La langue française

Brocard

Sommaire

Définitions du mot brocard

Trésor de la Langue Française informatisé

BROCARD1, subst. masc.

Gén. au plur. Railleries écrites ou orales souvent mordantes. Lancer, jeter, décocher des brocards; couvrir qqn de brocards :
... Tout le monde factice Qu'ils fréquentent, rivaux de plume et de coulisse, Est d'abord le sujet de leurs lazzis mordants; ... Sans réponse pourtant ces venimeux discours Et ces méchants brocards ne restent pas toujours : Il arrive parfois qu'un homme de courage Se lève et, l'arme en main, réprime leur verbiage En leur flanquant sans art quelque coup bien planté Qui remet les rieurs soudain du bon côté. Barbier, Satires,Nos raffinés, 1865, p. 110.
Prononc. et Orth. : [bʀ ɔka:ʀ]. Homon. et homogr. brocard2; brocart. Étymol. et Hist. 1373-77 brocart (Gace de La Buigne, Roman des Déduis, éd. Ake Blomqvist, 2794); xves. brocard (Patelin, 533 dans Gdf. Compl.). Dér. du m. fr. broquer « dire des paroles piquantes » attesté en 1440-42 (Lefranc, Champ. des dam., Ars. 3121, fo126b dans Gdf., s.v. brochier), forme normanno-pic. de brocher*; suff. augm. -ard* (Nyrop III, § 355, 3). Fréq. abs. littér. : 29.
BBG. − Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 315; t. 2 1972 [1925], p. 362. − Spargo (J. W.). The Etymology and early evolution of brocard*. Speculum. 1948, t. 23, pp. 472-476. − Spitzer (L.). Lat. médiév. brocard, fr. brocard. Mod. Lang. Notes 1955, t. 70, pp. 501-506.

BROCARD2, subst. masc.

VÉN. Chevreuil, daim ou cerf d'un an :
Charles connaissait les invétérés [braconniers] (...). Tueurs aussi de faisans au brancher, alors que les oiseaux se perchent le soir pour dormir (...) Charles savait aussi se servir des appeaux (...) imiter les traîtres appels qui font venir, à portée de fusil, les broquarts croyant entendre le cri d'angoisse de la chevrette... P. Vialar, Le Fusil à deux coups,1960, p. 152.
Vieux brocard. Chevreuil qui a plus de deux ans. Les vieux brocards, toujours rusés, abordent le plus souvent le poste à bon vent (F. Vidron, La chasse en plaine et au bois,1945, p. 100).
Prononc. et Orth. : [bʀ ɔka:ʀ]. La majorité des dict. admet brocard et broquart (cf. Lar. 19e, Lar. encyclop., Littré, Guérin 1892, Rob., Quillet 1965). Broquart est la seule forme enregistrée dans Ac. 1798-1878; elle est donnée à côté de brochard ds Besch. 1845. Brocard est la seule forme enregistrée dans Ac. 1932 et DG. Noter également la var. brocart dans Lar. 20e, Pt Lar. 1906 et Rob. Homon. et homogr. brocard1, brocart. Étymol. et Hist. 1394 brocart (Hardouin, Tresor de Venerie, p. 23 dans Gdf. Compl.). Dér. de broque, forme normanno-pic. de broche* (v. notamment, Moisy; Héron; Jouanc.; Picoche, Un vocab. norm. d'autrefois; Grangagnage, Dict. étym. de la lang. wallonne,brocard désigne une dent saillante, une défense de sanglier) pris au sens de « premier bois du chevreuil »; suff. -ard*.

brocard . (sur broque var. de broche désignant les bois de l'animal) « Cerf, chevreuil d'un an »

Wiktionnaire

Nom commun 1

brocard \bʁɔ.kaʁ\ masculin

  1. Parole de moquerie, raillerie piquante.
    • Lancer des brocards. — Essuyer des brocards.
    • Nous nous battîmes un jour en plein village, sur la place, pour un brocard dont je le poursuivais. — (Marcel Arland, Terre natale, 1938, réédition Le Livre de Poche, page 130)
    • Elle ne parle pas ce langage, bien sûr ! Oserait-elle troquer le doux roucoulement méridional contre cette brocaille sèche, ce brocard de pierrailles qu’on jurerait de l’allemand ? Ah ! pécheresse ! — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Quand on tend l’oreille, spécialement la nuit, dans les maisons de Léandra, on les entend discuter sans arrêt, se rabaisser le caquet, se renvoyer brocards, pouffements, petits rires ironiques. — (Italo Calvino, Les Villes invisibles, 1972 ; traduite de l’italien par Jean Thibeaudeau, 1974, page 97)
  2. (Droit) (Histoire) Adage, maxime juridique.

Nom commun 2

brocard \bʁɔ.kaʁ\ masculin

  1. Chevreuil mâle de plus d’un an.
    • Si le brocard a plus d'un an, le vieux brocard a plus de deux ans.
  2. (Technique) Atelier où les minerais sont broyés.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BROCARD. n. m.
T. de Droit ancien. Adage, maxime juridique. Il signifie ordinairement Parole de moquerie, raillerie piquante. Lancer des brocards. Essuyer des brocards.

Littré (1872-1877)

BROCARD (bro-kar ; le d ne se lie pas : un brokar-injurieux ; au pluriel l's ne se lie pas non plus : des bro-kar injurieux ; cependant plusieurs la lient : des bro-kar-z injurieux) s. m.
  • 1 Terme d'ancien droit. Nom des principes ou premières maximes du droit, telles que celles qu'a faites Azo, dites par lui brocardica juris.
  • 2Paroles mordantes, trait piquant. Rendant par ses brocards ton audace flétrie, Régnier, Épît. I. Aux brocards de chacun vous alliez vous offrir, Molière, Tart. II, 2. Vous n'entendrez partout qu'injurieux brocards, Boileau, Épît. X. Dieu sait les brocards que l'on jetait au pauvre gouverneur, Hamilton, Gramm. 8. Et conseillez-lui fort de s'armer de courage, Afin de recevoir galamment aujourd'hui Certains petits brocards qui vont fondre sur lui, Destouches, Philosophe marié, IV, 9. Sous la brutale injure et le brocard sanglant L'harmonieux Racine expia son talent, Millevoye, Jalous. littéraires. Mais nous, qui de maints brocards Poursuivons jusqu'aux mouchards, Parlons bas, Béranger, Judas.

SYNONYME

BROCARD, RAILLERIE. La raillerie peut être méchante ; mais elle peut aussi être légère, innocente, inspirée par une simple gaieté d'esprit. Le brocard a toujours quelque chose de blessant.

HISTORIQUE

XVIe s. Les jeunes coquars, D'amour prins et ars, Jecterent brocars, Marot, J. V, 175. Ciceron commencea les trupher et mocquer avecques brocardz aigres et piquans, comme très bien sçavoyt le style, Rabelais, Pant. IV, 39. La vraye etymologie de procès est en ce qu'il doibt avoir prou sacs ; et en avons brocards [règles, principes] deificques, Rabelais, ib. III, 40. Bien souvent elles leur donnoient en passant quelque brocard à poinct, touchans au vif ceulx qui en quelque chose auroient oublié leur devoir, Amyot, Lyc. 25. Les amis de Fabius luy rapportoient tous ces brocards, Amyot, Fab. 14.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

BROCARD, s. m. (Morale.) espece de raillerie grossiere, maligne & insultante. Le brocard est, à proprement parler, une injure plutôt qu’une raillerie. La raillerie, tant qu’elle ne sort point des bornes que lui prescrit la politesse, est l’effet de la gaieté & de la légereté de l’esprit. Elle épargne l’honnête homme, & le ridicule qu’elle attaque est souvent si leger, qu’elle n’a pas même le droit d’offenser. Mais le brocard annonce un fond de malignité ; il offense & ulcere le cœur. La raillerie exige beaucoup d’esprit dans ceux qui la manient, sans quoi elle dégénere en brocard, pour lequel tout homme a toûjours assez d’esprit. Voyez Raillerie. (X)

* Brocard, (Manufacture en or, argent, & soie.) terme générique, sous lequel on comprend communément

toutes les étoffes riches ou fonds d’or. Les 

ouvriers & fabriquans se servent préférablement des termes fond or, fond argent, &c. tissu, lustrine, &c. & ils entendent par brocards, fonds or, argent, &c. une étoffe d’or, d’argent, & de soie, relevée de fleurs, de feuillages, ou d’autres ornemens, suivant le goût du marchand & des ouvriers. Ils ne mettent d’autre différence entre les brocards & les fonds or & argent, qu’en ce que les brocards supposent plus de richesse, & que tout ce qui s’en présente à l’endroit est or ou argent, à l’exception de quelques légeres découpures ; au lieu que dans les fonds or & argent, on y voit des parties exécutées en soie.

Les brocards ou fonds or & argent, n’exigent pas un autre métier que celui dont on se sert communément. Nous parlerons à l’article Velours à jardin, des variétés qui surviennent dans les parties, la disposition & le montage du métier, selon les différens ouvrages qu’on se propose d’exécuter. Nous renvoyons à cet article plûtôt qu’à un autre, parce que l’ouvrage que nous y expliquerons, demande un métier très-composé, & qu’il ne s’agit presque que d’en anéantir certaines parties, & d’y en substituer quelques autres pour le transformer dans un métier propre à quelqu’ouvrage que ce soit.

Il y a des brocards ou fonds d’or de différentes sortes. Nous allons indiquer ces différences, exhortant ceux qui ne sont pas versés dans cette matiere, de parcourir auparavant les différens articles de notre Dictionnaire qui y ont rapport, ne fut-ce que pour se familiariser avec les termes. Qu’ils voyent les articles Armure, Liage, Poil, Accompagnage, Lisse, & sur-tout l’article Velours, où ils trouveront au long & clairement ce qui concerne le métier, ses parties, le montage, la lecture du dessein, la tire, le travail, &c.

Il y a des brocards ou fonds or à huit lisses de satin & quatre de poil ; à cinq lisses de fond, & cinq lisses de poil ; à cinq lisses de satin & quatre de poil, &c. Il y a des brocards dont la dorure est relevée, sans liage, ou liée par la corde ; & d’autres dont la dorure est relevée, & tous les lacs liés, excepté celui de la dorure relevée qui ne l’est jamais.

Des fonds or à huit lisses de satin & quatre de poil. Ces fonds or sont composés de quatre-vingts-dix portées de chaînes & de quinze de poil : l’armure en est la même que celle de la lustrine à poil, en supprimant les quatre marches de rebordures & les quatre lisses de rabat, & formant après cette suppression, l’armure du fond or dont il s’agit, comme nous allons dire. Dans l’armure de lustrine à poil, la marche de rebordure se trouve toûjours entre une marche de lustrine & une marche d’accompagnage. Supposez la marche de rebordure jettée sur la marche de lustrine, & celle-ci chargée non-seulement de ce qu’elle portoit, mais encore de ce que la marche de rebordure lui aura donné de plus qu’elle n’avoit, & vous aurez la premiere marche de fond de l’armure que vous cherchez. Supposez la même marche de rebordure jettée sur la marche d’accompagnage, & celle-ci chargée non-seulement de ce qu’elle portoit, mais encore de ce que lui aura donné de plus qu’elle n’avoit, la marche de rebordure : & vous aurez la premiere marche d’accompagnage de l’armure cherchée. Passez à la seconde marche de rebordure de l’armure de la lustrine ; jettez-la sur les marches de lustrine & d’accompagnage, entre lesquelles elle est placée, & vous aurez la seconde marche de fond & la seconde marche d’accompagnage de l’armure cherchée, & ainsi du reste ; d’où il s’ensuit, qu’au lieu de seize marches qui sont à la lustrine, l’étoffe dont

il s’agit n’en a que douze.
Démonstration de l’armure d’une lustrine à poil.
Encyclopedie-2-p426-brocard1.PNG
Démonstration de l’armure d’un fond or à huit lisses de satin & quatre lisses de poil.
Encyclopedie-2-p426-brocard2.PNG


Si vous jettez la premiere marche a de rebordure de l’armure de la lustrine sur la premiere marche b de lustrine, vous aurez ☓ ○ ○ ○ de poil & ○ 1 de fond, c’est-à-dire la premiere marche de fond r de l’armure que vous cherchez.

Si vous jettez la premiere marche de rebordure a de l’armure de lustrine sur la premiere marche d’accompagnage c de lustrine, vous aurez ☓ ☓ ○ ○ de poil & ○ 4 de fond, c’est-à-dire la premiere marche s d’accompagnage de l’armure que vous cherchez.

Si vous jettez la seconde marche d de rebordure de l’armure de la lustrine sur la seconde marche e de lustrine, vous aurez ○ ☓ ○ ○ de poil & ○ 7 de fond, c’est-à-dire la seconde marche t de fond de l’armure cherchée, & ainsi du reste.

Les lignes verticales marquent les marches. Les lignes horisontales marquent les lisses. La marque ○ signifie qu’une lisse leve ; la marque ☓ signifie qu’elle baisse, excepté aux lisses de rabat où ○ marque baisser, la fonction de ces lisses n’étant jamais de lever.

Du fond or à cinq lisses de satin & à cinq lisses de poil. Cette étoffe étoit d’usage quand les fonds or avoient beaucoup de glacé, parce qu’il grippe moins avec un poil de vingt-deux portées & demie, comme il le faut à cette étoffe, qu’avec des poils de quinze ou dix-huit portées, comme dans les autres fonds d’or. On arme le satin, qui est de quatre-vingts-dix portées de chaîne, comme le damas. On passe la rebordure sur le coup de fond, parce qu’il y en a peu dans ces sortes d’étoffes, & l’accompagnage sur le poil seulement, qui est armé en ras de saint-maur ; observant que comme il y a cinq lisses de poil, il en faut toûjours faire lever trois & baisser deux. On peut se servir pour cette étoffe d’un peigne de 15 ou d’un de 18, l’un & l’autre pouvant s’accorder avec le poil.

Il est bon de savoir que dans les lustrines à fond or, le fil de poil ne doit jamais se trouver à la rive de la dent, c’est-à-dire au commencement ou à la fin ; parce que pour lors il rayeroit & se montreroit dans le fond, ce qu’il faut éviter soigneusement. C’est pour cela que les peignes doivent toûjours être d’accord avec le poil : par exemple, avec un poil de quinze portées & quatre-vingts-dix portées de chaîne, il se rencontre tous les six fils de chaîne un fil de poil ; mais mettez un 15 de peigne qui contienne chaque dent douze fils de chaîne, & il arrivera que le fil de poil se trouvera à la fin des douze fils de chaîne, ou au commencement des douze autres qui suivent la dent, ce qui fera rayer. Pour éviter cet inconvénient, on corrompt la premiere dent, c’est le terme de l’art : on n’y met que neuf fils ; mais on continue par douze dans les autres dents. Pour lors, le fil de poil se trouve clos par trois fils de chaîne ; & ainsi des autres,

comme les 18.
Démonstration de l’armure d’un fond or à cinq lisses de fond & cinq lisses de poil.
Encyclopedie-2-p427-brocard-1.PNG

Fond or à cinq lisses de satin & quatre de poil : les fonds or de cette espece sont les plus beaux, & ne peuvent se faire qu’en travaillant des deux piés : le satin est armé comme celui du damas, & les cinq marches de ce satin ne font mouvoir aucune lisse de poil. La chaîne est de quatre-vingts-dix portées à l’ordinaire, & le poil de quinze ; avec un peigne de quinze, il faut douze marches pour le poil, y compris les quatre marches de liage qui sont placées du côté gauche, & cinq pour le fond qui sont ordinairement du côté droit. Toutes ces étoffes pourroient cependant être faites du seul pié droit, en lardant les marches de liage, c’est-à-dire en plaçant par ordre chaque marche de cette espece, après celles qui sont destinées pour les coups de navette : mais dans cette étoffe, la chose est impossible, excepté qu’on ne voulût mettre trente-deux marches, parce qu’il faut vingt coups pour que le course des marches de poil se rencontre avec celui du fond. L’accompagnage est à l’ordinaire en ras de saint Maur, & le coup de fond à trois lisses de poil levées, la quatrieme en l’air, comme à la lustrine, s’il n’y a point de rebordure ; & s’il y en a une, on la fait baisser.

Démonstration d’un fond d’or à cinq lisses de satin & cinq lisses de poil.
Encyclopedie-2-p427-brocard-2.PNG

Selon la disposition du métier & de l’armure, il faut marcher des deux piés chaque coup de fond ; les autres coups du pié gauche seulement. Le course ne peut se rencontrer fini de chaque côté que tous les vingt coups ; d’où il s’ensuit qu’il faut quatre courses du satin, & cinq du poil, ou des marches de l’un & de l’autre.

Tous les fonds d’or dont nous venons de parler, ont un fond dont la couleur est distinguée, soit cramoisi, soit ponceau, soit ratine, qui est un ponceau commun ; les Américains ne les veulent pas autrement : c’est aussi le goût de quelques pays du Nord. Mais il n’en est pas de même des brocards ; ils n’ont point de fond, ou s’ils ont quelques légeres découpures dans la dorure, elles ne paroissent pas. C’est pour cela que les fabriquans 1°. ne les font qu’en gros de Tours, pour éviter la quantité de trames, qui est moins considérable que dans les fonds satin, attendu le croisé qui se trouve à chaque coup ; 2°. mettent les chaînes de la couleur de la dorure pour éviter l’accompagnage. L’accompagnage passe sous les mêmes lacs de la dorure qui domine dans l’étoffe, & son emploi a deux objets ; l’un de cacher le fond de l’étoffe qui perceroit au-travers de la dorure, & la rendroit défectueuse, en prenant la place du fond ; l’autre de donner la liberté au fabriquant de brocher ou de passer une dorure plus fine, qui même se trouve relevée par l’accompagnage qui est dessous.

Tels sont les motifs qui ont fait inventer l’art d’accompagner la dorure, une des idées dans ce genre les plus belles & les plus heureuses. Le brocard ayant le fond de même couleur que la dorure, l’accompagnage devient inutile : il est vrai que dans les fonds or où il entre de l’argent, on ne peut pas accompagner l’un & l’autre : mais dans ce cas, comme c’est très-peu de chose que l’argent qui entre dans un fond or, & que d’ailleurs il n’est point accompagné, on a soin de brocher une dorure plus grosse, & dont la grosseur empêche le fond de percer au-travers. Voilà la méthode qu’il faut suivre pour fabriquer des fonds d’or & d’argent qui soient parfaits. Reprenons maintenant les brocards.

La chaîne des brocards est de quarante-cinq portées doubles, & quinze portées de poil sur un peigne de quinze. L’armure pour le fond est la même que celle du gros de Tours, ainsi que pour le poil. On passe le premier coup de navette en faisant lever le poil & la chaîne en taffetas ou gros de Tours ; après quoi, on broche la dorure & la soie, en faisant baisser de suite une des deux lisses de poil qui aura baissé au coup du fond, & l’on continue de la premiere à la quatrieme ; d’où il arrive que le course des marches du fond n’étant composé que de deux grandes marches, il faut le répéter pour être d’accord avec les quatre de liage.

La dorure des brocards est presque toute liée par les découpures de la corde, afin d’imiter la broderie. Je dis toute : mais il en faut excepter le frisé, le clinquant, & la cannetille qui l’est même quelquefois.

On a imaginé depuis peu la façon de relever la principale dorure en bosse, tel que l’or lisse : on passe sous le lacs tiré de la dorure qu’on veut relever, une duite de quinze à vingt brins de soie de la couleur de la dorure, en faisant baisser les quatre lisses de poil pour la tenir arrêtée ; après quoi on laisse aller la marche, & on broche la dorure sans lier ; voilà pour le premier lacs. Au second lacs, on broche de même une grosse duite qui est la suite de la premiere, & on baisse les quatre lisses de poil. Comme cette duite est une espece d’accompagnage, on fait baisser toutes les lisses de liage, afin que la soie brochée ne transpire pas au-travers de la dorure, & qu’elle puisse former un grain assez gros pour faire relever la dorure, comme si elle étoit soûtenue par une cartisanne. Lorsque tout le broché est lié par la corde ou par la découpure, il ne faut plus que quatre marches ; savoir deux pour le coup de fond, & deux pour lier la soie qui releve la dorure ; & quand il y a du broché, il faut quatre marches de liage de plus.

Démonstration de l’armure d’un brocard, dont la dorure est relevée, sans liage ou liée par la corde.
Encyclopedie-2-p428-brocard-1.png

Il faut observer 1°. que l’accompagnage étant gros, il ne se passe point avec la navette comme dans les autres étoffes : mais on le broche en faisant baisser deux marches armées en taffetas, comme il est indiqué ici.

2°. Que toutes les étoffes dont la dorure est relevée, doivent être roulées sur des molletons, à mesure qu’elles viennent sur l’ensuple, afin que la dorure ne soit pas écrasée, & qu’elle fasse toûjours saillie ou relief : il faut autant de molleton que d’étoffe fabriquée.

Il se fait des brocards dont le poil est de quarante portées simples, pour l’accompagnage desquels on fait baisser tout le poil qui est de la couleur de la dorure : pour lors on peut brocher toutes sortes de couleurs pour relever ; parce que la quantité du poil baissé garnissant suffisamment, elle empêche la soie de couleur qui releve, de transpirer ou percer au-travers du poil.

Démonstration de l’armure d’un brocard, dont la dorure est relevée, & tous les lacs liés, excepté celui de la dorure relevée, qui ne l’est jamais.
Encyclopedie-2-p428-brocard-2.png

Les marches d’accompagnage ne levent point de lisses, parce que l’accompagnage est broché, & non passé avec la navette, comme dans les autres étoffes où il n’a que trois ou quatre bouts très-fins, au lieu qu’ici il a dix-huit à vingt bouts de grosse soie.

On pourroit dans la derniere armure éviter les quatre marches qui font baisser tout le poil, en pressant les quatre de liage à la fois : mais l’embarras de trouver à chaque coup la marche qui doit lier à son tour, feroit commettre des fautes à l’ouvrier qui ne suivroit pas exactement son liage.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « brocard »

(Nom 1) De l’ancien français broquer (« piquer »), attesté en 1440[1].
Probablement de Brocardus, nom latin de Burchard évêque de Worms, lequel publia vers le début du XIe siècle un livre de sentences[2].
(Nom 2) Du picard broque (« broche »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Il y a, dans le bas-latin, brocarda, brocardicum, brocardicorum opus, qui signifient sentences de droit contenues dans un ouvrage que compila, dans le XIe siècle, Burchard, évêque de Worms. Burchard ou Brocard donna son nom au livre, burcardus, aux sentences brocardiques ; et les sentences mêmes ont donné, par extension et plaisanterie, le leur aux brocards, paroles moqueuses.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « brocard »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
brocard brɔkar

Évolution historique de l’usage du mot « brocard »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « brocard »

  • Qu’y a-t-il derrière l’ambition ? C’est cela qui fait sens. Derrière celle du Cid, il y a la trahison, la morgue, le goût pour la guerre et le fracas des armes. Derrière celle de la reine Constance et de ses Bourguignons, il y a l’avidité, l’hypocrisie et l’oppression. Derrière celle de Chimène Nuñez, il y a une femme que tu as aimée et que tu aimes encore, qui amasse les bijoux, l’or, les brocards et les châteaux ; quête sans but d’une femme qui sait qu’elle lira un jour dans tes yeux : « je ne t’aime plus »… Derrière la mienne, il y a un dessein : voir les deux peuples de ce pays et ses deux religions, vivant en paix sous l’égide d’un prince fort : Toi ! Je t’appuierai pour cela ; je suis la seule à pouvoir le faire ; je t’apporte les musulmans d’Espagne…
  • Depuis ce lundi 1er juin, le tir d’été est ouvert en Aveyron. Il concerne uniquement la chasse du brocard (chevreuil mâle) à l’approche et celle du sanglier, à l’affût. Nicolas Cayssiols, directeur de la Fédération départementale des chasseurs de l’Aveyron en explique l’utilité. millavois.com, Aveyron. La chasse au brocard et au sanglier est ouverte
  • Mon premier brocard, je m’en souviens comme si c’était hier, une chasse du brocard « à la piste » !  Celle-ci s’est déroulée une très chaude matinée du mois d’août où la température extérieure était déjà 21°c à 06h00. Je chassais alors en permis accompagné avec mon père comme guide et approchons tranquillement sur un secteur que nous connaissons bien. Rapidement nous sommes en contact avec un gros sanglier solitaire, plus loin quelques bêtes rousses, mais ce n’est pas l’animal recherché aujourd’hui. Au coin d’une plaine, nous apercevons un brocard seul qui rentre au bois et distinguons 80 mètres derrière lui, trois autres animaux, une chevrette avec son faon et un autre brocard qui semble intéressant. Tous se dirigent vers le sous-bois. Nous décidons de couper la trajectoire habituelle des animaux et la stratégie est tellement bonne que nous tombons nez à nez avec ces trois animaux à moins de 20 mètres. Chassons.com, Alex Chasse HD : Mon premier brocard, c’était en chasse accompagnée avec mon père, quel souvenir ! - Chassons.com
  • Sam est flamand, passionné de chasse, il a plaisir à sortir carabine ou caméra au poing pour observer des animaux l’été. L’année dernière, c’est en chassant sur l’un de nos territoires qu’il a eu le privilège de prélever l’un des lus beaux brocards français. Le jour de cette première rencontre, il a même pu filmer à quelques mètres de lui une joute amoureuse entre une chevrette et ce magnifique animal . Chassons.com, Ce chasseur a peut-être prélevé le plus beau brocard français - Chassons.com
  • Michel Auroux, président de la fédération de chasse de Lot-et-Garonne nous l’a confié : "L’ouverture anticipée de la chasse aux brocards, renards et sangliers s’est faite dans la tranquillité. Les chasseurs à l’approche du brocard ont pu commencer leur saison de bonne heure, l’occasion aussi de tirer au passage un renard, très actifs en ce moment. Pour les sangliers, mis à part les quelques battues d’effarouchements menées à proximité des semis, bien peu de chasseurs sont sortis. Une retenue davantage due aux conditions climatiques qu’à autre chose. Le sujet préoccupant ce sont les dégâts des palombes et des corvidés sur les semis. Il y en a de plus en plus, et nous sommes bien démunis contre ce qui constitue un véritable fléau maintenant. La situation est préoccupante. Nous procédons à des interventions au cas par cas, mais c’est très compliqué. Le monde agricole a subi les pluies battantes du mois dernier qui ont damé les sols et maintenant que les semis arrivent tout juste à sortir, ils sont ravagés par les oiseaux. Nous ne savons pas comment cela va finir..." petitbleu.fr, Reprise timide des chasseurs - petitbleu.fr
  • "Nous avons envie de nature, de chasse et de rencontres au coin du bois", glisse en clin d’œil Guillaume Desenfant, prêt à partir pour traquer le brocard au coucher du soleil. SudOuest.fr, Gironde: la chasse à l’approche ou à l’affût a ouvert
  • Le confinement a du bon pour les animaux sauvages. Ceux qui avaient l'habitude de se tenir loin de l'agitation des grandes villes se retrouvent désormais à explorer de nouvelles contrées devenues plus calmes. C'est le cas de ce petit brocard (1) aperçu samedi, vers 6 heures du matin, par une infirmière libérale ariégeoise. "J'étais en train de procéder à ma tournée habituelle quand j'ai aperçu l'animal juste en face de la préfecture, se rappelle avec amusement Annick Soares, infirmière libérale à Foix. Je me suis arrêtée mais il s’est enfui par une rue parallèle. J'ai donc fait le tour et j'ai pu le filmer rapidement avant qu'il ne reparte."  ladepeche.fr, En plein confinement, un brocard se balade dans les rues de Foix - ladepeche.fr

Traductions du mot « brocard »

Langue Traduction
Anglais brocade
Espagnol brocado
Italien broccato
Source : Google Translate API

Synonymes de « brocard »

Source : synonymes de brocard sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « brocard »

Partager