La langue française

Grisaille

Sommaire

  • Définitions du mot grisaille
  • Étymologie de « grisaille »
  • Phonétique de « grisaille »
  • Citations contenant le mot « grisaille »
  • Traductions du mot « grisaille »
  • Synonymes de « grisaille »
  • Antonymes de « grisaille »

Définitions du mot grisaille

Trésor de la Langue Française informatisé

GRISAILLE, subst. fém.

A. − BEAUX-ARTS.
1. Peinture monochrome en camaïeu gris, utilisant des différences de nuances pour marquer les ombres, donnant ainsi l'illusion du relief et de la sculpture, et qui s'emploie ordinairement dans les frises et soubassements des édifices. Ces grisailles imitent très bien le bas-relief (Ac.) :
Sur les murs, des grisailles dévorées par l'humidité semblaient avoir voulu simuler le relief d'une architecture richement ornée, avec les ressources du clair-obscur et de la perspective. On y devinait encore une suite d'Hercules terminés en gaine supportant une corniche à modillons d'où partait, en s'arrondissant, un berceau de feuillages festonnés de pampres... Gautier, Fracasse,1863, p. 5.
2. P. ext.
a) Tableau, esquisse monochrome. Synon. clair-obscur.On cite des cas où la distinction des couleurs paraissait être entièrement abolie, et où les images des corps éclairés continuaient d'être perçues à la manière des figures d'une estampe ou d'une peinture en grisaille (Cournot, Fond. connaiss.,1851, p. 151).Sur une grisaille savoureuse, il revenait avec des glacis, de lentes accumulations où la hampe du pinceau incrustait ensuite des traits; on ne peut définir ses tons (Mauclair, De Watteau à Whistler,1905, p. 150).
b) Vitrail de couleur grise donnant un effet de modelé. Les vitraux coloriés soumettent l'architecture, vaincus eux-mêmes par la grisaille (Michelet, Journal,1831, p. 81).Les murs verdis [de la petite chapelle] se perçaient de quatre étroits vitraux en grisaille (Vercel, Cap. Conan,1934, p. 189).
B. − P. anal. Teinte, couleur tirant sur le gris. L'horreur des anciens imprimeurs japonais pour la couleur criarde et (...) leur tendance à imprimer presque en grisaille (Goncourt, Journal,1892, p. 188).La grisaille de la poussière, en été (Jouve, Paulina,1925, p. 221).
Adj. Des yeux vert grisaille (Estaunié, Empreinte,1896, p. 82).
En partic. Temps gris, brumeux. La grisaille de Londres (Morand, Londres,1933, p. 123).Le temps commença à changer le 24, qui est le jour de la Saint-Jean. La grisaille se dissipa après une pluie fine qui était tombée le matin (Bosco, Mas Théot.,1945, p. 137).
C. − Au fig. Absence de relief, d'intérêt, de personnalité; atmosphère morale où règne la monotonie, l'ennui. La grisaille de la vie quotidienne. Toute la grisaille de la semaine était oubliée (Van der Meersch, Empreinte dieu,1936, p. 167).Pour moi, je m'enivre de ma grisaille, de ma fermentation de personnage effacé, toujours à l'arrière-plan, à ne considérer que l'apparence (Arnoux, Crimes innoc.,1952, p. 173).Il s'est juré de s'élever au-dessus des grisailles de la médiocrité (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 117).
Adj. Une de ces heures d'or qui se détachent encore après vingt-quatre ans, lumineuses comme au premier jour, sur le fond grisaille de la vie (A. Daudet, Trente ans Paris,1888, p. 181).
− Domaine littéraire.Style monotone, qu'aucun trait ne relève. Quant à la partie purement littéraire, au style [de l'Histoire de Jules César], j'avoue ne pas goûter cette allure solennelle, un peu pesante, cette nudité de la phrase, cette grisaille effacée (Zola, Mes haines,1866, p. 193).C'est dommage de voir une pièce (...) si lestement partie, sombrer, au deuxième tableau, dans une pareille grisaille! (Levinson, Visages danse,1933, p. 124).
D. − Emplois spéc.
1. BOT. Nom vulgaire du peuplier blanc ou gris. Synon. grisard. (Ds Besch. 1845, Lar. 19e-20e, Littré, DG).
2. ART CAPILL. ,,Mélange de cheveux blancs et de cheveux bruns dont on fait des perruques`` (Ac.; ds Besch., Littré). Perruque en grisaille.
3. TEXTILE
a) Tissu de laine fait avec des chaînes de coton chiné. Une grisaille laine et coton à neuf sous (Zola, Bonh. dames,1883, p. 617).
b) Étoffe mélangée de noir et de blanc ou à petits careaux noirs et blancs. Les couleurs des toiles peuvent être violentes. Mais c'est une gamme très sobre qu'on trouve en tissu de ville. Beaucoup de grisailles, allant des bleutés aux tons sables (Jardins des modes,1951, p. 32).
Prononc. : [gʀizɑ:j]. Étymol. et Hist. 1. 1625 B.-A. (N.-C. Fabri de Peiresc, Lettres, éd. J.-Ph. Tamizey de Larroque, VI, 173); 2. 1865, p. anal. la grisaille de la brume (Taine, Philos. art, t. 1, p. 273); 3. 1884, fig. (Péladan, Vice supr., p. 55). Dér. de gris* (sens 1 et 2); suff. -aille*. Fréq. abs. littér. : 111. Bbg. Arveiller (R.). R. Ling. rom. 1977, t. 41, pp. 228-229. - Pauli 1921, p. 89.

grisaille , subst. fém.« 1. arts, peinture monochrome en camaïeu gris. 2. littér., ton ou aspect naturel qui fait songer à la peinture en grisaille. 3. cour., caractère terne, atmosphère morne, manque d'éclat ou d'intérêt »

Wiktionnaire

Nom commun

grisaille \ɡʁi.zɑj\ féminin

  1. (Peinture) Peinture qui se fait avec deux couleurs, l’une claire, l’autre sombre, et qui représente des objets supposés blancs.
    • Çà et là, sur les grisailles fauves des broussailles, un troupeau de chèvres jetait une tache noire à côté de celle, blanche, d’un troupeau de moutons. — (Isabelle Eberhardt, Yasmina, 1902)
    • La montagne s’estompait en grisaille sous la buée chaude avec les taches d’ombre mouvante des nuages qui passaient. — (Maurice Dekobra, La Madone des sleepings, 1925, réédition Le Livre de Poche, page 213)
  2. (Vitrail) Vitrail en tons gris, réalisé par ajout d’oxydes métalliques avant la cuisson du verre.
    • Mais dans le sanctuaire, il existe deux fenêtres garnies, au XVIe siècle, de vitraux d’une grande valeur […] Les grisailles sont modernes et ont été fabriquées à l’aide des fragments anciens qui existaient encore. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
  3. (Météorologie) Temps gris et couvert.
  4. (Botanique) Un des noms vernaculaire du peuplier blanc.
    • Le peuplier blanc a larges feuilles, que l’on nomme aussi grisaille d’Hollande, ou ypreau, ou franc picard, & en Angleterre abele […] — (http://www.lesarbres.fr/texte-encyclopedie-peuplier,,.html)
  5. Mélange de cheveux blancs et de cheveux noirs, destiné à confectionner des perruques.
  6. Tissus mélangé de blanc et de noir, ou à petit carreaux blancs et noirs.

Forme de verbe

grisaille \ɡʁi.zɑj\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de grisailler.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de grisailler.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de grisailler.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de grisailler.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de grisailler.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GRISAILLE. n. f.
Peinture qui se fait avec deux couleurs, l'une claire, l'autre sombre, et qui représente des objets supposés blancs. Peindre en grisaille. Ces grisailles imitent très bien le bas-relief. Il y a d'assez belles grisailles dans cette galerie.

Littré (1872-1877)

GRISAILLE (gri-zâ-ll', ll mouillées, et non grizâ-ye) s. f.
  • 1Peinture qui se fait avec du blanc et du noir, et qui représente des objets supposés blancs. Les grisailles sont une imitation du bas relief. Faire de la grisaille. Travailler en grisaille. Peindre en grisaille.
  • 2 Terme de peinture sur verre. Grisailles, verres peints en tons légers.
  • 3Esquisses préparatoires où les couleurs locales ne sont point indiquées.
  • 4Mélange de cheveux bruns et de cheveux blancs, dont on fait des perruques.
  • 5Espèce de papillon de nuit.
  • 6Peuplier blanc.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GRISAILLE, s. f. (Peinture.) façon de peindre avec deux couleurs, l’une claire, & l’autre brune : au moyen de leur mélange l’on exprime les lumieres & les ombres. On appelle encore cette façon de peindre, faire des tableaux de clair-obscur. L’on dit une grisaille, peindre une grisaille. Voyez Camayeu.

Grisaille, (Perruquier.) c’est un beau mélange de cheveux blancs & bruns. Les perruques en grisaille sont cheres.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « grisaille »

Dérivé de gris.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Dérivé de gris avec le suffixe -aille.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « grisaille »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
grisaille grizaj

Citations contenant le mot « grisaille »

  • Plus il y a de chaînes de télévision, de radios, de journaux, de supports médiatiques, moins il y a diversité de création. La grisaille se répand. De Bernard Werber / La Révolution des fourmis
  • Pour l'après-midi de ce samedi, les pentes de l'Est restent sous la grisaille, annonce le bulletin de Météo France, et le bord de mer profite du soleil.  Clicanoo.re, [Société] Du vent ce samedi, et de la grisaille dans l'Est | Clicanoo.re
  • La journée commencera sous la grisaille avant l’apparition de belles éclaircies dès le début d’après-midi. Comme la veille, le vent d’ouest soufflera toute la journée aux alentours de 45km/h avant de se radoucir en début de soirée. Journal L'Union, MÉTÉO. Grisaille et éclaircies ce mardi dans la Marne, l’Aisne et les Ardennes

Traductions du mot « grisaille »

Langue Traduction
Anglais grisaille
Espagnol grisalla
Italien grisaille
Allemand grisaille
Chinois grisaille
Arabe جريسيلي
Portugais grisaille
Russe гризайль
Japonais グリザイユ
Basque grisaille
Corse grisaille
Source : Google Translate API

Synonymes de « grisaille »

Source : synonymes de grisaille sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « grisaille »

Partager