La langue française

Splendeur

Sommaire

Définitions du mot splendeur

Trésor de la Langue Française informatisé

SPLENDEUR, subst. fém.

A. − [À propos d'un astre, d'une chose brillant par elle-même ou sous l'effet d'une source lumineuse] Lumière très intense et que rien ne ternit, vive réverbération. Synon. flamboiement, resplendissement ; anton. obscurité.Splendeur du ciel, du jour, de la lumière, du soleil. [Les œuvres antiques] ont besoin de la pleine lumière; (...) la réverbération de la terre ensoleillée et de la Méditerranée voisine les auréolait d'une éblouissante splendeur (Rodin, Art, 1911, p. 277):
1. ... des palmiers noirs bruissaient sur les bords du Nil, qui coulait en miroitant sous la clarté des étoiles. Le ciel scintillait de toutes parts; jamais je n'avais vu aux astres une grandeur, un éclat, une splendeur pareils; la nuit en était illuminée... Du Camp, Nil, 1854, p. 154.
[À propos d'un moment, d'une période de temps] Splendeur de midi. C'était une soirée de juillet lumineuse et ardente, succédant à une journée torride; les étés d'aujourd'hui me semblent avoir perdu cette splendeur (Loti, Vertige mond., 1917, p. 23).La splendeur des matins radieux, des paysages de mer et d'archipels que vient illuminer le soleil levant (Béguin, Âme romant., 1939, p. 163).
P. méton. Ce qui émet une grande clarté, de vives lueurs. Ce fut un éblouissement. Le rayon électrique tombait sur une splendeur flambante, (...) un brasier, où des lingots d'or et des pierres précieuses semblaient se fondre (Zola, Curée, 1872, p. 548).
B. −
1. [À propos d'une chose colorée] Éclat extrêmement vif et séduisant des couleurs. Anton. pâleur.Splendeur du couchant. Plus loin, s'érigeaient de somptueuses masses fauves, la splendeur d'un grand bois doré par l'automne (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p. 7).Le coloris, dense et fourni, combine la splendeur des rouges et des bleus, orchestre toute une joie de vivre (Huyghe, Dialog. avec visible, 1955, p. 288).
P. méton.
Ce qui présente des coloris d'un éclat extrême. C'était [la cuisine pour l'enfant] un endroit (...) de splendeurs. Les légumes gardent encore sur la table leurs magnifiques couleurs; et voici de grandes flammes fascinantes, exaltées (Chardonne, Varais, 1929, p. 206).C'est un fabuleux trésor de chefs-d'œuvre (...). Vingt splendeurs composent la salle du Titien. C'est là que brille doucement cette Bacchanale qui a le rayonnement du vin et de l'émeraude (T'Serstevens, Itinér. esp., 1933, p. 220).
Rare. Qualité d'un peintre qui utilise des couleurs éclatantes, fortement séduisantes. La noblesse de Raphaël, la splendeur du Titien, résultent de certaines combinaisons de lignes et de couleurs (R. Ménard, Hist. Beaux-Arts, 1882, p. 156).
2. [À propos d'une chose concr. ou sonore] Beauté pleine de puissance et de majesté. Synon. somptuosité; anton. horreur, laideur.Splendeur du monde, de la terre. Il semble que l'univers me repousse tout à coup (...). Je hais l'éternelle beauté des étoiles et la splendeur des choses qui nourrissent mes contemplations ordinaires ne me paraît plus que l'implacable indifférence de la puissance pour la faiblesse (Sand, Lélia, 1839, p. 538).L'humble magnificence, (...) la sobre splendeur du chant grégorien (Huysmans, En route, t. 1, 1895, p. 9).
Dans la splendeur de + subst., dans sa splendeur. Au maximum de sa beauté. Mon grand plaisir était de l'emmener à la campagne durant les beaux jours de l'été (...), le spectacle de la nature dans sa splendeur ayant toujours été pour moi le plus puissant des aphrodisiaques (Musset, Confess. enf. s., 1836, p. 40).
P. méton. Chose extrêmement belle. Synon. merveille.J'ai longtemps habité sous de vastes portiques Que les soleils marins teignaient de mille feux (...) C'est là que j'ai vécu dans les voluptés calmes, Au milieu de l'azur, des vagues, des splendeurs (Baudel., Fl. Mal, 1857, p. 27).
3. [À propos d'un lieu, de pers. évoquées dans leur costume, leur train de vie] Grande abondance de richesses, de raffinements luxueux. Synon. apparat, faste, opulence; anton. simplicité.Splendeurs passées; antique splendeur. J'ai entendu cent fois déplorer la perte du riche commerce de nos colonies et la splendeur ancienne des villes de Nantes et de Bordeaux (...). L'industrie et la richesse de la France se sont au total accrues depuis qu'elle a perdu ses principales colonies (Say, Écon. pol., 1832, p. 232).Il trouvait plaisir à décrire des réceptions de splendeur royale (...), les tables couvertes de vaisselle d'or, les rivières de diamants au cou des femmes (...), les menus exquis (Maurois, Disraëli, 1927, p. 50).
Au temps de sa splendeur. À l'époque de sa grande fortune. Au temps de sa splendeur, Georges d'Estourny (...), généreux comme un chef de voleurs, avait protégé la Torpille (Balzac, Splend. et mis., 1844, p. 182).
Avec une nuance iron. Les clientes, qui lui reprochaient sa boutique sombre, reviendraient certainement, quand elles la verraient flamber, toute neuve. (...) on repeignit les boiseries (...); même on poussa la splendeur jusqu'à dorer l'enseigne (Zola, Bonh. dames, 1883, p. 581).
P. méton. Personne très fortunée ou chose qui marque ostensiblement la grande fortune. Les meurt-de-faim et les va-nu-pieds, ces frères douloureux et vénérables de nos splendeurs myopes et de nos prospérités égoïstes (Hugo, Paris, 1867, p. 13).Tout un éclat de plaisir et de luxe, dont la prochaine exposition promettait d'être la splendeur finale, la menteuse apothéose de féerie (Zola, Argent, 1891, p. 181).
C. −
1. [À propos d'une pers., d'une partie du corps] Vif rayonnement de beauté physique et/ou de beauté morale manifestée à travers le physique. Splendeur de son corps. Comme Laurence est fier et beau! (...) quand sur moi son visage rayonne, La splendeur de son front m'éblouit et m'étonne; Je ne puis soutenir l'éclat de sa beauté (Lamart., Jocelyn, 1836, p. 625).Pour la splendeur du sein, pour le rayonnement De la peau, nulle reine (...) N'égale sa beauté patricienne (Verlaine, Poèmes saturn., 1866, p. 77).
Au temps de sa splendeur. À l'époque où sa beauté était des plus éclatantes et remarquées. La châtelaine de Chenonceaux, MmeDupin, l'accueille avec la grâce toujours souriante de ses quatre-vingt dix ans (...), elle fait entendre au jeune homme (...) l'écho (...) des écrivains illustres qui, jadis (...), ont fait monter vers sa beauté l'hommage de leur ferveur. Elle l'introduit aux charmes (...) de ce XVIIIesiècle (...) dont elle était, au temps de sa splendeur, une des reines (Bariéty, Coury, Hist. méd., 1963, p. 611).
Dans toute sa splendeur. Dans l'expression la plus vive de sa beauté. La jeune Yolande de Foix apparut (...) dans toute sa splendeur de Diane chasseresse. L'animation de la course avait amené un incarnat plus riche à ses joues (Gautier, Fracasse, 1863, p. 51).
P. méton. Personne remarquable par sa beauté rayonnante. Amie de la duchesse de Langeais, amie de la vicomtesse de Beauséant, deux splendeurs disparues, elle était intime avec la marquise d'Espard, à qui elle disputait en ce moment la fragile royauté de la Mode (Balzac, Cabinet ant., 1839, p. 64).
2. [À propos d'une qualité personnelle] Éclat radieux qui transparaît dans l'apparence extérieure, la manière d'être. Nofrît assise devant lui, dans la splendeur de son âge, dans l'éclat d'une jeunesse qui s'épanouit, qui conserve encore la transparence, la flexibilité de l'adolescence et annonce déjà une opulente maturité (Arnoux, Rêv. policier amat., 1945, p. 56):
2. Phèdre, belle par soi, mais belle avant l'amour, comme toutes les belles, atteint à la splendeur de sa beauté au moment qu'elle déclare sa passion. Je dis splendeur [it. ds le texte], car le feu d'une action décisive brille sur son visage, brûle dans ses regards, anime toute sa forme. Valéry, Variété V, 1944, p. 194.
3. Domaine relig.
a) [À propos de Dieu, d'une créature céleste, d'un saint, etc.] Lumière surnaturelle de source divine, transfiguration dans la gloire éternelle. Splendeur de Dieu. Une pâleur argentée donnait à sa peau (...) une mate splendeur. (...) la mort s'approchait d'elle comme une lumière. C'était la transfiguration de ces maladies de cœur qui ensevelissent les mourantes dans la beauté de leur âme, et emporte au ciel le visage des jeunes mortes! (Goncourt, R. Mauperin, 1864, p. 338).Au XIIIesiècle, une splendeur sereine enveloppe « le Christ qui enseigne »; au déclin du Moyen Age, il sera remplacé par le Christ de souffrance (Hourticq, Hist. art, Fr., 1914, p. 73).V. resplendir ex. de Montalembert.
b) Perfection pure de la divinité, de la vie éternelle. Splendeur céleste. Ma sainte Lili, (...) comme je la vois dans une splendeur infinie, une paix inaltérable, un repos assuré! (...) elle plaint (...) ses amis, qu'elle voit dans ce pauvre monde, dans les peines (E. de Guérin, Journal, 1838, p. 193).Toute la doctrine de Brahma est là. L'âme impérissable s'adore comme être pur (...) cherche à se dégager de l'action du mal ou du bien pour arriver à la contemplation, à la splendeur divine (Vigny, Journal poète, 1859, p. 1349).
D. − Au fig.
1. [À propos d'une chose abstr.] Intensité remarquable, très haute valeur. Splendeur de l'amour, des images, des mots, de la poésie. Louis XIV vainqueur apportait à l'Europe la splendeur de la raison française. Quelle lumière l'Allemagne de Sedan a-t-elle apportée au monde? L'éclair des baïonnettes? Une pensée sans ailes (Rolland, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p. 1434).Papa nous entretenait religieusement de la science et de ses merveilles, de la splendeur du génie scientifique (Duhamel, Jard. bêtes sauv., 1934, p. 201).V. smaragdin ex. de Valéry.
Dans toute la splendeur de + subst. Dans la plus grande vivacité de ses qualités. Je me surprends à désirer mourir à trente ans, dans toute la splendeur de la vie, dans les roses de l'amour, au sein des voluptés (Balzac, Mém. jeunes mariées, 1842, p. 289).
P. iron. [En assoc. avec un terme péj.] Caractère de ce qui se fait beaucoup remarquer par ses défauts. La splendeur de sa bêtise fait plutôt ma joie. Je pense que vous avez entendu (...) son mot: « Je ne sais pas jouer au whist, mais je sais jouer du piano. » Est-ce assez beau! (Proust, Sodome, 1922, p. 973).
Dans (toute) sa splendeur. Dans toute l'évidence de ses ridicules. On s'occupe de lois d'affaires ou de mesures sociales; alors s'étale dans toute sa splendeur l'ânerie de nos représentants: ministres (...), spécialistes, rivalisent à qui sera le plus stupide (Sorel, Réflex. violence, 1908, p. 215).
P. méton. Ce qui se distingue par ses brillantes qualités. Plus j'avançais en âge (...), plus je découvrais, en ses poèmes [de Baudelaire], de splendeurs et d'étincellement qui m'avaient d'abord échappé (L. Daudet, Rech. beau, 1932, p. 26).
2. [À propos d'une pers., d'un groupe] Brillante réputation de valeur, de grandeur, de suprématie. Synon. gloire, lustre2, prestige; anton. déchéance, déclin.Splendeur nouvelle. Les rois tombés s'affligent surtout, parce qu'ils n'aperçoivent en amont de leur chute qu'une splendeur héréditaire et les pompes de leur berceau: mais que découvrait Napoléon antérieurement à ses prospérités? (Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p. 632).Entrer en relations avec les descendants possibles des Atlantes, et, si (...) ils étaient bien déchus et ignorants de leur splendeur première, leur révéler leur illustre filiation (Benoit, Atlant., 1919, p. 145).
Au temps de sa splendeur. À l'époque de son apogée social, moral. La petite noblesse viennoise (...) agonisait alors; mais au temps de sa splendeur, c'était elle qui avait valu à Vienne cette réputation bien assise de tranquillité, de stabilité (Arts et litt., 1936, p. 48-8).
[À propos d'un nom, d'un titre, d'un lieu, d'une époque illustré(e) par telle(s) pers.] Jours de splendeur. Ces palais qui semblent des sépulcres vides (...) rappellent une histoire brillante, une splendeur solidement établie, et (...) l'on se prend, devant cet abandon, à méditer sur la fragilité des choses humaines (Viollet-Le-Duc, Archit., 1872, p. 256).Il (...) reste, sous le laurier, une image simple qui est moins celle de Ronsard que celle du poète. Et du poète, le nom, la gloire, rayonnent aujourd'hui d'une splendeur incontestée (Thibaudet, Réfl. litt., 1936, p. 21).
P. méton. Ce qui a un caractère prestigieux. Sous ce même plafond Avaient passé jadis, ô splendeurs effacées! De grands événements et de grandes pensées (Hugo, Rayons et ombres, 1840, p. 1032).
Prononc. et Orth.: [splɑ ̃dœ:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Mil. xiies. splendur « éclat » (Psautier Cambridge, éd. Fr. Michel, p. 271, 16). Empr. au lat.splendor « éclat, magnificence, gloire, pompe ». Fréq. abs. littér.: 1 639. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 536, b) 3 151; xxes.: a) 2 692, b) 1 497. Bbg. Duch. Beauté. 1960, pp. 114-115.

Wiktionnaire

Nom commun

splendeur \splɑ̃.dœʁ\ féminin

  1. Grand éclat de lumière.
    • […], et ce qui sauvait du désespoir, c’était seulement la farouche splendeur des aubes et des couchants, des torrents tourbillonnants, de la cavalcade des nuages, et de l’infinie solitude. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 249 de l’éd. de 1921)
  2. (Figuré) Grand éclat d’honneur, de gloire.
    • La splendeur de son rang, de son nom et de sa gloire.
    • Cet empire a perdu, a recouvré son ancienne splendeur.
  3. Magnificence, pompe.
    • Il vit avec beaucoup de splendeur.
  4. Choses éclatantes, magnifiques.
    • On ne se lassait pas de contempler toutes ces splendeurs.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SPLENDEUR. n. f.
Grand éclat de lumière. La splendeur du soleil. La splendeur des astres. Il signifie, au figuré, Grand éclat d'honneur, de gloire. La splendeur de son rang, de son nom et de sa gloire. Cet empire a perdu, a recouvré son ancienne splendeur. Il signifie encore Magnificence, pompe. Il vit avec beaucoup de splendeur. Il se dit également des Choses éclatantes, magnifiques. On ne se lassait pas de contempler toutes ces splendeurs.

Littré (1872-1877)

SPLENDEUR (splan-deur) s. f.
  • 1Grand éclat de lumière. Et sans votre splendeur divine [ô soleil], La terre n'aurait point de climats fortunés, Quinault, Phaéth. IV, 1. Tout homme, en te voyant [Byron], reconnaît dans tes yeux Un rayon éclipsé de la splendeur des cieux, Lamartine, Méd. II. Seigneur, je vous bénis ! de ma lampe mourante Votre souffle vivant rallume la splendeur, Hugo, Odes, v, 14.

    Fig. Joas les touchera par sa noble pudeur, Où semble de son sang reluire la splendeur, Racine, Ath. I, II. De ces chagrins mortels son esprit dégagé Souvent reprend sa force et sa splendeur première, Voltaire, Sémiram. I, 1.

    Usité en ce sens seulement dans le langage poétique et élevé ; d'Alembert dit même qu'il n'est jamais usité au propre ; c'est une erreur.

  • 2 Fig. Grand éclat d'honneur et de gloire. Regarde le malheur de Brute et de Cassie : La splendeur de leurs noms en est-elle obscurcie ? Corneille, Cinna, I, 3. Déplorable Sion, qu'as-tu fait de ta gloire ? Tout l'univers admirait ta splendeur, Racine, Esth. I, 2. À d'illustres parents s'il doit son origine, La splendeur de son sort doit hâter sa ruine, Racine, Ath. II, 5. Nous avons pour les grands et pour les gens en place une jalousie stérile ou une haine impuissante, qui ne nous venge point de leur splendeur et de leur élévation, La Bruyère, IX. Un éclat qui ne dégénérait point de l'ancienne splendeur de sa maison, Rousseau, Conf. X.
  • 3Magnificence, accompagnée de beauté. De cette nuit, Phénice, as-tu vu la splendeur ? Racine, Bérén. I, 5. Qu'ils pleurent, ô mon Dieu ! qu'ils frémissent de crainte, Les malheureux qui de ta cité sainte Ne verront point l'éternelle splendeur, Racine, Athal. II, 9. Tout chez lui [Richelieu] était splendeur et faste, tandis que chez le roi tout était simplicité et négligence, Voltaire, Mœurs, 176. Le bien de l'État et la splendeur du trône, Voltaire, Dict. phil. Propriété. Il y avait tant de magnificence dans leurs tombeaux [des anciens], que le contraste du néant de la mort et des splendeurs de la vie s'y faisait sentir, Staël, Corinne, IV, 2.

HISTORIQUE

XIIe s. Del deseier de le [la] deventriene [extérieure] splendor, Job, p. 469.

XVe s. Le droit soleil de mes yeulx, la droite splendeur de mon front, Chastelain, Chron. du duc Phil. ch. 5.

XVIe s. Tout luysant d'or et d'escarboucles fines, Qui du cler feu en splendeur sont affines, Marot, IV, 56. [La fortune] Ce n'est autre que fiction de l'esprit, s'eblouissant à regarder une telle splendeur, se perdant à sonder un tel abyme, Amyot, Préface. Qu'on voye, o tout-puissant, Ton œuvre en tes servans, ta splendeur sur leur race, Desportes, Œuv. chrest. XVIII, Prière de Moyse. Concevoir la splendeur de la vertu en sa pureté naïfve, Montaigne, I, 165. La splendeur d'un esclair, Montaigne, I, 166.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SPLENDEUR, s. f. (Gram.) éclat. La splendeur des astres. Il se prend au figuré ; la splendeur de son nom, de sa maison, de ses dignités. La splendeur de l’ancienne Rome.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « splendeur »

Provenç. splendor ; espagn. esplendor, ital. splendore ; du lat splendorem. Palsgrave, p. 22, au XVIe siècle, dit que ce mot se trouve seulement dans Jehan Lemaire, auteur de la fin du XVe siècle ; mais le mot est plus ancien.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin splendor (« éclat, brillant, beauté. richesse, pompe, somptuosité, magnificence ») de splendeo (« briller, être éclatant, resplendir »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « splendeur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
splendeur splɑ̃dœr

Citations contenant le mot « splendeur »

  • La beauté est la splendeur du visage divin. De Marsile Ficin / Commentaire sur le banquet de Platon
  • Le véritable poète a pour vocation d'accueillir en lui la splendeur du monde. De Johann Wolfgang von Goethe / Divan occidental-oriental
  • Lumière profuse ; splendeur. L'été s'impose et contraint toute âme au bonheur. De André Gide / Journal - 1943
  • Rien ne rehausse l'autorité mieux que le silence, splendeur des forts et refuge des faibles. De Charles de Gaulle / Le fil de l’épée
  • Appeler un amant, c'est demander au téléphone qu'il te renvoie cette splendeur divine de ton désir. De Gilles Leroy / Champsecret
  • Cochon. Animal étonnamment proche de la race humaine par la vivacité et la splendeur de son appétit. De Ambrose Bierce / Le dictionnaire du Diable
  • La splendeur du monde s'est enrichie d'une beauté nouvelle : la beauté de la vitesse. De Filippo Tommaso Marinetti / Le Figaro - 20 Février 1909
  • L'art, c'est le reflet que renvoie l'âme humaine éblouie de la splendeur du beau. De Victor Hugo / Océan prose
  • Si le mal brille dans toute sa splendeur, C'est devant le pire que le bien prend toute sa valeur.
  • Aujourd'hui le monde entier dans toute son horreur comme dans toute sa splendeur fait partie de la vie intime de l'individu. De Wilfrid Lemoine / Le Déroulement
  • Le présent est aride et trouble, l'avenir est caché. Toute la richesse, toute la splendeur, toute la grâce du monde est dans le passé. De Anatole France / La vie en fleur
  • La nature se rit des souffrances humaines ; Ne contemplant jamais que sa propre grandeur, Elle dispense à tous ses forces souveraines Et garde pour sa part le calme et la splendeur. De Charles-Marie Leconte de Lisle / Poèmes barbares
  • La chasteté est la splendeur de l'homme intérieur. Elle est la force suprême qui ferme le coeur aux choses d'ici-bas et qui l'ouvre aux choses d'en haut. De L'Admirable / De l'ornement des noces spirituelles
  • L'amour, n'est-il donc qu'une idée, qu'un rêve irréalisable ? Une recherche désespérée de la perfection ? Ne peut-il pas se traduire par des gestes imparfaits, préparer un repas, aller travailler, sans pour autant perdre sa splendeur ? De Hélène Rioux / J'elle
  • Le passé c'est notre seule promenade et le seul lieu où nous puissions échapper à nos ennuis quotidiens, à nos misères, à nous-mêmes. Le présent est aride et trouble, l'avenir est caché. Toute la richesse, toute la splendeur du monde est dans le passé. De Anatole France / La Vie en fleur
  • Mais les Brunhoff ne se limitent pas qu’aux livres illustrés pour enfants. C'est ce que prouve «La splendeur des Brunhoff». Le livre d’Yseult Williams avait paru en 2018. Sa sortie m’avait alors passé par dessus la tête. L’ouvrage revient heureusement aujourd’hui en Poche chez Fayard, une maison d’édition résolument tournée vers l’Histoire. L’auteure y saute d’une branche à l’autre de l’arbre généalogique, à la manière de Zéphir, le singe des albums de Babar. Elle passe aussi d’une génération à la suivante, en commençant par le «clan des Alsaciens». Les Brunhoff faisaient partie des familles ayant fui les provinces annexées par les Allemands après la défaite de 1870. Ces gens se sentaient du coup deux fois plus Français que les autres. Bilan, Livre. Yseult Williams raconte "La splendeur des Brunhoff", de Babar à "Vogue" - Bilan
  • « Un premier travail de conservation et d’études, mené en 2013, a permis d’assurer la pérennité des maquettes suite à l’attaque du bois, des plumes, des cheveux et de la poudre de papier mâché par les insectes. Cette deuxième phase a permis de redonner toute leur splendeur à ces boîtes de plâtres (costumes refaits, nouveau système électrique, etc.) présentant des bâtiments et des personnages faits de matières de récupération, notamment carton, tissus, tubes de dentifrice et mie de pain. Les fonds arrondis sont peints afin de leur conférer une profondeur qui donne vie aux scènes représentent les grandes dates de l’histoire de Brest, comme les moments de la vie quotidienne », souligne Hélène Champagnac, l’une des trois restauratrices. Cette dernière a découvert, à cette occasion, l’une des œuvres majeures de Jim Sévellec et interviendra dessus avec ses collègues pour un bilan et un entretien régulier tous les un à deux ans. Le Telegramme, Les dioramas de la Tour Tanguy ont retrouvé leur splendeur - Brest - Le Télégramme
  • Une photo prise par le télescope spatial Hubble le 4 juillet dernier et rendue publique par la NASA dévoile la planète Saturne dans toute sa splendeur. TVA Nouvelles, Saturne dans toute sa splendeur | TVA Nouvelles
  • Ceux qui auront été intelligents brilleront comme la splendeur du ciel, et ceux qui auront enseigné la justice, à la multitude brilleront comme les étoiles, à toujours et à perpétuité. Crédit photo: Sergey Novikov/123rf Journal Chrétien, "Ceux qui auront été intelligents brilleront comme la splendeur du ciel" (Daniel 12:3) - Verset du jour avec commentaire biblique - Journal Chrétien

Images d'illustration du mot « splendeur »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « splendeur »

Langue Traduction
Anglais splendor
Espagnol esplendor
Italien splendore
Allemand pracht
Chinois 辉煌
Arabe روعة
Portugais esplendor
Russe пышность
Japonais 素晴らしさ
Basque distira
Corse splendore
Source : Google Translate API

Synonymes de « splendeur »

Source : synonymes de splendeur sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « splendeur »

Partager