sommes arrivés (Colette,Vagab., 1910, p.125).
b) SPORTS, JEUX (de plein air, comportant une balle, un ballon, notamment au tennis, à la pelote basque, au football)
Placer la/sa balle. Envoyer, lancer la balle avec adresse à l'endroit visé (et hors de portée de l'adversaire).
BALIST., CHASSE. Ajuster son tir. Bientôt il devint si adroit, que Teresa (...) s'amusa à voir son jeune compagnon placer la balle de son fusil où il voulait la mettre, avec autant de justesse que s'il l'eût poussée avec la main (Dumas père, Monte-Cristo, t.1, 1846, p.436).
Au fig. V. balle1I A 1.
Placer un/son coup (escr. et boxe). Frapper au bon endroit, ajuster (d'apr. Petiot 1982). Il se relève assez frais et termine le round en plaçant quelques gauches (Écho Sport, 10 févr. 1941).
Placer sa pointe de vitesse. Produire un effort au bon moment dans une compétition (d'apr. Petiot 1982).
c) ÉQUIT. Placer un cheval. ,,Placer un cheval, pour le présenter ou l'examiner, consiste à le laisser reposer également sur ses membres, l'encolure et la tête libre (...) l'ensemble ayant une attitude naturelle`` (Tondra Cheval 1979).
Empl. subst. masc. Le placer, très proche du ramener (...) résulte du relèvement de l'encolure, obtenu par des vibrations subtiles sur la rêne du filet (...). Le placer correct demande beaucoup de tact et d'expérience (TondraCheval1979).
3. Qqn place qqc. + compl. circ. de lieu ou de temps.Situer, localiser (réellement ou en esprit)
a) [Dans l'espace] Savoir placer une localité sur une carte, une rue sur un plan. Le journal place la montagne et le cap [d'une île] par 57 degrés 2 minutes de latitude (Voy. La Pérouse, t.1, 1797, p.131).J'ai envie de placer mon prochain roman à Guérande, que Balzac a déjà choisi pour sa Béatrix (Zola,Corresp., t.2, 1876, p.452).
b) [Dans le temps] Tieck (...) l'auteur d'un roman, Sternbald, (...) place son héros dans le beau siècle des arts (Staël,Allemagne, t.3, 1810, p.267).L'âge d'or que nous entrevoyons à l'horizon de l'avenir, ils [les Grecs] le plaçaient loin derrière eux dans le recul des temps (Rodin,Art, 1911, p.280).
Empl. pronom. passif. Synon. se situer.Ainsi, un jour (qui se place d'ailleurs après cette première période) où le baron revenait avec Charlie et moi d'un déjeuner chez les Verdurin (Proust,Sodome, 1922, p.1063).
4. Qqn place qqc. (un mot, un discours, etc.) + dans qqc. (discours oral ou écrit, conversation, récit).Introduire. Synon. caser (fam.), loger.Placer un dialogue dans un récit, un jeu de mots dans une conversation. [En revenant de l'Escurial] À propos de voleurs, plaçons ici une histoire dont nous avons bien failli être les héros (Gautier,Tra los montes, 1843, p.134).Le petit Barfleur savait qu'un homme du monde doit toujours placer dans toute conversation, et sur n'importe quel sujet, un mot quelconque (Gyp,Mariage Chiffon, 1894, p.53).
[Sans compl. circ.] Introduire (dans la conversation). Le banquet était achevé. On avait desservi (...). Chacun fumait (...) Justinien, qui voulait placer un discours, la fit presque aussitôt refermer [la fenêtre] «pour l'acoustique» (Gide,Faux-monn., 1925, p.1166).
(Ne pas pouvoir) placer un mot, une parole, une phrase, une syllabe (fam.), (ne pas pouvoir) en placer une (pop.). Intervenir dans la conversation. Synon. mettre son grain* de sel (dans la conversation) (fam.).L'aigre manière de Vitet qui ne me laisse jamais placer une syllabe sans lancer quelque mordant «je ne suis pas du tout de ton avis» (Duhamel,Confess. min., 1920, p.183).
B. − [Corresp. à place I B]
1.
a) Qqn place qqn/qqc. + compl. circ.Mettre dans un rang déterminé, dans une série ordonnée, dans un ensemble. Placer dans une catégorie; placer qqn très haut dans son estime (v. haut1II F); placer qqn sous l'autorité, la dépendance, la protection, les ordres de qqn. L'usufruitier est placé sous la surveillance de la société, soumis à la condition du travail et à la loi de l'égalité (Proudhon,Propriété, 1840, p.189):
3. ... j'organisai (...) la 6earmée que je plaçai aux ordres du général Maunoury disposant de l'état-major de l'armée de Lorraine. Joffre,Mém., t.1, 1931, p.320.
Placer qqn devant qqc. (subst. abstr.).Mettre en face d'une certaine réalité, d'une certaine situation. Être mis, placé devant le fait accompli (v. fait B 1 a), devant un dilemme.
[Plus rare, le suj. désigne un subst. abstr.] L'art est comme intermédiaire entre la science et la matière, ont dit les saints-simoniens, et cette vérité (...) place les artisans dans une position plus intéressante que celle où le monde antique les reléguait (Gobineau,Corresp.[avec Tocqueville], 1843, p.53).Ce tact parfait d'homme du monde qui sait se trouver à l'aise en quelque situation que le hasard le place (Miomandre,Écrit sur eau, 1908, p.243).
b) Empl. pronom. réfl. Se placer à un certain point de vue; se placer sur le terrain de qqn/qqc. (au fig.), dans une situation favorable, sous la protection de qqn. Il y avait dans les avances du diplomate un effet de ce point de vue tout individuel où chacun se place pour décider de ses sympathies (Proust,J. filles en fleurs, 1918, p.436).
2. [Corresp. à place «emploi»] Procurer un emploi, un poste (souvent modeste, notamment dans le monde du service tertiaire, employés, gens de maison). Synon. caser (fam.), établir, mettre.Placer qqn chez qqn, comme domestique, en apprentissage. Il m'avait même promis de me placer dans sa marine, si nos affaires de France tournaient mal (Las Cases,Mémor. Ste-Hélène, t.1, 1823, p.316).
Absol. [Sans compl. précisant la condition ou la profession] Il commença petit pâtre. Chez lui le pain était cher: on le plaça de bonne heure. En revenant du pacage ou avant d'y aller, il portait la pâtée aux cochons, coupait les herbes pour la volaille, retournait les litières (Pesquidoux,Livre raison, 1928, p.89).
Empl. pronom. réfl. + attribut de l'obj. avec ou sans comme, vieilli. Entrer au service de quelqu'un. Synon. pop. se mettre en condition (v. mettre 2esection III A 2 b).Se placer comme concierge, comme domestique, chez/auprès de qqn. Elle se désolait, les mains inertes s'irritait contre son éducation imbécile de demoiselle, qui lui laissait la seule ressource de se placer un jour domestique (Zola,L'OEuvre, 1886, p.271).
Absol. [Sans compl. précisant la condition ou la profession] Elle avait quitté l'Alsace pour venir se placer à Paris, chez un pasteur (Dabit,Hôtel Nord, 1929, p.176).Yvonne n'était pas du pays. Une fille de Douarnenez qui avait fui l'industrie des sardines à dix-huit ans pour se placer. (...) Elle avait travaillé dans un restaurant à Orléans, elle avait été fille de cuisine dans une grande ferme beauceronne (Aragon,Beaux quart., 1936, p.294).
3. Qqn place qqn + compl. de lieu désignant une famille ou une institution.
a) Mettre (quelqu'un) pensionnaire, confier à la garde de. Synon. mettre.Placer un enfant en nourrice, en internat, dans une famille. [Beethoven] plaça le jeune Karl à l'institution (Prod'homme,Symph. Beethoven, 1921, p.383):
4. M. Bellaguet s'était offert plusieurs fois à la placer dans une maison de vieillards, mais elle s'y était refusée avec tant de force qu'il avait dû y renoncer. A. France,Pt Pierre, 1918, p.139.
b) Spéc. [Corresp. à placement B 2 b]
PSYCHOPÉDAG. MÉDICO-SOC. Effectuer un placement d'enfant. Placer un jeune en internat (spécialisé). Lorsqu'un enfant n'a plus de famille ou ne peut plus y vivre, il ne peut être placé qu'en internat ou dans une famille (Bleand.1976).
MÉD., PSYCH. Effectuer le placement d'un malade dans un établissement psychiatrique.
4. Qqn place qqn/qqc. + compl. circ.
a) Qqn place qqc. (subst. abstr.) + dans, sur, parmi + subst. abstr.Faire consister en, situer, mettre en esprit. Montesquieu plaçait la destruction du stoïcisme au nombre des malheurs du genre humain (P. Leroux,Humanité, 1840, p.69).
b) Placer son/sa/ses + subst. abstr. (d'ordre affectif) + dans/en qqn.Accorder. Synon. fonder, mettre.Placer sa confiance, ses espoirs en qqn. Une nièce de Madame Rechteren (...) qu'elle appelait sa fille, et sur laquelle elle avait placé toutes ses affections (Karr,Sous tilleuls, 1832, p.202).
Vx. Bien, mal placer son affection, ses amitiés, ses aumônes, ses charités, sa confiance. Accorder. Il y a des entrepreneurs de charité qui nous évitent le souci de bien placer les offrandes que l'on adresse aux malheureux du monde entier, qu'on soulage ainsi sans les connaître (Delacroix,Journal, 1854, p.208).
c) Qqn place qqn + prép. de lieu.Situer, estimer. Synon. mettre.Placer qqn au-dessus de tout, au premier rang, parmi les plus grands. Parmi les auteurs qui sont restés fidèles à l'imitation des anciens il faut placer Collin au premier rang (Staël,Allemagne, t.3, 1810, p.179).[Sébastien del Piombo] (...) son talent de coloriste le place parmi les grands maîtres de l'école vénitienne (Ménard,Hist. Beaux-Arts, 1882, p.132).
5. [Corresp. à la loc. verb. faire la place] Qqn place qqc. (désignant une marchandise, un stock).Vendre, écouler, réussir à faire acheter ou à faire adopter quelque chose. Placer des billets de loterie, de tombola, des livres, du vin. En apprenant que j'étais secrétaire d'un marquis, il a voulu que je place quelques tonneaux de cidre chez lui (A. Daudet,Pt Chose, 1868, p.120):
5. Pluchart, désolé des méfiances que l'Internationale rencontrait chez les mineurs de Montsou, espérait les voir adhérer en masse, si un conflit les obligeait à lutter contre la compagnie. Malgré ses efforts, Étienne n'avait pu placer une seule carte de membre... Zola,Germinal, 1885, p.1285.
6. Qqn place qqc. (désignant de l'argent, un capital + compl. circ. de lieu (désignant une pers. ou un organisme financier)).Employer, déposer afin de faire fructifier, d'en augmenter la valeur ou d'en tirer des bénéfices. Synon. investir (v. investir3).Placer son argent, sa fortune à la banque, dans une caisse d'épargne, chez un notaire, à l'étranger, à intérêt, à fonds* perdu, en viager, en gage; placer un capital dans une entreprise. Beethoven chercha à placer ses épargnes. Il songea d'abord à l'achat d'une maison (Rolland,Beethoven, t.1, 1937, p.40):
6. Crevel, pour consoler l'amie de sa Valérie, en prit les économies, les doubla largement, et plaça ce capital en cinq pour cent, en lui donnant l'usufruit et mettant la propriété au nom de Célestine. Balzac,Cous. Bette, 1846, p.316.
Absol. J'ai dans l'idée, dit Zélie, que depuis trois ans il ne plaçait plus, il aimait à thésauriser (Balzac,U. Mirouët, 1841, p.177).
REM.
Plaçoter, verbe trans.,rare. Placer sou par sou et à faible taux une modeste somme d'argent. Concert général d'éloges donnés à ce mort, pour avoir tenu le pain sous la clef, pour avoir plaçoté ses économies, mis sou sur sou (Balzac,Ptes mis., 1846, p.118).
Prononc. et Orth.: [plase], (il) place [plas]. Homon. forme conjuguée (ils) placèrent et placer2. Att. ds Ac. dep. 1694. Conjug. : prend une cédille devant a et o: plaçant, plaçons. Étymol. et Hist. 1. a) 1564 «mettre quelque chose ou quelqu'un en un certain endroit déterminé, disposer» (Thierry: se placer en un lieu convenable, id. est, se mettre, et y prendre sa place. Son contraire est desplacer); 1718 emploi abs. (Ac.: On dit qu'Un Officier place, pour dire, qu'Il donne des places, etc.); spéc. b) av. 1662 jeu de paume placer la balle (Pascal, Pensées, éd. L. Lafuma, OEuvres, Seuil, 1972, 696-22, p.592); 1694 id. placer son coup (Ac.); 1718 escr. placer son coup (Ac.); c) 1671 «situer, faire au moment choisi» (MmeDe Sévigné, Lettres, éd. Grands Écrivains de la France, t.2, p.178); 1690 mot, passage bien placé «dits ou cités fort à propos» (Fur.); 1763 placé «pertinent» (Cazotte, Ollivier, p.33); 1784 plaisanteries placées ou déplacées (Diderot, Jacques le Fataliste, p.698); d) 1696 ne pas trouver où placer un mot (La Bruyère, Les Caractères ou les moeurs de ce siècle, VII, éd. Grands Écrivains de la France, OEuvres, t.2, p.189); e) 1835 placer un cheval «le maintenir en équilibre ou le mettre dans une certaine position pour le faire voir» (Ac.); f) 1910 placer sa voix (Colette, loc. cit.); g) 1931 danse bien placé (Meunier, Danse class., p.136); 2. 1582 «faire entrer dans une famille, notamment par le mariage» (Garnier, Bradamante, 1916, éd. W. Foerster, Tragédies, IV, 751 ds IGLF); 1928 placé «marié, en ménage ou en concubinage» (Lacassagne, Arg. «milieu», p.160); 3. 1629-30 «donner, accorder» (Corneille, Mélite, III, 3, éd. M. Roques et M. Lièvre, vers 931: ô faveurs indignement placées); 4. 1665 «assigner une place de choix, un rang, à quelque chose ou quelqu'un» (Racine, Alexandre, III, 2, éd. R. Picard, OEuvres, La Pléiade, I, p.206); cf. aussi 1652 coeur (bien, mal) placé (Rotrou, Don Lope de Cardone, I, 4, OEuvres, 1820, t.5, p.507 ds IGLF); 1833 (personne) bas placée (dans un rang social) (Hugo, L. Borgia, II, 2, p.83); 1835 (ici, âme) haut placée (Stendhal, L. Leuwen, t.1, p.296); 1867 cheval placé (Paz, Dict. des courses ds Petiot); 5. a) 1676 «mettre en pension hors du milieu familial (un enfant)» (Mmede Sévigné, Lettre à Mmede Grignan, 17 mai, II, 96, éd. Gérard-Gailly ds Quem. DDL t.13); b) 1690 «pourvoir d'un poste, d'un emploi» (Fur.: On dit [...] qu'un garçon est bien placé, quand il a quelque bon employ, ou quelque charge. Ce domestique est placé en une bonne maison); 6. 1680 «investir (de l'argent)» (Rich. t.2); 7. 1719 «situer dans l'espace ou dans le temps» (Vertot, Hist. révol. Rom., t.2, p.191); 8. 1727 «faire résider dans, assimiler à» (Ramsay, Voyages Cyrus, t.1, p.33); 9. 1755 «vendre, écouler» (Montesquieu, Esprit des lois, t.3, p.56); 10. 1868 pronom. turf «prendre une bonne position dans le peloton» (Le Sport, 11 mars ds Petiot). Dér. de place*; dés. -er. Dans le lang. des courses (10) empr. à l'angl. to place, att. en ce sens dep. 1831 (NED). Fréq. abs. littér.: 5972. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 11480, b) 8168; xxes.: a) 7031, b) 6993.
DÉR. 1.
Plaçage, subst. masc.,admin. Assignation, moyennant une taxe, des places des forains, marchands dans une foire, un marché; p.méton. cette taxe (synon. usuel droit de place). Halles et marchés. De même que pour les droits de plaçage et de mesurage, les droits perçus sur les halles et marchés doivent être autorisés par le préfet (Baradat,Organ. préfect., 1907, p.215). [plasa:ʒ]. 1resattest. a) α) 1315-55 plassages «droits sur les emplacements de marchés et foires» (Revenus perçus par les dauphins du Viennois, Arch. mun. Bourg. ds Gdf.), 1325 plazezage (Arch. JJ 65, pièce 278, ibid.), β) 1600 plaçage «emplacement attribué à un marchand» (Ord. du prév. de Paris, 22 sept., Code de la Voyerie, II, ibid.); γ) 1819 (Boiste: plaçage, s. m. distribution des places d'un marché, d'une foire, t.de police), b) 1832 (Raymond: Plaçage, s. m. Distribution des places dans [...] un spectacle, etc.); de placer1, suff. -age*.
2.
Plaçure, subst. fém.a) Reliure. ,,Ensemble des opérations précédant la couture d'un livre: débrochage des cahiers, réparation, placement des couvertures, des hors-textes, des gardes, mise en presse, ébarbage, collationnement`` (Comte-Pern. 1974). La reliure de volumes énormes et sans marges (...), d'ouvrages sur feuilles volantes gonflés de dépliants mobiles en carton (...) pose des problèmes de plaçure, de montage (Civilis. écr., 1939, p.12-4).b) Brochure. ,,Préparation des différentes feuilles d'un livre (y compris le pliage), en vue de la couture`` (Comte-Pern. 1974). Plaçure (...). Action de disposer dans leur ordre rigoureusement exact les planches et feuilles d'un ouvrage avant de le coudre (Maire,Manuel biblioth., 1896, p.138). [plasɥ:ʀ]. 1reattest. 1896 id.; de placer1, suff. -ure*.
BBG.Quem. DDL t.13.

PLACER2, subst. masc.

MINÉR. Gisement secondaire de roches sédimentaires, le plus souvent d'origine alluvionnaire, produisant des métaux et des minéraux lourds, notamment de l'or et des pierres précieuses. Placers de Californie, d'Australie. Au mont Alexandre, l'or se recueille plus spécialement dans les couches argileuses et dans l'interstice des roches ardoisiennes. (...) là, le mineur heureux a souvent mis la main sur le gros lot des placers (Verne, Enf. cap. Grant, t.2, 1868, p.151).M. Hamoche était allé (...) à la conquête de l'or. Il avait fait le rêve de ces placers à fleur de terre (A. France, P. Nozière, 1899, p.21).
Prononc. et Orth.: [plasε:ʀ]. Homon. placèrent (de placer1). Att. ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. 1846 sing. placer, plur. placeres (G. Ferry, Les Gambusinos ds R. des Deux Mondes, 15 août, p.650 et 651); 1849 (A. Lireux, Assemblée nationale comique, p.561-2 ds Quem. DDL t.12). Empr., soit directement soit par l'intermédiaire de l'anglo-amér. (1842,DAE, Americanisms), à l'esp.placer, placel «banc de sable, bas-fond», lui-même empr. au cat. placer «plaine sous-marine, lieu de peu de profondeur au fond de la mer», dér. de plaça corresp. à l'esp. plaza «place, arènes» et de même orig. que place*; de tels lieux sont réputés poissonneux en Méditerranée, d'où l'expr. placer de perlas pour désigner un endroit riche en huîtres perlières en Californie et l'ext. en esp. sud-amér. et en anglo-amér. de l'usage du mot placer aux gisements aurifères (Cor.-Pasc.). Fréq. abs. littér.: 11.

Placer : définition du Wiktionnaire

Verbe

placer \pla.se\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se placer)

  1. Situer ; mettre dans un lieu.
    • Le liquide qui s’écoule est recueilli dans des tonneaux, qu’on place dans les celliers où doit s’opérer la fermentation. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 138)
    • Deux autres aides […] enlevèrent rapidement la camisole de Troppmann, lui placèrent les mains derrière le dos, les lièrent en croix et lui couvrirent le corps de courroies. — (Ivan Tourgueniev, L’Exécution de Troppmann, avril 1870, traduction française d’Isaac Pavlovsky, publiée dans ses Souvenirs sur Tourguéneff, Savine, 1887)
    • Au lit, ils enlevaient leurs lunettes d’abord et leurs râteliers ensuite dans un verre et plaçaient le tout en évidence. — (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Voyage au bout de la nuit, Denoël et Steele, Paris, 1932, éd. 1942, p. 155)
    • Le boiteux empoigna sa valise par terre, la plaça sur une chaise et souleva le couvercle. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Un camion de transport, un grumier, chargé de billes de sapins et dérobé par l'auteur du larcin, avait été placé sur la place, devant le monument pour masquer ce dernier. — (Pierre Pellegrini, Monumental, Librinova, 2017)
    • (Figuré)
    • Les circonstances l’ont placé dans les situations les plus heureuses, les plus difficiles.
    • Il s’est placé par ses exploits au rang des plus fameux héros.
  2. Positionner dans une série.
    • Son génie l’a placé au premier rang des écrivains de son siècle.
    • La croissance économique de la Mongolie en 2008 est estimée à 8,9 %, ce qui place ce pays au 12e rang mondial selon ce critère.
  3. (Absolument) Indiquer les places, dans une cérémonie, dans une assemblée, en parlant de celui qui est chargé de les donner.
    • Il fut chargé de placer.
  4. (Commerce) Vendre pour le compte d’autrui.
    • Ils plaçaient aussi des phonographes à bon marché et tiraient quelques profits de la vente des boîtes à musique. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 44 de l’éd. de 1921)
  5. (Sport) Lancer de manière qu’elle aille tomber où le joueur le veut, en parlant d’une balle.
    • Il place bien la balle.
    • On dit dans le même sens
    • Il place bien son coup.
    • Un coup bien placé.
    • On dit aussi, en termes d’escrime,
    • Placer bien son coup.
  6. (Équitation) Apprendre les bonnes positions.
    • Placer un homme à cheval : Lui enseigner les premiers principes de l’équitation.
    • Placer un cheval : Le mettre bien en main, de façon qu’il exécute avec aisance tous les mouvements que lui commande le cavalier.
  7. Trouver le moyen d’exprimer.
    • Personne n’arrivait à placer un mot ni à proférer une consolation, toute la ville avait avalé sa langue dépassée par le triste sort du jeune homme. — (Lidya Kastoryano, Quand l'innocence avait un sens: Chronique d'une famille juive d'Istanbul d'entre les deux-guerres, Éditions Isis (Collection Les cahiers du Bosphore, n°9), 1993, p. 143)
    • Placer un propos, un mot, etc. : Le dire en un certain moment, en une certaine occasion et pour un certain effet.
    • Il place à tort et à travers ses anecdotes.
  8. Attribuer avec discernement.
    • Placer bien ses charités, ses aumônes : Faire ses charités, ses aumônes avec discernement.
    • Placer bien son affection, son amitié, sa confiance : Donner son affection, son amitié, sa confiance à des personnes qui en sont dignes.
  9. Investir.
    • Placer de l’argent : Le prêter à intérêt, lui faire rapporter un intérêt, l’employer d’une façon qui permette d’en tirer profit.
    • Il a beaucoup d’argent et il ne trouve pas où le placer.
    • Placer des marchandises : Se dit du fait de servir d’intermédiaire entre les producteurs ou fabricants et les marchands au détail ou les acheteurs.
  10. Trouver une situation à une personne, procurer un emploi.
    • Et grand-père se mit à raconter d’une gaieté un peu fausse comment il avait été placé au lendemain de ses dix ans dans une métairie d’un hameau voisin de la Sabotterie ; « l’Ânerie ». — (Norbert Adam, Alfred Maizières, L’Harmattan, 2008)
    • Amenée dans une des grandes villes de l'Est, la demoiselle est placée comme bonne, puis initiée à la prostitution. — (Régis Latouche, Une maison de tradition : le 52 ; Bruyères et la prostitution, 1800-1946, Journées d'études vosgiennes, 2005)
    • Se placer : Entrer dans une maison pour quelque travail, pour quelque service rétribué.
    • Il cherche à se placer.
  11. Mettre (quelqu'un) dans une situation administrative ou judiciaire particulière.
    • Les trois mis en examen n'ont pas été placés en détention provisoire. — (Laurence Munier, Mort par overdose : trois interpellations, Vosges Matin, 13 mai 2016)
  12. (Usage du participe passé à sens passif) Être situé.
    • Avoir le corps bien placé, la poitrine, les épaules bien placées : Les avoir dans la position où il convient.
    • (Figuré) Avoir le cœur bien placé : Avoir de l’honneur, de la vertu, n’avoir que des sentiments d’honnête homme.
    • C’est un homme qui serait bien placé partout : C’est un homme fait pour être admis dans les sociétés les plus fermées, c’est un homme qui se montrerait apte aux emplois les plus divers.
  13. (Courses) Qui a une place.
    • Chevaux placés : ceux qui arrivent dans les premiers (en particulier dans les trois premiers, mais ce terme faisant partie du vocabulaire des paris, le sens peut dépendre de la règle précise appliquée).
    • Être bien placé pour : Se dit d’une personne en situation de…
    • Je suis très bien placé pour vous renseigner.
  14. (Jeux) Définition manquante ou à compléter. (Ajouter)
    • Placer un pari.

Nom commun

placer \pla.sɛʁ\ masculin (Anglicisme)

  1. Gisement, emplacement où l’on trouve de l’or ou des matières précieuses dans des sédiments alluviaux.
    • C’étaient MM. Forbes et Smyth qui avaient découvert les premiers placers de la Nouvelle-Galles. — (Jules Verne, Les Enfants du capitaine Grant, 1846)
    • J’ai été ouvrier ; j’ai soigné les caoutchoucs, et j’ai été mineur sur les placers. — (Blaise Cendrars, Rhum, 1958)
    • (Figuré) El Mouria, c’est toute la forêt : il en connaît tous les sentiers, à des lieues, les cantons à muguet, les champs de myrtilles, les placers de girolles, de pieds rouges, de charbonniers. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Des quadrilatères remplis d’une eau aussi bleue que celle de n’importe quelle piscine californienne sur un dépliant d’hôtel trois étoiles, autant des placers, aujourd’hui abandonnés, où des hommes creusant dix heures par jour avaient espéré ressortir la battée qui ferait d’eux des milliardaires. — (Jean Vautrin, Je mourrai et j’irai voir mon père, dans le recueil Baby Boom, 1985, p. 215)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Placer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PLACER. v. tr.
Situer, mettre dans un lieu. Bien placer un édifice, une maison. Il a tant de meubles, qu'il ne sait où les placer. Où placerez-vous tout ce monde-là? On les plaça suivant leur rang et leur dignité. Placez-vous où vous pourrez. Fig., Son génie l'a placé au premier rang des écrivains de son siècle. Les circonstances l'ont placé dans les situations les plus heureuses, les plus difficiles. Il s'est placé par ses exploits au rang des plus fameux héros. Il se dit absolument, en parlant de Celui qui est chargé de donner, d'indiquer les places, dans une cérémonie, dans une assemblée. Il fut chargé de placer. Au jeu de Paume et au jeu de Tennis, Placer la balle, La lancer de manière qu'elle aille tomber où l'on veut. Il place bien la balle. On dit dans le même sens Il place bien son coup. Un coup bien placé. On dit aussi, en termes d'Escrime, Placer bien son coup. En termes de Manège, Placer un homme à cheval, Lui enseigner les premiers principes de l'équitation et lui donner une bonne position à cheval. Placer un cheval, Le mettre bien en main, de façon qu'il exécute avec aisance tous les mouvements que lui commande le cavalier. Placer un propos, un mot, etc., Le dire en un certain moment, en une certaine occasion et pour un certain effet. Placer un mot à propos. Savoir placer une citation, un proverbe. Il place à tort et à travers ses anecdotes. Si vous trouvez à placer ce que je vous dis, n'y manquez pas. Placer bien ses charités, ses aumônes, Faire ses charités, ses aumônes avec discernement. On dit de même Placer bien ses faveurs, ses bienfaits, ses libéralités. Placer bien son affection, son amitié, sa confiance, Donner son affection, son amitié, sa confiance à des personnes qui en sont dignes. Placer de l'argent, Le prêter à intérêt, lui faire rapporter un intérêt, l'employer d'une façon qui permette d'en tirer profit. Il a beaucoup d'argent et il ne trouve pas où le placer. Il a de grosses sommes placées. Placer son argent dans les banques, en banque. Placer de l'argent en fonds d'État. Il a placé son argent à fonds perdu, en terres, en valeurs industrielles. Placer son argent dans une entreprise. Placer des marchandises se dit du Fait de servir d'intermédiaire entre les producteurs ou fabricants et les marchands au détail ou les acheteurs. Placer une personne, Lui donner, lui procurer un emploi, une situation. Il avait trois enfants, et il les a tous placés avantageusement. Placer un commis. Placer un domestique. On dit aussi Se placer, Entrer dans une maison pour quelque travail, pour quelque service rétribué. Il s'est placé dans une maison de commerce. Il cherche à se placer. Avoir le corps bien placé, la poitrine, les épaules bien placées, Les avoir dans la position où il convient. Fig., Avoir le cœur bien placé, Avoir de l'honneur, de la vertu, n'avoir que des sentiments d'honnête homme. On dit dans le sens contraire Avoir le cœur mal placé. C'est un homme qui serait bien placé partout, C'est un homme fait pour être admis dans les sociétés les plus fermées, c'est un homme qui se montrerait apte aux emplois les plus divers. En termes de Courses, Chevaux placés, Ceux qui arrivent second ou troisième. Être bien placé pour se dit d'une Personne en situation de... Je suis très bien placé pour vous renseigner.

Placer : définition du Littré (1872-1877)

PLACER (pla-sé. Le c prend une cédille devant a et o ; plaçant, plaçons) v. a.
  • 1Mettre dans une place, dans un lieu, en parlant des personnes. Où placerez-vous tout ce monde-là ? …La garde au dedans par Sillace est placée, Corneille, Suréna, IV, 4. Je ferais bien de vous dire… ce que je souffre tous les jours quand je fais réflexion en quel endroit la Providence nous a placées pour la passer [la vie], Sévigné, 10 juin 1671. Et déjà les galants chasseurs Ont fait placer sur des feuillées Les dames de neuf habillées, Perrault, Chasse, dans RICHELET. C'est dans cette troupe innocente et pure [les âmes chéries de Dieu] que la reine a été placée, Bossuet, Mar.-Thér. Quoiqu'il [Paul Véronèse] ait placé des pères bénédictins et des soldats suisses dans des sujets de l'Ancien Testament, Voltaire, Ess. poés. ép. VI.

    Absolument. Indiquer les places dans une cérémonie, dans une assemblée. Il fut chargé de placer.

    Il se dit de la place dans le temps. On reproche à l'auteur d'avoir dit que le grand Condé mourut à Chantilly en 1680 ; cela n'est pas vrai ; l'auteur place cette mort en 1686, non pas à Chantilly, mais à Fontainebleau, Voltaire, Fragm. hist. XX.

  • 2Il se dit aussi des choses que l'on met dans un lieu. Placer des meubles dans un appartement. Lévite, il faut placer, Joad ainsi l'ordonne, Le glaive de David auprès de la couronne, Racine, Ath. IV, 1.
  • 3Au jeu de paume, placer bien la balle, pousser la balle avec la raquette, afin qu'elle aille frapper l'endroit qu'on veut. Qu'on ne dise pas que je n'ai rien dit de nouveau ; la disposition des matières est nouvelle ; quand on joue à la paume, c'est une même balle dont on joue l'un et l'autre ; mais l'un la place mieux, Pascal, Pens. VII, 9, éd. HAVET.

    On dit dans le même sens : Ce joueur place bien son coup.

    Terme de manége. Placer un homme à cheval, le mettre à cheval dans la position où il doit être.

    Placer un cheval, le maintenir en équilibre dans tous les mouvements qu'on lui fait exécuter, ou, simplement, le mettre dans une certaine position pour le faire voir.

    À l'escrime, placer bien son coup, porter une botte avec adresse et sûreté.

  • 4 Fig. Faire entrer dans une maison, dans une famille. Il a bien placé sa fille. Non, elle n'était heureuse ni pour avoir placé auprès d'elle la princesse Anne, sa chère fille, ni pour l'avoir placée dans une maison où tout est grand, Bossuet, Anne de Gonz. Tibère, que l'hymen plaça dans sa famille, Racine, Brit. II, 2.

    Procurer un poste, un emploi, un établissement. Quelle majesté n'observent-ils pas [les riches] à l'égard de ces hommes chétifs [les savants] que leur mérite n'a ni placés ni enrichis ! La Bruyère, VI. Si ceux qu'on appelle gens d'honneur n'en connaissent plus d'autre que celui d'être riches pour être placés, ou placés pour s'enrichir, Raynal, Hist. phil. XIII, 54. J'ai placé deux de mes frères, Mes trois fils ont de l'emploi, Béranger, Ventru.

    Placer un domestique, lui procurer une condition. Je pourrais, par Chloé, te placer chez Valère, Gresset, Méch. I, 1. Cette dame qui se mêle de faire des mariages et de placer des domestiques dans les maisons, Legrand, Métamorph. sc. 4.

  • 5Placer de l'argent, le prêter à intérêt. Ceux qui, sans courir les risques de la mer, veulent tirer quelque profit de leur argent, le placent ou chez les banquiers, ou chez d'autres personnes, à douze pour cent par an, ou plutôt à un pour cent à chaque nouvelle lune [à Athènes], Barthélemy, Anach. ch. 55.

    Placer de l'argent, se dit aussi de l'emploi qu'on en fait pour en retirer une rente. J'ai placé mon bien à fonds perdu, en une terre.

  • 6 Terme de commerce. Faire le placement, opérer le débit, la vente. Placer des denrées, des étoffes, des articles de commerce. Placer un ouvrage littéraire.

    Dans un sens analogue, placer des billets de loterie, des billets de spectacle.

  • 7 Fig. Donner un rang, une position. Ses vertus le placent parmi les plus honnêtes citoyens de la ville. Sa disgrâce et ton crime Ont placé dans mon cœur ce héros magnanime, Racine, Alex. III, 2. Dans le vulgaire obscur si le sort l'a placé [un enfant], Qu'importe qu'au hasard un sang vil soit versé ? Racine, Athal. II, 5. Il [Antoine roi de Navarre] ne mérite d'être placé dans l'histoire que parce qu'il fut le père du grand Henri IV, Voltaire, Mœurs, 171.

    Placer dans un testament, faire un legs. L'abbé de Chateauneuf… à qui je dois d'avoir été placé dans le testament de Ninon, Voltaire, Mél. hist. Nouv. doutes testament Richelieu.

  • 8Il se dit des choses auxquelles on attribue, par métaphore, une place qui n'est qu'idéale. Le philosophe place le bonheur dans la vertu. La Garde, qui revient à Paris, ne saurait-il placer son voyage utilement pour nous ? Sévigné, 4 nov. 1676. Je plaçai ma saignée brusquement, selon le besoin de mes affaires plutôt que sur celui de ma santé, Sévigné, 10 juill. 1675. Je dis à M. le Prince en courant : Ah ! que je plains ceux qui ne sont pas ici [à la représentation d'Esther] ! il m'entendit, et tout cela était si pressé, qu'il n'y avait pas moyen de placer une pensée, Sévigné, 28 fév. 1689.

    Placer un mot, un propos, etc. le dire dans un moment où il peut produire de l'effet. Elles [les femmes] sont heureuses dans le choix des termes qu'elles placent si juste, que, tout connus qu'ils sont, ils ont le charme de la nouveauté, La Bruyère, I.

    Placer un mot, dire quelques paroles. Il y perd son maintien, ne trouve pas où placer un seul mot, et n'a pas même de quoi écouter, La Bruyère, VII.

    Placer un nom sur un visage, dire le nom de la personne que l'on voit. Je n'ai pas le don de placer si juste les noms sur les visages : au contraire je fais tous les jours mille sottises là-dessus, Sévigné, 29.

    Placer bien, placer en bon lieu son amitié, son affection, sa confiance, les donner à des personnes qui en sont dignes. Il lut le livre, aima l'auteur, et apprit à mieux placer sa confiance, D'Alembert, Éloges, Montesquieu.

    Placer bien ses grâces, ses faveurs, choisir des personnes de mérite pour leur accorder des grâces, des faveurs.

    Placer bien ses charités, ses aumônes, les faire à des personnes qui les méritent.

  • 9Se placer, v. réfl. Prendre une place. Je ne savais que devenir, ni où me placer, Marivaux, Pays. parv. 1re part.

    Terme de manége. Se placer à cheval, être placé à cheval, y être dans une bonne et belle position.

  • 10Être mis en une certaine ordonnance. Mes mots viennent sans peine et courent se placer, Boileau, Sat. VII.

    Se mettre en une certaine place. L'ombre de Conradin sanglant, percé de coups, Terrible, vous repousse et se place entre nous, Delavigne, Vêpres siciliennes, II, 3.

  • 11Prendre un rang. Parmi tant de héros je n'ose me placer, Racine, Brit. I, 2.

    Obtenir un emploi, une dignité. Quelque grande difficulté qu'il y ait à se placer à la cour, il est encore plus âpre et plus difficile de se rendre digne d'être placé, La Bruyère, VIII. Il y a même des stupides et, j'ose dire, des imbéciles qui se placent dans de beaux postes, et qui savent mourir dans l'opulence, La Bruyère, VI. Dans les guerres civiles… ceux qui ont du mérite se font jour ; chacun se place et se met à son rang ; au lieu que, dans les autres temps, on est placé, et on l'est presque toujours de travers, Montesquieu, Rom. 11.

    Entrer en condition dans une maison pour quelque travail, quelque service. L'une des deux, pour se tirer d'une extrême misère, cherche à se placer ; elle entre au service d'une fort grande dame…, La Bruyère, VI.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Placer : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

PLACER, POSER, METTRE, (Synon.) mettre a un sens plus général ; poser & placer en ont un plus restraint ; mais poser, c’est mettre avec justesse dans le sens & de la maniere dont les choses doivent être mises ; placer, c’est le mettre avec ordre dans le rang & dans le lieu qui leur conviennent. Pour bien poser, il faut de l’adresse dans la main ; pour bien placer, il faut du goût & de la science : on met des colonnes pour soutenir un édifice ; on les pose sur des bases ; on les place avec symmétrie. Girard.

Ce verbe placer a autant d’acceptions différentes que le nom place. Voyez l’article Place.

Placer, mettre une chose en sa place, la ranger, un marchand doit placer ses marchandises avec ordre, ensorte qu’il les trouve aisément sous sa main.

Placer son argent, c’est l’employer à quelque chose, & quelquefois le mettre à profit. J’ai placé mon argent à la grosse aventure, & sur tel vaisseau. J’ai placé vingt mille francs à 7 pour cent d’intérêt. Voyez Aventure & Intérêt.

Placer un jeune homme, en termes de Commerce, c’est le mettre en apprentissage. Une boutique bien placée est une boutique bien exposée à la vûe des chalands qui est dans un quartier de grand débit. On dit aussi dans le même sens un marchand bien placé. Diction. de commerce.

Placer pointe à pointe, en terme d’Epinglier, c’est mettre toutes les pointes du même côté, afin que l’enfileur ne se trompe point de bout. On appelle aussi cette opération détourner.

Placer bien sa tête, (Maréchal.) se dit du cheval lorsqu’il ne leve ni ne baisse trop le nez. La placer mal arrive lorsque le cheval avance trop le bout du nez, ou qu’il l’approche trop du poitrail. Placer à cheval se dit du maître quand il enseigne à l’écolier l’attitude qu’il veut qu’il tienne à cheval. Se placer ou être placé à cheval, c’est y être dans une belle & bonne attitude.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « placer »

Étymologie de placer - Littré

Place. Placer ne paraît être venu en usage qu'au commencement du XVIIe siècle ; on trouve placement dans D'AUBIGNÉ.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de placer - Wiktionnaire

(Verbe) (1564) Dénominal de place avec le suffixe -er.
(Nom) De l’espagnol placer (« bas-fond ») qui désigne, en Méditerranée, les endroits riches en huitres perlières et, aux Amériques, les gisements aurifères.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « placer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
placer plase play_arrow

Conjugaison du verbe « placer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe placer

Citations contenant le mot « placer »

  • Le report du versement de la participation et de l'intéressement en raison de la crise sanitaire est certes un coup dur pour certains salariés, mais il peut être mis à profit pour réfléchir à la meilleure façon d'utiliser ce gain financier. Différentes options s'offrent à ceux qui en bénéficient : percevoir tout de suite cet argent, ou bien le placer sur son plan d'épargne d'entreprise (PEE) ou sur son plan de retraite collectif (Perco). Encore faut-il connaître les contraintes et les avantages fiscaux associés à chacune de ces solutions pour bien choisir.  VotreArgent.fr, Comment bien placer son intéressement et sa participation? - L'Express Votre Argent
  • La mission d’Isabelle Falque-Pierrotin est de « repenser la régulation des jeux en développant une politique cohérente ». En sachant qu’un Français sur deux est joueur, la présidente veut placer « le joueur au centre de la régulation en le protégeant. Nous devons lutter contre l’addiction au jeu excessif. Cela passe par l’identification du joueur à risque avant de l’accompagner pour le sortir de la situation difficile ». , Société | Après la privatisation de la FDJ: placer le joueur au cœur des préoccupations
  • Familiarisez-vous en vidéo avec la SCPI pour bien placer votre argent : LCI, Placer son argent : le bon plan SCPI | LCI
  • Dans un pays où la protection sociale est aussi développée, disposer d’une épargne de précaution équivalent à six mois de revenu est largement suffisant. Où placer l’excédent ? Bien investir dans le contexte actuel nécessite d’abord de prendre conscience de la révolution de l’épargne en cours. Le Revenu, Où placer l’argent mis de côté pendant le confinement ? | Le Revenu
  • Selon le site, les autorités ont renoncé à l'idée de placer les F-35 dans l'est du pays pour ne pas livrer à la Russie l'occasion d'étudier leurs signatures radar et infrarouge. , La Pologne abandonne l’idée de placer des F-35 près de la frontière russe - Sputnik France
  • Le snobisme consiste à pouvoir se placer toujours dans les endroits où les autres n'ont pas accès. De Salvador Dali / Journal d'un génie
  • Est-ce qu'il n'y a pas un danger de placer le plus important de sa vie après la mort ? De Robert Blondin / 7ème de solitude ouest
  • C'est entre la naissance de la religion et de l'art qu'il faut placer celle du vêtement. De Jacques Laurent / Le nu vêtu et dévêtu
  • Une pensée n'est parfaite que lorsqu'elle est disponible, c'est-à-dire lorsqu'on peut la détacher et la placer à volonté. De Joseph Joubert / Pensées
  • Dieu ne nous laisse pas vivre n'importe où, n'importe comment sur terre, sans placer une parcelle du Ciel à porter notre main. De Nathaniel Hawthorne / Carnets du reclus
  • Si Dieu m'avait fait l'honneur de me consulter, je lui aurais conseillé de placer les rides des femmes sous le talon. De Ninon de Lenclos
  • Pour identifier la main droite, il suffit de placer les deux mains à plat : la main droite est celle dont le pouce est à gauche. De Anonyme
  • Ecrire une chanson, c’est comme une chasse. Vous devez placer vos instruments comme vous placez des pièges pour capturer un animal dans la forêt. De Björk
  • Les Français n'aiment guère placer un héros sur son piédestal qu'une fois ce gêneur mort. De Michel Déon / Lettre à un jeune Rastignac
  • Vouloir donner de l’éducation à un homme indigne, c’est prétendre placer des noix sur une coupole. De Proverbe persan
  • C’est une chose terrible qu’avec les femmes il n’y ait jamais moyen de placer un mot. De Friedrich Hegel
  • Dieu parle à tout le monde, mais la plupart d'entre nous ne lui laissent pas placer un mot. De André Frossard / Les Pensées
  • Qui veut se placer les pieds dans la vie doit d'abord songer à se les déplacer. De Anonyme
  • Accompagner quelqu’un, c’est se placer ni devant, ni derrière, ni à la place. C’est être à côté. De Joseph Templier
  • Dieu a fait l'homme avant la femme pour lui permettre de placer quelques mots ! De Jules Renard

Images d'illustration du mot « placer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « placer »

Langue Traduction
Corse pusà
Basque kokatzeko
Japonais 場所へ
Russe положить
Portugais colocar
Arabe مكان
Chinois 放置
Allemand hinstellen
Italien piazzare
Espagnol poner
Anglais to place
Source : Google Translate API

Synonymes de « placer »

Source : synonymes de placer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « placer »



mots du mois

Mots similaires