Éclat : définition de éclat


Éclat : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉCLAT, subst. masc.

I.− Fragment violemment détaché d'un corps qui explose ou que l'on brise. Éclat d'obus, de bombe, de bois, de pierre; les verres ont volé en éclats. Quand la belle bûche de chêne fut réduite en éclats, Marc jeta son outil et s'épongea le front (Duhamel, Suzanne,1941, p. 285):
1. ... une effroyable détonation se fait entendre, nous sommes à l'instant couverts de débris, de flammes et de feu; le pont de la frégate est jonché de cadavres, d'éclats de mâts et de vergues; ... Sue, Atar Gull,1831, p. 27.
P. métaph. :
2. J'ai entendu ta voix heureuse Ta voix déchirée et fragile Enfantine et désolée Venant de loin et qui m'appelait Et j'ai mis ma main sur mon cœur Où remuaient Ensanglantés Les sept éclats de glace de ton rire étoilé. Prévert, Paroles,1946, p. 205.
[En parlant d'une armée] Voler en éclats. Être culbutée. La troisième guerre avait vu notre armée voler en éclats au premier choc (De Gaulle, Mém. guerre,1959, p. 45).
Spéc., HORTIC. Fragment de plante muni de racines et obtenu par le déchirement d'une touffe afin de donner naissance à une nouvelle plante. L'absinthe se multiplie par éclats de pied et par semis (Gressent, Potager mod.,1863, p. 580).
II.− P. méton.
A.− [Avec l'idée de frapper l'oreille] Bruit violent analogue à un éclatement (surtout en parlant du tonnerre). Éclat de la foudre. Parfois un éclair illuminait sa chambre [de madame Hélène], puis l'éclat sourd d'un tonnerre ébranlait la maison comme venant de dessous la terre (Giono, Joie demeure,1935, p. 372).
P. métaph. L'éclat des orgues, des trompettes. La voix bruyante avait l'éclat des cymbales (Murger, Scènes vie boh.,1851, p. 122).
P. ext. [Concerne une pers.] Manifestation bruyante et soudaine d'un sentiment, d'un état. Éclat de voix, de gaieté, de mauvaise humeur, d'exaltation; éclat de rire général; rire aux éclats; partir d'un éclat de rire. Hortense n'acheva pas, elle mit son mouchoir sur sa bouche pour prévenir l'éclat d'un sanglot, elle pleurait (Balzac, Cous. Bette,1846, p. 162).Des rires, l'éclat des voix, (...) montaient jusqu'aux étages (Malègue, Augustin,t. 2, 1933, p. 475).
Rare. [En parlant d'un chien] Aboiement. Des chiens hurlaient par éclats brefs et furieux (Arland, Ordre,1929, p. 527).
Au fig. . Bruit, tapage, fait autour de quelque chose. Faire éclat de qqc. (rare). S'il était possible de découvrir un endroit de l'Allemagne où me mettre, sans être poursuivi par cet éclat et cette publicité qui me font un mal inouï (Balzac, Lettres Étr.,t. 2, 1850, p. 96).Le Lion empereur, entendant le loup faire éclat de la séduction de sa femme, lui parla en homme de sens (Sainte-Beuve, Caus. lundi,t. 8, 1851-62, p. 285).
Scandale, querelle. Faire un éclat. Elle [Thérèse] vit arriver chez elle une femme exaspérée qui réclamait ses droits et voulait faire un éclat (Sand, Elle et lui,1859, p. 71):
3. ... il faut traverser Clodius dans toute sa profondeur et personne ne s'y risque. Les uns, (...) par devoir et respect des bornes; les autres par crainte d'un éclat et de chicanes consécutives... Bosco, Le Mas Théotime,1945, p. 60.
Coup d'éclat :
4. ... lorsque tous les savants artifices de son compère Du Paty de Clam vinrent échouer contre les tranquilles réponses de Dreyfus, un coup d'éclat devint nécessaire pour forcer la main au ministre : ... Clemenceau, Vers la réparation,1899, p. 531.
B.− [Avec l'idée de frapper le regard]
1. [Par le caractère lumineux d'une chose] Intensité lumineuse d'une source. Éclat du foyer, du soleil, de l'éclair, d'une flamme, d'une lampe. J'écris ceci au bureau sous la lumière électrique dont l'éclat me fait mal aux yeux (Green, Journal,1940-43, p. 283).
a) Spécialement
ASTRON. Éclat stellaire; éclat des étoiles. ,,Nombre caractérisant la sensation lumineuse fournie par une étoile et qui dépend de l'éclairement de la pupille de l'observateur`` (Chapman 1956). Un écart de dix magnitudes avec l'éclat de l'étoile principale avait, dans les deux cas, rendu l'observation difficile (Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 1, 1961, p. 151).
AVIAT. et MAR. Phare à éclats, feu à éclats. ,,Apparition périodique d'un feu provoquée par la rotation de l'optique du phare devant la source lumineuse`` (Barber. 1969). Ce volcan brille, (...) on dirait, de plus, qu'il a des intermittences comme un phare à éclat (Verne, Enf. Cap. Grant,t. 3, 1868, p. 225).
b) P. ext. Intensité de la lumière réfléchie par un corps brillant.
[En parlant d'un métal ou d'un minéral] Éclat métallique, vitreux, adamantin, nacré, soyeux, gras, résineux. L'éclat des armes d'un soldat (Chateaubr., Martyrs,t. 3, 1810, p. 85).Tout le feu de sa vie, (...) prend peu à peu la dureté, l'inflexible éclat du diamant (Bernanos, Mouchette,1937, p. 1283).
[En parlant de choses diverses] Il rase le sol : les prés, (...) les ruisseaux dont les éclats intermittents le guident (Pesquidoux, Chez nous,1923, p. 208).Ses yeux verts, d'un éclat minéral [de la Vouivre] avaient (...) la couleur des yeux de chat (Aymé, Vouivre,1943, p. 23):
5. ... les inflammations de la conjonctive, (...) et (...) la cécité (...) sont le produit de causes générales; telles sont, selon moi, l'éclat de la neige, qui couvre la surface de la terre pendant plus de la moitié de l'année... Voyage de La Pérouse,t. 4, 1797, p. 85.
2. [Par le caractère coloré d'une chose] Intensité et vivacité du ton. Ce roux a perdu de son éclat. Des rouges, des bleus, des verts, des blancs, d'un éclat neuf, d'une fraîcheur virginale, d'une pureté inouïe, se détachaient de l'espèce de vernis d'or qui servait de fond aux figures et aux hiéroglyphes (Gautier, Rom. momie,1858, p. 175).
3. [Par le caractère coloré mais aussi beau et frais]
a) [d'une chose] Elle [la fille] leva les yeux et fut éblouie par l'éclat des pommiers en fleur (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Hist. fille ferme, 1881, p. 24).La confidence écrite ne garde qu'un moment l'éclat du neuf (Bernanos, Enf. humil.,1948, p. 201).
b) [d'une femme, avec l'idée de jeunesse] Éclat de la chair, du teint. Elle [Paloma] était belle, longue, mince, pleine d'éclat, brune et d'un esprit étourdissant (L. Daudet, Médée,1935, p. 7).Elle était d'une extraordinaire beauté et dans tout l'éclat de sa jeunesse en fleur (Brasillach, Corneille,1938, p. 397).
4. Au fig. [Par le caractère brillant, fastueux, luxueux d'une chose, d'une situation] Éclat des richesses, du règne de François Ier. Je n'ai jamais été, mon cher cousin, enivrée de l'éclat des titres et de la noblesse (Sénac de Meilhan, Émigré,1797, p. 1639).L'église ne veut pas toujours pour ses bénédictions nuptiales les pompes et l'éclat des cérémonies (France, Île ping.,1908, p. 351).
Péj. François Ier, qui aimait l'éclat et les fêtes (Balzac, Cath. de Médicis,Introd., 1843, p. 28):
6. ... M. Chenu (...) persuadé que la richesse est ce qu'il y a de mieux au monde, et que l'éclat équivaut au bonheur. Fiévée, La Dot de Suzette,1798, p. 144.
C.− Au fig. [Avec l'idée de frapper l'esprit]
1. [En parlant d'un homme]
a) Finesse de l'esprit, intelligence, capacités intellectuelles. Un tel homme, si renommé par l'éclat de son esprit, par la variété de ses talents (Nodier, J. Sbogar,1818, p. 142).
b) Caractère glorieux d'une action; mérite dans le comportement :
7. M. de Chateaubriand, en poëte qu'il est, regrette la jeunesse, et il la veut remplacer du moins par quelque chose de grand, de sérieux, d'occupé, et qui en vaille la peine; il veut de l'éclat et de la gloire pour se rajeunir. Sainte-Beuve, Causeries du lundi,t. 2, 1851-62, p. 542.
8. Il est un peu comme un militaire arrivé au plus haut grade qu'il puisse atteindre dans une arme particulière et qui continue à faire des actions d'éclat sans entraînement, mais tout simplement parce qu'il est brave. Goncourt, Journal,1877, p. 1198.
2. [En parlant du style d'un écrivain, orateur, etc.] Caractère brillant. Fontanes a un style bronzé, un style poli sans éclat (Chênedollé, Journal,1807, p. 17).
Loc. Avec éclat. Brillamment; de façon manifeste, évidente. Après avoir professé la philosophie avec éclat à Bordeaux (France, Fille Lil.,1889, p. 76).L'existence de Spinoza dément avec éclat la vérité du spinozisme (Beauvoir, Pyrrhus,1944, p. 34).
Prononc. et Orth. : [ekla]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1165 esclat « fragment d'un corps qu'on brise ou qui éclate » (B. de Ste-Maure, Troie, 8454 ds T.-L.); 2. 2emoitié du xves. « bruit violent et soudain » (Chronique scandaleuse de Louis XI ds La Curne t. 7, p. 291 b, s.v. mars : esclas de tonnoire); 3. a) 1564 « intensité d'une lumière vive et brillante » (Thierry); b) 1643 « vivacité et fraîcheur (d'une couleur); couleur vive et fraîche » (Corneille, Polyeucte, IV, 5); 4. 1604 au fig. « caractère de ce qui est brillant, magnifique » (Montchrestien, Hector ds Tragédies, éd. L. Petit de Julleville, p. 30); 5. 1616 « manifestation soudaine et bruyante » (A. d'Aubigné, Tragiques, Fers, éd. E. Réaume et Caussade, t. 4, p. 222); 6. 1645 « scandale, bruit » (Corneille, Suite du Menteur, IV, 1). Déverbal d'éclater*. Fréq. abs. littér. : 6 058. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 10 265, b) 9 391; xxes. : a) 7 739, b) 7 317. Bbg. Duch. Beauté 1960, pp. 110-111; p. 116. − Gohin 1903, p. 335.

Éclat : définition du Wiktionnaire

Nom commun

éclat \e.kla\ masculin

  1. Partie détachée brusquement d’un corps qui éclate.
    • Les industries archéolithiques et mésolithiques du silex présentent, comme caractères généraux, que des instruments faits d’éclats retouchés de diverses manières ; […]. — (Jacques de Morgan, L’humanité préhistorique : esquisse de préhistoire générale, Paris : La Renaissance du Livre, 1924, p. 57)
  2. (En particulier) (Jardinage) Portion d'une plante qui a été séparé par division et qui est destiné à une replantation.
    • La reproduction par semis, même sous cloche, est très-difficile et très-lente à notre climat; la propagation par marcottes, et surtout par éclats, est de beaucoup préférable. — (La ramie, nouveau textile soyeux: communication présentée à la Société des sciences industrielles de Lyon, dans la séance du 14 février 1877, par M. Léger, Lyon : Imprimerie Storck, 1877, p. 6)
  3. Son, bruit plus ou moins violent qui se fait entendre tout à coup.
    • On se serait cru chez un grand seigneur d’autrefois, n’eussent été l’allure vulgaire et les éclats de voix canailles qui attestent chez notre amphitryon un muflisme inégalable. — (Octave Mirbeau, Le gamin qui cueillait les ceps, dans La vache tachetée, 1918)
    • Les éclats de la foudre, de tonnerre, de voix, de rires
    • Rire aux éclats.
  4. (Figuré) Bruit, rumeur, scandale.
    • Cette affaire fait éclat, fait de l’éclat, grand éclat, beaucoup d’éclat.
    • Cet homme est emporté, il est à craindre qu’il ne fasse quelque éclat mal à propos.
  5. (Par extension) Mesure violente, parti extrême.
    • En venir à un éclat.
  6. Lueur brillante, effet d’une vive lumière, et en général de ce qui produit sur la vue, par une apparence brillante, un effet analogue à celui de la lumière.
    • Les élégantes composaient les rosés de leur teint à l’aide d’un vermillon habilement nuancé ; le kohl d’Egypte servait à faire ressortir l’éclat des yeux, […] — (Emile Jonveaux, Curiosités de la toilette - La recherche de la beauté, dans « Musée des familles : lectures du soir », p. 323, 1867)
    • La laine est d'autant meilleure que les brins sont égaux […]. Enfin on recherche le lustre, l'éclat, puis le moelleux qui s'apprécie au toucher. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature ; 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    • Par un entrebâillement de rideaux, un rayon de soleil planta dans la pièce sa lance d’or, et son éclat, […], sembla transformer la chambre du poêle du père Jourgeot. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Les crayons pour les lèvres sont destinés soit à empêcher celles-ci de gercer, soit à leur donner un éclat spécial. — (Marcel Hégelbacher, La Parfumerie et la Savonnerie., 1924, p. 131)
  7. Effet de lumière, vif et variable.
    • Un éclat de lumière.
    • On dirait, de plus, qu’il a des intermittences comme un phare à éclat. — (Jules Verne, Les Enfants du capitaine Grant, 1846)
  8. (Figuré) Ce qui brille dans un style, une pensée, un bon mot.
    • Cette pensée a moins de solidité que d’éclat.
    • Le style de cet écrivain a de l’éclat.
  9. (Figuré) Gloire, illustration, splendeur, magnificence.
    • Ses belles actions répandirent un grand éclat sur sa famille.
    • Être ébloui par l’éclat des grandeurs, des richesses.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Éclat : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉCLAT. n. m.
Partie détachée brusquement d'un corps qui éclate. Sous le choc, la vitre vola en éclats. Il a été blessé par un éclat d'obus. Il a recu un éclat de bois à la figure. Il se dit également d'un Son, d'un bruit plus ou moins violent qui se fait entendre tout à coup. Un éclat de tonnerre. Les éclats de la foudre. Un éclat de voix. Un éclat de rire. Rire aux éclats. Il signifie aussi figurément Bruit, rumeur, scandale. Cette affaire fait éclat, fait de l'éclat, grand éclat, beaucoup d'éclat. Cet homme est emporté, il est à craindre qu'il ne fasse quelque éclat mal à propos. Il fallait assoupir cette affaire pour prévenir l'éclat, pour empêcher l'éclat. En venir à un éclat, En venir à une mesure violente, à un parti extrême. Il se dit en outre d'une Lueur brillante, de l'effet d'une vive lumière, et en général de Ce qui produit sur la vue, par une apparence brillante, un effet analogue à celui de la lumière. On ne saurait soutenir l'éclat du soleil. L'or mat n'a point d'éclat. L'éclat des yeux, du teint, des fleurs. L'éclat de sa beauté. Avoir de l'éclat. Il s'applique figurément, dans un sens analogue, au Style, aux pensées. Cette pensée a moins de solidité que d'éclat. Le style de cet écrivain a de l'éclat. Il se dit encore figurément de la Gloire, de l'illustration, de la splendeur, de la magnificence. Ses belles actions répandirent un grand éclat sur sa famille. Action d'éclat. Être ébloui par l'éclat des grandeurs, des richesses.

Éclat : définition du Littré (1872-1877)

ÉCLAT (é-kla ; le t ne se lie pas dans le parler ordinaire ; au pluriel, l's se lie : des é-kla-z inconsidérés ; éclats rime avec appas, mâts) s. m.
  • 1Partie détachée d'un corps dur par une force subite, instantanée. Un éclat d'une branche rompue. Il fut blessé d'un éclat de pierre. [Je vis] en mille éclats d'acier choir et voler vos armes, Rotrou, Bélis. V, 5. L'essieu crie et se rompt, l'intrépide Hippolyte Voit voler en éclats tout son char fracassé, Racine, Phèd. V, 6. À Luxembourg, blessé d'un éclat de grenade, Massillon, Or. fun. Conty.

    Fente, commencement de séparation, de rupture dans une pièce de bois.

  • 2Son, bruit soudain et violent. Les éclats du tonnerre. À tous les éclats de risée il haussait les épaules et regardait le parterre en pitié, Molière, Crit. 6. Je l'allais aborder, quand d'un son plein d'éclat L'autre m'a fait prendre la fuite, La Fontaine, Fabl. VI, 5. Ces paroles à quoi Gelaste ne s'attendait point, et qui firent faire un petit éclat de risée, l'interdirent un peu, La Fontaine, Psyché, I, p. 89. Elle fit un éclat de rire si naturel que…, Sévigné, 484. Avocat, De votre ton vous-même adoucissez l'éclat, Racine, Plaid. III, 3. Que la foudre en éclats ne tombe que sur moi, Voltaire, Zaïre, II, 3. Entends-tu ces clameurs, entends-tu ces éclats ? Voltaire, Fanat. V, 2. Qu'est-ce, amis ? nos éclats, nos jeux se ralentissent ? Chénier, ÉLég. XXII. Mais quels éclats, amis ? c'est la voix de Julie : Entrons ; Ô quelle nuit ! joie, ivresse, folie, Chénier, Élég. XXIV. Eudore prononça ces paroles avec un grand éclat de voix, Chateaubriand, Mart. II, 20.

    Fig. Un éclat de tonnerre, c'est-à-dire quelque chose de foudroyant, d'atterrant. Quel revers imprévu, quel éclat de tonnerre ! Corneille, Perthar. III, 6. Sur moi seul doit tomber l'éclat de la tempête, Corneille, Cid, II, 9.

  • 3Manifestation remarquable, violente, bruyante. Ce grand éclat qu'elle laisse faire à son amour, Corneille, Ex. du Cid. Leur amour importun viendrait avec éclat Par des cris, par des pleurs troubler notre combat, Corneille, Hor. II, 8. Mais je ne comprends point toute cette conduite, Ni comme à cet éclat la reine vous contraint, Corneille, Nicom. III, 4. Jusqu'au dernier éclat poussez la frénésie, Corneille, Sert. IV, 2. C'étaient de vains éclats de générosité Pour rehausser ta gloire avec impunité, Corneille, Perthar. V, 3. Et pourtant votre gloire a fait de tels éclats Que les filles de roi ne vous manqueront pas, Corneille, Suréna, I, 3. Faites de votre flamme un éclat glorieux, Molière, la Princ. I, 1. Un parti qui causa quelque émeute civile… L'obligea d'en sortir une nuit sans éclat, Molière, l'Étourdi, IV, 1. Il craint les éclats qu'elle fera en apprenant cette nouvelle, Sévigné, 367. Dont il était sur le point de faire de l'éclat, La Bruyère, XIV. … après l'éclat et les pas que j'ai faits, Racine, Bérén. V, 6. Qu'importe de faire un grand éclat pour sortir des mains d'un homme corrompu ? Fénelon, Tél. XII. Il crut qu'il pouvait se dispenser à son âge de faire un éclat dans Rome [en se convertissant], Massillon, Car. Resp. hum. On se réconcilie pour éviter un certain éclat désagréable, Massillon, ib. Pard. L'outrage et le danger Du malheureux éclat d'un amour passager, Voltaire, Zaïre, I, 1. De son premier courroux vous voyez les éclats, Ducis, Othello, I, 7. Ces éclats d'un courroux peut-être légitime, Constant, Walstein, III, 3.

    Faire éclat, divulguer. Le secret est à vous, et je serais ingrat Si, sans votre congé, j'osais en faire éclat, Corneille, Héracl. II, 2.

    Faire éclat, se livrer à quelque manifestation violente. L'hôte s'étant levé commence à faire éclat, La Fontaine, Berc.

    Faire éclat, se dit aussi des choses dont la manifestation est violente. La rupture fit éclat. À cause du grand éclat que cela ferait, Bossuet, Lett. quiét. 174. Cette affaire avait fait un trop grand éclat pour être dissimulée, Bossuet, Var. 1. Une aventure si publique fit l'éclat qu'on peut imaginer, Hamilton, Gramm. 9.

    En venir à un éclat, en venir à une extrémité violente. Emporté jusqu'à l'éclat, vindicatif jusqu'à la fureur, Massillon, Car. Culte.

    Manifestation qui fait scandale. Mais c'est peu des soupçons ; il en fait des éclats, Molière, D. Garc. IV, 8. Ce n'est point mon humeur de faire des éclats, Molière, Tart. III, 4. Mais je suis bonne et ne veux point d'éclat, La Fontaine, Gag. Mais que deviendras-tu, si, folle en son caprice, N'aimant que le scandale et l'éclat dans le vice…, Boileau, Sat. X. Vous rendez la rupture difficile et l'éclat inévitable, Massillon, Car. Pâques.

  • 4Intensité avec laquelle une vive lumière et, par suite, une surface polie, une couleur animée frappent l'œil ; aspect brillant. L'éclat du soleil. L'éclat des fleurs. L'éclat des couleurs. Le Verbe qu'il engendre éternellement en se contemplant lui-même, qui est l'expression parfaite de la vérité, son image, son fils unique, l'éclat de sa clarté et l'empreinte de sa substance, Bossuet, Hist. II, 6. Enfin le jour, un jour sombre parut ; il vint s'ajouter à cette grande horreur [l'incendie de Moscou], la pâlir, lui ôter son éclat, Ségur, Hist. de Nap. VIII, 6.

    Il se dit aussi des yeux, du teint. L'éclat du teint. Je n'aurais adoré que l'éclat de ses yeux, Corneille, Polyeucte, IV, 5. Et quoique d'un autre œil l'éclat victorieux Eût déjà prévenu le pouvoir de vos yeux, Racine, Andr. IV, 5. Le roi n'avait jamais aimé que des femmes dans tout l'éclat de la première jeunesse, Genlis, Mme de Mainten. t. I, p. 54, dans POUGENS.

    Avoir de l'éclat, se dit d'une femme qui est dans le brillant de la jeunesse et dont la peau a de vives couleurs. Jeune et belle, elle avait sous ses pleurs de l'éclat, La Fontaine, Matr. C'était une figure de plus d'éclat qu'elle n'était touchante, Hamilton, Gramm. 6.

  • 5Magnificence, splendeur. L'éclat des habits, des toilettes. L'éclat des cérémonies. Comme Anselme vivait avec assez d'éclat, La Fontaine, Petit chien. Les rois, non plus que le soleil, n'ont pas reçu en vain l'éclat qui les environne ; il est nécessaire au genre humain, et ils doivent, pour le repos autant que pour la décoration de l'univers, soutenir une majesté qui n'est qu'un rayon de celle de Dieu, Bossuet, Marie-Thér. Il aimait les choses qui ont de l'éclat, Fénelon, Tél. XXII. Irais-je, adulateur sordide, Encenser un sot dans l'éclat, Amuser un Crésus stupide, Et monseigneuriser un fat ? Gresset, Chartreuse.

    Aimer l'éclat, aimer les choses fastueuses.

  • 6 Fig. Ce qui, dans les pensées, dans le style, a comme un éclat de lumière. Cette pensée, ce discours a de l'éclat. La facilité qu'ils ont à parler donne un certain éclat à leurs pensées, quoique fausses, qui les éblouit eux-mêmes, NICOLE, Traité des moyens de conserver la paix avec les hommes. Nicole dit que l'éloquence et la facilité donnent un certain éclat aux pensées ; cette expression m'a paru belle et nouvelle ; le mot d'éclat est bien placé ; ne le trouvez-vous pas ? Sévigné, 96.
  • 7Il se dit aussi, au sens moral, de tout ce qui resplendit comme une lumière, comme des rayons. La guerre en tel éclat a mis votre valeur, Corneille, Hor. II, 1. De tels remercîments ont pour moi trop d'éclat, Corneille, ib. IV, 2. Je l'aime, mais l'éclat d'une si belle flamme, Quelque brillant qu'il soit, n'éblouit pas mon âme, Corneille, M. de Pompée, II, 1. Meurs ; mais quitte du moins la vie avec éclat, Corneille, Cinna, IV, 2. Remettez en éclat la puissance absolue, Corneille, Nicom. II, 2. Tout me paraît facile en l'éclat où je suis, Corneille, Tois. d'or, V, 3. Cette pièce eut d'abord grand éclat sur le théâtre, Corneille, Ex. de D. Sanche. Tous les discours sont des sottises Partant d'un homme sans éclat, Molière, Amph. II, 1. La gloire de Jésus-Christ a eu un si grand éclat que…, Bossuet, Hist. II, 12. …Le cœur les suit, et tous gardent le rang Que leur donne leur charge ou l'éclat de leur sang, Perrault, dans RICHELET. Il doit au sang d'Hector tout l'éclat de ses armes, Racine, Andr. I, 4. Mais je veux faire au moins la chose avec éclat, Racine, Plaid. II, 14. M. de Turenne vit ajouter un nouvel éclat à sa gloire, Hamilton, Gramm. 5. Arts trop pernicieux dont l'éclat les captive, Voltaire, Tancr. I, 1. Le nom de Solamir, l'éclat de sa vaillance, Voltaire, ib. IV, 5. Du faux éclat qui t'environne, Serons-nous toujours éblouis ? Rousseau J.-B. Ode à la fortune. Une action d'éclat, Qui surprit à la fois le peuple et le soldat, Saurin, Spartacus, II, 1. En vain pour s'étayer du nom de mes aïeux, Par l'éclat des emplois Charles flattait mes yeux, Delavigne, Vêp. sicil. I, 1. Tout cet éclat dont l'Europe est si fière, Tout ce savoir qui ne la défend pas, S'engloutira dans les flots de poussière Qu'autour de moi vont soulever tes pas, Béranger, Chant du cosaque.
  • 8 Terme de minéralogie. Éclat de Jersey, pierre à aiguiser.
  • 9Variété de pomme.

HISTORIQUE

XIIIe s. …Li chevaus contre l'areste D'un fossé vient de tel esclate Que li ribaus à terre flate [tombe], Si qu'à poi qu'il ne se tua, Fabliaux mss. n° 7218, f° 236, dans LACURNE.

XIVe s. De quodam baculo vocato esclate, Du Cange, sclata. Tels cols [coups] es hiaumes se donnerent, Les lances volent par esclas, Jean de Condé, p. 32.

XVe s. Encore ara [il aura] nape trop mal buée, Orde, crasse, noire com cornillat ; Aucune foiz à la table clouée, Sans plus oster, tant qu'il en dure esclat [lambeau], Deschamps, Poésies mss. dans LACURNE. Yssit du ciel plusieurs grans esclas de tonnoire, espartissemens et merveilleuse pluye, Chron. scandal. de Louis XI, p. 150, dans LACURNE, au mot mars. …lors j'enpongne ung esclat [de bois] ; Dessus le nez lui en fais un escript En ce bourdel où tenons nostre estat, Villon, Ball.

XVIe s. Cet esclat [brillant fait d'armes] porta dans le Bearn leurs nouvelles ensemble et l'estonnement, D'Aubigné, Hist. I, 294. Pluviaud estropié d'un esclat de canon, D'Aubigné, ib. I, 298. …Pour ouïr dans l'air un bruict de grand esclat, D'Aubigné, ib. II, 29. Ton regard dans le cœur, dans le sang m'est entré Comme un esclat de foudre alors qu'il fend la nue, Ronsard, 227. Mais, à bien parler, [l'honneur] c'est l'es clat d'une belle et vertueuse action…, Charron, Sagesse, I, 62.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ÉCLAT. Ajoutez :
10Dans les phares et signaux, un éclat, un jet vif de lumière. Quand le feu blanc sera varié par deux éclats rouges suivis d'un éclat vert, la profondeur d'eau sera de 4m, 25, Journ. offic. 25 nov. 1876, p. 8650, 2e col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « éclat »

Étymologie de éclat - Wiktionnaire

De l’ancien français esclat. Déverbal sans suffixe de éclater[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de éclat - Littré

Voy. ÉCLATER ; wallon, skla.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « éclat »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
éclat ekla play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « éclat »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « éclat »

  • Vendredi 3 juillet à 6 h 45, une femme de 75 ans qui se trouvait sur sa terrasse avenue de Verdun à Pertuis a été touchée par un éclat de pierre au thorax. L’éclat a été provoqué par l’impact d’une balle d’arme à feu. , Faits-divers - Justice | Pertuis : sur sa terrasse, une septuagénaire touchée par un éclat dû à une balle perdue
  • Le syndicat veut un coup d’éclat afin d’adresser un message à la population qui traverse Drummondville, dit-il dans un communiqué. L'Express, Coup d'éclat des travailleurs de la santé aujourd'hui - L'Express
  • Les termes "éclat" et "uniforme" seront ainsi préférés à "blanc", "clair" et "léger" actuellement employés sur les descriptions de plusieurs soins de la peau, a précisé vendredi un porte-parole du groupe. usinenouvelle.com/, Soins de la peau : L'Oréal passe du "blanc" à l'"éclat" - Infos Reuters
  • La gloire ne donne pas le même éclat que la faveur. De Madame de La Fayette / Zaïde
  • Quand une guerre est mûre, elle éclate toujours pour une bagatelle. De Jacques Ferron / Rosaire
  • Plus les circonstances seront contre toi, plus ta force intérieure sera éclatante. De Swami Vivekananda
  • Arrêtez le mal avant qu’il n’existe ; calmez le désordre avant qu’il n’éclate. De Lao-Tseu
  • La femme, comme la Lune, brille d'un éclat emprunté. De Proverbe allemand
  • Si Dieu cessait de pardonner une seconde, notre terre volerait en éclats. De Julien Green
  • Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire. De Guillaume Apollinaire / Alcools
  • Lorsque les haines ont éclaté, toutes les réconciliations sont fausses. De Denis Diderot / Principes de politique des souverains
  • Le pire orage éclate au moment de la moisson. De Proverbe italien
  • La grenade finit par éclater l'écorce. De Jean Grenier
  • Quelques citations savantes donnent de l’éclat à l’homme. De Heinrich Heine
  • La gloire est le deuil éclatant du bonheur. De Madame de Staël
  • Quand on fend du bois, les éclats volent. De Proverbe russe
  • Rien ne sert d'être vrai, il faut encore l'éclat de la vérité. Rien ne sert de mentir, il faut encore l'éclat du mensonge. De Jean Baudrillard / Cool Memories - 1980-1985

Images d'illustration du mot « éclat »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « éclat »

Langue Traduction
Corse brilla
Basque distira
Japonais 輝く
Russe блеск
Portugais brilho
Arabe يلمع
Chinois 闪耀
Allemand scheinen
Italien splendere
Espagnol brillar
Anglais shine
Source : Google Translate API

Synonymes de « éclat »

Source : synonymes de éclat sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « éclat »



mots du mois

Mots similaires