Masque : définition de masque


Masque : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MASQUE1, subst. masc.

I.
A. − Objet recouvrant et représentant parfois tout ou partie du visage, qui est porté dans diverses occasions de la vie sociale selon les peuples et les époques. Le masque surgit dès l'instant où l'homme se conçoit comme homme, quand il accède à l'état de culture. Encore faut-il préciser que cette culture n'est pas celle des sociétés historiques (Encyclop. univ.t. 101970, p.588).
1. En partic.
a) Objet, représentant généralement un visage ou une gueule animale, souvent grotesque, que l'on porte sur la face pour se déguiser. Masque de carnaval, de carton; masque, domino et déguisement; mettre, enlever, lever, ôter son masque. Un joli masque verni sur le visage, un masque à moustache blonde frisée que coiffait une perruque à boucles (Maupass.,Contes et nouv.,t. 2, Masque, 1889, p.1160).Les carnavals de quartier (...) apparaissent par-ci par-là (...) la parade des enfants... masques, maquillages et dragons (Libération,22 juin 1981, p.33, col. a).V. adapté ex. 1.
Demi-masque; masque à domino (vieilli). Masque recouvrant la partie supérieure du visage. Ces demi-masques blancs, qui consistent en des nez gigantesques, sont fort drôles (Baudel.,Salon,1846, p.143).
b) Pièce d'étoffe recouvrant la totalité ou la partie supérieure du visage que l'on porte pour se dissimuler (portée, autrefois, par les femmes pour se protéger du soleil, du froid, etc.). Synon. loup.Masque (de velours) noir. Les religieuses portaient d'habitude, selon la mode mondaine, des gants et des masques (Sainte-Beuve,Port-Royal,t. 1, 1840, p.88).Le carton contenait un domino et un masque de satin noir (Sand,Elle et lui,1859, p.294).
c) Objet représentant un visage ou une gueule animale, qui symbolise un affect, un comportement ou un rôle, porté par les acteurs de théâtre dans diverses cultures. Masque antique, grec, tragique, comique; masque d'arlequin; masque japonais. Les anciens (...) grandissaient l'acteur par le cothurne, grossissaient sa voix par le masque (Vigny,Journal poète,1840, p.1130).
d) Objet représentant, généralement de manière symbolique, un visage ou une gueule animale, revêtant une valeur sacrée et porté ou exhibé dans l'accomplissement de cérémonies religieuses dans diverses sociétés extra-européennes. Masque eskimo, indien, nègre, océanien. Nous avons trouvé dans le procédé de dédoublement, non seulement la représentation graphique du masque, mais l'expression fonctionnelle d'un type précis de civilisation. Toutes les cultures à masques ne pratiquent pas le dédoublement (Lévi-Strauss,Anthropol. struct.,1958, p.291).
Loc., vieilli. En masque, sous le masque. Synon. masqué.[Courir] les filles en masque (Mussetds Le Temps,1831, p.65).On me croira parti. Je viendrai sous le masque (Rostand,Cyrano,1898, iii, 2, p.118).
2. P. anal., littér. Ce qui recouvre le visage. Adéodat, débarbouillé et dans ses beaux habits, me plut moins qu'avec son bonnet noir et son masque de suie (A. France,Pt Pierre,1918, p.133).L'odeur des menthes sauvages en ce fond humide (...) vous entrait par le nez à la force de 80 kilomètres à l'heure et ce masque de parfums (...) s'appliquait sur ta face (Claudel,Ours et lune,1919, 1, p.590).
En partic., péj. Maquillage (trop) abondant sur un visage. Masque de fard. Des filles plâtrées, dont la bouche saigne dans un masque de céruse (Bourget,Essais psychol.,1883, p.7).
P. anal. Le matou noir à masque blanc qui s'appelait «Colette» (Colette,Sido,1929, p.67).
3. P. méton., vieilli. Synon. de mascarade.L'opéra serait suivi d'un bal, avec des jeux, des loteries, des masques, des danses aux flambeaux, et autres inventions galantes (Bourges,Crépusc. dieux,1884, p.4).
HIST. DU SPECTACLE. ,,Spectacle particulier au xviies. anglais et combinant allégorie, féerie, danse et musique`` (Giteau 1970). Au début du XVIIes., le masque devint si populaire que certains de ses éléments furent adoptés dans le drame scénique des théâtres publics, telle La Tempête de Shakespeare (Mus.1976).
B. −
1. Modelé, traits (expressifs) du visage.
a) Le visage considéré du point de vue de sa morphologie ou de son apparence. Masque épais, étroit, large, lourd, régulier, glabre, poli, vieilli. Chez elle, le masque s'empâtait déjà, les traits gros, soufflés d'une mauvaise graisse (Zola,Bonh. dames,1883, p.452):
1. Dans ce masque d'un ovale si pur, où la régularité des traits mettait une sorte de solennité (surtout quand la fatigue et la tristesse l'assombrissaient comme ce soir), le sourire avait bien gardé son rayonnement de jadis... Martin du G.,Thib.,Été 14, 1936, p.211.
P. ext. Synon. de face, visage.Brusquement, elle fut hors de la foule, la face dans ses mains rouges, tout le masque ensanglanté (Van der Meersch,Invas. 14,1935, p.268).
PEINT., SCULPT. Le bourreau, le crâne éclairé, le masque dans l'ombre (...) fait ressortir, par l'énergie de son coloris (...) la pâleur de la victime [dans le Martyre de sainte Agnès, du Dominiquin] (Taine,Voy. Ital.,t. 2, 1866, p.203).La ressemblance qu'il doit obtenir [l'artiste] est celle de l'âme; (...) c'est celle-là que le sculpteur ou le peintre doit aller chercher à travers le masque (Rodin,Art,1911, p.163).
b) Le visage considéré du point de vue de son expressivité, de ce qu'il exprime de la personnalité de quelqu'un. Avoir un masque contracté, immobile, énergique, hautain. Son masque change d'expression, s'aggrave; il évite de relever les yeux (Martin du G.,J. Barois,1913, p.231).Il marcha vers la maison de Gilbert, celle de leur père, le masque raidi pour ne pas trahir son émotion (Arland,Ordre,1929, p.492).
THÉÂTRE. Caractère de la physionomie (d'un acteur). Cet acteur a un bon masque, le masque mobile, un masque comique (Littré).
[Précédé de l'art. partitif] Avec du masque et de la voix et un instinct premier, elle ressuscita [Rachel] quelques éclats du tonnerre tragique (Veuillot,Odeurs de Paris,1866, p.274).
2. P. méton.
a) Expression caractéristique d'un état physique ou émotionnel, en tant qu'il se marque dans les traits du visage qu'il fige.
[Constr. avec un compl. prép. de spécifiant cet état] Masque d'angoisse, de douleur, de fatigue, de stupeur. Sa petite et habituelle grimace de bienveillance fut remplacée par le masque éternel de la plainte et de la mélancolie (Balzac,Annette,t. 4, 1824, p.216).Elle ne disait pas un mot, la face seulement convulsée en un masque d'indicible terreur (Zola,Bête hum.,1890, p.228):
2. ... cette passion avait mis sur son visage un masque de sanglot qui m'avait à jamais depuis des lustres épouvantée et dégoûtée (...). Mais il ne dessine plus un masque tordu et grotesque; c'est le visage d'une enfant qui s'endort, vaincue par la fatigue, sur un gros chagrin. Drieu La Roch.,Rêv. bourg.,1937, p.335.
[Constr. avec un adj. spécifiant cet état ou décrivant son effet sur le visage] Masque douloureux, violent, terrible. La tête se releva, le masque hargneux et superbe en était tombé (Sartre,Mort ds âme,1949, p.138).Ses sourires (...) transformaient son masque sévère en un visage de chair (Beauvoir,Mém. j. fille,1958, p.221):
3. On me disait aussi que j'avais trois visages, comme la triple Hécate: un pour les enfants, un pour mes sympathies, un pour le monde, et que leurs trois expressions ne se ressemblaient pas du tout. Le dernier visage surtout, masque froid, réservé, avec un léger pli entre les sourcils et à l'angle de la bouche, paraît un bouclier qui voudrait être impénétrable. Le second visage est confiant et affectueux. Amiel,Journal,1866, p.253.
Absol. Les dix mille et une expressions du visage prises à l'état de masques, pourront être étiquetées et cataloguées, en vue de participer directement et symboliquement à ce langage concret de la scène (Artaud,Théâtre et son double,1938, p.112).En partic. Expression d'un visage qui se fige, qui est sans vie, sans chaleur. Une larme coula le long de son nez (...) trahissant par sa vie sourde (...) ce masque aussi inhumain, aussi mort que tout à l'heure (Malraux,Cond. hum.,1933, p.329).Une sorte de masque apparut sur le visage des deux Chandelier; leurs traits tombèrent, leurs regards s'éteignirent. Comme suffoqués, ils ne disaient rien (Montherl.,Célibataires,1934, p.883).
En partic. Expression et apparence du visage, caractéristique d'un état physiologique ou pathologique. Masque de l'épileptique. Les yeux du prévenu brillaient (...) malgré le masque de moribond qui la veille avait fait croire au directeur de la Force à la nécessité d'appeler le médecin (Balzac,Splend. et mis., 1846, p.360).Antoine (...) observait le masque cachectique de son père: l'effort mental détendait les muscles de la mâchoire (Martin du G.,Thib.,Consult., 1928, p.1061).
Synon. méd. de faciès.Masque amibiasique, biliaire, paralytique (Méd. Biol.t. 21971).Masque (de grossesse). Pigmentation brune du teint, passagère, surtout au front, pouvant apparaître à partir du troisième mois de la grossesse. Avoir le masque. Une autre variété de pigmentation circonscrite est le (...) masque de grossesse (Quillet Méd.1965, p.301).
b) Expression du visage caractéristique d'un personnage, d'un type de personnage ou de personnalité. Un personnage de haute stature (...) dont les traits énergiques évoquaient le masque de Bonaparte jeune (Martin du G.,Thib.,Été 14, 1936, p.337).Le masque de l'anxieux est l'antithèse du masque du sourire (Mounier,Traité caract.,1946, p.233):
4. ... il semblait (...) qu'il eût suffi au sang japonais de sa mère d'adoucir le masque d'abbé ascétique du vieux Gisors − masque dont une robe de chambre en poil de chameau, cette nuit, accentuait le caractère − pour en faire le visage de samouraï de son fils. Malraux,Cond. hum.,1933, p.208.
3.
a) Moulage exécuté sur une empreinte en creux prise sur le visage d'une personne vivante ou morte. Masque mortuaire, funéraire. Aux murs nus étaient accrochés un masque de Pascal, un masque de Beethoven (Maurois,Climats,1928, p.24).Les Romains ont été les premiers à réaliser de façon régulière le moulage, en cire, d'un masque sur le visage du défunt (Pell.1972).
b) Figure humaine, peinte ou sculptée, servant d'ornement. Synon. partiel mascaron.Des commères assises en rond près de la fontaine jaillie d'un masque de pierre (Adam,Enf. Aust.,1902, p.261).Cette maison (...) datait du dix-septième siècle et au-dessus des fenêtres il y avait des masques de femmes sculptés (Rivière,Corresp.[avec Alain-Fournier], 1906, p.188).
c) P. méton. ,,Ciselet gravé en creux ou en relief, dont beaucoup d'ouvriers se servent pour former des figures en relief ou en creux sur les métaux`` (Jossier 1881).
4. Littér., au fig. Traits (d'un visage) sous lesquels apparaît ou est représentée une entité abstraite. Sa grande figure de marbre, sereine au milieu de l'orgie, m'apparaissait comme le masque inflexible du destin (About,Roi mont.,1857, p.122).Il ne trouve devant lui qu'une forme vide. C'est un visage glacé, le masque de la mort, que lui présente l'Afrique (Psichari,Voy. centur.,1914, p.27).
5. THÉÂTRE, CHANT. Ensemble composé du pavillon pharyngo-buccal et des cavités nasales intervenant comme résonateur dans la production de la voix. Chanter, parler dans le masque. Si Mérya avait mis un peu plus sa voix dans le masque − (...) «hin, hin, hin» comme ça − le couac n'aurait pas eu lieu (Colette,Seconde,1929, p.203).Toutes ces vibrations [des cordes vocales] se renforcent: (...) dans des cavités dites de résonance, le «masque» (Wicart,Chanteur,t. 1, 1931, p.165).
C. − P. métaph. ou au fig.
1.
a) Attitude, comportement feint, affecté par quelqu'un. Revêtir un/le masque de qqc.; se cacher sous un/le masque de qqc.; arracher, lever, mettre le masque de/à qqn; faire tomber le masque de qqn; lever, ôter, poser, quitter son/le masque de qqc.
[Constr. avec un compl. prép. de ou un adj. spécifiant ce qui est affecté] Masque de politesse; masque mondain, professionnel, social; masque d'ami, de courtisan. [Les] ennemis de la liberté couverts d'un masque civique (Marat,Pamphlets,À ses concitoyens élect., 1792, p.325).Elle [la bourgeoisie] fit la républicaine pour amener 1848, prenant pendant seize ans le masque tricolore de la charte et durant dix-huit ans le masque rouge de la réforme (Vigny,Mém. inéd.,1863, p.64).L'ambitieux prend (...) le masque public du désintéressement, le tyran affecte la bienveillance (Mounier,Traité caract.,1946, p.599).V. bénin ex. 4 et affectueux ex. 11:
5. ... il était un homme de sensibilité rentrée, très tendre sous le masque de l'égoïsme et du cynisme. Il appartenait à cette race de poseurs et d'hommes faisant les forts... Goncourt,Journal,1869, p.501.
Absol. La mort arrache le masque qu'on a porté toute la vie, et le véritable visage apparaît (Dumas père, Monte-Cristo,t.1, 1846, p.510).Son cynisme [de Byron] ne parut plus à Shelley qu'un masque élégant pour sa bestialité (Maurois,Ariel,1923, p.254):
6. «N'employez jamais je.» Le je du visage même de l'art de Wilde tenait du masque, tenait au masque. Mais jamais il n'a voulu dire par là: soyez «objectif». Toujours il s'arrangeait de manière que le lecteur averti pût soulever le masque et entrevoir, sous le masque, le vrai visage (...). Cette hypocrisie artiste lui a été comme imposée par le sentiment, qu'il avait très vif, des convenances... Gide,Journal,1927, p.847, 848.
En partic. Jeter, lever le masque.
α) Se faire connaître en tant que tel. Elles se découvrent, jettent le masque (Green,Journal,1941, p.88).
β) Ne plus dissimuler ses projets. Lorsque tout fut prêt pour l'exécution de l'horrible projet, les conjurés levèrent le masque (Marat,Pamphlets,Dénonc. Necker, 1790, p.80).Les Allemands vont jeter le masque en raison de leurs succès, (...) Vichy va passer à la collaboration ouverte (De Gaulle,Mém. guerre,1954, p.388).
En partic., vieilli. Nom choisi par quelqu'un pour dissimuler son identité, l'identité de quelqu'un. Synon. pseudonyme.Je prends Beyle en 1814 (...). Il n'avait pas encore songé à son masque de Stendhal (Sainte-Beuve,Caus. lundi,1851-62, p.308).
Sous le masque (vieilli). De façon anonyme ou sous un nom d'emprunt. Madame Gay, sous le masque et par une lettre insérée dans un journal, prit parti; elle brisa une lance (Sainte-Beuve,Caus. lundi,1851-62p.67).
b) Apparence trompeuse donnée à quelque chose ou que prend quelque chose. Déguiser qqc. du masque de qqc., sous le masque de qqc.; qqc. se cache, se déguise sous le masque de qqc., prend le masque de qqc.
[Constr. avec un compl. prép. de ou un adj. spécifiant (la nature de) l'apparence] Couvrir ses vices du masque de la vertu. L'instinct révolutionnaire se glissait, sans le savoir, sous ce masque d'antiquité (Quinet,All. et Ital.,1836, p.71):
7. ... les vérités morales vont (...) nous laisser voir, magré le masque rigoureusement dogmatique qu'elles affectent durant le temps de leur règne, leur caractère éphémère et leur rôle secondaire de moyens pour procurer des fins très différentes des buts vers lesquelles elles ordonnent de tendre. Gaultier,Bovarysme,1902, p.289.
Absol. Ennemi de la tyrannie, de quelque côté qu'elle vienne, et quelque masque qu'elle emprunte, il [Platon] la combat dans une démocratie effrénée aussi énergiquement que dans une oligarchie insolente (Cousin,Hist. gén. philos.,1861, p.145).Les mythes sont à la religion ce que la poésie est à la vérité, des masques ridicules posés sur la passion de vivre (Camus,Noces,1938, p.83).
2. [Gén. en fonction d'attribut; constr. avec un compl. prép. de désignant ce qui est caché] Ce qui cache, dissimule quelque chose dans une apparence trompeuse. Ce mot [hypocrisie] (...) doit s'entendre du masque de toutes les vertus (Jouy,Hermite,t. 1, 1811, p.34).La fidélité à l'esprit n'est que le masque de la fidélité à la bourgeoisie, de l'infidélité aux hommes (Nizan,Chiens garde,1932, p.233).V. aujourd'hui ex. 16.
D. −
1. [Désigne une chose qui s'applique sur tout ou partie du visage avec diverses fonctions]
a) MÉD., TECHNOL.
Masque d'escrime, d'apiculteur, de soudure. Objet constitué d'un treillis ou d'une plaque métallique servant à protéger le visage. Ils avaient le fleuret au poing; leurs masques aux mailles pressées leur faisaient de terrifiants visages (Courteline,Ronds-de-cuir,1893, 5etabl., iii, p.198).
Masque (de protection). Objet appliqué sur le nez et la bouche, généralement en papier ou en tissu, servant à filtrer l'air expiré ou inspiré. Masque antiseptique. Le personnel sanitaire continuait de respirer sous des masques de gaze désinfectée (Camus,Peste,1947, p.1411).Contre les poussières, le masque utilisé est en général un treillis métallique doublé d'une couche filtrante (ouate, papier-filtre, mousseline, éponge) (Lar. Méd.t. 21973).
Masque (de plongée). Objet placé devant les yeux et le nez permettant de voir sous l'eau. On nous appris à agiter les palmes, à vider le masque, à l'enlever, à respirer avec le tuba la tête dans l'eau et les yeux ouverts (Ét. et sports sous-marins,1978, no40, p.59).
Masque à gaz. Appareil comportant un dispositif étanche fixé sur le visage et qui permet de filtrer l'air inspiré ou de respirer en circuit fermé dans une atmosphère toxique (en particulier, chargée de gaz de combat). Des soldats étalaient à terre leurs effets, leurs armes, des sacs, des masques à gaz, des paquets de pansements (Van der Meersch,Invas. 14,1935, p.423).
Masque (anesthésique, à oxygène). Appareil comportant un dispositif en caoutchouc s'adaptant sur la bouche et le nez et permettant d'inhaler des gaz anesthésiques ou de l'oxygène. J'ordonnai à l'anesthésieur (...) de remettre le masque sur la bouche du blessé dont le gémissement annonçait le prochain réveil (Bourget,Sens mort,1915, p.104).La respiration, je la prends dans ce masque. Un tube en caoutchouc me relie à l'avion (Saint-Exup.,Pilote guerre,1942, p.278).
b) COSMÉTOL. Préparation qu'on applique sur le visage (et le cou) dans les soins esthétiques de l'épiderme. Masque antirides, facial; masque de beauté. [Je ne vais jamais dans un salon de beauté] pour me faire tripoter le visage. Les masques ne m'ont jamais réussi (Elle,9 mars 1981, p.102, col. a).
2. [Désigne des choses servant à recouvrir, à protéger qqc., qqn] On remplit après coup les intervalles entre les piliers au moyen de masques en maçonnerie destinés à mettre le terrain à l'abri de l'air (Bricka,Cours ch. de fer,t. 1, 1894, 215).Le défaut d'étanchéité des massifs d'enrochements nécessite l'établissement sur leur parement amont [des barrages] d'un masque étanche constitué, presque toujours, par de grandes dalles minces en béton armé (Thaller,Houille blanche,1952, p.45).
a) ARMÉE, FORTIF. Écran naturel ou artificiel protégeant et dissimulant un corps de défense, une pièce d'artillerie et ses servants. Les pièces au-dessus du calibre de 10 centimètres sont défendues par des masques de 76 millimètres d'épaisseur (Croneau,Constr. nav. guerre,t. 2, 1892, p.92).Il faut (...) se cacher, se défiler, utiliser les masques (...) les angles-morts aux vues et surtout les angles-morts aux coups (Paloque,Artill.,1909, p.107).
b) MAR. Voile protégeant du vent, du soleil... On installe (...) un Masque, lorsque le vent vient de terre, et qu'il y existe des maladies épidémiques (Bonn.-Paris1859).
3. [Désigne ce qui soustrait qqc. à la perception]
a) ŒNOLOGIE Dépôt adhérant aux flancs d'une bouteille (de vin de Champagne). [La lie] (...) fait des masques (Hamp,Champagne,1909, p.157).
b) ACOUST. ,,Tout son qui, superposé à un son perçu, a pour effet de relever le seuil d'audition pour ce dernier`` (Pir. 1964). L'effet de masque peut être mesuré en décibels par le rapport entre le seuil de masque et le seuil absolu (Ling.1972).
4. [Désigne ce qui soustrait qqc. à l'action de qqn]
a) TECHNOL. Élément de protection, soit mécanique, soit chimique, destiné à délimiter certaines zones dans une opération de masquage. Technique de retouche photographique au moyen de masques pour améliorer la fidélité de reproduction des clichés (Lar. encyclop.).
PHOT. ,,Image photographique transparente qu'on superpose à une autre image pour en corriger ou en améliorer les contrastes, les densités ou les teintes`` (Phot. 1979). V. masquage ex. de G. Martin.
b) INFORMAT. ,,Mot machine permettant de retenir ou de rejeter tout ou partie des mots traités`` (Guilh. 1969).
c) ZOOL. Labium extensible transformé en organe de capture, qui cache au repos les pièces buccales, chez la larve de libellule (d'apr. Séguy 1967). [Les libellules] ne se nourrissant que de proies vivantes qu'elles capturent grâce à un organe unique parmi les Insectes, appelé «le masque» (Zool.,t. 2, 1963, p.626 [Encyclop. de la Pléiade]).
II. − [Désigne une pers.; correspond à I A B et C supra]
A. − Personne masquée et/ou déguisée. Des masques en domino, épars, isolés ou groupés, traversent çà et là la terrasse (Hugo,Hernani,1830, v, 1, p.124).Les masques essayent de se lever le masque les uns aux autres (Apoll.,Casanova,1918, ii, p.990).
HIST. Le Masque de fer. [Désigne un mystérieux prisonnier d'État au xviies., contraint de porter un masque de velours noir et de métal] V. fer B 1 b ε ex. de Clemenceau.
Beau masque (vieilli). [Formule d'adresse pour interpeller une personne masquée] Don Garcie, au domino noir: Beau masque!... Le masque se retourne. Il recule (Hugo,Hernani,1830p.129).
Je vous/te connais, beau masque. [S'emploie pour signifier à une personne masquée qu'on la reconnaît et, au fig., pour signifier qu'on connaît les intentions de qqn] Pontbichet, s'approchant de lui d'un air fin. Ah! je te connais beau masque! (Labiche,J. homme pressé,1848, i, 7, p.362).
B. − P. anal., rare, péj.
1. Vieilli. Personne au visage très laid. [Les] douces horreurs [de la petite vérole] qui n'auront d'autre effet que de changer pour quelques jours un bel enfant en un vilain masque (J. de Maistre, Corresp.,1793, p.52).
2. Personne qui a un comportement hypocrite ou un comportement affecté, manquant de naturel. Pêle-mêle, devant ses yeux, des masques s'agitaient: Pontillac sardonique, Servin douloureux, MllePeyrolles... (Estaunié,Vie secrète,1908, p.304).Des patriotes, ça (...) des masques, des faux-jetons (Arnoux,Algorithme,1948, p.276).
Prononc. et Orth.: [mask]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1514 «faux visage qu'on met pour se déguiser» (Arrest contre les masques, 27 avril ds M. Félibien, Hist. de la ville de Paris, t. 4, p.630: faux visages appellez en commun langage masques); 2. 1542 «personne qui porte un masque» (Rabelais, Pantagruel, éd. V. L. Saulnier, p.109, var.); 3. 1599 «pièce d'étoffe dissimulant une partie du visage» (H. Hornkens, Rec. de dict. fr., esp. et lat.); 4. 1535 au fig. fém. «fausse apparence» (Calvin, Instit. de la religion chrétienne, Epistre au Roy, éd. J.-D. Benoît, t. 1, p.42); spéc. 1598 lever le masque devant le bal (Ph. de Marnix, Differens de la religion, t. 1, IV, 7 ds Hug.); av. 1615 lever le masque (E. Pasquier, Les Recherches de la France, p.461 ds IGLF). B. 1. 1540 «tête sculptée employée comme motif d'ornementation» (Comptes des bastimens du Roy ds Havard); 1547 (N. du Fail, Propos rustiques, éd. J. Assézat, p.78: masques de cheminee); 2. 1718 «reproduction du visage obtenue par moulage» (Ac.); 3. 1831 désigne le visage lui-même, son expression (Balzac, Peau chagr., p.193); 4. 1836 «aspect particulier que prend parfois le visage des femmes à la fin de la grossesse» (A. Goupil, in Dict. de la conversation, XXXI, 187, s.v. grossesse ds Quem. DDL t. 8). C. 1. 1597 masque d'apiculteur (Ch. Estienne, J. Liébault, L'Agriculture et maison rustique, p.389); 2. 1839 «casque en toile métallique dont on se couvre la tête pour faire de l'escrime» (Stendhal, Chartreuse, p.226); 3. 1864 «appareil couvrant la bouche et le nez et permettant l'aspiration d'un anesthésique» (Jamain, Manuel de petite chirurgie, 756 ds Quem. DDL t.8); 4. 1894 «appareil en toile métallique dont les ouvriers de certains corps de métier se couvrent le visage pour se protéger» (A. Layet, in J. Rochard, Encyclop. d'hygiène, VI, 330, ibid.); 1916 milit. masque contre les gaz asphyxiants (Bordeaux, Fort de Vaux, p.93). D. 1845 mar. «abri sur une côte; abri en planches protégeant les navires en construction contre le soleil et la pluie» (Besch.). Empr. à l'ital. maschera «faux visage» (dep. 1348-53, Boccace ds Batt.), d'orig. préromane. Le rad. préroman *maska «noir» est à l'orig. de deux groupes de mots: a) un type masca signifiant «masque» en lat. tard., mais surtout «sorcière» ou «spectre, démon» représenté en lat. médiév. (dep. 643, Lois de Rotharis ds Nierm.; cf. 680 en Angleterre, chez l'évêque Adhelm), en Italie (Pise, Piémont et Sicile), en gallo-roman (sous la forme du composé talamasca, att. dès le lat. médiév.) et en a. prov. (v. masque2), les notions de «noir» et de «sorcier, démon» étant étroitement associées dans l'imagination populaire; b) un type élargi *maskara, très répandu dans les domaines ibéro-roman (cat. mascara «tache noire, salissure», également vivant en aragonais, navarrais, valencien et à Majorque; port. mascarra «tache» etc.), ital. (maschera «masque» s'expliquant par le fait que les plus anciens déguisements consistaient simplement à se noircir le visage et parfois le corps) et gallo-roman (v. mâchurer1; cf. appellatifs et toponymes). Voir J.Hubschmid ds Actas do IX Congr. Intern. de ling. rom., I, Boletim de Filol. t.18, pp.37-55 et FEW t. 6, 1, pp.429-441. Fréq. abs. littér.: 2258. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2436, b) 3969; xxes.: a) 3025, b) 3 573. Bbg. Hope 1971, p.209. _ Mack. t.2 1939, pp.118-119. _ Quem. DDL t. 9. _ Renson (J.). Les Dénominations du visage en fr. contemp. Paris, 1962, pp.433-435. _ Sculpt. 1978, pp.523-524. _ Tracc. 1907, p.155. _ Wind 1928, p.88.

MASQUE2, subst. fém.

Péjoratif
I. − [Désigne une fille, une femme laide ou rusée, effrontée] Cette vieille fille (...) contrairement à tant de vieilles masques dépitées et suries, adorait la jeunesse et l'enfance (Lorrain,Contes chandelle,1897, p.160).Elle ne m'avait prévenue de rien, cette petite masque, elle est rusée comme un singe (Proust,J. filles en fleurs,1918, p.598).
II. − Arg. Malchance. C'est un monde c'que j'ai de la masque depuis qu'j'ai radiné dans c'bled (Lacassagne,Arg. «milieu», 1928, p.132).
Prononc. et Orth.: [mask]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1640 «maquerelle; sorcière» (Oudin Curiositez); 2. 1660 «effrontée» (Molière, Sganarelle, scène 14, éd. R. Bray, p.312). Empr. à l'a. prov. masca «sorcière» (1396 d'apr. Pansier) d'orig. préromane (v. masque1). Bbg. Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p.269; t. 2 1972 [1925], p.416.

Masque : définition du Wiktionnaire

Nom commun 1

masque \mask\ masculin

  1. Faux visage de carton ou d’autre matière, dont on se couvre la figure pour se déguiser.
    • – Au XVIIe siècle, le masque était un artifice de coquetterie. Le jour où Mme de Sévigné se posta dans une maison « qui regarde droit dans l’Arsenal », pour voir son pauvre ami Fouquet sortir de son procès, elle portait un masque. — (Paul Guth, Le mariage du Naïf, 1957, réédition Le Livre de Poche, page 123)
    • Objet qui s’exhibe et attire inévitablement le regard, le masque joue sur un double niveau de l’identité culturelle. Présenté lors des cérémonies funéraires qui rassemblent une grande partie de la population, il offre aux spectateurs une image de leur système du monde et rappelle les fondements de la culture tout autant que ses mouvements. — (Anne Doquet, Les Masques Dogon : ethnologie savante et ethnologie autochtone, Karthala, 1999, page 183)
    • Ce faisant […] j’essaie de cerner davantage la problématique du masque, telle qu’elle se présente dans les premières comédies de Molière. — (Marco Baschera, Théâtralité dans l’œuvre de Molière, Gunter Narr Verlag, 1998, page 132)
    • Le premier auteur-acteur tragique, Thespis, s’enduisit le visage de blanc de céruse, puis il inventa le masque de toile, d’abord assez neutre, sans expression […] Peu à peu, mais sans qu’on sache dater précisément cette évolution, le masque tragique va figurer l’expression des sentiments humains. — (Patricia Vasseur-Legangneux, Les Tragédies grecques sur la scène moderne : une utopie théâtrale, Presses universitaires du Septentrion, 2004, page 164)
    1. (Histoire) Faux visage de velours noir doublé, que les dames se mettaient autrefois sur la figure pour se garantir du hâle ou du froid.
      • C’est à Poppée, femme de Néron, qu’on attribue l’emploi de ce masque, qu’elle inventa pour préserver la délicatesse de son teint du hâle et de l’ardeur du soleil. Suivant St-Foix les Françaises adoptèrent sous François Ier l’usage de ces masques de velours noir. — (François Noël, L. J. M. Carpentier & Puissant fils, Dictionnaire des inventions, des origines et des découvertes, Méline, Bruxelles, 1837, page 333)
  2. Morceau d’étoffe maintenu plaqué sur la bouche et le nez par une sangle et servant à filtrer l’air échangé entre les voies respiratoires et le milieu ambiant, soit pour le maintenir stérile, soit pour se protéger d’une pollution. → voir masque sanitaire
    • Un téléphonard a crié dans l'appareil, avant de mettre son masque, et il est mort deux jours après. On le traitait d’embusqué, mais il y a bien des marioles qui auraient coiffé le groin sans s'inquiéter des copains. — (Mercure de France, vol. 126, 1918, page 462)
    • La Direction Générale de la Santé (DGS) a rendu obligatoire le port de masques dans les services qui prennent en charge des patients tuberculeux […] Il faut que ce masque ait une bonne capacité de filtration, une bonne adhérence au visage, une bonne durée d’action, un certain confort lors du port. — (François Pebret, Maladies infectieuses, Heures de France, 2003, page 232)
    • La poussière constitue un risque pour les voies respiratoires, d’autant qu’une majorité de salariés ne porte pas de masque ou porte un masque insuffisamment protecteur ou encombrant. — (Jocelyne Porcher, Cochons d’or, Éditions Quæ, 2010, page 130)
    • C’est le 18 juillet qu’on a obligé le port du masque dans les endroits publics fermés. — (Le Journal de Montréal, 3 octobre 2020)
  3. Écran, maintenu au niveau des yeux par une sangle, servant à les isoler de l’eau ou à les protéger d’une lumière très vive, de projections de matière.
    • De nos jours, ces obstacles ont été levés grâce à la création des quatre pièces de base de l’équipement servant à l’immersion en apnée : le masque, les palmes, le tuba et la combinaison de plongeur. — (Umberto Pelizzari & Stefano Tovaglieri, Apnée : de l’initiation à la performance, Éditions Amphora, 2005, page 43)
    • Il existe aujourd’hui des masques de soudeur automatiques pour un prix d’environ 100 € qui s’opacifient instantanément lorsque l’arc électrique se produit. — (Henri Charlent & Patrick Agostini, Traité des installations sanitaires, Dunod, 2009, page 91)
  4. (Médecine) Partie, fixée sur le visage, d’un appareil de respiration forcée.
    • La canule nasale (lunettes nasales), la canule oropharyngée, le masque facial simple, le masque à réinspiration partielle et le masque sans réinspiration sont des exemples d’appareils d’oxygénothérapie à faible débit. — (Doris Smith Suddarth, Soins infirmiers en médecine et en chirurgie, partie 2, Fonction respiratoire, De Boeck Supérieur, 2006, p. 174)
    • Ainsi, seuls, en médecine d’urgence, les masques permettent une administration d’oxygène efficace. — (Pierre Carli, Urgences médico-chirurgicales de l’adulte, Wolters Kluwer France, 2004, page 1460)
  5. (Par extension) Personne qui porte un masque pour se déguiser pendant le carnaval.
    • Votre âme est un paysage choisi
      Que vont charmant masques et bergamasques.
      — (Paul Verlaine, Clair de lune, dans Fêtes galantes, 1869)
  6. (Médecine) (Par ellipse) Masque de grossesse.
    • Il y a trois ans, une première grossesse, suivie d’un accouchement naturel, s’était accompagnée d’un masque facial qui se dissipa au moment du retour, deux mois après les couches. — (M. O. Jeanin, Observations pour servir à l’histoire du masque des femmes enceintes, dans Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie (n°47 du 20 novembre 1868), 1868, vol. 5, page 739)
  7. (Figuré) Apparence trompeuse sous laquelle on se cache, où l’on s’efforce de se cacher.
    • La mystification est la ressource des petits esprits. Depuis quelque temps, je ne réponds plus aux masques. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • L’action représente une de ces terribles scènes de famille qui se passent au chevet des morts […] où l’héritier, quittant son masque de componction et de tristesse, se lève fièrement et dit aux gens de la maison : « Les clefs ? » — (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Angélique, 1854)
    • Certains de ces passants, qui pourtant m’étaient familiers, je les reconnaissais à peine ; leurs pas étaient plus vifs ou plus lents ; ils semblaient avoir dépouillé quelque masque, au point que, me sentant indiscret, je détournais soudain le regard. — (Marcel Arland, Terre natale, 1938, réédition Le Livre de Poche, page 75)
    • Ainsi, l’une et l’autre nous nous épiions, sous un masque de sourires et malgré des paroles affectueuses. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954)
    • Et elle ne m'avait prévenue de rien cette petite masque, elle est rusée comme un singe. — (Marcel Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, vol.3 : À l’ombre des jeunes filles en fleurs, Gallimard, 1919, page 212)
  8. (Escrime) Sorte de sac de fil de fer, à mailles serrées, qu’on se met sur le visage quand on fait des armes pour se protéger contre les coups de lame.
    • Et il y avait encore le piano, surmonté d’une paire de fleurets et d’un masque d’escrime, sans compter l’énorme table du milieu, une ancienne table à dessiner. — (Émile Zola, La Joie de Vivre, dans Les Rougon-Macquart)
  9. (Désuet) Sorte de terre préparée et appliquée sur le visage d’un défunt pour en prendre le moule.
    • Durant l’Ancien Empire s’affirme souvent la pratique de modeler un masque en plâtre sur la face du défunt. — (Pascal Vernus, Dictionnaire amoureux de l’Égypte pharaonique, Plon, 2010)
  10. (Architecture) Visage d’homme ou de femme sculpté, qui sert d’ornement.
    • À chaque arcade dans la clef de la voute, il y a un masque d’une attitude tantôt horrible, & tantôt agreable, mais toujours admirable de quelque façon que ce soit, & le tout de la propre main de Maître Ponce. — (Henri Sauval, Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, tome 3, Charles Moette & Jacques Chardon, Paris, 1724, page 12)
  11. (Cosmétologie) Produit cosmétique que l’on étend sur la peau du visage.
    Un masque de beauté.
    • Le rythme d’utilisation d’un masque est étroitement lié à la nature de la peau et à son état ainsi qu’aux propriétés du produit. — (Marie-Noëlle Estrade, Conseil en cosmétologie, Wolters Kluwer France, 2006, page 34)
    • Pour appliquer un masque sur une peau normale, composez une pâte à base d’argile en poudre (3 ou 4 cuillerées à soupe) et d’eau, à laquelle vous pouvez ajouter un jus de fruit ou de légume selon vos goûts. — (Bernard Baudouin, L’Argile et ses vertus, Presses du Châtelet, 2012)
  12. (Informatique) Opérande définissant les bits à conserver ou à écraser dans une opération de masquage.
    • L’application d’un ET logique sur le nombre 10010111 avec le masque 10011101 donne le résultat 10010101.
  13. (Réseaux informatiques) (Par ellipse) Masque de sous-réseau.
  14. (Informatique) Chaîne de caractères employée comme expression régulière.
  15. (Industrie) (Par ellipse) Masque photographique.
  16. (Entomologie) Désigne, chez certain insecte, la lèvre inférieure articulée que l’animal peut déployer rapidement vers l’avant pour saisir ses proies.
    • Le masque particulier aux nymphes ou larves des Libellules , est de ce nombre. — (Guillaume-Antoine Olivier, Pierre Jean Etienne Mauduyt de la Varenne, Histoire naturelle: Discours préliminaire, Paris 1789)
  17. (Cartographie) (Vieilli) Support comportant des parties transparentes et des parties en demi-teintes ou opaques, destiné à corriger ou éliminer, totalement ou partiellement, l'ensemble ou certains éléments d’une image, en particulier lors des opérations photomécaniques[7].
  18. (Électronique) Plaque de verre ou de métal permettant d’imprimer un motif sur un substrat.
  19. (Musique) Ensemble des muscles entourant les lèvres et dont la maîtrise est nécessaire pour produire un son avec un instrument à embouchure, typiquement un cuivre (trompette, trombone…).

Nom commun 2

masque \mask\ féminin

  1. (Désuet) Terme de gronderie familière pour reprocher à une petite fille sa malice.
    • Alors je me le serai figuré, dit le médecin avec un soupir, de quoi riez-vous, petite masque ? ajouta-t-il en se tournant vers la camériste, qui, en effet, riait à se démonter la mâchoire. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, 1858)
    • D’autre part, petite esclave, il ne faut point parler de mourir de rire ou autrement. Puis des menaces ! Ah ! petite masque chérie, si j’étais près de vous c’est la correction conjugale que vous mériteriez. — (Guillaume Apollinaire, lettre à Madeleine Pagès du 26 août 1915)
  2. (Désuet) Injure utilisée envers une femme laide.
    • Oh! La vilaine masque.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Masque : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MASQUE. n. m.
Faux visage de carton ou d'autre matière, dont on se couvre la figure pour se déguiser. Masque à barbe. Masque hideux, grotesque, difforme. Ôtez votre masque. Arracher le masque à quelqu'un. On peut circuler en masque pendant le carnaval. Un masque d'arlequin. Les voleurs qui l'ont attaqué portaient des masques. Il se dit, par extension, de la Personne qui porte un masque pour se déguiser pendant le carnaval. Une troupe de masques. Un joli, un vilain masque. Dans certaines régions, les masques entrent encore librement dans les maisons. Aller voir les masques. Courir les masques. Les enfants courent après les masques. Masque de théâtre, chez les Anciens, Masque aux traits agrandis à dessein, dont les acteurs se couvraient le visage et une partie de la tête pour paraître sur la scène. Masque tragique. Masque comique. Les deux masques. Fig., Avoir un masque mobile se dit d'une Personne dont la physionomie a beaucoup d'expression. On dit en sens inverse Garder un masque figé. En termes de Médecine, Masque de grossesse, Bouffissure et teinte particulière que prend parfois le visage pendant les derniers temps de la grossesse. Cette femme a le masque.

MASQUE se dit également d'un Faux visage de velours noir doublé, que les dames se mettaient autrefois sur la figure pour se garantir du hâle ou du froid. Porter, mettre un masque. Ôter son masque. Masque sans mentonnière. Elle est belle sous le masque. Voyez LOUP.

MASQUE signifie au figuré Apparence trompeuse sous laquelle on se cache, ou l'on s'efforce de se cacher. Sous le masque de la dévotion, il cache une vie fort dissolue. La générosité est le masque dont il se couvre. Se couvrir du masque de la piété. La raison prend, emprunte quelquefois le masque de la folie. Absolument, C'est un masque qu'il a pris. Ce fourbe, cet hypocrite n'avait pas encore levé le masque. Son masque est tombé. Arracher, ôter le masque à quelqu'un, Faire connaître sa fausseté, sa perfidie, etc.

MASQUE, en termes d'Escrime, se dit d'une Sorte de sac de fil de fer, à mailles serrées, qu'on se met sur le visage quand on fait des armes pour se protéger contre les coups de fleuret.

MASQUE se dit encore d'une Sorte de terre préparée et appliquée sur le visage d'un défunt pour en prendre le moule. Son buste a été fait d'après le masque qu'on avait moulé sur son visage. Le masque de Pascal. En termes d'Architecture, il se dit aussi d'un Visage d'homme ou de femme sculpté, qui sert d'ornement. On a mis des masques à toutes les clefs de ces arcades.

MASQUE s'emploie aussi comme terme de gronderie familière pour reprocher à une petite fille sa malice : alors il est féminin. La petite masque!

Masque : définition du Littré (1872-1877)

MASQUE (ma-sk') s. f.
  • Terme familier d'injure dont on se sert quelquefois pour qualifier une jeune fille, une femme, et lui reprocher sa laideur ou sa malice. La masque encore après lui fait civilité, Molière, Sgan. 14. Ah ! ah ! petite masque, vous ne me dites pas que vous avez vu un homme dans la chambre de votre sœur, Molière, Mal. im. II, 11. Maugrebleu de la masque avec son innocence, Montfleury, Femme juge, V, 5.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Masque : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

Masques, s. m. (Hydr.) Voyez Degueulleux.

Masque, terme de Chirurgie, nom qu’on donne à un bandage qui sert principalement pour les brûlures du visage. Il est ainsi nommé par rapport à sa figure ; c’est un morceau de linge auquel on fait quatre ouvertures qui répondent à celles des yeux, du nez, & de la bouche. Voyez la fig. 6. Pl. XXVII. Cette piece de linge est fendue à six chefs, qui se croisent postérieurement & s’attachent au bonnet. (Y)

Masque, terme d’Architecture, est une tête d’homme ou de femme, sculptée & placée à la clé d’une arcade, dont les attributs & le caractere répondent à l’usage de l’édifice. Quoique cette sorte d’ornement soit assez d’usage dans les bâtimens, je pense que l’on devroit préférer les clés ou consoles : quelque bien sculpté que soient ces masques, ils ne présentent jamais qu’un objet imparfait, en n’offrant qu’une partie du corps humain : cette mutilation ne me semble tolérable qu’à une maison de chasse, à un chenil, à une boucherie, & où ils font un attribut de l’extérieur du bâtiment à l’usage de l’intérieur, soit par des abattis de bêtes fauves ou domestiques.

Quelque plaisir que l’on puisse avoir de considérer une belle tête dans un claveau, le pié & la main me semblent des parties presque aussi belles, & cependant il paroîtroit ridicule de les placer ou de les admettre dans une décoration, affectant de les faire passer à-travers la muraille, telle qu’une main armée qui montre au public la salle d’un maître d’escrime : de plus le claveau d’une arcade doit tenir les voussoirs de part & d’autre en équilibre, & sa solidité ne peut procurer à l’esprit l’illusion d’une espace libre pour contenir la tête d’une statue, ce qui annonce plûtôt un déreglement d’imagination que de l’ordre, du génie, & de l’invention.

La plûpart des Architectes apportent pour raison que ce ne sont que des masques moulés sur la nature qu’on affecte de mettre sur les claveaux des arcades, & non la représentation réelle, mais il n’en est pas moins vrai que cette fiction est vicieuse & ces effigies desagréables, soit que l’on y place des têtes d’une forme élégante ou hideuse ; car plus elles seront d’un beau choix, plus elles paroîtront soumettre l’humanité à la servitude & au supplice ; enfin, plus on affectera d’y placer des masques chimériques, tels qu’il s’en voit dans un grand nombre de bâtimens de réputation, & plus, ce me semble, on tombe dans le défaut d’allier les contraires, puisque cette espece de sculpture qui n’annonce que de l’extravagance s’unit mal avec la pureté, l’élégance, & la beauté des proportions de l’architecture qu’on y remarque avec admiration.

Masque, (Arquebus.) on appelle ainsi un des poinçons ou ciselets dont les Arquebusiers, Armuriers, Eperonniers, Fourbisseurs, & autres semblables ouvriers ciseleurs se servent pour leurs ciselures.

Ces poinçons sont gravés en creux, & représentent diverses têtes d’hommes, de femmes, d’anges, de lions, de léopards, de chiens, &c. suivant la fantaisie du graveur. Ils sont courts & d’un morceau bien aciéré, afin de mieux supporter le coup de marteau qu’on donne dessus, quand on veut en imprimer le relief sur le métal qu’on a entrepris de ciseler.

Après que le masque est frappé, on le recherche & on le répare avec divers autres ciselets tranchans ou pointus comme sont les gouges, les frisons, les poinçons, les filieres, &c.

Masques, (Peinture.) ce sont des visages ou faces humaines sans corps, dont les Peintres & les Sculpteurs font usage pour orner leurs ouvrages. On appelle mascarons les gros masques de sculpture. Les masques ont ordinairement l’air hideux ou grotesque.

MASQUE, en terme de Blason, se dit d’un lion qui a un masque.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « masque »

Étymologie de masque - Littré

Languedocien, masco, sorcière ; en Auvergne, d'après du Cange, masque, femme de mauvaise vie ; du bas-latin masca, sorcière. Grimm, dont Diez ne repousse pas la conjecture, rattache le bas-latin à masticare, mâcher, la sorcière ayant été ainsi nommée parce qu'elle mange les petits enfants ; c'est ainsi qu'en latin manducus, le mangeur, a signifié un épouvantail. Cela est ingénieux, mais n'est pas assuré (voy. MASQUE 2).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de masque - Wiktionnaire

(Nom commun 1) (XVIe siècle)[1] De l’italien maschera (« masque ») d’un radical préroman *maska (« noir ») d’où masca en latin tardif, signifiant « masque » et aussi « sorcière » ou « spectre, démon » ; du mot *maskara, très répandu dans les domaines ibéro-romans (le catalan mascara (« tache noire, salissure »), également vivant en aragonais, navarrais, valencien et à Majorque, le portugais mascarra « tache », etc.), l’ancien français maschurer (« barbouiller, noircir »), l’italien maschera s’expliquant par le fait que les plus anciens déguisements consistaient simplement à se noircir le visage et parfois le corps.
Littré[2] rejette l’hypothèse avancée par certains[3][4][5][6] que le mot est tiré de l’arabe مسخ, maskh (« dénaturation, faux visage, trucage »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « masque »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
masque mask play_arrow

Citations contenant le mot « masque »

  • « Le masque, c’est casse-pieds! On est vite essoufflé quand on bouge. Je n’ai pas envie de m’y habituer ». Valentin a 8 ans, et le masque à l’école, il n’en veut plus. Avec son frère et ses parents, ils étaient ce samedi matin au square Charles-de-Gaulle à Toulouse pour participer au rassemblement organisé par le collectif de parents citoyens « Bas les masques 31 unis à Enfance et libertés ». ladepeche.fr, Toulouse : "Bas les masques", des parents rassemblés contre le port du masque à l'école ce samedi matin - ladepeche.fr
  • Le port obligatoire du masque à l’école fait sa deuxième rentrée en janvier, au grand dam de certains parents, opposés à cette mesure. Le Monde.fr, Masque : des parents d’élèves toujours rétifs
  • Un masque jeté dans la rue ou sur le trottoir. Ce nouveau type de pollution n'est plus rare depuis que les masques sont obligatoires face au Covid-19. Il s'ajoute aux cigarettes ou aux papiers jetés au sol. ladepeche.fr, 5 % des Français ont déjà jeté ou perdu un masque sur la voie publique - ladepeche.fr
  • Dans le Gers, le port du masque de protection est obligatoire jusqu’au 2 février 2021 pour toute personne âgée de onze ans ou plus dans les 22 communes suivantes : Auch, Barcelonne-du-Gers, Cazaubon, Condom, Eauze, Fleurance, Gimont, L’Isle-Jourdain, Lectoure, Lombez, Marciac, Masseube, Mauvezin, Miélan, Mirande, Nogaro, Pavie, Plaisance, Pujaudran, Riscle, Samatan et Vic-Fezensac. ladepeche.fr, Où le port du masque est-il obligatoire dans le Gers? - ladepeche.fr
  • Pour que le port du masque soit efficace, l’OMS fournit quelques conseils pratiques : se laver les mains avant de le mettre, de l’enlever ainsi qu’après, mais aussi de bien couvrir le nez, la bouche et le menton, de placer son masque en tissu dans un sac en plastique propre, de le laver tous les jours ou de le jeter après usage s'il s'agit d'un masque chirurgical. Il ne faut pas porter de masque sale ou humide et ne surtout pas le prêter. Dans tous les cas, l’Organisation mondiale de la santé rappelle qu’un "masque n’offre pas une protection suffisante contre la COVID-19 à lui seul". Il ne nous dispense pas de respecter les gestes barrières et la distanciation sociale.  www.pourquoidocteur.fr, Covid-19 : pourquoi il est important de changer régulièrement de masque 

  • Le masque de protection est maintenant rentré dans les mœurs. Véritable accessoire tendance étant la touche finale d'une tenue à la pointe de la mode, il permet aussi quelques tours de passe-passe plutôt drôles. Michel Litout vous en parle dans le premier épisode de "De choses et d'autres" de cette semaine. lindependant.fr, Le masque de protection, accessoire tendance permettant quelques tours de passe-passe - lindependant.fr
  • L'expérimentation a testé 60 configurations de reconnaissance faciale (utilisant six systèmes d'acquisition de visage et/ou d'iris et 10 algorithmes de correspondance) et 582 volontaires représentant 60 pays. Les systèmes d'acquisition ont été évalués en fonction de leur capacité à prendre des images fiables de chaque volontaire avec et sans masque, le temps de traitement des volontaires et leur satisfaction globale. , Reconnaissance faciale : jusqu'à 96 % d'identification malgré le port du masque
  • xRapid a donc mis au point un appareil d’assistance respiratoire, doté d’un système breveté, offrant un niveau de protection équivalent aux masques UNS1, FFP2 et FFP3. Il existe en trois modèles afin de pouvoir couvrir efficacement le visage 99% de la population. Avec une autonomie de 8 heures pour un temps de recharge d’une heure, il sert aussi bien pour le Covid-19 et autres virus que pour les personnes souffrant de problèmes respiratoires. Made in Marseille, xHale : le masque intelligent aixois présenté au CES
  • L'homme qui se croit déterminé se masque sa responsabilité. De Jean-Paul Sartre
  • Qui masque ses fautes se voit, en fin de compte, démasquer par sa conscience. De William Shakespeare
  • Un visage est-il un masque de comédie posé sur la tragédie de l’âme ? De Shan Sa / Alexandre et Alestria
  • Le bonheur ? C’est vivre dans la réalité, ne pas porter de masque. De Tom Cruise / Studio - Janvier 2002
  • Le masque du bonheur est peut-être le plus dur à porter. De Gérard Martin / Tentations
  • La méchanceté, pour se faire encore pire, prend le masque de la bonté. De Publius Syrus / Sentences
  • Un dépravé sait mieux porter le masque d'un saint. De Dontcho Tzontchev / Rien ne s'est passé
  • Le bourreau porte généralement un masque : celui de la justice. De Stanislaw Jerzy Lec
  • Sous le masque de la complexité, la simplicité se questionne. De Monique Keurentjes
  • La justice est souvent le masque du courroux. De Jean de Rotrou / Venceslas
  • Dieu masque des choses beaucoup plus que les choses ne lui servent de masque. De Hubert Aquin / L'Invention de la mort
  • L'homme masque le monde. De Maurice Coyaud / Le livre du haïku
  • Se déguiser est comme mettre un masque. De Arturo Brachetti / Evene.fr - Juin 2005
  • Personne ne peut porter longtemps le masque. De Sénèque
  • La générosité masque nos imperfections. De Hazrat Ali
  • Votre âme est un paysage choisi Que vont charmant masques et bergamasques […]. Paul Verlaine, Fêtes galantes, Clair de lune , Messein
  • Les masques à la longue collent à la peau. L'hypocrisie finit par être de bonne foi. Jules Huot de GoncourtEdmond Huot de Goncourt, Idées et sensations
  • Au temps du carnaval, l'homme se met sur son masque un visage de carton. Xavier Forneret, Sans titre, par un homme noir, blanc de visage
  • Un jour par an, le Mardi gras par exemple, les hommes devraient retirer leur masque des autres jours. Claude Aveline, Avec toi-même, etc., Mercure de France

Traductions du mot « masque »

Langue Traduction
Corse maschera
Basque maskara
Japonais マスク
Russe маска
Portugais mascarar
Arabe قناع
Chinois 面具
Allemand maske
Italien maschera
Espagnol máscara
Anglais mask
Source : Google Translate API

Synonymes de « masque »

Source : synonymes de masque sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « masque »



mots du mois

Mots similaires