Lueur : définition de lueur


Lueur : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

LUEUR, subst. fém.

A.− Lumière qui n'a pas un plein éclat, une grande intensité, mais qui est durable. Cette lueur purpurine dans les Hautes-Alpes qui précédant l'aube, fait vibrer le sommet neigeux qu'elle désigne et sort de la nuit (Gide, Symph. pastor.,1919, p. 890).À travers les volets et les rideaux entraient dans la pièce noire les reflets rouges de l'enseigne électrique d'un cinéma voisin. Des lueurs d'enfer (Montherl., Lépreuses,1939, p. 1497):
1. Les garçons viennent d'allumer les candélabres, et, dans la nuit hésitante, la lueur mate des petits abat-jour jaunes, enveloppant les cristaux et les fleurs qui penchent, crée autour du banquet qui s'achève une atmosphère languissante et recueillie. Martin du G., J. Barois,1909, p. 433.
SYNT. Lueur de la lune, des étoiles; les premières lueurs de l'aurore, les dernières lueurs du crépuscule; lueur d'un réverbère, d'une bougie, d'une veilleuse; lueurs d'un foyer, d'un incendie; lueur blafarde, blême.
B.− Lumière qui apparaît soudainement, mais qui est éphémère. Lueur brusque, intense, soudaine; lueur des éclairs. Cinq coups éclatent, en gerbes rouges, cinq schrapnells bien en ligne. Leur lueur soudaine éclaire les dos ronds et les têtes qui s'enfoncent (Dorgelès, Croix de bois,1919, p. 94).Des lueurs de fusées éclairantes venaient aussi, parfois de très loin, et glissaient sur la neige comme de rapides mains de soie (Romains, Hommes bonne vol.,1938, p. 140):
2. Une explosion nocturne par une nuit claire donne une si éclatante lueur que celle-ci peut être décelée par observation de la lune dont la partie obscure est brièvement illuminée par réflexion. Goldschmidt, Avent. atom.,1962, p. 194.
En partic. [En parlant des yeux, du regard] Éclat vif et passager, qui manifeste un sentiment, une émotion. Lueur de désir, de haine, d'orgueil; lueur gaie, triste. Bien qu'il guettât, sans succès, une lueur de satisfaction sur le visage de son frère, il ne doutait pas un instant de réussir dans la tâche qu'il entreprenait (Martin du G., Thib.,Pénitenc., 1922, p. 759).Elle recommençait de trembler du menton. Une lueur trouble et malheureuse dénaturait son regard toujours si net (Duhamel, Jard. bêtes sauv.,1934, p. 77):
3. ... il ne put que lui dire : − Écoute, j'ai trop souffert, je ne te quitterai jamais. Elle ne répondit pas. Eut-elle dans ses yeux noirs cet éclair de triomphe, cette lueur de contentement qui, chez toutes les femmes, se nuance d'un peu de mépris, en présence de l'homme vaincu? Moselly, Terres lorr.,1907, p. 245.
C.− Au fig.
1. Manifestation imperceptible, floue ou, au contraire, soudaine et très vive de la pensée ou de la sensibilité. Lueur d'espoir, d'espérance; lueur de conscience, de raison; lueur qui jaillit dans l'esprit; avoir une lueur soudaine. Elle était (...) muette, muette par défaut d'intelligence. J'essayai de tous les moyens pour amener dans cette tête une lueur de pensée; rien ne réussit (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Berthe, 1884, p. 988).D'où je viens, où je vais? Voilà ce qu'on ne saura jamais. Ne pas en avoir même la plus petite lueur. Moi, j'existe. Voilà tout ce que je sais (Barrès, Cahiers,t. 1, 1896, p. 72).Pensons donc à une fourmi que traverserait une lueur de réflexion et qui jugerait alors qu'elle a bien tort de travailler sans relâche pour les autres (Bergson, Deux sources,1932, p. 19):
4. Du fond d'un compartiment obscur, Thérèse regarde ces jours purs de sa vie − purs mais éclairés d'un frêle bonheur imprécis; et cette trouble lueur de joie, elle ne savait pas alors que ce devait être son unique part en ce monde. Mauriac, Th. Desqueyroux,1927, p. 188.
2. P. méton., au plur.
a) Ce qui rend clair, ce qui permet la compréhension. J'arrive à la troisième partie de Tête d'or et je commence seulement à avoir des lueurs. Bien sûr, j'ai senti passer, par moments, des beautés, mais senti seulement (Alain-Fournier, Corresp. [avec Rivière], 1906, p. 251).Les archives officielles et autres refusent de s'ouvrir. Je ne fais donc ici qu'essayer de projeter quelques lueurs de détail sur le sujet (Billy, Introïbo,1939, p. 85):
5. ... l'enfance n'est pas seulement puérile; ce n'est pas être infidèle au Descartes du Traité des passions que de chercher en elle des lueurs sur le mystère de l'union de l'âme et du corps... Ricœur, Philos. volonté,1949, p. 413.
b) Connaissance, notion. Une femme intelligente, lettrée, pleine de lueurs (Montherl., Femmes,1936, p. 1197).
3. Loc. À la lueur de. En se fondant, pour faire avancer une réflexion, sur. À la lueur du présent, le passé s'éclaire (Gide, Robert,1930, p. 1331):
6. Tout ce qu'on peut discerner, à la lueur des événements les plus récents, c'est que la paix, en ne tenant pas ses promesses, a laissé la France dans l'étrange situation d'un pays victorieux mais blessé. Bainville, Hist. Fr.,t. 2, 1924, p. 280.
Prononc. et Orth. : [lɥ œ:ʀ], [ly-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1119 luur « lumière, éclat » (Philippe de Thaon, Comput, 2765 ds T.-L.); 1223 lueur (Gautier de Coinci, Miracles, éd. V. F. Kœnig, I Mir 31, 90); b) fin xives. luour fig. « splendeur » (E. Deschamps, Œuvres II, 11, 7 ds T.-L); 2. a) 1585 lueur « lumière faible, diffuse » (Garnier, Hippolyte, éd. W. Foerster, t. II, p. 13, 165); b) 1669 fig. « légère apparence ou trace » (Molière, Tartuffe, I, 1). Du b. lat. lūcor, lūcoris « éclat », dér. de lūcere « luire » (cf. FEW t. 5, p. 437). Fréq. abs. littér. : 4 142. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 4 764, b) 8 645; xxes. : a) 6 785, b) 4 837.

Lueur : définition du Wiktionnaire

Nom commun

lueur \lɥœʁ\ féminin

  1. Lumière faible ou affaiblie.
    • Au jour tombant, il […] prenait un repas frugal à la clarté de la lune, ou à la lueur des étoiles. — (Joachim Heinrich Campe, Le nouveau Robinson, vol.1, page 339, Le Prieur à Paris, 6e éd., 1812)
    • Le jour venait. […]. Les pailles, dont les couches épaisses recouvraient entièrement le sol de la cour, se doraient peu à peu d'un jaune pâle sous la lueur grandissante du crépuscule. — (Jules Case, La Fille à Blanchard, 1886)
    • La veilleuse éclairait Carmen d’une pâle lueur rose. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : La Chanson de Carmen (1882))
    • C’est impossible, car le train va bientôt stopper à Ghéok-Tepé, puis à Askhabad, d’où il repartira aux premières lueurs du jour. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. VIII, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Seul, sur la place, le débit de tabac flamboyait, projetant dans la nuit une vaste lueur tango dont les reflets moiraient le ciment des trottoirs […]. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
  2. (Figuré) Légère apparence.
    • Il y a quelque lueur de raison dans ce qu’il fit.
    • Entrevoir quelque lueur de fortune.
    • Avoir une lueur d’espérance.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lueur : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LUEUR. n. f.
Lumière faible ou affaiblie. Lueur blafarde. Lueur passagère. On commence à voir quelque lueur du côté de l'Est. La lueur de la lune, des étoiles. La lueur d'un incendie. Lire à la lueur du feu. Il signifie au figuré Légère apparence. Il y a quelque lueur de raison dans ce qu'il fit. Entrevoir quelque lueur de fortune. Avoir une lueur d'espérance.

Lueur : définition du Littré (1872-1877)

LUEUR (lu-eur) s. f.
  • 1Lumière qui n'a pas un plein éclat. Figure-toi Pyrrhus, les yeux étincelants, Entrant à la lueur de nos palais brûlants, Racine, Andr. III, 8. Il poursuit à la lueur du feu les troupes qui s'enfuient, Fénelon, Tél. XVI. La lueur douce et pure de la lune embellissait son visage, Staël, Corinne, XIII, 4. [Feux follets] Vous qui trompez par des lueurs perfides Le voyageur charmé dont l'erreur vous poursuit, Delavigne, Paria, I, 5. Soudain à leurs regards une lueur rampante En bleuâtres sillons sur la hauteur serpente, Hugo, Ball. VIII.

    Fig. Le reste de lueur qu'il [mon esprit] a paru jeter, S'éteint sous tant de coups qu'on vient de me porter, Lemercier, Charles VI, V, 4.

  • 2Légère apparence. Je prie Dieu que les lueurs d'espérance pour une de vos filles [un mariage] puissent réussir, Sévigné, 13 oct. 1675. Il entrevoit les premières lueurs de sa grandeur future [de Jésus-Christ], Massillon, Pet. car. Tentat. Pendant ce temps-là, il eut des lueurs de fortune, dont il ne fut point ébloui, D'Olivet, Hist. Acad. t. II, p. 396, dans POUGENS. À de fausses lueurs vous laissez-vous séduire ? Crébillon, Catilina, V, 2. Copernic avait eu quelque faible lueur de cette idée [gravitation], Voltaire, Newt. III, 3. Je vois des singes, des éléphants, des nègres qui semblent tous avoir quelque lueur de raison imparfaite, Voltaire, Traité métaph. ch. 1. Le règne seul de Charlemagne eut une lueur de politesse qui fut probablement le fruit du voyage de Rome ou plutôt de son génie, Voltaire, Mœurs, 17. Ton feu n'est que lueur, ta beauté n'est que fard, Chénier, Iambes, le jeu de paume.

HISTORIQUE

XIIe s. Il ne voit plus ne luor ne clarté, Roncisv. 91.

XIIIe s. [La sainte Vierge] Solaux qui le monde enlumine, Lune sanz lueur transitoire, Rutebeuf, II, 12. Si cume li soleil le jur Tolt [enlève] as esteiles lur luur, Marie de France, Purgat. 1877. Et se dormirent sanz fauser, Tant que li biaus jors parut cler, Qui lor a rendue luor, Ren. 22633.

XIVe s. Une hache portoit qui getoit grant luour, Baud. de Seb. IX, 41.

XVIe s. D'entre eulx plusieurs aveugles du coup du gresil et lueur de la neige, Montaigne, I, 262.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Lueur : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

LUEUR, s. m. (Gram.) lumiere foible & sombre. Il se dit au physique & au moral : je vois à la lueur du feu : cet homme n’a que des lueurs.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « lueur »

Étymologie de lueur - Littré

Berry, lieur (monosyllabe) ; provenç. lugor ; de lucere, luire, par un substantif abstrait formé du radical du verbe. Lucere tient au sanscrit ruc, briller.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de lueur - Wiktionnaire

(XIIe siècle) Du bas latin *lūcor dérivé de lucere (« luire »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « lueur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lueur lµœr play_arrow

Citations contenant le mot « lueur »

  • La société d’événementiel Fever Up va organiser à Bordeaux toute une série de concerts à la lueur des bougies dans des lieux insolites, sous le nom de Candelight SudOuest.fr, Vidéo. Bordeaux : des concerts à la lueur des bougies
  • A la Bourse, les horlogers Swatch et Richemont profitaient de cette lueur d'espoir, gagnant respectivement 1,8% à 200,20 francs suisses et 2,0% à 62,42 francs suisses, tandis que le SMI 0,39%. , Lueur d'espoir pour l'horlogerie suisse en juin | Zone bourse
  • Dans l’adultère ont habituellement leur part la tendresse et l’abnégation ; dans l’homicide, le courage ; dans les profanations et le blasphème, certaines lueurs de satanisme. De Jorge Luis Borges / Fictions
  • Prêter aux bêtes des lueurs d’humanité, c’est les dégrader. De Rémy de Gourmont / Promenades littéraires
  • Approchez-vous de cette femme et demandez-lui si la lueur de ses yeux est à vendre. De André Breton / Les Champs magnétiques
  • Un mot n'est pas la chose, mais un éclair à la lueur duquel on l'aperçoit. De Denis Diderot
  • Quand une lueur apparaît dans le regard d’une blonde c’est qu’on éclaire son oreille. De Anonyme
  • On est peu de chose devant une vaine lueur d'espoir. De Alexandre Millon / La ligne Blanche
  • Sans Edison, nous regarderions la télévision à la lueur des bougies. De Milton Berle
  • Il faut souffler sur quelques lueurs pour faire de la bonne lumière. René Char, Les Matinaux, Gallimard

Images d'illustration du mot « lueur »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « lueur »

Langue Traduction
Corse lumera
Basque distira
Japonais 光る
Russe пылать
Portugais brilho
Arabe توهج
Chinois 辉光
Allemand glühen
Italien splendore
Espagnol resplandor
Anglais glow
Source : Google Translate API

Synonymes de « lueur »

Source : synonymes de lueur sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires