La langue française

Allure

Définitions du mot « allure »

Trésor de la Langue Française informatisé

ALLURE, subst. fém.

I.− Manière d'aller, de se mouvoir.
A.− Rare ou vieilli. [Sans idée de vitesse]
1. [En parlant d'une pers.] Allure souple :
1. Et, la regardant de côté, il lui trouvait l'allure souple et ferme qu'il aimait. Il remarquait la petite secousse que par instants sa tête volontaire donnait aux brins de gui piqués à sa toque. A. France, Le Lys rouge,1894, p. 74.
2. Il suffisait de voir cette face à peau luisante, les yeux un rien ahuris, et la bouche entr'ouverte, à la façon des pitauds de campagne. Et surtout cette allure démanchée comme si les quatre membres avaient du jeu... H. Pourrat, Gaspard des Montagnes,Le Château des sept portes, 1922, p. 22.
Rare. Une allure de tête. Une manière de faire aller la tête, un port de tête (cf. Ch. Baudelaire, Paradis artificiels, Un Mangeur d'opium, 1860, p. 408).
2. [En parlant d'un animal] :
3. ... il [le jeune homme] lança au grand trot son cheval dont l'allure saccadée faisait sauter les deux femmes. G. de Maupassant, Une Vie,1883, p. 235.
Rem. ,,En parlant du cheval, il [le mot allure] s'emploie quelquefois au pluriel.`` (Ac. t. 1 1932) :
4. Louis de Camors (...) descendait vers Paris aux grandes allures de son trotteur Fitz-Aymon... O. Feuillet, Monsieur de Camors,1867, p. 30.
Un bidet d'allure. Cf. bidet.
Spéc., VÉN. ,,T[ou]j[ours] au pl[ur.], traces laissées par le pied d'une bête, mais considérées uniquement au point de vue de la distance et de la position des pieds de derrière par rapport à ceux de devant.`` (Remig. 1963).
Rem. 1. Emploi attesté cependant au sing. ds Quillet 1965 : ,,Allure du gibier, manière dont le gibier a l'habitude de poser ses pieds en marchant ...`` 2. Ac. Compl. 1842, Besch. 1845, Lar. 19e, Littré, Nouv. Lar. ill. indiquent aussi l'emploi ainsi défini : « endroit par où elles (les bêtes fauves) ou il (le cerf) passe(nt) », emploi que conteste fortement Remig. 1963 et qu'il attribue à un contresens de Balliot du Pré.
MÉTALL. ,,Manière dont s'effectue le cycle de chauffage ou de refroidissement d'un four qu'il soit de fusion ou de traitement thermique.`` (Bader-Th. 1962) :
5. Stérilisateur électrique (110 volts) en cuivre nickelé, à deux allures (air sec ou ébullition), de 14 X 6 X 4,5 cent. Collin, Catalogue d'instruments de chirurgie,1835, p. 437.
B.− [Avec une idée de vitesse] Allure rapide; modérer l'allure.
1.− [En parlant d'une pers.]
6. ... j'observai que la marche m'entretient souvent dans une vive production d'idées, avec laquelle elle manifeste parfois une sorte de réciprocité : l'allure excitant les pensées, les pensées modifiant l'allure; l'une fige le marcheur, l'autre presse son pas. P. Valéry, Variétés 5,1944, p. 93.
Au fig.
7. 27. Jusqu'à présent j'ai cherché à me mettre au ton de tout le monde et, dans les sociétés où j'ai vécu, avec les hommes que j'ai fréquentés, j'ai tâché de courir pour rattraper les plus lestes ou de m'élancer à la hauteur des hommes supérieurs à moi, c'était une fatigue, une tension qui me mettait mal à l'aise. Maintenant je marche mieux à mon pas; j'ai mon allure, et je laisse les autres s'en aller seuls, si je ne puis pas les suivre sans effort; je suis plus moi-même, j'ai plus d'aplomb. Maine de Biran, Journal,1815, p. 83.
Rem. À propos du syntagme à toute allure, cf. Hanse 1949 : ,,À toute allure paraît (...) n'avoir aucun sens. Il faudrait dire : à vive allure. Mais à toute allure paraît aussi acceptable qu'à toute bride, à toutes jambes.`` Cf. encore en toute hâte, à toute vitesse. Tout signifie ici « poussé à son maximum possible » comme dans d'autres où tout est construit sans art. avec un nom abstr. au sing. : donner toute satisfaction, en toute sûreté, etc.
2. [En parlant d'un animal, en partie du cheval] :
8. Les chevaux bien restaurés montrèrent beaucoup d'ardeur, et, presque tout le temps, ils se maintinrent à l'allure du petit galop de chasse. J. Verne, Les Enfants du capitaine Grant,t. 1, 1868, p. 186.
3. [En parlant d'un moyen de locomotion] Synon. vitesse :
9. As-tu songé à ce qu'avait dû être mardi dernier le duel de Duray et de Lancia, qui ont marché pendant trente kilomètres la roue dans la roue à une allure de 160 ou 180 à l'heure, et le moment où Duray, au péril de sa vie, a dépassé l'autre dans un virage qu'il a pris en dehors. J. Rivière, Alain-Fournier, Correspondance,lettre de J. R. à A.-F., juill. 1907, p. 187.
P. anal. [En parlant de choses susceptibles d'un certain rythme (de fonctionnement)] :
10. ... si les choses vont à cette allure, je crains que ça ne coûte très cher. G. Duhamel, Journal de Salavin,1927, p. 48.
11. Ce fonctionnement [de la Base Universitaire du Centre Méditerranéen] assurera la marche régulière de notre établissement, ce qu'on peut nommer son allure de régime. P. Valéry, Regards sur le monde actuel,1931, p. 309.
Emplois spéc.
MÉTALL. ,,Vitesse à laquelle marchent différents appareils industriels, en particulier le haut-fourneau : allures froide, chaude, rapide.`` (Duval 1959). Cf. p. ex. allure de la chaudière (L. Ser, Traité de physique industrielle, t. 2, 1980, p. 167).
PHONÉT. Allure du débit :
12. ... l'allure de l'énoncé (dire aussi parfois mouvement), (...) selon qu'elle est lente (...) ou rapide (...) ou saccadée (...), peut être invoquée pour expliquer certains traitements phonétiques exceptionnels (...) Mar.Lex.1951.
PSYCHOL. (organ. du travail). Jugement d'allure. ,,En matière d'organisation du travail, appréciation de la vitesse d'exécution de certains actes en fonction des normes adoptées. C'est le chronométrage qui objective ce jugement.`` (Piéron 1963).
II.− P. ext. et au fig. Manière dont se présente une personne ou une chose.
A.− [En parlant d'une pers. ou de ce qui lui est propre]
1. Manière de se tenir ou de se comporter :
13. Nous n'avons peut-être, ni vous, ni moi, par l'allure de notre caractère et le tour de notre esprit ce qu'il faut pour bien apprécier ses qualités [de Villèle], mais soyons justes... F.-R. de Chateaubriand, Correspondance générale, t. 2, 1789-1824, p. 176.
14. L'essentiel, en ces courtes fantaisies [les ballades de Victor Hugo], c'est l'allure, la tournure, la dégaine cléricale, monacale, royale, seigneuriale, du personnage, et sa haute couleur. Ch.-A. Sainte-Beuve, Vie et pensées de Joseph Delorme,1829, p. 147.
15. De l'autre côté de la montagne au pied de laquelle gît notre village abandonné, il est impossible de labourer avec des charrues à roues, les terres n'ont pas assez de fond; eh bien, si le maire de cette commune voulait imiter notre allure, il ruinerait ses administrés, je lui ai conseillé de faire des vignobles; et, l'année dernière, ce petit pays a eu des récoltes excellentes, il échange son vin contre notre blé. H. de Balzac, Le Médecin de campagne,1833, p. 59.
16. Je lui ai dû certainement, quand j'étais enfant, ma meilleure notion de ce qu'était une « cocotte », comme je disais alors. Telle je l'ai retrouvée à Calais, toujours très mince et très brune, avec les mêmes allures dégagées. Elle avait laissé tout à fait de côté sa pose de femme mariée et de mère de famille, pour n'être plus, dans mes bras, qu'une femme charmante. P. Léautaud, In memoriam,1905, p. 188.
17. Il semble d'ailleurs n'y avoir aucun rapport entre la virulence de ces parasites et l'allure clinique de la maladie humaine... Brumpt, Précis de parasitologie,1910, p. 131.
18. Il examinait son frère avec stupéfaction, s'efforçant d'analyser ce changement complet d'aspect, d'allure, de physionomie, qui paralysait son élan. R. Martin du Gard, Les Thibault,Le Pénitencier, 1922, p. 690.
Avoir grande, fière allure; avoir des allures mystérieuses :
19. Nous autres, pauvres comédiens, ombres de la vie humaine et fantômes des personnages de toute condition, à défaut de l'être, nous avons au moins le paraître, qui lui ressemble comme le reflet ressemble à la chose. Quand il nous plaît, grâce à notre garde-robe où sont tous nos royaumes, patrimoines et seigneuries, nous prenons l'apparence de princes, hauts barons, gentilshommes de fière allure et de galante mine. Pour quelques heures nous égalons en bravoure d'ajustements ceux qui s'en piquent le plus... T. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 96.
20. Saint-Cyran ne veut que le bien. Il est vrai que, par ses allures mystérieuses, ses airs de prophète, ses propos inconsidérés, ce malade inquiète à bon droit les clairvoyants. H. Bremond, Hist. littéraire du sentiment,t. 4, 1920, p. 421.
2. Absol. Avoir de l'allure. Avoir de la distinction, de la classe; d'où allure, distinction, élégance :
21. Il était vraiment encore bel homme, bien que tout gris. Haut, svelte, élégant, sans ventre, le visage maigre avec une fine moustache de nuance douteuse, qui pouvait passer pour blonde, il avait de l'allure, de la noblesse, de la distinction, ce chic enfin, ce je ne sais quoi qui établit entre deux hommes plus de différence que les millions. G. de Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, Fini, 1885, p. 1015.
22. L'insolite vocation de mon père s'explique, je crois, par son statut social. Son nom, certaines relations familiales, des camaraderies d'enfance, des amitiés de jeune homme le convainquirent qu'il appartenait à l'aristocratie; il en adopta les valeurs. Il appréciait les gestes élégants, les jolis sentiments, la désinvolture, l'allure, le panache, la frivolité, l'ironie. S. de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée,1958, p. 36.
Gén. au plur. et péj. Avoir des allures.
Vx. ,,Avoir un commerce secret de galanterie.`` (Besch. 1845).
Rem. Attesté ds Ac. 1835-1878, Littré, Guérin 1892.
Manigancer des intrigues, des mauvais coups :
23. « Sitôt sa mission politique remplie, l'inspecteur Javert s'assurera, par une surveillance spéciale, s'il est vrai que des malfaiteurs aient des allures sur la berge de la rive droite de la Seine, près le pont d'Iéna. » V. Hugo, Les Misérables,t. 2, 1862, p. 342.
Prendre des allures. Prendre des manières trop libres. Il prend de ces allures! :
24. [MmePipelet :] c'est une maison on ne peut pas plus embêtante [par la dévotion] ... où il n'y a jamais de risque qu'une jeune fille prenne des allures. E. Sue, Les Mystères de Paris,t. 5, 1842-1843, p. 279.
25. Oh! Ne faites pas la terrible, Madame! Sur mon ame, je ne vous crains pas! Je sais vos allures. Je ne me laisserai pas empoisonner comme votre premier mari, ce pauvre gentilhomme d'Espagne dont je ne sais plus le nom, ni vous non plus! V. Hugo, Lucrèce Borgia,1833, II, part. 1, 4, p. 102.
B.− [En parlant d'une chose concr. ou abstr.] Prendre l'allure (de), avoir l'(une, les) allure(s) de; avoir grande allure, avoir de l'allure.
1. [Concerne une chose concr.] :
26. Quelques jours après cette rencontre, Albert de Morcerf vint faire visite au comte de Monte-Cristo dans sa maison des Champs-Élysées, qui avait déjà pris cette allure de palais que le comte, grâce à son immense fortune, donnait à ses habitations même les plus passagères. A. Dumas père, Le Comte de Monte-Cristo,t. 1, 1846, p. 787.
Spécialement
MAR. ,,Direction que suit un navire par rapport à celle du vent. Par extension se dit de la disposition de la voilure pour suivre cette route`` (Gruss 1952) : ,,allure vent arrière, allure du largue, etc. Allure du plus près (...). Allure du petit largue (...). Allure du largue ou vent de travers (...). Allure du grand largue (...). Allure du vent arrière (...)`` (Gruss 1952) :
27. ... la Tankadère navigua dans les passes capricieuses de Hong-Kong, et sous toutes les allures, au plus près ou vent arrière, elle se comporta admirablement. J. Verne, Le Tour du monde en quatre-vingts jours,1873, p. 114.
MINÉR. ,,Disposition générale d'un gisement au point de vue de la pente, de l'orientation, de l'épaisseur.`` (Lar. encyclop.) :
28. Les couches de houille présentent, en général (...) une grande régularité d'allure et de remplissage... J.-N. Haton de La Goupillière, Cours d'exploitation des mines,1905, p. 118.
2. [Concerne un art, une chose abstr., etc.] :
29. Du Bellay, en effet, qui proscrivait les chansons en faisait de fort jolies, et Marmontel en cite une qu'il compare aux meilleures d'Anacréon et de Marot. On y est frappé, entre autres mérites, de la libre allure, et en quelque sorte de la fluidité courante de la phrase poétique, qui se déroule et serpente sans effort à travers les sinuosités de la rime... Ch.-A. Sainte-Beuve, Tableau hist. et crit. de la poésie française et du théâtre français au XVIesiècle,1828, p. 60.
30. Je crois que le poussait l'amour moins de chaque homme en particulier que de l'humanité tout entière et, plus abstraitement encore : de la justice. Il donnait à sa charité l'allure d'un devoir social... A. Gide, Si le grain ne meurt,1924, p. 512.
31. Considérer ce qui a été trouvé comme ce qui devait être cherché. Et donc essayer si l'allure, la nature, la figure générale de ce qui a été trouvé jusqu'ici, ne devrait pas modifier le sens accoutumé de nos recherches? P. Valéry, Tel quel I,1941, p. 93.
3. [Concerne une valeur boursière] :
32. ... bien souvent, les actionnaires ne connaissent à aucun degré le fonctionnement réel de l'entreprise possédée par eux. Ils ne l'ont jamais vue fonctionner. Ils en ignorent le mécanisme technique et économique. Ils n'en savent ou ils n'en demandent qu'une chose : que rapporte-t-elle? Quel en est le dividende? Quelle en est l'allure sur le marché des valeurs? J. Jaurès, Études socialistes,1901, p. 257.
Prononc. ET ORTH. : [aly:ʀ]. Fér. Crit. t. 1 1787 écrit : allûre ou alûre et recommande l'emploi d'un accent circonflexe sur le u (Fér. 1768 : allure).
Étymol. ET HIST. − Ca 1170 aleure « vitesse de déplacement, train, marche » (Vie de St Gilles, 918 ds DG : Grant aleure veit la nef); 1174 alure « id. » (Th. le Mart., 47 ds Gdf. Compl. : Grant alure s'en est a la porte venuz); 1532 « façon de se comporter » (Rabelais, Pantagruel, IV, 38 ds Dict. hist. Ac. fr. t. 2 1884, p. 762 : Elle [Melusine] toutes foys [son corps se terminant en serpent] avoyt alleures braves et guallantes). Dér. de aller*; suff. -ure*.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 2 093. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 911, b) 3 040; xxes. : a) 4 262, b) 3 931.
BBG. − Bader-Th. 1962. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bar 1960. − Barber. 1969. − Baudr. Chasses 1834. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Boiss.8. − Bonnaire 1835. − Bouillet 1859. − Bruant 1901. − Canada 1930. − Chesn. 1857. − Daire 1759. − Dam.-Pich. Gloss. 1949. − Dup. 1961. − Duval 1959. − Esn. Poilu 1919. − Fér. 1768. − Georgin (R.). Le Français au Canada. Déf. Lang. fr. 1969, no47, p. 44. − Gramm. t. 1 1789. − Gruss 1952. − Guizot 1864. − Hanse 1949. − Jal 1848. − Lacr. 1963. − Laf. 1878. − Le Breton Suppl. 1960. − Le Clère 1960. − Littré-Robin 1865. − Mar. Lex. 1961 [1951]. − Noter-Léc. 1912. − Nysten 1814-20. − Piéron 1963. − Pohl (J.). La Maison dans les français marginaux. Vie Lang., 1969, no203, p. 80. − Pope 1961, § 562, 1132. − Prév. 1755. − Remig. 1963. − Sardou 1877. − Soé-Dup. 1906. − Sommer 1882. − Synon. 1818. − Will. 1831.

Wiktionnaire

Nom commun

allure \a.lyʁ\ féminin

  1. Façon d’aller, de marcher.
    • Si, au contraire, la claudication est dans le train postérieur, on débute par l’allure la plus lente, et, au retour, l’on vous gratifie d’un peu de trot. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
  2. Apparence
    • Il était courtaud, boulot, bedonnant, très laid: l’allure épaisse d'un chantre d'église. — (Octave Mirbeau La Mort de Balzac, 1907)
    • Je laisse à la garde d'un lieutenant d'artillerie quatre droguistes à bicyclette, d'allure allemande, qui prétendent aller à Mulhouse, leurs communes manquant d'aspirine. — (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
    • …et, fort beau gars encore, malgré sa corpulence, présentait dans l'ensemble l'allure d'un écuyer de cirque. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Mon hôtel, en façade sur l'une des principales voies, a vraiment noble allure : des portiers corrects gardent son huis. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • L’unité physionomique d'un paysage provient de ce que certaines plantes se répétant très fréquemment lui impriment une allure particulière. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p.101)
    • Il a de l'allure avec son collier brun, fin, bien taillé, et ses cheveux courts et brillants. — (Isabelle de Saint Loup, Contes de l'amour ordinaire -2009)
  3. Vitesse de déplacement.
    • […] mais il est à remarquer qu’invariablement, tous les chevaux destinés aux allures rapides sont ferrés à pince tronquée, en prévision du cas où, à cause de leur faiblesse ou vices de construction, ils battraient le Briquet. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • Nous traçons à folle allure. Pour peu que le moteur soit fatigué et bouffe de l'huile, l’échappement doit tracer un sillage bleuté dans les streets. — (Frédéric Dard, San-Antonio : J'ai bien l'honneur... de vous buter, Éditions Fleuve Noir, 1955, chap. 11)
    • Se souvenant de la fatigue qui l'avait assommée, pour ne point y succomber, elle s’injectait de la volonté. Toutefois, pour s’économiser, elle ralentit l’allure. — (Christian Paviot, Les fugitifs, 2006, page 69)
  4. (Par extension) Vitesse d'exécution.
    • Le bois ! Un simple chantier pour eux, où gagner mieux qu'en usine […]. Ceints de soleil, d'air vif, on tâche à sa guise, à son allure, sans surveillants. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  5. (Marine) Angle d'un bateau par rapport au vent.
    • L’allure portante correspond à un vent en arrière du travers du bateau.
  6. (Figuré) Manière dont quelqu’un se conduit, ou tournure que prend une affaire.
    • Il faudra bien qu’il change d’allure.
    • Cette affaire prend une allure inquiétante.
  7. (Équitation) Manière d'avancer du cheval, entre le pas, le trot et le galop.
    • Au Maroc, le cheval sert surtout de monture, quelquefois de bête de somme. Ses allures sont le pas et le galop; mais on arrive assez facilement à lui enseigner le trot. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 231)
  8. (Québec) Bon sens, vraisemblance.
    • Ce que tu dis n'a pas d'allure.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ALLURE. n. f.
Façon de marcher. L'allure d'une personne, d'un animal. Contrefaire son allure. Je le reconnus à son allure. Une allure vive. En parlant du Cheval, il s'emploie quelquefois au pluriel. Ce cheval a une allure fort douce. Ce chenal a les allures belles, de belles allures. Allures naturelles. Allures artificielles. Les allures naturelles du cheval sont le pas, le trot et le galop. L'amble est ordinairement une allure artificielle. Il se dit figurément, et en mauvaise part, de la Manière dont quelqu'un se conduit dans une affaire, ou de la Tournure que prend une affaire. J'ai reconnu ses allures. Il faudra bien qu'il change d'allure. Cette femme a de singulières allures. Cette affaire prend une mauvaise allure, une allure inquiétante.

Littré (1872-1877)

ALLURE (a-lu-r') s. f.
  • 1Façon de marcher. Ralentir son allure. On reconnaît certaines gens à leur allure. Il était guindé dans toutes ses allures, Hamilton, Gramm. 7.

    Il se dit du cheval. Les trois allures naturelles du cheval sont le pas, le trot et le galop.

    Par extension, en parlant du soleil : Tu dois ta flamme à tout le monde ; Et ton allure vagabonde…, Malherbe, II, 3.

  • 2 Fig. Marche habituelle des choses. La monarchie avait son allure par des ressorts qu'il fallait toujours remonter, Montesquieu, Esp. XXX, 4. L'intolérance, front levé, Reprendra son allure, Béranger, Mission.

    Tournure que prend une affaire. Cela prend une mauvaise allure.

  • 3Conduite d'une personne dans une affaire. Son allure n'est pas franche. Je me défie des allures des gens paresseux, Sévigné, 302.
  • 4Ce jeune homme a des allures, il a quelque commerce secret de galanterie. Cette locution a vieilli.
  • 5 En termes de marine, direction de la route d'un bâtiment par rapport à celle du vent ; disposition de voilure appropriée à cette route.
  • 6 En termes de chasse, distance de l'empreinte des pieds de devant à celle des pieds de derrière. Allures du cerf, les endroits par où il passe.
  • 7 En termes de mineur, état d'un filon dans la roche ou dans le terrain qu'il traverse.
  • 8 En termes d'usine, allure d'un feu ou d'un fourneau, sa manière de se comporter dans les opérations métallurgiques.

HISTORIQUE

XIIe s. Si tost cum li ber fu sur sun cheval sailluz, Grant alure s'en est à la porte venuz, Th. le mart. 47. Sur les chiefs des trefs ki furent defors, furent faiz unes allures de set alnes [aunes] de led [large], Rois, 246. Et li reis Achazias chaïd as alures amunt de une sue maisun qu'il out en Samarie, si en fud malade e mahaignez, ib. 844.

XIIIe s. Lors m'en alai grant aleüre [vitesse], la Rose, 513. Dont chevaucha à toute sa bataille vers les fuians grant aleüre, Villehardouin, 144. Les messagers le roi ariverent au port d'Antioche et dès Antioche jusques à leur grant roy trouverent bien un an d'aleüre à chevaucher dix lieues le jor, Joinville, 262.

XVe s. [Il] ot belle aleure, voix d'omme de beau ton, Christine de Pisan, Charles V, I, ch. 17.

XVIe s. Dont à l'heure Thony s'en vint sur le pré grand alleure Nous accorder, Marot, I, 221. S'ilz alloyent de cul, vous eussiez estimé estre leur alleure naturelle, Rabelais, Pant. V, 29. L'ennemy n'osa faire contenance de les attendre, ains print le chemin pour se retirer aux grandes alleures à Verceil, Du Bellay, M. 251.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ALLURE, s. f. c’est la maniere de marcher des bêtes. Ce mot s’applique en Morale à la conduite, & se prend en mauvaise part.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « allure »

Faisait, en ancien français, aleure, mot dérivé de aller avec le suffixe -ure.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Aller. La forme ancienne régulière est aleüre, dont la contraction s'est faite de très bonne heure et qui suppose un bas-latin, alatura.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « allure »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
allure alyr

Citations contenant le mot « allure »

  • Toutes les femmes ne sont pas faites pour être mères. Quelle allure aurait la Victoire de Samothrace si elle devait arrêter son essor pour mettre bas ? De Natalie Clifford Barney
  • Tout prend, à mesure qu'on vieillit, l'allure du souvenir, même le présent. On se considère soi-même comme déjà passé. De Marcel Jouhandeau / Réflexions sur la vieillesse et la mort
  • Si les compositeurs modernes écrivent des airs devant être joués à toute allure, c’est pour que les auditeurs ne découvrent pas quel compositeur classique a été pillé. De Linda Barnes
  • Que celui qui mène à vive allure le cheval-de-la-suffisance se retourne, et il verra la honte accrochée à sa queue. De Massa Makan Diabaté / Une Hyène à jeûn
  • Marcher dans une foule signifie ne jamais aller plus vite que les autres, ne jamais traîner la jambe, ne jamais rien faire qui risque de déranger l'allure du flot humain. De Paul Auster / Moon Palace
  • Notre maison HLM a eu pour moi l'allure d'un palais, la première fois que j'ai franchi la porte d'entrée De Valérie Trierweiler / Merci pour ce moment
  • On est tellement pressés d'aller on ne sait où faire on ne sait quoi, chaque minute d'attente prend des allures d'éternité perdue. De Jean Dion / Le Devoir - 18 Février 1999
  • Il n’est pas souhaitable de dévoiler à la gent masculine que sous ses allures de poupée Barbie Superstar une femme peut cacher une grande intelligence. De Pedro Almodovar / Patty Diphusa : La Vénus des lavabos
  • J’adore les dates limites. J’aime le son qu’elles font lorsque on les dépasse à toute allure. De Douglas Adams
  • Le parcours de l'existence est un toboggan lancé à toute allure qui parfois ralentit on ignore pourquoi. De Dominique Rolin / Journal amoureux
  • Les Anglais aiment rouler lentement lorsqu’ils sont vivants mais filent à toute allure en Rolls lorsqu’ils sont morts. De Pierre Daninos / Le Secret du major Thompson
  • S'excuser, c'est un peu comme essayer de redonner de l'allure à un manteau élimé avec une brosse usée. De Leonard Flemming
  • Le métier de journaliste ressemble assez à celui de couturier : de fil en aiguille, plus on avance sur un sujet, plus il change d'allure. De Louis-Gilles Francoeur / Le Devoir -15 mars 2000
  • Le temps n'a pas la même allure pour tout le monde ! De William Shakespeare / Comme il vous plaira
  • Heureux même au singulier a une allure de pluriel. On ne peut pas être réellement heureux seul. De Anonyme
  • Charlie ne s’en cache pas : APIVIA préfère largement les allures où le vent vient de la gauche. Et, il suffit de voir les vitesses constatées ou certains pointages pour en déduire que Charlie ne peut solliciter APIVIA de la même manière dans les bords glissant vers la Zone d’Exclusion Antarctique, pour mieux regagner des milles sur les bords s’en éloignant. Et heureusement, car après un nouvel empannage calé dans la soirée d’hier à la limite de la zone des glaces, Charlie suit aujourd’hui un long bord, vent venant de la gauche, parfaitement en appui sur son foil sous le vent. « Le vent va rester soutenu pendant quelques temps déclare Charlie. Je vais bientôt pouvoir faire un cap plus direct vers l’Est grâce à ce vent de Nord-Ouest. Cela va être la course, car à l’arrière de ce front, il n’y aura pas de vent. Donc, il faut absolument rester du bon côté. Le cap Horn, c’est entre 4 et 5 jours. Cela dépend justement si j’arrive à rester devant le front… Si j’y arrive, ce sera assez rapide, si je me fais doubler par ce front, ce sera plus lent… Le prochain objectif, c’est le Horn, ce sera un moment fort de ce Vendée Globe ! ». Course au Large, Vendée Globe. Apivia sur sa bonne allure
  • Ce samedi 9 janvier vers 15 heures, les gendarmes de la brigade motorisée de Romans-sur-Isère ont contrôlé un automobiliste qui roulait à très vive allure sur la RD67, à Chanos-Curson. Sur cette route limitée à 80 km/h, l’homme, un commerçant âgé de 54 ans, originaire de Génissieux, essayait sa nouvelle voiture, une Porsche GT4. Il a été contrôlé à 148 km/h, retenu 140 km/h. Son permis de conduire lui a été retiré sur le champ. , Faits divers. Chanos-Curson : contrôlé à plus de 140 km/h dans sa Porsche GT4
  • Le Normand est tout simplement le plus rapide (et de loin) depuis 24 heures et navigue à près de 20 nœuds contre moins de 8 pour Bestaven. L’allure du leader s’explique par son retour sous des latitudes tempérées, en bordure d’un anticyclone au large du Brésil. Très peu de vent le porte. , Vendée Globe. Dalin fond sur Bestaven, Pip Hare héroïque : ce qu’il faut retenir du samedi 9 - La Roche sur Yon.maville.com
  • Ces données seraient favorables à une modification du critère de délai d’apparition des manifestations d’allure allergique (ne répondant pas aux critères d’anaphylaxie) pour lesquelles une consultation avec un spécialiste est recommandée avant la revaccination. INSPQ, Critère de délai d’apparition des manifestations cliniques d’allure allergique suivant la vaccination pour lesquelles une consultation avec un spécialiste est recommandée avant la revaccination | INSPQ

Traductions du mot « allure »

Langue Traduction
Anglais allure
Espagnol seducir
Italien fascino
Allemand locken
Chinois 引诱
Arabe إغراء
Portugais fascinar
Russe очарование
Japonais 魅力
Basque lilura
Corse allure
Source : Google Translate API

Synonymes de « allure »

Source : synonymes de allure sur lebonsynonyme.fr

Allure

Retour au sommaire ➦

Partager