Brun : définition de brun, brune


Brun, brune : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BRUN, UNE, adj.

A.− Vx ou littér. [En parlant de l'obscurité de la nuit] Sombre, obscur. La nuit brune :
1. Quand Didace Beauchemin s'éveilla, il faisait encore brun. Il s'était assoupi seulement. Guèvremont, Le Survenant,1945, p. 81.
Au fig., vieilli [En parlant de pers. ou de leurs états d'âme] Sombre, mélancolique. Ma tristesse moins brune (M. Rollinat, Les Névroses,1883, p. 17).
B.− Usuel
1. D'une couleur qui rappelle celle des feuilles mortes. La couleur brune; un ours brun; des cheveux bruns; les chemises brunes (des militants hitlériens). Les brunes châtaignes (Claudel, La Jeune fille Violaine,1reversion,1892, p. 568);ses bras (...) bruns de crasse et de hâle (Genevoix, Raboliot,1925, p. 93):
2. ... des vignobles clairs, des blés dorés, de petits bois, des labours bruns où les raies de la charrue font un grave décor, ... Barrès, La Colline inspirée,1913, p. 77.
Emploi adj. inv. (suivi d'un adj. qui précise la nuance). Une masse de cheveux brun clair (G. Roy, Bonheur d'occasion,1945, p. 12).
Emploi subst.
a) [Sing. et plur.] Un brun, des bruns. Une (variété de) couleur brune, des couleurs brunes :
3. Il me semble à peine nécessaire de faire remarquer que la couleur pure est absente de ses œuvres [de Rembrandt], auxquelles les gris et les bruns suffisent, avec, par ci, par là, quelques tonalités qui suggèrent l'apparence colorée des choses. Lhote, Peint. d'abord,1942, p. 19.
b) [Au sing., en parlant de vêtements] il était habillé de brun (Bosco, Le Mas Théotime,1945, p. 213).Le brun lui va bien.
c) [Au fém. sing.] . P. ell., fam. Une [cigarette] brune, une [bière] brune :
4. Charles Leroy redemandait de la brune, de la Munich. Aragon, Les Beaux quartiers,1936, p. 414.
2. P. méton. [En parlant de pers.]
a) Dont les cheveux sont bruns. Ce joli petit garçon brun bouclé (Queneau, Loin de Rueil,1944, p. 230).
Emploi subst.
Masc. ou fém. Celui, celle dont les cheveux sont bruns. Un grand brun, une petite brune, une belle brune :
5. Cette Angleterre nationaliste, insulaire, plus repliée sur elle-même que jamais, qu'a-t-elle fait de ses fils blonds, sportifs? D'où sortent ces flots de bruns si moyens, étroits d'épaules, brachycéphales anémiques à lunettes d'or? Morand, Londres,1933, p. 115.
Fig., fam. Aller de la brune à la blonde, courtiser la brune et la blonde. Être volage :
6. Maître Alfred L'Ambert, après avoir longtemps voltigé de la brune à la blonde, avait fini par s'éprendre d'une jolie brunette aux yeux bleus. About, Le Nez d'un notaire,1862, p. 22.
b) Plus rare. Dont la peau est brune. Synon. basané.Un jeune homme très brun (...) avec des cheveux gris (E. et J. de Goncourt, Journal,1857, p. 359).
Rem. On rencontre dans la docum. les néol. a) Brunasse, adj. (Chardonne, Attachements, 1943, p. 189). b) Bruneur, subst. fém. (J. de La Varende, Six lettres à un jeune prince, 1955, p. 153). Le fait d'être brun.
PRONONC. ET ORTH. : [bʀ œ ̃], fém. [bʀyn]. On signale gén. une tendance à la substitution de [ε ̃] à [œ ̃], dans tous les mots en cause (bien que chez les aut. consultés l'obs. se rapporte à la graph. un, sans mention de eun). Le phénomène est signalé à partir de 1902 au moins, dans Rouss.-Lacl. 1902, p. 6 de la 2epart.; v. aussi Mart., Comment prononce 1913, p. 149; Ch. Bruneau, Manuel de phonét. pratique, Paris, Berger-Levrault, 1931, p. 122; A. Martinet, La Prononc. du fr. contemp., Paris, Droz, 1945, p. 148. Dans le cadre des théories pragoises, ce phénomène s'explique par le faible « rendement fonctionnel » de l'« opposition » [œ ̃] ~ [ε ̃] (Goug. Phonol. 1935, p. 34; A. Martinet, loc. cit.).
ÉTYMOL. ET HIST. − A.− Adj. 1. Ca 1100 « poli, luisant » (Roland, éd. Bédier, 1043) − fin xiiies., Adenet Le Roi, Beuve de Commercy, 2756 dans T.-L.; 2. ca 1100 « d'une couleur sombre, entre le roux et le noir (en parlant notamment du teint) » (Roland, 3821), employé substantivement p. ell. pour désigner une personne au teint et aux cheveux bruns (fin xiies. G. de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, 1970 dans T.-L.). B. − Subst. 1. 1350-75 « couleur brune » (Espinas, Pirenne, Rec. documents relatifs à l'hist. de l'industr. drapière en Flandre dans IGLF Techn.); 2. p. ext. 1502 « substance de cette couleur en peinture » (G. Cohen, Livre de conduite du régisseur, p. 515 dans IGLF Techn.). Du germ. *brūn « brun » (corresp. à l'all. braun) introduit dans la Romania, prob. par les mercenaires germ. qui l'ont peut-être employé pour qualifier des chevaux (Brüch, p. 100); latinisé en brunus, attesté au vies. par Isidore (cité par Kluge dans Z. rom. Philol., t. 41, 1921, p. 679; Sofer, Lateinisches und Romanisches aus den « Etymologiae » des Isidorus von Sevilla, Göttingen, 1930, p. 173 met en doute l'attribution de cette glose à Isidore) et au viiies. dans les gloses de Reichenau (éd. Foerster et Koschwitz, Altfranzösisches Übungsbuch, col. 27, leçon du ms. de Karlsruhe 86, viiies.).
STAT. − Brun. Fréq. abs. littér. : 1 370. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 295, b) 2 778; xxes. : a) 2 198, b) 1 910. Brune. Fréq. abs. littér. : 1 708. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 574, b) 3 318; xxes. : a) 3 201, b) 2 216.
BBG. − Bernelle (A.). Brun. Vie Lang. 1961, pp. 352-354. − De Gorog 1958, p. 94. − Duch. 1967, § 19. − Goug. Mots t. 1 1962, p. 279. − Rat (M.). Le Blond et le brun. Vie Lang. 1967, pp. 318-324. − Rog. 1965, p. 15. − Sigurs 1963/64, p. 86, 427. − Walt. 1885, p. 80.

Brun, brune : définition du Wiktionnaire

Adjectif

brun \bʁœ̃\

  1. (Généralement) De la couleur du marron clair tirant sur le noir. #5B3C11
    • La plupart des maisons avaient un rez-de-chaussée en pierre, des étages faits de tournisses sombres et d’un hourdage de torchis brun. — (Claire-Lise Marguier, Le Sceau de la reine, Rouergue, 2014, page 179.)
    1. (Par extension) Une des couleurs de cheveux.
      • On distingue sept teintes naturelles de cheveux, réparties, en France, selon les proportions suivantes : 50 % de cheveux châtains, 20 % de cheveux gris, 10 % de cheveux blonds et noirs, 5 % de cheveux roux et 2,5 % de cheveux bruns et blancs. — (Pierre Bouhanna, Soigner et entretenir ses cheveux : Les Nouveaux Traitements du cheveu, Alpen Editions s.a.m., 2006, page 14.)
      • Les enfants sont là, deux beaux garçons bruns à l’air solide que j’ai déjà rencontrés, et je me découvre surtout une adorable petite-fille, qui éveille en moi un sentiment nouveau : […]. — (Marcelle Sortia, Le temps revient, éditions Dricot, 1987, page 187.)
    2. (Politique) Fachiste ; nazi.
      • Je suis entré ce soir au café « Sturm ». Les Berlinois de la Société ne fréquentent jamais ce dancing vulgaire où la jeunesse brune et les « sous-offs » de la garnison fraternisent. — (Xavier de Hauteclocque, La tragédie brune, Nouvelle Revue Critique, 1934, page 77.)
  2. (Héraldique) → voir de brun.

Nom commun

brun \bʁœ̃\ masculin

  1. Couleur brune.
    • On remarquera par ailleurs que l’iris de cet œil est hétérochrome. Il est pigmenté en brun, mais aussi en bleu. — (Michel Roca, Manuel d’auto-évaluation : ophtalmologie des petits animaux, Wolters Kluwer France, 2002, p. 28)
  2. Homme aux cheveux bruns.
    • Jean Tulard qualifie Jean Chevrier de “beau brun ténébreux”. En même temps il reconnaît qu’il a été cantonné dans des fonctions de “séducteur bon chic bon genre”. — (Henri Agel, Le Beau Ténébreux à l’écran, L’Harmattan, 1998, p. 127)
  3. (Peinture) Ombres peintes sur un tableau.
    • Principe général - tiré de la nature en différents effets des clairs et des bruns relativement aux différents éloignements d’où ils sont vus. — (Théodore Olivier, Applications de la géométrie descriptive aux ombres, à Paris chez Carilian-Gœury, 1847, page 24)

Nom commun

brune \bʁyn\ féminin

  1. Femme qui a des cheveux allant de marron à noir.
    • Sur ces entrefaites elle a rencontré par hasard une de ses anciennes copines, une nommée Suzanne, une brune en minijupe, une sorte de grande sauterelle à la voix nasillarde. — (Daniel Apruz, La Bêlamour, éd. Buschet/Chastel, 1970)
    • Au bout d'une minute, la porte s'ouvrit et une fliquette en tenue, une brune plutôt mimi, mais gâchée par l'air sévère qu'elle se sentait obligée de prendre, sortit et avança vers la guérite. Laurent Chalumeau, Bonus, Editions Grasset, 2010, chap. Treize
    • Brune, comme une héroïne romantique. Ardente et intense. Elle fut la première femme à établir le lien entre socialisme et féminisme. Je l’imagine. — (Nicole Avril, Brune, Plon, 2012)
  2. Cigarette à base de tabac brun.
    • Il me serre la main et me propose de le suivre dans son bureau. L’odeur de tabac y est intense. D’après l’examen du cendrier, il fume des brunes. — (Emma Deschamps, Mon livre bleu, Mon Petit Éditeur, 2012, p. 81)
  3. Bière à forte fermentation, fabriquée à partir de malt très torréfié.
    • Sam entra, se frayant un passage à coups de coude pour fendre la foule. Le bruit était terrifiant. Il réussit à atteindre le bar et commanda une brune. — (Cédric Bannel, Le Huitième Fléau, Robert Laffont, 2014)
  4. (Zoologie) Race laitière de grand taurin, originaire de Suisse, à robe brune et aux muqueuses noires.
    • Peu à peu, la Frisonne va s’imposer : on commence à voir deux ou trois Frisonnes dans un troupeau de Brunes, et avec le temps elles finissent par remplacer les « Schwitz » (1958-1965). — (André Bénévent, L’Histoire du lait. Les Paysans villefranchois, acteurs solidaires dans la mondialisation, Toute latitude, 2008)
  5. (Poétique) Soir, nuit.
    • Je regagnai le navire à la brune. (Dillon, Voyage dans la mer du sud, Revue des Deux Mondes, 1830, tome 1)
    • Ces errants de la rue ne rentraient qu’à la brune, et si las ! — (Alphonse Daudet, Arthur, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 165.)

Forme d’adjectif

brune \bʁyn\

  1. Féminin singulier de brun.
    • Je suis entré ce soir au café « Sturm ». Les Berlinois de la Société ne fréquentent jamais ce dancing vulgaire où la jeunesse brune et les « sous-offs » de la garnison fraternisent. — (Xavier de Hauteclocque, La Tragédie brune, Nouvelle Revue Critique, 1934, p. 77)
    • Bien sûr, il y a aussi des étoiles trop grosses pour être des planètes, mais pas assez pour allumer vraiment des réactions nucléaires ; elles se contentent de luire parcimonieusement et très longtemps, on les appelle des « naines brunes ». — (Jean-Pierre Luminet et Élisa Brune, Bonnes Nouvelles des étoiles, Odile Jacob, 2009)
    • Évitez de boire du vin rouge ou du thé (qui contiennent du tanin) sur un mets aux algues brunes (à forte teneur en iode). — (Rédaction, Paris-Match, numéros 2075 à 2083, 1989)

Nom commun

brune \bʁyn\ féminin

  1. Femme qui a des cheveux allant de marron à noir.
    • Sur ces entrefaites elle a rencontré par hasard une de ses anciennes copines, une nommée Suzanne, une brune en minijupe, une sorte de grande sauterelle à la voix nasillarde. — (Daniel Apruz, La Bêlamour, éd. Buschet/Chastel, 1970)
    • Au bout d'une minute, la porte s'ouvrit et une fliquette en tenue, une brune plutôt mimi, mais gâchée par l'air sévère qu'elle se sentait obligée de prendre, sortit et avança vers la guérite. Laurent Chalumeau, Bonus, Editions Grasset, 2010, chap. Treize
    • Brune, comme une héroïne romantique. Ardente et intense. Elle fut la première femme à établir le lien entre socialisme et féminisme. Je l’imagine. — (Nicole Avril, Brune, Plon, 2012)
  2. Cigarette à base de tabac brun.
    • Il me serre la main et me propose de le suivre dans son bureau. L’odeur de tabac y est intense. D’après l’examen du cendrier, il fume des brunes. — (Emma Deschamps, Mon livre bleu, Mon Petit Éditeur, 2012, p. 81)
  3. Bière à forte fermentation, fabriquée à partir de malt très torréfié.
    • Sam entra, se frayant un passage à coups de coude pour fendre la foule. Le bruit était terrifiant. Il réussit à atteindre le bar et commanda une brune. — (Cédric Bannel, Le Huitième Fléau, Robert Laffont, 2014)
  4. (Zoologie) Race laitière de grand taurin, originaire de Suisse, à robe brune et aux muqueuses noires.
    • Peu à peu, la Frisonne va s’imposer : on commence à voir deux ou trois Frisonnes dans un troupeau de Brunes, et avec le temps elles finissent par remplacer les « Schwitz » (1958-1965). — (André Bénévent, L’Histoire du lait. Les Paysans villefranchois, acteurs solidaires dans la mondialisation, Toute latitude, 2008)
  5. (Poétique) Soir, nuit.
    • Je regagnai le navire à la brune. (Dillon, Voyage dans la mer du sud, Revue des Deux Mondes, 1830, tome 1)
    • Ces errants de la rue ne rentraient qu’à la brune, et si las ! — (Alphonse Daudet, Arthur, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 165.)

Forme d’adjectif

brune \bʁyn\

  1. Féminin singulier de brun.
    • Je suis entré ce soir au café « Sturm ». Les Berlinois de la Société ne fréquentent jamais ce dancing vulgaire où la jeunesse brune et les « sous-offs » de la garnison fraternisent. — (Xavier de Hauteclocque, La Tragédie brune, Nouvelle Revue Critique, 1934, p. 77)
    • Bien sûr, il y a aussi des étoiles trop grosses pour être des planètes, mais pas assez pour allumer vraiment des réactions nucléaires ; elles se contentent de luire parcimonieusement et très longtemps, on les appelle des « naines brunes ». — (Jean-Pierre Luminet et Élisa Brune, Bonnes Nouvelles des étoiles, Odile Jacob, 2009)
    • Évitez de boire du vin rouge ou du thé (qui contiennent du tanin) sur un mets aux algues brunes (à forte teneur en iode). — (Rédaction, Paris-Match, numéros 2075 à 2083, 1989)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Brun, brune : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BRUN, UNE. adj.
Qui est d'une couleur sombre, entre le roux et le noir. Teint brun. Cheveux bruns. Habit brun. Drap brun. Cheval bai brun. Gris brun. En parlant des Personnes, il se dit par rapport à la couleur des cheveux. Cet homme est brun. Beauté brune. Il se dit comme nom des Personnes qui ont les cheveux bruns. Un beau brun. Une brune piquante. Une brune claire. Une belle brune. Fam., Aller de la brune à la blonde, Courtiser la brune et la blonde. Voyez BLOND. Il s'emploie aussi comme nom masculin pour désigner la Couleur brune. Cette étoffe tire sur le brun, elle est d'un beau brun. Un brun clair, foncé.

SUR LA BRUNE, À LA BRUNE, loc. adv. Vers le commencement de la nuit. Je le rencontrai sur la brune. Nous sortîmes a la brune.

Brun, brune : définition du Littré (1872-1877)

BRUN (brun, bru-n' ; l'n ne se lie pas : brun ou blond, dites : brun ou blond ; si brun se trouvait devant son substantif, ce qui n'arrive presque jamais, l'n se lierait : un brun n-Allemand, brun ayant le son du nom de nombre un ; au plur. l's se lie : bruns et blonds, dites : brun-z et blonds) adj.
  • 1Qui est d'une couleur de châtaigne foncée tirant sur le noir.

    Invariable dans les locutions de ce genre : des étoffes brun foncé.

    La couleur brune. Cette étoffe est d'un beau brun.

    Brun de montagne, terre d'ombre. Brun rouge, ocre dont on se sert dans la peinture.

  • 2 Familièrement. Il commence à faire brun, la nuit vient.

    S. f. La brune, le moment du jour où il commence à faire brun. Les heures s'envolaient ; et l'aurore et la brune Te retrouvaient toujours dans ce chemin perdu, Musset, dans le Dict. de DOCHEZ.

    À la brune, sur la brune, loc. adverb. Au déclin du jour. Un petit laquais était sorti sur la brune, Hamilton, Gramm. 9. Hier au soir, sur la brune, Un chat-huant s'en vint votre fils enlever, La Fontaine, Fabl. IX, 1. Avanthier, advint que de fortune Je rencontrai ce Guignard sur la brune, Voltaire, Hypocr.

  • 3En parlant du teint et des cheveux, qui offre une légère nuance de noir. J'ai le teint brun, mais assez uni, le front élevé, La Rochefoucauld, Portrait.

    Substantivement, personne qui a le teint et les cheveux bruns. Un brun. Une brune. Une petite brune vive et piquante, Rousseau, Ém. V. Plus d'un brun à large poitrine, Béranger, Grég. En secret un brun m'accompagne ; Tout se découvre ; adieu mon roi, Béranger, Cartes.

    Aller de la brune à la blonde, être inconstant dans ses amours.

HISTORIQUE

XIe s. Neirs les chevels [cheveux] il ot et auques bruns, Ch. de Rol. CCLXXIX. Dreites ces hanstes, luisant cil espié brun [poli], ib. LXXX. [Il] fiert Charlemagne sur l'haume d'acier brun, ib. CCLXIII.

XIIe s. [Cheval] baucent ou brun, Ronc. p. 133. E un suen escuier n'i volt il oublier, Rogier de Brai, un brun, un prode bachelier, Th. le mart. 48.

XIIIe s. Et li bruns airs esclaircis Par la lune…, Anc. poésies dans LACURNE SAINTE-PALAYE. Nus toissarans ne puet tistre à Paris camelins bruns et blancs, se il n'est…, L. des mét. 118. Si surcil sont brun et petit ; Onques nus hom plus bel ne vit, Fl. et Bl. 2853.

XVe s. Il estoit toute nuit et faisoit moult brun et moult espais, Froissart, I, I, 292. Et sur la brune rencontrerent en leur chemin de cinq à six cents combattants de leurs ennemis, Monstrelet, liv. II, ch. 162. Certes, nennil, vostre vie est trop brune [mauvaise], Deschamps, Poésies mss. f° 357, col. 3, dans LACURNE SAINTE-PALAYE. C'estoit en hiver, et faisoit brun et noir, Louis XI, Nouv. LIII. Faulte de blanc pain faict aulcunes fois manger le brun, Perceforest, t. VI, f° 76, dans LACURNE SAINTE-PALAYE.

XVIe s. Voyant cette fille assez belle, pour une claire brune, Marguerite de Navarre, Nouv. LIII. Se doubtant bien que les ennemis, sur le soir, quand il commencerait à faire brun, se retireroient à la file un à un, Amyot, Philop. 24. Je veux mourir pour le brun de ce teint, Ronsard, 27.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Brun, brune : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

BRUN, adj. pris substantivement, c’est en Peinture, le sombre obscur ; les ombres du tableau se font de brun plus ou moins foncé, selon que les corps sont plus ou moins opposés à la lumiere : on dit les bruns d’un tableau, les ombres d’un tableau. Il y a des bruns rougeâtres, grisâtres, &c.

Brun rouge, qu’on appelle aussi ocre, est une pierre naturelle d’un rouge foncé ; elle est d’un grand usage dans la Peinture, soit à l’huile soit à détrempe. Voyez Peinture. Voyez Ocre. (R)

Brun de Plastre, est une petite pierre luisante, qu’on trouve dans les carrieres de plâtre, & dont les Batteurs d’or se servent pour couper l’or sur le coussin, en le saupoudrant de cette pierre, calcinée & pulvérisée. Voyez Talc, qui est le nom de cette pierre. Voyez Batteur d’or.

Brun, (Manege) bay brun, se dit des chevaux qui sont de couleur de châtaigne obscure. Voyez Bay. (V)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « brun »

Étymologie de brun - Littré

Provenç. brun ; espagn. et ital. bruno ; de l'anc. haut allem. brûn ; allem. mod. braun. Le sens radical de brun est brûlé (voy. BRUNIR).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de brun - Wiktionnaire

(Date à préciser) Du bas latin brūnus (VIe siècle, Isidore de Séville), emprunté au germanique *brūn (« brun, brillant »), apparenté à l’allemand braun et à l’anglais brown.
(Date à préciser) Le sens politique vient de la couleur des chemises des premières organisations nazies (Chemises brunes en français).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « brun »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
brun brœ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « brun »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « brun »

  • Soit brune ou blonde Faut-il choisir ? Le Dieu du monde, C’est le Plaisir. De Gérard de Nerval / Chanson gothique
  • Être rousse au cinéma, ça veut dire être ni brune, ni blonde. De Isabelle Huppert / Vogue - septembre 2012
  • Karine Drysdale habite depuis trois ans sur la rue Julienne, à Pointe-Calumet. Plusieurs fois par mois, l’eau qui coule de son robinet des Laurentides est brune pendant plusieurs heures, voire une journée, et laisse des taches sur ses vêtements. Le Journal de Montréal, Citoyens écœurés de l’eau brune | Le Journal de Montréal
  • Des citoyens de Sainte-Marthe-sur-le-Lac se plaignent d’un problème récurrent qui concerne leur eau potable qui devient parfois brune, ce qui a poussé cette semaine le conseiller municipal indépendant, François Robillard, a questionner la mairesse Sonia Paulus à ce sujet, dans le cadre d’une assemblée des élus. TVA Nouvelles, Une eau brune qui fait sourciller les citoyens à Sainte-Marthe-sur-le-Lac | TVA Nouvelles
  • https://www.capital.fr/entreprises-marches/passe-darmes-entre-leclerc-et-brune-poirson-sur-lemballage-des-oeufs-1371922 Capital.fr, Passe d’armes entre Leclerc et Brune Poirson sur l'emballage des œufs - Capital.fr
  • Les naines brunes, ce sont un peu les vilains petits canards de l'Univers. Trop grandes pour être acceptées dans la catégorie des planètes. Trop petites pour entrer dans celle des étoiles. Vilains petits canards... ou chaînon manquant entre les planètes géantes gazeuses et les plus petites des étoiles. Mais les naines brunes peuvent conserver autour d'elles, comme un reste de leur formation, un disque de gaz et de poussières tourbillonnant. Un disque qui peut être amené à former des planètes. Futura, Tiens ! un disque protoplanétaire autour d'une naine brune
  • Cela peut paraître étrange, mais la couleur de nos yeux serait un superbe indicateur pour choisir quelle teinte de brun on devrait privilégier pour nos cheveux. Explications. , Comment choisir son brun en fonction de la couleur de ses yeux ? - Elle
  • Alerte nouvelle tête ! Le mannequin Emily Ratajkowski a troqué ses cheveux bruns pour une chevelure blonde. Photos.  , Emily Ratajkowski passe du brun au blond avec Kérastase - Elle
  • Être rousse au cinéma, ça veut dire être ni brune, ni blonde. De Isabelle Huppert / Vogue - septembre 2012
  • Soit brune ou blonde Faut-il choisir ? Le Dieu du monde, C’est le Plaisir. De Gérard de Nerval / Chanson gothique
  • On ne devient pas un auteur dramatique, on l'est tout de suite ou jamais, comme on est blond ou brun, sans le vouloir. De Alexandre Dumas, fils

Images d'illustration du mot « brun »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « brun »

Langue Traduction
Portugais castanho
Allemand braun
Italien marrone
Espagnol marrón
Anglais brown
Source : Google Translate API

Synonymes de « brun »

Source : synonymes de brun sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « brun »



mots du mois

Mots similaires