La langue française

Sanctification

Définitions du mot « sanctification »

Trésor de la Langue Française informatisé

SANCTIFICATION, subst. fém.

A. − RELIG. [Corresp. à sanctifier A]
1. Fait de rechercher la sainteté ou d'y parvenir. L'esprit même de la Visitation, qui veut que les filles dépendent entièrement de la mère pour leur sanctification (Jouve,Paulina, 1925, p. 161).C'est la mort qui scelle la consécration du génie et la sanctification du saint (Jankél.,Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 126).
2. Fait de donner la grâce sanctifiante. La sanctification des fidèles. Pour savoir si un baptême est valable et produira ses conséquences, c'est-à-dire la sanctification, il faut considérer qui le donne et non qui le reçoit (France,Île ping., 1908, p. 42).
B. − [Corresp. à sanctifier B]
1. RELIGION
a) Action de sanctifier, de rendre saint ou sacré. L'usage juif était qu'au commencement du repas, le chef de maison prît le pain, le bénît avec une prière (...). Le vin était l'objet d'une sanctification analogue (Renan,Vie Jésus, 1863, p. 316).
b) Action de célébrer religieusement. Synon. célébration.Un chapelain ordonne, du haut de la chaire, à tous les pèlerins, de promettre solennellement l'abstinence, la prière matin et soir, la sanctification du dimanche et le respect du nom de Dieu (Bloy,Journal, 1906, p. 314).
2. P. ext., parfois p. iron. Fait de rendre noble, sacré. Mais on ne saurait trop méditer cet acharnement de tant de docteurs modernes à trouver dans la parole chrétienne une sanctification de l'égoïsme bourgeois (Benda,Trahis. clers, 1927, p. 115).Cette sanctification de l'effort est peut-être le cœur même de l'erreur volontariste (Mounier,Traité caract., 1946, p. 456).
Prononc. et Orth.: [sɑ ̃ktifikasjɔ ̃]. V. sanctifier. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1remoit. xiies. saintificatiun « action de sanctifier quelqu'un » (Psautier d'Oxford, 77, 59 ds T.-L.); 1314 sanctificacïon (Henri de Mondeville, Chirurgie, éd. A. Bos, 1989); 2. 1539 sanctification (du 7ejour) (Calvin, Institution religion chret., éd. M. D. Benoit, livre II, p. 162). Empr. au b. lat.sanctificatio « sanctification ». Fréq. abs. littér.: 80.

Wiktionnaire

Nom commun

sanctification \sɑ̃k.ti.fi.ka.sjɔ̃\ féminin

  1. Action de sanctifier ou résultat de cette action.
    • La sanctification des fidèles.
    • Travailler à la sanctification des âmes.
    • Opérer la sanctification dans les âmes.
  2. La célébration des dimanches, des fêtes, suivant la loi et l’intention de l’église.
    • La sanctification des dimanches.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SANCTIFICATION. n. f.
Action de sanctifier ou Résultat de cette action. La sanctification des fidèles. Travailler à la sanctification des âmes. Opérer la sanctification dans les âmes. La sanctification des dimanches, des fêtes, La célébration des dimanches, des fêtes, suivant la loi et l'intention de l'Église.

Littré (1872-1877)

SANCTIFICATION (san-kti-fi-ka-sion ; en vers, de six syllabes) s. f.
  • 1Action et effet de la grâce qui sanctifie. Achevant l'œuvre de notre sanctification dans la crainte de Dieu, Sacy, Bible, St Paul, 2e épît. aux Corinth. VII, 1. La religion est moins un sujet de sanctification qu'un sujet de disputes qui appartiennent à tout le monde, Montesquieu, Lett. pers. 75.
  • 2Action de procurer ce qui sanctifie. Mais, Seigneur… que ne pouvons-nous obtenir de votre bonté, si… nous faisons notre principal exercice de la prédication de votre parole et notre félicité de la sanctification de votre peuple ? Bossuet, le Tellier.
  • 3Sanctification du dimanche, des fêtes, leur célébration suivant la loi de l'Église.

HISTORIQUE

XIIe s. Il emmena els el mont de la sue [sienne] saintificatiun, Liber psalm. p. 110.

XVIe s. Le repos, auquel nous convie ce qui est dit de la sanctification du septieme jour, Calvin, Instit. 102. Si nostre sanctification consiste en renoncement de nostre propre volonté…, Calvin, ib. 295.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SANCTIFICATION, s. f. terme de Théologie, se prend quelquefois pour la justification, c’est-à-dire, pour la grace qui opere en nous le mérite de la justice chrétienne. Voyez Justification.

Le mot sanctification désigne plus communément les exercices de piété prescrits par l’Eglise, pour solemniser les dimanches & les fêtes ; c’est dans cette acception ordinaire que nous le considérons : il paroît que la sanctification, prise dans ce dernier sens, étoit un peu différente chez les Hébreux. Ce terme dans leur langue désigne moins les idées modernes de la piété, que l’idée plus simple de célébration, de consécration, destination, &c. En un mot, on le voit par les circonstances & par l’emploi des termes, sanctifier signifie proprement dans le style de Moïse : réserver, choisir, consacrer, destiner ; & par une legere extension, il signifie encore célebrer, distinguer, honorer, &c. Ces divers sens, qui reviennent à-peu-près à la même idée, se remarqueront sans peine dans les passages suivans.

Aaron & filios ejus unges, sanctificabisque eos ut sacerdotio fungantur mihi ; filiis quoque Israel dices hoc oleum unctionis sanctum erit mihi in generationes vestras. Caro hominis non ungetur ex eo, & juxta compositionem ejus non faciatis aliud, quia sanctificatum est & sanctum erit vobis. Exod. XXX. xxx. 31.

Omnes decimæ terræ… Domini sunt & illi sanctificantur. Levit. xxvij. 30.

Populus sanctus es Domino Deo tuo, & te elegit, ut sis ei in populum peculiarem de cunctis gentibus. Deut. xiv. 2.

Quidquid erit sexus masculini sanctificabis Domino. Ibid. xv. 19.

Abstuli quod sanctificatum est de domo meâ, & dedi illud levitæ & advenoe, pupillo & viduæ. Ibid. xxvj. 13.

Ne polluatis nomem meum sanctum, ut sanctificer in medio filiorum Israel, ego Dominus qui sanctifico vos. Levit. xxij. 23.

Sanctificabisque annum quinquagesimum, & vocabis remissionem cunctis habitatoribus terræ tute, ipse est enim jubilæus. Ibid. xxv. 10.

Sanctificetur nomen tuum. Matt. vj. 9.

Je croirois faire tort à l’habileté de mes lecteurs, si je présentois l’explication de ces passages ; rien de plus facile à entendre, & rien ne montre mieux aussi que le précepte, sanctification, exprimé en ces mots, memento ut diem sabbati sanctifices, marque simplement l’ordre de consacrer, d’honorer, de célebrer le sabat par la cessation des œuvres serviles ; c’est dans ce sens qu’il est dit au même endroit, benedixit Dominus diei sabati, & sanctificavit eum. Dieu bénit le jour du sabat, & le consacra par son repos, c’est-à-dire qu’il en fit un jour solemnel destiné au délassement, & même à la joie, comme nous verrons tout-à-l’heure. Sanctificabis annum quinquagesimum, ipse est enim jubilœus. Ex. 25. Vous célebrerez la cinquantieme année, tems de joie & d’abolition qui doit opérer la remise des dettes, & rendre aux anciens possesseurs les terres aliénées.

La même destination du sabat est encore mieux prouvée par ces paroles de l’Exode xxxij. 12. Sex diebus operaberis, septimo die cessabis ut requiescat bos & asinus tuus & refrigeretur filius ancillæ tuæ & advena. Vous emploirez six jours à vos différens travaux, mais vous les cesserez le septieme, afin que votre bœuf & votre âne se reposent, & que le fils de votre esclave & l’étranger qui est parmi vous puissent prendre quelque relâche, & même quelque divertissement. J’observe ici, comme on l’a vu à l’article Dimanche, que le refrigeretur de la vulgate n’a pas d’autre sens. Cette idée de réjouissance, d’amusemens honnêtes entroit essenciellement dans la sanctification des fêtes en général ; aussi est-ce dans le même sens que le Sauveur dit en S. Marc, sabbatum propter hominem factum est & non homo propter sabbatum. Marc, ij. 27.

Conséquemment à ce principe de police & de religion, les Israélites célebroient les plus grandes solemnités par des instructions, des sacrifices, des prieres, & sur-tout par des festins de parens, de voisins & d’amis, où les plus aisés devoient admettre non-seulement tous ceux qui composoient leur famille, mais encore les prêtres, les pauvres, & même les esclaves & les étrangers ; l’on voit que Dieu par ces observances, dont il avoit fait un précepte, vouloit accoutumer son peuple à des procédés de bienveillance & de fraternité. On le voit de même dans Isaïe : uniquement touché des œuvres de justice & de bienfaisance, le Seigneur rejette ces sacrifices & ces cérémonies légales, que des hommes pervers osoient substituer à la vraie piété.

« Ne m’offrez plus, dit Dieu par son prophete, ne m’offrez plus de sacrifices inutilement ; je ne puis plus souffrir vos nouvelles lunes, vos sabbats & vos autres fêtes ; l’iniquité regne dans vos assemblées … Cessez de faire le mal ; apprenez de faire le bien ; examinez tout avant que de juger, assistez l’opprimé, faites justice à l’orphelin, défendez la veuve ». Isaïe, l. XIII. 16. &c.

On retrouve le même esprit dans les passages suivans, que je copie encore d’après Sacy : « Vous célebrerez la fête des semaines en l’honneur du Seigneur votre Dieu, en lui présentant l’oblation volontaire du travail de vos mains, que vous lui offrirez selon la bénédiction que vous aurez reçue du Seigneur votre Dieu ; & vous ferez des festins de réjouissance, vous, votre fils & votre fille, votre serviteur & votre servante, le lévite qui est dans l’enceinte de vos murailles, l’étranger, l’orphelin & la veuve qui demeurent avec vous… Vous célebrerez aussi la fête solemnelle des tabernacles pendant sept jours, lorsque vous aurez cueilli de l’aire & du pressoir les fruits de vos champs, & vous ferez des festins de réjouissances, vous, votre fils & votre fille, votre serviteur & votre servante, le lévite, l’étranger, l’orphelin & la veuve qui sont dans vos villes ». Deut. ib. X. xj. 13. &c.

Telles étoient les pratiques religieuses ordonnées aux Hébreux ; pratiques encore suivies de nos jours par leurs descendans, & qui furent de même fidélement observées par les premiers chrétiens. Dans la suite des tems cette charité si touchante, qui communique avec des freres pauvres & affligés, qui les fait asseoir à sa table, qui s’attache à les consoler ; cette charité, dis-je, fut remplacée par un surcroit d’offices & de prieres, par des fondations, ou par des legs peu couteux à des mourans ; mais l’esprit de fraternité, l’esprit de commisération & de bienfaisance alla toujours en s’affoiblissant. Chacun occupé de son bien-être, ne songea plus qu’à écarter les malheureux, & l’insensibilité pour les pauvres devint presque générale. On se donna bien garde de les accueillir ; on eut honte de les approcher ; à peine trouverent-ils de foibles secours pour traîner une vie languissante, loin du commerce & de la société. Les plus religieux enfin crurent satisfaire au précepte de l’aumône & remplir tous les devoirs de la charité chrétienne, en distribuant les débris du réfectoire à des mendians vagabons ; pratique au moins plus raisonnable que l’indifférence vicieuse, & trop commune dans les maisons des grands, où il se perd d’ordinaire plus de bien qu’il n’en faudroit pour nourrir plusieurs misérables.

La sanctification des fêtes, comme nous l’avons vu, tenoit beaucoup plus de la fraternité chez les Hébreux. Rappellez-vous, dit le Seigneur, que vous futes autrefois esclaves en Egypte, & que cette pensée vous rende compatissans pour les infortunés ; célebrez vos fêtes par des festins, où vous recevrez dans le sein de votre famille les étrangers même & les esclaves, recordaberis quoniam servus fueris in Ægypto … & epulaberis in festivitate tuâ, tu, filius tuus & filia, servus tuus & ancilla, levites quoque & advena, pupillus ac vidua … benedicetque tibi Dominus Deus tuus in cunctis frugibus tuis, & in omni opere manuum tuarum, erisque in loetitiâ. Deut. ib. xiv. 15. Dieu, comme l’on voit ici, attachoit des récompenses à ces pratiques si pleines d’humanité ; le Seigneur, dit l’Ecriture, bénira vos travaux & vos recoltes, & vous serez dans l’abondance & dans la joie.

Tout cela prouve bien, si je ne me trompe, qu’un peu de bonne chere, quelques amusemens innocens propres à charmer nos soucis, ne doivent pas être considérés comme une profanation de nos fêtes ; bibant, dit le sage, & doloris sui non recordentur ampliùs. Prov. xxxj. 7. Nous adorons aujourd’hui le Dieu d’Abraham & le Dieu de Moïse. La loi qu’il leur prescrivit pour le bonheur de son peuple, est au fond invariable ; & Jesus-Christ enfin, qui est venu pour la perfectionner, nous assure, comme on l’a vu, que le sabbat est fait pour l’homme, & non l’homme pour le sabbat.

Il faut l’avouer néanmoins, nous sommes constamment dans la dépendance du créateur, nous tenons de lui l’être, & tous les avantages de la vie ; nous devons donc, comme créatures, lui rendre nos hommages, & reconnoître ses bienfaits. D’ailleurs les rapports de société que nous avons avec les autres hommes nous assujettissent à d’autres devoirs également indispensables. C’est même sur quoi la loi divine insiste davantage ; sans doute parce que ces rapports sont plus multipliés. Or pour remplir ces différentes obligations, & surtout pour s’en instruire, il n’est pas de tems plus favorable que le dimanche ; aussi est-ce là parmi nous, comme chez les Juifs, l’une des grandes destinations du repos sabbatique. Il est donc vrai que les instructions & les prieres entrent dans l’idée de la sanctification, & qu’elles font partie essentielle de notre culte ; mais toujours pourtant, qu’on ne l’oublie jamais, toujours d’une maniere subordonnée au délassement récréatif si bien exprimé dans les passages allegués ci-devant. Ces instructions & ces prieres nécessaires pour nous rapprocher de Dieu, servent au réglement de nos mœurs, & contribuent même au bien temporel de la société ; mais elles doivent se renfermer en de justes bornes ; elles n’exigent d’ailleurs ni dépenses, ni fatigues ; sans quoi elles deviendroient incompatibles avec le repos du dimanche. Qu’on me permette ici une comparaison qui peut répandre du jour sur la question présente. Que deux ou trois amis aillent passer un jour à la campagne avec leur famille. Tout ce qu’il y a de jeunes gens, après avoir bien repu, ne songent qu’à jouer, qu’à se divertir, & chacun s’en acquitte de son mieux ; le tout sans que les parens y trouvent à redire ; c’est au-contraire ce qui les réjouit davantage, tant qu’ils ne voient rien contre la décence ; & si quelqu’un dans la troupe paroît moins sensible à la joie, ils l’excitent eux-mêmes à s’y livrer comme les autres. Pourquoi Dieu, qui se compare en mille endroits à un pere de famille, seroit-il irrité des plaisirs honnêtes que les fêtes procurent à ses enfans ?

Il résulte de tout ceci, que des offices & des cérémonies qui ne finissent point, que des discours instructifs à la vérité, mais ordinairement trop étendus, que de longues assistances à l’église, & qui deviennent couteuses ou fatigantes, ne quadrent guere avec la destination d’un jour, qui promet à tous la quiétude & le rafraîchissement. Non facies in eo quidquam operis… ut requiescat servus tuus & ancilla tua sicut & tu. Deut. v. 14. Ut refrigeretur filius ancillæ tuæ & advena. Exod. xxiij. 14. Sabbatum propter hominem factum est, &c. Marc, ij. 27.

Concluons que la sanctification du dimanche admet aujourd’hui, comme autrefois, d’honnêtes délassemens pour tous les citoyens, même pour les esclaves ; ce qui n’exclut sans doute ni les instructions, ni les prieres, qui font, comme on l’a dit, une partie essentielle du culte religieux ; instructions & prieres, en un mot, qui renfermées en des justes bornes, & supposées sans peine & sans fatigue, n’ont rien d’incompatible avec le repos sabbatique des Chrétiens. Article de M. Faiguet.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « sanctification »

Prov. sanctificatio ; espagn. sanctificacion ; ital. santificazione ; du lat. sanctificationem, de sanctificare, sanctifier.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin sanctificatio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « sanctification »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sanctification sɑ̃ktifikasjɔ̃

Citations contenant le mot « sanctification »

  • La guerre est, au sens le plus strict, la sanctification de l'homicide. De Miguel de Unamuno / Le sentiment tragique de la vie
  • La religion est moins un sujet de sanctification qu'un sujet de disputes qui appartient à tout le monde. De Montesquieu / Lettres persanes
  • « Jeunesse et sanctification » est un verset extrait de la Lettre aux Hébreux (12 : 14). C’est le thème général retenu pour la célébration du cinquantenaire qui va, selon le président de la JAD/BF, le pasteur Wendkuni Aimé Ouya, mobiliser des milliers de jeunes venus d’ici et d’ailleurs. , Religion : La Jeunesse des Assemblées de Dieu du Burkina Faso a 50 ans ! - leFaso.net, l'actualité au Burkina Faso
  • Qui est réellement Charles de Foucauld ? Comment sa future canonisation est vue depuis l’Afrique alors que les traumatismes de la colonisation affectent encore les sociétés touareg ? En quoi cette sanctification apparaît dissonante dans un contexte de remise en cause des figures colonialistes, cinq ans après la canonisation controversée de Junipero Serra (1713-1784) aux Etats-Unis d’Amérique ? Le Monde.fr, « La canonisation de Charles de Foucauld serait un déni d’histoire »
  • Dans notre société de l’information, la donnée acquiert une valeur équivalente à une marchandise. Partant du postulat que la 5G permettra de connecter de nombreux objets entre eux, l’émission de donnée augmentera de manière conséquente. Ainsi, le contrôle sur les infrastructures permettant le déploiement de la 5G est un enjeu sécuritaire. Dans cette course, les Etats s’allient ouvertement avec leurs entreprises nationales tout en privant les entreprises adverses de leur marché national respectif. En ce sens, la législation de chaque pays se veut être une arme à la fois de sanctification du marché national, mais également un moyen d’affaiblir la concurrence étrangère. A l’échelle internationale chacun use de son influence au sein des organisations en charge de la fixation des standards relatifs à la 5G. Infoguerre, Les enjeux stratégiques et la guerre de l'information autour de la 5G - Infoguerre
  • Cette mission de sanctification du monde est un service. Elle ne peut ni se confondre avec un pouvoir, ni se segmenter suivant les différents états de vie, ni se satisfaire de la division du travail précédente. On comprend mieux du coup comment une vision réductrice de la vocation et de la mission des laïcs peut alimenter en retour une compréhension biaisée du sacerdoce ministériel. En travaillant par leurs œuvres et leur témoignage à la sanctification du monde, les laïcs ne cherchent pas à exercer ni conquérir du pouvoir ni dans la société, ni dans l’Église. Leur sacerdoce « prophétique, sacerdotal et royal » les amène à prendre la suite du Christ, qui a refusé d’être (et encore plus de se faire roi » (Jn 6, 15) et au contraire s’est comporté en serviteur, demandant à ses disciples de faire de même (voir la scène du lavement des pieds des apôtres : Jn 13, 12-15). Aleteia, La mission du laïc chrétien : être l’Église dans le monde
  • À l’échelle collective, ce que nous appelons l’identitarisme (ou la pensée identitaire, qu’on retrouve indifféremment à la droite de la droite et chez les Indigènes de la république) n’est jamais que la sanctification arbitraire de coutumes ou de couleurs de peau dont on a décrété, un jour, qu’elles étaient un but en soi. Ou une valeur en soi. Le Figaro.fr, «Le libéralisme contre les dérives de l’idéologie progressiste libertaire» (3/3)
  • Aujourd'hui, l’Église catholique, en ses membres, se trouve dans une phase de destruction, de déformation et de désintégration par manque de prière et à cause de la perte de la Foi. La prière de Marie est donc non seulement le soutien de l’Eglise, mais Marie est celle qui élève les âmes et provoque l’effusion de cette grâce, les transformant et les poussant à être membres vivants de l’Eglise. Soyons donc les instruments de la prière efficace de Marie par le chapelet quotidien pour la conversion des pécheurs et la sanctification des âmes. FSSPX.Actualités / FSSPX.News, Marie-Madeleine attirée vers Jésus par les prières de Marie - FSSPX.Actualités / FSSPX.News
  • Ces attaques portent atteinte à plusieurs dogmes ou vérités révélées : la charge épiscopale avec ses trois fonctions d’enseignement, de sanctification et de gouvernement ; le sacerdoce réservé aux seuls hommes ; la structure hiérarchique de l’Eglise... Mais nos modernes théologiennes ne s’en embarrassent guère, elles qui imposent à la sainte Eglise leurs propres vues. FSSPX.Actualités / FSSPX.News, L’hérésie féministe ne recule devant aucune élucubration - FSSPX.Actualités / FSSPX.News
  • La sanctification dans le renouvellement spirituel des chrétiens, sous l’influence du Saint-Esprit et dans le respect de leurs devoirs attitrés, représente vraiment la volonté divine à leur égard. Journal Chrétien, Les chrétiens sont appelés à la sanctification (1 Thessaloniciens 4:7) - Etudes bibliques - Journal Chrétien
  • « Ce que Dieu veut, c’est votre sanctification ; c’est que vous vous absteniez de l’impudicité ; c’est que chacun de vous sache posséder son corps dans la sainteté et l’honnêteté, sans vous livrer à une convoitise passionnée, comme font les païens qui ne connaissent pas Dieu ; c’est que personne n’use envers son frère de fraude et de cupidité dans les affaires, parce que le Seigneur tire vengeance de toutes ces choses, comme nous vous l’avons déjà dit et attesté. » (1 Thessaloniciens 4 :3-6) Journal Chrétien, Ce que Dieu veut, c'est votre sanctification - 1 Thessaloniciens 4 :3 - Etudes bibliques - Journal Chrétien
  • Une dizaine de milliers de personnes étaient rassemblées sur la Place Saint-Pierre à Rome ce dimanche 13 octobre pour assister à la sanctification du cardinal John Henry Newman par le Pape François. Mort en 1890 à Birmingham, Newman est la première personne anglaise sacralisée depuis plus de 50 ans. La cérémonie a réuni nombre de britanniques ainsi que le prince héritier, Charles de Galles. Le cardinal, romancier, poète et philosophe était une personne particulièrement appréciée par le peuple britannique que beaucoup considèrent comme un modèle spirituel. Carol Parkinson, la secrétaire des « Friends of Newman » de Birmingham, présente à la cérémonie a raconté pour la BBC que  « son intégrité, son amitié, sa capacité à être loyal et son travail acharné, constituent de très bons exemples pour tout le monde« . Néanmoins, une question reste en suspens sur la vie de John Henry Newman : était-il gay ? TÊTU, Le Pape vient-il de sanctifier un cardinal gay ? - TÊTU

Traductions du mot « sanctification »

Langue Traduction
Anglais sanctification
Espagnol santificación
Italien santificazione
Allemand heiligung
Chinois 成圣
Arabe تقديس
Portugais santificação
Russe освящение
Japonais 聖化
Basque sanctification
Corse santificazione
Source : Google Translate API

Synonymes de « sanctification »

Source : synonymes de sanctification sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « sanctification »

Sanctification

Retour au sommaire ➦

Partager