Délicatesse : définition de délicatesse


Délicatesse : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DÉLICATESSE, subst. fém.

I.− [Le subst. exprime une qualité entièrement positive]
A.− [Suivi d'un compl. éventuel désignant un inanimé concr.]
1. [P. réf. à sa nature ou à la consistance de celui-ci, à sa valeur intrinsèque]
a) [Le compl. désigne un objet naturel] Qualité de ce qui se distingue par sa finesse et sa légèreté, par son aspect gracieux. La large mer (...) rayonnante et paisible, et sa couleur lustrée a la délicatesse d'une pervenche épanouie (Taine, Notes Paris,1867, p. 158).Holbein est peut-être le seul artiste où la barbe et la moustache aient toujours la délicatesse d'une fourrure (Du Bos, Journal,1924, p. 216):
1. Un plafond très bas [de la grotte de Las Maravillas], suspendu au-dessus d'une eau limpide, porte une floraison de mica, de quartz diamantifère, un épanouissement de givre nacré, avec des délicatesses de chrysanthèmes ou de coraux polynésiens. T'Serstevens, L'Itinéraire espagnol,1933, p. 166.
[En parlant de phénomènes naturels] La délicatesse de ce printemps frais (Daniel-Rops, Mort,1934, p. 448).
b) [Le compl. désigne un obj. fabriqué] Qualité de ce qui se distingue par sa finesse d'exécution et sa légèreté, son aspect élégant et recherché. Délicatesse des chapiteaux chargés de petites figures joyeuses de ménétriers, etc. (Michelet, Journal,1838, p. 271).Un encrier, acier et ébène, d'un fini et d'une délicatesse de bijou (Zola, Curée,1872, p. 523).
P. ext. [Le compl. désigne l'instrument qui exécute] Toutes vos qualités sont là : couleur, lumière, délicatesse et fermeté du burin (Hugo, Corresp.,1860, p. 339).
2. [P. réf. aux sens d'une pers.] Qualité de ce qui se distingue par une finesse, une légèreté propres à flatter l'un ou l'autre sens. Délicatesse des nuances. L'extraordinaire délicatesse des gradations instrumentales (Du Bos, Journal,1924, p. 222).
P. ext. [Le compl. désigne un aliment] Qualité de ce qui est particulièrement fin, de ce qui a une saveur propre à flatter un palais, un odorat affiné. Faire vivement donner un bouillon pour que l'écrevisse puisse développer toute la délicatesse de son arôme (Gdes heures cuis. fr. A. Escoffier, 1935, p. 193):
2. Jamais Pons ni Schmucke n'avaient connu pareille chère. Il y eut des plats à ravir la pensée!... des nouilles d'une délicatesse inédite, des éperlans d'une friture incomparable, un ferra de Genève à la vraie sauce genevoise, et une crème pour plumpudding à étonner le fameux docteur qui l'a, dit-on, inventée à Londres. Balzac, Le Cousin Pons,1847, p. 76.
En partic., au plur. Mets, en général sucrés, particulièrement fins et délectables. Toutes les surprises du luxe, les miracles du petit four, les délicatesses les plus friandes, les friandises les plus séductrices (Balzac, Peau chagr.,1831, p. 63).Plateau chargé de délicatesses et de fruits (Gide, Journal,1930, p. 964).
B.− [Suivi éventuellement d'un compl. déterminatif prép. de désignant une pers.]
1. [À propos de sa nature phys.]
a) [Le compl. désigne un trait phys., l'aspect extérieur d'une pers.] Qualité de finesse, de légèreté conférant à la physionomie, à l'allure générale grâce, charme et élégance. Délicatesse des traits. La délicatesse encore enfantine du menton et la pureté molle des tempes (Zola, Fortune Rougon,1871, p. 16).Grelet (...) a parlé du corps des femmes japonaises, de l'exquise délicatesse de leur buste et de leur gorge (Goncourt, Journal,1887, p. 682):
3. Un raffinement cérébral dans ses imaginations du plaisir s'amalgamait chez lui à un manque absolu de délicatesse physique, à son indifférence à la propreté, à la grossièreté relative de sa vie. Rolland, Jean-Christophe,Le Buisson ardent, 1911, p. 1281.
b) [Le compl. désigne un sens ou une fonction sensitive] Qualité de raffinement, aptitude à saisir les nuances les plus ténues. Il exhalait une odeur de beurre rance qui répugnait à la précoce délicatesse de son odorat (Sand, Hist. vie,t. 1, 1855, p. 166):
4. Quand il lui arrive d'user de certaines duretés (notamment d'écrasements de secondes diatoniques), c'est qu'il a besoin de ces dissonances pour l'expression de sa pensée, et qu'il ne craint point de se servir de l'expression la plus rude, quand elle est ainsi la plus directe et la plus franche; peut-être trouve-t-il même une satisfaction courroucée à heurter les délicatesses de l'ouïe à la mode italianisée de son temps. Rolland, Beethoven,t. 1, 1937, p. 292.
Au fig. Une excitation nerveuse devait troubler la délicatesse de son flair. D'habitude, au premier coup d'œil jeté sur une femme, il disait si elle achèterait (Zola, Bonheur dames,1883, p. 490).
2. [À propos de ses qualités de goût ou d'intelligence; le compl. désigne une pers. ou son comportement intellectuel] Qualité d'une personne qui manifeste dans son activité intellectuelle une finesse de goût et de jugement très sûre; qualité d'un homme de lettres, d'un artiste qui s'exprime, de ce qui est exprimé avec un art délié, avec élégance. Délicatesse d'esprit. Je voyais dans le normalien un homme tout nourri des beautés et des délicatesses des littératures grecque et latine (Goncourt, Journal,1888, p. 886).Comme la délicatesse d'écriture convient exactement à la délicatesse de pensée (Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1907, p. 281).Les deux mains sont de nouveau sur le clavier et avec une délicatesse extraordinaire jouent une des sonates les moins connues de Mozart (Green, Journal,1945, p. 224).
3. [À propos de ses relations soc., affectives ou mor.]
a) [Le compl. désigne une pers. ou son comportement soc.] Caractère d'une personne qui manifeste des qualités de réserve, de discrétion et de prévenance envers autrui. Délicatesse exquise. Quelle délicatesse de dévouement! quels soins attentifs (Sue, Atar Gull,1831, p. 36).Il devait laisser au temps, à la délicatesse et à la loyauté de ses hôtes, le soin de terminer convenablement cette étrange histoire, sans secousses, sans luttes et sans déchirements (Sandeau, Mllede La Seiglière,1848, p. 191).Les exquises délicatesses de son savoir-vivre (Sand, Hist. vie,t. 4, 1855, p. 465):
5. Mais cet esprit vigoureux, opiniâtre, sans discrétion ni délicatesse, ne marchandait en rien : il n'était pas, comme il le dit, pour adoucir les choses en y mettant un peu de sucre, avec un forte ou un fortassis. Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 1, 1840, p. 305.
b) [Le compl. désigne une pers. ou son comportement affectif] Qualité d'une personne qui manifeste une grande sensibilité et une rare élévation de sentiment. Délicatesse de cœur. Amères et profondes tirades sur les hommes, qui ne comprennent rien des délicatesses de l'amitié des femmes (Goncourt, Journal,1868, p. 447).D'une délicatesse exquise de sentiment et d'une violence d'âme terrible (A. France, Lys rouge,1894, p. 86):
6. ... plus de sensibilité dans la poésie anglaise et plus d'imagination dans la poésie allemande. Les affections domestiques exerçant un grand empire sur le cœur des anglais, leur poésie se sent de la délicatesse et de la fixité de ces affections : ... Staël, De l'Allemagne,t. 2, 1810, p. 29.
c) [Le compl. désigne une pers. ou son comportement mor.] Qualité d'une personne qui est attentive dans son comportement à discerner exactement les valeurs morales. Délicatesse d'âme; délicatesse morale; honneur et délicatesse; manque de délicatesse. Des questions qui ne blessaient en rien la chasteté, mais qui, selon moi, blessaient toute convenance et toute délicatesse (Sand, Hist. vie,t. 3, 1855, p. 326).Les devoirs d'honnêteté et de délicatesse quant à l'acceptation (...) de certaines fonctions ou de certains avantages (Traité EURATOM,1957, p. 356):
7. Les vertus, la délicatesse des consciences chrétiennes, les miracles de l'amour mystique, la sainteté en un mot serait sans prestige à nos yeux si elle était née d'un mensonge, et reposait sur un mensonge. Mauriac, Journal 2,1937p. 188.
II.− [Le subst. exprime une qualité assortie de réserves]
A.− [La réserve porte sur la solidité; le compl. désigne le corps hum., tout ou partie] Caractère de ce qui est d'une grande fragilité et peut se détériorer facilement. Délicatesse des nerfs, des organes. Chez les enfants, la délicatesse de l'épiderme exige des soins minutieux, surtout en hiver (Balzac, L. Lambert,1832, p. 55).Anémique et bilieux, il avait une grande délicatesse d'estomac et des sens affaiblis (A. France, Orme,1897, p. 157):
8. Nature délicate et maladive, sorti d'une famille où s'étaient croisées les délicatesses maladives de deux races dont il était le dernier rejeton et la pleine expansion, Charles possédait à un degré suprême le tact sensitif de l'impressionnabilité. Goncourt, Charles Demailly,1860, p. 72.
P. anal. Pour remédier à la délicatesse du cheval limousin, on le mêle, non avec le normand, mais avec l'anglais, avec le squelette (Michelet, Journal,1835, p. 204).
B.− [La réserve porte sur les limites estimées dépassées]
1. [Le compl. désigne le comportement extérieur d'une pers.] Qualité de légèreté à laquelle s'ajoute parfois un souci de précision ou de précaution. Pécuchet, tenant la bestiole avec délicatesse (Flaub., Bouvard et Pécuchet, t. 2, 1880, p. 164).Il fit tourner son chapeau sur son index, à toute vitesse, le fit sauter, le rattrapa par les bords avec délicatesse (Malraux, Cond. hum.,1933, p. 362):
9. Halsted et les chirurgiens de son école ont montré combien il faut manier les plaies avec délicatesse si on désire laisser intact leur pouvoir de réparation. Carrel, L'Homme, cet inconnu,1935, p. 245.
2. [Le compl. désigne un inanimé abstr., d'une entité à concevoir ou d'une réalité à exécuter] Propriété de ce qui est difficile à comprendre ou à résoudre, en raison de la difficulté et de la variété des nuances. Des engins de destruction formidables, aménagés par des calculs d'une délicatesse infinie, et incapables d'être maniés sans une dose exceptionnelle de connaissances abstraites (Bourget, Essais psychol.,1883, p. 69):
10. Il y a des sciences expérimentales dans les sciences des corps vivants comme dans celles des corps bruts; la vie ne saurait apporter aucun obstacle à la puissance de l'expérimentation, si ce n'est ceux qui résultent de la délicatesse et de la complexité même des phénomènes. Bernard, Principes de méd. exp.,1878, p. 85.
Prononc. et Orth. : [delikatεs]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1548 « qualité de ce qui est agréable aux sens, subtil » (N. du Fail, Propos rustiques, 26, Guichard d'apr. A. Delboulle ds R. Hist. litt. Fr., t. 9, p. 480); 2. 1663 « scrupule » (Molière, Critique de l'École des Femmes, sc. 3 ds Livet). Dér. de délicat*, suff. -esse*, prob. sur le modèle de l'ital. delicatezza, attesté au sens 1 dep. 1remoitié xives. (G. delle Colonne volgar. ds Batt.). Fréq. abs. littér. : 1 923. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 468, b) 3 429; xxes. : a) 2 615, b) 1 808. Bbg. Duch. Beauté 1960, p. 160. − Hope 1971, p. 185. − Wind 1928, p. 75, 189.

délicatesse désigne la qualité d'une chose (de la peau) et celle d'une personne qui agit avec élégance, finesse et sensibilité

Délicatesse : définition du Wiktionnaire

Nom commun

délicatesse \de.li.ka.tɛs\ féminin

  1. Qualité de ce qui est délicat.
    • Ce qui me frappa surtout, c'est la transparence bleutée de l'air, l'extrême délicatesse de tons que prenait le ciel au-dessus des eaux du lagon. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • La délicatesse des traits, des contours.
    • Des tissus d’une extrême délicatesse.
  2. (Par extension) Adresse, légèreté, soin.
    • Marguerite, d’une aiguille d’or à la pointe arrondie, sondait les plaies avec toute la délicatesse et l’habileté que maître Ambroise Paré eût pu déployer en pareille circonstance. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre X)
    • Il composa son rôle avec un art exquis ; il attendit sans sourciller les difficultés et les délicatesses de la situation qu’il avait acceptée. — (Émile Zola, La Curée, 1871)
    • Ils se contentaient donc de ménager la chèvre républicaine et le chou réactionnaire avec une délicatesse, un doigté qu’eût pu leur envier tel politicien de plus grande envergure ; député, sénateur, voire sous-secrétaire d’État ou ministre. — (Louis Pergaud, Deux Électeurs sérieux, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  3. (Figuré) Ménagement, circonspection.
    • C’est une affaire qui doit être traitée avec beaucoup de délicatesse.
  4. Qualité de ce qui est agréable au goût.
    • La délicatesse du vin, des mets, de la bonne chère. Au pluriel,
    • Les délicatesses de la table, Les mets délicats.
  5. (Figuré) Sensibilité, aptitude à juger finement de ce qui regarde les sens ou l’esprit.
    • Délicatesse de goût, de tact.
    • Délicatesse de jugement, d’esprit.
  6. (Figuré) Ce qui est senti, pensé, fait ou exprimé d’une manière délicate.
    • J'étais alors d'une candeur stupéfiante et d'une délicatesse de sentiment si raffinée que, pour recevoir galamment une « femme mariée » qui me venait voir, j'avais allumé toutes les bougies de mes deux candélabres. — (Francis Carco, Maman Petitdoigt, La Revue de Paris, 1920)
    • La délicatesse d’une pensée, d’un sentiment.
    • Des attentions pleines de délicatesse.
    • Il y a beaucoup de délicatesse dans ce qu’il écrit, dans tout ce qu’il dit.
    • Les délicatesses du langage, du style, Les finesses du langage, du style.
  7. Faiblesse, débilité.
    • La délicatesse de son tempérament, de sa santé ne lui permet pas de travailler longtemps de suite.
  8. Mollesse.
    • Cet enfant est élevé avec trop de délicatesse.
    • Il ne faut pas s’accoutumer à tant de délicatesse.
  9. Susceptibilité, facilité à s’offenser, à se choquer.
    • Avoir une extrême délicatesse sur le point d’honneur.
    • On ne saurait avoir trop de délicatesse sur de certaines choses.
    • Être en délicatesse avec quelqu’un, se dit en parlant de deux personnes piquées l’une contre l’autre et qui se témoignent de la réserve et de la froideur.
  10. Scrupules sur ce qui touche à la probité, à la morale, aux bienséances.
    • Lui non plus n'aurait pas voulu choquer Jim par son manque de délicatesse, mais sa nature brutale subitement l'emportait. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • J'ai un faible pour la délicatesse ! La preuve ? Vous ne me verrez jamais me moucher dans les rideaux de votre salon. — (Frédéric Dard, San Antonio : Du mouron à se faire, Fleuve noir, 1955)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Délicatesse : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉLICATESSE. n. f.
Qualité de ce qui est délicat. La délicatesse de la peau. La délicatesse des traits, des contours. Des tissus d'une extrême délicatesse. Il signifie par extension Adresse, légèreté, soin. La délicatesse de l'exécution. Une grande délicatesse de pinceau. Il ne faut manier ces porcelaines qu'avec beaucoup de délicatesse. Il signifie au figuré Ménagement, circonspection. C'est une affaire qui doit être traitée avec beaucoup de délicatesse. Il désigne encore la Qualité de ce qui est agréable au goût. La délicatesse du vin, des mets, de la bonne chère. Au pluriel, Les délicatesses de la table, Les mets délicats. Il signifie aussi figurément Sensibilité, aptitude à juger finement de ce qui regarde les sens ou l'esprit. La délicatesse de ses organes est telle que... Grande délicatesse d'oreille. Délicatesse de goût, de tact. Délicatesse de jugement, d'esprit. Il se dit aussi figurément en parlant de Ce qui est senti, pensé, fait ou exprimé d'une manière délicate. La délicatesse d'une pensée, d'un sentiment. Des attentions pleines de délicatesse. Il y a beaucoup de délicatesse dans ce qu'il écrit, dans tout ce qu'il dit. Les délicatesses du langage, du style, Les finesses du langage, du style. Il se dit en outre pour Faiblesse, débilité. La délicatesse de son tempérament, de sa santé ne lui permet pas de travailler longtemps de suite. Il signifie aussi Mollesse. Cet enfant est élevé avec trop de délicatesse. Il ne faut pas s'accoutumer à tant de délicatesse. Il se dit également pour Susceptibilité, facilité à s'offenser, à se choquer. Avoir une extrême délicatesse sur le point d'honneur. On ne saurait avoir trop de délicatesse sur de certaines choses. Fausse délicatesse. Être en délicatesse avec quelqu'un, se dit en parlant de Deux personnes piquées l'une contre l'autre et qui se témoignent de la réserve et de la froideur. Il se dit également des Scrupules sur ce qui touche à la probité, à la morale, aux bienséances. Avoir une grande délicatesse de conscience. C'est pousser la délicatesse trop loin. Un homme plein de délicatesse. On l'applique souvent aux Choses que la délicatesse fait dire ou faire. J'apprécie toute la délicatesse de ce procédé, de cette conduite.

Délicatesse : définition du Littré (1872-1877)

DÉLICATESSE (dé-li-ka-tè-s') s. f.
  • 1Qualité de ce qui est délicat, faiblesse, débilité. La délicatesse de cet enfant. La délicatesse des plantes qui viennent d'un climat plus chaud que le nôtre. Sa santé est d'une délicatesse étrange, Sévigné, 367. Vous avez enfin porté votre délicatesse à Marseille, et M. de Grignan l'a voulu, Sévigné, 414. La délicatesse de son corps [de Ste Agnès], à peine propre à recevoir des plaies, est déjà capable de les mépriser, Massillon, Panég. Ste Agnès.
  • 2Qualité de ce qui est délicat, fin, ténu. La délicatesse de la peau. La délicatesse des fils que l'araignée produit.
  • 3Légèreté, élégance. Travail remarquable par la délicatesse de l'exécution. Son nez n'était pas de la dernière délicatesse, Hamilton, Gramm. 9. Elle croit voir dans la douceur de ces regards et de ce visage la douceur d'une humeur paisible ; dans la délicatesse de ces traits la délicatesse de l'esprit, Bossuet, la Vallière. On comptait cent quarante mille boucliers, autant de casques et d'épées, plus de quatorze mille cuirasses travaillées avec tout l'art et toute la délicatesse possible, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. V, p. 187, dans POUGENS.

    Terme de peinture et de sculpture. Exécution légère et soignée.

  • 4La qualité de ce qui plaît au goût. La délicatesse du vin, des mets. La délicatesse de la table.
  • 5Recherche, dans la vie et le régime, de ce qui est agréable au corps et n'est pas, non plus, absolument commun. Élever un enfant avec trop de délicatesse. La délicatesse des Orientaux. C'est la vraie grâce de l'aumône, en soulageant les besoins des pauvres, de diminuer en nous d'autres besoins, c'est-à-dire ces besoins honteux qu'y fait la délicatesse, comme si la nature n'était pas assez accablée de nécessités, Bossuet, Anne de Gonz. Chacun, idolâtre de sa santé, ne veut avoir égard qu'à sa délicatesse ou, pour mieux dire, qu'à sa mollesse, Bourdaloue, Purific. de la Vierge, Myst. Un Dieu dans cet état est un reproche sensible de ses délicatesses [de l'âme], de son amour-propre, du soin qu'elle prend de son corps, Bourdaloue, Dim. de la Quinquagés. Dominic. La délicatesse est tout à fait digne des hommes ; elle n'est produite que par les bonnes qualités de l'esprit et du cœur ; on se sait bon gré d'en avoir ; on tâche à en acquérir quand on n'en a pas, Fontenelle, Dial des morts, Milon et Smyndiride.
  • 6 Au plur. Choses délicates. Il ne lui faudra ni table bien servie, ni consommés exquis, ni orges mondés perpétuels, ni les autres délicatesses qu'il faudrait pour une autre femme, Molière, l'Av. II, 6. Philippe, déjà vieux, raffine sur la propreté et sur la mollesse ; il passe aux petites délicatesses, La Bruyère, XI. Ils [les jésuites missionnaires] ont ajouté des délicatesses à nos tables et des ombrages à nos bois, Chateaubriand, Génie, IV, IV, 1.
  • 7Finesse et élégance dans le sentiment littéraire et l'expression. La délicatesse d'une pensée, du langage. La délicatesse et la pureté du goût attique. Ce long raisonnement, dans sa délicatesse, à vos tendres respects mêle beaucoup d'adresse, Corneille, Othon, III, 3. Est-ce une marque de supposition ou de nouveauté que la langue de l'Écriture soit si ancienne qu'on en ait perdu les délicatesses ? Bossuet, Hist. II, 13. M. le maréchal de Tessé m'écrit une lettre de trois pages, pleine d'esprit, de sentiment, de délicatesse, Maintenon, Lettre à Mme de Caylus, 21 juillet 1716. Jamais l'extérieur n'annonça moins de délicatesse ; il en avait pourtant dans la pensée et dans l'expression, Marmontel, Mém. VI. À l'égard de l'esprit, ce sera toute la force de celui des hommes mêlée avec toute la délicatesse de celui des femmes, Marivaux, Marianne, 4e part. Ce texte a des délicatesses bien difficiles à rendre, et notre maudit patois me fait donner au diable, Courier, Lett. I, 219.

    Délicatesse de style, variété de l'élégance, qui consiste à saisir et à exprimer par des termes bien choisis les nuances qui distinguent les idées.

  • 8Finesse et pureté dans la manière de sentir. C'est un paradoxe qu'un violent amour sans délicatesse, La Bruyère, IV. Mais que dis-je ? où m'emporte une aveugle tendresse ? Lâche amant, est-ce là cette délicatesse Dont s'enorgueillit ton amour ? Rousseau, Cantate de Céphale. Dites-moi d'où cela venait ; où est-ce que j'avais pris mes délicatesses ? Marivaux, Marianne, 1re part. Ce n'est pas de l'amour que je veux ; vous le savez bien ; mais l'amitié n'a-t-elle pas ses sentiments, ses délicatesses ? Marivaux, Surprises de l'amour, II, 9.
  • 9Sensibilité, aptitude à juger finement. Délicatesse de goût, de tact. L'un n'avait en l'esprit nulle délicatesse, La Fontaine, Fabl. VII, 5.
  • 10Qualité de celui que la finesse de son goût, au propre et au figuré, rend difficile. J'ai une furieuse délicatesse pour tout ce que je porte, Molière, Précieuses, 10. La délicatesse est trop grande de ne pouvoir souffrir que des gens triés, Molière, Critique, 1. La bonne façon d'en juger [des pièces de théâtre], qui est de se laisser prendre aux choses et de n'avoir ni prévention aveugle ni complaisance affectée ni délicatesse ridicule, Molière, ib. 6. Quelques femmes de la ville ont la délicatesse de ne pas savoir ou de n'oser dire le nom des rues, des places et de quelques endroits publics qu'elles ne croient pas assez nobles pour être connus, La Bruyère, V. La fausse délicatesse dans les action libres, dans les mœurs ou dans la conduite, n'est pas ainsi nommée parce qu'elle est feinte, mais parce qu'en effet elle s'exerce sur des choses et en des occasions qui n'en méritent point ; la fausse délicatesse de goût et de complexion n'est telle au contraire que parce qu'elle est feinte et affectée ; c'est Émilie qui crie de toute sa force sur un petit péril qui ne lui fait pas de peur, La Bruyère, XI.
  • 11Ménagement, circonspection. Cette affaire veut être traitée avec beaucoup de délicatesse. Il [Pyrrhus] avait joint la délicatesse des négociations à la science de la guerre, Saint-Évremond, II, 34.
  • 12Susceptibilité, facilité à regarder comme blessantes les choses qui ne le sont pas ou ne le sont guère. Je ne vois rien de si ridicule que cette délicatesse d'honneur qui prend tout en mauvaise part, Molière, Critique, 3. Il faut respecter les rois et ménager leur délicatesse, Fénelon, Tél. XI. Idoménée, revenu de sa première promptitude, parut honteux de sa délicatesse, Fénelon, ib. Il aurait pu ménager davantage la délicatesse des docteurs, Massillon, Panég. St Étienne. Je sais quelle est la délicatesse des grands, et les foudres qui partent de ces montagnes d'orgueil du moment qu'on les touche, Massillon, ib. St Franç. de Paule. Elle [une femme du monde] a sur sa beauté des délicatesses ridicules, Massillon, Myst. Visitation. Toute la délicatesse sur le rang et sur la gloire qui peut compatir avec une modération que le monde lui-même demande, on s'en fait un mérite, Massillon, Car. Tiéd. 2. Cette délicatesse qui vous rend si facile à être blessé est une véritable imperfection, Fénelon, Dial. des morts anc. 17. Cette délicatesse importune, étrangère, Dément votre fortune et votre caractère, Voltaire, Orph. III, 4.

    Être en délicatesse avec quelqu'un, avoir avec lui quelque sujet de susceptibilité. Cette expression ne s'emploie que dans le style léger et familier : Nous ne sommes pas brouillés, nous sommes en délicatesse, c'est-à-dire chacun de nous craint de manquer à sa propre dignité en faisant des avances à l'autre.

  • 13Scrupules sur ce qui touche à la morale, à la conscience, aux bienséances, à la pureté des sentiments. Sire, dit le renard, vous êtes trop bon roi, Vos scrupules font voir trop de délicatesse, La Fontaine, Fabl. VII, 1. Toujours alarmée par ces délicatesses de la grâce, qui la font trembler sur chaque action, Massillon, Car. Tiéd. 1. Vous aviez reçu en naissant une délicatesse si noble sur la gloire, Massillon, ib. Enf. prod.

    Délicatesse de conscience, état d'une conscience qui répugne aux moindres transgressions. Il mène une vie scandaleuse et publique ; le roi en souffre, par amitié pour lui, par aversion pour le désordre et par délicatesse de conscience, Maintenon, Lettre au duc de Noailles, 27 sept. 1709. Ce qui paraît de si violent dans ses discours n'est que la délicatesse d'une conscience qui se redoute elle-même, ou l'excès d'un amour [pour Dieu] qui craint de déplaire, Bossuet, Anne de Gonz.

    Délicatesse d'honneur, soin avec lequel un homme, une femme veille sur son honneur. L'inquiétude que vous donne cette maudite affaire du surintendant [lettres de femmes trouvées dans la cassette de Fouquet] est la marque de la délicatesse de votre honneur, Chapelain, Lettre à Mme de Sévigné, dans FEUILLET DE CONCHES, Variétés d'histoire et d'art.

    Se dit dans le même sens en parlant des choses, des procédés, des sentiments, etc. Le cœur ainsi blessé [par l'ange des saintes amours] connaît toutes les délicatesses des sentiments, Chateaubriand, Mart. 401.

HISTORIQUE

XVIe s. Ostez luy toute mollesse et delicatesse au vestir et au coucher, Montaigne, I, 183. La saveur et delicatesse de ces fruicts, Montaigne, I, 234. Pibrac, merveilleux en delicatesse de langage, D'Aubigné, Hist. II, 337. D'ailleurs je me plains d'eux et leur reproche cette foiblesse populaire et delicatesse feminine, comme indigne et trop tendre pour entendre chose qui vaille, et du tout incapable de sagesse, Charron, Sagesse, Préf. de la 2e édit.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « délicatesse »

Étymologie de délicatesse - Littré

Délicat. Oresme a dit, Eth. 209 : Delice ou delicativeté est une mollesse.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de délicatesse - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Dérivé de délicat avec le suffixe -esse.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « délicatesse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
délicatesse delikatɛs play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « délicatesse »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « délicatesse »

  • En délicatesse avec sa formation saoudienne, Belaili est plus que jamais décidé à quitter le championnat saoudien et tenter une expérience professionnelle en Europe, sachant que même ses dirigeants au Ahli ne sont pas contre son départ si on se réfère à la presse saoudienne. DZfoot.com, Mercato : Belaili, une première offre de Galatasaray
  • Dans ce titre le nom de "balade" signifie : se promener tranquillement sans savoir où on va. L’adjectif "érotique" concerne l’art de la sexualité chez l’être humain. La balade érotique exprime l’initiative, le lâcher-prise, la lenteur, l’imprévisible, le plaisir de découvrir sans impatience et de jouir du moment. Cette expression me permet de distinguer Eros dans la passion de la rencontre et Eros quelques années après la rencontre. Dans le premier cas c’est la certitude d’une réciprocité spontanée dans le ressenti émotionnel. Dans le deuxième cas, Eros évolue dans l’incertitude et la créativité. La balade érotique offre un espace-temps où échanges tendres et sensuels vont dépendre de deux désirs différemment exprimés et décalés dans le temps et dans la forme. De plus, et c’est là que réside toute la complexité de nos comportements sexuels dans le long terme, nous employons la même l’expression "faire l’amour" sans faire le distinguo entre un comportement sexuel génital ( copulation, rapport, acte sexuel réduit au coït, devoir conjugal ) et un cheminement érotique en perpétuelle innovation, aventureux, incertain, qui dépend de notre aptitude à la délicatesse, l’initiative, la séduction, la prise de risque et l’inventivité. ladepeche.fr, Improvisation et "balade érotique" - ladepeche.fr
  • Deux êtres que tout semble opposer. L'un connu pour son élégance, la délicatesse de ses fleurs exposées dans des serres, admirées dans les prairies, l'autre peuplant l'humus, les souches pourrissantes, les sous-bois sombres. La vie cachée des champignons, le mycélium, dévoile une intimité insoupçonnée, un lien étroit entre orchidées et monde fongique. auJardin.info, L'orchidée et le champignon
  • La délicatesse dont elle fait preuve pour garder à distance celles et ceux, trop désireux de réconforter la jeune femme qui élève un mur entre elle et eux. Et puis, la rencontre, avec un nouveau collègue de travail. Ni beau ni laid. Markus est un homme des plus ordinaires. Attachant. Au point de parvenir à réveiller à la vie la belle endormie. Nice-Matin, On révise ses classiques avec "Doggy Bag" de Philippe Djian et "La Délicatesse" de David Foenkinos - Nice-Matin
  • Le tact est une délicatesse procédant de deux désirs également respectables : ne pas désobliger son prochain et ne pas se l'aliéner. De Fernand Vandérem / Gens de qualité
  • Les femmes sont vulnérables au murmure de l'âme et l'art de la séduction est fait de délicatesse. De Romain Gary / Les enchanteurs
  • La délicatesse de l'obligé, c'est de ne jamais nous faire sentir ce qu'il nous doit. De Jean Rostand
  • La rigidité et la dureté sont les compagnons de la mort. La douceur et la délicatesse sont les compagnons de la vie. De Lao-Tseu
  • A la sagacité de l'esprit appartient la finesse ; à la sagacité de l'âme appartient la délicatesse des sentiments et de l'expression. De Jean-François Marmontel
  • Notre urbanité ne vaut la délicatesse paysanne, vraie fille de la charité chrétienne. De Lionel Groulx / L'Appel de la race
  • L'amour et les affaires, c'est une drôle de paire. Ça va aussi bien ensemble que délicatesse et ambition. De Hélène Ouvrard / La Noyante
  • Il n'y a que les gens qui aiment ou qui ont aimé qui comprennent les saintes délicatesses de la chasteté. De Alphonse Karr
  • En amour, comme en art, la délicatesse est la vertu des faibles. De Etienne Rey / De l'Amour de Stendhal
  • Pour faire fortune, ce n'est pas de l'esprit qu'il faut, c'est de la délicatesse qu'il ne faut pas. De Chevalier de Bruix
  • Aujourd'hui, c'est la délicatesse qui est révolutionnaire. De Radovan Ivsic
  • Le mensonge suppose une délicatesse d’âme dont bien des gens sincères sont dépourvus. De Pierre Belfond
  • La délicatesse est une façon de parler et l’amour une façon de faire. De Michel Audiard
  • La délicatesse des gestes révèle celle des sentiments. De Proverbe africain
  • La coquetterie agaçante de la femme a des délicatesses exquises. De Madame Roland
  • Comme il existe une fausse délicatesse, il existe une fausse vulgarité. François Mauriac, Journal, Grasset
  • Vos scrupules font voir trop de délicatesse. Jean de La Fontaine, Fables, les Animaux malades de la peste

Images d'illustration du mot « délicatesse »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « délicatesse »

Langue Traduction
Corse delicatezza
Basque jaki
Japonais 珍味
Russe лакомство
Portugais delicadeza
Arabe رقة
Chinois 美味
Allemand delikatesse
Italien delicatezza
Espagnol delicadeza
Anglais delicacy
Source : Google Translate API

Synonymes de « délicatesse »

Source : synonymes de délicatesse sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « délicatesse »



mots du mois

Mots similaires