La langue française

Abjection

Sommaire

  • Définitions du mot abjection
  • Étymologie de « abjection »
  • Phonétique de « abjection »
  • Évolution historique de l’usage du mot « abjection »
  • Citations contenant le mot « abjection »
  • Images d'illustration du mot « abjection »
  • Traductions du mot « abjection »
  • Synonymes de « abjection »
  • Antonymes de « abjection »

Définitions du mot abjection

Trésor de la Langue Française informatisé

ABJECTION, subst. fém.

I.− [En parlant d'une pers. envisagée du point de vue de son niveau mor., plus rarement d'une chose (mise en relation avec une pers.)] Dernier degré de l'abaissement ou de la dégradation. Valeur nettement péjorative déjà en langue :
1. Que faire, comment sortir de cet état d'abjection ou de nullité de valeur morale? Maine de Biran, Journal,1819, p. 205.
2. Démence, mensonge, sagesse, sophisme, amour divin, négation impie, chasteté, désordre; tous les éléments d'erreur et de vérité, de grandeur et d'abjection, ont tournoyé et flotté confusément dans le chaos de mon imagination. G. Sand, Lélia,1839, p. 403.
3. Il y a une laideur d'abjection et de dégradation, de bassesse de race, qui est le stigmate des millionnaires : voyez Rothschild, Pereire... E. et J. de Goncourt, Journal,juillet, 1863, p. 1299.
4. Ame royale, livrée, dans un moment d'oubli, au crabe de la débauche, au poulpe de la faiblesse de caractère, au requin de l'abjection individuelle, au boa de la morale absente, et au colimaçon monstrueux de l'idiotisme! Lautréamont, Les Chants de Maldoror,1869, p. 247.
5. Vous allez me reprendre mes cent balles. − J'en donnerais plutôt cent autres pour tirer de vous une parole qui ne soit pas abjection pure. − Abjection, objection, projection, dit l'idiot. G. Bernanos, L'Imposture,1927, p. 467.
6. Je me refuse à l'existence. On dirait que je veux ne connaître le réel que dressé contre moi. Abjection congénitale du cœur qui s'obstine à être comme perdu parmi les choses. J. Bousquet, Traduit du silence,1936, p. 111.
Employé au plur., le mot se réfère à des situations concr. (cf. styl.) :
7. Néanmoins si des abjections sous lesquelles on se courbe vous permettent de ramper à travers des abaissements où ne passerait point une tête élevée, ces abjections finissent par s'écrouler sur vous et elles vous écrasent. F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 4, 1848, p. 517.
8. Et ce n'est pas leur bore et leurs vapeurs de soufre Qui viendront nous blanchir de nos abjections Et ce n'est pas leur chlore et leurs objections Qui viendront nous tirer du fond du dernier gouffre. Ch. Péguy, Ève,1913, p. 896.
Rem. Les ex. 1, 3 et 7 font apparaître des séries synon. Dans l'ex. 1, le degré extrême de dégradation est assimilé à l'absence de valeur mor. Abjection renchérit sur abaissement (ex. 7). L'ex. 3 permet d'apprécier la nuance de sens séparant abjection de bassesse; la bassesse est inhérente à une pers. ou à une chose (cf. dans le texte de l'ex. : bassesse de race); l'abjection est un état accidentel (cf. dans le texte : abjection et dégradation) dont on est responsable ou dont d'autres pers. sont responsables et qui suscite un mépris plus grand que la bassesse. La qualification de congénitale donnée à abjection dans l'ex. 6 produit dès lors un effet de surprise. L'ex. 2 atteste l'existence de séries anton. parallèles à celles qui ont été rencontrées pour l'adj.
Groupes associatifs :
a) Abjection est souvent associé à des mots péj. tels que misère, orgueil, pauvreté, nuit, etc., avec lesquels il se trouve en harmonie sém. et styl.
b) Les adj. qualificatifs les plus usuels concernent l'intensité (abjection profonde), la péjoration (abjection dégoûtante), la nature (abjection morale et intellectuelle).
La qualification (inversante) par adj. valorisant est rare : elle est un fait de style d'auteur et non un fait de lang. :
9. Elle, ailée, transfigurée, qui est montée à la vie haute et légère, et ne vit que du miel des fleurs, comment s'accommoderait-elle des ténèbres, de l'utile abjection où l'enfant se fortifie? Ce qui est salutaire et vital pour ce fils ténébreux de la terre serait mortel à une mère aérienne qui déjà a volé dans la tiédeur et la douce lumière du ciel. J. Michelet, L'Insecte,1857, p. 44.
c) D'autres groupes expriment en clair 2 idées compl. contenues dans abjection :
l'état d'infériorité, de soumission auquel on est amené contre son gré ou dans lequel on s'est mis volontairement :
réduire à un état (au dernier degré) d'abjection;
s'enfoncer, tomber dans l'abjection, se relever de son abjection (mêmes types d'assoc. ds Ac. 1835).
l'aspect pénible de cet état :
abîme d'abjection;
croupir dans l'abjection.
d) Parmi les assoc. citées ds Ac. 1835 : l'abjection de ses sentiments et de ses mœurs, l'abjection de sa conduite, de son langage, seule la première est apparue, de façon partielle et par un ex. unique (sous la forme l'abjection des mœurs) dans les textes dépouillés.
II.− RELIGION
A.− Humiliation profonde, voulue ou acceptée, devant Dieu :
10. Dès que ce palais de l'abjection chrétienne [une maisonnette de bois et de terre glaise, une cabane de pauvre] fut achevé, elle alla s'y installer avec ses enfants et fidèles suivantes. C. de Montalembert, Histoire de Sainte Élisabeth de Hongrie, duchesse de Thuringe,1836, p. 199.
11. Oui, c'est bien d'elle dont il est écrit : Vase admirable, œuvre du Très Haut. Vase admirable par la vertu de son humilité, l'abjection de son corps, la tendresse de sa compassion, et que tous les siècles aussi admireront!... C. de Montalembert, Histoire de Sainte Élisabeth de Hongrie, duchesse de Thuringe,1836p. 309.
12. Un des épisodes les plus mystérieux de la vie du Père de Foucault, avant sa conversion, demeure la longue randonnée qu'il fit, déguisé en Juif, à travers le Maroc inconnu. Ce temps d'abjection volontaire, d'ascétisme, de solitude creusait, dans ce cœur, le lit de la grâce. F. Mauriac, Journal,1934, p. 26.
Rem. L'ex. 10 (abjection chrétienne) montre que, dans ce sens, abjection se prend en bonne part, l'humiliation devant Dieu étant considérée comme une vertu. Les autres groupes associatifs subst. + adj. soulignent cette valeur : . abjection volontaire (ex. 12); . heureuse abjection (Daniel-Rops, Mort, où est ta victoire?, 1934, p. 426); . pieuse abjection (J. et J. Tharaud, L'An prochain à Jérusalem!, 1924, p. 210).
B.− État de dégradation dans lequel se trouve le corps de l'homme par suite du péché originel :
13. Saint Paul nous l'atteste : « le corps est semé dans la corruption, il ressuscitera dans l'incorruptibilité. Il est semé dans l'abjection, il ressuscitera dans la gloire. Il est semé dans la faiblesse, il ressuscitera dans la force. Il est semé corps animal, il ressuscitera corps spirituel. » F. Mauriac, Journal,1934, p. 28.
Rem. Dans l'ex. 13, abjection s'oppose à gloire, employé au sens relig. d'état (lumineux) d'un corps ressuscité, semblable à celui de Dieu dans ses manifestations terrestres.
C.− Objet de rebut, dans l'expr. biblique : l'opprobre des hommes et l'abjection du peuple, désignant le Christ (cf. hist. II B).
Stylistique − Voir abject.
Prononc. : [abʒ εksjɔ ̃]. Enq. /abʒeksiõ/.
Étymol. − Corresp. rom. : a. prov. abjectio; ital. abiezióne; esp. abyeccion; port. abjeccão; cat. abjecció. 1. 1372 « état de ce qui est rejeté, bas » (J. Corbichon, Propriété des choses, 14, 5, éd. 1522; Delboulle ds Quem. : Ung nom de vilité et de abjection); dans un texte relig. « abaissement volontaire, humilité » (1609, St François de Sales, Introd. à la vie dévote, III, 40 ds Hug. : La vraye vefve est en l'Église une petite violette de mars, qui respand une suavité nompareille par l'odeur de sa devotion, et se tient presque tous-jours cachee sous les larges feuilles de son abjection); 2. xives. « action de rejeter, de dédaigner » (Fabl. d'Ovide, Ars. 5069, fol. 85eds Gdf. : Pelops denote abjection De richesse et perfection D'umble et de vraie povreté); dans un texte relig. « mépris, dédain (de soi) » (1609, St François de Sales, op. cit., III, 1 ds Hug. : Sainte Elizabeth, toute grande princesse qu'elle estoit, aymoit sur tout l'abjection de soy mesme). [abjeccion terme jur., attesté uniquement en 1374 (Arch. Nat., MM 30, fol. 3 vo), et que Gdf. explique par « aliénation » n'a aucun fondement en lat. médiév. et paraît plutôt signifier dans ce cont. « redevance »; il s'agit prob. d'un hapax, créé par le copiste à partir du lat. jacĕre, jactare, en relation avec l'a. fr. get « redevance »]. Empr. au lat. abjectio (dér. de abicere au sens de « abaisser, rejeter, mépriser ») seulement attesté au sens « abattement (de l'âme) » en lat. class. (Cicéron, Pis., 88 ds TLL s.v., 92, 21 : quid debilitatio atque abjectio animi tui). Se spécialise en lat. chrét. au sens d'« abaissement volontaire, humilité » (Greg. le Grand, In Evang. homeliae, 6, 1 ds Blaise : abjectio mortis suae) et de « mépris, dédain » (Tertullien, De patientia, 7 ds TLL s.v., 92, 27 : abjectionem divitiarum.) HIST. − Dès son entrée dans la lang. et simultanément (cf. étymol.), le mot renferme les 2 notions d'état et d'action; la 1rel'emporte au xviies. Le mot s'applique d'abord à une chose et dans cet emploi disparaît très tôt (cf. inf. I A). Au xviies., il s'applique à une pers. et prend 2 orientations parallèles, l'une relig., disparue au xviiies., sauf dans une expr. stéréotypée (cf. inf. II B), l'autre, morale, toujours attestée. I.− Sens et emplois disparus av. 1789. − A.− En parlant d'une chose : 1. « action de rejeter, de dédaigner une chose » (cf. étymol. 2); 2. « état de mépris où est une chose », attesté en 1372 comme ex. isolé (cf. étymol. 1). Ung nom de vilité et de abjection. B.− Abjection d'esprit « état d'abjection où se trouve l'esprit », expr. signalée uniquement par Fur. et Trév. 1704 et 1752 : Quelques-uns ont écrit abjection d'esprit pour dire abattement d'esprit. (Fur. 1690). Empr. au lat. class. (cf. étymol. abjectio animi « abattement de l'âme »). C.− Sens issu de A sup. : dans la lang. relig., en parlant d'une pers. « humiliation, mépris de soi, humilité » (cf. étymol. 1 et 2 et abject, hist. I B) : 1. action : St François de Sales, Introd. à la Vie dévote, III, 1 (cf. étymol. 2); 2. état : La vraye vefve est en l'Eglise une petite violette de mars, qui respand une suavité nompareille par l'odeur de sa devotion, et se tient presque tous-jours cachee sous les larges feuilles de son abjection. Id., ibid., III, 40 (Hug.). − Rem. 1. Le mot peut, pour exprimer l'état, présenter un emploi absolu : Avec combien peu d'orgueil un chrétien se croit-il uni à Dieu! avec combien peu d'abjection s'égalet-il aux vers de la terre! Pascal, Pens., éd. Havet, I, 189 (cf. aussi Dub.-Lag., s.v. abjection). 2. Ce sens, usuel à la fin du xvies., vieillit au xviies., disparaît vers la fin du xviiies. (cf. Trév. 1752, 1771), bien qu'il soit encore noté ds certains dict. à vocation hist. tels que Besch. et Littré (cf. Brunot, IV, p. 586 et Dub.-Lag. s.v. abjection). 3. Ce sens a été remis en usage par 2 écrivains mod. traitant de biogr. relig. (cf. sém. II, ex. 1, 2, 3). D.− En parlant de la condition sociale (cf. abject, hist. I A) : 1. sens apparu au xviies. sans idée péj. : S'il était permis à ce malheureux que vous outragez de vous répondre, si l'abjection de son état n'avait pas mis le frein de la honte et du respect sur sa langue. Massillon, Car (Dub.-Lag.); 2. ne semble pas s'être maintenu au-delà du xviiies. Les différentes éd. de Fur. et Trév. en donnent une signification ambiguë où cependant le cont. condition servile paraît indiquer un sens princ. ou primitivement social : Abjection. Condition servile qui fait tomber une personne dans le mépris. La fortune a réduit ce gentilhomme dans une grande abjection. Trév. 1752. E.− Terme jur., « aliénation » ou mieux « redevance » (cf. étymol.) : Ledit frère Jehan sera tenus de fere le fait de la baillie et a soustenir tous les frais, missions et coustemens et paier ledit chapitre, avecques autres subvencions ou abjections quelconques. (ds Gdf., réf. ds étymol.). II.− Historique des sens attestés apr. 1789. − A.− « état de mépris où est une pers. » (cf. sém. II). Apparaît au xviies. : Il est tombé dans une telle abjection que, etc. Ac. 1694. À partir de Ac. 1798, le mot s'applique p. ext. à certaines valeurs humaines d'ordre psychol., moral ou social : L'abjection de ses sentiments et de ses mœurs. Perman. de ce sens dans ces 2 accept. (cf. sém.) B.− « obj. de rebut », dans la lang. de l'Écriture, pour désigner le Christ; il s'agit d'une ext. de I, C. 1reattest. ds St François de Sales (d'apr. H. Lemaire, Les Images chez St François de Sales, Paris, 1962). Transcription littérale de la Vulgate (Ps. XXI, 7). Perman. attestée jusqu'à l'époque contemp. : Ac. 1694 à 1932; Besch.; Littré; DG.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 181.
BBG. − Feugère (F.). En marge de l'exposition Charles V Dans le vocabulaire de Duguesclin. Déf. Lang. fr. 1968, no45, pp. 26-28. − Gramm. 1789.

Wiktionnaire

Nom commun

abjection \ab.ʒɛk.sjɔ̃\ féminin

  1. État d’abaissement qui attire le mépris de tous.
    • Vivre dans l’abjection.
    • Il s’est relevé de l’abjection, de l’état d’abjection où il était tombé.
  2. Choses basses et méprisables.
    • Je tripote la merde et l’abjection à longueur d’année, et pourtant je bouffe des carottes râpées. Vous avez une explication à ça ? — (Jean Vautrin, Le Voyage immobile (de Kléber Bourguignault), dans le recueil Baby Boom, 1985, p. 135)
    • […] le Jardin de cactus. Différentes espèces, choisies pour leur morphologie répugnante, sont disposées le long d’allées pavées de pierre volcanique. Gras et piquants, les cactus symbolisent parfaitement l’abjection de la vie végétale – pour ne pas dire plus. — (Michel Houellebecq, Rudi, nouvelle, supplément au magazine « Elle », 2000, page 8.)
  3. Objet de rebut, dans cette phrase de la Bible.
    • L’opprobre des hommes et l’abjection du peuple.

Nom commun

abjection

  1. Abaissement.
  2. Abjection.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ABJECTION. n. f.
État d'abaissement qui attire le mépris de tous. Vivre dans l'abjection. Il s'est relevé de l'abjection, de l'état d'abjection où il était tombé. Il se dit également de Choses basses et méprisables. L'abjection de ses sentiments et de ses mœurs. L'abjection de sa conduite, de son langage. Il signifie Objet de rebut, dans cette phrase de l'Écriture sainte : L'opprobre des hommes et l'abjection du peuple.

Littré (1872-1877)

ABJECTION (ab-jèk-sion) s. f.
  • 1État abject. Tomber dans l'abjection. Il vécut dans la débauche et l'abjection. L'abjection des sentiments. Pour abaisser notre orgueil et relever notre abjection. On ne remarque chez cette nation [espagnole] aucun de ces tours de phrase qui annoncent l'abjection des pensées, Chateaubriand, Abenc. 165.
  • 2 Terme de dévotion. Humiliation profonde devant Dieu. Une abjection volontaire et une entière abnégation des honneurs.
  • 3En style de l'Écriture, rebut. L'opprobre des hommes et l'abjection du peuple.

SYNONYME

ABJECTION, BASSESSE. Signification commune, défaut d'élévation. La nature a placé des êtres dans l'élévation et d'autres dans la bassesse ; mais elle ne place personne dans l'abjection : l'homme s'y jette de son choix ou y est plongé par la dureté d'autrui, GUIZOT., En effet bassesse exprime un état où l'on est, et abjection un état où l'on a été jeté. La bassesse, quoique aussi grande que l'abjection, n'excite pas autant de mépris. Dans la bassesse on est au plus bas degré, dans l'abjection on inspire la répugnance et le dégoût. Dans la bassesse du langage et des sentiments, il y a manque de dignité ; dans l'abjection, il y a quelque chose d'ignominieux qui repousse, LAFAYE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « abjection »

(Siècle à préciser) Du latin abjectio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin abjectio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. abjectio ; ital. abbiezzione ; de abjectione, de abjectus (voy. ABJECT).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « abjection »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
abjection abʒɛksjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « abjection »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « abjection »

  • Lorsque, dans le silence de l'abjection, l'on n'entend plus retentir que la chaîne de l'esclave ou la voix du délateur ; lorsque tout tremble devant le tyran, et qu'il est aussi dangereux d'encourir sa faveur que de mériter sa disgrâce, l'historien paraît, chargé de la vengeance des peuples. C'est en vain que Néron prospère. Tacite est déjà né dans l'empire ; il croît inconnu auprès des cendres de Germanicus, et déjà l'intègre Providence a livré à un enfant obscur la gloire du maître du monde. François René, vicomte de Chateaubriand, Article du Mercure Mercure
  • Le comble de l'orgueil, ou de l'abjection, est le comble de l'ignorance de soi-même. De Baruch Spinoza / L'éthique
  • Nous avons affaire à des hommes. Nous serions naïfs d'espérer uniquement de l'intelligence et du dévouement. C'était fatal que nous rencontrions aussi l'abjection, la sottise. De Rex Desmarchais / La Chesnaie
  • Je crois que la misère n'est pas une fatalité, mais un phénomène entretenu, géré rationnellement, une abjection indispensable à la seule prospérité d'un petit groupe sans scrupules [...] De Jean-Marie Blas de Roblès / Là où les tigres sont chez eux (Zulma, 2008)
  • C’est une abjection de faire descendre une élection à ce niveau-là. C’est criminel ! C’est souiller les personnes que nous sommes, c’est souiller nos familles. C’est maculer l’image de notre ville !  , Municipales 2020. Pendant le débat, Jean-Louis Carpentier dénonce un acte "abject" et "criminel" | Le Journal de l'Orne
  • Tout mon soutien à ce camarade gendarme qui a du faire face à l’abjection…Notre pays n’a vraiment pas besoin de cette division raciale!Images #Quotidien#NoRacism pic.twitter.com/DTl0pxzYYb SudOuest.fr, Un gendarme noir traité de "vendu", la direction générale saisit la justice
  • Le crime comme symptôme social, comme violence expiatoire et climax passionnel, n’intéresse pas Desplechin. Il ne le représente d’ailleurs même pas. Le crime comme témoignage de l’existence et de l’opacité du mal, sa reconstitution comme reconquête maïeutique – par les mots et par les gestes – d’une humanité perdue, voilà en revanche qui justifie sa recherche sur la possible représentation de l’abjection. Le Monde.fr, « Roubaix, une lumière » : Roschdy Zem en quête d’une humanité perdue
  • Correspondant à une réaction de dégoût face à un sujet, un objet ou une situation, la thématique de l’abjection joue un rôle de grande importance dans maintes œuvres littéraires et artistiques des XXe et XXIe siècles. La première discipline à s’y être penchée est la sociologie, dont l’un des piliers est le penseur G. Bataille (1957) pour qui elle est un lieu symbolique situé à l’opposé de la vie. Ses textes successifs distinguent différents sèmes abjects dont le plus important est la mort, apparentée à un « naufrage dans le nauséeux » (1949 ; p. 70). De son côté, M. Douglas (1966) s’interroge sur l’idée de limite et décrit différents rites de purification. Elle fait par ailleurs remarquer que l’irruption de l’abjection met en péril l’ordre social tout en impliquant un châtiment pour qui en est l’origine. Ces réflexions invitent à penser l’abjection comme intrinsèque à toute société humaine et ce, malgré les entreprises de purification. En parallèle, à l’instar de J. Kristeva et de D. Anzieu, la psychologie repense cette problématique qu’elle considère être à la base de toute l’expérience sensorielle et psychologique de l’être humain. Reprenant la symbolique du cadavre, J. Kristeva explique par exemple que ce dernier est « la mort infestant la vie (…) un rejeté dont on ne se sépare pas » (1980 ; p. 12). Par réfraction, la chute dans l’abjection est alors susceptible d’être celle de l’entité qui lit ou regarde l’œuvre où elle se déploie. Finalement, le concept du « moi-peau » de D. Anzieu (1973 ; 1994) permet de repenser les frontières entre l’humain et ce qui l’entoure, en traitant des phénomènes aussi variés que la porosité de la peau, les relations de parasitage et l’animalisation. , L'abjection dans la littérature et le cinéma de la francophonie (Congrès APFUCQ 2020, London, Ontario, Canada)
  • Il doit s'y prendre à quatre ou cinq fois avant que son "dessin", qui n'est plus qu'un déni de création, soit enfin accepté : par le dégueulis des couleurs, le kitsch des photos, le démodé des typos, la perversion de toutes les divines proportions, il a atteint le sommet de l'abjection : un formulaire qu'on va pouvoir imprimer, diffuser, distribuer et faire remplir par des quantités de gens qui ne se rendent compte de rien, ils prennent ça pour un jeu, car dans la plupart des cas, il faut remplir des cases.   LExpress.fr, Christophe Donner : Florent Audoye, artiste incasable - L'Express
  • «Le premier degré de l’humilité, c’est la connaissance de soi-même, note-t-il. Grâce à notre propre conscience, nous connaissons que nous ne sommes rien que pauvreté, que misère et abjection. (...) Il se trouve peu de personnes qui vivent avec tant d’aveuglement qu’elles ne connaissent assez clairement leur vileté, c’est pourquoi il ne faut pas s’arrêter à ce degré-là, et passer au deuxième, qui est la reconnaissance.» , Quelques lumières sur LA vertu des véritables leaders | LesAffaires.com
  • Inutile de comprendre le russe pour saisir l'abjection de l'objet. Je résume néanmoins rapidement : dans un orphelinat un petit garçon attend la famille qui vient de l'adopter. Arrive un jeune et beau papa qui accompagne l'enfant jusqu'à une voiture ( de marque étrangère...) garée au pied des escaliers de l'orphelinat. En sort un second jeune homme. L'enfant demande "Où est ma maman ?" "C'est ta maman" répond le premier jeune homme. Comme le gamin à l'air un peu déçu la "maman" sort alors du coffre de la voiture une petite robe qu'elle agite avec un sourire malsain sous le nez de l'enfant comme si c'était le plus beau cadeau qu'elle pouvait lui faire. La directrice de l'orphelinat crache de dégoût.Voix off : "Si ce  n'est pas la Russie dont tu rêves, va voter en faveur de la révision constitutionnelle". Club de Mediapart, "Le mariage est l'union d'un homme et d'une femme" | Le Club de Mediapart

Images d'illustration du mot « abjection »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « abjection »

Langue Traduction
Anglais abjection
Espagnol abyección
Italien abiezione
Portugais abjecção
Source : Google Translate API

Synonymes de « abjection »

Source : synonymes de abjection sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « abjection »

Partager