La langue française

Prodiguer

Définitions du mot « prodiguer »

Trésor de la Langue Française informatisé

PRODIGUER, verbe trans.

A. − Dépenser, distribuer, employer sans compter; péj., dilapider, accorder trop facilement, gaspiller. Prodiguer son argent, son bien, sa fortune, sa richesse. Vous, les nobles, vous vous faites en général honneur de votre fortune; on vous accuse même chez nous de la prodiguer (Sand, Meunier d'Angib.,1845, p.118):
1. Où est le temps quand, (...) tous ou presque tous les gosses de la rue, riches de mes sous prodigués, incendiaient le trottoir et la chaussée de pétards et de fusées... Verlaine, OEuvres compl.,t.4, Mes hôp., 1891, p.350.
Au fig. Donner en abondance, généreusement, sans parcimonie; péj., avec excès. Prodiguer des attentions, des bienfaits, des conseils, des recommandations, des soins. Le Préfet, reconnoissant envers Argow, malgré le haut rang qu'il occupoit, lui prodigua ces marques d'affection qui prouvent une grande intimité entre deux hommes (Balzac, Annette,t.3, 1824, p.57).Des comédiens (...) comme le naissant Barrault (...) méritent qu'à tout essai (...) on leur prodigue une affectueuse et rude attention (Colette, Jumelle,1938, p.68).La population, massée sur le parcours, prodiguait ses applaudissements (De Gaulle, Mém. guerre,1954, p.170).
B. − Empl. pronom. réfl.
1. Se dévouer sans ménagement, offrir son aide, son concours sans compter. Il se prodigue pour le succès de cette entreprise, pour l'intérêt public (Ac.1935).MmeRécamier se prodiguait [auprès de Lamartine] d'autant plus pour couvrir son silence [de Chateaubriand] (Sainte-Beuve, Chateaubr.,t.2, 1860, p.390).
2. Péj. Se mettre en avant, plastronner. Le coq se prodigue: il pose, çà et là, ses virgules d'amour, et triomphe, d'un ton aigu, de petits riens (Renard, Hist. nat.,1896, p.24):
2. Mais Fagerolles venait de paraître; et, au milieu du flux continuel des groupes, il n'y avait plus que lui, la main tendue, se montrant partout à la fois, se prodiguant dans son double rôle de jeune maître et de membre influent du jury. Zola, L'OEuvre,1886, p.312.
Prononc. et Orth.: [pʀ ɔdige], (il) prodigue [pʀ ɔdig]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1552 (Ronsard, Amours, éd. P. Laumonier, t.4, p.10, 7). Empr. au lat. prodigere «pousser devant soi» et «dépenser avec profusion», dér. de agere «pousser devant soi», avec infl. de prodigue*. Cf. le m. fr. prodigaliser «user avec excès de» 1605 [éd.] (O. de Serr., Th. d'Agric., VIII, 1 ds Gdf.) −1611, Cotgr. Fréq. abs. littér.: 1295. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2979, b) 1602; xxes.: a) 1243, b) 1313. Bbg. Lindström (A.). Dispensare. In: [Mél. Wahlund (K.)]. Mâcon, 1896, p.282.

Wiktionnaire

Verbe

prodiguer \pʁɔ.di.ɡe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se prodiguer)

  1. Donner, dépenser avec profusion.
    • La nature semble comme à plaisir avoir prodigué ses bienfaits à pleines mains dans ce pays. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Ils sont bien loin de nous ces premiers jours du monde
      Où, prodiguant ses dons, la nature féconde
      Laissait vivre mille ans ses enfants nouveau-nés.
      — (Octave Crémazie, À M. et Mme Hector Bossange, Citry, 14 octobre 1876)
  2. Dispenser largement.
    • Nous ne prodiguons à personne ni nos paroles ni notre temps ; sois donc succinct dans les réponses aux questions que je vais te poser. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Retenant et prodiguant les phrases toutes faites qui se frappent régulièrement à Paris pour donner en petite monnaie aux sots le sens des grandes idées ou des faits, les gens du monde le réputèrent homme de goût et de savoir. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Contrairement à ce que nous voyons à Narbonne, où la sculpture fait complètement défaut, l’ornementation est prodiguée dans l’église de Saint-Nazaire. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Par avance, il sait ce qu’il trouvera d’imparfait, de médiocre, de mal, d’immuable, en dépit des conseils, des admonestations ou reproches qu’il prodigue et ressasse à chaque inspection. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Un peu d’eau fraîche, et de verdure,
      Que nous prodigue la nature.
      — (Rudyard Kipling, Le Livre de la jungle, Baloo dans le dessin annimé de Walt Disney)
  3. (Pronominal) Se dépenser soi-même sans ménagement et avec excès.
    • Comme tous les grands esprits, il parlait peu, ne se prodiguait pas. — (Alphonse Daudet, Le petit Chose, 1868, rééd. Le Livre de Poche, page 182)
    • Elle était en smoking. Son amie, plus bourgeoise, se prodiguait pour elle en mille soins touchants, au grand scandale de Trique. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PRODIGUER (pro-di-ghé), je prodiguais, nous prodiguions, vous prodiguiez ; que je prodigue, que nous prodiguions, que vous prodiguiez v. a.
  • 1Donner avec profusion. Dans les occasions essentielles, c'est ménager l'argent que de le prodiguer. Rome, sur les autels prodiguant les victimes, Fussent-ils innocents [les hommes condamnés par Néron], leur trouvera des crimes, Racine, Brit. IV, 4. Aux malheureux chrétiens prodiguez mes largesses, Voltaire, Zaïre, V, 10.
  • 2 Fig. Donner sans mesure comme fait le prodigue. Il fallait bien qu'il y eût quelque puissance ennemie de ce nom sacré [de Dieu] qui, ayant entrepris de le ravilir, poussât les hommes à l'employer dans des choses si méprisables, et même à le prodiguer à des sujets si indignes, Bossuet, Hist. II, 5. Vous lui pourrez bientôt prodiguer vos bontés, Racine, Andr. IV, 1. Il a prodigué le sang des hommes par une brutale vanité, Fénelon, Tél. X. Meurs, et que l'avenir prodigue à ta mémoire …La haine et le mépris que tu m'as inspirés, Voltaire, Adélaïde, IV, 4.

    Perdre comme fait le prodigue. Davoust finit en disant qu'ainsi périrait toute la cavalerie ; qu'au reste Murat était le maître d'en disposer, mais que, pour l'infanterie du premier corps, tant qu'il la commanderait, il ne la laisserait pas ainsi prodiguer, Ségur, Hist. de Nap. VII, 2.

    Exposer au péril. Je ne prodigue point ma santé, je mange sagement…, Sévigné, 8 juin 1689. Il prodigua son sang pour assurer au roi cette province, Fléchier, Duc de Montaus. Pour notre liberté va prodiguer ta vie, Voltaire, Brutus, IV, 6.

  • 3 Fig. Faire connaître, montrer avec un empressement excessif. C'est à vous de choisir des confidents discrets, Seigneur, et de ne pas prodiguer vos secrets, Racine, Brit. I, 4. Il excelle à conduire un char dans la carrière… à venir prodiguer sa voix sur un théâtre, Racine, ib. IV, 4.

    Donner en vain. On lui représenta [à la duchesse du Maine] que ce serait prodiguer son ressentiment que d'en avoir contre un tel homme, Staal, Mém. t. II, p. 269.

  • 4Se prodiguer, v. réfl. Être prodigué. …Chez toi se prodigue et le rouge et le fard, Boileau, Sat. X.
  • 5 Fig. Se montrer avec quelque excès dans le monde. Je me figure qu'elle [la duchesse de Choiseul] a une âme égale et constante, sans ostentation, qu'elle n'aime pas à se prodiguer dans le monde, Voltaire, Lett. Mme du Deffant, 25 mai 1770.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PRODIGUER, v. act. (Gram.) répandre, accorder, donner sans jugement. On prodigue son argent, sa louange, son sang, son honneur, son tems, ses talens, ses faveurs, son crédit, ses charmes, les expressions de dévouement, d’amitié, d’estime. Combien de sortes de prodigalités ? Et tout bien consideré, celle de la richesse est peut-être la moins déshonorante & la moins funeste.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « prodiguer »

(Date à préciser) Du latin prodigere avec influence de prodigue ; une évolution « normale » aurait donné *prodiger (→ voir rédiger, exiger et transiger).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Prodigue. On trouve au XVIe siècle prodigaliser.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « prodiguer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
prodiguer prɔdige

Citations contenant le mot « prodiguer »

  • En puisant dans les valeurs fortes de leur enfance, ces dames-là vont prodiguer le meilleur de ce qu’elles ont reçu. centrepresseaveyron.fr, Mireille Pluchard a dédicacé son 18e roman - centrepresseaveyron.fr
  • L'usage des grands est de profiter d'une action qu'ils regardent comme coupable et de prodiguer à celui qui s'est chargé de l'accomplir des récompenses et le mépris. De Alessandro Manzoni / Le Comte de Carmagnola
  • Traiter tous les hommes avec la même bienveillance et prodiguer indistinctement sa bonté peut tout aussi bien témoigner d'un profond mépris des hommes que d'un amour sincère à leur égard. De Friedrich Nietzsche / Humain, trop humain
  • Un livre, pour mériter d'être écrit, doit susciter des désastres, engendrer des perditions, des anéantissements, des trahisons de l'ordre social, il doit prodiguer le feu d'un incendie esthétique. De Maurice Dantec / Amazon.fr - 31 Août 2000
  • Ne cours jamais te prodiguer au-dehors avant de t'être donner audience à toi-même. Comment voudrais-tu que les autres s'intéressent à une créature qui ne trouve pas en elle de quoi jouir de sa propre société ? De Alexandra David-Néel
  • Le conducteur âgé d’une vingtaine d’années est décédé avant de pouvoir être transporté vers un centre hospitalier. Les pompiers ont tenté de lui prodiguer les premiers soins et de le réanimer, sans  succès.  SudOuest.fr, Pays basque : un jeune d’une vingtaine d’années trouve la mort sur la D933
  • L’homme, qui commençait à se noyer, a été sorti de l’eau avant de se voir prodiguer les gestes de premiers secours par des vacanciers présents sur place. Inconscient, il a pu être réanimé et emmené à l’hôpital de Chambéry d'après nos confrères du Dauphiné Libéré. Lyon Capitale, Savoie : un homme de 71 ans sauvé de la noyade dans le lac du Bourget
  • Ce sont des baigneurs qui étaient venus à son secours lors de l’accident, réussissant à la ramener sur la berge et à lui prodiguer un massage cardiaque. , L'adolescente héliportée après une noyade près de Flers est décédée | L'Orne Combattante
  • 1920-2020, un siècle d’une vie bien remplie qu’Yvonne Majoulet poursuit désormais à son rythme, dorlotée par un personnel soignant très bienveillant qui ne cesse de lui prodiguer ses meilleures attentions. ladepeche.fr, Marcillac-Vallon. Yvonne Majoulet a soufflé ses 100 bougies - ladepeche.fr

Images d'illustration du mot « prodiguer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « prodiguer »

Langue Traduction
Anglais lavish
Espagnol prodigar
Italien sontuoso
Allemand verschwenderisch
Chinois 奢侈的
Arabe مسرف
Portugais generoso
Russe расточать
Japonais 豪華な
Basque lavish
Corse fastuoso
Source : Google Translate API

Synonymes de « prodiguer »

Source : synonymes de prodiguer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « prodiguer »

Prodiguer

Retour au sommaire ➦

Partager