Endurcissement : définition de endurcissement


Endurcissement : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ENDURCISSEMENT, subst. masc.

Action, fait d'endurcir ou de s'endurcir; état qui en résulte.
A.− Vx, rare, PATHOL. Fait de durcir, de devenir dur. Synon. durcissement.L'endurcissement du tissu cellulaire chez les nouveau-nés (Littré).
B.− Rare, domaine de la sensibilité
1. [En parlant d'un organe physiol.] Diminution progressive ou perte totale de la sensibilité (au chaud, à la douleur, etc.). Il s'aperçut (...) d'un certain endurcissement, d'un manque de sensibilité dans l'estomac, qui semblait présager quelque affection squirreuse (Baudel., Paradis artif.,1860, p. 438).
2. [En parlant de la pers.] Fait de s'endurcir physiquement, de devenir plus résistant, de supporter plus énergiquement, une épreuve physique ou morale (fatigue, douleur, intempéries, malheur, etc.). Synon. endurance, force, résistance, trempe.
a) [Épreuve physique] L'endurcissement, qui est si souhaitable. M. Magnin (...) sortait en veston, quelles que fussent l'heure et la saison. Il ne s'enrhumait guère (Duhamel, Journal Salav.,1927, p. 60).
b) [Épreuve psychol., morale] Endurcissement au malheur. Il y a certainement une accoutumance au malheur, un endurcissement, ou mieux : l'habitude du retrait (Gide, Journal,1915, p. 515):
... au front tout le monde avait peur (...). La fréquentation du péril peut vous donner un endurcissement, mais pas toujours. Souvent au contraire elle exaspère la sensibilité, augmente le frémissement préalable. Romains, Les Hommes de bonne volonté,Verdun, 1939, p. 225.
C.− Domaine de la sensibilité morale et spirituelle.Fait de s'endurcir, de devenir dur, moins sensible ou insensible, inaccessible à des sentiments d'humanité. Endurcissement du cœur, de l'âme. (Quasi-)synon. dessèchement, durcissement, insensibilité; anton. attendrissement, sensibilité.Le monde endurcit le cœur à la plupart des hommes; mais ceux qui sont moins susceptibles d'endurcissement sont obligés de se créer une sorte d'insensibilité factice pour n'être dupes ni des hommes, ni des femmes (Chamfort, Max. et pens.,1794, p. 51).
En partic. Opiniâtreté, obstination. Le journal, érigé en système, et pratiqué avec endurcissement (Romains, Les Hommes de bonne volonté,Verdun1939, p. 6).Les lois implacables, les principes sans retour. C'est le style guillotine. Un tel endurcissement dans la logique suppose cependant une passion profonde (Camus, Homme rév.,1951, p. 159).
D.− RELIG. JUDÉO-CHRÉT. et cour. [Correspond à endurcir D]
1. [En parlant de Dieu] Action d'endurcir l'homme, le peuple pécheur qui s'obstine à vivre séparé de Dieu (cf. endurcir).L'endurcissement d'Israël, de Pharaon. Synon. aveuglement, obstination (dans le péché).L'endurcissement (...) sanctionne le péché dont l'homme ne se repent pas (Théol. bibl.1970).
2. [En parlant de l'homme pécheur, du peuple pécheur] Fait de s'endurcir, de s'obstiner dans le péché; absence de contrition, de repentir. Endurcissement du cœur, de l'âme; endurcissement au péché. (Quasi-)synon. impénitence; anton. conversion, pénitence.Pharaon! Pharaon! songeait Costals. L'endurcissement de Pharaon... Mais c'est Jéhovah qui l'endurcit, et le punit ensuite de son endurcissement (Montherl., Démon bien,1937, p. 1362).L'endurcissement de l'âge, (...) l'impossibilité où l'âme se trouve de se convertir, une fois que le moment est passé (Green, Journal,1942, p. 186).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃dyʀsismɑ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1495 « diminution ou perte de la sensibilité » (J. de Vignay ds DG : l'endurcissement des orgueilleus); 1548 « action de rendre plus dur; état de ce qui est endurci (physique) » (N. du Fail, Cont. d'Eutr., XXXV ds Gdf. Compl.). Dér. du rad. du part. prés. de endurcir*; suff. -(e)ment1*. Fréq. abs. littér. : 60.

Endurcissement : définition du Wiktionnaire

Nom commun

endurcissement \ɑ̃.dyʁ.sis.mɑ̃\ masculin

  1. État d’une âme qui a perdu tout sentiment de piété, de vertu, de bonté.
    • Cela marque un grand endurcissement.
    • Tomber dans l’endurcissement, l’endurcissement de cœur.
    • La volonté divine qui gouverne le monde et à laquelle l’Apôtre fait appel pour expliquer l’endurcissement actuel des Juifs, est justilfée dans ses actes, dans ses motifs, dans ses conséquences. — (Revue pratique d’apologétique, Volume 4, 1907)
    • La directrice ne veut pas le menacer d’avertir ses parents ni d’appeler un sergent de ville ; son endurcissement de misère est tel qu’il resterait peut-être indifférent, ou bien il manifesterait non du repentir, mais davantage de sourde rancœur. — (Léon Frapié, Les poches, dans Les contes de la maternelle, éditions Self, 1945, page 75)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Endurcissement : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ENDURCISSEMENT. n. m.
État d'une âme qui a perdu tout sentiment de piété, de vertu, de bonté. Cela marque un grand endurcissement. Tomber dans l'endurcissement, l'endurcissement de cœur.

Endurcissement : définition du Littré (1872-1877)

ENDURCISSEMENT (an-dur-si-se-man) s. m.
  • 1État de ce qui devient dur.

    Terme de pathologie. Augmentation de la consistance, de la densité d'un organe qui, de mou qu'il était, devient dur. L'endurcissement du tissu cellulaire chez les nouveau-nés.

  • 2 Fig. Perte de la sensibilité. Elle pleure au pied de la croix l'endurcissement de ses filles, Patru, Plaid. 16, dans RICHELET.

    État d'une âme qui a perdu tout sentiment de piété, de vertu. [La vie] Qu'est-elle souvent qu'un amas De sacriléges, d'attentats, D'endurcissements invincibles ? Corneille, Imit. I, 23. Don Juan, l'endurcissement au péché traîne une mort funeste, Molière, Don Juan, v, 6. Cette confusion salutaire dont parle l'Écriture, qui est presque l'unique remède d'un endurcissement tel que le vôtre, Pascal, Prov. 16.

    Opiniâtreté. Il prenait mon refus [de me rendre à ses raisons] pour endurcissement, Pascal, Lett. à Jacqueline, 26 janvier 1648.

  • 3Action de s'endurcir, de devenir dur à la fatigue, capable de supporter. L'endurcissement du corps aux fatigues.

HISTORIQUE

XVIe s. Si telle chose estoit necessaire pour l'endurcissement de l'acier, Paré, IX, 16.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « endurcissement »

Étymologie de endurcissement - Littré

Endurcir ; provenç. indurziment ; espag. endurecimiento.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de endurcissement - Wiktionnaire

 Dérivé de endurcir avec le suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « endurcissement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
endurcissement ɑ̃dyrsismɑ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « endurcissement »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Traductions du mot « endurcissement »

Langue Traduction
Corse indurimento
Basque gogortzea
Japonais 硬化
Russe упрочнение
Portugais endurecimento
Arabe تصلب
Chinois 硬化
Allemand härten
Italien tempra
Espagnol endurecimiento
Anglais hardening
Source : Google Translate API

Synonymes de « endurcissement »

Source : synonymes de endurcissement sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « endurcissement »


Mots similaires