La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « magnificence »

Magnificence

Variantes Singulier Pluriel
Féminin magnificence magnificences

Définitions de « magnificence »

Trésor de la Langue Française informatisé

MAGNIFICENCE, subst. fém.

A. − Au sing. Qualité, caractère magnifique de quelqu'un, de quelque chose.
1. [Du point de vue d'une pers., de certains de ses attributs, parfois d'un groupe de pers.]
a) Vieilli, littér. Disposition propre à une personne (parfois à un groupe de personnes) riche, généreuse avec éclat, qui dépense sans compter pour elle ou pour les autres; qualité d'une personne, d'un groupe de personnes qui vit dans le faste. Magnificence royale, de la cour. Tous les princes rivalisèrent de magnificence. Le duc de Bourgogne se montra avec un faste pareil à celui qu'avait toujours étalé son père (Barante,Hist. ducs Bourg.,t. 2, 1821-24, p. 407):
1. ... il offrait [des cigares] avec une prodigalité calculée en mesurant la qualité du cigare à celle de la personne, mais si adroitement qu'il n'y paraissait qu'aux hôtes à qui il présentait la fleur de La Havane. Instruit par cet exemple, je découvris, peu à peu, le fond de parcimonie que recouvrait sa magnificence. A. France,Vie fleur,1922, p. 514.
P. anal. [En parlant de Dieu] Magnificence divine. Mon Dieu, mon Dieu (...) admirer ta magnificence sur les montagnes ou sur les mers (Lamart.,Voy. Orient,t. 1, 1835, p. 56).
[Le subst. désigne un titre] Personnage important à qui on donne ce titre. Je soumets humblement ma requête à la bienveillante attention de Votre Magnificence (Claudel,Soulier,1929, 3ejournée, 5, p. 792).
b) Éclat, prestance, élégance d'une personne, d'un de ses aspects extérieurs. Apparaître dans toute sa magnificence. Florine et Coralie, mises avec la folle recherche et la magnificence artiste des actrices (Balzac,Illus. perdues,1839, p. 439).Son visage (...) avait revêtu je ne sais quelle magnificence (Arnoux,Zulma,1960, p. 49).
c) Qualité remarquable, éclatante d'une personne dans une activité, une faculté, une attitude morale, intérieure; caractère remarquable d'une faculté, d'une attitude intérieure. Dire avec magnificence. Son esprit même, son talent avait besoin, pour (...) atteindre à toute sa magnificence, de l'appui ou du voisinage de l'autorité (Sainte-Beuve,Nouv. lundis,t.12, 1868, p.396).Reconnais la magnificence de cet homme qui se renonçait (Barrès,Jard. Bérén.,1891, p. 122).
2. [Du point de vue d'une chose réalisée ou non par l'homme]
a) Beauté éclatante, somptueuse, grandiose, qualité luxueuse, prestigieuse d'un objet, d'une réalisation humaine, parfois d'un projet humain. L'église et le cloître sont d'une rare magnificence; le reste est de la plus stricte simplicité (Gautier,Tra los montes,1843, p. 161).L'âme d'Omer comprit alors toute la magnificence du rêve impérialiste (Adam,Enf. Aust.,1902, p. 231).
SYNT. Magnificence extraordinaire (de qqc.); magnificence d'un don, d'une ville; magnificence des cérémonies, des costumes, des salons; guerre de magnificence.
En partic. Caractère remarquable par la pompe, l'éclat, d'un mode d'expression, d'une oeuvre de l'esprit. Magnificence d'expression, du langage, du style. Jamais la magnificence de sa langue n'a été aussi parfaite et aussi grande (Brasillach,Corneille,1938, p. 423).Quelle page! Dans l'oeuvre entier de Flaubert, nous en chercherions en vain une autre qui la dépasse en magnificence (Mauriac,Gds hommes,1949, p. 169).
b) Beauté grandiose d'un élément naturel, d'un site, d'un paysage. Magnificence du ciel. Sur les côtes du lac, la nature se montre dans toute sa magnificence sauvage (Chateaubr.,Natchez,1826, p. 414).Djénane et Mélek étaient (...) toutes à la contemplation de cette âpre magnificence des montagnes et des falaises (Loti,Désench.,1906, p. 259).
B. − Gén. au plur. Chose, aspect d'une chose possédant cette qualité, ce caractère magnifique.
1. [À propos de quelque chose réalisé par l'homme] Ce qui est d'un aspect somptueux, éclatant; ce qui est luxueux, grandiose, prestigieux. Magnificences orientales. Madame Gérard disposait de son côté les magnificences de la corbeille, riche en bijoux, en fourrures et en autres dentelles (Duranty,Malh. H. Gérard,1860, p. 314):
2. Les voitures, pour s'arrêter devant l'entrée, devaient tourner afin d'éviter un petit jet d'eau jaillissant d'un bassin en rocaille, magnificence qui avait excité bien des jalousies dans le quartier, et qui était cause qu'on appelait cette maison le Petit Versailles. Dumas père, Monte-Cristo,t. 1, 1846, p. 723.
En partic. Dépense importante, libéralité faite par quelqu'un; au plur. pompes extérieures. Magnificences impériales. Voilà des bêtes qui sont chères, dit Louis XI. N'importe! c'est une belle magnificence de roi (Hugo,N.-D. Paris,1832, p. 491).
2. [À propos de quelque chose de la nature] Ce qui est grandiose, plein d'éclat. Magnificences de la nature. Elle allait s'extasiant sur les beautés du ciel et de la campagne, sur les rouges magnificences du soleil couchant (Balzac,Curé vill.,1839, p. 18).J'ai planté à Charmont les plus belles roses, des iris rares (...). Je doute que Claire ait le goût de ces magnificences (Chardonne,Claire,1931, p. 29).V. façonner ex. 3.
3. Aspect remarquable, riche, généreux d'un sentiment, d'une faculté. L'humilité de la courtisane amoureuse comporte des magnificences qui en remontrent aux anges (Balzac,Illus. perdues,1839, p. 341).L'homme découvrira-t-il les magnificences insoupçonnées de son esprit à travers les cerveaux lucides...? (Barrès,Cahiers,t. 12, 1919, p. 223).
REM.
Magnificent, -ente, adj.Qui a de la magnificence. Un archange noble et magnificent a chargé le bon plateau (Arnoux,Rhône,1944, p. 176).La symphonie magnificente des couleurs (Huyghe,Dialog. avec visible,1955, p. 99).
Prononc. et Orth.: [maɳifisɑ ̃:s]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1265 «qualité qui pousse à accorder des largesses» (Brunet Latin, Trésor, éd. Fr. J. Carmody, II, XXII, p. 193); 1616-20 plur. «libéralités» (D'Aubigné, Hist., 11, 82 ds Littré); 2. 1352-56 «qualité de ce qui est magnifique, grand, imposant» (Bersuire [ms. BN fr. 20312 ter], fol. 30, ibid.); 1693 spéc. la magnificence des mots (Boileau, Discours sur l'ode ds Œuvres, éd. F. Escal, p.228). Empr. au lat. magnificentia «noblesse, magnanimité, grandeur d'âme» (cf. Brunet Latin, op. cit., II, XCV, p.267: magnificense vaut autant a dire comme grandeur, et c'est une vertus ki nous fet acomplir les griés choses et nobles); «(de choses) grandeur, splendeur». Fréq. abs. littér.: 762. Fréq. rel. littér.: xixes.: a)1943, b)865; xxes.: a)940, b)553. Bbg. Duch. Beauté. 1960, p.115, 116, pp.120-121, pp.128-129.

Wiktionnaire

Nom commun - français

magnificence \ma.ɲi.fi.sɑ̃s\ féminin

  1. Caractère magnifique de quelque chose ou de quelqu’un.
    • De cent façons, New York et sa somptueuse ploutocratie répétaient Venise : dans la magnificence de son architecture, de ses arts, de ses édifices. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 209 de l’édition de 1921)
    • Les verrières, immenses et nombreuses (car ce chevet et ce transept semblent une véritable lanterne), sont de la plus grande magnificence comme composition et couleur. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Tout cet ensemble, encadré dans l’arrière-plan des monts Gariepins, formait un site d’une incomparable magnificence. — (Jules Verne, Aventures de trois Russes et de trois Anglais, 1872)
    • Au bout d'une heure nous atteignons la cime, du haut de laquelle on domine tout l'archipel féroésien; contemplée au crépuscule de minuit, cette vue est d'une incomparable magnificence. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 35)
    • Mais la grâce est toujours unie à la magnificence dans les scènes de la nature. — (François-René de Chateaubriand, Atala, ou Les Amours de deux sauvages dans le désert)
    • L’appartement dans lequel lady Rowena avait été introduite était décoré avec magnificence, mais sans goût. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • À gauche, la Loire apparaît dans toute sa magnificence. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
  2. Disposition à faire de grandes libéralités.
    • La magnificence et la galanterie n’ont jamais paru en France avec tant d’éclat que dans les dernières années du règne de Henri second. — (Madame de Lafayette, La Princesse de Clèves, 1689)
    • Pendant le dîner, qui fut d’une excessive magnificence et admirablement bien servi, le duc remporta sur Canalis un grand avantage. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • La ville et ses plus riches bourgeois veulent surpasser en magnificence les autres cités. La réception est « de gros coutange » mais aussi « chose très admirable ». — (Jean-François Solnon, Quand la Franche-Comté était espagnole, Fayard, 1989)
  3. (Au pluriel) Objets magnifiques ou dépenses éclatantes.
    • Voilà bien des magnificences.
    • Il nous a montré toutes ses magnificences.
    • Il a fait des magnificences extraordinaires.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MAGNIFICENCE. n. f.
Qualité de celui qui est magnifique. La magnificence des œuvres du Créateur. La magnificence d'un palais. Tout dans cette maison est d'une grande magnificence. Fig., La magnificence du style, des idées, des expressions, des images. Il signifie aussi Disposition à faire de grandes libéralités. Sa magnificence l'a ruiné. Ce prince les a reçus, les a fêtés, les a récompensés avec une magnificence royale. Il vit avec magnificence. La nature étale ici toute sa magnificence.

MAGNIFICENCES, au pluriel, s'emploie quelquefois pour désigner des Objets magnifiques ou des dépenses éclatantes. Voilà bien des magnificences. Il nous a montré toutes ses magnificences. Il a fait des magnificences extraordinaires.

Littré (1872-1877)

MAGNIFICENCE (ma-gni-fi-san-s') s. f.
  • 1Qualité de celui qui est magnifique. Le Seigneur ne fera voir sa magnificence qu'en ce lieu-là, Sacy, Bible, Isaïe, XXXIII, 21. Et pour définir en quoi consiste la magnificence, on verra qu'elle paraît dans les grands travaux consacrés à l'utilité publique, dans les ouvrages qui attirent de la gloire à la nation, qui impriment du respect aux sujets et aux étrangers et rendent immortels les noms des princes, Bossuet, Polit. V, IV, 2. Ces deux rois [de France et d'Espagne] avec leur cour, d'une grandeur, d'une politesse et d'une magnificence aussi bien que d'une conduite si différente, Bossuet, Mar.-Thér. Elle eut une magnificence royale ; et l'on eût dit qu'elle perdait ce qu'elle ne donnait pas, Bossuet, Reine d'Anglet. Jetez les yeux de toutes parts : voilà tout ce qu'a pu faire la magnificence et la piété pour honorer un héros, Bossuet, Louis de Bourbon. Chantez, louez le Dieu que vous venez chercher ; Tout l'univers est plein de sa magnificence, Racine, Ath. I, 4. La magnificence est la passion des dupes, Maintenon, Lett. à M. d'Aubigné, 26 sept. t. I, p. 145, dans POUGENS. Les rois sont condamnés à la magnificence, Delille, Jard. I.
  • 2Qualité de ce qui est magnifique. La magnificence d'un temple, d'un palais. C'est enfin aujourd'hui que finit la longue magnificence de la noce de Mlle de Louvois ; il y a deux mois qu'elle est exposée au public, Sévigné, 19 avr. 1694. Cette chapelle royale qu'elle fit bâtir avec tant de magnificence, Bossuet, Reine d'Anglet. La magnificence du culte extérieur a beaucoup de rapport à la constitution de l'État, Montesquieu, Esp. XXV, 7. Avec quelle magnificence la nature ne brille-t-elle pas sur la terre ! Buffon, Quadrup. Œuvres, t. IV, p. 9. Lorsqu'on leur demandait pourquoi cette profusion inutile de germes, ils répondaient que c'était la magnificence ordinaire de la nature…, Buffon, Hist. anim. ch. 5, Œuvres, t. III, p. 227.
  • 3 Fig. Qualité dans le style, dans les beaux-arts, comparée à la magnificence des choses. La magnificence du style, des idées, des expressions, des images. J'y ai jeté, autant que j'ai pu, la magnificence des mots, et, à l'exemple des anciens poëtes dithyrambiques, j'y ai employé les figures les plus audacieuses, Boileau, Disc. sur l'ode. Je ne prétends pas dans une traduction si littérale avoir fait sentir toute la force de l'original, dont la beauté consiste principalement dans le nombre, l'arrangement et la magnificence des paroles, Boileau, Longin, Subl. Réfl. VIII. La magnificence des éloges a égalé celle des événements, Massillon, Or. fun. Louis le Grand. Les pensées sublimes sont rares, et ne peuvent être suppléées, ni par la magnificence des mots, cette magnificence si pauvre quand celle des choses n'y répond pas, ni par ce beau désordre qu'on n'a pu jusqu'ici bien définir, D'Alembert, Réfl. sur la poés. Œuv. t. IV, p. 106, dans POUGENS. Eschyle avait conservé dans son style les hardiesses du dithyrambe, et Sophocle la magnificence de l'épopée, Barthélemy, Anach. ch. 69.
  • 4 Au plur. Objets magnifiques, dépenses éclatantes, largesses. L'empereur m'honorant de ses magnificences, Je ne les reçus pas comme des récompenses, Rotrou, Bélis. V, 3. Il [le roi] ne trouva partout que médiocrité, Louanges du désert et de la pauvreté ; C'étaient là ses magnificences [du berger devenu ministre], La Fontaine, Fabl. X, 10. On a donné cent millions de gratifications ; deux mille pistoles à M. de Lavardin, autant à M. de Molac… enfin des magnificences, Sévigné, 6 sept. 1671. Rien n'est égal aux magnificences que la maréchale de Rochefort porte à cette princesse [la future Dauphine], Sévigné, 24 janv. 1680. Rappelez-vous seulement les traités, les magnificences, les événements pompeux des premières années de ce règne [de Louis XIV], Massillon, Carême, Mort. Mille créanciers malheureux souffrant de vos profusions et de vos magnificences, Massillon, Carême, Pâques.

HISTORIQUE

XIIIe s. Magnificence vaut autant à dire comme grandor, et ce est une vertu qui noz fait acomplir les grans choses et nobles de grant afaire, Latini, Trésor, p. 397. Magnificence est une vertus qui oevre par richesces, grans dispenses et grans maisons, Latini, ib. p. 285.

XIVe s. Si li jeu n'estoient par grant magnificence restauré… , Bercheure, f° 40, verso. Aornez de nos royaux aornemens. il chevauche là en grant magnificence, Bercheure, f° 30, recto. Les cielz nous monstrent la magnificence de Dieu, Oresme, Thèse de MEUNIER.

XVe s. Et une si terrible armée Et de si grant magnificence, Myst. du siége d'Orléans, p. 750.

XVIe s. Ils se mocquoient ouvertement des excessives magnificences du pape, D'Aubigné, Hist. 11, 82. … Et va dire à l'abbé, sans oublier les reverences, excellences et magnificences…, Despériers, Contes, X. Magnificence, Palsgrave, p. 56 (qui dit qu'on prononce manificence).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « magnificence »

Provenç. et esp. magnificencia ; ital. magnificenzia ; du lat. magnificentia (voy. MAGNIFIER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Vers 1265) Emprunté au latin magnificentia (« noblesse, magnanimité, grandeur d’âme »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « magnificence »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
magnificence maɲifisɑ̃s

Fréquence d'apparition du mot « magnificence » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « magnificence »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « magnificence »

  • L'hymne national ne confère pas de magnificence aux instants qui suivent la volupté.
    Georges Ribemont-Dessaignes
  • La grâce est toujours unie à la magnificence dans les scènes de la nature.
    François René de Chateaubriand — Atala
  • Tout l'univers est plein de sa magnificence.
    Jean Racine — Athalie, I, 4, le chœr
  • En cette saison printanière de l'année, quand l'air est doux et plaisant, ce serait une injure à la nature et vraiment dommage de ne pas aller dehors voir sa magnificence et partager sa façon de relier le ciel et la terre.
    John Milton
  • L'étude des mathématiques est comme le Nil, qui commence en modestie et finit en magnificence.
    Charles Caleb Colton — Lacon or many things in few words
  • Le collectif des auteurs formule un vœu : "Que ce guide permette de voir la magnificence de la ville sous un autre jour."
    SudOuest.fr — Le "Guide du Bordeaux colonial" veut aider à "voir la magnificence de la ville sous un autre jour"
  • C'était une pompe, une magnificence inouïe ; c'étaient des fêtes, des carrousels, des opera-buffa continuels ; et toute l'Italie fit pour moi des sonnets dont il n'y eut pas un seul de passable.
    Voltaire — Candide
  • Comment vais-je poser ma main sur ton corps, Andreas ? Il se rapproche un peu et ôte ma chemise, nous sommes pleins et prêts. De nous être longtemps retenus, dans un silence et une contemplation suspendus à la surprise et au plaisir, provoque à cet instant une sorte de tumulte, et nous nous empoignons, par les bras, par la nuque, par le torse et les reins. Voilà comment tu prends mon corps, Andreas : de toutes parts, car l’ivresse t’a gagné comme elle m’a gagné moi, et j’accepte les acrobaties que ton ardeur soudaine m’oblige à faire. Tête penchée en arrière, mains cherchant un appui, trouvant un mur, bientôt le sol, quelle souplesse ! Et tes dents se plantent dans la peau de mon ventre, un peu de brutalité sourd de tes agissements, elle me va, elle cadre avec ton torse et ton silence, et je comprends que là tu voudrais bien m’ouvrir, non tant en métaphore, d’un coup de rein, mais déchirer ma peau en espérant trouver, derrière la peau, le muscle et les irrigations ce que cache mon âme française et apaisée. Voilà comment je prends ton corps, Andreas : allongé sur le sol, je ramène ta bouche qui traînait sur mon ventre, je la hisse à la mienne puis j’encercle ton dos, m’arrime à tes épaules, serre à en perdre haleine l’heureuse tresse de muscles ou gît ce que tu es, où bat ce que tu veux. Si je pouvais tout entier t’absorber dans un désir dément de gagner ton essence et ta vitalité, ficher dans mes entrailles cette magnificence sans âge et sans destin, j’aurais sans doute gagné, et l’Histoire avec moi, un peu de cette paix si douce à nos épaules quand nous la rencontrons. Voilà comment nous nous mêlons : ceci est notre corps, prenons-le pour en jouir, prenons l’autre pour aimer et retournons au vent. Mais s’il fallait que je noue Andreas autour d’une colonne, le hisse sur une croix, l’enterre, l’emmure vivant ou le jette au cachot, comment m’en saisirais-je ? Mais s’il fallait qu’au fond d’une tranchée d’Argonne, une rue de Stalingrad, nous nous rencontrions pour nous éliminer, à mains nues et sans larmes, où irions-nous d’abord : au coeur, au souffle, à l’âme ?
    Mathieu Riboulet — Les Œuvres de miséricorde

Traductions du mot « magnificence »

Langue Traduction
Anglais magnificence
Espagnol magnificencia
Italien magnificenza
Allemand pracht
Chinois 壮丽
Arabe روعة
Portugais magnificência
Russe парадность
Japonais 雄大
Basque handitasuna
Corse magnificenza
Source : Google Translate API

Synonymes de « magnificence »

Source : synonymes de magnificence sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « magnificence »

Combien de points fait le mot magnificence au Scrabble ?

Nombre de points du mot magnificence au scrabble : 22 points

Magnificence

Retour au sommaire ➦