Désert : définition de désert


Désert : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DÉSERT, ERTE, adj. et subst. masc.

I.− Adjectif
A.− Où il n'y a (presque) personne
1. de façon permanente ou pour une longue période.
a) [Le déterminé désigne une étendue géogr.] Inhabité, sauvage. Île, région, terre déserte. De chaque côté du chemin, la campagne blanche de neige s'étendait déserte à perte de vue; aucune apparence de bourg, village ou hameau (Gautier, Fracasse,1863, p. 163).Dans l'île de Tahiti, la vie est localisée au bord de la mer; les villages sont tous disséminés le long des plages, et le centre est désert (Loti, Mariage,1882, p. 139):
1. ... Là-bas, tout au bout de la France, il est un pays désert, mais désert comme les solitudes américaines, ignoré des voyageurs, inexploré, séparé du monde par toute une chaîne de montagnes (...) Toute cette contrée montueuse est connue sous le nom de « massif des Maures ». Sa vraie capitale est Saint-Tropez... Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Rencontre, 1882, p. 330.
P. anal. Les pages désertes d'une partition où l'on ne lisait que des « temps forts », semés à intervalles égaux comme des larmes (Colette, Naiss. jour,1928, p. 7).
b) [Le déterminé désigne un bâtiment d'habitation destiné à l'homme ou à l'animal] Abandonné, inoccupé. Vallombreuse emmena Sigognac, qui vit dans l'écurie, naguère déserte, dix beaux chevaux séparés par des stalles de chêne (Gautier, Fracasse,1863p. 493).L'ambulance divisionnaire se trouvait de l'autre côté de la place. C'était une grande maison déserte et noire sans un meuble, sans un grabat (Dorgelès, Croix de bois,1919, p. 293).
P. anal. Si les ballons remplis d'air demeurent déserts, c'est qu'on les a débouchés dans une zone stérile; s'ils se peuplent, c'est qu'on les a débouchés dans une zone féconde (Rostand, Genèse vie,1943, p. 123).
2. De façon temporaire ou occasionnelle
[Le déterminé désigne un lieu d'habitation, de réunion, de passage] Vide. Les domestiques étaient au cinéma. L'appareil tintait seul dans la maison déserte (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 469).Les Nouvelles littéraires d'hier (lues, ô horreur! dans l'église déserte, parce que c'est le seul endroit ici où il fasse frais) m'ont apporté votre poème (Montherl., Pitié femmes,1936, p. 1105):
2. Il revint assister au débarquement, attendit que le flot des voyageurs eût rendu les billets et se fût empilé dans les voitures des hôtels (...) Et, alors seulement, il put souffler un instant dans la gare redevenue déserte et silencieuse. Zola, La Bête humaine,1890, p. 55.
3. Je vais m'installer sur le banc de quart. La barque tire sur son amarre. Le soleil décline doucement. Il y a des risées sur l'eau. Le ciel est pur. La mer déserte. Le large indigo. Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 171.
SYNT. Quai, port désert; allée, avenue, place, ruelle déserte; salle (de café, de musée, etc.) déserte. Noir, obscur, silencieux, vide et désert.
Rem. Désert est souvent accompagné d'un adv. ou d'un compl. de temps. Je me promenai dans cette rue sans boutique, et déserte à cette heure (Dumas fils, Dame cam., 1848, p. 115). Au petit matin, des souffles légers parcourent la ville encore déserte (Camus, Peste, 1947, p. 1314).
Désert + compl. de l'adj.Un peuple affairé, silencieux, vêtu d'imperméables et chaussé de caoutchoucs, circulait déjà, encombrant les trottoirs, mais attentif à ne pas empiéter sur la chaussée, pourtant déserte de voitures (Martin du G., Thib.,Sorell., 1928, p. 1198).Ô soleil de minuit sans sommeil solitude Dans les logis déserts d'hommes où vous veillez Épouses d'épouvante (Aragon, Crève-Cœur,1941, p. 14).
P. méton. On a cogné contre la porte. Un bond; il va ouvrir : la nuit déserte le salue (Giono, Regain,1930, p. 106).C'était un petit matin tout gris, désert (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 491):
4. Cinq ou six vieilles femmes priaient là, clientes de cérémonies désertes. Dans cette solitude pleine de présences et de chuchotements, Augustin finit par goûter une fatigue physique, une nonchalance, un repos, et l'envie de dormir. Malègue, Augustin,t. 1, 1933, p. 318.
B.− Au fig. Terne, où il ne se passe rien. Paraîtras-tu demain? Passerai-je encore une journée déserte et désolée? (M. de Guérin, Corresp.,1837, p. 268).La lune s'éleva sur les sapins, derrière les collines, (...) Elle nous baigna spontanément de sa lumière morne et pâle, de sa flamme déserte et pâle (Villiers de L'I.A., Contes cruels,1883, p. 304).Rien ne palpitait dans ses vers [de Leconte de Lisle] tout en façade que n'étayait, la plupart du temps, aucune idée; rien ne vivait dans ces poèmes déserts (Huysmans, À rebours,1884, p. 250):
5. Elle [MmeClapain] devait être payée chichement, n'avoir jamais de liberté, ne sortir que pour les maîtres et toujours le moins possible. Une existence déserte, comme on en voit des milliers, sans les remarquer. Estaunié, Madame Clapain,1932, p. 317.
En partic. [Le déterminé désigne la personnalité ou ses manifestations] Sans expression, sans émotion. (Un) regard désert :
6. Il y eut un silence dont Mathieu profita pour ensevelir ses souvenirs de la nuit. Quand il sentit que son cœur était désert, il releva la tête... Sartre, L'Âge de raison,1945, p. 205.
Libre, disponible :
7. ... elle [Aurore] était (...) trop intelligente pour armer contre elle-même les mains qu'elle abandonnait. « Je m'empresse d'oublier tous les visages qui ont cessé de m'émouvoir. Offrir à un nouveau venu un esprit libre et un cœur désert est (...) le moins que l'on puisse faire honnêtement. » L. de Vilmorin, La Fin des Villavide,1937, p. 60.
II.− Substantif
A.− Lieu désert (supra I A).
1. De façon permanente ou pour une longue période : endroit inhabité. Certains départements comme le Gers et l'Ariège deviennent des déserts, mais ces déserts sont peuplés de morts. Les cimetières abandonnés des vieux villages se pressent autour d'églises, mortes elles aussi (Mauriac, Mém. intér.,1959, pp. 116).
Vieilli. Alexis se taisait. Un monde de pensées l'oppressaient; les déserts de la banlieue passaient derrière les vitres [du tramway], et ce spectacle rapide ajoutait à la confusion de son esprit (Lacretelle, Hts ponts,1935, p. 144):
8. Je ne sais pas où est André, et lui-même doit ignorer mon adresse. Les indications à son sujet sont plutôt vagues et contradictoires (...) J'ai le plus grand désir, cependant (et malgré tous les déserts mal servis par les postes), de poursuivre une coutume de correspondance qui réduit l'éloignement à n'être plus qu'un prétexte. Valéry, Correspondance[avec MmeGide], 1893, p. 190.
Faire le désert. Cf. faire le vide :
9. Renonçant (...) à affronter Richard Cœur de Lion en rase campagne, il [Saladin] se contentera, à la manière bédouine, de faire le désert devant lui. Le désespoir au cœur, il fit évacuer les villes de la côte, même Ascalon, par la population musulmane et, tandis que de douloureux cortèges d'émigrants prenaient le chemin de l'Égypte, il fit raser au sol les murailles des cités. Grousset, L'Épopée des croisades,1939, p. 274.
Spéc., GÉOGR. Zone aride, aux précipitations irrégulières ou faibles, à la végétation inexistante ou rare, aux paysages essentiellement minéraux et dépourvue d'habitat permanent. Il n'est ni triste ni gai, le désert, l'innombrable néant des sables sous le néant lucide du ciel : il est sinistre (Sartre, Mouches,1943, II, tabl. 2, 4, p. 72).Un nouveau genre de supplice débute et non des moindres, supplice du désert, des mirages et autres fantasmagories méchantes de la soif et de la réverbération (Cocteau, Diff. être,1947, p. 145):
10. La morne tristesse du désert règne sur cette terre aride dont le sein gercé nourrit à peine quelques mimosas dépouillés, des cactus et des palmiers nains. A. France, Le Crime de Sylvestre Bonnard,1881, p. 307.
11. La brise chaude, la brise d'Afrique, apportait à mon cœur joyeux l'odeur du désert, l'odeur du grand continent mystérieux où l'homme du nord ne pénètre guère. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, Un Soir, 1889, p. 1127.
12. Il voulait le vrai désert, la vraie plénitude du désert, où vivaient ces vrais hommes qu'il avait entrevus, au seuil des tribus, les yeux baissés sur le chapelet. Psichari, Le Voyage du centurion,1914, p. 44.
SYNT. a) Désert + adj. : désert immense; désert ardent, aride, brûlant, calciné, glacé; désert crayeux, pétré, pierreux, rocheux, sablonneux, salé; désert rouge; désert africain, tartare. b) Désert + subst. : désert d'argile, de granit, de pierres, de sable; désert de feu. c) Subst + désert : aridité, chaleur, immensité, silence, solitude du désert; poussière, sable, soleil, vent du désert; (les) confins du désert; bédouin, cavalier, seigneur du désert; pirate du désert; caravane, peuple du désert; armée, police du désert; animal, coursier, gazelle du désert; plante du désert; souffle du désert; expérience, magie, nostalgie, nuit, vie du désert; couleur de désert. d) Verbe + désert : fertiliser, irriguer, peupler le désert; (s')égarer, (se) perdre dans le désert.
P. méton. Peuples monothéistes modelés par le désert (Faure, Hist. art,1912, p. 263).Ces visages tannés que le désert faisait sans âge (Gracq, Syrtes,1951, p. 283).
Locutions
a) [Désert en tant que lieu désolé, à la nature hostile] Oh! Tu sais, avec Jacques, je vivrais bien au désert (Daniel-Rops, Mort,1934, p. 70).Cf. supra Sartre, loc. cit. et Cocteau, loc. cit. et ex. 10.
Au fig. Elle [l'église] n'a pas peur de la solitude; s'il le faut, elle habitera les déserts et les fera fleurir (Maritain, Primauté spirit.,1927, p. 155).
Crier, parler dans le désert : Crier, parler sans pouvoir se faire entendre. Nasty [à Heinrich] les curés sont impuissants; on les aime, c'est vrai, mais s'ils condamnent la révolte, ils prêcheront dans le désert (Sartre, Diable et Bon Dieu,1951, tabl. 5, 4, p. 167).La liberté n'est pas cette Ariane sans écho, exhortant des cadavres, prêchant pour les sourds, clamant dans le désert : mais elle est communicative comme l'incendie et purifiante comme la bourrasque (Jankél., Je-ne-sais-quoi,1957, p. 95).
b) [Désert en tant que lieu de refuge] Dans deux heures, le crime sera commis. L'Agha est déjà en fuite. Moi, je prends le désert ce soir. Veux-tu me suivre? (Lenormand, Simoun,1921, tabl. 13, p. 160):
13. ... la fuite au désert, l'« anachorèse » (littéralement la « montée au maquis ») (...) [est] un phénomène très général dans l'Égypte gréco-romaine (criminels, débiteurs et surtout contribuables insolvables, a-sociaux de toute espèce, et non pas seulement religieux). Marrou, Connaiss. hist.,1954, p. 66.
En partic. [P. réf. à l'église* du désert] Je connaîtrais de grands combats. J'irais au désert avec les protestants (Guéhenno, Journal« Révol. », 1937, p. 84).
c) [Désert en tant que lieu de l'aventure, de l'épanouissement] D'un côté, la liberté dans le désert; de l'autre côté, les hommes (Rolland, J.-Chr.,Buisson ard., 1911, p. 1271).Cf. supra ex. 11 et 12.
d) [Désert en tant que lieu privilégié de la rencontre, du face à face avec le Créateur] Et qu'aurai-je fait toute ma vie, sinon de rechercher cette solitude qui n'était pas celle du désert où nous trouvons Dieu, mais celle du confort où nous ne trouvons que nous-mêmes? (Mauriac, Nouv. Bloc-notes,1961, p. 99).
[Désert en tant que lieu de l'épreuve]
[Épreuve subie] Saint-Cyran, avait si l'on peut dire, la hantise de la tentation du Christ au désert (Bremond, Hist. sent. relig.,1920, p. 171).Au fig. Traversée du désert :
14. Et le chevalier parfait, le Cid du catholicisme, saint Polyeucte, sainte Théodore, saint Pierre Corneille, s'avancerait à travers les embûches du démon et les tentations éclatantes de la sainteté. Parfois, il souffrirait, dans sa traversée du désert, de cette aridité qu'ont dévoilée les mystiques, de cet abandon de Dieu que tout croyant a connu et que Corneille n'a pas ignoré... Brasillach, Pierre Corneille,1938, p. 333.
En partic. Disparition provisoire de la scène politique. Camus, au temps de la traversée du désert, le quitte [De Gaulle] en lui demandant en quoi, à son avis, un écrivain pourrait servir la France : « Tout homme qui écrit (un temps), et qui écrit bien, sert la France » (Malraux, Les Chênes qu'on abat,Paris, Gallimard, 1971, p. 169).
[Épreuve voulue, librement consentie] Anachorète au désert, pères du désert. Il n'y a des hommes supérieurs que là [dans les grandes villes]; ou dans des cellules au désert (Larbaud, Barnabooth,1913, p. 311).Chercher la sainteté (...) au désert (Maritain, Human. intégr.,1936, p. 133).P. ext. Le cloître, le couvent. Précipitée du monde au désert, elle est entrée soudaine et avec tous ses feux, dans les glaces monastiques (Chateaubr., Génie,t. 1, 1803, p. 386).Elle jeûna, passa des heures en prières, (...) Elle était toute préparée, affirmait-elle, s'il le fallait, à se retirer au désert (Boylesve, Leçon d'amour,1902, p. 244).P. anal. Continuez à m'écrire dans mon désert des nouvelles du monde. Ce n'est pas que ce désert ne soit très animé, nous passons les jours en fêtes (Chateaubr., Corresp. gén.,t. 2, 1789-1824, p. 119).Nous avons été vivre dans notre désert de Bièvres, nous avons fait, comme tant d'autres, notre petite expérience de vie phalanstérienne (Duhamel, Combat ombres,1939, p. 55).
[Désert en tant que lieu du miracle] Le pain tombé du ciel pour le peuple au désert, Quand sécha la rosée dont le sol fut couvert (Jammes, Géorgiques,Chants 1, 1911, p. 12).
P. métaph. ou au fig. L'indifférence de la multitude est un désert plus sûr que le désert même (Bloy, Désesp.1886, p. 160).La vie sans toi ne me paraît plus qu'un désert (Gide, École femmes,1929, p. 1252).
Désert + subst.(Un) désert de larmes. Quand je relis mon journal de jeune fille, j'ai l'impression de voler dans un avion très lent au-dessus d'un désert d'ennui (Maurois, Climats,1928, p. 157).Vous n'avez pas vécu, mais il vous reste encore à vivre. Dans ce désert d'indifférence et d'oubli, n'avez-vous jamais senti, depuis vingt ans, dans le silence, votre âme protester contre vous? (Daniel-Rops, Mort,1934, p. 372).
2. De façon temporaire ou occasionnelle : endroit vide, où l'on ne rencontre personne. Cette foule, peu à peu, s'était répandue dans les terres voisines, avait fait le cercle autour de la fosse, à cent mètres. Au centre du grand vide, le Voreux se dressait. Plus une âme, plus un bruit, un désert (Zola, Germinal,1885, p. 1544):
15. Dans la rue Mouffetard, ce soir-là, traînaient des odeurs de viande morte, de chat et d'urine et les invisibles flocons de la misère; comme toujours, dans ces déserts endormis de Paris. Laforgue et ses camarades ne virent s'esquiver que les derniers rôdeurs de la malchance, ces vieilles femmes qui roulent de portail en portail (...) ces noirs et ces manœuvres algériens qu'on entend chanter si tard en été sous les arbres de papier vert de la place Maubert comme sur un toit d'Afrique... Nizan, La Conspiration,1938, p. 20.
B.− [Suivi d'un compl. déterminatif désignant un lieu] Fait d'être désert; qualité de ce qui est désert (cf. I A). Et moi qui redoutais le désert de cette grande salle! Elle est déjà plus qu'à demi pleine de couples qui tournoient (Colette, Cl. école,1900, p. 306).Le désert des champs, le silence des hameaux, la rareté des fumées (...) donnèrent au jeune Toscan un sentiment de malaise et d'insécurité qui s'aggravait à chaque foulée (Druon, Reine étranglée,1955, p. 189).
P. métaph. ou au fig. (cf. supra I B 2). Voilà quelles secousses (...) l'amenèrent [Boulanger] aux extrêmes frontières où l'on n'a plus qu'un pas pour entrer dans la mort. Et ce qui l'y jeta, ce fut ce désert moral dès le soir de l'enterrement (Barrès, Appel soldat,1900, p. 521).Le vide et le désert de toute préexistence (Jankél., Je-ne-sais-quoi,1957, p. 255).
Rem. On rencontre ds la docum. le subst. fém. désertification. Transformation d'une région en désert. Cinq cents chercheurs ont préparé une étude du processus et des causes de la désertification, une carte mondiale des zones menacées et un projet de plan d'action (L'Écologie, enjeu politique, p. 30. Suppl. aux dossiers et documents du Monde, mars 1978).
Prononc. et Orth. : [dezε:ʀ], fém. [-zε ʀt]. Enq. : /dezeʀ, -t/. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. I. Adj. ca 1100 « inculte » (Roland, éd. J. Bédier, 3246); ca 1100 « vidé de ses habitants » (ibid., 664). II. Subst. 1. [Ca 1100 les deserz e les tertres (Roland, éd. J. Bédier; leçon du ms. O que L. Foulet, Gloss. pense devoir maintenir)]; 1135 « zone sèche et inhabitée » (Wace, Conception de Notre Dame, 313 ds Keller, p. 31 : Joachim es deserz ala); 1269-78 fig. (J. de Meun, R. de la Rose, éd. Lecoy, 6314 : de ce mondain desert); 1618 « lieu peu habité, retraite solitaire » (Racan ds Dub.-Lag.); 3. 1788 « absence, manque » (Buffon, Hist. naturelle, t. 4, p. 74). I empr. au lat. class. desertus « désert, inculte ». II empr. au lat. impérial desertum « désert, solitude ». Fréq. abs. littér. : 7 623. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 13 589, b) 12 209; xxes. : a) 9 082, b) 8 814. Bbg. Gohin 1903, p. 343. − Gottsch. Redens. 1930, p. 354.

Désert : définition du Wiktionnaire

Adjectif

désert \de.zɛʁ\

  1. Qui est inhabité ou qui n’est guère fréquenté.
    • La grande avenue était complètement déserte : on avait accordé trois heures aux habitants pour vider les lieux, et tout le monde, semblait-il, s’était hâté d’en profiter. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 304 de l’éd. de 1921)
    • Les cadres administratifs et sociaux étaient détruits, les kasbas et les gottas (fermes) en ruines, les champs incultes, les silos vides, les marchés abandonnés, les pistes désertes. — (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, p. 175)
    • Les rares villages qu’on traversait étaient quasi déserts. On ne trouvait dans les fermes et les isbas que quelques vieillards, parfois des enfants. — (Georges Blond, L’Agonie de l’Allemagne 1944-1945, Fayard, 1952, p. 18)

Nom commun 1

désert \de.zɛʁ\ masculin

  1. (Géographie) Zone aride avec moins de 150 mm de pluie par an en moyenne, pourvue de très peu de végétation, d’animaux et d’êtres humains.
    • L’humanité avait-elle les moyens de prévenir ce désastre de la guerre dans les airs ? Question oiseuse, aussi oiseuse que de demander si elle aurait pu empêcher la décadence qui transforma l’Assyrie et Babylone en des déserts arides […] — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 409 de l’éd. de 1921)
    • Dans les déserts vrais, des pluies peuvent éventuellement se produire, mais elles sont très rares et réparties de façon totalement aléatoire ; deux précipitations successives sont généralement séparées per de nombreuses années. — (Aline Raynal-Rauque, La Botanique redécouverte, Belin, 1994, page 224)
    • Certaines plantes ont des racines qui descendent verticalement à de grandes profondeurs où elles trouvent un peu d’humidité ; ce sont les plantes des déserts. — (Aline Raynal-Rauque, La Botanique redécouverte, Belin, 1994, page 256)
    • Certaines plantes des déserts […] se dessèchent, leurs rameaux se recroquevillent et la plante prend une forme de boule : poussées par les vents du désert, elles roulent sur d’énormes distances. — (Aline Raynal-Rauque, La Botanique redécouverte, Belin, 1994, page 269)
    • La plupart des mammifères vivant dans les zones désertiques (ou déserts), s’astreignent de l’effet de la chaleur et de la sécheresse en s’enfouissant dans le sol pendant les heures chaudes. — (Bernard Faye, Guide de l’élevage du dromadaire, Sanofi, La Ballastière, Libourne, 1997, page 35)
    • Le dromadaire. Il vit dans les déserts chauds en Asie et en Afrique. [1]
    • Le chameau de Bactriane. Le chameau bactrien vit dans les déserts froids d’Asie uniquement. [1]
  2. (Par analogie) Zone peu ou pas peuplée.
    • La terre que l’aïeul paternel de Saint-Ybars, émigré du Canada en Louisiane, avait achetée en 1749, n’était alors qu’un désert dont le centre était occupé par un bosquet de chênes séculaires. — (Alfred Mercier, L’Habitation Saint-Ybars, 1881)
    • La misère qui règne est indescriptible. Les troupes ont transformé les environs en un vaste désert, où il ne reste plus un habitant, plus une tête de bétail, plus un boisseau de grain. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 96)
    • Et tu auras beau houpper, hurler à l’aide, hululer comme une hulotte, la fagne est une solitude, un désert funeste à qui la nargue ; personne ne t’entendra. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Le désert solognot se confirme et semble se complaire dans son isolement comme au temps où marécages et autres humidités l’écartaient du reste du monde. — (Gérard Bardon, Intercommunalité en Loir-et-Cher : Le sud en miettes !, dans Le petit Solognot (n°550) & Le petit Blaisois (n°8 bis) du 28 novembre 2012)
  3. Lieu dans lequel on se trouve fort isolé, quoiqu’il ne manque pas d’habitants.
    • Durant les mois d’été, Paris est un désert.
  4. (Religion) Lieu de retraite spirituelle, tel un couvent.
    • Elle était toute préparée, affirmait-elle, s’il le fallait, à se retirer au désert. — (René Boylesve, La leçon d’amour dans un parc, Calmann-Lévy, 1920, collection Le Livre de Poche, page 160)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Désert : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉSERT, ERTE. adj.
Qui est inhabité ou qui n'est guère fréquenté. Lieu désert. Pays désert. Campagne déserte. Île déserte. Ville déserte. Rue déserte.

Désert : définition du Littré (1872-1877)

DÉSERT (dé-zêr, dé-zèr-t') adj.
  • 1Qui est sauvage et sans habitants. Une campagne déserte. île déserte. C'est un instinct commun à tous les êtres sensibles et souffrants de se réfugier dans les lieux les plus sauvages et les plus déserts, Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virg. L'île était déserte, lorsque les Français y abordèrent en 1720 et changèrent son nom de Maurice en celui d'île de France qu'elle porte encore, Raynal, Hist. phil. IV, 20. Une contrée déserte et inhabitée est la seule qu'on puisse s'approprier, Raynal, ib. VIII, 1. Tantôt sur les sommets de ces roches antiques, Tantôt aux bords déserts des lacs mélancoliques, Lamartine, Méd. I, 5. Dans des sables brûlants, sur des rochers déserts, Voltaire, Fanat. II, 4.

    Vide, dépeuplé. Chiens, chasseurs, villageois s'assemblent pour sa perte… C'est par là que de loups l'Angleterre est déserte, La Fontaine, Fabl. X, 6.

  • 2 Par exagération, très peu fréquenté. Rue déserte. Quartier désert. Ces portiques, ces lieux que vous voyez déserts, De nombreux citoyens seront bientôt couverts, Voltaire, Tancr. III, 3. Enfants infortunés d'une ville déserte…, Voltaire, Triumv. III, 1.

    Fig. Où n'est plus la personne, la chose qui faisait le charme du lieu. Dans l'Orient désert quel devint mon ennui ! Racine, Bérén. I, 4.

  • 3 Terme d'ancienne pratique. Un appel était désert, quand celui qui l'avait interjeté ne l'avait pas relevé par lettres dans les trois mois.

SYNONYME

DÉSERT, INHABITÉ. Le lieu inhabité est celui qui est sans habitants, sans habitations. Un lieu désert non-seulement est inhabité, mais encore offre à l'esprit quelque chose de sauvage, de reculé loin de toute culture et même de toute civilisation.

HISTORIQUE

XIe s. Puis [depuis] icel jour en fut cent ans deserte, Ch. de Rol. LII. De tels barons come ore [la France] maint [demeure] deserte ! ib. CXXVI.

XIIe s. François mourront, desert iert [sera] li païs, Ronc. p. 42.

XIIIe s. Ele ert [était] en la forest toute la plus deserte, Berte, XXX.

XIVe s. …La vertu moienne… est innomée aussi comme se elle fust deserte, Oresme, Eth. 127.

XVe s. Il n'y auroit jamais nul recouvrer que nous et nos hoirs ne feussions destruits, et toute l'Angleterre deserte et en ruine, Froissart, II, II, 111.

XVIe s. Craignant de voir habiter en sa cité un desert [homme sans ressources] necessiteux et indigent, sans heritage ne maison, Amyot, Arist. et Caton comp. 5. Lors il se trouvoit [Aratus] pauvre, desert et affligé, et en grand danger de sa propre personne, Amyot, Arat. 51.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « désert »

Étymologie de désert - Littré

Bourguig. dézar ; provenç. et catal. desert ; espagn. desierto ; ital. deserto ; du latin desertus, de deserere, abandonner. Dans l'ancienne langue, désert avait sa signification complète et s'appliquait aux personnes dans le sens d'abandonné, de privé de.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de désert - Wiktionnaire

(1080) Du latin desertus (« désert, solitude »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « désert »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
désert desɛr play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « désert »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « désert »

  • Laura Henno a passé 8 semaines en plein désert californien dans la ville isolée de Slab City, une ancienne base militaire démantelée en 1956. Elle y a capturé des portraits attachants à la chambre de ces familles vagabondes qui, en déshérence, vivent en marge du système américain. Sa série Outremonde est exposée à Lyon à la galerie Le Bleu du Ciel jusqu’au 12 septembre 2020. Phototrend.fr, Expo photo : Laura Henno à la rencontre des marginalisés du désert californien
  • Le secteur de la construction fait face à une pénurie de sable. Difficile à croire quand on contemple les immenses dunes du Sahara. Hélas, les industriels ont besoin de granulats aux caractéristiques bien précises et le sable du désert est pour eux inexploitable. Futura, Pourquoi le sable du désert n'est pas utilisé pour la construction ?
  • «Les combats ont été déclenchés dans la nuit de jeudi à vendredi avec un assaut djihadiste contre des positions du régime» près de la localité de Soukhna, dans le désert central syrien, selon le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane. lematin.ch/, Moyen-Orient: Des combats dans le désert syrien font plus de 40 morts - Monde - lematin.ch
  • Le Sénégal fait partie des pays concernés. Mais, ici, ce projet de lutte contre la désertification est loin des ambitions annoncées. Depuis 2007, dans le nord du Sénégal, seulement 12 000 hectares ont été reboisés sur les 850 000 que le pays s’était fixé de restaurer. Notre journaliste est partie à la rencontre de celui sur qui tous les espoirs sont dirigés : Haïdar El-Ali, l’un des écologistes les plus respectés d’Afrique de l’Ouest, auquel le président sénégalais a fait appel pour sauver la Grande Muraille verte. Le Monde.fr, PLAN B : Une Grande Muraille verte pour arrêter le désert
  • (Agence Ecofin) - Révolutionner l’agriculture et faire verdir les déserts, telle est l’ambition de la start-up familiale Water-Hope qui a pour cela mis au point un outil impressionnant. Un substrat hydro-rétenteur et fertilisant qui optimise le potentiel agricole, même dans les zones les moins adaptées. Agence Ecofin, Faire pousser des plantes dans le désert : le défi de la start-up genevoise Water-Hope - (Vidéo)
  • Amadou* travaillait depuis deux ans dans la ville algérienne de Tamanrasset quand des policiers sont venus le chercher pour le renvoyer dans le désert, en direction du Niger. Le trentenaire originaire d'Afrique de l'Ouest raconte à InfoMigrants sa traversée du désert et son difficile retour au pays. InfoMigrants, Amadou, renvoyé d'Algérie vers le désert : "J'ai vu trois personnes mourir sous mes yeux" - InfoMigrants
  • La Terre promise est toujours de l’autre côté du désert. De Henry Havelock Ellis / La Danse de la vie
  • Qui a fermé sa porte est au fond des déserts. De Proverbe chinois
  • Ennui. Un désert qui me traverse. De Maurice Chapelan / Amoralités familières
  • A beau chameau, vaste désert. De Achille Chavée / Décoctions II
  • Dieu créa le désert, puis furieux, il lui jeta des pierres. De Proverbe arabe
  • Le plus difficile, dans le désert, c'est de trouver la sortie. De Philippe Alexandre
  • Les forêts précèdent les peuples, les déserts les suivent. De François René de Chateaubriand
  • Plus on est nombreux, plus on crie dans le désert. De Proverbe français
  • De quel désert est entouré le génie ! De Friedrich Nietzsche
  • Sans eau, le désert n’est qu’une tombe. De Mildred Cable / Le désert de Ghobi
  • Le désert est une nonne, aucun homme ne le courtise, il a fait voeu de silence à travers les âges, serein, immuable, au-delà de toute poursuite, et de tout abandon. Le désert ne connaît pas les larmes. De Mary Carolyn Davies / The skyline trail
  • Pour la chasse aux lions : vous achetez un tamis et vous allez dans le désert. Là, vous passez tout le désert au tamis. Quand le sable est passé, il reste les lions. De Alphonse Allais
  • Chacun de nous est un désert : une oeuvre est toujours un cri dans le désert. De François Mauriac / Dieu et Mammon
  • Principe du chemin dans le désert […]. Ce n'est pas parce que sa vie était trop brève que Moïse n'est pas entré en Canaan, c'est parce que c'était une vie humaine. Franz Kafka, Journal, 19 octobre 1921 Tagebücher
  • La Terre promise est toujours de l'autre côté du désert. Henry Havelock Ellis, The Dance of Life, V
  • Tu l'as vu aussi au désert : Yahvé, ton Dieu, te soutenait comme un homme soutient son fils, tout au long de la route que vous avez suivie jusqu'ici. , Ancien Testament, Deutéronome I, 31
  • Et parfois il me prend des mouvements soudains De fuir dans un désert l'approche des humains. Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, Le Misanthrope, I, 1, Alceste
  • Le désert n'ayant pas donné de concurrent au sable, grande est la paix du désert. Henri Michaux, Tranches de savoir, Cercle des Arts
  • Chacun de nous est un désert. François Mauriac, Dieu et Mammon, Le Capitole
  • Pour vous mieux contempler, demeurez au désert. Jean de La Fontaine, Fables, le Juge arbitre, l'Hospitalier et le Solitaire
  • Toujours le désert prévaudra. André Frénaud, Il n'y a pas de paradis, Gallimard
  • Il n'est plus de désert puisque tout est en nous. Yves Bonnefoy, Pierre écrite, Mercure de France
  • [Le désert,] c'est Dieu sans les hommes. Honoré de Balzac, Une passion dans le désert

Images d'illustration du mot « désert »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « désert »

Langue Traduction
Corse desertu
Basque basamortuko
Japonais 砂漠
Russe пустыня
Portugais deserto
Arabe صحراء
Chinois 沙漠
Allemand wüste
Italien deserto
Espagnol desierto
Anglais desert
Source : Google Translate API

Synonymes de « désert »

Source : synonymes de désert sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « désert »


Mots similaires