La langue française

Répartir

Sommaire

  • Définitions du mot répartir
  • Étymologie de « répartir »
  • Phonétique de « répartir »
  • Citations contenant le mot « répartir »
  • Images d'illustration du mot « répartir »
  • Traductions du mot « répartir »
  • Synonymes de « répartir »
  • Antonymes de « répartir »

Définitions du mot répartir

Trésor de la Langue Française informatisé

REPARTIR1, verbe trans.

Vieilli ou littér.
A. − Dans la conversation, répondre aussitôt à un propos. La foule, railleuse, lui cria: − Voyons, sois franc, Nosor, comment trouves-tu ce bouillon? − Nosor, n'ayant garde de repartir, expectorait (...) des chicots saignants (Cladel, Ompdrailles, 1879, p. 292).
[Le compl. est un propos rapporté au style dir., le verbe est souvent placé en incise] Il dit, avec un rictus sardonique: − « (...) La société, c'est un estomac qui digère et pas plus de courants d'idées que de courants d'air. » − « Cela te fait rire, Martial, » repartit Marie-Jeanne (..), « moi pas (...) » (Bourget, Actes suivent, 1926, p. 57).
[Gén. avec un adv., un compl. prép., parfois un adj. en appos. pour préciser l'attitude du locuteur, le ton de la réponse] − Ainsi, (...) votre intention n'a jamais été de vous rallier? − Je n'y ai jamais songé, repartit tranquillement Gaston (Sandeau, Sacs, 1851, p. 41).− Enfin, Juliette se marie! C'est inattendu! C'est un peu inespéré! − Non, repartait « Sido » belliqueuse, c'est désespéré (Colette, Sido, 1929, p. 171).
SYNT. Repartir brusquement, énergiquement, fièrement, froidement, ironiquement, modestement, poliment, simplement, spirituellement; repartir avec acrimonie, enthousiasme, ironie, mépris; repartir d'un air furieux, d'une manière brutale, d'un ton emporté, méprisant, résolu, vif, d'une voix aigre, amère, ferme, irritée.
[Le compl. est une sub. introd. par que] L'abbesse la pria d'ouvrir; la prieure répondit que la règle ne le permettait pas (...). L'abbesse repartit que les règles n'étaient point pour l'abbesse de Port-Royal (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 5, 1859, p. 563).
[Le compl. est un subst., parfois introd. par par] Il repartit de mauvaises raisons (Littré).Il ne lui a reparti que des impertinences. Il ne lui a reparti que par injures, que par des injures (Ac.).
Repartir + compl. second. désignant l'interlocuteur.− Je suis bien petit pour ces grandeurs (...). − Si vous le pensez réellement, me repartit vivement la comtesse, vous n'en êtes que plus digne d'estime (Gobineau, Pléiades, 1874, p. 54).
[P. méton. du suj.] Paraît sur l'écran un vaste bâtiment, anguleux et dur: « Munich: la maison du parti », annonce dévotieusement Agethen. « Quel parti? » repart aussitôt une voix dans la salle, sur le ton de la plus innocente curiosité (Ambrière, Gdes vac., 1946, p. 115).
Rem. Repartir est surtout empl. lorsqu'on rapporte une suite de propos; il est une var. des verbes, en nombre limité, qui permettent de désigner le locuteur. − Qu'est-ce que c'est que ça, les Minquiers? continua l'Américain. Le Malouin répondit: − C'est des cailloux très mauvais. (...) − Et les Moines, observa le Guernesiais. − Et le Canard, s'écria le Malouin. − Monsieur, repartit le Guernesiais poliment, vous avez réponse à tout (Hugo, Travaill. mer, 1866, p. 197).
B. − Rare. Faire entendre quelque chose immédiatement après autre chose. Repartir par. Davenant récita l'idylle du Ruisseau; Milton lui repartit par le vif Allegro (Chateaubr., Mél. et poés., Milton et Davenant, 1828, p. 334).
Prononc. et Orth.: [ʀ əpaʀti:ʀ], (il) repart [-pa:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1588 (Montaigne, Essais, III, 8, éd. P. Villey et V. L. Saulnier, t. 2, p. 938). Dér. de partir2*; préf. re-*.

REPARTIR2, verbe intrans.

A. −
1. [Le suj. désigne un animé]
a) Quitter un lieu où l'on est arrivé quelque temps auparavant; se remettre en route après un arrêt. Synon. redémarrer.Je dormis quelques heures dans un fossé et je repartis reposé, fortifié par ce somme (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Souv., 1884, p. 534).Un petit coup de fouet, bien cinglant, pour faire repartir la bête butée (Colette, Vagab., 1910, p. 14).
[P. méton. du suj.] Le sergent s'approchait avec ses hommes, les cris réglementaires furent échangés. (...) Et l'on entendit les pas lourds repartir (Zola, Germinal, 1885, p. 1466).
Repartir + compl. prép. désignant un lieu
[Le lieu d'arrêt, origine du nouveau départ] Repartir de.Repartis de Lara vers quatre heures du matin. Arrivés à Domourou avant la grande chaleur (Gide, Retour Tchad, 1928, p. 947).
[La destination] Repartir pour, vers.On repartit au pas vers Gorna Baina dont on apercevait les tuiles dans les arbres (Vercel, Cap. Conan, 1934, p. 186).Il courut à Antioche et de là, à franc étrier, jusqu'à Jérusalem. (...) il repartit à marches forcées pour Kharpout (Grousset, Croisades, 1939, p. 124).
En partic. Repartir à, pour.S'en retourner, rentrer. Repartir à l'école, chez soi. Ces devoirs (...) qu'il faudrait bâcler avec fièvre demain matin dans ma chambre (...) avant l'heure odieuse de repartir pour le collège (Loti, Rom. enf., 1890, p. 211).Bon nombre de mercenaires étaient repartis en France (Malraux, Espoir, 1937, p. 666).
Repartir + compl. prép., loc. adv., adv. indiquant les modalités de l'action
[Le moyen utilisé] Repartir par le train, en voiture. Oui, elle était venue (...) et était repartie, à pied cette fois, sans bagage, avec la bonne (Verlaine, Œuvres compl., t. 4, L. Leclercq, 1886, p. 150).Il était reparti dans son cabriolet en fouaillant rageusement l'alezan (Aymé, Jument, 1933, p. 75).
[L'allure] Repartir à grands pas, à petits pas, à marches forcées, à franc étrier, à fond de train, à toute vitesse, au galop, aussi vite qu'on est venu, doucement, lentement. Le cheval de Curzon s'arrêta, je respirai; mais en entendant le galop du mien, il repartit de plus belle (About, Grèce, 1854, p. 145).[Il] allumait sa petite pipe et repartait d'un bon pas (Pourrat, Gaspard, 1925, p. 207).
Repartir + compl. indiquant le but de l'action
Repartir pour + inf.Ces Vikings descendus à la fin du neuvième siècle des fjords de Norvège pour s'installer en Normandie et qui, de là, une fois baptisés et francisés, sont repartis à l'aventure pour conquérir les rivages bénis de Naples et de Sicile (Grousset, Croisades, 1939, p. 20).Repartir pour + subst.Repartir pour les vêpres. Cinq ou six journaliers en blouse, coiffés du chapeau de paille, allaient repartir pour l'ouvrage (Erckm.-Chatr., Ami Fritz, 1864, p. 219).Prêt à repartir pour la guerre, il disait en voyant se bousculer les embusqués retenant leurs tables: « On ne dirait pas que c'est la guerre ici » (Proust, Temps retr., 1922, p. 735).
[Dans d'autres constr., l'idée de mouvement passe au second plan, c'est l'idée de recommencement d'une activité qui prévaut]
Repartir + inf.Marie-Louise et Philippe-Auguste étaient repartis vagabonder dans l'avenue (Maupass., Contes et nouv., t. 1, En fam., 1881, p. 359).
Repartir à, en + subst.Repartir à l'attaque, à l'assaut, à la chasse, en chasse, en vadrouille, en voyage. Que de choses dans cette chambre! Il ne les connaît pas toutes. Chaque jour, il repart en exploration dans cet univers qui est à lui (Rolland, J.-Chr., Aube, 1904, p. 13).Plus rien ne troublait la forêt et Guerriot repartit de nouveau à sa récolte (Pergaud, De Goupil, 1910, p. 146).
b) P. ext. [Sans idée d'arrêt] Continuer sa route en changeant de direction. Elles essayaient de tenir leur chemin droit vers le couchant; et sans cesse (...) quelque fourré les contraignait à un détour. (...) elles arrivaient à un endroit gris où elles enfonçaient, une narse, une tourbière. Elles la longeaient, repartaient droit (Pourrat, Gaspard, 1930, p. 241).
2. [Le suj. désigne une chose]
a) [Un moyen de locomotion, une chose douée de mouvement] Le train allait lentement (...). Il s'arrêtait à tout moment, aux petites gares, devant quelques maisons blanches, puis repartait de son allure calme (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Idylle, 1884, p. 1285).La houle tout à coup recule, puis, massée, repart, grossit, s'emballe et crève l'horizon (Romains, Vie unan., 1908, p. 206).
b) Être réexpédié. Cette cave, où l'or venait en pièces monnayées, d'où il partait en lingots, pour revenir en pièces et repartir en lingots (Zola, Argent, 1891, p. 114).On dévêtait ces morts, on les incinérait, et les vêtements repartaient pour Tourcoing (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p. 390).
c) P. anal. [Le suj. désigne un mécanisme (ou ce qui le contient), un organe] Se remettre à fonctionner, après un temps d'arrêt. Montre, moteur qui repart. Au loin, une bande de mitrailleuse part, s'arrête, repart, perdue comme un bruit de machine à coudre dans l'immensité nocturne (Malraux, Espoir, 1937, p. 628).Le long d'une pente verticale, sur laquelle je progressais (...) voilà que mon cœur tombe en panne. Ça hésite, ça repart. Ça bat de travers (Saint-Exup., Terre hommes, 1939, p. 166).
P. métaph. On tombe dans un morne abattement (...). Dont on sort aux premiers sons charmants de la voix aimée. On se remonte, on repart (A. France, Pt bonh., 1898, 3, p. 502).
d) P. ext. Continuer en changeant de direction. La fine jupe évasée dont tout pli se concentre à la taille par de subtiles obliques; et de là repartent d'autres obliques d'une direction opposée (Mauclair, De Watteau à Whistler, 1905, p. 237).Dans le fond, un escalier débouche, venant du rez-de-chaussée, et repart vers le second étage (Montherl., Celles qu'on prend, 1950, i, p. 767).
B. − Au fig. Recommencer.
1.
a) [Le suj. désigne une pers.] Se remettre à faire quelque chose, reprendre une occupation, un état, après une interruption.
Repartir + compl. précisant l'acte
Repartir à + inf.Repartir à rire, à pleurer, à rêver. À des moments, Julia s'arrête de manger, les mains à plat au bord de la table (...). Puis elle repart à s'emplir de nourriture, vite (Giono, Gd troupeau, 1931, p. 155).
Repartir + prép. + subst.
Repartir à.Il repartait à des récits postillonneurs (Duhamel, Désert Bièvres, 1937, p. 70).
Repartir de.Elle repartit d'un fou rire (Zola, Nana, 1880, p. 1436).
Repartir en, dans.Repartir dans des explications, des jérémiades, des mensonges, dans ses rêves. Il repartit dans sa colère, entrecoupée cette fois de cris de désespoir (Billy, Introïbo, 1939, p. 161).Joseph sentait parfois monter, des profondeurs, quelque chaude bouffée de colère. Puis il repartait en confuses rêveries (Duhamel, Passion J. Pasquier, 1945, p. 211).
Rare. [Avec d'autres prép.] Il était déjà reparti pour une de ces songeries où les idées ne prennent pas corps (Pourrat, Gaspard, 1930, p. 185).Ma mère soufflait, déjà repartie parmi ses pensées (Duhamel, Notaire Havre, 1933, p. 42).
Absol. Et l'orchestre de repartir gaiement (Berlioz, Grotesques mus., 1869, p. 43).Et toujours ces rires (...) coupés de: « Ah! mon Dieu! Ah! mon Dieu! » des gens qui ne reprennent haleine que pour repartir de plus belle (Courteline, Conv. Alceste, Margot, 1888, p. 72).
Expr. Repartir comme en quatorze*.
En partic. Se remettre à parler, reprendre le fil de son discours. MmeDeberle (...) causait pendant des heures, se contentant des approbations muettes d'Hélène, repartant de plus belle au moindre hochement de tête (Zola, Page amour, 1878, p. 880).[P. méton. du suj.] − Azarius, c'est-y (...) que tu vas partir? Pas de réponse. Alors, rauque, presque sifflante, la voix repartit: − Azarius, allume que je te voie! (Roy, Bonheur occas., 1945, p. 459).
Repartir + compl. prép. indiquant le thème du discours.Elmire repartait sur son innocence. Gaspard (...) saurait dissiper les noirs nuages de calomnie dont on cherchait à offusquer sa réputation (Pourrat, Gaspard, 1931, p. 248).Et le voilà reparti sur le thème de la mer où vont se jeter tous les cours d'eau nés d'elle (Billy, Introïbo, 1939, p. 184).
b) [Le suj. désigne ou évoque une action] Recommencer. Conversation, chant, rire, hilarité, musique qui repart. Après dix minutes, Buteau jeta un léger cri. Les fléaux s'arrêtèrent, et il retourna la gerbe. Puis, les fléaux repartirent (Zola, Terre, 1887, p. 281).Rose-Anna, les lèvres pincées, examinait une couture de près; puis elle pressait la pédale et la voix du travail repartait (Roy, Bonheur occas., 1945, p. 197).
2. Se lancer de nouveau dans une entreprise, une expérience, une étude, recommencer une évolution après une remise en question, un échec. Il n'hésitait jamais à remettre ses idées en question; chaque fois, il repartait à l'aventure. Mais cette fois-ci le revirement était radical (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 469).
Repartir vers + subst. indiquant la nouvelle direction.Repartir vers de nouveaux horizons. Dès qu'Antoine croyait être parvenu à une constatation psychologique culminante, une nouvelle déclaration de Jacques venait généralement renverser l'échafaudage de ses réflexions: il fallait repartir à neuf, et, le plus souvent, vers des conclusions opposées (Martin du G., Thib., Belle sais., 1923, p. 821).
Repartir + subst. indiquant le point de départ
Repartir de.Repartir du début. Me replacer dans une situation simple et commune d'où je puisse repartir ensuite pour exercer des facultés redevenues libres (Constant, Journaux, 1803, p. 42).
Repartir de rien, de zéro ou, le plus souvent, à zéro (fam.). Recommencer comme si l'expérience passée n'avait pas eu lieu, sans aucun acquis. L'amour est comme une carrière: quand on est arrivé,faut-il encore refaire des stages, repartir de rien? (Nizan, Conspir., 1938, p. 99).D'ici là, j'aurai eu dix fois le temps d'être ruiné. Et il me faudra repartir de zéro (Romains, Hommes bonne vol., 1938, p. 161).Il imaginait la ville se reprenant à vivre de nouveau, effaçant son passé pour repartir à zéro (Camus, Peste, 1947, p. 1447).
Repartir sur.Repartir sur de nouvelles bases. Elle ne commencerait à se relever [l'Allemagne] (...) qu'à partir du jour où la valeur du mark serait réduite à zéro, et où elle serait forcée de repartir à neuf, sur des bases non conventionnelles mais réelles (Gide, Journal, Feuillets, 1921, p. 713).Je ne reverrais plus ma femme (...). Les choses en resteraient éternellement au point où je les avais laissées en quittant Calèse. Nous ne pourrions pas recommencer, repartir sur nouveaux frais (Mauriac, Nœud vip., 1932, p. 241).
Repartir à neuf. Recommencer d'une manière nouvelle ou comme si c'était la première fois. Il est bon d'avoir remis tout en doute et de ne prendre appui que sur un sol bien nettoyé. Mais c'est pour repartir à neuf (Gide, Journal, 1934, p. 1211).
Repartir du bon pied, sur un bon pied. Recommencer en s'y prenant mieux. Dans une situation difficile, rien ne vaut une bonne grève pour assainir l'atmosphère et repartir sur un bon pied (Reynaud, Syndic. en Fr., 1963, p. 150).Si nous voulons, comme on dit, repartir du bon pied, il faut d'abord comprendre le monde nouveau qui se bâtit autour de nous (Beaufre, Dissuasion et strat., 1964, p. 8).
3. Prendre un nouvel essor, reprendre son activité, son développement après un palier ou une régression. Synon. fam. redémarrer.Une affaire, une entreprise qui repart. Un des deux hommes se retourna, ramassa entre ses mains ce qui restait de bourrée, le jeta au feu. Les flammes repartirent (Pourrat, Gaspard, 1930, p. 240).Mettre à nu tout le tissu malade, car la maladie gagne sous la corne et un seul recoin non traité suffit à faire repartir la lésion (Garcin, Guide vétér., 1944, p. 170).
[Le suj. désigne une pousse, une plante] L'hiver s'écoula. Il fut long et rude. Puis le premier printemps fit repartir les germes (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Père Amable, 1886, p. 226).De bonnes pluies venaient amollir régulièrement la terre lorsque le soleil risquait de la dessécher; et tout repartait, arbres, plantes, broussailles, comme si chaque quinzaine fût un printemps nouveau (Lacretelle, Hts ponts, t. 1, 1932, p. 226).P. anal. [La descendance] peut être brisée dans une ligne qui comptait cinq mâles et se continuer miraculeusement dans une branche qui repart avec un fils posthume (L'Hist. et ses méth., 1961, p. 733).
[Le suj. désigne un sentiment] Elle ramena du casino Weissberger, (...) força la Weissberger à l'embrasser publiquement, et nous avons su depuis que de cette fausse accolade était reparti l'amour (Giraudoux, Siegfried et Lim., 1922, p. 232).À la pensée d'Anne-Marie pourchassée par ces hommes-là (...) sa colère repartait sur le feu et n'était pas longue à bouillir (Pourrat, Gaspard, 1922, p. 241).
Repartir en flèche. Se développer très rapidement. Elle a lancé la maison Amaryllis (...). Ça commençait à lui rapporter gros quand il y a eu la guerre. Maintenant, ça repart en flèche, mais elle en a bavé (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 184).Pour financer un tel programme, le budget de la commission atomique allait repartir en flèche: un milliard de dollars pour 1951, deux milliards pour 1952, quatre milliards pour 1953 (Goldschmidt, Avent. atom., 1962, p. 93).
Prononc. et Orth.: [ʀ əpaʀti:ʀ], (il) repart [-pa:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. a) 1611 « échapper de la main (en parlant d'un cheval) » (Cotgr.); b) 1669 « partir de nouveau » (Widerhold d'apr. FEW t. 7, p. 688a). Dér. de partir2*; préf. re-*.
STAT.Repartir1 et 2. Fréq. abs. littér.: 2 999. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 739, b) 3 666; xxes.: a) 4 501, b) 5 743.

RÉPARTIR, verbe trans.

A. − Partager, diviser quelque chose entre diverses personnes; attribuer une part de quelque chose à diverses personnes ou collectivités selon des règles ou des conventions précises. Les armes, les instruments et quelques vivres furent répartis entre les sept voyageurs (Verne, Enf. cap. Grant, t. 1, 1868, p. 102).Par quatre fois, le roi, répartit aux capitaines qui avaient défendu la ville des sommes montant à quarante et un mille six cent trente et une livres (A. France, J. d'Arc, t. 1, 1908, p. 387).Le soir, la table desservie, MmeJacquemart se rendit à la cuisine, afin de répartir entre « ses filles » la tâche pour le lendemain (Arland, Ordre, 1929, p. 500).Empl. pronom. Dans les rentes viagères, la rente de chaque prêteur s'éteint avec sa vie; dans les tontines, elle se répartit entre les prêteurs qui survivent, de manière que le dernier survivant jouit de la rente de tous les prêteurs avec lesquels il a été associé (Say, Écon. pol., 1832, p. 542).Si, naguère, la dimension réduite de notre organisation concentrait tout entre mes mains, aujourd'hui, pour embrasser un domaine qui va s'élargissant, le pouvoir doit se répartir (De Gaulle, Mém. guerre, 1956, p. 174).
SYNT. Répartir un bénéfice, des biens, un intérêt, du matériel, une prime, un pourcentage, des richesses, des vivres; répartir des fonctions, des responsabilités; répartir équitablement, au prorata; répartir le bien-être, le confort, la culture, l'instruction.
ÉCON. POL. Diviser une quantité, une somme globale pour déterminer une quotité. La puissance entière était dans les mains de l'intendant et de ses agents; lui seul, en réalité, répartissait la taille entre les paroisses, guidait et surveillait les collecteurs, accordait des sursis ou des décharges (Tocqueville, Anc. Rég. et Révol., 1856, p. 104).Par contre, pour ce qui est du principal fictif de la contribution personnelle et mobilière, il est réparti entre les arrondissements par le conseil général, et entre les communes par le conseil d'arrondissement (Bacquias, Cons. gén. et cons. arrondiss., 1934, p. 20).
Au fig. [Le suj. est un phénomène abstr., un concept] Donner, accorder aux hommes en partage. Sais-tu pourquoi les vertus ne sont pas également réparties entre les hommes? Parce que les uns ne savent pas les demander avec autant d'humilité, ni les conserver avec autant de soins que d'autres (Montalembert, Ste Élisabeth, 1836, p. 173).Il nous faut encore compter avec le don, particulièrement mal réparti entre gens tous malheureusement plus ou moins imbus de psychologie scolaire, en matière de dédoublement et de voyance (Breton, Manif. Surréal., 2emanif., 1930, p. 171).
B. −
1. Distribuer, disposer quelque chose, un ensemble de choses dans un espace selon certaines normes ou contraintes. Répartir la lumière dans une pièce; répartir l'eau d'irrigation. La présence d'une grille permet de mieux répartir l'air à travers la masse du combustible (Barnerias, Aciéries, 1934, p. 112).Chaque passager dispose d'une brassière, en sus des bouées réparties de distance en distance le long des rambardes (M. Benoist, Pettier, Transp. mar., 1961, p. 100).
Au part. passé. Disposé d'une certaine manière et, en partic., dispersé dans une aire géographique. Ces lames, judicieusement réparties sur le pourtour, permettront de faire glisser sans difficulté les segments en dehors du bloc de piston (Ambroise, Monteur mécan., 1949, p. 42).Gagner la bataille aérienne stratégique, c'est écraser pratiquement l'aviation stratégique occidentale répartie à travers le monde (Billotte, Consid. strat., 1957, p. 40-14).
Empl. pronom. à sens passif. L'accumulation de ces points lumineux [dans le prodécé du pointillisme] se répartit sur toute la surface du tableau sans empâtements, avec régularité (Mauclair, Maîtres impressionn., 1923, p. 189).Les logements sans aucun confort se répartissent surtout dans les autres régions et principalement en Bretagne et Normandie (Aspects habitat rur. Fr., 1953, p. 9).
2. Distribuer, placer des personnes, des groupes de personnes en certains lieux à des fins précises. Ils nous partagèrent entre eux pour nous donner des lits et un bon souper, et dans un quart-d'heure quatre-vingts personnes se trouvèrent réparties chez les plus considérables habitans qui regardaient comme un bonheur de nous recevoir (Sénac de Meilhan, Émigré, 1797, p. 1610).Le syndicalisme a su montrer aux pouvoirs publics qu'il ne suffisait pas de répartir, sur l'ensemble du territoire, des ingénieurs et des conseillers techniques pour que le progrès pénètre dans les exploitations (Debatisse, Révol. silenc., 1963, p. 107).
Au part. passé. Dispersé, disséminé dans une aire géographique. Notre éminent collaborateur André Siegfried (...) a abordé hier, devant l'assistance de choix des Annales, l'examen psychologique des Noirs dans le monde, où ils figurent au nombre de 80 à 100 millions, répartis en Afrique et en Amérique (Le Figaro, 19-20 janv. 1952, p. 7, col. 2).
3. P. anal. Étaler dans le temps, échelonner sur une durée. Aucun acquéreur n'est en mesure de payer comptant ce qu'il achète; il faut, bon gré mal gré, répartir la somme en dix, vingt ou trente annuités, dont la première se paye quelquefois, la seconde rarement, la troisième jamais (About, Grèce, 1854, p. 312):
Les tentatives de mise au point d'un moteur nucléaire d'avion se soldaient par contre par un échec; après des dépenses d'un milliard de dollars réparties sur une dizaine d'années, les travaux furent interrompus en raison des difficultés rencontrées, du coût final et du caractère problématique de l'intérêt d'une telle entreprise. Goldschmidt, Avent. atom., 1962, p. 137.
C. − Répartir en, répartir par
1. Classer, distribuer les éléments d'un ensemble en groupes, en catégories. Avec sa manie de tout chiffrer, il ne manqua pas de dire que l'on comptait jusqu'ici quatre mille deux cents espèces de plantes réparties en cent vingt familles dans la flore australienne (Verne, Enf. cap. Grant, t. 2, 1868, p. 102).[La trieuse] est capable de choisir, dans une suite de cartes, toutes celles qui présentent un même caractère, ou encore, de répartir par catégories les cartes de la suite (Couffignal, Mach. penser, 1964, p. 22).Empl. pronom. La population innombrable des êtres qui peuplent aujourd'hui la terre se répartit en une multitude de types fixes, ou à peu près fixes, qu'on nomme les espèces (J. Rostand, La Vie et ses probl., 1939, p. 161).
2. Former des groupes, rassembler selon certains critères des personnes. Si un législateur entreprenait de mettre la règle parmi ces hommes, il ne manquait jamais de commencer par les répartir en tribus et en phratries, comme s'il n'y avait pas d'autre type de société que celui-là (Fustel de Coul., Cité antique, 1864, p. 165).Empl. pronom. réciproque. D'accord entre eux dans le domaine du sentiment, les délégués se répartissaient en diverses familles d'esprits (De Gaulle, Mém. guerre, 1956, p. 152).
REM.
Répartitif, -ive, adj.Qui a pour fonction de répartir. Quelques conflits s'étant élevés entre l'astiqueur et l'épileur au sujet des limites répartitives de leurs fonctions, Tityre comprit la nécessité d'un arbitre, qui se flanqua de deux avocats pour et contre (Gide, Prométhée, 1899, p. 336).
Prononc. et Orth.: [ʀepaʀti:ʀ], (il) répartit [-ti]. Ac. 1694: re-; dep. 1718: ré-. Étymol. et Hist. 1. Fin xiies. repartir « partager, distribuer en attribuant à chacun ce qui lui revient » (Sermons St Bernard, 178, 13 ds T.-L.); 2. 1718 « distribuer dans un espace » (Ac.); 3. 1854 « étaler dans le temps, échelonner sur une durée » (About, loc. cit.); 4. 1864 répartir (des hommes) en tribus et en phratries (Fustel De Coul., loc. cit). Dér. de partir1*; préf. re-*, avec subst. de ré- à re-* pour éviter la confusion avec repartir*. Il est impossible d'établir à partir de quelle période on prononça ré-. Fréq. abs. littér.: 595. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 627, b) 427; xxes.: a) 698, b) 1 343.

Wiktionnaire

Verbe

répartir transitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. Partager ; distribuer ; attribuer à chacun sa part.
    • L'ustensile employé est une cocotte en fonte très épaisse, assez grande. La fonte est longue à chauffer mais, à travers sa matière, la chaleur se répartit plus régulièrement. — (Françoise Bernard, La cuisine, Hachette Pratique, 2011)
    • Là encore, il est utile d'aider les apprenants à se répartir les tâches : installation des panneaux d'affichage, […], installation du fléchage, accueil de l’intervenant extérieur s'il y a lieu. — (Virginie Charreau, Nicolas Étienne & Émilie Ingargiola, À la découverte des aliments : tester, comprendre et partager les sciences de l'alimentation, Dijon : Educagri Éditions, 2006, 2e éd. 2013, p. 319)
    • Répartir les biens d’une succession entre plusieurs cohéritiers. — Répartir des bénéfices, les contributions.
    • La ville était trop petite pour loger toutes les troupes, il fallut en répartir la moitié dans les villages voisins.
  2. (Transport aérien) Réguler
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÉPARTIR. (Je répartis; nous répartissons. Je répartissais. Je répartis. Je répartirai. Répartis; répartissez. Que je répartisse. Répartissant. Réparti.) v. tr.
Partager, distribuer, attribuer à chacun sa part. Répartir les biens d'une succession entre plusieurs cohéritiers. Répartir des bénéfices. Répartir les contributions. La ville était trop petite pour loger toutes les troupes, il fallut en répartir la moitié dans les villages voisins.

Littré (1872-1877)

RÉPARTIR (ré-par-tir), je répartis, tu répartis, il répartit, nous répartissons, vous répartissez, ils répartissent ; je répartissais ; je répartis ; je répartirai ; je répartirais ; répartis, répartissez ; que je répartisse ; qu'il répartisse ; que je répartisse, qu'il répartît ; répartissant ; réparti v. a.
  • Partager, distribuer. Répartir une somme. Répartir les contributions. Un chameau mourut ; on répartit sa charge sur le dos de chacun des serviteurs, Voltaire, Zadig, 10. On va répartir aux indigents qui travaillent et surtout aux pauvres officiers, les biens immenses de certains oisifs qui ont fait vœu de pauvreté, Voltaire, Voyage de la raison. Quand tout est dans l'ordre, tous les travaux sont utiles ; il est vrai qu'ils répartissent inégalement les richesses, mais c'est avec justice, puisqu'ils supposent des talents plus ou moins rares, Condillac, Comm. gouv. I, 10.

    Se répartir, v. réfl. Être réparti. Afin qu'un pays agricole soit aussi riche qu'il peut l'être…, il faut que les différentes occupations se répartissent entre les citoyens, et que, dans chaque profession, le nombre des travailleurs se proportionne au besoin qu'on en a, Condillac, Comm. gouv. I, 29.

HISTORIQUE

XIIIe s. Quant Diex nasqui en terre sous humaine figure, Et li homs reparti [eut part] à devine nature, Disp. du juif et du chrétien, Ms. de St-Germ. f° 108, dans LACURNE.

XVIe s. Il seroit malaisé que chascun peust representer les choses mesmes qu'il auroit eues en sa part du butin, pour les repartir de nouveau, Amyot, Cam. 15.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

RÉPARTIR, v. act. (Gramm.) diviser entre plusieurs associés, les profits ou les pertes d’une société ; il se dit particuliérement des profits qui se font par les actionnaires dans les compagnies de commerce. Faire une répartition est plus en usage que repartir. Voyez Société, & Compagnie. Dictionn. de Commerce & de Trév.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « répartir »

De partir avec le préfixe ré- → voir repartir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Re…, et partir 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « répartir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
répartir repartir

Citations contenant le mot « répartir »

  • Les gens du monde se réunissent moins pour goûter le plaisir d'être ensemble que pour s'en répartir l'ennui. De Henri de Régnier
  • Vous avez 1 million d’euros à répartir parmi des centaines de projets potentiels dans le département et c’est à vous de choisir vos préférés. Depuis hier et jusqu’au 4 septembre, tous les Lot-et-Garonnais âgés de 11 ans et plus pourront élire les projets qui bénéficieront du budget participatif du conseil départemental. Ceux qui auront recueilli le plus de voix devraient être réalisés dans les douze mois suivants. ladepeche.fr, Un million d’euros à répartir - ladepeche.fr
  • « On a décidé évidemment de soutenir le monde médical dans la lutte contre le Covid-19, mais aussi d'autres causes sociétales qui nous tiennent particulièrement à cœur », précise le directeur général adjoint. Les salariés avaient le choix de répartir leurs dons entre trois structures. Résultat : 25 % des 1 200 000 € iront à la Fondation Abbé-Pierre, 30 % à la Fondation des Femmes et 45 % à la Fondation de France, qui représente également l'Institut Pasteur et l'AP-HP à travers une alliance de circonstance : « Tous unis contre le virus. » La Matmut devrait remettre les chèques aux fondations d'ici la rentrée. leparisien.fr, Les salariés de la Matmut réunissent 1,2 million d’euros de dons pour le monde médical - Le Parisien
  • Tout randonneur un peu entraîné peut suivre cet itinéraire bien balisé, en jaune. Les pentes sont douces et le dénivelé de 400 m avec plusieurs replats, permet de répartir son effort tout au long du parcours. ladepeche.fr, La Barguillère, tantôt verte comme l’Irlande ou sèche comme l’Espagne - ladepeche.fr

Images d'illustration du mot « répartir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « répartir »

Langue Traduction
Anglais divide
Espagnol dividir
Italien dividere
Allemand teilen
Chinois 划分
Arabe يقسم
Portugais dividir
Russe делить
Japonais 割る
Basque arraila
Corse dividite
Source : Google Translate API

Synonymes de « répartir »

Source : synonymes de répartir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « répartir »

Partager