La langue française

Décoration

Définitions du mot « décoration »

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉCORATION, subst. fém.

A.− [Avec une idée d'embellissement, d'ornementation, de parure]
1. Action, art de décorer. La décoration d'un appartement, d'un jardin, de la table. Quel art de la décoration dans cet album, quel art de la mise en page, quelle incessante variété dans les motifs de l'ornement (Huysmans, Art mod.,1883, p. 223).Retour marqué vers la décoration. Les grandes surfaces s'animent tout à coup de peintures, les monuments se couvrent de fresques (L. Gillet, Essais sur l'art français,1938, p. 214):
1. Un habile architecte (...) ne se contente pas de placer une colonne dans un bâtiment pour le soutenir : il tire des effets de décoration de ses proportions, de sa lumière et de ses ombres, de son élévation dans l'air, et de ses reflets mêmes dans les eaux; il la groupe quelquefois avec des bosquets ou avec d'autres colonnes; ... Bernardin de Saint-Pierre, Harmonies de la nature,1814, p. 195.
2. Ensemble de ce qui sert à décorer, orner, parer, embellir...
a) Ensemble des ornements d'architecture, peinture, sculpture, etc., employés pour embellir un édifice, un appartement, etc. (Quasi-)synon. décor(v. ce mot A 1).Changer la décoration d'un appartement. La décoration est-elle partie intégrante de l'édifice, ou n'est-elle qu'un vêtement plus ou moins riche dont on le couvre lorsque ses formes sont fixées? (Viollet-le-Duc, Archit.,1872, p. 177).Palais ornés (...) de décorations profuses (É. Faure, Hist. art,1921, p. 133).
P. anal. Le grand jour apposait au mur sa décoration éclatante et passagère (Proust, Filles en fleurs,1918, p. 834).
b) En partic. Ensemble des dessins, peintures qui ornent certains objets ou certains meubles. (Quasi-)synon. décor(v. ce mot A 2) :
2. La décoration extérieure des meubles anciens se réduit aux couleurs naturelles et aux accidents bizarres des veines du bois, et aux dessins linéaires formés par des incrustations plus ou moins riches; genre d'ornement borné et, par conséquent, monotone de répétition. Nosban, Nouv. manuel complet du menuisier,t. 2, 1857, p. 165.
P. anal. [À propos de pers.] (Quasi-)synon. décor(v. ce mot A 2 p. anal.).Les décorations faciales (...) ont (...) une apparence asymétrique, tout en possédant le caractère essentiellement décoratif (Lévi-Strauss, Anthropol. struct.,1958, p. 283).
c) SPECTACLES, vieilli. (Quasi-)synon. décor(v. ce mot A 3).Les rideaux se séparèrent lentement, et laissèrent voir une décoration représentant une place publique (Gautier, Fracasse,1863, p. 110):
3. J'ai observé le public et je l'ai regardé en face pendant la représentation entière par le trou d'une décoration. Je ne me détachais de la toile que pour donner des instructions (...). J'examinais le public rangé sur son cirque, comme il m'examinait sur mon théâtre. Vigny, Le Journal d'un poète,1835, p. 1023.
P. compar. La gigantesque silhouette de Saint-Jean-des-Vignes, hardiment posée sur le ciel, comme une décoration de théâtre (Hugo, Rhin,1842, p. 40).
P. métaph., au fig. Le Pont-des-Arts (...) n'est pour moi qu'un théâtre : j'examine un moment la décoration, mais je fais sur-tout attention à la pièce et aux acteurs (Jouy, Hermite,t. 5, 1814, p. 130).Notre existence à scènes, à changements de décorations, est sans cesse menacée du coup de sifflet qui nous transporte d'un palais dans un désert, du cabinet des rois dans le grenier du poète (Chateaubriand, Congrès de Vérone,t. 1, 1838, p. 234):
4. La terre n'est rien qu'une décoration de théâtre et un panorama. J'en ferai le tour avec toi, mon amie, si tu le veux, mais nous irons où tu voudras, au nord, et au midi. Le paysage ne sera jamais que le fond d'un tableau qui sera ton portrait, ta figure; tu es l'âme du monde... Vigny, Le Journal d'un poète,1853, p. 1311.
3. P. ext. Ce qui entoure quelque chose ou quelqu'un, milieu dans lequel on vit. (Quasi-)synon. décor(v. ce mot B).Ce fut un bonheur subit, complet, parfait, amené en un instant par un changement de décoration. Un voyage amusant de sept heures fait disparaître à jamais Séraphie, mon père (Stendhal, H. Brulard,t. 1, 1836, p. 153).Ces sites (...) cet éden (...) toute cette décoration de notre bonheur et de nos amours! (Lamart., Raphaël,1849, p. 218).
B.− Insigne, marque extérieure d'une distinction honorifique, d'une récompense. Porter, recevoir une décoration. Absol. La croix de chevalier de la Légion d'honneur. C'est le chef de cabinet qui reçoit. Propositions pour les décorations (J. Baradat, Organ. préfect.,1907, p. 133).Une sorte de petite décoration, un bout de ruban, ou plutôt une rosette jaune qu'il portait à la boutonnière (Gide, Faux-monn.,1925, p. 998):
5. Les ordres militaires peuvent avoir leur utilité. La décoration civile, source intarie de cabotinage, est devenue, dans notre démocratie, pour les gouvernants une monnaie d'achat, et pour les gouvernés une excitation permanente à l'abaissement des caractères. Que Zola soit décoré ou non, cela n'ajoute rien à son œuvre. Clemenceau, L'Iniquité,1899, p. 281.
P. métaph. Distingué (...) un mot qu'on met à toutes sauces : la distinction, c'est la décoration des gens médiocres (J. Champfl., Avent. MlleMariette,1853, p. 158):
6. On ne voyait en elle [la noblesse] qu'une décoration brillante, mais sans but précis; agréable à ses possesseurs, légèrement humiliante pour ceux qui ne la possédaient pas, mais sans moyens réels et sans force. Constant, Principes de pol.,1815, p. 36.
Prononc. et Orth. : [dekɔ ʀasjɔ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. a) 1393 « honneur, gloire » (Ordonnance ds Gdf. Compl.) − xves., Georges Chastellain ds Heilemann Chastellain, p. 108; b) 1740 « insigne d'un ordre honorifique » (Ac.); 2. a) 1463 « action de décorer » (Nouvelles archives de l'art fr., 1887, p. 106 ds IGLF); b) 1549 « ensemble de ce qui décore » (Est.); c) 1674 « décor de théâtre » (Molière, Le Malade imaginaire, Prologue ds Théâtre complet, éd. R. Jouanny, t. 2, p. 759), qualifié de ,,vieilli`` dep. Rob. 1955. Au sens 1, dér. de décorer « honorer »; sens 2 empr. au b. lat. decoratio « ornement ». Fréq. abs. littér. : 781. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 121, b) 1 262; xxes. : a) 1 434, b) 825. Bbg. Duch. Beauté 1960, p. 91.

Wiktionnaire

Nom commun

décoration \de.kɔ.ʁa.sjɔ̃\ féminin

  1. Action de décorer.
    • Malheureusement les émailleurs se faisaient payer cher […]; une autre idée lui vint : varier le mode de décoration et substituer aux cadrans émaillés des cadrans de papier, […]. — (Gustave Fraipont; Les Vosges, 1923)
  2. Ce qui sert à décorer, comme les ornements d’architecture, de peinture et de sculpture.
    • Une fort belle grille, agrémentée d'une décoration dix-huitième de pampre et de raisin, protégeait les carreaux. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • La décoration d’un édifice, d’un salon, d’un appartement.
    • Il a laissé par testament une somme considérable pour la décoration de l’église.
  3. (Théâtre) Décor.
    • La décoration du premier acte.
  4. Nomination dans un ordre honorifique ou insignes de cet ordre.
    • Recevoir, obtenir une décoration.
  5. (Par extension) Insignes d’un ordre honorifique.
    • Porter des décorations.
    • La décoration de la Légion d’honneur.
  6. Métier de décorateur.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉCORATION. n. f.
Action de décorer. On va procéder à la décoration de l'appartement. Il désigne aussi Ce qui sert à décorer, comme les ornements d'architecture, de peinture et de sculpture. Faire plusieurs ouvrages pour la décoration d'une ville. Il a laissé par testament une somme considérable pour la décoration de l'église. Décoration extérieure. Décoration intérieure. La décoration d'un édifice, d'un salon, d'un appartement. Il s'emploie quelquefois en termes de Théâtre, dans le sens de Décor. La décoration du premier acte. Changement de décoration. Il se dit aussi par rapport aux Personnes et signifie Nomination dans un ordre honorifique ou Insignes de cet ordre. Recevoir, obtenir une décoration. Porter des décorations. La décoration de la Légion d'honneur.

Littré (1872-1877)

DÉCORATION (dé-ko-ra-sion ; en poésie, de cinq syllabes) s. f.
  • 1Action de décorer ; résultat de cette action. Les rois doivent, pour le repos, autant que pour la décoration de l'univers, soutenir une majesté qui n'est qu'un rayon de celle de Dieu, Bossuet, Marie-Thérèse. Et maintenant, devenue, malgré ses souhaits, la principale décoration d'une cour dont un si grand roi fait le soutien, elle est la consolation de toute la France, Bossuet, ib. L'ordre, la décoration, les effets de la nature sont populaires ; les causes, les principes ne le sont point, La Bruyère, XVI. La philosophie n'était point en lui une teinture légère ni une décoration superficielle ; c'était un sentiment profond et une seconde nature difficile à distinguer d'avec la première, Fontenelle, Carré.

    Fig. L'affreuse décoration d'incrédulité dont ils se parent, Massillon, Carême, Doutes.

  • 2Ornements d'architecture, de peinture, de sculpture, ou autres ornements qu'on emploie dans les appartements et les jardins. Décoration extérieure, intérieure. La décoration d'un salon, d'un édifice. La tragédie qu'Aristote estime plus que le poëme épique, en ce qu'elle a de plus la décoration extérieure et la musique qui délectent puissamment, Corneille, 1er disc. du poëme dramat. p. 4. Je fus hier à un service de M. le chancelier [Séguier] à l'Oratoire ; ce sont les peintres, les sculpteurs, les musiciens et les orateurs qui en ont fait la dépense, en un mot les quatre arts libéraux ; c'était la plus belle décoration qu'on puisse imaginer… Madame de Verneuil voulait acheter toute cette décoration un prix excessif, Sévigné, 137. On changeait [chez le roi Crésus] la décoration des jardins comme on change une décoration de scène, Fénelon, t. XIX, p. 32.

    Fig. Les ténèbres et la lumière, les saisons, la marche des astres… varient les décorations du monde, Chateaubriand, Génie, I, V, 2.

  • 3 Terme de théâtre. La représentation des lieux où l'action est supposée se passer. Il y a un changement de décoration à chaque acte de cette pièce.

    Au plur. Les toiles peintes qui forment l'ensemble d'une décoration. Le feu prit aux décorations.

  • 4Marque d'honneur, insigne de dignité. Les décorations n'ajoutent pas au mérite des hommes. La décoration de la Légion d'honneur. Il fut magnifique dans ses récompenses ; les 12e, 21e, 27e de ligne, et le 7e léger reçurent quatre-vingt-sept décorations et des grades, Ségur, Hist. de Napol. VI, 8.

    Absolument. La croix d'honneur. Il obtint la décoration.

HISTORIQUE

XVIe s. Le roy aymant la decoration De son Paris, entr'autres biens ordonne Qu'on y bastisse avec proportion, Marot, III, 62.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DÉCORATION. - HIST. Ajoutez : XVe s. Pour la fortification, decoration et bonne police d'icelle [ville de Paris], Ordonn, du 12 août 1405, dans Ordonn. des rois de France, t. IX, p. 703.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

DÉCORATION, s. f. (Belles-Lettres.) ornemens d’un théatre, qui servent à représenter le lieu où l’on suppose que se passe l’action dramatique.

Comme les anciens avoient trois sortes de pieces, de comiques, de tragiques, & de satyriques, ils avoient aussi de trois sortes de scenes, c’est-à-dire des décorations de ces trois différens genres. Les tragiques représentoient toûjours de grands bâtimens, avec des colonnes, des statues, & les autres ornemens convenables. Les comiques représentoient des édifices particuliers avec des toîts & de simples croisées, comme on en voit communément dans les villes. Et les satyriques, quelques maisons rustiques, avec des arbres, des rochers, & les autres choses qu’on voit d’ordinaire à la campagne.

Ces trois scenes pouvoient se varier de bien des manieres ; mais la disposition en devoit être toûjours la même en général, & il falloit qu’elles eussent chacune cinq différentes entrées, trois en face, & deux sur les ailes. L’entrée du milieu étoit toûjours celle du principal acteur : ainsi dans la scene tragique, c’étoit ordinairement la porte d’un palais ; celles qui étoient à droite & à gauche, étoient destinées à ceux qui joüoient les seconds rôles ; & les deux autres qui étoient sur les ailes, servoient l’une à ceux qui arrivoient de la campagne, & l’autre à ceux qui venoient du port ou de la place publique. C’étoit à-peu-près la même chose dans la scene comique. Le bâtiment le plus considérable étoit au milieu ; celui du côté droit étoit un peu moins élevé, & celui qui étoit à gauche représentoit ordinairement une hôtellerie. Mais dans la piece satyrique il y avoit toûjours un antre au milieu, quelque méchante cabane à droite & à gauche, un vieux temple ruiné, ou quelque bout de paysage.

On ne sait pas bien sur quoi ces décorations étoient peintes ; mais il est certain que la perspective y étoit observée : car Vitruve, liv. VII. remarque que les regles en furent inventées & mises en pratique dès le tems d’Eschyle, par un peintre nommé Agatarchus, qui en laissa même un traité.

Quant aux changemens de théatre, Servius nous apprend qu’ils se faisoient ou par des feuilles tournantes qui changeoient en un instant la face de la scene, ou par des chassis qui se tiroient de part & d’autre comme ceux de nos théatres. Mais comme il ajoûte qu’on levoit la toile à chacun de ces changemens, il y a bien de l’apparence qu’ils ne se faisoient pas encore si promptement que les nôtres. D’ailleurs comme les ailes de la scene sur lesquelles la toile portoit, n’avançoient que de la huitieme partie de sa longueur, ces décorations qui tournoient derriere la toile, ne pouvoient avoir au plus que cette largeur pour leur circonférence : ainsi il falloit qu’il y en eût au moins dix feuilles sur la scene, huit de face & deux en aile ; & comme chacune de ces feuilles devoient fournir trois changemens, il falloit nécessairement qu’elles fussent doubles, & disposées de maniere qu’en demeurant pliées sur elles-mêmes, elles formassent une des trois scenes, & qu’en se retournant ensuite les unes sur les autres de droite à gauche, ou de gauche à droite, elles formassent les deux autres ; ce qui ne se pouvoit faire qu’en portant de deux en deux sur un point fixe commun, c’est-à-dire en tournant toutes les dix sur cinq pivots, placés sous les trois portes de la scene & dans les deux angles de ses retours. Discours de M. Boindin sur les théatres des anciens. Mém. de l’acad. des Belles-Lettres, tom. I. (G)

Parmi les décorations théatrales, les unes sont de décence, & les autres de pur ornement. Les décorations de pur ornement sont arbitraires, & n’ont pour regle que le goût. On peut en puiser les principes généraux dans les art. Architecture, Perspective, Dessein, &c. Nous nous contenterons d’observer ici que la décoration la plus capable de charmer les yeux, devient triste & effrayante pour l’imagination, dès qu’elle met les acteurs en danger ; ce qui devroit bannir de notre théatre lyrique ces vols si mal exécutés, dans lesquels, à la place de Mercure ou de l’Amour, on ne voit qu’un malheureux suspendu à une corde, & dont la situation fait trembler tous ceux qu’elle ne fait pas rire. Voyez l’art. suiv. Décoration, (Opera).

Les décorations de décence sont une imitation de la belle nature, comme doit l’être l’action dont elles retracent le lieu. Un homme célebre en ce genre en a donné au théatre lyrique, qui seront long-tems gravées dans le souvenir des connoisseurs. De ce nombre étoit le péristyle du palais de Ninus, dans lequel aux plus belles proportions & à la perspective la plus savante, le peintre avoit ajoûté un coup de génie bien digne d’être rappellé.

Après avoir employé presque toute la hauteur du théatre à élever son premier ordre d’architecture, il avoit laissé voir aux yeux la naissance d’un second ordre qui sembloit se perdre dans le ceintre, & que l’imagination achevoit ; ce qui prêtoit à ce péristyle une élévation fictive, double de l’espace donné. C’est dans tous les arts un grand principe, que de laisser l’imagination en liberté : on perd toûjours à lui circonscrire un espace ; de-là vient que les idées générales n’ayant point de limites déterminées, sont les sources les plus fécondes du sublime.

Le théatre de la Tragédie, où les décences doivent être bien plus rigoureusement observées qu’à celui de l’opera, les a trop négligées dans la partie des décorations. Le poëte a beau vouloir transporter les spectateurs dans le lieu de l’action ; ce que les yeux voyent, dément à chaque instant ce que l’imagination se peint. Cinna rend compte à Emilie de sa conjuration, dans le même sallon où va délibérer Auguste ; & dans le premier acte de Brutus, deux valets de théatre viennent enlever l’autel de Mars pour débarrasser la scene. Le manque de décorations entraîne l’impossibilité des changemens, & celle-ci borne les auteurs à la plus rigoureuse unité de lieu ; regle gênante qui leur interdit un grand nombre de beaux sujets, ou les oblige à les mutiler. Voy. Tragédie, Unité, &c.

Il est bien étrange qu’on soit obligé d’aller chercher au théatre de la farce italienne, un modele de décoration tragique. Il n’est pas moins vrai que la prison de Sigismond en est un qu’on auroit dû suivre. N’est-il pas ridicule que dans les tableaux les plus vrais & les plus touchans des passions & des malheurs des hommes, on voye un captif ou un coupable avec des liens d’un fer blanc, leger & poli ? Qu’on se représente Electre dans son premier monologue, traînant de véritables chaînes dont elle seroit accablée : quelle différence dans l’illusion & l’intérêt ! Au lieu du foible artifice dont le poëte s’est servi dans le comte d’Essex pour retenir ce prisonnier dans le palais de la reine, supposons que la facilité des changemens de décoration lui eût permis de l’enfermer dans un cachot ; quelle force le seul aspect du lieu ne donneroit-il pas au contraste de sa situation présente avec sa fortune passée ? On se plaint que nos tragédies sont plus en discours qu’en action ; le peu de ressource qu’a le poëte du côté du spectacle, en est en partie la cause. La parole est souvent une expression foible & lente ; mais il faut bien se résoudre à faire passer par les oreilles ce qu’on ne peut offrir aux yeux.

Ce défaut de nos spectacles ne doit pas être imputé aux comédiens, non plus que le mêlange indécent des spectateurs avec les acteurs, dont on s’est plaint tant de fois. Corneille, Racine & leurs rivaux n’attirent pas assez le vulgaire, cette partie si nombreuse du public, pour fournir à leurs acteurs de quoi les représenter dignement ; la Ville elle seule pourroit donner à ce théatre toute la pompe qu’il doit avoir, si les magistrats vouloient bien envisager les spectacles publics comme une branche de la police & du commerce.

Mais la partie des décorations qui dépend des acteurs eux-mêmes, c’est la décence des vêtemens. Il s’est introduit à cet égard un usage aussi difficile à concevoir qu’à détruire. Tantôt c’est Gustave qui sort des cavernes de Dalécarlie avec un habit bleu-céleste à paremens d’hermine ; tantôt c’est Pharasmane qui, vêtu d’un habit de brocard d’or, dit à l’ambassadeur de Rome :

La Nature marâtre en ces affreux climats,
Ne produit, au lieu d’or, que du fer, des soldats.

De quoi donc faut-il que Gustave & Pharasmane soient vêtus ? l’un de peau, l’autre de fer. Comment les habilleroit un grand peintre ? Il faut donner, dit-on, quelque chose aux mœurs du tems. Il falloit donc aussi que Lebrun frisât Porus & mît des gants à Alexandre ? C’est au spectateur à se déplacer, non au spectacle ; & c’est la réflexion que tous les acteurs devroient faire à chaque rôle qu’ils vont joüer : on ne verroit point paroître César en perruque quarrée, ni Ulysse sortir tout poudré du milieu des flots. Ce dernier exemple nous conduit à une remarque qui peut être utile. Le poëte ne doit jamais présenter des situations que l’acteur ne sauroit rendre : telle est celle d’un héros mouillé. Quinault a imaginé un tableau sublime dans Isis, en voulant que la furie tirât Io par les cheveux hors de la mer : mais ce tableau ne doit avoir qu’un instant ; il devient ridicule si l’œil s’y repose, & la scene qui le suit immédiatement, le rend impratiquable au théatre.

Aux reproches que nous faisons aux comédiens sur l’indécence de leurs vêtemens, ils peuvent opposer l’usage établi, & le danger d’innover aux yeux d’un public qui condamne sans entendre, & qui rit avant de raisonner. Nous savons que ces excuses ne sont que trop bien fondées : nous savons de plus que nos réflexions ne produiront aucun fruit. Mais notre ambition ne va point jusqu’à prétendre corriger notre siecle ; il nous suffit d’apprendre à la postérité, si cet ouvrage peut y parvenir, ce qu’auront pensé dans ce même siecle ceux qui dans les choses d’art & de goût, ne sont d’aucun siecle ni d’aucun pays. Voyez l’article suiv. Décoration, (Opera.) Article de M. Marmontel.

Décoration, (Opera.) Ce spectacle est celui du merveilleux ; c’est-là qu’il faut sans cesse ébloüir & surprendre. La décoration commence l’illusion ; elle doit par sa vérité, par sa magnificence, & l’ensemble de sa composition, représenter le lieu de la scene & arracher le spectateur d’un local réel, pour le transporter dans un local feint. L’invention, le dessein & la peinture, en forment les trois principales parties. La premiere regarde le poëte lyrique, & il doit avoir une connoissance fort étendue de la seconde & de la troisieme, pour pouvoir avec fruit & sans danger donner une libre carriere à son imagination.

Rien n’est plus commun que d’imaginer une décoration en formant le plan d’un opera ; on place les lieux différens dans lesquels se passeront ses différens actes. Ce point une fois décidé, on croit que le reste regarde le décorateur, & qu’il n’est question que de peindre méchaniquement les locaux, pour établir aux yeux du spectateur le lieu où se passe la scene.

Ce qui nous reste des ouvrages dramatiques des Grecs, montre assez qu’Eschyle, Euripide & Sophocle étoient mieux instruits, & mettoient une plus grande importance dans tout ce qui avoit quelque rapport à la représentation de leurs tragédies.

Par les discours qui sont à la tête des pieces en machines de P. Corneille, & en parcourant les détails clairs & raisonnés qu’il y fait de tout ce qui regarde leur spectacle, il est aisé de se convaincre de la connoissance profonde que ce grand homme avoit acquise de toutes ces grandes parties qu’on croit peut-être fort étrangeres à la poésie.

Qu’on s’occupe à sonder avec quelque soin la marche, l’ordre & la méchanique des opera de Quinault, malgré la modestie de ce poëte, qui n’a cherché à nous donner ni par des explications, ni par des préfaces, ni par des détails raisonnés, aucune idée de ses études, de ses connoissances, de sa fécondité, de son invention & de ses travaux ; il est impossible de ne pas s’assûrer qu’il possédoit à fond toute cette matiere, & que jamais homme peut-être avant lui n’avoit sû la mettre en pratique avec tant de méthode, d’intelligence, de variété & de goût.

Ces exemples seroient sans doute suffisans pour prouver qu’un poëte lyrique ne peut acquérir trop de lumieres sur les arts qui doivent concourir à rendre parfaite l’exécution de ses ouvrages. Ce que les Grecs, P. Corneille & Quinault ont crû nécessaire, eux qui avoient tant de talens divers, un si beau génie, un feu poétique si brillant, ne doit pas sans doute paroitre inutile aux poëtes qui viennent après eux, quelques talens qu’ils se flatent d’avoir d’ailleurs.

Mais pour le bien & le progrès de l’art, il faut qu’ils sachent encore les avantages que les connoissances de cette espece peuvent leur procurer, & les inconvéniens qu’ils ont à craindre, s’ils mettent le pié dans la carriere sans avoir pris la précaution de les acquérir.

La décoration à l’opera fait une partie de l’invention. Ce n’est pas assez d’imaginer des lieux convenables à la scene, il faut encore varier le coup-d’œil que présentent les lieux, par les décorations qu’on y amene. Un poëte qui a une heureuse invention jointe à une connoissance profonde de cette partie, trouvera mille moyens fréquens d’embellir son spectacle, d’occuper les yeux du spectateur, de préparer l’illusion. Ainsi à la belle architecture d’un palais magnifique ou d’une place superbe, il fera succéder des deserts arides, des rochers escarpés, des antres redoutables. Le spectateur effrayé sera alors agréablement surpris de voir une perspective riante coupée par des paysages agréables, prendre la place de ces objets terribles. De-là, en observant les gradations, il lui présentera une mer agitée, un horison enflammé d’éclairs, un ciel chargé de nuages, des arbres arrachés par la fureur des vents. Il le distraira ensuite de ce spectacle par celui d’un temple auguste : toutes les parties de la belle architecture des anciens rassemblées dans cet édifice, formeront un ensemble majestueux ; & des jardins embellis par la nature, l’art & le goût, termineront d’une maniere satisfaisante une représentation dans laquelle on n’aura rien négligé pour faire naitre & pour entretenir l’illusion. Les machines qui tiennent si fort à la décoration, lui prêteront encore de nouvelles beautés ; mais comment imaginer des machines, si on ignore en quoi elles consistent, la maniere dont on peut les composer, les ressorts qui peuvent les faire mouvoir, & sur-tout leur possibilité ? Voyez Machine, Merveilleux.

Le décorateur, quelque génie qu’on lui suppose, n’imagine que d’après le plan donné. Que de beautés ne doivent pas résulter du concours du poëte & de l’artiste ? Que de belles idées doivent naître d’une imagination échauffée par la poësie & guidée par l’instruction, & de la verve d’un peintre à qui le premier dessein est donné par une main sûre qui a sû en écarter tous les inconvéniens, & qui en indique tous les effets ? D’ailleurs, l’œil vigilant d’un poëte plein de son plan général, doit être d’un grand secours au peintre qui en exécute les parties. Que de défauts prévenus ! que de détails embellis ! que d’études & de réflexions épargnées !

Outre ces avantages, celui de se mettre à l’abri d’une foule d’inconvéniens qu’on peut par ce seul moyen prévenir, doit paroître bien puissant à tous les poëtes qui se livrent au genre lyrique.

Comment imaginer, comment se faire entendre, si on ignore & la matiere sur laquelle il faut que l’imagination s’exerce, & l’art qui doit mettre en exécution ce qu’on aura imaginé ? Le goût seul peut-il suffire pour empêcher qu’on ne s’égare ? & le goût lui même est-il autre chose qu’un sentiment exquis, que la connoissance des matieres auxquelles il s’applique, la comparaison, l’expérience peuvent seules rendre sûr ?

La pompe, la variété, le contraste toûjours juste & plein d’adresse de tous les opera de Quinault, sont encore de nos jours un des points les moins susceptibles de critique de ces heureuses compositions. On dit plus : il n’y a point d’opera de Quinault, dans lequel un homme de goût versé dans l’étude des différens arts nécessaires à l’ensemble de pareils spectacles, ne trouve à produire en machines & en décorations des beautés nouvelles, capables d’étonner les spectateurs & de rajeunir les anciens ouvrages. Qu’on juge par-là du fonds inépuisable sur lequel Quinault a travaillé.

Chez lui d’ailleurs l’effet, le service d’une décoration, ne nuisent jamais au service ni à l’effet de celle qui suit. Les tems de la manœuvre, les contrastes nécessaires pour attacher les spectateurs, l’ordre, l’enchaînement, les gradations, toutes ces choses y sont ménagées avec un art, une exactitude, une précision qui ne sauroient être assez admirées, & qui supposent la connoissance la plus étendue de toutes ces parties différentes.

Voilà le modele : malheur aux poëtes lyriques, eussent-ils même le génie de Quinault, s’ils négligent d’acquérir les connoissances qu’il a crû lui être nécessaires. Voy. Machine, Merveilleux, Opera. Voyez aussi l’article suiv. Décoration, Architecture. (B)

Décoration, terme d’Architecture. On entend sous ce nom la partie de l’Architecture la plus intéressante, quoique considérée comme la moins utile relativement à la commodité & à la solidité. En effet, combien d’édifices publics & particuliers où la décoration devient peu nécessaire, tels que les casernes, les hôpitaux, les manufactures, les marchés & autres bâtimens œconomiques, élevés dans les villes pour la retraite des gens de guerre, le soulagement des pauvres, la facilité du commerce, ou pour l’habitation des citoyens destinés au trafic, aux arts méchaniques, &c ?

Plus il nous seroit aisé de démontrer l’inutilité de la décoration dans les bâtimens que nous venons de nommer, & plus néanmoins il doit paroître important que la décoration que nous entendons ici, soit de toute beauté, puisqu’elle est destinée à caractériser les édifices sacrés, les palais des souverains, la demeure des grands seigneurs, les places publiques, les arcs de triomphe, les fontaines, les théatres, &c. qui ne peuvent s’attirer le suffrage des nations étrangeres que par les embellissemens que leur procurent la décoration des dehors & la magnificence des dedans.

On distingue en général quatre genres de décoration ; celle des façades, celle des appartemens, celle des jardins, & celle des théatres, qui toutes demandent des caracteres distinctifs, quoique soumises également aux lois de la convenance, de la bienséance, & aux principes du goût : connoissances qui ne peuvent jamais s’acquérir sans l’exercice du dessein, & l’examen réfléchi des plus beaux ouvrages antiques & modernes concernant l’Architecture, la Sculpture, la Peinture, &c.

De ces quatre genres de décoration, celle des façades est sans contredit celle qui exige le plus les préceptes de l’art. L’architecture & la sculpture concourent également à leur embellissement ; mais cette derniere doit être absolument subordonnée à la premiere.

Par décoration d’architecture on entend l’application des ordres, colonnes ou pilastres, les frontons, les portes, les croisées, les niches, les attiques, les soûbassemens, les balustrades ; différentes parties qui se doivent accorder si bien avec les masses & la dimension du bâtiment, que l’une ne puisse être supprimée sans nuire au reste de l’édifice.

Par décoration de sculpture on entend les statues, les trophées, les vases qui servent à composer les amortissemens & les couronnemens des façades, ou à enrichir chacune de leurs parties, telles que les chapiteaux des ordres, leurs entablemens, leurs piédestaux, par des ornemens en bas relief, en demi-bosse, en rond de bosse, &c. L’on appelle encore décoration de sculpture, celle où l’architecture entrant pour quelque chose, sert à la composition des tombeaux, des fontaines jaillissantes ou tout autre ouvrage pittoresque & contrasté, soûtenu seulement sur des socles ou des empatemens qui leur servent de base.

Les Grecs & les anciens Romains l’ont emporté de beaucoup sur nous pour la décoration d’architecture & de sculpture. Nos édifices en France les plus généralement approuvés, sont ceux qui approchent le plus de la composition de ces maîtres du monde ; néanmoins il nous reste beaucoup à faire pour arriver à la perfection des monumens qui nous restent de ces peuples. Sans doute la différence de notre climat, la disette des matieres, moins d’opulence, & peut-être un goût trop national, ont contribué à ne les imiter que d’assez loin. Mais d’un autre côté nous pouvons avancer sans prévention que si ces nations nous ont montré une si belle route, nous sommes à-présent les seuls qui puissions être imités des autres peuples, pour l’élégance des formes, le détail des ornemens & la commodité de la distribution ; de maniere que dans les siecles à venir on n’hésitera point de citer l’Architecture françoise à la suite de la greque & de la romaine, nos architectes en ayant pour ainsi dire créé une relative à notre climat & à nos besoins.

La décoration intérieure a pour objet la magnificence des appartemens. Cette partie de l’Architecture est sans contredit celle qui, après la distribution, fait le plus d’honneur à la France ; & on peut avancer qu’à l’exception de quelques ornemens peut-être trop frivoles que nos sculpteurs ont introduits dans leurs décorations, il n’est point de nation, sans excepter l’Italie, qui entende aussi-bien cette partie que nous. Les hôtels de Toulouse, de Soubise, de Thiers, de Mazarin, de Biron, de Villars, &c. peuvent être regardés comme autant de chefs-d’œuvre en ce genre, & l’on trouve dans leurs appartemens la richesse des matieres, la magnificence des meubles, la sculpture, la peinture, les bronzes, les glaces, distribués avec tant de goût, de choix & d’intelligence, qu’il semble que ces palais soient autant de lieux enchantés, élevés par l’opulence pour le séjour des graces & de la volupté.

La décoration des jardins consiste dans l’art de cultiver avec goût la nature, de maniere que ces deux parties concourent à former ces lieux délicieux que nous offrent abondamment les jardins de Versailles, de Marly, de Meudon, de Sceaux, de Chantilly, &c. la plûpart exécutés sur les desseins de le Nautre & de Mansard, & où se trouvent rassemblés avec autant de choix que de profusion, les chefs-d’œuvre de sculpture de nos plus célebres artistes, les canaux, les fontaines, les cascades, les bosquets, les terrasses, les escaliers, les palissades, les berceaux de treillage ; enfin des pavillons, des sallons, des belvederes, des vertugadins, des boulingrins, des figures & des vases de métal, de marbre, de bronze, tout ce que l’art, le génie, le goût & la magnificence peuvent offrir de plus somptueux.

C’est l’assemblage de toutes ces différentes parties, aidé d’une situation avantageuse, d’une exposition convenable & dirigée par des mains habiles, qui attire chez nous les nations les plus éloignées, & qui nous ont mérité la réputation de grands jardiniers ; nom célebre dû aux soins, à la vigilance & à la capacité de la Quintinie, de le Nautre & de le Blond ; ensorte que l’on dit de l’art du jardinage en France, comme de l’Architecture, les jardins françois, qui se distinguent de ceux de l’Angleterre & de l’Italie ; les premiers n’étant recommandables que par leur grandeur étonnante, une belle simplicité, & un entretien très-recherché ; les seconds, par la disposition des lieux, l’abondance des eaux & la fertilité du terroir ; ceux-ci, quoiqu’embellis par le secours de l’art & des artistes, doivent leur plus grande beauté à leur situation, & à un ciel plus favorable pour les productions de la nature : avantage qui ne se rencontrant pas chez nous, nous fait avoir recours à l’art, quoique l’on ne puisse disconvenir que nos jardins en général sont plus verds, moins tristes, moins arides, & plus capables par cet endroit de se plier au pouvoir de l’art ; séduction satisfaisante pour nos jardins de propreté, & qui oppose un contraste ingénieux avec nos potagers, nos vergers, nos parcs, nos bois & nos forêts, qui nous fait passer alternativement dans un même lieu de l’agréable à l’utile, du merveilleux au séduisant, & enfin de la nature à l’art. Voyez plus bas Decoration. (Jardinage.)

La décoration des théatres consiste en l’art de rendre par le secours de la perspective, de la peinture & d’une lumiere artificielle, tous les objets que nous offre la nature. Rien de si séduisant que ce que nous pourroit présenter l’art dans ce genre de choses ; cependant nous sommes forcés de convenir que de toutes les parties de la décoration, celle des théatres est celle que nous entendons le moins. Je ne sais par quelle fatalité, avec les talens supérieurs de plusieurs de nos artistes, les François sont encore si éloignés des peintres d’Italie dans ce genre. Sans doute l’œconomie, le peu d’espace de nos théatres, la disette de méchaniciens, l’indifférence de notre nation pour les spectacles à cet égard ; le dirai-je ? l’ignorance des chefs ou des entrepreneurs de nos spectacles, est la source du peu de succès de nos décorations théatrales. A l’exception du célebre Servandoni peintre italien, qu’est-ce que la plûpart de nos décorateurs ? des peintres de chevalet qui n’ont jamais sorti de leurs cabinets, qui ignorent l’histoire, les principes de l’architecture, les regles de la perspective ; & qui bien loin de saisir le génie, le goût ou l’opinion des peuples d’où le poëme est tiré, appliquent indistinctement dans les pastorales greques, les hameaux des environs de Paris ; dans les tragédies romaines, nos décorations françoises ; dans leurs temples, des ornemens chimériques & hasardés : qui nous présentent des carrefours au lieu de places publiques, des colonades, des pérystiles, des portiques aussi peu relatifs à l’exécution, que peu vraissemblables ; & où on ne remarque enfin ni correction, ni effet, ni plan, ni ensemble ; déréglement dont on ne parviendra jamais à corriger l’abus, qu’en envoyant passer plusieurs années de suite en Italie, les sujets qu’on destine aux décorations théatrales, comme la seule école qui soit en Europe pour ce genre de talens, Paris manquant absolument d’artistes à cet égard. Voy. Decoration ci-dessus. (P)

Décoration, (Jardin.) Cette partie qui dépend entierement du génie, est pour ainsi dire la maniere d’inventer & de distribuer les beaux jardins. Voyez Distribution.

On pourroit entendre par décoration, les ornemens qui contribuent à embellir un jardin : il ne peut être mieux décoré que par de belles figures, des vases, des canaux, des fontaines, des cascades, des portiques, des treillages, des caisses d’orangers, & des théatres, gradins & pots de fleurs.

La décoration regarde encore les changemens de scenes occasionnés par les fleurs des saisons : il y en a trois.

Celle du printems dure pendant les mois de Mars, Avril & Mai, & présente en oignons, pattes, & griffes, les tulippes, les anemones, renoncules de Tripoli, les jonquilles, bassinets, jacinthes, iris, narcisses, ciclamen printanier, couronne impériale, crocus.

En plantes & racines, les oreilles d’ours, hépatiques, pensées, giroflées, primevers, violettes, marguerites, muguet.

La décoration de l’été regne dans les mois de Juin, Juillet & Août, & est moins abondante en oignons ; mais elle est très-riche en plantes & racines.

En oignons & pattes, les tulippes tardives, les lys, martagons, frittilaires, pivoines, hémerocales, tubéreuses.

En plantes & racines, les œillets, la véronique, les campanelles, les croix de Jérusalem, mignardise, sain-foin d’Espagne, coque lourde, jassée, giroflée, persicaire, fraxinelle, scabieuse, marjolaine, genêt d’Espagne, thlaspi, pavots, piés d’aloüette, balsamines, tournesols, julienne, aconit, matricaire, valérienne, coquelicot, camomille, muscipula, muffle de lion, immortelle, basilic, œil de bœuf, statissée.

L’automne qui comprend les mois de Septembre, d’Octobre & de Novembre, offre dans sa décoration en oignons ;

La tubéreuse, le crocus, & le ciclamen automnal.

En plantes & racines, les amarantes, les passe-velours, tricolor, oculus-christi, souci, belle-de-nuit, palma-christi, roses d’Inde, œillets d’Inde, valérienne, roses trenieres, reine-marguerite, œillets de la Chine, volubilis. (K)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « décoration »

(Siècle à préciser) Du latin decoratio (« action de décorer »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « décoration »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
décoration dekɔrasjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « décoration »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « décoration »

  • Ils sont rares, de nos jours, ceux qui atteignent la quarantaine sans vérole et sans décoration. André Gide, Les Faux-Monnayeurs, Gallimard
  • Les obus et les décorations tombent au hasard sur le juste et l’injuste. De André Maurois / Les discours du docteur O'Grady
  • Les titres ne sont que la décoration des sots, les grands hommes n'ont besoin que de leur nom. De Frédéric II / Lettre à Voltaire
  • Une décoration sur le veston d’un brave : c’est un ruban... Sur le veston d’un bon à rien : c’est une faveur. De René Dorin
  • Les décorations sont des lettres de change tirées sur l'opinion publique. De Arthur Schopenhauer / Parerga et Paralipomena
  • L'enseigne de meubles inaugurera au printemps prochain un nouveau concept dédié principalement aux articles de décoration. Il sera situé rue de Rivoli, au coeur de Paris, en face de la Samaritaine. Une nouvelle évolution stratégique pour le géant suédois qui est passé de la « boîte bleue » à l'e-commerce puis au centre-ville. Les Echos, Ikea ouvrira son premier « Ikea Décoration » à Paris | Les Echos
  • Au total, douze mois de travaux portés par l’architecte marseillais Yvann Pluskwa seront nécessaires pour rénover les lieux. Les dix-neuf chambres s’emparent d’une sublime vue mer, un rooftop est créé pour installer une piscine surplombant les alentours et un spa creusé à même la roche est ajouté, permettant à l’hôtel Les Bords de Mer d’obtenir quatre étoiles. Côté restauration, une salle confidentielle orchestrée par la cheffe marseillaise Camille Gandolfo voit le jour, presque posée sur la mer. Grâce à ses mains agiles et à son esprit créatif, elle parvient à séduire grâce à une cuisine fraîche, réjouissante et centrée autour de la mer. Connu pour ses lignes épurées et élégantes, Yvann Pluskwa va insuffler un vent de modernité dans le lieu, tout en respectant la beauté et la simplicité du style des années 30. Côté décoration, l’idée des propriétaires est simple : composer un décor qui s’efface face au bleu de la mer, en optant pour des choix purs. Un jeu de transparence grâce à l’omniprésence de baies vitrées, des teintes minérales et pastels, du carrelage grès cérame très clair au sol, des meubles scandinaves en bois blond… Tout est pensé comme un hôtel de ville pour magnifier la présence de la Méditerranée. Et le résultat est là. Lorsqu’on pénètre au sein de l’hôtel Les Bords de Mer, le bleu de la mer happe tout le regard. Il n’est en rien un hôtel traditionnel. , Les Bords de Mer : un hôtel ouvert sur la Méditerranée - Elle Décoration
  • La voiture de sécurité de la F1, ainsi que la Medical Car reçoivent une toute nouvelle décoration cette année F1only.fr - l'actu de la F1 en 2020, F1 - La F1 dévoile la nouvelle décoration de la Safety Car | F1only.fr - l'actu de la F1 en 2020
  • Pour ne pas laisser les grands marques internationales régner seules, ces labels français proposent des meubles et des accessoires de décoration qui changent. Attention, cette sélection est garantie sans objets d’inspiration scandinave. Glamour, 4 jolies marques françaises de décoration | Glamour
  • Il est également possible de partager une demi-journée de shopping avec la décoratrice d’intérieur qui vous guidera dans ses boutiques partenaires à la recherche de l’objet déco tendance qui vous plaira. La dynamique entrepreneuse développe actuellement des partenariats avec des boutiques de décoration. , En Mayenne, Camille vous coache pour la décoration de votre intérieur | Le Courrier de la Mayenne
  • Avec la crise et le pouvoir d’achat en berne, les gens se dirigent naturellement vers les produits d’occasion.  Le marché de l’occasion est en pleine expansion : d’ici 3 ans, il devrait peser 50 milliards d’euros. Une tendance qui va aller en s’accentuant puisque le pouvoir d’achat des ménages va être impacté par la crise économique. Le marché des meubles et de la décoration n’échappe pas à la règle… « Chez Site-annonce, nous avons voulu identifier les tendances et décrypter les comportements des acheteurs de mobilier design, vintage ou d’objets de déco tendances, explique Vincent Vandegans. L’étude révèle notamment que 79% des Français achètent entre 2 et 6 meubles d’occasion par an. ». MySweetimmo, Meubles et décoration : 8 Français sur 10 achètent 2 à 6 meubles d'occasion par an - MySweetimmo

Images d'illustration du mot « décoration »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « décoration »

Langue Traduction
Anglais decoration
Espagnol decoración
Italien decorazione
Allemand dekoration
Chinois 装饰
Arabe زخرفة
Portugais decoração
Russe украшение
Japonais デコレーション
Basque apainketa
Corse decurazione
Source : Google Translate API

Synonymes de « décoration »

Source : synonymes de décoration sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « décoration »

Décoration

Retour au sommaire ➦

Partager