La langue française

Dégradation

Sommaire

  • Définitions du mot dégradation
  • Étymologie de « dégradation »
  • Phonétique de « dégradation »
  • Évolution historique de l’usage du mot « dégradation »
  • Citations contenant le mot « dégradation »
  • Images d'illustration du mot « dégradation »
  • Traductions du mot « dégradation »
  • Synonymes de « dégradation »
  • Antonymes de « dégradation »

Définitions du mot dégradation

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉGRADATION1, subst. fém.

A.− Destitution infamante.
1. Destitution infamante d'une charge, d'une fonction, d'une dignité. La dégradation d'un magistrat (Ac.). On ne procédait à la dégradation d'un prêtre que lorsqu'il était condamné à mort (Ac.1835, 1878).
2. En partic., mod.
a) Dégradation civique. ,,Peine criminelle, infamante, (...) qui entraîne (...) privation des droits civiques et politiques et de certains droits publics, civils et de famille (...)`` (Cap.).
b) Dégradation (militaire). Peine infamante consistant en la destitution d'un militaire de son grade et en son exclusion de l'armée. La dégradation de Dreyfus (Goncourt, Journal,1895, p. 713):
1. ... attendu qu'il est constant qu'Erlane Jean-René a déserté à l'ennemi et s'est rendu de plus coupable du crime de trahison, le tribunal le condamne à la peine de mort avec dégradation militaire... Vercel, Capitaine Conan,1934, p. 216.
B.− Au fig. Action de diminuer la valeur morale; p. méton., le résultat de cette action. Une dégradation de l'idéal prolétarien par le maquignonnage électoral (Bourget, Actes suivent,1926, p. 90):
2. ... il est certain que l'introduction démesurée des mots étrangers (...) est un des signes les plus infaillibles de la dégradation morale d'un peuple. J. de Maistre, Essai sur le principe générateur des constitutions pol. et autres institutions humaines,1810, p. 100.
C.− P. ext.
1. Action de mettre en mauvais état, de causer un dommage. Il a fait de grandes dégradations dans ces bois (Ac.). La dégradation des monuments publics est punie par la loi (Ac.1878-1932) :
3. Au long des maisons, (...) deux rangées de bornes en grès (...) étaient dressées pour les protéger (...) contre les dégradations des charrettes, qui menaçaient les murs par les longues fusées de leurs essieux. Faral, La Vie quotidienne au temps de St Louis,1942, p. 15.
Au fig. Passage progressif à un état plus mauvais. La dégradation de la situation sociale, de la conjoncture économique (Lar. Lang. fr.).
2. Action d'affaiblir, de diminuer; résultat de cette action. Le principe de Carnot, ou principe de la dégradation de l'énergie (Poincaré, Valeur sc.,1905, p. 176):
4. ... je suis dans un état spécial, comparable à celui de certains psychasthéniques, c'est la première chute de potentiel, la première dégradation de la conscience avant le rêve. Sartre, L'Imagination,1936, p. 65.
Perte de valeur :
5. Il n'y a plus de bornes à la fabrication du papier [monnaie] et par conséquent à sa dégradation. Le rouble est tombé à 28 ou 29 sous tournois... J. de Maistre, Correspondance,t. 3, 1796-1821, p. 289.
Prononc. et Orth. : [degʀadasjɔ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. a) 1486 [1reéd.] « destitution d'un personnage » (Expos. de la reigle M. S. Benoit, fo85 b ds Gdf. Compl.) [La date xives. (J. de Vignay), donnée dep. DG ne convient pas]; b) ca 1570 degradation d'armes (Carloix, Mémoires de la vie de François de Scepeaux, VI, 13 ds Littré); c) 1791 dégradation civique (Lepelletier, 4 juin ds l'Ancien Moniteur, VIII, 574 ds Ranft, Der Einfluss der französischen Revolution..., Darmstadt, 1908, p. 95); 2. 1539 « avilissement » (Apologie de Maistre Nicole Glotelet pour Clément Marot ds Marot, Œuvres, La Haye, 1731, t. 4, p. 502); 3. a) 1690 « détérioration d'un édifice, d'un objet » (Fur.); b) 1883 phys. dégradation de l'énergie (E. Jouffret, Introduction à la théorie de l'énergie, Paris, p. 103). Empr. au b. lat. degradatio à l'orig. terme relig. « destitution d'un prêtre, d'un évêque ».

DÉGRADATION2, subst. fém.

Diminution graduelle de l'intensité d'une couleur, d'une lumière. Le ciel, par des dégradations insensibles, passait du rouge le plus vif à l'orange (Gautier, Tra los montes,1843, p. 144):
1. Il [Ghirlandajo] sut distribuer ses figures en groupes, et distinguant par une juste dégradation de lumière et de couleurs les plans dans lesquels les groupes étaient placés, les spectateurs surpris trouvèrent que ses compositions avaient de la profondeur. Stendhal, Hist. de la peint. en Italie,t. 1, 1817, p. 151.
P. ext. :
2. [Le clocher] de l'église (...) [est] quadrangulaire à sa base, puis son plan prend la forme d'une croix grecque. La dégradation des divers étages qui le composent lui donne une forme pyramidale. Lenoir, L'Archit. monastique,1852, p. 316.
Prononc. et Orth. Cf. dégradation1. Étymol. et Hist. 1. 1669 peint. (Molière, Val de Grâce, 165 ds Œuvres complètes, éd. A. Régnier, t. 9, p. 551); 2. entre 1749 et 1751 fig. « modification progressive » (Daubenton, Hist. nat. ds Encyclop. t. 2, p. 490, s.v. cabinet d'hist. nat.). Empr. à l'ital. digradazione « id. » (fin du xviies. ds Batt.).
STAT. − Dégradation1 et 2. Fréq. abs. littér. : 602. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 599, b) 523; xxes. : a) 593, b) 557.
BBG. − Mat. Louis-Philippe 1951, p. 136.

Wiktionnaire

Nom commun

dégradation \de.ɡʁa.da.sjɔ̃\ féminin

  1. Destitution, privation infamante du grade, de la dignité que l’on a.
    • Je ne veux pas encourir la sentence de la dégradation, ni même perdre mon office pour l’amour d’une poupée juive. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  2. (Figuré) Avilissement.
    • La dégradation des âmes est une suite de la servitude.
  3. Dégât, détérioration plus ou moins considérable qu’on fait dans une propriété publique ou privée, dans une maison, etc.
    • Il fit faire un procès-verbal des dégradations qui avaient été commises dans son domaine. - Le locataire de cet appartement y a fait beaucoup de dégradations. - La dégradation des monuments publics est punie par la loi.
  4. Dépérissement où est une chose, dommage qu’elle a éprouvé par l’effet de la vétusté ou d'un accident.
    • Parmi les facteurs locaux, nous citerons d'abord la dégradation des pâturages causée par les abus de la transhumance, d'immenses troupeaux ayant été amenés des pays du Sud por y trouver, pendant l'été, leur pâture. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Les relations entre écoulement et surface des bassins dépendent largement de l'état de dégradation des réseaux hydrographiques et des endoréismes locaux. — (J. Albergel & H. Dacosta, Les écoulements non pérennes sur les petits bassins du Sénégal, dans L'hydrologie tropicale: géoscience et outil pour le développement  : Mélanges à la mémoire de Jean Rodier, édité par Pierre Chevallier & ‎B. Pouyaud, ORSTOM, 1996, page 151)
  5. (Arts) Affaiblissement graduel de la lumière, des ombres, des couleurs dans un dégradé.
    • En ce moment de la journée, les lentes dégradations de la lumière semblent réveiller les sentiments doux ; …. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉGRADATION. n. f.
Destitution, privation infamante du grade, de la dignité que l'on a. La dégradation d'un magistrat. Dégradation militaire, Qui dépouille un soldat de son grade, de ses insignes. Dégradation civique, Qui dépouille un citoyen de ses droits politiques. Il se dit au figuré pour Avilissement. La dégradation des âmes est une suite de la servitude. Il signifie encore Dégât, détérioration plus ou moins considérable qu'on fait dans une propriété publique ou privée, dans une maison, etc. Il a fait de grandes dégradations dans ces bois. Il fit faire un procès-verbal des dégradations qui avaient été commises dans son domaine. Le locataire de cet appartement y a fait beaucoup de dégradations. La dégradation des monuments publics est punie par la loi. Il se dit également du Dépérissement où est une chose, du dommage qu'elle a éprouvé par l'effet de la vétusté ou de quelque accident. La dégradation d'un bâtiment. Tous ces murs sont dans un état de dégradation.

Littré (1872-1877)

DÉGRADATION (dé-gra-da-sion ; en poésie, de cinq syllabes) s. f.
  • 1Destitution infamante d'un grade, d'une dignité, d'une qualité. Dégradation militaire. Aucune peine infamante ne peut être exécutée contre un membre de la Légion d'honneur, sans que d'abord il n'ait subi la dégradation.

    Dégradation civique, peine infamante qui consiste dans la privation de certains droits civils et politiques.

    Terme d'église. Censure par laquelle un ecclésiastique, à cause de quelque faute considérable, est privé pour toujours de l'exercice de son ordre et du bénéfice ecclésiastique.

  • 2 Fig. Avilissement. La dégradation des âmes est une suite de la servitude. Tel est le sort de ces malheureux connus à la côte de Coromandel sous le nom de parias ; leur dégradation est bien plus entière au Malabar, qui n'a pas été asservi par le Mogol et où on les appelle pouliats, Raynal, Hist. phil. I, 8.

    Se dit aussi des choses. La dégradation du goût, de la couleur, de la composition, des caractères, de l'expression, du dessin, a suivi pas à pas la dégradation des mœurs, Diderot, Salon de 1765, Œuvres, t. XIII, p. 43, dans POUGENS.

  • 3Acte duquel résulte la détérioration d'une chose. La dégradation des monuments publics est prévue par la loi.

    Terme de palais. Dégradation de biens, dommages et altération qui se font dans les terres, les bois ou les bâtiments.

    Terme de géologie. Action destructive très lente, mais continuelle, à laquelle sont soumises les roches, les montagnes, les terres des continents.

    État de délabrement d'une chose par une cause quelconque. La dégradation de ce mur est telle qu'il menace ruine.

  • 4 Terme de pathologie. Arrêt de développement, aberration d'évolution du corps vivant, soit partielle, soit générale, soit acquise, soit héréditaire.

HISTORIQUE

XVIe s. Par degradation d'honneur, confiscation d'estat, de biens, et confinement, Carloix, II, 6. Qu'ils meriteroient tous deux une honteuse degradation d'armes et de tout honneur, Carloix, VI, 13.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « dégradation »

Dégrader 1 ; provenç. desgradatio ; espagn. degradacion ; ital. degradazione.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Du latin degradatio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « dégradation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dégradation degradasjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « dégradation »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dégradation »

  • Toute forme de récompense constitue une dégradation d'énergie. De Simone Weil / La Pesanteur et la grâce
  • Je m'émeus du spectacle de la dégradation de l'homme par l'homme. De Alexis de Tocqueville / Œuvres complètes,1986
  • Mardi 30 juin, des militants ont organisé une action devant les statues au pied des escaliers de la gare Saint-Charles pour dénoncer l'héritage colonial et exotique dont elles sont l'allégorie. Ils revendiquent une action symbolique, alors qu'une militante a été placée en garde à vue pour dégradations. Marsactu, Dégradation des statues de la gare Saint-Charles : les militants décoloniaux démentent | Marsactu
  • Jacques Pradel : Ces statues sont à la glorification de la colonisation et sont parfaitement indécentes dans la société actuelle. Je comprends, même si je n’adhère pas, qu’on ait envie de les badigeonner de peinture. Cette dégradation illustre le besoin social de parler de notre histoire, de se saisir des questions liées à l’histoire de la colonisation, et qu’elles cessent d’être taboues. Elles témoignent de la nécessité aujourd’hui de faire, de manière publique, le procès de la colonisation. www.lamarseillaise.fr, Jacques Pradel : « La dégradation des statues de Saint-Charles illustre le besoin social de parler de notre histoire »
  • Près de la moitié des notes des sociétés françaises évaluées par l'agence américaine sont assorties d'une « perspective négative », une proportion particulièrement élevée par rapport à décembre 2019 (20 %) ou 2018 (15 %). Le rythme des dégradations a donc toutes les chances de s'accélérer dans la deuxième partie de l'année puis en 2021. Les Echos, La dégradation de la situation des entreprises françaises les plus endettées s'accélère | Les Echos

Images d'illustration du mot « dégradation »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « dégradation »

Langue Traduction
Anglais degradation
Espagnol degradación
Italien degradazione
Allemand degradierung
Chinois 降解
Arabe تراجع
Portugais degradação
Russe деградация
Japonais 劣化
Basque degradazioa
Corse degradazione
Source : Google Translate API

Synonymes de « dégradation »

Source : synonymes de dégradation sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « dégradation »

Partager