La langue française

Ambigu

Définitions du mot « ambigu »

Trésor de la Langue Française informatisé

AMBIGU, UË, adj. et subst. masc.

I.− Emploi adj. Dont le caractère n'est pas nettement tranché; flou, équivoque.
A.− Dont la nature ou la signification sont difficiles à préciser.
1. [En parlant d'un texte, d'une phrase] Susceptible de recevoir plusieurs interprétations :
1. 1602. Le vendeur est tenu d'expliquer clairement ce à quoi il s'oblige. Tout pacte obscur ou ambigu s'interprète contre le vendeur. Code civil,1804, p. 296.
2. Quand les mots se mettent à enfler, quand leur sens devient ambigu, incertain et que le vocabulaire se charge de flou, d'obscurité et de néant péremptoire, il n'y a plus de recours pour l'esprit. M. Aymé, Le Confort intellectuel,1949, p. 41.
LOG. Proposition ambiguë. ,,Dont les significations ne sont pas clairement aperçues.`` (Piguet 1960).
2. Intermédiaire entre deux catégories ou participant successivement ou alternativement de l'une et/ou de l'autre :
3. Des sept planètes, deux sont bienfaisantes, deux mauvaises, trois ambiguës; tout dépend, dans le monde, de ces feux éternels. G. Flaubert, La Tentation de saint Antoine,1874, p. 130.
Péjoratif :
4. La vocation de caractérologue, tout en restant sur cette crête ambiguë qui sépare la science de l'intuition, regarde plutôt vers la vocation de romancier que vers celle de naturaliste, ... E. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 42.
5. Comment un socialisme, qui se disait scientifique, a-t-il pu se heurter ainsi aux faits? La réponse est simple : il n'était pas scientifique. Son échec tient, au contraire, à une méthode assez ambiguë pour se vouloir en même temps déterministe et prophétique, dialectique et dogmatique. A. Camus, L'Homme révolté,1951, p. 272.
Emplois techn.
a) BOT. Cloisons ambiguës. ,,Se dit quand, tenant à la fois au centre et à la paroi d'un péricarpe qui ne s'ouvre pas, elles n'ont point d'origine certaine.`` (Lar. 19e). Corolle ambiguë. ,,Celle qui est intermédiaire entre deux des formes déterminées par les botanistes.`` (Besch. 1845). Hile ambigu. ,,Se dit quand cet organe correspond à la fois aux deux bouts réunis d'une graine recourbée ou pliée.`` (Lar. 19e). Stipules ambiguës. ,,Stipules dont les attaches sont très marquées à la fois sur la tige et sur le pétiole.`` (Besch. 1845).
b) LING. Phénomène ambigu, voyelle ambiguë :
6. Dans l'alphabet grec ancien, on appelle quelquefois ambiguës les voyelles susceptibles d'être brèves ou longues (α, ι, υ), par opposition à celles qui sont nécessairement brèves (ε, ο) ou nécessairement longues (η, ω) Mar.Lex.1933.
c) MATH. ,,Se dit d'un théorème tantôt vrai, tantôt faux.`` (Uv.-Chapman 1956).
d) MUS. Accord ambigu :
7. Nous désignons par l'épithète ambigu, appliquée aux accords, ceux dont l'envergure ne dépasse pas l'étendue de neuf quintes... C. Durutte, Esthétique musicale,Résumé élémentaire de la technie harmonique, 1876, p. 285.
e) ZOOLOGIE :
8. ... les éponges sont énumérées parmi ces êtres ambigus, animaux par certains caractères, végétaux par leur apparente inertie. E. Perrier, La Philosophie zoologique avant Darwin,1884, p. 14.
B.− [En parlant d'une pers., d'une collectivité ou de leurs attributs]
1. Incertain, dont la nature est difficile à préciser, parce qu'intermédiaire entre deux catégories :
9. ... les anges affecteront une beauté équivoque, ambiguë, mystérieuse qui troublera les cœurs. A. France, L'Île des pingouins,1908, p. 152.
10. Les anciens, peut-être, l'eussent figuré sous les espèces ambiguës de ce dieu monstrueux que Rome révérait; dieu du passage, dieu de la transition, qui contemplait toutes choses possibles par deux visages opposés, Janus. De Goethe, Janus Bifrons, un visage s'oppose au siècle qui s'achève; l'autre, vers nous, regarde. Et de même, il pourrait offrir un visage de beauté classique vers l'Allemagne, et un autre d'expression toute romantique, offert à la France. P. Valéry, Variété 4,1938, p. 117.
Péjoratif :
11. Leur costume annonçait qu'ils n'étaient pas du peuple, sans être des bourgeois; en un mot, ils appartenaient à cette classe ambiguë, la plus vile de toutes, qui n'a ni état, ni fortune, ni même une industrie, sinon une industrie ignoble, qui n'est ni le pauvre, ni le riche, et qui a les vices de l'un et la misère de l'autre. A. de Musset, La Confession d'un enfant du siècle,1836, p. 80.
12. Je prenais enfin des habitudes qui ne menaient à rien qu'à faire de moi le personnage ambigu que vous connaîtrez plus tard, moitié paysan et moitié dilettante, tantôt l'un, tantôt l'autre, et souvent les deux ensemble, sans que jamais ni l'un ni l'autre ait prévalu. E. Fromentin, Dominique,1863, p. 45.
13. La symbolique doit sa naissance à un homme assez ambigu, à l'un de ces éditeurs improvisés, dont on ne sait jamais si c'est par vanité, par habileté commerciale ou par un goût secret qu'ils se mêlent de la vie des lettres. A. Béguin, L'Âme romantique et le rêve,1939, p. 106.
2. P. ext. [En parlant d'une apparence ou d'un comportement] Dont le sens reste mystérieux et inquiétant :
14. ... on eût dit une de ces saintes que le burin de Schongauer dénude pour le martyre; mais les yeux pers au regard ambigu, la bouche grande au sourire inquiétant, les cheveux aux flavescences du vieil or, toute la tête démentait le mysticisme du corps. J. Péladan, Le Vice suprême,1884, p. 23.
15. Mais que m'importent ce visage fermé, et ce sourire ambigu, et ce cœur qui ne se livre pas! P. Claudel, La Cantate à trois voix,1913, p. 345.
P. anal. [En parlant d'une chose, au fig.] :
16. Pourtant, cet homme droit suivait une route oblique, une route ambiguë, et rien ne l'en avertissait, si ce n'est ce battement précipité du cœur, cette inquiétude lorsque, amoncelant des ruines, l'on se retourne, et que l'on contemple l'œuvre maléfique du sacrilège. E. Psichari, Le Voyage du centurion,1914, p. 5.
II.− Emploi subst. masc.
A.− [Pour désigner des inanimés]
1. Situation peu nette :
17. La politique, ... dans cet ambigu où, vous vivez depuis 1830 est l'alpha et l'oméga de toutes vos spéculations... P.-J. Proudhon, La Révolution sociale démontrée par le coup d'État du 2 décembre,1852, p. 5.
18. Il me semblait que ce fût se vouer à un ambigu perpétuel que de vivre pour publier. « Comment plaire et se plaire? » me disais-je ingénument. P. Valéry, Variétés 5,1944, p. 80.
19. Tant de subtilités, de porte-à-faux, de cabrioles, une si haute science de l'ambigu, du faux fuyant, du trompe-l'œil, de la confusion, de l'obscurité sont trop utiles à nos intérêts pour qu'il ne faille pas rechercher leur influence occulte derrière la plupart de ces jeux. E. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 672.
2. Mélange de choses de nature ou de qualité différente :
20. Et certes, s'il parlait, comme il venait de le faire, dans ce langage qui était un ambigu précieux des choses de l'art et du monde, c'est parce que ses colères de vieille femme et sa culture de mondain ne fournissaient à l'éloquence véritable qui était la sienne que des thèmes insignifiants. M. Proust, À la recherche du temps perdu,La Prisonnière, 1922, p. 276.
21. Ils [Jean et Paloma] se sentaient en confiance, dans un ambigu d'amitié et d'amour. L. Daudet, Médée,1935, p. 137.
a) ART CULIN. Repas généralement froid où l'on présente en même temps tous les mets :
22. L'ambigu fut servi; c'était un beau spectacle. D'énormes pièces de venaison, des aloyaux monstrueux, des volailles magnifiques, du gibier de toute espèce, des truites, des ombres-chevaliers, (...) accompagnaient les pièces apportées de Paris, les pâtés de foies, les terrines, les truffes, les langues, les jambons glacés, enfin tous les hors-d'œuvre qui ont une célébrité gastronomique. À l'aspect de cette table chargée de mets, il se fit un silence général : l'admiration domina l'appétit. L. Reybaud, Jérôme Paturot,1842, p. 331.
23. − Eh! ce n'est point là un souper, lui dit Bois-Doré [à d'Alvinar]... ce n'est qu'un petit ambigu aux flambeaux. G. Sand, Les Beaux Messieurs du Bois-Doré,t. 1, 1858, p. 70.
b) COUT. En ambigu, brodé en ambigu. En mélangeant différents motifs :
24. Nous avons vu chez l'une de nos premières lingères une camisole parée, en tulle de fil de la plus grande finesse, brodée en ambigu, au semé de fleurs variées à l'infini. L'Observateur des modes,25 avr. 1822, no8, p. 183.
c) BEAUX-ARTS :
25. J'ai eu sous les yeux quantité de réflexions de lui [Sieyès] sur la musique... de toutes les ariettes, ambigus ou romances tirées des opéras-comiques en vogue, et qu'il s'était procurées... Ch.-A. Sainte-Beuve, Causeries du lundi,t. 5, 1851-1862, p. 192.
26. On chante un ambigu de latin et de français... J.-K. Huysmans, Les Soirées de Médan,Les Foules de Lourdes, 1906, p. 126.
d) JEUX. Jeu de cartes empruntant ses règles à divers autres jeux :
27. Comme son nom l'indique, l'ambigu mêle les principes de plusieurs jeux. Par là, il est l'ancêtre de jeux modernes très différents les uns des autres. Il tient à la fois de la bouillote, du whist, du poker et de l'écarté. Alleau1964.
Rem. L'Ambigu ou Théâtre de l'Ambigu à Paris est ainsi dénommé parce que l'Ambigu Comique désignait autrefois une pièce de théâtre réunissant des scènes tragiques et des scènes comiques :
28. D'après une nouvelle récente et officielle, il y aurait absence de direction au Théâtre de l'Ambigu. (...) J'ai fait, refait et remanié ce drame beaucoup plus de quatre fois avant de le soumettre, avec la plus feinte humilité, au jugement de mes contemporains, − au nombre desquels je ne puis éviter de classer ces Messieurs de l'Ambigu-Comique. Ph.-A.-M. de Villiers de L'Isle-Adam, Correspondance générale,1876, p. 216-218.
B.− [Pour désigner des animés]
1. MED. ,,Individu atteint de malformation génitale, ... chez lequel l'examen des organes génitaux externes et internes ne permet pas de préciser le sexe réel.`` (Garnier-Del. 1958).
2. ZOOL. ,,Nom donné par Ch. Fourier et son école aux êtres, aux espèces mixtes, qui établissent une transition entre deux genres, deux classes, deux séries différentes.`` (Lar. 19e) :
29. Je sais bien que la nature, qui partout crée des ambigus, comme disait Fourier, semble avoir prédestiné certains mâles à servir de chaperons à leurs moitiés. P.-J. Proudhon, La Pornocratie,1865, p. 86.
Ambiguës, subst. fém. plur. ,,Nom sous lequel on désigne une petite division d'arachnides du genre ctène.`` (Besch. 1845).
DÉR.
Ambiguïflore, adj.,bot. ,,Il se dit D'un assemblage de fleurs dont les corolles ont une forme ambiguë`` (Ac. Compl. 1842).
Ambiguïsme, subst. masc.néol. d'aut. Ambiguïté systématique (cf. V. Jankélévitch, Le Je-ne-sais-quoi et le presque rien, 1957, p. 217).
Prononc. ET ORTH. : [ɑ ̃bigy]. Passy 1914 note une durée mi-longue pour la 1resyllabe du mot. − Rem. Tous les dict. indiquent ë tréma pour la forme du fém. Littré précise : ,,On met le tréma pour indiquer que gue ne se prononce pas ghe mais que l'u y est articulé``. Lab. 1881, p. 45 s'élève contre l'absurdité du tréma sur l'e muet. Comment [dit-il] peut-on détacher et prononcer une lettre qui ne fait entendre aucun son? (...) Ce signe orthographique doit être mis sur la voy. qui se prononce et non sur celle qui ne se prononce pas, de même que l'accent aigu ou l'accent grave se place sur la voy. sonore et non sur celle qui est muette. Quillet 1965 précise que le ,,tréma est sur l'e et non sur l'u``. Grammont Prononc. 1958, p. 198 fait la rem. suiv. : ,,L'u entre un g et une voy. constitue une des plus terribles difficultés, l'orthographe indiquant seulement dans sept mots qu'elle a gratifiés d'un tréma s'il doit être prononcé ü (ou ẅ) (= [y] ou [ɥ] ou s'il n'est là que pour indiquer la prononc. occl[usive] du g. Ces sept mots sont : aiguë, ambiguë, contiguë, exiguë, besaiguë, ciguë, Vogüé.`` Dér. Ambiguïflore. Seule transcription ds Besch. 1845 : ɑn-bi-ghu-i-flo-re.
Étymol. ET HIST. − 1495 [éd. 1531] « (d'un langage, d'un discours) qui est à double sens » (J. de Vignay, Mir. hist., XXXII, 47, Delb. ds Quem. t. 1 1959 : Lors le dit frere Asselin ... purement et plainement sans quelque langage doubteux ne ambigu exposa de mot a mot les dites lettres de nostre dict sainct pere le pape); xves. (G. Tardif, Apol. de L. Valla, 201 ds DG : Doubles et ambigus en paroles). Empr. au lat. ambiguus, attesté dep. Plaute (Pseud., 759, ds TLL s.v., 1842, 5) au sens de « douteux incertain (d'un inanimé) »; dep. Rhet. Her., 2, 11, 16, ibid., 1842, 64 au sens de « équivoque à double sens (d'un écrit) » : si ambiguum esse scriptum putabitur. Ambiguïflore, 1838, Ac. Compl. 1842. Ambiguïsme, 1957, supra.
STAT. − Ambigu. Fréq. abs. litt. : 480. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 294, b) 484; xxes. : a) 438, b) 1267. Ambiguïsme. Fréq. abs. litt. : 1.
BBG. − Ac. Gastr. 1962. − Alleau 1964. − Bach.-Dez. 1882. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Boiss.8. − Dup. 1961. − Fér. 1768. − Foulq.-St-Jean 1962. − Garnier-Del. 1961 [1958]. − Gramm. t. 1 1789. − Hanse 1949. − Kold 1902. − Laf. 1878. − Lav. Diffic. 1846. − Mar. Lex. 1961 [1951]. − Mont. 1967. − Mots rares 1965. − Noter-Léc. 1912. − Piéron 1963. − Piguet 1960. − Springh. 1962. − Thomas 1956. − Uv.-Chapman 1956.

Wiktionnaire

Adjectif

ambigu \ɑ̃.bi.ɡy\

  1. Qui peut être compris dans deux sens.
    • Réponse ambiguë.
    • Paroles ambiguës.
    • Parler en termes ambigus.
    • Des signes ambigus.
    • Des preuves ambiguës.
    • Les oracles étaient souvent ambigus.
  2. (Par extension) Qui, par manque de précision, peut désigner plusieurs choses.
    • L’appellation « jambon d’Aoste » était ambiguë car il y a deux villes de ce nom qui en produisent, une en Italie et une en France. Un règlement a résolu ce problème.
    • Le rôle quelquefois ambigu de certaines coopératives forestières en matière de commercialisation a souvent été source de conflits. — (Maurice Chalayer, La Scierie française et ses enjeux, 2005)
  3. Qui réunit deux qualités, deux natures opposées.
    • Caractère ambigu.
    • Façon de vivre ambiguë.

Nom commun

ambigu \ɑ̃.bi.ɡy\ masculin

  1. Mélange de choses opposées.
    • Cette femme est un ambigu de prude et de coquette.
  2. (Désuet) Repas où l’on servait à la fois les viandes et le dessert.
    • N’importe, Zéphyrine, il ne faut pas oublier que M. Nivières est jeune et qu’il peut avoir encore faim, au moment de s’endormir. Faites-lui mettre un ambigu dans son appartement. — (George Sand, Les Dames vertes, Calmann-Lévy, 1883, p. 10)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AMBIGU, UË. adj.
Qui peut être pris dans deux sens. Réponse ambiguë. Paroles ambiguës. Parler en termes ambigus. Des signes ambigus. Des preuves ambiguës. Les oracles étaient souvent ambigus. Il signifie aussi Qui réunit deux qualités, deux natures opposées. Caractère ambigu. Façon de vivre ambiguë. Il s'emploie aussi comme nom masculin. Cette femme est un ambigu de prude et de coquette. Un ambigu s'est dit d'un Repas où l'on servait à la fois les viandes et le dessert. Un déjeuner, un dîner, un souper servi en ambigu.

Littré (1872-1877)

AMBIGU (an-bi-gu, guë. On met le tréma pour indiquer que gue ne se prononce pas ghe, mais que l'u y est articulé) adj.
  • 1Qui est à plusieurs sens, et par conséquent d'un sens incertain. Langage ambigu. Martian n'en a parlé qu'en termes ambigus, Corneille, Othon, I, 3. Ce n'est pas s'expliquer en termes ambigus, Molière, Sgan. 16.
  • 2 Par extension. Il se tenait dans un état ambigu entre les poissons et les oiseaux, Pascal, P. Jés. 8. Aristote a dit que le phoque était d'une nature ambiguë et moyenne entre les animaux aquatiques et terrestres, Buffon, Phoque. Le chapeau ambigu, couvert d'un étui de toile cirée, Hamilton, Gramm. 8.
  • 3S. m Repas où l'on sert à la fois les viandes et le dessert On nous a dressé un somptueux ambigu. C'étaient des ambigus qui partaient de France pour renchérir, au milieu de Londres, sur les collations du roi, Hamilton, Gramm. 7.
  • 4 Fig. Mélange de choses contraires. C'est un ambigu de précieuse et de coquette, Molière, Préc. rid. 1.
  • 5Sorte de jeu de cartes qui réunit plusieurs manières de jouer propres à divers jeux, ce qui s'opère avec un jeu dont on retire toutes les figures.

SYNONYME

AMBIGU, ÉQUIVOQUE, AMPHIBOLOGIQUE, LOUCHE. Ce qui est ambigu offre plusieurs sens. Ce qui est équivoque offre deux sens. Ce qui est amphibologique offre un sens incertain, à cause que la construction grammaticale est mauvaise. Ce qui est louche n'a pas de netteté, par la faute, soit de la construction, soit de l'expression. Ambigu et équivoque sont plus généraux et ne supposent pas une faute, soit d'expression, soit de construction.

HISTORIQUE

XVIe s. Le parler obscur, ambigu et fantastique du jargon prophétique, Montaigne, I, 47. La victoire qui jusques alors avoit esté suspense et en ambigu, se commença d'incliner à l'ennemy, Du Bellay, M. 374.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

AMBIGU, adj. (Gramm.) ce mot vient de ambo, deux, & de ago, pousser, mener. Un terme ambigu présente à l’esprit deux sens différens. Les réponses des anciens oracles étoient toûjours ambiguës ; & c’étoit dans cette ambiguité que l’oracle trouvoit à se défendre contre les plaintes du malheureux qui l’avoit consulté, lorsque l’évenement n’avoit pas répondu à ce que l’oracle avoit fait espérer selon l’un des deux sens. Voyez Amphibologie. (F)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « ambigu »

(Date à préciser) Du latin ambiguus, de ambigere, (« douter »), de amb (« autour »), et igere pour agere (« pousser ») ; mot à mot, « qui pousse de deux côtés » Référence nécessaire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ambiguus, de ambigere, douter, de amb, autour (voy. AMBE), et igere, pour agere, pousser (voy. AGIR) ; mot à mot, qui pousse de deux côtés.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « ambigu »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ambigu ɑ̃bigy

Évolution historique de l’usage du mot « ambigu »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « ambigu »

  • Un jardin, c'est un lieu ambigu. De Ghislaine Schoeller / Marie d'Ispahan
  • Le silence est un message ambigu qui ne peut être décodé que par des paroles. De Anonyme
  • « Islam », mot ambigu qui désigne à la fois une religion, une civilisation millénaire et des hommes. De Rémi Brague / Le Figaro, 17 janvier 2015
  • Croire en Dieu, c'est vivre par quelque chose qui n'existe d'aucune manière dans le monde, sinon dans le langage ambigu de ces phénomènes que nous appelons chiffres ou symboles de la transcendance. De Karl Jaspers / Introduction à la philosophie
  • La tournure des gens est si ambiguë qu'il suffit de se montrer tel qu'on est pour vivre ignoré et caché. De Elias Canetti
  • L'érotisme, commercialement, est une chose ambiguë car si tout le monde convoite la vie érotique, tout le monde aussi la hait comme la cause de ses malheurs, de ses frustrations, de ses envies, de ses complexes, de ses souffrances. De Milan Kundera / L’Identité
  • Cyrille Sciama : « Une jeune femme élégamment vêtue prend la pose dans une chambre. Son caraco rouge tranche vivement avec le décor. Elle porte des chaussons de danse. Est-elle une ballerine ? A sa droite un portfolio indique un goût pour l’art. Sa pose faussement nonchalante, son regard franc mais aussi le miroir et le décor très étudié renvoient à Ingres. Cette demoiselle, modèle d’atelier, a peut-être quelques secrets bien cachés. Tissot joue ainsi avec le spectateur, voyeur d’une scène ambiguë. » RMN-GRAND PALAIS (MUSÉE D’ORSAY)/HERVÉ LEWANDOWSKI Le Monde.fr, Au Musée d’Orsay, James Tissot, entre sujets littéraires et peinture de genre
  • Musée d’Orsay: Les expositions « Au pays de monstres, Léopold Chauveau (1870-1940) » et « James Tissot. L’ambigu moderne (1836-1902) » sont toutes deux prolongées jusqu’au 13 septembre. Et les expositions « Aubrey Beardsleey (1872-1898) » et « Léon Spilliaert (1881-1946), lumière et solitude » sont reportées pour la rentrée.  Toutelaculture, Agenda des réouvertures de la semaine du 25 juin - Toutelaculture
  • Né à Nantes, formé à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris et ayant mené carrière des deux côtés de la Manche, Jacques Joseph Tissot, est un artiste majeur de la seconde moitié du XIXe siècle, à la fois ambigu et fascinant. S'il est très régulièrement représenté dans les expositions dédiées à cette période, cette rétrospective est la première qui lui est consacrée à Paris depuis celle organisée au Petit Palais en 1985. , Que faire à Paris ce vendredi 26 juin ?
  • Et ce, d’une manière beaucoup plus rapide qu’auparavant. Constituant ainsi une sorte de soupape de sécurité qui a permis à la vie de continuer et ce, malgré la propagation mortifère du Covid-19. Ce qui a poussé certains analystes à lui coller le qualificatif de «mondialisation ambiguë». Ouvrant, ainsi, la voie à une nouvelle étape dans le processus de mondialisation, désormais, en construction. , LA MONDIALISATION AMBIGUË, UNE SOUPAPE DE SÉCURITÉ - Maroc Hebdo l'actualité du Maroc

Traductions du mot « ambigu »

Langue Traduction
Anglais ambiguous
Espagnol ambiguo
Italien ambiguo
Allemand zweideutig
Portugais ambíguo
Source : Google Translate API

Synonymes de « ambigu »

Source : synonymes de ambigu sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « ambigu »

Ambigu

Retour au sommaire ➦

Partager