La langue française

Élévation

Sommaire

  • Définitions du mot élévation
  • Étymologie de « élévation »
  • Phonétique de « élévation »
  • Évolution historique de l’usage du mot « élévation »
  • Citations contenant le mot « élévation »
  • Images d'illustration du mot « élévation »
  • Traductions du mot « élévation »
  • Synonymes de « élévation »
  • Antonymes de « élévation »

Définitions du mot élévation

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉLÉVATION, subst. fém.

I.− [Correspond à élever1I]
A.− [La montée est physique; le point de départ exclut l'idée de degré ou ne se situe pas déjà à une certaine hauteur]
1. [Avec une idée de mouvement] Action d'élever une chose; fait pour une chose de s'élever ou d'être élevée.
a) [À propos d'une partie du corps] Les côtes n'ont qu'un mouvement borné d'élévation et d'abaissement (Cuvier, Anat. comp.,t. 1, 1805, p. 204).Un mouvement incessant d'élévation et d'abaissement des épaules (Goncourt, Ch. Demailly,1860, p. 406).
DANSE. ,,Mouvement circulaire perpendiculaire au sol décrit par les jambes ou les bras soit vers l'avant, soit vers l'arrière`` (Giteau, 1970) :
1. Et rien de charmant comme ce corps ainsi éclairé, se mouvant, sa jambe tout à coup lancée, les élévations qu'elle essaie en se tenant d'une main à une chaise, cette dislocation harmonieuse de la danseuse essayant ses membres dans cette atmosphère mystérieuse et chaude d'une loge, tout en causant, en laissant tomber sur vous ses grands yeux noirs. Goncourt, Journal,1863, p. 1276.
b) [À propos d'une construction] Synon. construction, édification, érection.Le rétablissement de la plupart des églises démolies pendant la Révolution, l'élévation de nouvelles (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 2, 1823, p. 139).Élévation d'un mémorial ou tas de pierres (Claudel, Poète regarde Croix,1938, p. 300).
P. méton., B.-A. Œuvre d'art représentant l'érection de la croix du Christ. Le grand artiste [Rubens] aura commencé par l'Élévation de croix (Michelet, Journal,1837, p. 227).
ARCHIT. Représentation par le dessin d'un édifice dans sa projection géométrale et verticale. Élévation perspective, élévation du portail d'une église, de la face principale d'un palais, d'une maison (Ac. 1798-1932). Ces deux archéologues ont obtenu des plans, des coupes et des élévations (France, Rabelais,1924, p. 70).Portiques ou (...) constructions notables dessinés en élévation (Lavedan, Urban.,1926, p. 131).
c) LITURG. Geste par lequel le prêtre, à la messe, élève l'hostie et le calice après la consécration, pour les montrer aux fidèles. « C'est Dieu élevé, mon petit », me disait celle-ci [ma grand'mère] au moment de l'élévation (Billy, Introïbo,1939, p. 21).
P. méton.
Moment de la messe où a lieu ce rite. Sonner l'élévation. On chanta un motet à l'élévation (Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p. 372).
Morceau de chant ou de musique exécuté à ce moment. Un volume d'Élévations et Motets (La Laurencie, Éc. fr. violon,t. 1, 1922, p. 68).
2. [Sans idée de mouvement] Vx. Hauteur, altitude atteinte par une personne ou une chose. Rochers perpendiculaires, de deux ou trois cents pieds d'élévation (Lamart., Voy. Orient,t. 2, 1835, p. 122).On remarquait la largeur et l'élévation de son front [d'Amaury] (Sand, Compagn. Tour de Fr.,1840, p. 197).
P. méton. Éminence de terrain. Synon. butte, talus, tertre.Une petite élévation qui leur servait d'épaulement (Erckm.-Chatr., Hist. paysan,t. 2, 1870, p. 33).
ASTRON. Élévation du pôle. ,,Angle formé avec le plan de l'horizon par un rayon visuel mené de chaque point de la terre au pôle visible de la sphère céleste`` (Ac. 1835-1932). Mesurer géométriquement l'étendue de l'esprit comme on mesure l'élévation du pôle (Bonald, Législ. primit.,t. 2, 1802, p. 165).
B.− Au fig. [La montée concerne des valeurs]
1. [Valeurs physiques ou financières correspondant à des réalités évaluables] Action d'élever une chose; fait pour une chose de s'élever ou d'être élevée.
a) [Le point de départ exclut l'idée de degré ou n'est pas déjà situé à une certaine hauteur] Synon. importance, montant :
2. Wallenrod (...) plaça dans les fonds français la somme nécessaire pour donner à sa fille trente mille francs de rente. Cette dot fit une très-faible brèche à sa caisse, vu le peu d'élévation du capital. Balzac, Modeste Mignon,1844, p. 23.
b) [Le point de départ est déjà situé à une certaine hauteur] Élévation du niveau de vie, des salaires, des tarifs, des taxes. Synon. augmentation, hausse, majoration.L'élévation du prix des charges (Reybaud, J. Paturot,1842, p. 112).Une forte élévation de pression et de température (Périsse, Automob.,1907, p. 82).
ALG. Élévation d'un nombre à la seconde, à la troisième puissance, etc. Action de le carrer, de le cuber, etc.
MÉD. Élévation de température. ,,Augmentation de la fièvre constatée à l'aide du thermomètre`` (Ac. 1932). Élévation du pouls. Augmentation du nombre des pulsations. Synon. accélération.Une élévation du pouls et une petite fièvre (Goncourt, Journal,1877, p. 1202).
2. [Valeurs morales]
a) Action d'élever une personne, fait pour une personne de s'élever ou d'être élevée à un rang supérieur ou éminent. Synon. accession, avancement, promotion.Le connétable, bien peu après son élévation, avait voulu la mériter par quelque nouvel exploit (Barante, Hist. ducs Bourg.,t. 2, 1821-24, p. 150).
[Avec un compl. prép. indiquant à quoi la pers. est élevée.] L'élévation du duc d'Anjou au trône espagnol (Du Camp, Hollande,1859, p. 227).Ma future élévation à la dignité de maréchal de France (Joffre, Mém.,t. 2, 1931, p. 410).
P. méton. Rang social élevé d'une personne :
3. Un grand nombre des fermiers, des meuniers, des nourrisseurs, des cultivateurs aux environs de Paris rêvent pour leurs filles les gloires du comptoir, et voient dans un détaillant, dans un bijoutier, dans un changeur, un gendre beaucoup plus selon leur cœur qu'un notaire ou qu'un avoué, dont l'élévation sociale les inquiète; ils ont peur d'être méprisés plus tard par ces sommités de la bourgeoisie. Balzac, La Cousine Bette,1846, p. 144.
P. métaph. L'élévation des monuments, comme celle des hommes, ne tient point à leur hauteur (Barb. d'Aurev., 3eMemor.,1856, p. 44).
b) Action de se poser plus haut dans le domaine intellectuel, moral ou spirituel; p. méton. résultat de cette action. L'élévation ou l'abaissement de l'esprit public de la nation (Vigny, Journal poète,1846, p. 1248).Il [Combeferre] voulait que la société travaillât sans relâche à l'élévation du niveau intellectuel et moral (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 775).
MYSTIQUE. Mouvement de l'âme vers Dieu. La prière, cette élévation de l'âme vers Dieu (E. de Guérin, Journal,1840, p. 384).V. aussi amour ex. 19.
P. méton. Recueil de méditations favorisant la prière :
4. Lu hier soir (...) les admirables pages de Bossuet sur l'Oraison, extraites de je ne sais où et que je trouve en tête de ma petite édition des Élévations sur les mystères. Mais, lorsqu'ensuite j'aborde les deux premières élévations, je m'empêtre dans une suite de pseudoraisonnements qui, loin de me persuader, m'indisposent et m'écœurent à neuf. Gide, Journal,1916, p. 533.
c) P. méton. Qualité de l'esprit qui permet à une personne de s'élever dans ce domaine ou qui résulte de la pratique d'une grande spiritualité. Élévation de l'âme, du caractère, d'esprit, de pensée, des sentiments. Synon. noblesse, grandeur d'âme, hauteur de vues.L'élévation du génie, l'abondance et l'éclat des idées (Cabanis, Rapp. phys. mor.,t. 1, 1808, p. 430):
5. Ma grand-mère avait un esprit de discernement plus éclairé et d'une grande élévation naturelle. Elle voulait former mon goût et portait sa critique judicieuse sur tous les objets qui me frappaient. Sand, Histoire de ma vie,t. 2, 1855, p. 293.
En partic. [À propos du style] Une certaine élévation de langage (Hugo, Misér.,t. 2, 1862, p. 620).
II.− [Correspond à élever1II] Élévation de la voix. Action d'élever la voix; p. méton. résultat de cette action.
[À propos de la tonalité ou du timbre] Il y a des élévations de voix nécessaires dans la déclamation (Ac.1798-1932).L'accent aigu [en grec] demande une élévation de la voix (Leclerc, Nouv. manuel typogr.,1932, p. 430).
[À propos de l'intensité] Une de ces colères de surface, qui sont toutes dans l'élévation de la voix (Goncourt, Journal,1882, p. 163).
Prononc. et Orth. : [elevasjɔ ̃]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1290 elevation du corps nostre Seigneur (cité d'apr. Desmaze, Curiosités des anc. justices, 381 ds Delb. Rec.); xiiiexives. elevation du Corpus Dominici (Chron. de Flandre, 1, 149, Kervyn, ibid.); 1314 « état de ce qui est élevé » (H. de Mondeville, Chirurgie, éd. A. Bos, I, 133, p. 42); 2. 1549 élévation de la voix (Est.); 3. 1665 fig. « caractère élevé de l'esprit » (La Rochefoucauld, Œuvres, éd. D. L. Gilbert, t. 1, p. 37); 4. 1666 fig. « action d'élever, de s'élever à un rang supérieur » (Furetière, Roman bourgeois, éd. Colombey, 305). Empr. au b. lat.elevatio, proprement « action d'élever », spéc. elevatio vocis [sur une syllabe accentuée]. Fréq. abs. littér. : 1 190. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 985, b) 1 309; xxes. : a) 819, b) 1 318. Bbg. Archit. 1972, p. 19, 33, 34. − Hotier (H.). Le Vocab. du cirque et du music-hall en France. 1973, p. 48.

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉLÉVATION, subst. fém.

I.− [Correspond à élever1I]
A.− [La montée est physique; le point de départ exclut l'idée de degré ou ne se situe pas déjà à une certaine hauteur]
1. [Avec une idée de mouvement] Action d'élever une chose; fait pour une chose de s'élever ou d'être élevée.
a) [À propos d'une partie du corps] Les côtes n'ont qu'un mouvement borné d'élévation et d'abaissement (Cuvier, Anat. comp.,t. 1, 1805, p. 204).Un mouvement incessant d'élévation et d'abaissement des épaules (Goncourt, Ch. Demailly,1860, p. 406).
DANSE. ,,Mouvement circulaire perpendiculaire au sol décrit par les jambes ou les bras soit vers l'avant, soit vers l'arrière`` (Giteau, 1970) :
1. Et rien de charmant comme ce corps ainsi éclairé, se mouvant, sa jambe tout à coup lancée, les élévations qu'elle essaie en se tenant d'une main à une chaise, cette dislocation harmonieuse de la danseuse essayant ses membres dans cette atmosphère mystérieuse et chaude d'une loge, tout en causant, en laissant tomber sur vous ses grands yeux noirs. Goncourt, Journal,1863, p. 1276.
b) [À propos d'une construction] Synon. construction, édification, érection.Le rétablissement de la plupart des églises démolies pendant la Révolution, l'élévation de nouvelles (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 2, 1823, p. 139).Élévation d'un mémorial ou tas de pierres (Claudel, Poète regarde Croix,1938, p. 300).
P. méton., B.-A. Œuvre d'art représentant l'érection de la croix du Christ. Le grand artiste [Rubens] aura commencé par l'Élévation de croix (Michelet, Journal,1837, p. 227).
ARCHIT. Représentation par le dessin d'un édifice dans sa projection géométrale et verticale. Élévation perspective, élévation du portail d'une église, de la face principale d'un palais, d'une maison (Ac. 1798-1932). Ces deux archéologues ont obtenu des plans, des coupes et des élévations (France, Rabelais,1924, p. 70).Portiques ou (...) constructions notables dessinés en élévation (Lavedan, Urban.,1926, p. 131).
c) LITURG. Geste par lequel le prêtre, à la messe, élève l'hostie et le calice après la consécration, pour les montrer aux fidèles. « C'est Dieu élevé, mon petit », me disait celle-ci [ma grand'mère] au moment de l'élévation (Billy, Introïbo,1939, p. 21).
P. méton.
Moment de la messe où a lieu ce rite. Sonner l'élévation. On chanta un motet à l'élévation (Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p. 372).
Morceau de chant ou de musique exécuté à ce moment. Un volume d'Élévations et Motets (La Laurencie, Éc. fr. violon,t. 1, 1922, p. 68).
2. [Sans idée de mouvement] Vx. Hauteur, altitude atteinte par une personne ou une chose. Rochers perpendiculaires, de deux ou trois cents pieds d'élévation (Lamart., Voy. Orient,t. 2, 1835, p. 122).On remarquait la largeur et l'élévation de son front [d'Amaury] (Sand, Compagn. Tour de Fr.,1840, p. 197).
P. méton. Éminence de terrain. Synon. butte, talus, tertre.Une petite élévation qui leur servait d'épaulement (Erckm.-Chatr., Hist. paysan,t. 2, 1870, p. 33).
ASTRON. Élévation du pôle. ,,Angle formé avec le plan de l'horizon par un rayon visuel mené de chaque point de la terre au pôle visible de la sphère céleste`` (Ac. 1835-1932). Mesurer géométriquement l'étendue de l'esprit comme on mesure l'élévation du pôle (Bonald, Législ. primit.,t. 2, 1802, p. 165).
B.− Au fig. [La montée concerne des valeurs]
1. [Valeurs physiques ou financières correspondant à des réalités évaluables] Action d'élever une chose; fait pour une chose de s'élever ou d'être élevée.
a) [Le point de départ exclut l'idée de degré ou n'est pas déjà situé à une certaine hauteur] Synon. importance, montant :
2. Wallenrod (...) plaça dans les fonds français la somme nécessaire pour donner à sa fille trente mille francs de rente. Cette dot fit une très-faible brèche à sa caisse, vu le peu d'élévation du capital. Balzac, Modeste Mignon,1844, p. 23.
b) [Le point de départ est déjà situé à une certaine hauteur] Élévation du niveau de vie, des salaires, des tarifs, des taxes. Synon. augmentation, hausse, majoration.L'élévation du prix des charges (Reybaud, J. Paturot,1842, p. 112).Une forte élévation de pression et de température (Périsse, Automob.,1907, p. 82).
ALG. Élévation d'un nombre à la seconde, à la troisième puissance, etc. Action de le carrer, de le cuber, etc.
MÉD. Élévation de température. ,,Augmentation de la fièvre constatée à l'aide du thermomètre`` (Ac. 1932). Élévation du pouls. Augmentation du nombre des pulsations. Synon. accélération.Une élévation du pouls et une petite fièvre (Goncourt, Journal,1877, p. 1202).
2. [Valeurs morales]
a) Action d'élever une personne, fait pour une personne de s'élever ou d'être élevée à un rang supérieur ou éminent. Synon. accession, avancement, promotion.Le connétable, bien peu après son élévation, avait voulu la mériter par quelque nouvel exploit (Barante, Hist. ducs Bourg.,t. 2, 1821-24, p. 150).
[Avec un compl. prép. indiquant à quoi la pers. est élevée.] L'élévation du duc d'Anjou au trône espagnol (Du Camp, Hollande,1859, p. 227).Ma future élévation à la dignité de maréchal de France (Joffre, Mém.,t. 2, 1931, p. 410).
P. méton. Rang social élevé d'une personne :
3. Un grand nombre des fermiers, des meuniers, des nourrisseurs, des cultivateurs aux environs de Paris rêvent pour leurs filles les gloires du comptoir, et voient dans un détaillant, dans un bijoutier, dans un changeur, un gendre beaucoup plus selon leur cœur qu'un notaire ou qu'un avoué, dont l'élévation sociale les inquiète; ils ont peur d'être méprisés plus tard par ces sommités de la bourgeoisie. Balzac, La Cousine Bette,1846, p. 144.
P. métaph. L'élévation des monuments, comme celle des hommes, ne tient point à leur hauteur (Barb. d'Aurev., 3eMemor.,1856, p. 44).
b) Action de se poser plus haut dans le domaine intellectuel, moral ou spirituel; p. méton. résultat de cette action. L'élévation ou l'abaissement de l'esprit public de la nation (Vigny, Journal poète,1846, p. 1248).Il [Combeferre] voulait que la société travaillât sans relâche à l'élévation du niveau intellectuel et moral (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 775).
MYSTIQUE. Mouvement de l'âme vers Dieu. La prière, cette élévation de l'âme vers Dieu (E. de Guérin, Journal,1840, p. 384).V. aussi amour ex. 19.
P. méton. Recueil de méditations favorisant la prière :
4. Lu hier soir (...) les admirables pages de Bossuet sur l'Oraison, extraites de je ne sais où et que je trouve en tête de ma petite édition des Élévations sur les mystères. Mais, lorsqu'ensuite j'aborde les deux premières élévations, je m'empêtre dans une suite de pseudoraisonnements qui, loin de me persuader, m'indisposent et m'écœurent à neuf. Gide, Journal,1916, p. 533.
c) P. méton. Qualité de l'esprit qui permet à une personne de s'élever dans ce domaine ou qui résulte de la pratique d'une grande spiritualité. Élévation de l'âme, du caractère, d'esprit, de pensée, des sentiments. Synon. noblesse, grandeur d'âme, hauteur de vues.L'élévation du génie, l'abondance et l'éclat des idées (Cabanis, Rapp. phys. mor.,t. 1, 1808, p. 430):
5. Ma grand-mère avait un esprit de discernement plus éclairé et d'une grande élévation naturelle. Elle voulait former mon goût et portait sa critique judicieuse sur tous les objets qui me frappaient. Sand, Histoire de ma vie,t. 2, 1855, p. 293.
En partic. [À propos du style] Une certaine élévation de langage (Hugo, Misér.,t. 2, 1862, p. 620).
II.− [Correspond à élever1II] Élévation de la voix. Action d'élever la voix; p. méton. résultat de cette action.
[À propos de la tonalité ou du timbre] Il y a des élévations de voix nécessaires dans la déclamation (Ac.1798-1932).L'accent aigu [en grec] demande une élévation de la voix (Leclerc, Nouv. manuel typogr.,1932, p. 430).
[À propos de l'intensité] Une de ces colères de surface, qui sont toutes dans l'élévation de la voix (Goncourt, Journal,1882, p. 163).
Prononc. et Orth. : [elevasjɔ ̃]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1290 elevation du corps nostre Seigneur (cité d'apr. Desmaze, Curiosités des anc. justices, 381 ds Delb. Rec.); xiiiexives. elevation du Corpus Dominici (Chron. de Flandre, 1, 149, Kervyn, ibid.); 1314 « état de ce qui est élevé » (H. de Mondeville, Chirurgie, éd. A. Bos, I, 133, p. 42); 2. 1549 élévation de la voix (Est.); 3. 1665 fig. « caractère élevé de l'esprit » (La Rochefoucauld, Œuvres, éd. D. L. Gilbert, t. 1, p. 37); 4. 1666 fig. « action d'élever, de s'élever à un rang supérieur » (Furetière, Roman bourgeois, éd. Colombey, 305). Empr. au b. lat.elevatio, proprement « action d'élever », spéc. elevatio vocis [sur une syllabe accentuée]. Fréq. abs. littér. : 1 190. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 985, b) 1 309; xxes. : a) 819, b) 1 318. Bbg. Archit. 1972, p. 19, 33, 34. − Hotier (H.). Le Vocab. du cirque et du music-hall en France. 1973, p. 48.

Wiktionnaire

Nom commun

élévation \e.le.va.sjɔ̃\ féminin

  1. Action d’élever, de s’élever ou résultat de cette action.
    • La multitude mélangée stationnait sur de grands talus de gazon préparés à cet effet, ce qui, avec l’aide de l’élévation naturelle du terrain, la mettait à même de dominer les galeries et de jouir d’une belle vue sur la lice. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Plus tard, par une méthode déjà plus délicate, j’inscrivais les phases d’élévation et d’abaissement des ailes d’un oiseau qui vole, la trajectoire décrite dans l’espace par la pointe de l’aile, les changements du plan alaire, les oscillations du corps dans leurs rapports avec les mouvements du vol. — (Étienne-Jules Marey, Le Fusil photographique, dans La Nature - Revue des sciences, page 326, 1882)
  2. (Figuré) Grandeur d’âme, noblesse de sentiments, grandeur dans les conceptions.
    • On ne peut qu’admirer la grande élévation de ses sentiments, de ses pensées.
    • Son caractère manquait d’élévation.
  3. (Architecture) (Stéréotomie) Projection orthogonale sur un plan vertical parallèle à une face des parties externes d'un ouvrage ou d'une pièce d'ouvrage.
  4. (Christianisme) Moment de la messe où le prêtre élève l’hostie.
    • Le lundi, 7 février 1859, à Vrigne-aux-Bois (Ardennes), M. le curé célébrait la Messe. Comme il se relevait de la dernière génuflexion que fait le prêtre après l’Élévation, ses yeux furent attirés vers l’Hostie consacrée par un éclat singulier, et, à la place de cette hostie, il vit comme une petite patène d’or dont le rayonnement était merveilleux. — (Les hosties sanglantes de Vrigne-aux-Bois (Ardennes): trois lettres de M. l'Abbé Jules Morel, Paris & Tournai : chez H. Casterman, s.d. (peu après 1859))
    • Un dimanche, à l'église, elle se mit à gesticuler, à parler haut, dans le grand et religieux silence de l’élévation. Puis, comme frappée de folie subite, elle traversa la nef en se retenant aux chaises et aux bancs, […]. — (Jules Mary, La Pocharde, 1898, chap. 1, Paris : chez H. Geoffroy, 1904-1905, p. 10)
    • — Un chien qui est un modèle de tenue ! Un chien qui se lève et s’assied en même temps que tous vos fidèles !
      — Ma chère madame, tout cela est vrai. N’empêche que dimanche dernier il a grondé pendant l’élévation !
      — Mais certainement, il a grondé pendant l’élévation ! Je voudrais bien voir qu’il n’ait pas grondé pendant l’élévation ! Un chien que j’ai dressé moi-même pour la garde et qui doit aboyer dès qu’il entend une sonnette !
      — (Colette, La maison de Claudine, Hachette, 1922, coll. Livre de Poche, 1960, page 105.)
  5. (Vieilli) (Figuré) Mouvements de ferveur religieuse. Se dit aussi de certaines prières qui entretiennent cette ferveur.
    • L’élévation des âmes.
    • L’élévation du cœur à Dieu.
    • Bossuet a fait un ouvrage sous le titre d’élévations à Dieu sur les mystères.
  6. (Figuré) Augmentation, hausse d'une valeur.
    • Il s’est produit une élévation subite du prix des denrées.
    • Une élévation de température.
  7. Amélioration du statut social.
    • Il a vaincu tous les obstacles qui s’opposaient à son élévation.
  8. (Informatique) : l’élévation est l'action de placer l'environnement d'exécution dans un mode permettant d'exécuter des action ou logiciels autrement restreints.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉLÉVATION. n. f.
Action d'élever, de s'élever ou Résultat de cette action. Il faut donner plus d'élévation à ce plancher, à cette muraille. Une élévation de six à sept mètres. L'élévation de l'hostie, ou absolument L'élévation, Le moment de la messe où le prêtre élève l'hostie. On était à l'élévation. Sonner l'élévation. Il se dit figurément des Mouvements vifs et affectueux de l'âme vers Dieu et de certaines prières qui excitent ces mouvements. L'élévation des âmes. L'élévation du cœur à Dieu. Bossuet a fait un ouvrage sous le titre d' " Élévations à Dieu sur les mystères. " Il signifie encore Grandeur d'âme, noblesse de sentiments, grandeur dans les conceptions. Il a beaucoup d'élévation dans l'âme. On ne peut qu'admirer la grande élévation de ses sentiments, de ses pensées. Son caractère manquait d'élévation. Il a une grande élévation d'esprit. Élévation de terrain, ou absolument Élévation, Terrain élevé, éminence. Une élévation bornait la vue de ce côté. En termes d'Astronomie, Élévation du pôle, Angle formé avec le plan de l'horizon par un rayon visuel mené de chaque point de la terre au pôle visible de la sphère céleste. Élévation de la voix, Ton de voix plus haut que celui qu'on prend habituellement. On pouvait juger à l'élévation de sa voix qu'il était fort en colère. Élévation de voix, Passage d'un ton à un ton plus haut. Il y a des élévations de voix nécessaires dans la déclamation. En termes d'Architecture, il signifie Représentation d'une face de bâtiment. Élévation géométrale, ou, elliptiquement et plus ordinairement, Élévation. Élévation perspective. L'élévation du portail d'une église. Élévation de la face principale d'un palais, d'une maison. Coupe ou élévation d'un bâtiment. Il signifie encore figurément Augmentation, hausse de prix. Il s'est produit une élévation subite du prix des denrées. Élévation de température, Augmentation de chaleur. Il se dit par extension, en termes de Médecine, de l'Augmentation de fièvre constatée à l'aide du thermomètre. Dans un sens analogue, Élévation du pouls, lorsqu'il est plus fréquent qu'à l'ordinaire. Il signifie en outre Constitution en dignité, Depuis qu'il est dans ce degré d'élévation. Dans cette prodigieuse élévation. Il lui doit son élévation. Il a vaincu tous les obstacles qui s'opposaient à son élévation.

Littré (1872-1877)

ÉLÉVATION (é-lé-va-sion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
  • 1Action de rendre plus haut ; résultat de cette action. Élévation d'une muraille. L'aérostat parvint à une très grande élévation. L'élévation des eaux de la rivière par la fonte des neiges.

    Fig. Il est temps de faire voir que tout ce qui est mortel, quoi qu'on ajoute par le dehors pour le faire paraître grand, est, par son fond, incapable d'élévation, Bossuet, Duch. d'Orl.

    Terme de chirurgie. Élévation dans le traitement des plaies, emploi d'appareils qui ont pour résultat de maintenir la partie lésée, les membres en particulier, plus élevée que le reste du corps.

    Terme de musique. Se dit du temps sur lequel on lève la main.

  • 2L'élévation de l'hostie, ou, simplement, l'élévation, endroit de la messe où le prêtre, ayant consacré, élève l'hostie et la montre au peuple. Quand un autre prêtre en est [de la messe] à l'élévation, Pascal, Prov. 9. Luther aussi, quoiqu'il eût pensé à ôter l'élévation de l'hostie, la retint, en dépit de Carlostad, comme il le déclare lui-même, Bossuet, Var. II, § 10.

    Élévation, nom d'un motet chanté à l'élévation de l'hostie.

  • 3Éminence, terrain élevé. Il monta sur une élévation.

    En botanique, indique la hauteur du lieu où croît une plante au-dessus du niveau de la mer.

  • 4 Terme d'astronomie. Élévation du pôle dans un lieu, la distance qui se trouve de l'horizon au pôle. Trouver l'élévation du pôle. On dit aussi l'élévation d'une étoile.

    Élévation de l'équateur, l'arc du méridien compris entre l'horizon du lieu et le point où le méridien est coupé par l'équateur.

    Angle d'élévation, angle que fait avec l'horizon le rayon visuel mené à un astre ou à un point quelconque de la sphère céleste.

    Terme de mécanique. Angle d'élévation, l'angle qu'une ligne de direction fait avec l'horizon.

    Terme d'artillerie. L'angle qu'un canon fait avec la ligne horizontale.

  • 5 Terme d'architecture. Coupe verticale d'une construction vue de face. Faire les plans et élévations d'un bâtiment.

    Terme de perspective. Représentation d'un bâtiment, dont les parties reculées paraissent en raccourci.

    Terme de marine. Plan d'élévation, plan vertical passant par l'axe de la quille et contenant la projection des diverses parties du navire.

    Hauteur des façons d'un navire.

  • 6Accroissement de certaines choses. Élévation de température, augmentation de chaleur.

    L'élévation de la voix, ton de voix plus haut que celui qu'on prend habituellement. L'élévation de sa voix témoignait de la passion qui l'agitait.

    Élévation de voix, passage d'un ton à un ton plus haut. Il y a des élévations de voix nécessaires dans la déclamation, Dict. de l'Acad.

    Terme de médecine. Élévation du pouls, de la respiration, accélération du pouls, de la respiration.

    Terme de mathématique. Élévation d'un nombre à la seconde, à la troisième puissance, etc. action de le carrer, de le cuber, etc.

  • 7Augmentation, hausse. Une élévation subite du prix des denrées.
  • 8Action de s'élever en dignité. Il renversa tous les obstacles qui s'opposaient à son élévation. La joie que l'on reçoit de l'élévation de son ami est un peu balancée par la petite peine qu'on a de le voir au-dessus de nous, La Bruyère, IV. Plus son élévation était grande, plus sa chute fut honteuse, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. I, p. 327, dans POUGENS.

    Grandeurs, dignités. Considérez ces grandes puissances que nous regardons de si bas ; pendant que nous tremblons sous leur main, Dieu les frappe pour nous avertir ; leur élévation en est la cause, Bossuet, Duch. d'Orl. Le malheur de ceux qui naissent dans l'élévation, Fénelon, Tél. XVI. L'élévation est d'ordinaire ou dure ou inattentive, Massillon, Or. fun. Madame. La peine que prend une dame de votre élévation [Mme de Maintenon], de venir me dire que je ne suis pas fille du roi, me persuade que je le suis, Voltaire, Louis XIV, 28.

  • 9Noblesse morale, grandeur intellectuelle. Il a beaucoup d'élévation dans l'âme. Élévation de sentiments. La première et la plus considérable source du sublime est une certaine élévation d'esprit qui nous fait penser heureusement les choses, Boileau, Longin, ch. VI. Cette élévation d'esprit et de style doit être l'image et l'effet de la grandeur d'âme, Rollin, Traité des Ét. III, 3. Delphine a de l'élévation, mais point d'orgueil, Genlis, Th. d'éduc. le Portrait, II, 6.
  • 10Mouvement vif et affectueux de l'âme vers Dieu. Dieu n'a pas toujours agréable Tout ce qu'un dévot trouve aimable ; Toute élévation n'a pas la sainteté, Corneille, Imit. II, 10. Pour les connaître [les faux mystiques], nous vous avertissons en notre Seigneur d'observer ceux qui affectent dans leurs discours des élévations extraordinaires et de fausses sublimités dans leur oraison, Bossuet, Ordonnance sur les états d'oraison.

SYNONYME

ÉLÉVATION, HAUTEUR. Tant que dans l'élévation on considère l'action d'élever ou de s'élever, élévation est différent de hauteur : l'élévation du ballon au-dessus des nuages, et non la hauteur du ballon ; hauteur signifiant la distance qui sépare un objet supérieur d'un objet inférieur. Mais quand, dans élévation, on considère le résultat de cette action, alors hauteur et élévation se rapprochent tout à fait : l'élévation du pôle ou la hauteur du pôle ; une élévation de terrain ou une hauteur sont sensiblement synonymes. Mais, figurément, les deux mots se séparent : l'élévation du caractère est une qualité qui élève le caractère au-dessus des choses basses ; la hauteur est un défaut qui, dans notre idée ou dans nos manières, nous place au-dessus des autres.

HISTORIQUE

XIVe s. L'elevacion du chief [de la tête], H. de Mondeville, f° 12.

XVIe s. Tous les gouverneurs et lieutenans du roy furent envoyez en leur departement avec leurs compagnies de gens d'armes, pour empescher les eslevations [soulèvements], D'Aubigné, Hist. I, 97. Diastole et systole, qui est à dire, elevation et compression des arteres, Paré, V, 7.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ÉLÉVATION. Ajoutez :
11Genre de composition littéraire inspiré par le mouvement d'élévation vers Dieu. Les Élévations sur les mystères, de Bossuet.

Ajoutez : - REM. On trouve élévation dans le sens d'action d'élever des animaux. Une littérature nombreuse dans laquelle on compte plusieurs journaux, le Monde ailé, feuille pour l'élévation des oiseaux, Journ. offic. 12 déc. 1872, p. 7728, 1re col. Cet emploi d'élévation est barbare ; il faut dire élevage.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « élévation »

Provenç. eslevation, eslevatio ; espagn. elevacion ; ital. elevazione ; du latin elevationem, d'elevare, élever.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Du bas latin elevatio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « élévation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
élévation elevasjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « élévation »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « élévation »

  • Le spécialiste des matériels d’élévation de personne et de manutention de charge complète sa bibliothèque d’objets pour la maquette numérique.   Depuis sa mise en ligne en début ... Chantiers de France, Elévation de personne - JLG annonce la fermeture de son usine en Roumanie
  • L’origine du rejet n’est pas identifiée à ce stade. Aussi, en se basant sur les mesures disponibles, l’IRSN mène des investigations dont des simulations en vue de mieux cerner le lieu d’origine et les causes possibles de cette élévation de radioactivité. , Détection en Europe du Nord d’une élévation des niveaux de radioactivité dans l’air
  • Photo : Accès Industrie conforte son offre dans les services complémentaires à l’élévation de personne et la manutention de charge. Chantiers de France, Elévation de personne - Accès Industrie acquiert Point6
  • Le spécialiste des matériels d’élévation de personne et de manutention de charge complète sa bibliothèque d’objets pour la maquette numérique. Chantiers de France, Elévation de personne - Haulotte met à disposition de nouveaux objets BIM
  • Il n'y a rien de plus bas, et qui convienne mieux au peuple, que de parler en des termes magnifiques de ceux mêmes dont l'on pensait très modestement avant leur élévation. Jean de La Bruyère, Les Caractères, Des jugements
  • Il y a du mérite sans élévation, mais il n'y a point d'élévation sans quelque mérite. François, duc de La Rochefoucauld, Maximes
  • Chantons des sujets un peu plus relevés. Virgile en latin Publius Vergilius Maro, Les Bucoliques, IV, 1
  • Un savoir-faire français. Depuis le développement du premier produit AWP par Delta Systems, JLG France a établi sa base dans le sud de la France, entre Bordeaux et Toulouse. Une zone rurale, dans la région de l’Entre-deux-Mers, berceau de la série Toucan et plus récemment de la nacelle de magasinage DSP de JLG. JLG France se consacre à la production d’équipements qui, en plus de garantir la sécurité des personnes qui travaillent en hauteur, contribuent à l’entretien des infrastructures de nos pays, des routes et des ponts que nous empruntons, des maisons et des bâtiments dans lesquels nous vivons et travaillons. JLG soutient la région et s’engage à préserver la solidité de la production française. L’initiative a été prise après avoir constaté qu’en matière de sélection d’ une marque de matériel d’élévation de personne pour chantiers, les exploitants avaient l’embarras du choix. Aussi, sélectionner une marque française de qualité comme JLG, en plus de sauvegarder les emplois français, c’est contribuer à la robustesse de nos économies locales. L’industriel l’assure : en sortie de crise sanitaire, le retour des clients concernant cette initiative est positif. Tous apprécient la campagne et reconnaissent que les industries locales doivent rester fortes. Chantiers de France, Elevation de personne - JLG fait la promotion de sa production française
  • Une nouvelle étude menée par l’Université de Plymouth suggère que les îles coralliennes pourraient naturellement s'adapter à l'élévation du niveau de la mer. Un résultat qui invite à développer des stratégies d’adaptation alternatives. Techniques de l'Ingénieur, Les îles coralliennes ne sont pas condamnées à disparaître | Techniques de l'Ingénieur

Images d'illustration du mot « élévation »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « élévation »

Langue Traduction
Anglais elevation
Espagnol elevación
Italien elevazione
Allemand elevation
Chinois 海拔
Arabe ارتفاع
Portugais elevação
Russe высота
Japonais 標高
Basque kota
Corse elevazione
Source : Google Translate API

Synonymes de « élévation »

Source : synonymes de élévation sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « élévation »

Partager