La langue française

Conversion

Sommaire

  • Définitions du mot conversion
  • Étymologie de « conversion »
  • Phonétique de « conversion »
  • Évolution historique de l’usage du mot « conversion »
  • Citations contenant le mot « conversion »
  • Images d'illustration du mot « conversion »
  • Traductions du mot « conversion »
  • Synonymes de « conversion »
  • Antonymes de « conversion »

Définitions du mot conversion

Trésor de la Langue Française informatisé

CONVERSION, subst. fém.

I.− [Correspond à convertir I, les compl. éventuels sont introd. par de et en]
A.− [Parfois par fig. étymol.] Changement, par retournement, du sens d'un mouvement en cours. Synon. tour, retournement, volte :
1. Trois garçons pivotèrent sur leurs talons comme des toupies; les deux dames du comptoir eurent un sursaut, puis une conversion du torse entier, comme si elles eussent été deux automates... Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Un Lâche, 1884, p. 915.
Spécialement
1. ART MILIT. Mouvement tactique qui amène un corps de troupe à changer la direction de son front en pivotant autour de l'une de ses extrémités en ordre serré. Conversion à droite, à gauche; mouvement de conversion; faire, accomplir une conversion. Créer à Montmédy une place pour servir de pivot à la conversion que notre aile gauche aurait à faire si les conditions nous permettant d'entrer en Belgique se réalisaient (Joffre, Mém.,t. 1, 1931, p. 203).
2. MAR. Changement progressif de direction d'une ligne de navires (d'apr. Gruss 1952).
3. MÉCAN. Centre de conversion. ,,Point autour duquel un corps tourne ou tend à tourner en décrivant une courbe`` (Guilb. Aviat. 1965).
4. SP. Demi-tour sur place effectué par un skieur (d'apr. Gautrat Ski 1969). Faire une conversion; conversion arrière, avant. Sans hésiter, après avoir saisi au vol ses bâtons, le facteur opéra une conversion et se laissa glisser à vive allure jusqu'à l'orée du petit bois (A. Besson, La Grotte aux loups,Vuillens, 1963, p. 12).
P. métaph. On se représente volontiers la réflexion comme une conversion de la conscience qui, d'abord hors de soi, rentre ensuite en soi et suspend son intention centrifuge (Ricœur, Philos. volonté,1949, p. 59):
2. Malgré tout, malgré les preuves répétées de la conversion à droite qu'accomplit depuis les élections générales le parti radical, je m'obstinais à espérer encore. Jaurès, Le Guêpier marocain (1906-08),1914, p. 197.
B.− Changement, transformation d'un objet dans sa nature ou sa fonction.
1. [Le changement porte sur un obj. physique]
a) Action de changer une chose en une autre. Synon. transformation.
α) [La transformation est une opération industrielle]
MÉTALL. ,,Opération métallurgique d'affinage effectuée dans un convertisseur et ayant pour objet de convertir la fonte en acier (par oxydation du carbone, du silicium, du manganèse et éventuellement du phosphore), en soufflant de l'air plus ou moins enrichi d'oxygène`` (Bader-Th. 1962). Acier de conversion, aciéries de conversion; conversion basique, acide.
Rem. La docum. atteste, dans le même sens, le subst. masc. convertissage. Convertissage de l'acier. Dans l'opération du convertissage, la matte fondue est versée directement dans l'appareil pour y subir l'action de l'air sous pression (Guillet, Techn. métall., 1944, p. 43).
ÉLECTR. ,,Transformation de l'énergie électrique reçue sous une certaine forme de courant en énergie fournie sous une autre forme de courant`` (Siz. 1968).
ÉLECTRON. Transformation de la haute fréquence d'un signal en une fréquence moyenne plus facilement amplifiable dans une lampe dite mélangeuse (d'apr. Électron. 1963-64).
ÉN. NUCL. ,,Production, à partir d'une substance « fertile », d'une substance fissile différente de la substance fissile consommée par la réaction nucléaire en chaîne`` (Nucl. 1964). Conversion du plutonium 239 en uranium 238. La fabrication de bombes à hydrogène a fait un large appel au lithium, source de matériaux de fusion lors de la conversion des isotopes de l'hydrogène en hélium (Hist. sc.,t. 3, vol. 2, 1964, p. 428).
β) [La transformation est une opération financière] Cf. convertir I B 1 b.
Conversion d'emprunts, de rente. Opération consistant à remplacer une dette publique (rente, emprunts) portant un certain intérêt par une autre produisant un intérêt moindre. La propriété, parmi nous, tient encore de la stabilité de la terre dont elle est née. J'étais donc, en général, contre le principe de la conversion ou du remboursement (Chateaubr., Mém.,t. 3, 1848, p. 236).
Conversion de titres. ,,Opération consistant à transformer des titres nominatifs en titres au porteur`` (CIDA 1973). Conversion de parts de fondateur en actions; conversion d'obligations en actions.
Conversion de rente. Transformation d'une rente servie pour incapacité permanente à un accidenté du travail en un capital, après cinq ans de consolidation, si celui-ci n'a qu'une incapacité de 10 % au maximum (d'apr. CIDA 1973 et Barr. 1974).
Conversion de monnaie. Échange de monnaie contre d'autre monnaie ou contre de l'or. Si la quantité des billets émise n'excédait pas les besoins de la circulation, les porteurs de billets n'exigeraient pas leur conversion en métal (Say, Écon. pol.,1832, p. 276).
Rem. La docum. atteste, dans le même sens, le subst. masc. convertissement (vx).
γ) [La transformation est un acte jur.]
Conversion de saisie immobilière en vente volontaire. ,,Incident de la procédure de saisie immobilière ayant pour objet de transformer la procédure de vente sur saisie immobilière en vente par adjudication`` (Cap. 1936).
Conversion de séparation de corps en divorce (Barr.1974).
b) Transformation (spontanée, non causée) d'une chose en une autre. Synon. transformation, transmutation.
α) [La transformation est un processus matériel, chim., phys., biol.] La conversion du sucre en acide carbonique. Les chauffages de fusées d'essieu, de tourillons de manivelle etc., sont des exemples trop fréquents de la conversion de travail mécanique en chaleur (Herdner, Locomotives,1887, p. 21).
BIOL. Transformation d'une cellule normale en cellule maligne (d'apr. Méd. Biol. t. 1 1970).
ÉN. NUCL. Conversion interne. Transition entre deux états d'énergie d'un noyau avec émission d'un rayonnement X (d'apr. Nucl. 1964).
β) [La transformation est un processus psychol., soc., hist.]
Loi de conversion des changements quantitatifs en changements qualitatifs. Thèse de la dialectique matérialiste qui envisage le devenir comme une conversion de la qualité ancienne en qualité nouvelle par suite de l'accumulation de changements quantitatifs (Ros.-Ioud.1955, p. 96).
PSYCHANAL. Mécanisme qui consiste en une transposition d'un conflit psychique et la tentative de le résoudre dans des symptômes somatiques moteurs (paralysies par exemple) ou sensitifs (anesthésies ou douleurs localisées), l'énergie libidinale attachée aux représentations refoulées étant convertie en énergie d'innervation somatique (d'apr. Lapl.-Pont. 1967). Synon. (partiel) somatisation.Hystérie de conversion.
THÉOL. Conversion eucharistique. ,,La « consécration divine » de l'eucharistie, « opérée par les paroles mêmes du Christ, change la nature » du pain et du vin et en fait « le sacrement du corps et du sang du sauveur »`` (Théol. cath. t. 3, 2, 1911).
γ) P. ext., usuel. Transformation d'une entité ou d'un ensemble d'entités en une autre entité ou un autre ensemble d'entités. La conversion du relatif en absolu (Maine de Biran, Influence habit.,1803, p. 199):
3. Ramenée au ciel, et comment? Par le fait logique et charmant D'un grand miracle assurément, Par la conversion soudaine D'un cœur voué tout à la haine En un d'une onction sereine. Verlaine, Poèmes divers,Tristia, 1896, p. 239.
c) Adaptation (de quelque chose) à de nouvelles fonctions, à un nouvel usage. Conversion d'un portique en église (Lenoir, L'Archit. monast.,1852, p. 19).La création de nouvelles enceintes a amené le déclassement des anciennes et leur conversion en boulevards (Lavedan, Urban.,1926, p. 100).
SYLVIC. ,,Changement de régime d'une forêt, c'est-à-dire de mode de régénération et de sorte de peuplement`` (Plais. 1969). Le cas classique est la conversion d'un taillis sous futaie à réserve chêne en futaie de chêne (Cochet, Bois,1963, p. 84).
ÉCON. Conversion économique. Changement d'activité économique. Zones de conversion. Synon. reconversion, recyclage.Les agriculteurs qui effectuent une « migration », ou une certaine « mutation d'exploitation » ou encore certaines « conversions d'exploitations » reçoivent subventions et prêts préférentiels (Belorgey, Gouvern. admin.,1967, p. 370).
2. P. ext. [Le changement porte sur un obj. mental]
a) MATH. ,,Transformation d'un résultat de mesure exprimé avec certaines unités en un nouveau résultat exprimé avec d'autres unités`` (Uv.-Chapman 1956). Conversion de nombres complexes en nombres décimaux; conversion des mesures anglaises en mesures métriques.
b) INFORMAT. ,,Opération consistant à transférer sur un support des informations existant sur un autre type de support (conversion de support); traduction dans un système numérique d'un nombre écrit dans un autre système`` (Balay 1971). Conversion décimal-binaire, binaire-décimal; conversion analogique-numérique; conversion de codes, de programmes.
c) LOG. ,,Espèce de déduction immédiate qui consiste à inférer d'une proposition une autre proposition où les termes de la première soient permutés`` (Lal. 1968). Conversion simple. Qui s'applique à l'universelle négative et à la particulière affirmative. Conversion partielle. Qui déduit de l'universelle affirmative une particulière affirmative (Lal. 1968).
d) LING. ,,On appelle conversion la transformation d'une catégorie en une autre à l'aide de morphèmes grammaticaux`` (Ling. 1972).
II.− [Correspond à convertir II]
A.− [En parlant d'une relig. ou d'une croyance relig.]
1. Action de convertir. La conversion des incroyants; faire, opérer des conversions :
4. Les missionnaires protestants en A.E.F. et au Cameroun, se montraient plus scrupuleux, en général, que les catholiques sur les moyens employés pour la conversion des noirs... Gide, Journal,1943, p. 225.
Spéc. Conversion au catholicisme (cf. convertir II B 1) :
5. Par le préfet, il [un prêtre] réussit à nous empêcher de danser, et bientôt nous fera défendre de chanter et de rire (...) Ce n'est pas, comme on le sait, d'aujourd'hui, que les ministres de l'Église ont eu la pensée de s'aider du bras séculier dans la conversion des pécheurs, où les apôtres n'employaient que l'exemple et la parole... Courier, Pamphlets pol.,Pétition pour villageois, 1822, p. 140.
2. Fait d'adopter une nouvelle religion en abandonnant sa religion, ses convictions antérieures. Conversion des protestants, des juifs au catholicisme.
Spéc., THÉOL. Action de se soumettre à la volonté de Dieu, de répondre à l'appel de la grâce. La conversion ne mérite ce nom selon l'Église, que dans la mesure de sa conformité au dogme que l'Église a défini (...) (Philos., Relig., 1957, p. 3405):
6. Dieu est si bon, il voit avec tant de peine des créatures faites pour le ciel se perdre, qu'il met tout en œuvre pour les ramener; il les prend par tous les moyens, même par leurs passions, quand il n'y a plus de vertu. Cela se voit dans la conversion des saints, et rien ne fait tant aimer Dieu que ces traits de miséricorde. E. de Guérin, Lettres,1838, p. 180.
3. P. ext.
a) Retour à la pratique religieuse, à l'observance des lois de la morale religieuse. Conversion d'un pécheur, d'un scélérat, d'un libertin; conversion et amendement, et repentir. À Mons, en 1874, conversion au catholicisme négligé depuis ma première communion (Verlaine, Corresp.,t. 3, 1869-96, p. 261).
En partic. Transformation, exigée par les vœux monastiques, appelée dans la théologie catholique conversion des mœurs (conversio morum). Le texte latin attestant l'offre qu'il consentait de lui-même au Dieu tout-puissant, à la Bienheureuse Vierge Marie, au Saint Père Benoît pour le monastère du Val des Saints, et promettant la conversion de ses mœurs suivant la règle du patriarche (Huysmans, Oblat,t. 2, 1903, p. 34).
b) Complète transformation spirituelle et morale. Je n'étais, avant ma maladie, qu'un misérable pécheur (...) La providence a daigné me tirer de cet abîme; je me gouverne depuis ma conversion par les avis de mon directeur (A. France, Contes Tournebroche,1908, p. 145).
SYNT. Conversion authentique, sincère, véritable; conversion radicale, définitive, soudaine, tardive, éclatante, miraculeuse; fausse conversion; conversion superficielle.
B.− P. anal.
1. Fait d'adopter des idées, des opinions, un système politique ou philosophique; adhésion à ces nouvelles idées. Conversion au communisme, au fascisme, à la démocratie, à la révolution; conversion démocratique, révolutionnaire. Ces sortes de conversions révolutionnaires de type religieux (Breton, Manif. Surréal.,2eManifeste, 1930, p. 120):
7. ... le prince [de Guermantes] avait changé comme tous ces insolents de la jeunesse et de l'âge mûr, à qui la vieillesse apporte sa douceur (...) surtout si la vieillesse a pour adjuvant quelque vertu, ou quelque vice qui étende les relations, ou la révolution qui fait une conversion politique, comme celle du prince ou dreyfusisme? Proust, Le Temps retrouvé,1922, p. 954.
2. Fait d'adopter de nouvelles valeurs (morales, esthétiques, etc.). L'état inauthentique qui est mon état ordinaire tant que je n'ai pas réalisé la conversion à l'authenticité (Sartre, Être,1943, p. 303):
8. Je songeais enfin à cet écart si singulier qui existe entre les Œuvres de Jeunesse et Madame Bovary, à cette conversion au style purifié qui suit le voyage d'Orient. Thibaudet, Réflexions sur la critique,1936, p. 83.
3. Complète transformation spirituelle et morale (cette transformation n'étant pas ressentie comme une expérience religieuse). L'initiative, considérée négativement dans les grandes options, conversions et réformes radicales, n'est pas sans la rupture violente de la continuation et l'arrachement douloureux aux habitudes (Jankél., Je-ne-sais-quoi,1957, p. 254).
P. plaisant. Changement radical (de la vie, etc.). Il [Olivier] continua : il est possible qu'un jour je me marie. (...) on a vu des conversions plus étonnantes (Fromentin, Dominique,1863, p. 267).
Prononc. et Orth. : [kɔ ̃vε ʀsjɔ ̃]. Ds Ac. depuis 1694. Étymol. et Hist. A. Ca 1170 « habitation » (Benoit de Sainte-Maure, Chronique des Ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 13029) − xives., Chevalier au papegau, 24, 9 ds T.-L. B. 1. Ca 1190 « action de se convertir à une religion » conversion saint Pol (Sermons de Saint Bernard, éd. W. Foerster, p. 114, 20); 2. ca 1190 spiritel conversion « passage d'une vie plus relâchée, d'une foi tiède à une foi réelle » (ibid., p. 136, 41); 3. av. 1752 « changement d'opinion » (Astruc ds Trév.). C. 1. Ca 1200 « action de se tourner » (A. de Paris, Alexandre, III, 1321, éd. Elliott Monographs, t. II, p. 172); 2. 1516 art milit. « mouvement tournant » (Trad. d'Elien, ms BN 24725, fo128 rods Gdf.), attest. isolée; à nouv. 1648 (Nicolas Perrot d'Ablancourt, Retraite des Dix Mille de Xénophon, L. 1, chap. X ds Rich. 1680). D. 1. 1330-32 « changement d'une chose en une autre » (G. de Digulleville, Pélerinage de vie humaine, 1455 ds T.-L.), attest. isolée, à nouv. en 1611 (Cotgr.); 2. 1636 math. conversion de raison (Mersenne, Harmonie universelle, 59 ds IGLF); 3. 1662 log. (A. Arnauld, P. Nicole, La Logique ou l'art de penser, 2epart., chap. 14 ds Rich. 1680); 4. 1690 fin. (Fur.); 5. 1690 dr. (Fur.). Empr. au lat. class. conversio « action de tourner, mouvement circulaire; changement, métamorphose », lat. chrét. « conversion religieuse, retour à la vraie foi; log. interversion du sujet et de l'attribut ». Fréq. abs. littér. : 830. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 076, b) 881; xxes. : a) 897, b) 1 599.
DÉR. 1.
Conversionnel, elle, adj.Qui convertit, transforme. Toute rétention est en même temps conversion du kinésique en visuel, et cette rétention conversionnelle mériterait à elle seule une description phénoménologique (Sartre, L'Imaginaire,1940, p. 103).Cet adj. didactique est absent des dict. consultés. 1reattest. 1940, id.; de conversion, suff. -el (cf. -al, -el).
2.
Conversion(n)iste,(Conversioniste, Conversionniste) subst.,vx. Partisan de la conversion des rentes (supra I B 1 a β). On dit que toute rente perpétuelle est essentiellement rachetable (...) du point de vue propriétaire, et dans la bouche des conversionnistes, c'est le langage des banqueroutiers (Proudhon, Qu'est-ce que la propriété?1840, p. 162). Seule transcr. ds Littré : kon-vèr-sio-ni-st'. Selon la règle énoncée par R. Thimonnier, Principes d'une réforme rationnelle de l'orth. (inédit), 1967, p. 72, n terminal de -on ne redouble que s'il est suivi de e. D'apr. cette règle il faudrait écrire conversioniste, alors que conversionnel /-er avec 2 n sont réguliers. En ce qui concerne les dict. qui enregistrent le mot, celui-ci est écrit avec 1 n ds Ac. Compl. 1842, Besch. 1845 et Littré, avec 2 n ds Lar. 19e-20eet Guérin 1892. 1resattest. 1838 conversioniste (Ac. Compl. 1842); 1840 conversionniste (Proudhon, loc. cit.); de conversion (supra étymol. D 4), suff. -iste*. Fréq. abs. littér. : 1.
BBG. − Aubin (P.). Le Probl. de la conversion. Paris, 1963, 236 p. − Guillemin (H.). La Conversion de Paul Claudel. Ét. class. 1957, t. 25, no1, pp. 5-64. − Termes techn. fr. Paris, 1972, p. 111.

Wiktionnaire

Nom commun

conversion \kɔ̃.vɛʁ.sjɔ̃\ féminin

  1. Action de changer une chose en une autre chose.
    • À l’heure actuelle, l’étendue inculte boisable en épicéa étant fortement réduite, son extension est due à la conversion de peuplements feuillus en pessières et au boisement de terres agricoles. — (Recherches économiques de Louvain, vol. 22, Université catholique de Louvain, Institut des sciences économiques, 1956, page 566)
    • Une variante particulière du gène DCP, qui code pour l’enzyme de conversion de l’angiotensine, peut faire la différence entre quelqu’un qui peinerait à l’effort physique et un athlète de haut niveau dans des sports d’endurance. — (« La démagogie est-elle génétique ? », dans Le Québec sceptique, n°58, automne 2005, p. 17)
    • Le Reichsmark fut converti en francs en deux étapes, introduction d’un « Saarmark » en janvier 1947, conversion en francs en novembre de la même année. — (Gilbert Krebs, L’Allemagne, 1945-1955 : de la capitulation à la division, Presses Sorbonne Nouvelle, 1996, page 154)
    • Le kutch ou règle d’architecte est une règle à échelle qui permet grâce aux graduations de différentes échelles une lecture et une réalisation rapide des plans en évitant de savants calculs de conversion. — (Catherine Fetz, ‎Christine Langlois & ‎Johann Lesire, Le Volum’ : Expertise de la vie quotidienne, Éditions Foucher, 2e éd., 2015, fiche 94)
  2. (Militaire) Mouvement par lequel le front d’une troupe change de direction, en tournant ou en pivotant sur l’une de ses extrémités.
    • Va-t-il crier à ses hommes : En avant ! Non, il commande : « Sabre au fourreau ! » Les gendarmes font une conversion à droite ; le chemin est libre […] — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • Conversion de pied ferme. Conversion en marchant. Conversion à droite, à gauche.
  3. (Religion) Changement de croyance ou, quelquefois, retour aux pratiques religieuses.
    • Les étranges figures dont tout Mangarévien bigarrait sa peau […] lui donnaient un air martial et terrible, que ne démentait pas son caractère ; car il passait, avant sa conversion, pour le plus féroce insulaire de l’Océanie. — (Caret, « Archipel de Mangaréva (Iles Gambier) », dans Revue de l’Orient, 1844)
    • « Oh bien alors ! […] c’est comme si vous promettiez de devenir bientôt un des nôtres. Je suis d’ores et déjà certaine de votre conversion. » — (Henri Louatron, À la messe noire ou le Luciférisme existe, Mamers (Sarthe) : à compte d’auteur, s.d. (vers 1918-1920), page 51)
    • Mais, depuis la bataille de Tolbiac et la conversion de Clovis, L’Église eut ses coudées franches et put rapidement asseoir son influence à travers le territoire. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • La classe dirigeante arabe n’était donc pas favorable à la conversion en masse des populations des territoires conquis et les nouveaux musulmans, qui étaient tenus de se rattacher en tant que clients à une kabila (tribu) arabe, étaient assujettis à l'impôt. — (Bernard Lugan & André Fournel, Histoire de l'Afrique: des origines à nos jours, Ellipses, 2009, page 181)
  4. (Psychanalyse) Transposition d’un conflit psychique et tentative de résolution de celui-ci dans des symptômes somatiques, moteurs ou sensitifs. [1]
  5. (Par extension) Retour à une bonne conduite.
    • La mère Malard, branlant son bonnet noir, en a avalé les « Ave Maria » qu’elle bavotte à mi-voix, au long des heures, pour la conversion des pécheurs. — (Jean Rogissart, Mervale, Éditions Denoël, Paris, 1937, page 20)
  6. (Par extension) Changement d’opinions philosophiques ou politiques.
    • Conversion aux doctrines spiritualistes. La conversion aux idées d’un parti politique.
  7. (Cycle du combustible nucléaire) Transformation chimique de l’uranium en vue de son enrichissement, de son entreposage, ou pour la fabrication du combustible nucléaire.
  8. (Physique des réacteurs nucléaires) Transformation par réaction nucléaire d’un nucléide fertile en un nucléide fissile.
  9. (Sylviculture) Passage d’un massif forestier d’un régime sylvicole à un autre
    • Au milieu du XIXème siècle, ce type de peuplement évoluera progressivement, dans les forêts publiques, vers la futaie, par les grandes opérations de conversion classique menées par l’administration des Eaux et Forêts, méthode sylvicole très longue puisque celles engagées à cette époque se terminent de nos jours. — (Centre Régional de la Propriété Forestière (CRPF) Grand Est, Les milieux forestiers de la Plaine lorraine, juin 2016 → lire en ligne)
    • La proportion des peuplements présentant un mélange de futaie et de taillis ne doit cependant pas être assimilée stricto sensu à des peuplements de structure taillis-sous-futaie plus ou moins en conversion. Une partie de ces peuplements, certes minoritaire, peut en effet être considérée comme déjà convertie en futaie régulière. — (Thierry Sardin, Chênaies continentales, Office national des forêts, 2008, ISBN 978-2-84207-321-3 → lire en ligne)
  10. (Transport aérien) Conversion rapide.
    • La compagnie nationale Uzbekistan Airways a d’ailleurs entamé la conversion de ses avions de lignes Boeing 767 en avion cargo afin de répondre à la demande croissante de transport de marchandises, selon le média spécialisé dans l’aéronautique Aviation Explorer. — (Hadrien Canter, Les relations franco-ouzbèkes relancées par un appel entre les deux gouvernements, novastan.org, 18 mai 2020)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CONVERSION. n. f.
Action de changer une chose en une autre chose. Les alchimistes croyaient à la conversion des métaux. Conversion d'un procès civil en procès criminel. La conversion des rentes à cinq pour cent en rentes à trois pour cent. En termes militaires, il se dit du Mouvement par lequel le front d'une troupe change de direction, en tournant ou pivotant sur l'une de ses extrémités. Conversion de pied ferme. Conversion en marchant. Conversion à droite, à gauche. Il signifie, en termes de Religion, Changement de croyance ou quelquefois Retour aux pratiques religieuses. Demander à Dieu la conversion des pécheurs, des infidèles, des hérétiques. Il signifie, dans un sens plus large, Retour à une bonne conduite. Il s'emploie aussi par extension pour exprimer un Changement d'opinions philosophiques ou politiques. Conversion aux doctrines spiritualistes. La conversion aux idées d'un parti politique.

Littré (1872-1877)

CONVERSION (kon-vèr-sion ; en poésie, de quatre syllabes) s. f.
  • 1Action de tourner ; mouvement qui fait tourner.

    Terme de mécanique. Centre de conversion, point autour duquel un corps, quand il est sollicité au mouvement, tourne ou tend à tourner.

    Terme de théorie militaire. Changement de front. Quart de conversion, mouvement qui fait tourner la tête de bataillon où était le flanc. Ceux-ci, craignant d'être enveloppés de toutes parts, firent un quart de conversion, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. IV, p. 159, dans POUGENS.

    Terme de marine. Mouvement circulaire exécuté par un corps de bâtiments évoluants.

  • 2Transmutation. La conversion des métaux vils en or.

    Changement dans la forme. La conversion des écus en pièces de cinq francs, des toises en mètres. Il est étonnant, il est prodigieux que la vaste étendue de la Pologne n'ait pas déjà cent fois opéré la conversion du gouvernement en despotisme, Rousseau, Gouvern. de Pologne, ch. 5.

    Terme de finance. La conversion des rentes, l'élévation ou l'abaissement du taux ancien.

    Terme de jurisprudence. Changement d'un acte, d'une procédure en une autre. La conversion d'une obligation en rentes, d'un procès civil en un procès criminel.

    En médecine, conversion des maladies, changement d'une maladie en une autre.

  • 3 Terme de logique. Changement qu'on opère dans les propositions, en faisant du sujet l'attribut et de l'attribut le sujet, et qui est soumis à certaines règles selon que les propositions sont universelles ou particulières, affirmatives ou négatives, si l'on veut que la proposition reste vraie après l'opération. Conversion de proposition, c'est changer le sujet de la proposition en attribut et l'attribut en sujet, sans que la proposition cesse d'être vraie, si elle l'était auparavant, Logique de Port-Royal, 2e partie, ch. 14.
  • 4 Terme d'arithmétique. Proportion par conversion, comparaison de l'antécédent avec la différence qui est entre l'antécédent et le conséquent, dans chaque rapport.

    Conversion d'un nombre, autre manière de l'exprimer.

    Terme d'algèbre. Conversion des équations, expulsion des facteurs ou dénominateurs qui contiennent l'inconnue.

    Terme d'astronomie. Conversion de degrés, action de convertir les degrés en temps et les temps en degrés.

  • 5Action de tirer les âmes hors d'une religion qu'on croit fausse pour les faire entrer dans une religion qu'on croit vraie. Saint Paul fut l'instrument de la conversion des gentils. La conversion de protestants au catholicisme, de catholiques au protestantisme. La conversion au mahométisme de populations noires dans l'intérieur de l'Afrique. La mort d'Antiochus digne de son impiété et de son orgueil, sa fausse conversion durant sa dernière maladie, et l'implacable colère de Dieu sur ce roi superbe, Bossuet, Hist. I, 10. C'est que la conversion du monde ne devait être l'ouvrage ni des philosophes ni même des prophètes ; il était réservé au Christ, et c'était le fruit de sa croix, Bossuet, ib. II, 11. Les conversions étaient innombrables ; et ceux qui en ont été témoins oculaires nous ont appris que, pendant trois ans de séjour qu'elle a fait à la cour du roi son fils, la seule chapelle royale a vu plus de trois cents convertis, Bossuet, Reine d'Anglet. Deux sortes de personnes ont besoin de conversion : les honnêtes païens, qui n'ont que des vertus morales, et ceux qui ont commis de grands crimes, Bossuet, Pensées détachées, 20. Nous faisons cependant six mille lieues de mer pour la conversion des Indes, des royaumes de Siam, de la Chine et du Japon, c'est-à-dire pour faire très sérieusement à tous ces peuples des propositions qui doivent leur paraître très folles et très ridicules, La Bruyère, XVI. Qui peut douter que le clergé n'ait été bien aise de la conversion de Clovis et qu'il n'en ait même tiré de grands avantages ? Montesquieu, Espr. XXX, 24. C'est surtout dans le second siècle [de l'ère chrétienne] qu'il faut rechercher les motifs de conversion des savants et des gens du monde, parce que c'est alors qu'ils sont venus en foule dans l'Église, Condillac, Hist. anc. XV, 10. Il [Fléchier] se plaint de ce que les nouveaux convertis, qui, étant protestants, n'allaient point aux spectacles, y allaient depuis leur conversion, D'Alembert, Éloges, Fléchier.

    Conversion de saint Paul, fête qui se célèbre le 25 janvier.

    Retour aux pratiques de la religion qu'on négligeait. Soutenir une conversion naissante par de saints entretiens, Massillon, Confér. Conduite dans le monde. La conversion véritable consiste à s'anéantir devant cet être souverain qu'on a irrité tant de fois et qui peut nous perdre légitimement à toute heure, Pascal, Pensées, part. II, art. 6.

    Par extension, retour à une bonne conduite. La conversion de ce mauvais sujet qui s'est enfin rangé.

    En un sens encore moins particulier, changement d'avis sur quelque point important. Une société nouvelle [la société royale de médecine] dont l'établissement dut faire espérer à M. Malouin la prompte conversion des détracteurs de la médecine, Condorcet, Malouin.

HISTORIQUE

XIIe s. Par droit, chier frere, celebret om ui par tot le munde la conversion saint Pol, ki maistres fut des paiens, Saint Bernard, 554.

XIVe s. Si comme sont les conversions et les mouvemens du soleil, Oresme, Eth. 66.

XVe s. Paris où de nouvel estoit une conversion [troubles], rebellion et murmures contre les nobles, et aussi estoit elle en Flandres pareillement, Hist. de Loys III, duc de Bourbon, p. 200, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CONVERSION DES PROPOSITIONS, (Log.) voyez Proposition.

Conversion, s. f. On se sert en Arithmétique, de l’expression, proportion par conversion de raison, pour signifier la comparaison de l’antécédent, avec la différence de l’antécédent & du conséquent dans deux raisons égales.

Par exemple, y ayant même raison de 2 à 3 que de 8 à 12, on en conclud qu’il y a aussi même raison de 2 à 1 que de 8 à 4 ; c’est-à-dire en général que si a : bc : d, on en conclud que a : b − ac : d − c, ce qui est évident ; car ad = bc donne ad − ac = bc − ac, & par conséquent a : b − ac : d − c. Voyez Antécédent, Conséquent, Raison, &c. (O)

Conversion des Equations, en Algebre, se dit de l’opération qu’on fait lorsqu’une quantité cherchée ou inconnue, ou une de ses parties, étant sous la forme de fraction, on réduit le tout à un même dénominateur, & qu’ensuite omettant les dénominateurs, il ne reste dans l’équation que les numérateurs. Voyez Equation & Fraction.

Ainsi, supposez , x étant l’inconnue, multipliez le tout par d, & vous aurez xd − bd = xx + cc + bd. Voyez Equation, Transformation &c. Ce terme est aujourd’hui peu en usage ; on se sert du mot de faire évanouir les fractions. Voyez Réduction. (O)

* Conversion, s. f. (Théol.) changement ferme & durable qui survient dans la volonté du pécheur, en conséquence duquel il se repent de ses fautes, & se détermine sincerement à s’en corriger & à les expier. Il y a des théologiens qui regardent la conversion d’un pécheur dans l’ordre moral, comme un miracle aussi grand que le seroit dans l’ordre physique celui par lequel il plairoit à Dieu de ressusciter un mort : conséquemment ils sont très-reservés à accorder aux pécheurs les prérogatives qu’ils jugent ne devoir être accordées qu’aux saints ou aux pécheurs convertis depuis un longtems. Il est aisé de pécher par excès dans cette matiere, soit en croyant les conversions ou plus fréquentes ou plus rares qu’elles ne sont, soit en refusant opiniatrément aux pécheurs pénitens des secours dont ils ont besoin pour consommer leur conversion, & cela sur la supposition que ces secours doivent être conférés pour persévérer dans le bien, & non pour se fortifier contre le mal. V. Communion.

Conversion, (Jurispr.) est le changement d’une chose en une autre.

Conversion d’ajournement personnel en decret de prise de corps, est un decret qui se donne en matiere criminelle, lorsque l’accusé ne comparoît pas dans le délai porté par l’ajournement personnel, ou lorsque par les charges les juges trouvent qu’il y a lieu de faire arrêter l’accusé.

Conversion d’appel en opposition, est lorsque celui qui a interjetté appel d’une sentence par défaut, veut néanmoins procéder devant le même juge ; en ce cas il fait signifier à son adversaire un acte par lequel il convertit son appel en opposition. On prenoit autrefois des lettres de chancellerie pour faire cette conversion ; mais présentement elle se fait par requête, ou par un simple acte.

Conversion de bail conventionnel en judiciaire, se fait lorsqu’un héritage est saisi réellement. Le commissaire aux saisies réelles doit sommer le locataire ou fermier de déclarer s’il veut que son bail conventionnel soit converti en judiciaire pour ce qui reste à expirer. Le locataire ou fermier, & la partie saisie, peuvent aussi demander la même chose. On convertit ordinairement le bail conventionnel, pourvû que le prix de ce bail ne soit pas en grain, & qu’il ne soit pas fait à vil prix ni frauduleux ; & comme la condition du fermier ou locataire ne doit pas par la saisie réelle devenir plus dure qu’elle étoit auparavant, il n’est point tenu de donner caution, ni contraignable par corps, à moins qu’il ne le fût déjà par le bail conventionnel.

Lorsque le bail judiciaire est adjugé, les fermiers ou locataires conventionnels ne sont plus recevables à demander la conversion de leurs baux, suivant le reglement du 12 Août 1664.

Conversion de decret ; c’est lorsque pour la contumace de l’accusé, ou à cause des charges qui se trouvent contre lui, on prononce contre lui un decret plus rigoureux. Le decret d’assigné pour être oüi peut être converti en ajournement personnel, & celui-ci en prise de corps : on peut même de l’assigné pour être oüi passer recta au decret de prise de corps.

Conversion d’information en enquête, est un jugement qui civilise un procès criminel, & à cet effet convertit les informations en enquêtes. Le même jugement doit permettre à l’accusé qui devient défendeur simplement, de faire preuve contraire dans les délais ordinaires : on ordonne en même tems qu’il lui sera donné un extrait des noms, surnoms, âge, qualités, & demeure des témoins, afin qu’il puisse les connoître pour fournir de reproches. Cette conversion d’information en enquête ne peut être faite après la confrontation.

Conversion d’un procès civil en procès criminel, est un jugement qui ordonne qu’un procès commencé par la voie civile sera poursuivi extraordinairement ; ce qui se pratique lorsque le fait dont il s’agit paroît mériter une instruction plus grave. En convertissant le procès civil en criminel, on ne convertit pas pour cela les enquêtes en informations, mais on fait répéter les témoins par forme d’information. Voyez l’ordonn. de 1670, tit. xx. (A)

Conversion, figure de Rhétorique qui consiste à terminer les divers membres d’une période par les mêmes tours, comme dans cet endroit de Cicéron : Doletis tres exercitus P. R. interfectos ? Interfecit Antonius. Desideratis clarissimos cives ? eos vobis eripuit Antonius. Autoritas hujus ordinis (senatus) afflicta est ? afflixit Antonius.

On appelle encore en Rhétorique conversion, l’art de retourner ou de retorquer un argument contre son adversaire, ou de le montrer par des côtés opposés, en changeant le sujet en attribut, & l’attribut en sujet. Il y a aussi des conversions d’argumens d’une figure à une autre, & des propositions générales aux particulieres. Voyez Retorsion, &c. (G)

Conversion, (Art milit.) se dit quand on commande aux soldats de présenter les armes à l’ennemi qui les attaque en flanc, lorsqu’ils croyoient être attaqués de front. L’évolution que les soldats font en ce cas s’appelle conversion, ou plûtôt quart de conversion.

On peut faire mouvoir toute une troupe ensemble de telle sorte, qu’elle change de terrein en conservant le même ordre sur lequel elle a été formée, & la même distance entre ses rangs & ses files. La maniere la plus simple de la faire mouvoir ainsi, est de la faire marcher en avant ; mais cette maniere est si simple, qu’elle n’a besoin d’aucune explication.

On peut aussi retourner une troupe toute entiere, & lui faire faire face d’un côté différent de celui où elle le faisoit auparavant, & cela pour la faire marcher ensuite du côté que l’on a jugé à propos, ou bien pour s’opposer à des ennemis qui paroîtroient d’un côté différent de celui où elle faisoit feu d’abord.

Ce dernier objet est bien le même que celui pour lequel on fait faire les à droite & à gauche. Mais par les à droite & à gauche les hommes de la troupe se présentent bien de différens côtés, mais ils ne s’y présentent pas également en force. Après un à droite ou un à gauche, les ennemis de la troupe se présentent bien vers le terrein qui est au flanc de la troupe, mais il n’y a alors de front que les hommes qui composoient d’abord une file.

On a dit qu’elles n’étoient pas dans les bataillons de plus de cinq, & même de quatre hommes ; ce n’est donc que cinq ou quatre hommes qui se présentent de ce côté. Si c’est un demi-tour à droite ou à gauche que l’on ait fait, un rang entier se présente bien devant l’ennemi, mais c’est le dernier ; le premier rang & les chefs de file sont alors les plus éloignés de l’ennemi. Il en est de même des officiers, qui sont obligés de rompre le bataillon pour passer au-travers, afin d’être les plus près des ennemis, ou bien, suivant l’usage, d’en faire le tour. On a donc cherché un moyen de retourner une troupe de maniere qu’elle puisse se présenter à l’ennemi selon toute sa force, c’est-à-dire en lui opposant ses officiers & ses chefs de file, & cette maniere est ce que nous appellons conversion.

La conversion s’exécute par toute la troupe ensemble regardée comme un seul corps : tous les hommes de la troupe ne sont considérés que comme membres de ce corps, & agissant tous dépendamment les uns des autres.

La conversion peut se faire vers la droite ou vers la gauche : si c’est vers la droite qu’elle se fait, alors le chef de file qui est à la droite de la troupe ne change point de place, il tourne doucement sur lui-même pendant que tous les autres hommes de la troupe tournent autour de lui comme autour d’un pivot.

Si c’est vers la gauche que la conversion se fait, le chef de file qui est à la gauche de la troupe ne change point de place, & tous les autres hommes de la troupe tournent autour de lui.

Pour avoir une idée juste de ce mouvement, on n’a qu’à prendre une carte à joüer, ou tel autre rectangle ou plûtôt parallélepipede que l’on voudra, l’arrêter sur une table avec une épingle, ou tel autre pivot que l’on voudra, par un des deux angles qui sont devant la carte, c’est-à-dire du côté vers lequel on la veut faire mouvoir, ensuite faire tourner cette carte sur ce pivot ; on aura une représentation exacte de la maniere dont tourne une troupe ou un bataillon sur le terrein : l’épingle représentera le chef de file qui sert de pivot, & la carte représentera la troupe qui tourne.

Si l’on veut mettre sur cette carte des épingles ou de petits crayons, ou quelque chose qui puisse laisser une trace dans le même ordre que sont les hommes dans la troupe, & que l’on fasse tourner la carte sur la table, on verra que les traces que les épingles ou les crayons laisseront sur la table, seront des portions de cercle concentriques ; de même sur le terrein chaque homme de la troupe décrit une portion de cercle d’autant plus grande qu’il est plus éloigné du pivot.

La troupe pourroit faire un tour entier, & ce mouvement s’appelleroit alors conversion entiere ; mais il ne seroit d’aucune utilité. On suppose ordinairement ce tour divisé en quatre parties égales, & l’on appelle chacune de ses parties quart de conversion.

On peut faire deux quarts de conversion de suite du même côté ; ce mouvement est en usage, & il se nomme demi-conversion. On pourroit faire aussi trois quarts de conversion de suite ; mais ce mouvement étant à présent peu en usage, il n’a point de nom particulier parmi nous, comme il en avoit parmi les anciens. On n’est pas non plus astreint à faire juste des quarts de tour ; celui qui commande l’évolution est le maître de faire arrêter la troupe quand il lui plaît, en disant halte ; ainsi elle peut faire telle portion de tour qu’il juge à propos.

Les quarts de conversion changent l’aspect des hommes, de même que les à droite & les à gauche.

Ce que l’on vient de dire peut faire remarquer aisément que les hommes de la troupe qui sont auprès du pivot parcourent beaucoup moins d’espace de terrein, que ceux qui en sont plus éloignés ; & comme cette évolution de la troupe n’est achevée que quand tous les hommes ont achevé chacun de parcourir le chemin qu’ils ont à faire, & que d’ailleurs elle doit être faite ensemble & du même mouvement, comme si tous les hommes ne faisoient qu’un corps, il faut que celui qui sert de pivot, & ceux qui sont auprès de lui, se mouvent très-lentement, & que ceux qui en sont plus éloignés marchent plus vîte. Il s’ensuit encore que plus la troupe aura d’étendue ou de front, plus une partie des hommes de la troupe aura de chemin à faire dans le quart de conversion, & plus il faudra de tems pour l’exécuter.

Il est aisé de savoir le chemin que chaque homme de la troupe a à faire dans un quart de conversion ; il ne faut pour cela que savoir quelle est sa distance du pivot : cette distance est le rayon du quart de cercle qu’il doit décrire. Or le rayon ou demi-diametre est au quart de cercle, comme 7 est à 11. Ainsi il n’y a qu’à faire une regle de trois, & dire, comme 7 est à 11, ainsi le rayon connu est au quatrieme terme, qui sera la valeur du quart de cercle.

Soit, par exemple, un bataillon de six cents hommes sur quatre rangs ; c’est cent cinquante hommes par rang : on sait que chaque homme occupe deux piés dans le rang ; c’est donc trois cents piés qu’il y aura de distance du pivot à l’homme qui est à l’extrémité du rang. On dira donc, pour savoir le chemin que fera cet homme dans le mouvement du quart de conversion, comme 7 est à 11, ainsi 300 est au quatrieme terme, qui sera de 470 piés ou environ 78 toises pour le chemin qu’il aura à parcourir. (Q)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « conversion »

Du latin conversio (« retournement, changement de direction »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. conversio, coversio ; espagn. conversion ; ital. conversione ; du latin conversionem, de conversum, supin de convertere (voy. CONVERTIR).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « conversion »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
conversion kɔ̃vɛrsjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « conversion »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « conversion »

  • […] Nous voulons nous convertir quand nous serons rebutés du monde ou plutôt quand le monde sera rebuté de nous. Louis Bourdaloue, Sermon sur la pénitence
  • Croyez-vous que toute vie réellement religieuse ne soit pas une conversion de chaque jour ? André Malraux, La Condition humaine, Gallimard
  • La découverte de l'art, comme toute conversion, est la rupture d'une relation antérieure entre un homme et le monde. De André Malraux / Psychologie de l'art
  • L’attention n’est que le retour et la conversion de l’esprit vers Dieu, qui est notre seul maître et qui seul nous instruit de toute vérité. De Nicolas de Malebranche / De la recherche de la vérité
  • Le succès est au rendez-vous. Plus de 30% du quota des nouvelles primes à la conversion, entrées en vigueur au 1er juin dans le cadre du plan de soutien à l'automobile, a déjà été écoulé, a annoncé lundi 29 juin le Conseil national des professions de l'automobile (CNPA). "Entre 60.000 et 65.000 primes ont été accordées au 25 juin", a indiqué le CNPA, saluant un succès, dans un communiqué. Capital.fr, Le succès des primes à la conversion se confirme - Capital.fr
  • Sur ce projet, le Grand Est vogue de conserve avec sa voisine les Hauts-de-France, première région productrice de betterave sucrière en Europe. L’éthanol tiré de la fermentation des racines de betterave sucrière entre dans le processus de fabrication du bioéthanol. Il s’agit donc, en quelque sorte, de promouvoir les circuits courts et des solutions alternatives à l’énergie fossile comme le pétrole. Mais pour lancer un tel plan de développement qui nécessite d’investir dans des installations de transformation, il faut amorcer la pompe du côté des consommateurs. C’est ainsi que pour inciter les automobilistes à rouler avec des agrocarburants issus, pour la plupart, de déchets agricoles, la Région propose de financer pour les particuliers un kit de conversion au bioéthanol (E85) dont la valeur maximum est passée à 900 € au 1er  juillet. Cette aide succède à une prime de 250 euros attribuée à dix mille particuliers et mise en place au 1er  janvier 2019. , Environnement | La Région finance la conversion de votre voiture au bioéthanol
  • Avec un plafond fixé officiellement à 200 000 dossiers, nul ne sait encore quand la prime à la conversion majorée sera épuisée. Si le dispositif connaît un démarrage très honorable, il reste encore près de 75 % du quota à distribuer. L'Automobile Magazine, La prime à la conversion Macron encore loin d'être épuisée - L'Automobile Magazine
  • Près de 100.000 primes à la conversion ont déjà été utilisées au moins de juin, selon le Conseil national des professionnels de l'automobile, révèle Europe 1 mercredi. Ce qui explique sans doute en partie la hausse de 1,2% des immatriculations au mois de juin par rapport à la même période l'an dernier. Europe 1, INFORMATION EUROPE 1 - Déjà 100.000 primes à la conversion utilisées au moins de juin
  • Le groupe travaille aujourd'hui sur une vision annuelle du marché à - 20 % sachant qu'au global du semestre les immatriculations ont baissé de 38,5 % mais le soutien de la prime à la conversion et des bonus devrait permettre au troisième trimestre d'être dynamique. Reste la question du dernier trimestre de l'année 2020 qui pourrait connaître une nouvelle baisse. La nouvelle version de la prime à la conversion, qui doit être proposée pour la rentrée de septembre, devrait dans ce cas, même en baissant les montants accordés, garder les mêmes critères d'éligibilité. , Ivan Segal, Renault : "Les jours de la prime à la conversion sont comptés"
  • Emmanuel Macron a retenu 146 des 149 propositions de la Convention citoyenne pour le climat. Parmi les mesures, accélérer le développement d’un parc automobile plus propre. Un sujet sur lequel travaille depuis plusieurs années le Vendéen Jérémy Cantin. Cet entrepreneur des Brouzils est à l’origine d’un décret paru il y a quelques mois autorisant la conversion de véhicules thermiques d’occasion en véhicules électriques, juste en changeant le moteur d’origine. Dans son garage, les poids lourds diesel se transforment par exemple en poids lourds électriques. Explications Albin Mouton. TV Vendée, La conversion des véhicules en électrique avance - Actu - TV Vendée
  • L’enquête menée par le CNPA sur le rythme de consommation de la prime à la conversion exceptionnelle montre qu’elle remporte un franc succès avec un rythme de 20.000 souscriptions chaque semaine, soit nettement plus rapide que les versions précédentes. Autoactu.com, Le CNPA annonce un rythme de 20.000 primes à la conversion par semaine | autoactu.com
  • En effet, un nombre limité de la prime à la conversion est accordé. Au total, seulement 200 000 automobilistes pourront bénéficier de cette prime, une fois ce quota atteint, le gouvernement modifiera les conditions pour rétablir celles d'avant crise qui sont moins généreuses et plus restrictives.  Motor1.com, Prime à la conversion - Dépêchez-vous !

Images d'illustration du mot « conversion »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « conversion »

Langue Traduction
Anglais conversion
Espagnol conversión
Italien conversione
Allemand umwandlung
Chinois 转换
Arabe تحويلات
Portugais conversão
Russe преобразование
Japonais 変換
Basque bihurtze
Corse cunversione
Source : Google Translate API

Synonymes de « conversion »

Source : synonymes de conversion sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « conversion »

Partager