La langue française

Solitaire

Définitions du mot « solitaire »

Trésor de la Langue Française informatisé

SOLITAIRE, adj. et subst.

I. − Adjectif
A. − [En parlant d'une pers.]
1. Qui est momentanément ou le plus souvent sans compagnie; qui fait quelque chose seul, sans être accompagné. Cavalier, spectateur, voyageur solitaire. Après avoir dîné solitaire, j'écris ces lignes auprès de ma fenêtre ouverte (Maupass.,Contes et nouv., t. 1, 25 jours, 1885, p. 709).Par la suite, je l'aperçus assez souvent dans les bars de Montparnasse, solitaire, le visage bouffi, les yeux larmoyants, visiblement imbibé d'alcool (Beauvoir,Mém. j. fille, 1958, p. 346).
2.
a) Qui vit à l'écart des autres; qui n'a pas ou n'a plus de compagnon de vie. Âme, cœur, enfant, vieillard solitaire. Elle était pauvre (...) et, probablement aussi, très solitaire dans la vie, puisqu'elle venait seule à l'église. Une vieille fille certainement (Coppée,Bonne souffr., 1898, p. 100).La honteuse souffrance de l'amant, désormais solitaire, n'est point tant de ne plus être aimé que de savoir que l'autre peut et doit aimer encore (Camus,Homme rév., 1951, p. 323).
b) Qui recherche, cultive, protège sa solitude, son isolement. Passionné pour les arts, qu'il cultive avec succès, il recherche quelquefois la conversation et les conseils de ceux qui les exercent. Hors de ces rapports-là, qu'il borne avec un soin extraordinaire, il vit presque solitaire dans Venise (Nodier,J. Sbogar, 1818, p. 130).V. misanthropique B ex. de Mauclair, promeneur A ex. de Jeux et sports:
1. Dans les avions, les restaurants, à la terrasse des cafés du dimanche, elle observait des couples d'âge mûr qui respiraient, côte à côte, sans s'adresser la parole autrement que par monosyllabes indispensables à leur vie quotidienne, chacun exilé dans sa planète étanche, dans un rêve incommunicable, plus seul que le plus solitaire ermite dans sa grotte. G. Dormann,Le Bal du dodo, 1989, p. 175.
En partic. Qui, dans son action ou ses conditions de vie, s'impose l'isolement ou est voué à la solitude. Berger, chercheur, créateur, écrivain, héros, penseur, philosophe, poète solitaire; marcheur solitaire. Il avait la nette conscience de n'avoir été, lui, qu'un pionnier solitaire, un précurseur, ébauchant des théories, tâtonnant dans la pratique, échouant à cause de sa méthode encore barbare (Zola,Dr Pascal, 1893, 295).V. navigateur A 1 ex. de J. Merrien.
[P. allus. à Rousseau, Rêveries d'un promeneur solitaire] Jean-Jacques (...) va se promener dans des chemins de banlieue (...). Le promeneur solitaire est très proprement vêtu de gris (...). Pour herboriser, il se munit d'une boîte de fer, d'une loupe, d'une lorgnette (M. Raymond ds Rousseau, Œuvres compl., t. 1, Paris, Gallimard, 1959, p. lxxiv).
3. [P. méton.]
a) Propre à celui/celle qui vit seul(e). En vain vous espérez échapper aux calamités de votre siècle par des mœurs solitaires et l'obscurité de votre vie (Chateaubr.,Essai Révol., t. 1, 1797, p. 18).J'avais repris peu à peu ma vie d'étude et mes habitudes solitaires, distraites seulement par la douce amitié de Graziella et par mon adoption dans sa famille (Lamart.,Confid., Graziella, 1849, p. 225).
b) Qui porte à la solitude. Ces railleries qui séchaient mon cœur et humiliaient mon amour-propre augmentèrent mes goûts solitaires et surtout celui des études (Michelet,Mémor., 1822, p. 206).Il était difficile de me retirer sans gaucherie, et je me sentais ce matin-là d'humeur particulièrement solitaire (Gracq,Syrtes, 1951, p. 54).
c) Qui résulte de la solitude. Mercédès saisit les mains de Fernand avec un transport que celui-ci prit pour de l'amour, et qui n'était que la joie de n'être plus seule au monde et de revoir enfin un ami après les longues heures de la tristesse solitaire (Dumas père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 331).Que devenait Jacques? Il souffrait presque moins de l'avoir perdu, que d'imaginer l'angoisse, la détresse solitaire du petit (Martin du G.,Thib., Cah. gr., 1922, p. 638).
d) Qui se passe dans la solitude ou que l'on accomplit seul. J'ai passé une jeunesse trop mélancolique et trop solitaire pour ne pas savoir le prix d'un cœur comme le vôtre (France,Dieux ont soif, 1912, p. 52).C'était plus mon truc [le pouvoir et les allées du pouvoir], c'était trop tard, le destin collectif ne m'intéressait plus, sinon pour mon fils. Moi, j'étais engagée dans un combat solitaire, absurde, narcissique: survivre (A. Francos,Sauve-toi Lola, Paris, J'ai lu, 1986 [1983], p. 213).
SYNT. Existence, vie, destinée, enfance, adolescence, vieillesse, mort solitaire; années, soirées, veillées, nuits solitaires; contemplation, gloire, labeur, méditation, recueillement, retraite, rêverie solitaire; douleur solitaire; flânerie, promenade, jeu, joie, jouissance solitaire; alpinisme, escalade, marche, navigation solitaire. Plaisir solitaire. V. plaisir1.
B. − [En parlant d'un lieu] Où l'on est seul, sans compagnie; qui est situé à l'écart, peu fréquenté. Chacun s'amuse, jouit de la vie, égaie ses jours. Et moi je rentre dans ma mansarde solitaire, pour refaire ma leçon de demain qui ne satisfera personne, surtout pas son auteur (Amiel,Journal, 1866, p. 165).Entre la source de la Seine et celle de la Marne, sur une longueur d'une soixantaine de kilomètres se déroule une des régions les plus sèches, les plus boisées et les plus solitaires de France (Vidal de La Bl.,Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 116).V. abandonné ex. 3, dépeuplé II A 2 ex. de Hugo, promener I A 1 ex. de Crèvecœur.
SYNT. Cabinet, cachot, chambre, lit, logis solitaire; allée, chemin, place, route, rue, ruelle, sentier solitaire; bois, clairière, hameau, jardin, parc, vallée solitaire; cimes, contrées, espaces, forêts, landes, plaines, plateaux, remparts solitaires.
C. − [En parlant d'un animal]
1. Qui vit à l'écart de ses semblables, qu'il soit social ou non. Hibou, rossignol, vautour solitaire; lion solitaire. Des sapins noirs, un roc altier, abrupt, pathétique, un aigle solitaire dans le grand ciel muet (Mille,Barnavaux, 1908, p. 166).Est-ce elle la nostalgie qui rend plus farouche la louve solitaire et la retient sur la sente où son compagnon succomba au piège de l'homme? (Guèvremont,Survenant, 1945, p. 214).
P. méton. [P. oppos. à grégaire, social] V. grégarigène rem. s.v. grégaire ex. de Hist. gén. sc.
2. Ver* solitaire.
D. − [En parlant d'un élément de la nature, d'une chose concr. ou abstr.] Qui est isolé, seul de son espèce là où il se trouve. Cap, île, promontoire, rocher solitaire; chapelle, phare, tour solitaire; cèdre, cyprès, pin solitaire. Au milieu de beaucoup de menue monnaie une pièce de cinq francs solitaire (Mérimée,A. Guillot, 1847, p. 88).Notre langue n'est pas faite pour ce qui est solitaire; elle procède toujours par rapprochements, par classes (J. Simon,Relig. natur., 1856, p. 65).Il allait arpenter la grande plaine de Buzidan, toute entière, et visiter l'un après l'autre ses quatre chênes solitaires (Genevoix,Raboliot, 1925, p. 174).
En partic. [Dans des cont. sc. ou techn.] Qui apparaît, qui existe seul, isolé, séparé. Les cristaux [du sel marin, des nitrates de plomb et de mercure] sont solitaires et se forment aussi bien à la surface que dans le fond de la liqueur (Metzger,Genèse sc. cristaux, 1918, p. 158).Quelle n'est pas la perspicacité de Widal quand il soutient que l'hypertension solitaire est d'origine rénale! (Ce que la Fr. a apporté à la méd., 1946 [1943], p. 206).
Spécialement
ARCHIT. Colonne solitaire. ,,Colonne isolée, monumentale, qui ne fait pas partie d'un ordre, ne porte pas un entablement`` (GDEL; dict. xixeet xxes.).
BOT. Fleur solitaire. Fleur unique, isolée au-dessus d'un pédoncule. Une fleur qui ne se trouve pas solitaire à l'extrémité d'un axe (...) est accompagnée d'une bractée (Plantefol,Bot. et biol. végét., t. 1, 1931, p. 477).
MÉD. Fièvre solitaire. Dans la classification des fièvres paludéennes de Torti, accès pernicieux dont la gravité résulte de la continuité ou de l'acuité des symptômes ordinaires (d'apr. Garnier-Del. 1958; dict. xxes.).
II. − Substantif
A. − [À propos d'une pers.]
1.
a) Au masc. Religieux qui vit seul dans une cellule, un ermitage ou dans tout autre lieu retiré. Synon. anachorète, ermite.Voilà bien longtemps que nous cherchons ta demeure, et que nous demandons partout: Où est-il donc, ce bon saint Antoine, ce fameux solitaire? (Flaub.,Tentation, 1849, p. 249).Tel solitaire de la Thébaïde au troisième siècle fut assailli lui aussi [comme l'instituteur isolé dans la campagne], dans son ermitage par toutes les grandes idées qui s'élaboraient dans Alexandrie, par les hérésies, par les philosophies, les sagesses et les démences (Barrès,Cahiers, t. 8, 1910, p. 42).V. ascète ex. 3.
b) En partic., le plus souvent au plur. Solitaires (de Port-Royal). Personnes qui, au xviies., abandonnèrent leurs activités pour se retirer à l'abbaye de Port-Royal des Champs. On rapporte que de tous les solitaires de Port-Royal, il n'en était aucun dont il [Nicole] recherchât plus l'entretien que M. Hamon, et qu'ils causaient ensemble surtout de morale, des Proverbes et de la Sagesse (Sainte-Beuve,Port-Royal, t. 4, 1859, p. 352).V. claustré ex.
c) P. ext. Celui/celle qui vit complètement retiré(e). J'ai connu deux solitaires: un homme et une femme. La femme doit être encore vivante. Elle habitait, il y a cinq ans, une ruine au sommet d'un mont absolument désert sur la côte de Corse, à quinze ou vingt kilomètres de toute maison. Elle vivait là avec une bonne; j'allai la voir. Elle avait été certainement une femme du monde distinguée (Maupass.,Contes et nouv., t. 2, Ermite, 1886, p. 1052).
2.
a) Celui/celle qui vit seul(e), le plus souvent durablement, volontairement ou non. Ces femmes [les nouvelles célibataires] sont des mutantes, en quelque sorte! Pas si vite. Tout dans la vie de la solitaire n'est pas rose. Le fisc est gourmand. Le cafard ne passe pas toujours son chemin (L'Est Républicain, 5 nov. 1987, p. 25, col. 5):
2. Paisiblement, par les détours de la somnolence, le vin conduisait le vieux solitaire aux portes des casernes enchantées où la vraisemblance n'avait plus cours. Au matin, lorsqu'il se réveillerait, la bouche pâteuse, tout serait rentré dans l'ordre. Au matin seulement... A. Hardelet,Le Seuil du jardin, 1966, p. 21.
Loc. adv. En solitaire. Seul, à l'écart des autres. Mon cher George, quoique vous viviez maintenant en solitaire, ne manquez pas de venir à mon bal; je le donne exprès pour vous (Ponsard,Honn. et argent, 1853, iv, 3, p. 86).
b) Celui/celle qui accomplit quelque chose seul(e), volontairement ou non. On voit [dans la peinture française] un travail de solitaires, des indépendances occupées d'une pensée exclusive, sans communication entre elles, n'ayant souci que de s'exprimer chacune à leur façon (Gillet,Art fr., 1938, p. 42).À force de tout combiner, de tout prévoir, les types [qui vont faire un mauvais coup] finissent par faire des gaffes qui n'ont l'air de rien, qui sont énormes. Sans quoi les solitaires ne seraient jamais pris (Bernanos,Mauv. rêve, 1948, p. 982).V. infra ex. du Figaro.
Loc. adv., SPORTS. En solitaire. Sans être accompagné. Escalade, alpinisme en solitaire. Le premier alpiniste qui fit une ascension en solitaire semble avoir été le roi Pierre II d'Aragon qui, vers les années 1280, escalada le Canigou, dans les Pyrénées-Orientales (Gautrat1970).
Course, tour du monde, transat en solitaire. Compétition en haute mer où le navigateur ou skipper est seul sur son bateau. Ils étaient toute une bande installés devant la télé, ils étaient en train de s'engueuler pour savoir s'il fallait regarder une finale de tennis ou l'arrivée de la Transat en solitaire (Ph. Djian, 37,2 ole matin, Paris, J'ai lu, 1986 [1985], p. 276).P. ell., subst. fém. Les estivants qui séjournent en Bretagne vont avoir tout loisir d'admirer les solitaires dans leurs œuvres: à 14 heures, le départ de la troisième étape de la vingtième Solitaire sera donné devant la plage de Larmor (Le Figaro, 5-6 août 1989, p. 11, col. 1).
B. − Au masc. [À propos d'un animal]
1. CHASSE. Mâle (sanglier, cerf, éléphant...) généralement âgé, qui se sépare de la compagnie à certaines époques ou définitivement. Dès l'aurore, il fut debout pour reconnaître où le solitaire s'était baugé (Maupass.,Contes et nouv., t. 1, Coq chanta, 1882, p. 810).On ne les voit pas [les éléphants dans les herbes]. Mais on entend très bien leur digestion, les borborygmes du ventre. Ce sont les vieux solitaires que l'on piste et que l'on traque qui sont le plus dangereux (Cendrars,Homme foudr., 1945, p. 64).
2. ORNITH. Grand oiseau des îles Mascaraignes exterminé au xviiies. [Les portraits de Dodos par les Hollandais] prouvèrent non seulement la présence passée de l'oiseau sur [l'île] Maurice, mais également celle de ses cousins, le « Dronte » (...) et le « Solitaire », tous deux plus minces et plus élancés que le Dodo de Maurice, mais originaires, on le pense, de la Réunion et de Rodriguez (Chr. Zuber, Caméra au poing, Du Kenya aux Seychelles, 1969, p. 105).
C. − [À propos de choses]
1. JEUX. Jeu se jouant seul, composé d'une tablette percée de trous disposés dans un ordre déterminé et dans lesquels se logent des fiches que le joueur déplace selon certaines combinaisons. On peut considérer le jeu du solitaire comme un véritable exercice de patience, et les délices qu'il procure présentent une certaine analogie avec les jouissances du casse-tête chinois (D'Allemagne,Récr. et passe-temps, 1904, p. 153).
2. JOAILL. Diamant monté seul, le plus souvent en bague. L'abbé Baldini, à ces mots, avança la main et fit briller au médius un solitaire dont l'eau, la grosseur, les feux annonçaient la valeur (Dumas père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 787).
Prononc. et Orth.: [sɔlitε:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Fin xiies. « qui est seul, qui vit dans la solitude » simple et solitaire (Sermons St Grégoire sur Ézéchiel, 36, 40 ds T.-L.); 2. ca 1200 « où l'on est seul, sans compagnon » vie solitaire (Dialogue Grégoire, 142, 21, ibid.); 1805 plaisir solitaire « masturbation » (Cuvier, Anat. comp., t. 5, p. 57); 3. 1546 « qui pousse à vivre solitaire » (Est.); 4. 1285 « situé à l'écart, en pleine solitude » lieus ... solitaires (Rutebeuf, Vie de Ste Marie l'Égyptienne, 703-704 ds Œuvres compl., éd. E. Faral et J. Bastin, t. 2, p. 41); 5. a) 1701 archit. colonne solitaire (Fur.); b) 1803 « qui se présente seul de son espèce, qui n'est pas accompagné d'autres spécimens de son espèce » le palmier solitaire (Chateaubr., Génie, t. 1, p. 539); 6. a) 1759 ver solitaire (Rich.); b) 1839 zool. « animal qui vit isolé » le nycticorax solitaire (E. de Guérin, Lettres, p. 319); 7. 1805 bot. (Lunier, Dict. des sc. et des arts, t. 3, p. 341); 8. 1933 fièvre solitaire (Lar. 20e). B. Subst. 1. a) ca 1200 « anachorète, religieux qui vit seul, dans un lieu retiré » uns solitaires de grande vertut (Dialogue Grégoire, 233, 22 ds T.-L.); en partic. 1680 « tout homme qui vit retiré » (Rich.: les illustres solitaires de Port-roial); b) 1764 ornith. (Valm. t. 3, p. 282); c) 1834 « vieux sanglier qui vit isolé » (Baudr. Chasses); 2. a) 1752 jeux (Trév.); b) 1798 joaill. (Ac.). Empr. au lat. class.solitarius « isolé, solitaire », dér. de solus, v. seul; en a. et m. fr. existaient aussi soltain « id. », ca 1160 (Enéas, 2142 ds T.-L.), sostain 1176 (Chrétien de Troyes, Cligès, éd. A. Micha, 5496), soutain 1181-90 (Id., Perceval, éd. F. Lecoy, 75), lat. pop. *sōlitānus, du b. lat. sōlitāneus « séparé, isolé » et sultif « id. », déb. xiies. (Psautier Cambridge, 101, 7 ds T.-L., s.v. soutif), de même étymol., avec infl. de soutif « adroit, ingénieux », autre forme de soutil, v. subtil, une action adroite pouvant être une action secrète. Fréq. abs. littér.: 3 871. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 7 704, b) 5 064; xxes.: a) 4 898, b) 4 228.
DÉR. 1.
Solitairement, adv.a) [S'agissant de pers.] α) Tout seul, sans compagnie. Elle était seule, car elle souriait comme on sourit quand on pense solitairement à quelque chose de triste et de doux, et non comme on sourit quand on est regardée (Maupass.,Contes et nouv., t. 1, Portrait, 1888, p. 629).Les rêves que j'avais promenés solitairement du côté de Méséglise (Proust,J. filles en fleurs, 1918, p. 711). β) [S'agissant de deux ou de plusieurs pers.] Sans témoin ou sans personne d'autre. La cour part pour Fontainebleau (...) On y sera d'abord solitairement pendant une quinzaine de jours. Puis on dit qu'il y aura des invitations (Mérimée,Lettres ctessede Montijo, t. 2, 1861, p. 186).Mon Dieu, comme j'ai envie de te voir! et de causer avec toi, solitairement, et longuement (Flaub.,Corresp., 1879, p. 186). γ) À l'écart des autres, sans compagnon de vie, volontairement ou non. J'ai toujours beaucoup admiré ces bons gaillards [les moines] qui vivaient solitairement, soit dans l'ivrognerie ou dans le mysticisme (Flaub.,Corresp., 1853, p. 397).C'est à peine si on savait où était située cette chambre, cette chambre où s'écoulait solitairement toute cette pauvre vie (Maupass.,Contes et nouv., t. 2, Soir print., 1881, p. 307). δ) [S'agissant de la manière d'être ou d'agir] En dehors des autres ou contre eux. Nul ne peut fixement et solitairement considérer ce qui existe (Valéry,Variété IV, 1938, p. 69).Toute différence féconde n'est maintenue, contre le hurlement des hommes habitués, que par le courage solitaire: mais pour tenir solitairement, il faut s'être fait une foi et des armes éprouvées (Mounier,Traité caract., 1946, p. 590).b) α) [S'agissant d'un animal] À l'écart de ses semblables. Les grands oiseaux tristes de la haute montagne qui planent solitairement au-dessus des précipices, comme l'aigle (Ramuz,Derborence, 1934, p. 156). β) [S'agissant d'un élément de la nature ou d'une chose concr. ou abstr.] Seul de son espèce. Ferrare s'élève solitairement au milieu d'un pays plat plus riche que pittoresque (Gautier,Italia, 1852, p. 312).Au centre de la clairière, un chêne colossal et miné par les siècles s'élevait solitairement (Feuillet,Sibylle, 1863, p. 67). [sɔlitε ʀmɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. 1resattest. fin xiiies. [ms.] « d'une manière solitaire; dans la solitude » (Herman, Bible, B. N. 1444, f o38 r ods Gdf. Compl.), xves. (Monstrel., II, 53 ds Littré); de solitaire, suff. -ment2*. Fréq. abs. littér.: 70.
2.
Solitarisme, subst. masc.,psych. [À propos des vieillards] ,,Isolement qui relève parfois d'un état démentiel mais qui peut s'accomplir dans la lucidité chez des vieillards blasés: isolement aimable, serein ou indulgent, ou misanthropie hargneuse, égocentrique, avare, menant à la claustration`` (March. 1970). Léonardi a fait pitié par moments, notamment, quand, d'une phrase il a défini sa solitude: « son solitarisme » comme préciseront les psychiatres (France-Soir, 19 févr. 1975, p. 5, col. 2). [sɔlitaʀism̭]. 1reattest. 1968 pathol. (Lar. Suppl.); dér. sav. de solitaire, suff. -isme*.
BBG.Keller (L.). Solo e pensoso, seul et pensif, solitaire et pensif,... St. fr. 1973, t. 17, pp. 3-14. − Lenoble-Pinson (M.). Le Lang. de la chasse. Paris, 1977, pp. 159-160, 162-164.

Wiktionnaire

Adjectif

solitaire \sɔ.li.tɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est seul ; qui vit dans la solitude.
    • La grande forêt des Ardennes est une des plus chargée de mystères. […]. L'hiver, lorsque la neige a cessé de tomber depuis quelques jours, lorsque l’armée des sapins noirs immobiles se détache sur le sol blanc, le voyageur solitaire doit se défendre contre un sentiment de crainte, presque d'angoisse. — (Georges Blond, L'Agonie de l'Allemagne 1944-1945, Fayard, 1952, p.130)
    • Tu étais de plus en plus malade, solitaire, retranché en toi-même. — (Alina Reyes, Nus devant les fantômes, 2000)
  2. Qualifie un lieu désert, un lieu éloigné du commerce du monde.
    • J'occupais, il y a quinze ans, dans un quartier fort solitaire, une maison dont le jardin tenait à celui d'un couvent de femmes. — (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, p.246)
    • […] ; les places et les rues attenantes, habituellement si solitaires dès que neuf heures sonnaient à Saint-Germain-l’Auxerrois, étaient, quoiqu’il fût minuit, encombrées de populaire. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre I)
    • Le porc-épic creuse de préférence son terrier dans les parois abruptes et boisées des vallées solitaires. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 225)
    • Jusqu’après Valpuiseaux, sur plus d'une lieue, les groupes de fermes se suivent. Ensuite le vallon est solitaire, pli étroit et profond dont les côtés sont striés par une infinité de vaux très courts. — (Victor E. Ardouin-Dumazet, Voyage en France, vol. 23, éd. Berger-Levrault, 1906, p 316)
    • On s’en vient donc deux à deux et quand on a trouvé dans un petit coin, au bord du bois, un endroit paisible et solitaire, on déballe les provisions et l’on s’assied. — (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  3. Relatif à Saint-Jean-aux-Bois, commune française située dans le département de l’Oise, dont l'ancien nom était La Solitude.

Nom commun 1

solitaire \sɔ.li.tɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. (Religion) Anachorète ou moine qui vit dans la solitude.
    • Les solitaires d’Égypte, de la Thébaïde.
    • C’est un pieux solitaire.
  2. (Par extension) Tout homme qui vit dans la solitude, qui vit très retiré.
    • Solitaire endurci, M. des Lourdines aurait, à la rigueur, consenti à voir les gens, mais il ne voulait pas être vu, de sorte qu’on avait fini par le laisser se pelotonner dans son Fougeray, comme un pigeon dans son boulin. — (Alphonse de Châteaubriant, Monsieur des Lourdines, chap.1, 1910)
  3. (Chasse) Vieux sanglier sorti de la compagnie.
    • Sans souci des brindilles qui le giflent, des ronces qui l'agriffent, il court, il court, pareil au solitaire qui charge l'ennemi. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  4. (Bijouterie) Diamant monté seul, sans entourage.
    • Porter au doigt un solitaire.
  5. Sorte de patience (jeu de cartes se jouant seul).

Nom commun 2

solitaire \sɔ.li.tɛʁ\ masculin

  1. (Zoologie) Espèce de papillon de jour de la famille des piéridés (Pieridae), du centre et nord de l’Europe et d’Amérique du Nord, de couleur jaune pâle, bordé d’une frange rouge, avec un point noir ou blanc au centre de l’aile antérieure, de nom scientifique Colias palaeno’.
    • La chenille du solitaire se nourrit sur l’airelle-myrtille ou l’airelle des marais.
  2. (Zoologie) Dronte.
  3. (Zoologie) Oiseau du genre Myadestes.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SOLITAIRE. adj. des deux genres
. Qui est seul, qui vit dans la solitude. Homme solitaire. Femme solitaire. Vous êtes bien solitaire aujourd'hui. Ver solitaire, Ver blanc, plat, fort long et annelé, qui s'engendre dans les intestins et qui est ordinairement seul. En termes de Botanique, Fleurs solitaires, Fleurs qui naissent séparées les unes des autres sur la plante qui les porte.

SOLITAIRE se dit aussi des Choses. Il a l'humeur solitaire. Vie solitaire. En termes d'Architecture, Colonne solitaire, Colonne isolée, qui ne fait pas partie d'un ordre, qui ne porte pas un entablement.

SOLITAIRE se dit aussi des Lieux déserts, des lieux éloignés du commerce du monde. Ce lieu est fort solitaire. Un asile solitaire.

SOLITAIRE s'emploie encore comme nom masculin et se dit des Anachorètes et des moines qui vivent dans la solitude. Les solitaires d'Égypte, de la Thébaïde. C'est un pieux solitaire. Il se dit, par extension, de Tout homme qui vit dans la solitude, qui vit très retiré. Vous l'avez vu fort répandu dans le monde, maintenant c'est un solitaire. Il se dit aussi d'un Vieux sanglier sorti de la compagnie. En termes de Joaillerie, il désigne un Diamant monté seul, sans entourage. Porter au doigt un solitaire.

Littré (1872-1877)

SOLITAIRE (so-li-tai-r') adj.
  • 1Qui est seul ; qui aime à être seul. Elle [Mme de Thianges devenue dévote]… est toujours de très bonne compagnie, et n'est pas solitaire, Sévigné, 5 janv. 1674. L'admirable saint François de Paule est solitaire jusque dans la cour [de Louis XI], est toujours recueilli en Dieu parmi ce tumulte, Bossuet, 1er panég. St Franç. de Paule, 2. On m'élevait alors, solitaire et cachée, Racine, Esth. I, 1. Je suis devenu solitaire, ou, comme ils disent, insociable et misanthrope, parce que la plus sauvage solitude me paraît préférable à la société des méchants, qui ne se nourrit que de trahisons et de haine, Rousseau, 7e promen.

    Il se dit des choses. Vie solitaire. Il a l'humeur solitaire. Qu'il y ait, pour ainsi dire, des plaisirs solitaires qui n'aient pas besoin de se communiquer, Fontenelle, Dial. des morts mod. 1. Ceux qui accusaient sa bienveillance [de l'abbé de Saint-Pierre] d'être froide et banale, ne pouvaient au moins la taxer d'être solitaire et personnelle, D'Alembert, Éloges, l'Ab. de St-P. Quelque chose manquait à ce cœur solitaire, Delille, Parad. perdu, VIII.

  • 2Qui résulte de la solitude, ou qui n'est pas partagé. Viens, tu souffres, ami ; quelque ennui solitaire Te ronge, Musset, la Nuit de mai.
  • 3Il se dit de quelque objet qui n'est associé à aucun autre semblable.

    Fleurs solitaires, fleurs qui naissent séparées les unes des autres sur la plante qui les porte.

    Ver solitaire, voy. TAENIA.

    Terme d'architecture. Colonne solitaire, colonne isolée qui ne fait pas partie d'un ordre, qui ne porte pas un entablement.

  • 4Isolé, désert. Souvent ce cabinet, superbe et solitaire, Des secrets de Titus est le dépositaire, Racine, Bérén. I, 1. Remplissant de vos cris les antres solitaires, Voltaire, Œdipe, III, 4. Ah ! c'est trop tôt chercher ce solitaire asile, Voltaire, Zaïre, IV, 3.
  • 5 S. m. Anachorète qui vit dans la solitude. Les solitaires de la Thébaïde. Mes amis, dit le solitaire, Les choses d'ici-bas ne me regardent plus ; En quoi peut un pauvre reclus Vous assister ? que peut-il faire ? La Fontaine, Fabl. VIII, 3. C'est dans la classe des solitaires que se trouvent les hommes qui poussent le plus loin la carrière de la vie, Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie. Il visita la grotte du solitaire, qu'il trouva remplie de ronces et de framboisiers, Chateaubriand, Atala, Épilogue.
  • 6Tout homme qui vit seul ou très retiré. Un solitaire peut s'estimer davantage que ne fera celui qui vit avec les autres et qui s'y compare, Fontenelle, Leibnitz. Peu de gens peuvent comprendre la félicité d'un solitaire qui l'est par un choix tous les jours renouvelé, Fontenelle, Lahire. Cela me rappelle le mot d'un solitaire qui disait aux personnes dont il recevait quelquefois la visite : Vous voyez un homme presque aussi heureux que s'il était mort, D'Alembert, Lett. au roi de Pr. 14 nov. 1776.
  • 7 Terme d'argot de théâtre. Des amateurs fréquentant les spectacles et curieux d'assister aux premières représentations payent leur billet au chef [des claqueurs], et n'exigent aucun rabais sur le prix du bureau… exempts de toute surveillance, ils vont se porter loin de la troupe vénale qui les désigne sous le nom de solitaires, à cause de leur position topographique et tout à fait indépendante, Castil-Blaze, Hist. de l'Acad. de musique, XXIX, t. II, p. 405.
  • 8 Terme de vénerie. Vieux sanglier mâle, sorti de compagnie.
  • 9Jeu qu'on joue seul sur une petite table percée de trente-sept trous, et avec trente-six chevilles. Il faut jouer au solitaire, Quand on n'est plus dans les beaux ans, Pannard, Œuvr. t. III, p. 358.

    Terme de jeu. Espèce de quadrille, dans lequel on joue toujours seul, sans appeler.

  • 10 Terme de joaillier. Diamant détaché, monté seul ; lorsque le diamant est petit, il se nomme étincelle. Acheter un solitaire.
  • 11Espèce de papillon.
  • 12Petite constellation méridionale.
  • 13 S. f. Espèce de fleur. Vous le voyez planté, et qui a pris racine au milieu de ses tulipes et devant la solitaire, La Bruyère, XIII.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et sui faiz ausi comme li moiniaus solitaires en la meson, Psautier, f° 120. Il n'est nul qui vossist [voulût] avoir tout le bien du monde pour vivre solitaire, ce est à dire tout seul, Latini, Trésor, p. 322. Et je qui demore toz seus [seul], Si quis [cherchai] les solitaires leus [lieux], Roman de la poire, ms.

XIVe s. Et à celui qui est solitaire, sa vie est forte et grieve, Oresme, Éth. 284.

XVIe s. … J'errais entre les bois Seul à par-moy sauvage et solitaire, Ronsard, 739. Et m'esloignant du monde, afin de vous complaire, Je vivray dans un antre, hermite solitaire, Desportes, Elégies, I, 4.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SOLITAIRE, s. m. (Morale.) celui qui vit seul, séparé du commerce & de la société des autres hommes, qu’il croit dangereuse.

Je suis bien éloigné de vouloir jetter le moindre ridicule sur les religieux, les solitaires, les chartreux ; je sais trop que la vie retirée est plus innocente que celle du grand monde : mais outre que dans les premiers siecles de l’Eglise la persécution faisoit plus de fugitifs que de vrais solitaires, il me semble que dans nos siecles tranquilles une vertu vraiment robuste est celle qui marche d’un pas ferme à-travers les obstacles, & non pas celle qui se sauve en fuyant. De quel mérite est cette sagesse d’une complexion foible qui ne peut soutenir le grand air, ni vivre parmi les hommes sans contracter la contagion de leurs vices, & qui craint de quitter une solitude oisive pour échapper à la corruption ? L’honneur & la probité sont-ils d’une étoffe si legere qu’on ne puisse y toucher sans l’entamer ? Que feroit un lapidaire s’il ne pouvoit enlever une tache d’une émeraude, sans retrancher la plus grande partie de sa grosseur & de son prix ? il y laisseroit la tache. Ainsi faut-il, en veillant à la pureté de l’ame, ne point altérer ou diminuer sa véritable grandeur, qui se montre dans les traverses & l’agitation du commerce du monde. Un solitaire est à l’égard du reste des hommes comme un être inanimé ; ses prieres & sa vie contemplative, que personne ne voit, ne sont d’aucune influence pour la société, qui a plus besoin d’exemples de vertu sous ses yeux que dans les forêts. (D. J.)

Solitaire, (Hist. monac.) nom de religieuse du monastere de Faiza, fondé par le cardinal Barberin, & approuvé par un bref de Clément X. l’an 1676. Les religieuses de ce couvent, s’adonnent entierement à la vie solitaire ; elles gardent un silence continuel, ne portent point de linge, vont toujours nuds piés sans sandale, & ont pour habit une robe de bure ceinte d’une grosse corde. Le cardinal Barberin institueur de ce monastere, ne mena point une vie semblable à celle de ses religieuses ; c’étoit un homme du monde, fin, intrigant, toujours occupé du manege politique des intérêts de diverses puissances. (D. J.)

Solitaire ver, (Hist. nat. des Insect.) voilà le plus long de tous les animaux, s’il est vrai qu’on en ait vu qui avoient 80 aunes de Hollande. Quelques physiciens prétendent qu’il se forme ordinairement dans le fœtus, qu’il vieillit avec nous, & ne se trouve jamais que seul dans les corps où il habite. Que penser de ce système si ces faits étoient véritables, comme Hippocrate & ses sectateurs le soutiennent ? que croire de l’origine de pareils animaux ?

Hors des corps animés on n’en a jamais trouvé de semblables, auxquelles on puisse présumer que ceux-ci devroient leur naissance ; & s’il y en avoit eu de petits ou de grands, leur figure applatie & la grande multitude de leurs articulations n’auroient pas manqué, ce semble, de les faire connoître. Il faudroit donc admettre que ces vers ne sont produits que par ceux qui se trouvent dans nos corps ; & si cela est, comment peuvent-ils en être produits, à-moins qu’on ne suppose que chacun de ces vers ne se suffise à lui-même pour produire son semblable, vû qu’il se trouve toujours seul ?

Mais cette supposition ne leve pas toutes les difficultés qu’on peut faire sur l’origine de ce ver singulier. On pourra toujours demander pourquoi il ne se trouve jamais que seul, & quel chemin prennent ses œufs ou ses petits pour entrer dans le corps d’un autre homme. Avec de nouvelles suppositions, il ne seroit pas difficile de répondre à ces difficultés.

La premiere difficulté disparoîtroit en supposant que ce ver est du nombre de ceux qui se mangent les uns les autres ; le plus fort ayant dévoré ceux qui sont nés avec lui dans un même endroit, doit enfin rester tout seul. Pour ce qui est de l’autre difficulté, on n’a qu’à supposer que l’œuf ou le fœtus de ce ver est extrèmement petit ; que l’animal le dépose dans notre chyle ; ce qu’il peut faire aisément si l’issue de son ovaire est près de sa tête, comme l’est celle des limaces. Du chyle il entrera dans la masse du sang de l’homme ou de la femme, où ce ver habite. Si c’est dans une femme, la communication que son sang a avec le fœtus qu’elle porte, y donnera par sa circulation entrée à l’œuf ou au fœtus du ver, qui y croîtra aussi-tôt qu’il se sera arrêté à l’endroit qui lui convient. Que si l’œuf ou le fœtus du ver se trouve dans la masse du sang d’un homme, la circulation de ce sang fera passer cet œuf ou ce fœtus dans les vaisseaux où ce sang se filtre, afin d’être préparé à un usage nécessaire pour la conservation de notre espece. Et de-là on conçoit aisément comment il peut se trouver mêlé dans les parties qui entrent dans la composition du fœtus humain.

C’est ainsi qu’avec des suppositions on peut rendre raison de tout, même de l’existence des choses qui n’ont jamais été, comme l’ont fait les physiciens des derniers siecles, qui nous ont expliqué de quelle maniere la corruption engendroit des insectes. C’est les imiter que de bâtir par rapport au ver solitaire sur des faits, qui pour avoir été assez généralement reçus, n’en sont pas pour cela plus véritables. M. Valisnieri a renversé d’un seul coup ce système ridicule, en établissant par ses observations & ses recherches, que le solitaire n’est qu’une chaîne de vers qu’on nomme cucurbitaires, qui se tiennent tous accrochés les uns aux autres, & forment ainsi tous ensemble la figure d’un seul animal. Les raisons qu’il en allegue sont si vraissemblables, & ont paru si fortes aux physiciens éclairés, qu’il est aujourd’hui fort difficile de n’être pas de cet avis. (D. J.)

Solitaire, s. m. (Jeu.) nom d’un jeu qu’on a inventé depuis une cinquantaine d’années, auquel un homme peut jouer seul. C’est une tablette percée de 37 trous, disposés de maniere que le premier rang en a trois, le second cinq, les trois suivans chacun sept, le sixieme cinq, & le dernier trois. Tous ces trous ont chacun une cheville, à la reserve d’un qui reste vuide. Ce jeu consiste à prendre toutes ces chevilles les unes après les autres, en sorte qu’il n’en reste plus aucune. Elles se prennent comme on prend les dames au jeu de dames, en sautant par dessus, & se mettant à la place vuide qui est de l’autre côté de celle qu’on prend & qu’on enleve. Ce jeu n’a pas grand attrait quand on en ignore la marche, & n’en a point quand on la sait. (D. J.)

Solitaire, (Jeu de cartes.) c’est une espece de quadrille, ainsi appellé parce que l’on est obligé de jouer seul sans appeller. S’il arrive que les quatre joueurs n’ayent pas assez beau jeu pour jouer sans prendre, ou même pour appeller un médiateur, on est obligé de passer, ne pouvant contraindre spadille à jouer, comme au quadrille ordinaire ; on laisse alors les deux fiches du poulan sur le jeu, & l’on continue d’en faire mettre le même nombre par celui qui mêle jusqu’à ce que l’un des quatre joueurs puisse faire jouer sans prendre, ou avec un médiateur. A l’égard des bêtes, elles augmentent de vingt-huit jettons de plus que tout ce qui se trouve sur le jeu ; & sur les poulans doubles de cinquante-six jettons.

Solitaire, le médiateur solitaire à trois, (Jeu de cartes.) Ce jeu ne se joue à trois que faute d’un quatrieme, & n’en est pas moins amusant. On l’appelle solitaire parce qu’on joue toujours seul.

Il faut ôter dix cartes du jeu ordinaire, c’est-à-dire neuf carreaux & le six de cœur, & laisser le roi de carreau ; par ce moyen on peut jouer dans les quatre couleurs quoiqu’il y en ait une presque supprimée. Par exemple, un joueur ayant les deux as noirs avec des rois pourra jouer en carreau, il aura par conséquent tous les matadors qui lui seront payés comme au médiateur à quatre : de même celui qui a de quoi demander un médiateur, peut demander le roi de carreau, puisque l’on le laisse dans le jeu, ce qui le rend aussi divertissant qu’à quatre. Ce jeu se marque comme au médiateur, c’est-à-dire que celui qui fait met deux fiches devant lui, & l’on ne joue point en appellant, l’on ne renvoie point aussi à spadille. Si l’on n’a pas dans son jeu de quoi jouer un médiateur, ou sans prendre, il faut passer. Alors celui qui mêle doit mettre encore deux fiche, devant lui, ce qui se continue jusqu’à ce qu’un des joueurs fasse jouer. A l’égard des bêtes, elles augmentent toujours de vingt-huit les unes sur les autres comme au médiateur ordinaire à quatre. La seule différence qu’il y ait c’est que la bête faite par remise doit augmenter d’autant de jetons qu’il se trouvera de passe sur le jeu ; au-lieu que celle qui est faite par codille ne sera pas de plus de jettons qu’au médiateur ordinaire à quatre. Comme à ce jeu l’on joue un coup de moins à chaque tour il est convenable de jouer douze tours au-lieu de dix, pour que la reprise soit finie ; pour ce qui regarde le reste, on suit à ce jeu les lois du médiateur à quatre.

Autre maniere de jouer le médiateur solitaire à trois. L’on ôte pour jouer à ce jeu les quatre trois qui n’y sont pas d’un grand usage, ce qui le réduit au nombre de trente-six cartes au-lieu de quarante. Celui qui mêle donne à chacun des joueurs douze cartes, trois à trois ou quatre à quatre, & non autrement, ce qui emploie les trente-six cartes du jeu. Celui qui fait jouer en telle couleur que ce soit est obligé de faire sept levées pour gagner. L’on peut aussi demander un médiateur lorsqu’on n’a que de quoi faire six levées dans son jeu, sinon il faut passer, en suivant pour le reste les regles du médiateur ordinaire à quatre.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « solitaire »

Du latin solitarius.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. solitari, soletari ; espagn. et ital. solitario ; du lat. solitarius, dérivé de solitas, qui vient de solus, seul.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « solitaire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
solitaire sɔlitɛr

Citations contenant le mot « solitaire »

  • Curieuse activité solitaire que celle d'écrire. De Patrick Modiano / Discours de réception de son prix Nobel de littérature
  • Etre solitaire est un choix ; la solitude ne l'est pas. De Anonyme
  • La solitude exaspère tant de monde et le monde, le solitaire. De Fabien Blanchot
  • Je ne suis le porte-drapeau de personne, Ecrire est une entreprise tellement solitaire... De Françoise Sagan
  • Rien n'avance plus les affaires de l'amour que d'être solitaire. De Adam de Perseigne / Lettre
  • Robin Follin a réalisé le mois dernier sa première course en solitaire… à bord d’un Figaro 3 engagé sur la Solo Maître Coq. Joli galop d’essai puisqu’il termine à une heure trente du vainqueur, Tom Laperche. Place à la Solitaire du Figaro, maintenant, pour ce bizuth qui a raconté à Didier Ravon ses premières sensations, ses joies et ses petits malheurs, après son plongeon dans le grand bain des Figaristes. voilesetvoiliers.ouest-france.fr, TÉMOIGNAGE. Robin Follin : « Et maintenant, pour moi, place à la Solitaire du Figaro ! »
  • La lucidité procède d'une raison solitaire, réduite à l'homme. De Roger Mondoloni / Onaga
  • Tu seras solitaire parce que la culture est aussi une prison. De Aldous Huxley
  • Partager la publication "PROS – Le Belge Wout Van Aert remporte en solitaire les Strade Bianche" 3bikes.fr, PROS - Le Belge Wout Van Aert remporte en solitaire les Strade Bianche - 3bikes.fr
  • Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire. Félix Arvers, Mes heures perdues
  • Les vrais amis sont les solitaires ensemble. Abel Bonnard, L'Amitié, Hachette
  • L'histoire des idées est l'histoire de la rancune des solitaires. Émile Michel Cioran, Syllogismes de l'amertume, Gallimard
  • S'il existe une solitude où le solitaire est un abandonné, il en existe une où il n'est solitaire que parce que les hommes ne l'ont pas encore rejoint. André Malraux, Le Triangle noir, Gallimard
  • Le poète est à la fois le plus solitaire et le moins solitaire des hommes. Charles-Ferdinand Ramuz, Remarques, Rencontre
  • Un monocle est un verre solitaire. De Léo Campion
  • On devient malheureux mais on naît solitaire. De Paul Guimard / Rue du Havre
  • Dieu, le solitaire par excellence. De Charles Baudelaire / Les Paradis Artificiels, 1860
  • Dans la pensée, toute chose devient solitaire et lente. De Anonyme
  • L'alcoolisme : c'est un verre solitaire. De Franck Dhumes / Annulaire des mots
  • Lire est une expérience solitaire. Un vice. De Jean-Marie Poupart / Le Champion de cinq heures moins dix
  • Les plus jeunes le regardaient comme un homme mystérieux aux apparitions furtives et à l’âme solitaire. Webdo, Am Chedli : Le solitaire d'Ez-zahra
  • L'Irlandais s'est imposé au solitaire, profitant d'une chute en tête de peloton dans le dernier kilomètre pour prendre le large sur ses poursuivants. , Sport | Tour de Burgos : Bennett vainqueur en solitaire, Démare encore battu
  • Le coureur de la formation Deceuninck-Quick Step a d'abord suivi une accélération d'Esteban Chaves (Mitchelton-Scott) avant de se détacher ''facilement'' à deux kilomètres du sommet, au moment où était rattrapé Roger Adria (Kern Pharma), le dernier échappé encore devant. Ni Chaves ni George Bennett (Jumbo-Visma) n'ont pu suivre et Remco Evenepoel s'est imposé en solitaire, devant Bennett (+0'18) et Mikel Landa (Bahrain-McLaren, +0'32). L'Équipe, Tour de Burgos : Remco Evenepoel (Deceuninck-Quick Step) s'impose en solitaire et prend la tête du général - Cyclisme - Tour de Burgos - L'Équipe

Images d'illustration du mot « solitaire »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « solitaire »

Langue Traduction
Anglais solitary
Espagnol solitario
Italien solitario
Allemand einsam
Chinois
Arabe المنعزل
Portugais solitário
Russe уединенный
Japonais 孤独な
Basque bakartiak
Corse solitaria
Source : Google Translate API

Synonymes de « solitaire »

Source : synonymes de solitaire sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « solitaire »

Solitaire

Retour au sommaire ➦

Partager