Éparpiller : définition de éparpiller


Éparpiller : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉPARPILLER, verbe trans.

A.− [L'idée dominante est celle de fractionner, de disperser au hasard]
1. [L'obj. désigne un inanimé concr. au sing. à valeur collective ou au plur.] Jeter, répandre çà et là. Synon. disperser.Le morceau de pain (...) était éparpillé en miettes (Baudel., Poèmes prose,1867, p. 79).Une poignée de monnaie, qu'elle éparpilla (Zola, Pot-Bouille,1882, p. 43).Un courant d'air traversa la salle, éparpilla les détritus (Martin du G., Thib.,Belle sais., 1923, p. 1049):
1. Une poule ne flaire pas son grain; mais s'il lui est étranger, elle l'éparpille avec son bec et ses pattes, et le considère de tous côtés avant de l'avaler : c'est peut-être par cette raison qu'elle ne mange pas pendant la nuit. Bernardin de Saint-Pierre, Harmonies de la nature,1814, p. 89.
P. métaph. [Spencer] prend la réalité sous sa forme actuelle; il la brise, il l'éparpille en fragments qu'il jette au vent (Bergson, Évol. créatr.,1907, p. 364).
Emploi pronom. Se répandre de tous côtés. La poussière soulevée par la mêlée s'éparpillait dans l'air (Flaub., Champs et grèves,1848, p. 347).Les feuilles jaunissantes s'éparpillaient au souffle du vent (Du Camp, Mém. suic.,1853, p. 99).Un cône de papier, fort, résistant, qui empêche le lin de s'éparpiller (Pesquidoux, Chez nous,1923, p. 254).
P. métaph. Elle [la pensée] se fait troupe d'oiseaux, s'éparpille aux quatre vents, et occupe à la fois tous les points de l'air et de l'espace (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 218).
En partic. [L'obj. désigne des cheveux] Faire tomber, faire flotter librement. Elle ouvrait sa fenêtre, (...) éparpillait au vent sa chevelure (Flaub., MmeBovary, t. 2, 1857, p. 140).Ses cheveux blonds tombaient en boucles sur son cou, et le vent les éparpillait (Ramuz, A. Pache,1911, p. 159).
Emploi pronom. Les cheveux qui avaient tendance à s'éparpiller (Triolet, Prem. accroc,1945, p. 62).
[Avec un compl. d'obj. à valeur d'obj. interne] Ses cheveux roulés en torsades éparpillaient leurs boucles dorées (Ponson du Terr., Rocambole,1859, p. 236).
2. P. ext. [L'obj. désigne un son] Faire retenir çà et là dans l'air. De ravissants carillons qu'elle [une horloge] éparpillait dans l'air (Hugo, Misér.,t. 2, 1862, p. 614).Le vent éparpille le bruit des clochettes comme des gouttes d'eau (Giono, Regain,1930, p. 21).
P. métaph. Elle éparpilla dans l'ombre son rire joyeux (Barrès, Barbares,1888, p. 98).
Emploi pronom. :
2. Le premier coup de la messe sonna. Le carillon tombait gaiement dans le soleil, s'éparpillait en volées frémissantes dans les rues claires, courait dans les jardins plantés de groseillers épineux. Moselly, Terres lorraines,1907, p. 187.
P. métaph. Un rire strident qui s'éparpille dans le jardin, comme un vol de moineaux piaillants (Mirbeau, Journal femme,1900, p. 269).
3. Au fig. Éparpiller son argent, sa fortune. Les gaspiller. Druel-Dethieux avait fini par mourir, après avoir éparpillé, en diverses affaires magnifiques, la totalité de sa fortune, et une fraction notable de son honorabilité (Martin du G., Devenir,1909, p. 134).Gros joueur, il éparpillait sa fortune comme babioles de cotillon (Morand, Fin de s.,1957, p. 143).
B.− P. anal. [L'idée dominante est celle de répartir, de distribuer en plusieurs lieux; l'obj. désigne des pers. ou des inanimés concr.] Disposer irrégulièrement en plusieurs lieux. Sichem éparpille les cubes clairs de ses maisons (Rostand, Samaritaine,1897, p. 11).
Avec une valeur factitive. C'est cet amour du globe qui éparpille nos enfants sur chaque continent (Giraudoux, Siegfried et Lim.,1922, p. 149).
Emploi pronom. réfl. Les blessés se lèvent, s'éparpillent, cherchent à fuir (Barbusse, Feu,1916, p. 320).
PEINT., souvent péj. Gâter l'intérêt d'un tableau en dispersant les personnages, les lumières. Il est malheureux que l'idée baroque d'assigner à chaque peuple sa place géographique ait nui à l'ensemble de la composition [un tableau de Robert], au charme des groupes, et ait éparpillé les figures comme un tableau de Claude Lorrain, dont les bonshommes s'en vont à la débandade (Baudel., Salon,1845, p. 31).
C.− Au fig. [Le suj. désigne une pers.]
1. [L'obj. désigne gén. une faculté intellectuelle ou une qualité physique] Diriger (ses possibilités) sur plusieurs objets à la fois, disperser inefficacement dans plusieurs directions. Éparpiller son esprit. Il n'éparpille point les forces de son âme, il les concentre sur une seule idée (Balzac, Méd. camp.,1833, p. 27).Daumier a éparpillé son talent en mille endroits différents (Baudel., Curios. esthét.,1867, p. 193):
3. Au lieu de disperser l'intérêt sur plusieurs personnages, de l'éparpiller en mille aventures, il [le roman moderne] le resserre au contraire, le concentre parfois dans un seul fait, une seule figure... A. Daudet, Pages inéd. de crit. dram.,1897, p. 202.
Emploi pronom. réfl. Cf. capter ex. 1 :
4. Toutes mes lectures, mes heures de travail, mes volontés s'émiettent, s'éparpillent, s'égrènent, sans réussir à faire une pyramide ou même un collier. Les bagatelles me dévorent. Je ne vis qu'au jour le jour, comme on fait en voyage, dans l'intérim entre deux situations réglées, ou dans une courte vacance d'écolier. Amiel, Journal intime,1866, p. 89.
2. Emploi pronom. Se disperser sans efficacité, sans résultat positif. Je m'éparpille en vaines réflexions (Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1906, p. 241):
5. Le P. Lacordaire n'a pas lu assez. Il ignorait trop. Il ne s'est pas fortifié par autrui, par l'histoire. Mais il méditait, réfléchissait, toujours puissant esprit, par sa fécondité personnelle. Il ne s'éparpillait pas, ne se dispersait pas comme je l'ai fait. Il écrivait à peu de personnes, mais des lettres où il mettait son esprit, son âme, son cœur. Dupanloup, Journal intime,1869, p. 317.
Prononc. et Orth. : [epaʀpije], (j')éparpille [epaʀpij]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1remoitié xiies. « jeter, répandre çà et là des choses au hasard » nubele si cume cendre esparpeilled (Psautier Oxford, 147, 5 ds T.-L.); 2. av. 1719 « diriger ses forces, ses efforts, son attention dans diverses directions; les disperser inefficacement » ici pronom. (Maintenon, Lett. à d'Aubigné, t. 1, p. 171 ds Littré). Orig. discutée. L'étymon le plus probable semble être un lat. vulg. *disparpaliare « éparpiller » qui aurait pour point de départ le syntagme [etiamsi hoc anno tempestas] dispare pallavit (Pétrone, 46, 2 ds TLL s.v.) que Stefenelli, Die Volkssprache im Werk des Petron, p. 97 traduit « [bien que cette année la tempête] ait tout dispersé çà et là » et explique par le b. lat. dispalare trans. « répandre, disperser » (TLL s.v.) devenu *dispallare par gemination expressive, *disparpallare soit par altération expressive de dis- en dispar(e), adv., d'apr. l'adj. dispar, soit par croisement avec spargere « répandre, éparpiller », une infl. de palea (paille*) pouvant expliquer *disparpaleare, source des formes romanes. Fréq. abs. littér. : 407. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 253, b) 555; xxes. : a) 911, b) 667. Bbg. Catach (N.), Mettas (O.). Encore qq. trouvailles ds Nicot. R. Ling. rom. 1972, t. 36, p. 366. − Kohlm. 1901, p. 41. − Mat. Louis-Philippe 1951, p. 315. − Regula (M.). Disparpellare, ein Substrat : romanische Formen? Z. fr. Spr. Lit. 1960, t. 70, pp. 199-204. − Sain. Sources t. 2 1972 [1925], p. 277.

Éparpiller : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉPARPILLER, verbe trans.

A.− [L'idée dominante est celle de fractionner, de disperser au hasard]
1. [L'obj. désigne un inanimé concr. au sing. à valeur collective ou au plur.] Jeter, répandre çà et là. Synon. disperser.Le morceau de pain (...) était éparpillé en miettes (Baudel., Poèmes prose,1867, p. 79).Une poignée de monnaie, qu'elle éparpilla (Zola, Pot-Bouille,1882, p. 43).Un courant d'air traversa la salle, éparpilla les détritus (Martin du G., Thib.,Belle sais., 1923, p. 1049):
1. Une poule ne flaire pas son grain; mais s'il lui est étranger, elle l'éparpille avec son bec et ses pattes, et le considère de tous côtés avant de l'avaler : c'est peut-être par cette raison qu'elle ne mange pas pendant la nuit. Bernardin de Saint-Pierre, Harmonies de la nature,1814, p. 89.
P. métaph. [Spencer] prend la réalité sous sa forme actuelle; il la brise, il l'éparpille en fragments qu'il jette au vent (Bergson, Évol. créatr.,1907, p. 364).
Emploi pronom. Se répandre de tous côtés. La poussière soulevée par la mêlée s'éparpillait dans l'air (Flaub., Champs et grèves,1848, p. 347).Les feuilles jaunissantes s'éparpillaient au souffle du vent (Du Camp, Mém. suic.,1853, p. 99).Un cône de papier, fort, résistant, qui empêche le lin de s'éparpiller (Pesquidoux, Chez nous,1923, p. 254).
P. métaph. Elle [la pensée] se fait troupe d'oiseaux, s'éparpille aux quatre vents, et occupe à la fois tous les points de l'air et de l'espace (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 218).
En partic. [L'obj. désigne des cheveux] Faire tomber, faire flotter librement. Elle ouvrait sa fenêtre, (...) éparpillait au vent sa chevelure (Flaub., MmeBovary, t. 2, 1857, p. 140).Ses cheveux blonds tombaient en boucles sur son cou, et le vent les éparpillait (Ramuz, A. Pache,1911, p. 159).
Emploi pronom. Les cheveux qui avaient tendance à s'éparpiller (Triolet, Prem. accroc,1945, p. 62).
[Avec un compl. d'obj. à valeur d'obj. interne] Ses cheveux roulés en torsades éparpillaient leurs boucles dorées (Ponson du Terr., Rocambole,1859, p. 236).
2. P. ext. [L'obj. désigne un son] Faire retenir çà et là dans l'air. De ravissants carillons qu'elle [une horloge] éparpillait dans l'air (Hugo, Misér.,t. 2, 1862, p. 614).Le vent éparpille le bruit des clochettes comme des gouttes d'eau (Giono, Regain,1930, p. 21).
P. métaph. Elle éparpilla dans l'ombre son rire joyeux (Barrès, Barbares,1888, p. 98).
Emploi pronom. :
2. Le premier coup de la messe sonna. Le carillon tombait gaiement dans le soleil, s'éparpillait en volées frémissantes dans les rues claires, courait dans les jardins plantés de groseillers épineux. Moselly, Terres lorraines,1907, p. 187.
P. métaph. Un rire strident qui s'éparpille dans le jardin, comme un vol de moineaux piaillants (Mirbeau, Journal femme,1900, p. 269).
3. Au fig. Éparpiller son argent, sa fortune. Les gaspiller. Druel-Dethieux avait fini par mourir, après avoir éparpillé, en diverses affaires magnifiques, la totalité de sa fortune, et une fraction notable de son honorabilité (Martin du G., Devenir,1909, p. 134).Gros joueur, il éparpillait sa fortune comme babioles de cotillon (Morand, Fin de s.,1957, p. 143).
B.− P. anal. [L'idée dominante est celle de répartir, de distribuer en plusieurs lieux; l'obj. désigne des pers. ou des inanimés concr.] Disposer irrégulièrement en plusieurs lieux. Sichem éparpille les cubes clairs de ses maisons (Rostand, Samaritaine,1897, p. 11).
Avec une valeur factitive. C'est cet amour du globe qui éparpille nos enfants sur chaque continent (Giraudoux, Siegfried et Lim.,1922, p. 149).
Emploi pronom. réfl. Les blessés se lèvent, s'éparpillent, cherchent à fuir (Barbusse, Feu,1916, p. 320).
PEINT., souvent péj. Gâter l'intérêt d'un tableau en dispersant les personnages, les lumières. Il est malheureux que l'idée baroque d'assigner à chaque peuple sa place géographique ait nui à l'ensemble de la composition [un tableau de Robert], au charme des groupes, et ait éparpillé les figures comme un tableau de Claude Lorrain, dont les bonshommes s'en vont à la débandade (Baudel., Salon,1845, p. 31).
C.− Au fig. [Le suj. désigne une pers.]
1. [L'obj. désigne gén. une faculté intellectuelle ou une qualité physique] Diriger (ses possibilités) sur plusieurs objets à la fois, disperser inefficacement dans plusieurs directions. Éparpiller son esprit. Il n'éparpille point les forces de son âme, il les concentre sur une seule idée (Balzac, Méd. camp.,1833, p. 27).Daumier a éparpillé son talent en mille endroits différents (Baudel., Curios. esthét.,1867, p. 193):
3. Au lieu de disperser l'intérêt sur plusieurs personnages, de l'éparpiller en mille aventures, il [le roman moderne] le resserre au contraire, le concentre parfois dans un seul fait, une seule figure... A. Daudet, Pages inéd. de crit. dram.,1897, p. 202.
Emploi pronom. réfl. Cf. capter ex. 1 :
4. Toutes mes lectures, mes heures de travail, mes volontés s'émiettent, s'éparpillent, s'égrènent, sans réussir à faire une pyramide ou même un collier. Les bagatelles me dévorent. Je ne vis qu'au jour le jour, comme on fait en voyage, dans l'intérim entre deux situations réglées, ou dans une courte vacance d'écolier. Amiel, Journal intime,1866, p. 89.
2. Emploi pronom. Se disperser sans efficacité, sans résultat positif. Je m'éparpille en vaines réflexions (Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1906, p. 241):
5. Le P. Lacordaire n'a pas lu assez. Il ignorait trop. Il ne s'est pas fortifié par autrui, par l'histoire. Mais il méditait, réfléchissait, toujours puissant esprit, par sa fécondité personnelle. Il ne s'éparpillait pas, ne se dispersait pas comme je l'ai fait. Il écrivait à peu de personnes, mais des lettres où il mettait son esprit, son âme, son cœur. Dupanloup, Journal intime,1869, p. 317.
Prononc. et Orth. : [epaʀpije], (j')éparpille [epaʀpij]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1remoitié xiies. « jeter, répandre çà et là des choses au hasard » nubele si cume cendre esparpeilled (Psautier Oxford, 147, 5 ds T.-L.); 2. av. 1719 « diriger ses forces, ses efforts, son attention dans diverses directions; les disperser inefficacement » ici pronom. (Maintenon, Lett. à d'Aubigné, t. 1, p. 171 ds Littré). Orig. discutée. L'étymon le plus probable semble être un lat. vulg. *disparpaliare « éparpiller » qui aurait pour point de départ le syntagme [etiamsi hoc anno tempestas] dispare pallavit (Pétrone, 46, 2 ds TLL s.v.) que Stefenelli, Die Volkssprache im Werk des Petron, p. 97 traduit « [bien que cette année la tempête] ait tout dispersé çà et là » et explique par le b. lat. dispalare trans. « répandre, disperser » (TLL s.v.) devenu *dispallare par gemination expressive, *disparpallare soit par altération expressive de dis- en dispar(e), adv., d'apr. l'adj. dispar, soit par croisement avec spargere « répandre, éparpiller », une infl. de palea (paille*) pouvant expliquer *disparpaleare, source des formes romanes. Fréq. abs. littér. : 407. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 253, b) 555; xxes. : a) 911, b) 667. Bbg. Catach (N.), Mettas (O.). Encore qq. trouvailles ds Nicot. R. Ling. rom. 1972, t. 36, p. 366. − Kohlm. 1901, p. 41. − Mat. Louis-Philippe 1951, p. 315. − Regula (M.). Disparpellare, ein Substrat : romanische Formen? Z. fr. Spr. Lit. 1960, t. 70, pp. 199-204. − Sain. Sources t. 2 1972 [1925], p. 277.

Éparpiller : définition du Wiktionnaire

Verbe

éparpiller \e.paʁ.pi.je\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Disperser, disséminer çà et là, en parlant des choses légères, minces.
    • Puis la flamme se modéra, elle s’éparpilla autour du gâteau national en petites langues bleuâtres et s’évanouit. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Seulement cette fois, au lieu de s’éparpiller dans la campagne, elles étaient massées autour d’un centre commun. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)
    • Henri se leva, fouilla dans un tiroir, exhuma tout un lot de paperasses qu’il éparpilla sur la table. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 118)
    • La poussière du Vieux-Port, chargée de salures, éparpille un relent lointain de choses épicées. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  2. (Figuré) Se disperser sur trop d’objets différents ; affaiblir en dispersant, en parlant des actions, des forces, des pensées, de son esprit, etc.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Éparpiller : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉPARPILLER. v. tr.
Disperser çà et là. Il se dit en parlant des Choses légères, minces. Éparpiller de la paille, du foin, de la cendre, de la braise, des papiers. Un tourbillon a éparpillé ces javelles. Des plumes qui s'envolent et s'éparpillent. Fig., Éparpiller son esprit, Le disperser sur trop d'objets différents. Éparpiller ses forces, Affaiblir ses forces en les dispersant.

Éparpiller : définition du Littré (1872-1877)

ÉPARPILLER (é-par-pi-llé, ll mouillées, et non é-par-pi-yé) v. a.
  • 1Disperser çà et là. Éparpiller des papiers, des notes. Éparpiller ses troupes, les distribuer en petits corps. En même temps que l'encensoir Sur son visage sec et noir Était prêt, par grand malencombre, D'éparpiller charbon sans nombre, Scarron, Virg. VIII.

    Fig. La vie de Paris éparpille les idées, Voltaire, dans le Dict. de POITEVIN.

    Terme de peinture. Éparpiller les lumières, les répandre çà et là sur un tableau de façon qu'elles ne forment plus de masses.

  • 2Éparpiller l'argent, le répandre en différentes mains. Partout la Providence Veut en nous protégeant Niveler l'abondance, Éparpiller l'argent, Béranger, Contreb.

    Éparpiller son argent, le dépenser en frivolités.

  • 3S'éparpiller, v. réfl. Être éparpillé. En s'envolant les papiers s'éparpillent.

    Se disperser. Toute la compagnie s'était éparpillée.

    Par extension. Votre esprit… sur le clavier qui frémit sous vos chants S'éparpille en notes sonores, Hugo, Feuilles d'aut. 81.

    Passer d'idées à autres, d'occupations à autres. Il faut s'appliquer bien à une chose et ne pas s'éparpiller sur plusieurs. Recueillez-vous-y, au lieu de vous y éparpiller, Maintenon, Lett. à d'Aubigné, t. I, p. 171, dans POUGENS.

HISTORIQUE

XIIe s. Sicum eve [eau] espandut sui, et esparpeilet sunt tuit li mien os, Liber psalm. p. 26. E este vus cil se furent esparpeilled ; e jurent [furent gisants] par tut mangians e bevanz, Rois, 116.

XIIIe s. Tuit autre bien sunt de fortune, Qui les esparpille et aüne, Et tolt et donne à son voloir, la Rose, 5360. La gent à l'aversier sor le pont esparpaille [s'éparpille], Ch. d'Ant. IV, 383. … Dieu te volt faire veiller, Et repentir et traveiller, Et les sains crins esparpiller Sur ses piez que tu acolas, J. de Meung, Tr. 884. Mout vous verrai esparpulliez En ceste nuit e esmaiez, la Passion, ms. de St-Brieuc, f° 48.

XIVe s. Et se entretiennent à une masse sans esparpillier ou departir, Ménagier, II, 5.

XVIe s. Esparpillez de toutes pars, Belle, ces beaux cheveux espars, Du Bellay, J. IV, 75, recto.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « éparpiller »

Étymologie de éparpiller - Littré

Norm. épaupiller ; provenç. esparpalhar ; catal. esparpillar ; ital. sparpagliare ; de es- préfixe, et le provençal parpalhó, ital. parpaglione, qui signifient papillon et qui sont une corruption de papilio (voy. PAPILLON et PARPAILLOT). On trouve aussi asparpillez, dans Édouard le conf. v. 4601 ; et aparpilliez, dans Machaut, p. 71.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de éparpiller - Wiktionnaire

(XIIe siècle) cume cendre esparpeilled — (Psautier Oxford) ; origine discutée ; antonyme de rapailler ou épailler fait sur un verbe latin *disparpaliare ou *disparpaleare composé de dispar, palea et -are mais dispello (« disperser ») s'offre aussi comme étymon avec une évolution vers *dispallare puis *disparpallare par altération expressive de dis- en dispar et, pour la forme finale, celle de épars.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « éparpiller »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
éparpiller eparpijr play_arrow

Conjugaison du verbe « éparpiller »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe éparpiller

Évolution historique de l’usage du mot « éparpiller »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « éparpiller »

  • La lecture doit être copieuse, mais ne pas s’éparpiller sur une foule de livres. De Pline le Jeune

Traductions du mot « éparpiller »

Langue Traduction
Corse scatter
Basque sakabanatu
Japonais 散らす
Russe разброс
Portugais espalhar
Arabe مبعثر
Chinois 分散
Allemand streuen
Italien spargimento
Espagnol dispersión
Anglais scatter
Source : Google Translate API

Synonymes de « éparpiller »

Source : synonymes de éparpiller sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « éparpiller »



mots du mois

Mots similaires