La langue française

Affront

Sommaire

  • Définitions du mot affront
  • Étymologie de « affront »
  • Phonétique de « affront »
  • Évolution historique de l’usage du mot « affront »
  • Citations contenant le mot « affront »
  • Traductions du mot « affront »
  • Synonymes de « affront »
  • Antonymes de « affront »

Définitions du mot affront

Trésor de la Langue Française informatisé

AFFRONT, subst. masc.

A.− Acte ou parole dictés par la volonté d'humilier quelqu'un, de lui témoigner, en face et de préférence publiquement, son mépris.
1. [En dehors d'une loc. verbale] :
1. Hipparque insulté par Harmodius, jeune Athénien plein de courage, voulut s'en venger par un affront public, qu'il fit souffrir à la sœur de ce dernier. F.-R. de Chateaubriand, Essai sur les Révolutions, t. 1, 1797, p. 76.
2. Don Diego, sur la table abondamment servie, Songe, accoudé, muet, le front contre le poing, Pleurant sa flétrissure et l'honneur de sa vie. (...) Tous ses fils ont besoin d'éperon, non de bride, Hors Rui Diaz, pour laver la joue où saigne, là, Sous l'offense impunie une suprême ride. Ô jour, jour détestable où l'honneur s'envola! Ô vertu des aïeux par cet affront souillée! Ô face que la honte avec deux mains voila! Ch.-M. Leconte de Lisle, Poèmes barbares,La Tête du comte, 1878, pp. 283-284.
3. Mannheim reprit vite son aplomb : les injures glissaient sur lui, comme l'eau sur les plumes d'un canard. Mais Waldhaus restait ulcéré : sa dignité avait été outragée; et, ce qui rendait l'affront plus mortifiant, c'est qu'il avait eu des témoins : il ne pardonnerait jamais. Ses collègues firent chorus. De toute la revue, Mannheim continua, seul, à n'en pas vouloir à Christophe : ... R. Rolland, Jean-Christophe,La Révolte, 1907, p. 490.
4. Si on l'insulte il ne répond pas. Mieux même il cherche le mépris des suffisants, des gonflés, des ceuss qu'ont la conscience obèse. (...). Il aime avoir l'air con. Il se plaît aux gaffes, aux bêtises, aux balourdises. Il se montre niais, (...) il fait figure d'idiot. Il ne craint pas les charges, les quolibets, les affronts qui le trouvent toujours serein. Mais lui il n'a de dédain pour personne. Il accueille tout le monde avec bienveillance. Q. Queneau, Loin de Rueil,1944, p. 161.
2. [Dans une loc. verbale] :
5. Les grâces à la cour pleuvent soir et matin; et une fois admis, il faudrait être bien brouillé avec le sort, avoir bien peu de souplesse, ou une femme bien sotte, pour ne rien attraper, lorsqu'on est alerte, à l'épreuve des dégoûts, et qu'on ne se rebute pas. Sans humeur, sans honneur; c'est le mot, la devise : Quiconque ne sait pas digérer un affront... Alerte, il le faut être. P.-L. Courier, Pamphlets politiques,Lettres au rédacteur du « Censeur », 1819-1820, p. 33.
6. Depuis le jour où leurs yeux n'ont plus rayonné sur moi, j'ai toujours été en hiver ici; je n'ai plus eu que des chagrins à dévorer, et je les ai dévorés! J'ai vécu pour être humilié, insulté. Je les aime tant, que j'avalais tous les affronts par lesquels elles me vendaient une pauvre petite jouissance honteuse. Un père se cacher pour voir ses filles! Je leur ai donné ma vie, elles ne me donneront pas une heure aujourd'hui! H. de Balzac, Le Père Goriot,1835, p. 292.
7. Aucun juste-milieu n'est reçu dans la société ici. Ce préfet si muscadin, qui vous a vendu son cheval, boit les affronts comme de l'eau; (...). Quand il va voir Madame d'Hocquincourt, la plus pimpante de nos dames, elle se met à la fenêtre sur la rue, et lui fait dire par son portier qu'elle n'y est pas... Stendhal, Lucien Leuwen,t. 1, 1836, p. 75.
8. Il t'appelle : ses pleurs ont lavé ton affront, Mon frère, et sa douleur te venge. Ch.-M. Leconte de Lisle, Poèmes antiques,L'Arc de Civa, 1874, p. 34.
Rem. Syntagmes fréq. faire un affront; infliger un affront; subir un affront; recevoir un affront; essuyer un affront; effacer un affront; venger un affront; laver un affront. Avaler un affront; boire un affront; dévorer un affront; digérer un affront : le souffrir patiemment.
3. Faire à qqn l'affront de + inf. :
9. ... il se fâcha, força le docteur à accepter un verre de quelque chose. La demoiselle ne lui ferait pas l'affront de refuser du sirop. Il porta une table dehors, il fallut absolument trinquer avec lui. É. Zola, Le Docteur Pascal,1893, p. 52.
B.− Honte, déshonneur ressentis par celui qui est ou qui croit être l'objet d'un affront (au sens A) :
10. ... chaque Musulman croit avoir Montmorency à combattre, et, pendant un instant, l'armée entière a reculé devant lui; mais les Sarrazins reviennent à la charge, ils ne peuvent consentir à l'affront de fuir devant un seul guerrier; ils l'entourent de toutes parts; en vain Josselin abat une foule de têtes, ses ennemis ne diminuent pas;... MmeCottin, Mathilde,t. 2, 1805, p. 23.
11. Va, retourne en Allemagne. Ta sale besogne, tu l'as bien faite, comme tous les tiens! Tu l'as faite à ta façon, la guerre, tu as apporté la ruine, l'affront, l'exil. Tu m'a pris mon bonheur, ma vie, tu m'as couverte de honte, tu m'as salie jusqu'au fond de moi-même! Mais tu paieras tes crimes, toi et ta race. Vous les souffrirez à votre tour, toutes les hontes! M. Van der Meersch, Invasion 14,1935, p. 428.
Faire affront à qqn, le déshonorer, lui faire honte; faire affront à qqn de qqc. ou faire l'affront de qqc. à qqn, lui en faire honte publiquement, lui reprocher vertement :
12. don alonso. − Savez-vous qui je suis? don fernando. − L'homme d'Olmedo, le tueur de taureaux, celui qui est venu, arrogant et stupide, faire affront aux hommes de Medina, le lâche qui déshonore Don Pedro avec d'infâmes entremetteurs. A. Camus, Le Chevalier d'Olmedo,adapté de F. Lope de Vega, 1957, 3ejournée, 21, p. 807.
Rem. Attesté ds Littré, Lar. 19e, Nouv. Lar. ill., DG, Rob.
C.− P. ext. Échec déshonorant, défaite humiliante (particulièrement dans un contexte guerrier) :
13. « Vous allez dénoncer la politique brutale de l'Angleterre qui expie maintenant des ambitions, odieuses à tout Français, parce que l'affront de Fachoda ne peut être effacé par la gloire de Marchand. M. Barrès, Mes cahiers,t. 2, oct. 1899-juill. 1901, p. 169.
Rem. Dans l'ex. suiv. affront signifie « échec malheureux », sans nuance péj. C'est un emploi exceptionnel et littér. :
14. J'aime sire Gérald, autant que je l'honore; Je l'aime maintenant d'un cœur plus attendri, Car ce qui l'a frappé ne l'a pas amoindri; Son honneur reste pur dans la cruelle épreuve, Et la source n'a pas empoisonné le fleuve. Je lui donnai mon âme, ici comme à Montblois, Pour sa jeune vertu, pour ses nouveaux exploits, Et je ne saurais pas de trahison plus noire D'aimer moins son affront que je n'aimais sa gloire! H. de Bornier, La Fille de Roland,1875, IV, 3, p. 102.
Vx. Rester en affront, échouer en qqc. (cf. infra ex. 15); avoir l'affront de qqc., ne pas réussir en qqc. :
15. Mais il fallait les avoir, les cent sous; elle ne les avait jamais, elle n'avait rien. Sa voix devenait sèche, le châle de lama, dont elle ne parlait plus, la travaillait d'un tel désespoir et d'une telle rancune, qu'elle finit par faire à son amant l'éternelle querelle dont elle poursuivait son mari. − Voyons, est-ce une vie? Jamais un liard, toujours rester en affront à propos des moindres bêtises... Oh! j'en ai plein le dos, plein le dos! É. Zola, Pot-Bouille,1882, p. 283.
Rem. Attesté ds Lar. 19e, Littré, DG.
D.− Par métaph. Ravages, outrages causés par une chose, par le temps... :
16. Dansez : un jour, hélas! Ô reines éphémères! De votre jeune empire auront fui les chimères; Rien n'occupera plus vos cœurs désenchantés, Que des rêves d'amour bien vite épouvantés, Et le regret lointain de ces fraîches années Qu'un souffle a fait mourir, en moins de temps fanées Que la rose et l'œillet, l'honneur de votre front; Et du temps indompté lorsque viendra l'affront, Quelles seront alors vos tardives alarmes? Un teint, déjà flétri, pâlira sous les larmes, Les larmes à présent, doux trésor des amours, Les larmes, contre l'âge inutile secours : Car les ans maladifs, avec un doigt de glace, Des chagrins dans vos cœurs auront marqué la place, La morose vieillesse... ô légères beautés! A. de Vigny, Poèmes antiques et modernes,Le Bal, 1837, p. 194.
Rare. Sans affront. Sans être abîmé :
17. Les aloès, les grands tulipiers aux fleurs jaunes Vivaient sans avoir vu les nymphes et les faunes Qui brisent des rameaux pour en orner leur front. Les énormes jasmins fleurissaient sans affront; D'autres arbres mêlaient, comme un riche cortège, Des corolles de sang à des feuilles de neige. T. de Banville, Les Exilés,L'Éducation de l'amour, 1874, p. 64.
Rem. 1. Vieilli. Faire (un) affront à qqn, en parlant de sa mémoire pour signifier qu'elle le trahit, qu'elle lui manque. (Attesté ds Ac. 1835, Besch. 1845, Poit. 1860, Lar. 19e, Ac. 1878, Nouv. Lar. ill., Quillet 1934).
Rem. 2. Dans l'ex. suiv., affront semble avoir le sens de « souillures ». Il s'agit vraisemblablement d'un emploi d'aut. :
18. Moi, comme être vivant, retenez bien ceci, Je ne suis qu'un limon par les vices noirci; J'ai de tous les péchés subi l'approche étrange; Ma chair a plus d'affront qu'un chemin n'a de fange, Et mon corps par le mal est tout déshonoré; Ô vous tous, je serai bien vite dévoré Si dans l'obscurité du cercueil solitaire Chaque faute de l'homme engendre un ver de terre. V. Hugo, La Légende des siècles,L'An neuf de l'hégire, t. 1, 1859, p. 124.
Rem. 3. Affront se distingue des synon. avanie, camouflet, injure, insulte, invective, offense, outrage en ce que l'affront est fait en face (de front) et en gén. publiquement (cf. offense).
Prononc. : [afʀ ɔ ̃]. Enq. : /afʀõ/.
Étymol. ET HIST. I.− a) 1560 « action de braver » (Pasquier, Recherches, VIII, 3, ds Hug. : « Piafer », que l'on approprie à ceux qui vainement veulent faire des braves, est de notre siecle, comme aussi... « faire un affront » pour « braver » un homme). − 1611, Cotgr. : [...] brauadoe; b) 1588 « tromperie » (L. Papon, Pastourelle, I, 1 ds Hug. : Pour les re-preserver de ceux qui re-seduysent, Soubz l'affront des couleurs, les peuples ignorants). − 1611, Cotgr. : [...] an impudent, and iniurious gullerie [...]; c) 1611 « offense, insulte faite en face, publiquement » sens actif (Cotgr. : Affront. An affront [...] wrong, or abuse, offered to a mans face; an impudent, and iniurious gullerie; a bold, scuruie, or cosening part, played a man openly); 1690 « déshonneur, honte éprouvée par qqn » sens passif (Fur. : Se dit aussi de la honte que nous recevons nous-mêmes par nôtre faute, ou par celle de ceux qui nous touchent [...] Un criminel qu'on execute fait un affront à toute sa famille. Quand un Predicateur demeure tout court en chaise [sic], c'est un affront que luy fait sa memoire). II.− 1587 « attaque, choc » (La Noue, Discours politiques et militaires, XX, 430 ds Hug. : Nos censeurs... [disent] de nostre Infanterie qu'elle escarmouche bravement de loin, et que nostre cavalerie a une furieuse boutee à l'affront, puis apres qu'elle s'accommode), seulement au xvies. Déverbal de affronter* étymol. II et III. L'hyp. d'un empr. à l'ital. affronto (DG, Batt., Dauzat, Kohlm. 1901, p. 27; Sar. 1920, p. 51, Wind. 1928, p. 178) ne semble pas justifiée étant donné que le sens d'« attaque » est seulement attesté en cette lang. dep. le xvies. (Berni [1497-1535] ds Batt.), celui de « offense, insulte » seulement dep. la même date (Caro Annibal [1507-1566] ibid.), celui de « tromperie » dep. 1937 (Silione né en 1900, ds Batt.). (L'ital. affronto est attesté au sens de « rencontre entre combattants », dep. xiiies. Dante). La dér. a donc pu se faire en fr. à partir des sens corresp. ant. de affronter.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 534. Fréq. rel. litt. : xixes. : a)1 021, b) 849; xxes. : a) 728, b) 506.
BBG. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Boiss.8. − Bruant 1901. − Daire 1759. − Dup. 1961. − Fér. 1768. − Girard 1756. − Gramm t. 1 1789. − Guizot 1864. − Kold. 1902. − Lacr. 1963. − Laf. 1878. − Lav. Diffic. 1892 [1846]. − Marcel 1938. − Sar. 1920, p. 51. − Sardou 1877. − Sommer 1882. − Synon. 1818.

Wiktionnaire

Nom commun

affront \a.fʁɔ̃\ masculin

  1. Outrage fait en face, soit en paroles, soit en action.
    • Par une inconcevable mansuétude, Elle avait toléré l’affront des fêtes décadaires, l’outrage de la déesse Raison vautrée sur l’autel à sa place […] — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Vous n’allez pas me faire l’affront de me refuser le logement que je vous offre. — (Comtesse de Ségur, L’Auberge de l’Ange Gardien, 1888)
    • Il a reçu un grand affront.
    • Endurer, venger un affront.
    • Essuyer un affront : Recevoir un affront.
    • Boire un affront, avaler un affront, dévorer un affront : Ne pas laisser paraître les sentiments qu’on éprouve en recevant un affront.
    • Ne pouvoir digérer un affront : Avoir toujours sur le cœur un affront qu’on a reçu.
    • Il ne saurait digérer cet affront.
  2. Honte, déshonneur.
    • Il fait affront à ses parents.
    • Vous pouvez répondre hardiment de lui, il est honnête homme, il ne vous fera point affront.
    • Les armes de ce prince reçurent un affront devant cette place.
    • Si vous entreprenez cette affaire, l’affront vous en demeurera, vous en restera. Il vieillit.

Nom commun

affront \ə.fɹʌnt\

  1. Injure, affront.

Verbe

affront \ə.fɹʌnt\

  1. Offenser.
  2. Insulter.


Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AFFRONT. n. m.
Outrage fait en face, soit en paroles, soit en action. Cruel affront. Sanglant affront. Sensible affront. Affront public, éclatant, signalé. On lui fait un affront. Il a reçu un grand affront. Endurer un affront. Venger un affront. Essuyer un affront, Recevoir un affront. Boire un affront, avaler un affront, dévorer un affront, Ne pas laisser paraître les sentiments qu'on éprouve en recevant un affront. Ne pouvoir digérer un affront, Avoir toujours sur le cœur un affront qu'on a reçu. Il ne saurait digérer cet affront. Il signifie aussi Honte, déshonneur. Il fait affront à ses parents. Vous pouvez répondre hardiment de lui, il est honnête homme, il ne vous fera point affront. Les armes de ce prince reçurent un affront devant cette place. Si vous entreprenez cette affaire, l'affront vous en demeurera, vous en restera. Il vieillit.

Littré (1872-1877)

AFFRONT (a-fron ; le t se lie : un affron-t odieux ; au pluriel l's se lie : des a-fron-z indignes) s. m.
  • 1Acte ou parole d'un mépris jeté en face. Les affronts à l'honneur ne se réparent point, Corneille, Cid. II, 3. Quand je lui fis l'affront, Corneille, ib. 2. Dès que j'ai vu l'affront, j'ai prévu la vengeance, Corneille, ib. Si on veut vous faire un affront par des paroles, Pascal, Prov. 7. Celui qui veut nous faire un affront, Pascal, ib. 14. Le chevalier nous fit un grand affront, Sévigné, 479. Voilà l'affront que je fais à vos lettres, Sévigné, 324. Il faut que cette offense de Dieu, que cette perte de la grâce de Dieu me tienne plus au cœur que l'affront le plus sanglant qui me couvrirait de confusion, Bourdaloue, Pensées, t. I, p. 291.

    Boire, avaler, dévorer un affront, le souffrir patiemment.

    Essuyer un affront, le subir, le recevoir.

    Ne pouvoir digérer un affront, en garder le souvenir, en conserver du ressentiment.

  • 2Déshonneur, honte. Il fait affront à toute sa famille. Sauvez-moi de l'affront de tomber à leurs pieds, Corneille, Rod. V, 4. Qui n'est point de son sang ne peut faire d'affront Aux lauriers immortels qui lui ceignent le front, Corneille, Hor. V, 3. Sauvons de cet affront mon nom et sa mémoire, Racine, Bér. III, 1. Mais si dans le combat le destin plus puissant Marque de quelque affront son empire naissant, Racine, Baj. I, 1. Pour éviter l'affront de tomber dans leurs mains, Racine, Mithr. V, 4.
  • 3 Familièrement. Sa mémoire lui a fait un affront, la mémoire lui a manqué, il est resté court.
  • 4Faire l'affront de quelque chose à quelqu'un, le lui reprocher. Chut ! je veux à vos yeux leur en faire l'affront, Molière, l'Étour. III, 10.
  • 5En avoir l'affront, ne pas réussir. S'il voulait m'aider à terminer cette affaire, je crois que je n'en aurais pas l'affront, Sévigné, 565.

SYNONYME

1° FAIRE AFFRONT, FAIRE UN AFFRONT. Entre ces locutions est une nuance assez marquée ; le premier a plus d'étendue et annonce une suite d'actes d'où naissent la honte, le déshonneur ; au lieu que le second indique un seul acte. L'enfant qui fait affront à sa famille, est celui dont les habitudes vicieuses font rougir ses honnêtes parents ; le prédicateur à qui la mémoire fait un affront, est celui qui une fois manque de mémoire.

2° AFFRONT, INSULTE, OUTRAGE. Ces trois mots expriment une offense, et ils sont synonymes dans une grande étendue de leur signification. Quand, dans le Cid, le comte donne à D. Diègue un soufflet, il lui fait un affront, une insulte, un outrage, comme on voudra. Mais outrage, dérivant de la préposition outre, et indiquant que l'on passe toute mesure, est plus général et s'applique à tout ce qui offense ; aussi dit-on l'outrage du temps, tandis qu'on ne dit ni l'insulte ni l'affront du temps. En effet affront est ce qui s'attaque directement au front, à la face de la personne offensée, et n'implique pas, comme quelques-uns l'ont dit, la présence de témoins ; l'insulte est une agression physique ou morale. Mais ces deux mots se distinguent en ce que insulte est plus étendu, désignant ou pouvant désigner toute espèce d'agression offensante. Ainsi, dans cette phrase, Les tribuns à Rome avaient été créés pour protéger la plèbe contre les insultes des patriciens, affront ne conviendrait pas ; il ne dirait pas assez.

HISTORIQUE

XVIe s. Faire un affront pour braver un homme est de notre siecle [est une expression nouvelle], Pasquier, Recherches, VIII, p. 662. Il faut que les harquebusiers soyent à la teste pour faire ce dommage à l'affront [attaque], Lanoue, 322. Nostre cavallerie a une furieuse boutée à l'affront, Lanoue, 360.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « affront »

(Date à préciser) Déverbal de affronter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du moyen anglais afrounten, de l’ancien français afronter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

À et front. Le sens propre de ce mot est front à front, attaque.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « affront »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
affront ɛfrʌnt

Évolution historique de l’usage du mot « affront »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « affront »

  • L’image est proscrite, car elle est perçue comme un affront au rôle de Dieu, considéré comme seul créateur sur terre. De Pedram Khosronejad / Le Figaro, 21 janvier 2015
  • Je ne veux pas prier d'être protégé des dangers, mais de pouvoir les affronter. De Rabindranàth Tagore
  • Une difficulté n’en est plus une, à partir du moment où vous en souriez, où vous l’affrontez. De Baden-Powell
  • Les affronts à l'honneur ne se réparent point. De Pierre Corneille / Le Cid
  • Ecrire, c'est affronter un visage inconnu. De Edmond Jabès / Les Cahiers du double
  • Les hommes ont souvent moins de courage pour affronter les petits ennuis que les grandes catastrophes. De Esope
  • Il faut affronter la réalité avec une pointe d’humour ; autrement, on passe à côté. De Lawrence Durrell
  • Dans une interview récemment accordée au Times, Winona Ryder a révélé que Keanu Reeves l'avait défendue face à un affront en plein tournage.  Closermag.fr, Winona Ryder : ce jour où Keanu Reeves l'a défendue face à une attaque abjecte - Closer
  • C'est un malheur de n'être point aimée ; mais c'est un affront de ne l'être plus. Charles de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu, Lettres persanes
  • Qui se venge d’un petit affront cherche à en recevoir de grands. De Proverbe chinois
  • Pourquoi lave-t-on une injure alors qu'on essuie un affront ? De Alphonse Allais
  • Plus mon rang a d'éclat, plus l'affront est sanglant. De Molière / Psyché
  • Pourquoi répondre aux remords quand on n'a pas eu le droit de réagir sous l'affront. De Jovette-Alice Bernier / Non monsieur
  • Ce n'est pas une injure ou un affront qui empêche le soleil de se coucher. De Ahmadou Kourouma / En attendant le vote des bêtes sauvages
  • C'est un malheur de n'être point aimée ; mais c'est un affront que de ne l'être plus. De Montesquieu / Lettres persanes
  • Un coup de bâton reçu dans le dos, ce n'est qu'une offense ; un coup de bâton reçu par-devant, c'est un affront. De Miguel de Cervantès
  • Il est temps que Washington devienne le 51ème Etat américain pour réparer «un affront à la démocratie», a estimé jeudi la chef démocrate Nancy Pelosi à la veille d'un vote historique au Congrès. La Croix, Pelosi appelle à faire de Washington le 51e Etat américain
  • « Les personnes qui "insultent" l'hymne national chinois risquent à présent d’être condamnées à une peine pouvant aller jusqu’à trois ans d’emprisonnement. Or, aujourd’hui, les autorités de Hong Kong ont une nouvelle fois fait affront au droit à la liberté d'expression avec cette dernière mesure en date visant à réprimer pénalement les opposants pacifiques. , Hong Kong. La loi relative à l’hymne national est un affront à la liberté d'expression | Amnesty International
  • Le premier serait Pierre-Emerick Aubameyang, mais le Barça n’écarte pas le nom d’Edinson Cavani, qui a l’avantage d’être libre, donc beaucoup moins cher. Evidemment, cette signature serait un affront pour le PSG, et un certain Neymar… VIPSG, Et si Cavani faisait l'affront au PSG de signer au Barça ? - VIPSG
  • Un affront pour Rabat Maghreb Online, Un affront pour le Maroc : exclu du sommet sino-africain - Maghreb Online
  • « Wauquiez a été le premier opposant d'Emmanuel Macron au début du quinquennat. Le président ne l'a pas oublié. Et il le répète souvent, relève un fidèle. Ce qu'a fait Collomb est un affront pour le président. » Car le chef de l'Etat s'est montré fort accommodant avec son ancien mentor, continuant à le soutenir malgré sa démission du ministère de l'Intérieur, en octobre 2018, avec pertes et fracas et contre son avis. Un premier camouflet. « Collomb, quand il sort du ministère, il y a déjà un excès de déloyauté et il continue après. Personne n'a mis le holà », soupire un marcheur. leparisien.fr, Lyon : l’ultime «affront» de Gérard Collomb à Emmanuel Macron indigne les «marcheurs» - Le Parisien
  • René Rouffiac, maire sortant, briguait un second mandat. Or, le cap du premier tour lui a échappé d’une seule voix. Un affront alors que l’ensemble de sa liste a, elle, été élue avec plus de 60 % des voix. Le premier magistrat se retrouve donc en ballotage avec huit autres prétendants pour le dernier siège à pourvoir. www.paris-normandie.fr, Municipales 2020. Trois communes de Lyons-Andelle retournent aux urnes pour le second tour
  • Oser faire cet affront au pays reconnu mondialement pour se révolter à la moindre contrariété, c’est extrêmement audacieux @BurgerKing https://t.co/e7Ep1VrYW1 SudOuest.fr, Burger King propose un sandwich croissant, les Français crient au blasphème

Traductions du mot « affront »

Langue Traduction
Anglais affront
Espagnol afrenta
Italien affronto
Allemand beleidigung
Chinois 冒犯
Arabe إهانة
Portugais afronta
Russe оскорбление
Japonais 侮辱
Basque laido
Corse affrontu
Source : Google Translate API

Synonymes de « affront »

Source : synonymes de affront sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « affront »

Partager