La langue française

Éminence

Définitions du mot « éminence »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉMINENCE, subst. fém.

A.−
1. Élévation de terrain, hauteur dégagée, permettant de voir de tous côtés. Monter sur une éminence; éminence et monticule. Le Sphinx et Œdipe se rencontrent sur une éminence qui domine la ville (Cocteau, Machine infern.,1934, p. 61).Une éminence lointaine qui, sans surplomber les remparts, permettait un regard rasant (Saint-Exup., Citad.,1944, p. 838).Ils arrivèrent à une sorte d'éminence aplatie, faite de rochers friables (Camus, Exil et Roy.,1957, p. 1620):
1. ... du haut d'une de ces éminences que, nous autres Français, nous nommons assez vaniteusement une montagne (...) j'avais aperçu la longue vallée des Aigues... Balzac, Les Paysans,1844-50, p. 4.
SYNT. Éminence abrupte, élevée, escarpée, isolée, ronde; éminence du terrain; au sommet, en haut d'une éminence; la cime d'une éminence; juché, bâti sur une éminence; enfoncements et éminences.
2. P. anal., ANAT. Saillie. Éminence cartilagineuse, charnue, osseuse; éminence mentonnière; éminence thénar. Diminution du volume de l'éminence hypothénar et amincissement du bord cubital de la main (QuilletMéd.1965, p. 369).
B.− Au fig.
1. Littér. Haut degré d'élévation, de supériorité (de quelqu'un, de quelque chose). Grandeur et éminence (de qqc.). Comment douter que la puissante famille à qui elle [Mllede Lahourque] appartenait ne vînt un jour la revendiquer pour lui rendre l'éminence de son rang (Toulet, J. fille verte,1918, p. 91).L'éminence même d'un spécialiste le rend plus dangereux (Carrel, L'Homme,1935, p. 53):
2. ... Gracian (...) parle d'une éminence transcendante sans laquelle tout est fade et qui est la « perfection des perfections ». Jankélévitch, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien,1957, p. 97.
Loc. adv., vx. Par éminence, en éminence. Synon. éminemment.Elle est la vertu humaine par éminence (Suarès, Trois hommes,Dostoïevski, V, p. 262 ds Rob.).
2. Spéc., domaine eccl.[Titre d'honneur donné aux cardinaux] Son Éminence le cardinal Un Tel (Ac.). Son Éminence avait ordonné des prières publiques afin d'obtenir la pluie (Mauriac, Journal 1,1934, p. 23).Je le charge d'exprimer à son Éminence mon respect en matière religieuse (De Gaulle, Mém. guerre,1956, p. 315).
Rem. Dans ce sens, Éminence s'écrit toujours avec une majuscule.
P. ext. Personne qui porte le titre d'Éminence. Recevoir une Éminence (Lar. encyclop.).
En partic. Éminence grise. [Nom donné au Père Joseph de Tremblay, conseiller du cardinal de Richelieu] Conseiller intime qui manœuvre dans l'ombre. Son factotum, son âme damnée, son éminence grise (Duhamel, Cécile,1938, p. 90).
Prononc. et Orth. : [eminɑ ̃:s]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1314 anat. (H. Mondeville, Chirurgie, 270 ds T.-L.); 2. 1546 « qualité supérieure » (Rabelais, Tiers Livre, éd. M. A. Screech, Prologue, ligne 19 : couleur, odeur, excellence, eminence); 3. 1570, 1ersept. « supériorité sociale » (Montaigne, Lettres ds Œuvres, Paris, 1802, t. 4, p. 344); 4. 1690 « titre de dignité donné à un cardinal » (Fur.); 1752 éminence grise (Trév.). Empr. au lat. class.eminentia « éminence, hauteur; supériorité »; en b. lat. titre honorifique, en partic. titre donné aux évêques. Fréq. abs. littér. : 393. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 181, b) 206; xxes. : a) 452, b) 280.

Wiktionnaire

Nom commun

éminence \e.mi.nɑ̃s\ féminin

  1. Lieu éminent ; monticule.
    • Des maladies pestilentielles désolaient de plus les Gaulois campés dans des bas-fonds, au milieu d'un cercle d’éminences et sur un terrain brûlant, que tant d'incendies avaient imprégné d'exhalaisons enflammées, et où le moimdre vent les offusquait de poussière et de cendre. — (Histoire romaine de Tite-Live, traduction de M. Dureau de Lamalle, revue par M. Noël, 1re décade, tome 3, Paris : chez Guiguet & Michaud, & chez H. Nicolle, 1810, p. 179)
    • Les membres de la commission furent logés à l’établissement des missionnaires, vaste case proprement bâtie sur une éminence. — (Jules Verne, Aventures de trois Russes et de trois Anglais, 1872)
    • Le 22 janvier 1793, vers huit heures du soir, une vieille dame descendait, à Paris, l’éminence rapide qui finit devant l’église Saint-Laurent, dans le faubourg Saint-Martin. — (Honoré de Balzac, Un épisode sous la Terreur, 1831)
    • Une grande pierre avait seule glissé jusqu’à la base de l’éminence. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Peu avant de parvenir au village de Champion, la grande route de Namur à Louvain gravit, en quittant la ferme dite de Ponty ou des Pauvres, une éminence dont le sommet se trouve à quelques pas de la borne kilométrique n° 4. — (Eugène de Marmol, « Découvertes d'antiquités dans les tumulus de Champion et dans les localités voisines », dans les Annales de la Société archéologique de Namur, vol. 2, Namur : typographie de A. Wesmael-Legros, 1851, p. 57)
  2. (Anatomie) Saillie.
    • Les éminences des os.
  3. (Christianisme) Titre d’honneur qu’on donne aux cardinaux.
    • Vous avez été choisi, par le comité des professeurs, pour faire le discours latin à Son Éminence. Son Éminence nous honorera de sa visite dans une quinzaine de jours ; tenez-vous prêt. — (Valery Larbaud, Fermina Márquez, 1911, réédition Le Livre de Poche, pages 197-198)
    • C’est ce que leur ont dit leurs parents
      Le bedeau et même Son Éminence
      L’archiprêtre qui prêche au couvent
      Et c’est pour ça et c’est pour ça qu’elles dansent.
      — (Jacques Brel, Les Flamandes, 1959)
alt = attention Ce mot féminin n’a pas de masculin correspondant, et il peut désigner des hommes.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉMINENCE. n. f.
Lieu éminent, monticule. Établir un poste d'observation sur une éminence. Il se dit, en termes d'Anatomie, pour Saillie. Les éminences des os. Il est aussi un Titre d'honneur qu'on donne aux cardinaux. Son Éminence le cardinal un tel.

Littré (1872-1877)

ÉMINENCE (é-mi-nan-s') s. f.
  • 1Élévation de terrain. Monter, se porter sur une éminence.

    Terme d'anatomie. Saillie, en parlant des os. Une éminence osseuse.

  • 2Supériorité, excellence. L'éminence de la science, Pascal, Considér. Celui qui est d'une éminence au-dessus des autres qui le met à couvert de la repartie, ne doit jamais faire une raillerie piquante, La Bruyère, V. Ces temps où l'éminence du caractère [dont on était revêtu] était une raison de modération, et non pas un prétexte de luxe, Massillon, Or. fun. Villars.

    Par éminence, en éminence, loc. adv. Éminemment. La piété du roi se montre par éminence en ce généreux mépris qu'il fait de la plus terrible des choses terribles, Guez de Balzac, le Prince, ch. X. Vous, Madame, qui excellez en cette partie de l'âme qui fait les peintres, les architectes et les statuaires, et qui la défendez, par votre exemple, du blâme que l'on lui donne de ne se trouver jamais en éminence avec un parfait jugement, Voiture, Lett. 5.

  • 3Titre d'honneur qu'on donne aux cardinaux, traités auparavant d'illustrissimes, de révérendissimes, et dont on rapporte la création au pape Urbain VIII, par un décret du 8 janvier 1630. Son Éminence le cardinal.

    Titre donné aussi au grand maître de Malte, comme dernier cardinal.

REMARQUE

Éminence, titre de dignité, prend un É majuscule.

HISTORIQUE

XIVe s. Il [le nez] a hauteur et eminence par dessus la face, H. de Mondeville, f° 18. Cest os ou son extremité desous vers la jointure du coude a deux eminences, H. de Mondeville, f° 21.

XVIe s. Vostre famille n'en a pas beaucoup au dessus d'elle en eminence, Montaigne, IV, 126. Le principal effet de la grandeur et de l'eminence, c'est de vous jecter en butte à l'importunité, Montaigne, IV, 344. Je n'ay jamais souhaité l'eminence de ces haultes fortunes et commanderesses, Montaigne, IV, 28.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « éminence »

(1314) Du latin eminentia.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. et espagn. eminencia ; ital. eminenza ; du latin eminentia, de eminens, éminent.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « éminence »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
éminence emɛ̃ɑ̃s

Évolution historique de l’usage du mot « éminence »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « éminence »

  • L'éminence même d'un spécialiste le rend plus dangereux. De Alexis Carrel / L'homme, cet inconnu
  • Il convient de tendre la main de manière relaxée, paume en direction du corps. Il suffit de toucher ce qui s’appelle l’éminence thénar, la partie bombée située dans le prolongement du pouce. Cette saillie musculaire arrondie sert d’indicateur en fonction de ses contractions. En fonction du doigt pressé sur notre pouce, l’intérieur de la main se fait plus ou moins mou. Il ne reste plus qu’à comparer la dureté de la viande à celle de la partie arrondie de notre main. , Barbecue : l’astuce imparable pour savoir si la viande est cuite sans la découper

Images d'illustration du mot « éminence »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « éminence »

Langue Traduction
Anglais eminence
Espagnol eminencia
Italien eminenza
Allemand eminenz
Chinois 显赫
Arabe سماحة
Portugais eminência
Russe высокопреосвященство
Japonais 卓越
Basque eminence
Corse eminenza
Source : Google Translate API

Synonymes de « éminence »

Source : synonymes de éminence sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « éminence »

Éminence

Retour au sommaire ➦

Partager