La langue française

Compliment

Sommaire

  • Définitions du mot compliment
  • Étymologie de « compliment »
  • Phonétique de « compliment »
  • Évolution historique de l’usage du mot « compliment »
  • Citations contenant le mot « compliment »
  • Images d'illustration du mot « compliment »
  • Traductions du mot « compliment »
  • Synonymes de « compliment »
  • Antonymes de « compliment »

Définitions du mot compliment

Trésor de la Langue Française informatisé

COMPLIMENT, subst. masc.

A.− Parole(s) élogieuse(s) que l'on adresse à quelqu'un en différentes occasions. Je vous fais mon compliment sur l'événement heureux que vous voulez bien m'annoncer vous-même (Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin, t. 1, 1811, p. 22):
... il soutint sa thèse pour le doctorat d'une façon si remarquable, qu'elle lui valut les compliments des professeurs. Flaubert, L'Éducation sentimentale,t. 1, 1869, p. 111.
SYNT. Concert de compliments; compliments hyperboliques; accabler de compliments; adresser, recevoir des compliments.
P. iron. Je ne vous en fais pas mon compliment (Ménard, Rêveries d'un païen mystique,1876, p. 47).
Arg. Rengainer son compliment. Se taire.
B.− Formule de civilité adressée oralement ou par écrit à quelqu'un. Après les premiers complimens, je lui proposai de la conduire dans son appartement (Mmede Genlis, Les Chevaliers du Cygne,t. 2, 1795, p. 12).
Spécialement
Vx. Compliment de condoléances. Le préfet adressa quelques complimens de condoléance au jeune Pietri, et les suivit presque aussitôt (Mérimée, Colomba,1840, p. 98).
Expression de politesse figée. Faites agréer mes compliments et hommages à Madame Gosselin (Balzac, Correspondance,1831, p. 526).
C.− Petit morceau en prose ou en vers que l'on adresse à quelqu'un à l'occasion d'une fête ou d'une cérémonie officielle. Un compliment en vers. Ursule eut un long compliment en prose, moitié sérieux, moitié comique, à dégoiser (G. Sand, Histoire de ma vie,t. 2, 1855, p. 397).
Rem. On rencontre ds la docum. le subst. fém. complimentaillerie., péj. Compliment tenant plus de la moquerie que de l'éloge. Parbleu! je sais bien qu'on peut, qu'on va sans doute me dire : « Comment vous! le créateur subtil de « rythmes, le rimeur rusé s'il en fut » − et telles et telles complimentailleries plus ou moins, plutôt moins sincères » Vous venez nous préconiser ces vers (Verlaine, Œuvres posthumes, t. 3, Préfaces de Paul Verlaine, 1896-p. 344).
Prononc. et Orth. : [kɔ ̃plimɑ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. [1566 complimento « visite de courtoisie faite à un personnage officiel » (Corresp. du cardinal de Granvelle, t. I, p. 493 ds Herb., p. 66)]; 1604 compliment « id. » (Les ambassades et négociations de l'illustrissime et Reverendissime cardinal Du Perron, Paris, 1623, p. 257 [lettre datée de Rome, 27 déc. 1604]); 1608 « paroles élogieuses adressées à quelqu'un » (M. Regnier, Satyre VIII, 20, éd. J. Plattard, p. 64). Empr. à l'ital. complimento « acte ou expression d'hommage », attesté dep. 1578-94 (T. Tasso ds Batt.), lui-même empr. à l'esp. cumplimiento (attesté dep. le xiiies. au sens d'« abondance », « compliment » dep. le xvies. d'apr. Al.), dér. de cumplir, du lat. complere (accomplir*). [Fr. complimento en 1566 représente une adaptation du mot espagnol]. Fréq. abs. littér. : 2 156. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 4 066, b) 4 104; xxes. : a) 2 940, b) 1 731. Bbg. Darm. Vie 1932, p. 158. − Gir. t. 2 Nouv. Rem. 1834, p. 34. − Sain. Sources t. 3 1972 [1930], p. 349. − Spitzer (L.). Z. fr. Spr. Lit. 1917, t. 44, p. 216. − Wind 1928, p. 73, 180.

Wiktionnaire

Nom commun

compliment \kɔ̃.pli.mɑ̃\ masculin

  1. Paroles louant la qualité d’une chose ou d’une personne.
    • Les femmes « youyoutèrent » à gorge déployée, et nous échangeâmes congratulations et compliments, l'un flattant l'encolure du mulet, notre héros, l'autre exagérant les mérites du conducteur bédouin, […]. — (Évelyne Berriot-Salvadore, La Méditerranée et ses cultures, Éd. du Cerf,, 1992, page 184)
    • — Vous avez de beaux yeux.
      — Merci pour le compliment.
  2. Paroles de civilité, obligeantes, flatteuses, par lesquelles on témoigne à quelqu’un le respect, l’affection, l’estime qu’on a pour lui, ou la part que l’on prend à ce qui lui arrive.
    • Tous les chrétiens de la paroisse venaient réciter leurs compliments aux parents d’en dessous. Penchés sur leurs tombes, ils ôtaient un brin d’herbe, un pied de chicorée, avec les doigts ratissaient la terre, comme pour apaiser les défunts, leur passer la main dans les cheveux. — (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, page 235.)
    • Puis il fallut écouter les compliments des paysans et leurs doléances enveloppées dans des protestations de respect. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans "Trois contes de l'Amour et de la Mort", 1940)
  3. Simple terme de civilité pour se rappeler au souvenir de quelqu’un.
    • Il m’a chargé de vous faire mille compliments.
  4. Paroles désobligeantes ou injurieuses. — Note : Il est alors toujours accompagné d’une épithète qui indique le sens détourné qu’on lui donne.
    • Vous lui avez fait là un mauvais compliment. - Voilà un fâcheux compliment. - Il m’est venu faire un étrange compliment, un sot compliment.
    • (Ironique)Voilà un joli compliment, un compliment très flatteur, etc.
  5. (Quelquefois) Opposé de l’intention réelle, des promesses effectives.
    • Il vous fait des offres de service, c’est pour compliment. - Tout cela se passera, s’est passé en compliments.
  6. Petit discours en vers ou en prose qu’on fait réciter ou présenter par un enfant à son père, à sa mère, ou à une autre personne, le jour de leur fête ou le premier jour de l’an, pour les complimenter.
    • Apprendre, réciter un compliment. - Un recueil de compliments.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COMPLIMENT. n. m.
Paroles de civilité, obligeantes, flatteuses, par lesquelles on témoigne à quelqu'un le respect, l'affection, l'estime qu'on a pour lui, ou la part que l'on prend à ce qui lui arrive. Compliment sincère. Compliment affectueux. Compliment de remerciement. Compliment de félicitation. Formules de compliments. Compliment bien tourné, mal tourné. Faire compliment à quelqu'un. Je vous fais compliment de votre bonne santé. Je lui fis compliment sur son mariage, sur son retour. Il en reçoit les compliments. Des compliments à perte de vue. On dit aussi Compliments de condoléance, pour marquer la Part qu'on prend à la perte que quelqu'un a faite. Il s'emploie aussi comme simple terme de civilité pour se rappeler au souvenir de quelqu'un. Il m'a chargé de vous faire mille compliments. Mes compliments à M. un tel. Je vous en fais mon compliment, se dit quelquefois, familièrement et par ironie, à celui qui a fait une faute, une maladresse. Vous lui avez dit tout juste ce qui pouvait vous nuire, je vous en fais mon compliment. Fig. et fam., Rengainer son compliment, Supprimer ou ne pas achever ce qu'on avait envie de dire. Il rengaina son compliment. Rengainez votre compliment. Il se dit aussi des Paroles désobligeantes ou injurieuses ; mais alors il est toujours accompagné d'une épithète qui indique le sens détourné qu'on lui donne. Vous lui avez fait là un mauvais compliment. Voilà un fâcheux compliment. Il m'est venu faire un étrange compliment, un sot compliment. On dit de même, ironiquement, Voilà un joli compliment, un compliment très flatteur, etc. Fam., Ne faisons point de compliments ; laissons là les compliments ; trêve de compliments, sans compliment, s'il vous plaît ; point de compliments, etc., Façons de parler dont on se sert pour engager une personne à être moins cérémonieuse. Sans compliment signifie aussi Franchement, ouvertement, sans flatterie. Voulez-vous que je vous parle sans compliment, sans tant de compliments? Je vous dis, sans compliment, que votre ouvrage est fort bon. Il est quelquefois opposé à l'Intention réelle, aux promesses effectives. Il vous fait des offres de service, c'est pour compliment. Tout cela se passera, s'est passé en compliments. Il se dit également d'un Petit discours en vers ou en prose qu'on fait réciter ou présenter par un enfant à son père, à sa mère, ou à quelque autre personne, le jour de leur fête ou le premier jour de l'an, pour les complimenter. Apprendre, réciter un compliment. Un recueil de compliments.

Littré (1872-1877)

COMPLIMENT (kon-pli-man) s. m.
  • 1Discours solennel adressé à une personne revêtue d'une autorité. Toutes les compagnies allèrent faire compliment au gouverneur.

    Petit discours en prose ou en vers qu'on fait apprendre à un enfant pour une fête.

  • 2Paroles de civilité adressées à quelqu'un de vive voix ou par lettre, au sujet d'un événement heureux ou malheureux qui le touche ou d'une visite qu'on lui doit. Compliment de remercîment, de félicitation, de condoléance, d'amitié. Allez le voir, il attend votre compliment. Compliment bien troussé. Je veux que l'on soit homme, et qu'en toute rencontre Le fond de notre cœur dans nos discours se montre, Que ce soit lui qui parle et que nos sentiments Ne se masquent jamais sous de vains compliments, Molière, Mis. I, 1. On vous en devait bien au moins un compliment, Molière, F. sav. IV, 1. Voilà les compliments que l'amour leur suscite, Rotrou, Vencesl. III, 3. Quel adieu vous dirai-je ? et par quels compliments…, Corneille, Hor. II, 8. Il s'est défait de cet esprit jaloux [de cet homme jaloux] Avec un compliment encor plus court qu'à vous, Corneille, Tite et Bér. III, 4. Allons de sa réponse à votre compliment Prendre l'occasion de parler hautement, Corneille, Nicom. II, 4. Cléopatre s'enferme en son appartement, Et, sans s'en émouvoir, attend son compliment [de César], Corneille, Pomp. III, 1. Un gentilhomme qui voulut être le premier à lui faire son compliment [à la mort de Turenne], Sévigné, 201. Il est revenu exprès pour faire son compliment ici, Sévigné, 5. Il fait à la donzelle Son compliment comme homme bien appris, La Fontaine, Orais. Il a des formules de compliments pour l'entrée et pour la sortie, à l'égard de ceux qu'il visite ou dont il est visité, La Bruyère, IV.

    Tourner un compliment, l'arranger d'une façon agréable. Comment, sans vous compromettre, Vous tourner un compliment ? Béranger, Halte-là.

    Faire compliment à quelqu'un de, le louer de.

    Par ironie. Je vous en fais mon compliment, se dit à quelqu'un qui a fait une maladresse, une faute. Les chansons commencèrent à lui faire compliment sur ses nouveaux attributs, Hamilton, Gramm. 9.

    Familièrement, rengaîner son compliment, revenir sur un éloge ou sur l'intention qu'on avait de donner son approbation, et, en général sur ce qu'on avait dit ou avancé.

  • 3 Au plur. Paroles de civilité. Rien n'est si inutile qu'une lettre de compliments, Voltaire, Lett. d'Argental, 8 mai 1773.

    Terme de civilité qu'on emploie pour se rappeler au souvenir de quelqu'un. Il vous fait mille et mille compliments, Sévigné, 218. J'ai fait vos compliments à Mme de Lafayette, Sévigné, 19. J'ai mille compliments à vous faire de M. de la Rochefoucault, Sévigné, 1. Il m'a prié de vous faire ses compliments pour celui que vous lui avez fait, Bossuet, Lett. 71.

    Paroles cérémonieuses. Laissons là les compliments. Pas tant de compliments et venons au fait. Trêve de compliments, s'il vous plaît. Je ne vous ferai pas plus de compliments qu'il ne m'en fit, Pascal, Prov. 9.

    Au singulier. Non, m'a-t-il répondu, je suis sans compliment, Et j'y vais pour causer avec toi seulement, Molière, Fâch. I, 1.

    Sans compliment franchement, sans flatterie.

  • 4Vaines paroles, vaines promesses. Il vous fait des offres de service, mais c'est pur compliment.
  • 5 Par antiphrase, paroles désobligeantes, mauvaise nouvelle. Voilà un sot compliment. On ne peut faire un plus mauvais compliment. Comme vous refusez d'épouser ma sœur après la parole donnée, je crois que vous ne trouverez pas mauvais le petit compliment que je viens vous faire [proposition de duel], Molière, Mar. forcé, 16. Hé ! monsieur, rengaînez ce compliment, je vous prie, Molière, ib. M. de Pomponne est disgracié ; il eut ordre de se défaire de sa charge… Ce fut M. Colbert qui lui fit ce compliment [qui lui annonça cette mauvaise nouvelle], Sévigné, 386.

HISTORIQUE

XVIe s. Ce n'est pas assez que vous vous contentiez de faire et accomplir toutes ces choses bonnes et generalement les autres qui regardent le compliment [accomplissement] de vos actions, Pasquier, Lett. t. III, p. 262, dans LACURNE.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

COMPLIMENT. Ajoutez :
6Compliment de roi, compliment qui, comme les jeux de prince, ne plaît qu'à celui qui le fait (locution aujourd'hui hors d'usage). Ne m'obligez pas à faire à ses appas Un compliment de roi qui ne lui plairait pas, Corneille, Lexique, édit. Marty-Laveaux.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

COMPLIMENT, s. m. (Morale.) discours par lequel on témoigne de vive voix ou par écrit à quelqu’un l’estime qu’on a pour lui, ou la part que l’on prend à quelque chose d’intéressant qui lui arrive. C’est ordinairement, ou une fadeur, ou une inutilité, ou un mensonge ; ce qui n’empêche pas que ce ne soit quelquefois un devoir. (O)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « compliment »

Provenç. complimen ; catal. cumpliment ; espagn. cumplimiento ; portug. cumprimento ; ital. compimento. Le mot signifie, proprement, achèvement, terme, perfection, et de là, par une transition qui se conçoit, parole qui remplit, qui satisfait, compliment. Compliment est le substantif verbal dérivé de l'ancien verbe complir, tandis que complément dérive directement du latin complementum.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De l’italien complimento (« acte ou expression d'hommage »), lui-même de l’espagnol cumplimiento attesté depuis le treizième siècle au sens d’« abondance », celui de « compliment » depuis le seizième siècle. La première attestation, en français, en 1566, est sous la forme complimento avec le sens de « visite de courtoisie faite à un personnage officiel » (Correspondance du cardinal de Granvelle, t. I, p. 493 ds Herb., p. 66) représente une adaptation du mot espagnol ; (1604) compliment « id. » (Les ambassades et négociations de l'illustrissime et Reverendissime cardinal Du Perron, Paris, 1623, p. 257 [lettre datée de Rome, 27 déc. 1604]) ; 1608 apparait avec le sens de « paroles élogieuses adressées à quelqu'un ». Apparenté à l’ancien français compliement et à complément.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « compliment »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
compliment kɔ̃plimɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « compliment »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « compliment »

  • L'ironie est une insulte déguisée en compliment. De E.P. Whipple / Literature and life
  • Un compliment vaut un baiser. De Alfred de Musset / On ne badine pas avec l'amour, 1834
  • Le compliment diminue l'homme. De Guy Roux
  • Tout compliment est une caresse. De André Maurois / Pour piano seul, 1960
  • On préfère un compliment menteur à une critique sincère. De Plaute / Mostellaria
  • Le compliment exagéré est pire qu'une injure. De Proverbe persan
  • Un compliment est un rayon de soleil verbal. De Robert Orben / One Liners
  • La nouvelle critique : un sujet, un verbe, un compliment. De Anonyme
  • Un homme puissant flatte plus son interlocuteur par une confidence que par un compliment. De Maurice Druon / Le Pouvoir
  • Avec un bon compliment, je peux vivre deux mois. De Mark Twain / L'art de Convaincre, 2008
  • Avoir la confiance de quelqu’un est un compliment plus important que d’être aimé. De George MacDonald
  • Les femmes... Un rien les attire, un compliment les fait fuir. De Raymond Quatorze / La Prison rose bonbon
  • Le compliment, c'est quelque chose comme le baiser à travers le voile. De Victor Hugo / Les Misérables
  • Un compliment, c'est un peu d'amour et beaucoup d'esprit. De Emile Faguet / Etudes littéraires
  • Chaque fois que nous mentons à quelqu'un, nous lui faisons le compliment de reconnaître sa supériorité. De Samuel Butler / Carnets
  • Ce 25 juin sur le plateau de l'émission Morandini Live diffusée sur Cnews, Pierre-Jean Chalençon a révélé le compliment que la Première Dame lui a fait récemment. Closermag.fr, Pierre-Jean Chalençon : l'étonnant compliment de Brigitte Macron à l'ex-acheteur d'Affaire conclue - Closer
  • En finale de "Koh-Lanta", Claude a tout donné lors de la course d'orientation, épreuve diffusée lors de la première partie de la grande finale le 29 mai dernier sur TF1. Aux côtés de Naoil et Inès, le favori de cette édition 2020 a décroché sa place sur les célèbres poteaux du jeu d'aventure. Dans un entretien à La Provence, le héros est revenu sur son aventure, mais aussi sur ce compliment fait par sa femme et qui l'a touché. Non Stop People, Koh-Lanta 2020 - Claude : ce compliment fait par sa femme qui l'a beaucoup touché | Non Stop People

Images d'illustration du mot « compliment »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.
  • Esplanade_whitesky Photo de timJ via Unsplash
  • Blorange Photo de davisco via Unsplash

Traductions du mot « compliment »

Langue Traduction
Anglais compliment
Espagnol cumplido
Italien complimento
Allemand kompliment
Chinois 赞扬
Arabe إطراء
Portugais elogio
Russe комплимент
Japonais 褒め言葉
Basque piropo
Corse cumplimentu
Source : Google Translate API

Synonymes de « compliment »

Source : synonymes de compliment sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « compliment »

Partager