La langue française

Abstrus

Sommaire

Définitions du mot abstrus

Trésor de la Langue Française informatisé

ABSTRUS, USE, adj.

Difficile à comprendre, à pénétrer.
A.− [En parlant de conceptions intellectuelles, philos., sc., etc.] :
1. Puis, M. Redon présentait les traductions d'Edgar Poë, s'attaquant aux pensées les plus subtiles et les plus abstruses du poète, interprétant des membres de phrases... J.-K. Huysmans, L'Art moderne,1883, p. 300.
2. ... il passa bientôt les matinées, en compagnie de M. Smithson, à dérouiller sa plus abstruse et sa plus profonde arithmétique. E. Bourges, Le Crépuscule des dieux,1884, p. 154.
3. Il n'y a pas au monde une notion psychologique, une expérience métaphysique, une intuition mystique, si abstruses, si profondes et si inattendues qu'elles puissent être, qu'il ne nous soit possible, s'il le faut, de reproduire et de faire vivre un instant en nous-mêmes, afin de nous assurer de leur identité humaine; ... M. Maeterlinck, Le Trésor des humbles,1896, p. 106.
4. Lorsqu'ils étaient encore tout petits, − et les problèmes les plus abstrus, les plus confondants de la théologie les attiraient alors avec une passion étrange, − Albert appelait Herminien son âme damnée. J. Gracq, Au château d'Argol,1938, p. 181.
Rem. 1. Les princ. assoc. relevées sont les suiv. : arithmétique, abstruse, méditations abstruses, métaphysique abstruse, mysticisme -, science abstruse, spéculations abstruses, théologie abstruse, vérités philosophiques abstruses. 2. Except., dans l'ex. suiv., qualifie l'œil considéré non pas dans sa réalité phys., mais comme le miroir de la pensée :
5. Et l'œil de l'amant ou de la mère, par exemple, n'est-il pas mille fois plus abstrus, impénétrable et plus mystique que ce livre, pauvre et explicable, après tout, comme tous les livres, qui ne sont jamais que des mystères morts, dont l'horizon ne se renouvelle plus? M. Maeterlinck, Le Trésor des humbles,1896, p. 102.
B.− [En parlant de créations litt. ou artistique ou, plus gén., des façons de s'exprimer] :
6. Ce n'est jamais impunément... qu'on fait miroiter aux yeux du peuple des formules abstruses, dont on se réserve le sens. E. Renan, Hist. des origines du Christianisme,Marc-Aurèle et la fin du monde antique, 1881, p. 120.
7. L'un (M. Pissarro), coloriste surtout, se servant d'une formule inusitée, abstruse, arrivant à rendre la vibration de l'atmosphère, la danse des poussières lumineuses dans un rayon, abordant franchement le grand jour, ... J.-K. Huysmans, L'Art moderne,1883, p. 267.
8. Je me suis lancé pour cette revue amie dans une manière de poème symbolique en diable et abstruse comme il n'est pas possible, ... A. Gide, P. Valéry, Correspondance,lettre de A. G. à P. V. févr. 1891, p. 50.
9. Le plus abstrus sonnet de Mallarmé n'est pas plus difficile à comprendre que, pour le spectateur non prévenu, non apprivoisé par avance, l'enchevêtrement de cet amphigouri sublime. A. Gide, Voyage au Congo,1927, p. 820.
10. Troxler fut, en effet, parmi les disciples de Schelling, celui dont l'expression abstruse et violemment originale frappe le plus. A. Béguin, L'Âme romantique et le rêve,1939, p. 88.
11. Il s'était fait une culture particulière, − commençant par s'imprégner, tout jeune encore, des œuvres les plus abstruses, les plus audacieuses de la littérature contemporaine. J. Gracq, Un Beau ténébreux,1945, p. 51.
P. ext. [Peut qualifier une pers., un écrivain] Dont l'œuvre est difficile à interpréter ou à comprendre (cf. styl., rem. 1).
Rem. 1. Les assoc. les plus intéressantes sont les suiv. : cryptogrammes -, cryptographie abstruse, formule abstruses, style -, terminologie abstruse. 2. Synon. ésotérique, hermétique.
Stylistique − Mot rare; cont. gén. noble. La nuance péj. est très nette dans l'ex. suiv. : 12. Il y a quatre jours M. Miskiewicz... s'avisa de faire une tartine du mysticisme le plus abstrus, un véritable sermon dans le genre de Jérémie. P. Mérimée, Lettres à la Comtesse de Montijo, 1853, p. 89. Rem. 1. Elle a été marquée par Ac. 1835 dans ces termes : Il se dit quelquefois Des écrivains, dans un sens défavorable. Ce philosophe m'a paru abstrus. 2. Dans l'ex. suiv. abstrus calque le mot lat. avec son sens concr. (cf. étymol.) d'« impénétrable » (fig. étymol.) : 13. C'est une écume de toute race, un troupeau Carnassier de soudards chrétiens, de Juifs, de Druses, Et d'Arabes qui n'ont que les os et la peau. L'un descend du Taurus ou des gorges abstruses De l'Horeb, celui-ci du Liban, celui-là Des coteaux du Vieux Rhin, cet autre des Abruzzes. Ch.-M. Leconte de Lisle, Poèmes tragiques, Le Lévrier de Magnus, 1886, p. 126. Pour l'oppos. abstrus/abscons, voir abscons.
Prononc. − 1. Forme phon. : [ab̭stʀy], fém. [ab̭stʀy:z]. 2. Dér. et composés : abstrusion.
Étymol. − Corresp. rom. : esp. abstruso; cat. abstrus; ital. astruso. 1531 (ca 1327) « difficile à découvrir, à comprendre, obscur » (Jean de Vignay, Miroir historial, IX, 130, éd. 1531 ds R. Hist. Litt. Fr., I, 182 : Plusieurs enquierent les choses abstruses). Empr. au lat. abstrusus, part. passé de abstrudere « cacher ». Attesté au sens propre dep. Pacuvius, au sens fig. dep. Varron (De ling. lat., 9, 109 ds TLL s.v., 204, 39; cf. 1remoitié xiies., Conrad Hirsaugiensis, Dialogus, 1516 : abstrusior litera lectorem ducat ad aliud intelligendum). Seul le sens fig. abstr. subsiste en fr. HISTORIQUE I.− Pas de sens disparus av. 1789. II.− A.− Ac. 1718 à 1798, Trév. 1771 insistent sur l'emploi abstr. du mot : Abstrus (...) Il ne se dit qu'en parlant de sciences et de choses d'esprit. Trév. 1771. B.− Grande stab. sém. de ce terme monosém., du xvies. (cf. étymol.) à nos jours (cf. sém.) : xvies. (avec sans doute un reste de valeur concr. et faisant donc image) : J'ai leu en Tite-Live cent choses que tel n'y a pas leu; Plutarque en y a leu cent, oultre ce que j'y ay sceu lire, et à l'adventure oultre ce que l'aucteur y avoit mis : à d'aulcuns c'est un pur estude grammairien; à d'aultres, l'anatomie [= analyse détaillée] de la philosophie, en laquelle les plus abstruses parties de nostre nature se penetrent. Montaigne, Essais, De l'institution des enfants, Paris, Didot, 1802, t. 1, ch. 25, p. 169. xviies. : L'Algèbre, les sections coniques, sont des sciences, des matières fort abstruses, où peu de personnes peuvent penetrer. Fur. 1960. xviiies. : Afin que le peuple Juif, qui étoit encore aux rudimens, ne pouvant bien entendre les sens abstrus et cachés des écrits, se contentât de les admirer. (Trév. 1752).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 32.
BBG. − Lal. 1968.

Wiktionnaire

Adjectif

abstrus \ap.stʁy\

  1. (Littéraire) Qui est difficile à comprendre, à saisir par l’esprit.
    • Ou bien, d’une voix astucieuse et basse, il expliquait à des auditeurs imaginaires des questions abstruses de politique. Les autres malades l’écoutaient en silence […]. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 273 de l’éd. de 1921)
    • Et le plus dangereux de cette expérience abstruse n’était pas encore cette division de ma pensée à l’intérieur de moi-même, mais le fait que tout se passait en imagination… — (Stefan Zweig, Le Joueur d’échecs, traduction en 1944)
    • On lut ce soir-là une pièce assez abstruse de Lycophron... — (Marguerite Yourcenar, Mémoires d’Hadrien, Plon, 1958 ; coll. Folio, 1974, p. 169.)
    • Les projets de « chèque vert » restent vagues. Et ses modalités abstruses. Pour l’heure, et c’est dommage, la taxe carbone reste une usine à gaz. — (François Sergent, Impôt, éditorial de Libération (journal) du 29 juillet 2009)
    • Les communiqués de presse tombaient les uns après les autres, déclarant les choses les plus abstruses. — (Amélie Nothomb, Acide sulfurique, Albin Michel, Paris, 2005, p. 179)
    • La formule tournait dans sa tête mécaniquement : elle lui paraissait un peu abstruse, mais importante, imposante, comme ces sceaux des vieux parchemins officiels qui pincent le bout d'un ruban de soie. — (Julien Gracq, Un balcon en forêt, Jose Corti, 1958, page 245)
  2. (Péjoratif) S’applique quelquefois aux personnes.
    • Ce philosophe m’a paru fort abstrus.

Adjectif

abstrus \apˈstʀuːs\

  1. (Philosophie) Abstrus. Qui est difficile à comprendre, à saisir par l’esprit.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ABSTRUS, USE. adj.
Qui est difficile à saisir par l'esprit. Sciences abstruses. Raisonnements abstrus. Question abstruse. Sens abstrus. Il s'applique quelquefois aux personnes dans un sens défavorable. Ce philosophe m'a paru fort abstrus.

Littré (1872-1877)

ABSTRUS (ab-stru, struz') adj.
  • 1Difficilement accessible à l'entendement. Une recherche si abstruse et si embarrassante, Bossuet, Avert. III. Je sais tout ce qu'on a dit sur cette matière abstruse, Voltaire, Dial. 24, 17. Il pénétrait déjà dans la géométrie la plus abstruse et la perfectionnait par ses découvertes, à mesure qu'il l'étudiait, lorsqu'en 1684 la face de la géométrie change presque tout à coup…, Fontenelle, Bernoulli.
  • 2En un sens défavorable, philosophe abstrus.

    Abstrus se met après le substantif : Raisonnement abstrus, question abstruse.

SYNONYME

ABSTRUS, ABSTRAIT. Une chose abstruse est une chose qu'on ne peut comprendre que par une suite de raisonnements, et qu'à force d'efforts ; une chose abstraite n'est malaisée à comprendre qu'à cause de la généralité qui y est inhérente. Une chose abstruse est toujours difficile ; une chose abstraite peut être aisée pour un esprit habitué aux spéculations philosophiques.

HISTORIQUE

XVIe s. Des moyens si estranges [singeries des sorciers] semblent venir de quelque abstruse science, Montaigne, I, 96. L'anatomie de la philosophie en laquelle les plus abstruses parties de notre nature se penetrent, Montaigne, I, 169.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « abstrus »

(1327) Emprunté au latin abstrusus, participe passé de abstrūdere (« cacher profondément, repousser »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Abstrusus, de abs, indiquant éloignement, et trudere, pousser. Comparez intrus et intrusion.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « abstrus »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
abstrus apstry

Évolution historique de l’usage du mot « abstrus »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « abstrus »

  • L’inflation de genres et sous-genres musicaux épouvante notre critique musical. Qui a décidé de parler par périphrases plutôt que d’aligner des noms abstrus Le Temps, Genres obscurs et étiquettes exotiques, la musique façon puzzle - Le Temps
  • Tantôt des convives devisent à propos d’un quidam « pelleteur de nuages » générant des articles hermétiques sur des sujets abstrus. Tantôt des chroniqueurs se rabattent sur l’université, souffre-douleur avéré, pour caresser un certain lectorat dans le sens du poil. Le Devoir, L’université, cette grande incomprise | Le Devoir
  • Prix Nobel de littérature, le troubadour illuminé de la contre-culture américaine publiait au faîte de sa gloire, en 1966, «Tarantula», un long poème surréaliste et abstrus. Une rude épreuve pour le fan-club, aujourd’hui rééditée Le Temps, Quand Bob Dylan tissait sa toile littéraire - Le Temps
  • Autre choix « abstrus » du coach espagnol, la non-participation de Aissa Mandi dans ce match, pourtant attendu dans le onze entrant pour ce derby. L’Algérien a suivi la rencontre depuis le banc. , Liga : Le FC Séville s'offre le derby (2-0) face au Betis
  • L’esprit art-rock s’est manifesté à la fin des années 70 et au début des années 80 via des groupes post-punk audacieux, intrigants sur le plan sonore ou abstrus sur le plan lyrique, notamment Public Image Ltd, The Birthday Party en Australie (avec un jeune mais pas-callow Nick Cave) et The Fall – bien que le leader de Fall, Mark E Smith, l’homme qui a écrit «  Prole Art Threat  », justifie vraiment une catégorie bien à lui. En Amérique, des artistes et des groupes de performance «sans vague» vaguement affiliés tels que Teenage Jesus And The Jerks, James Chance And The Contortions, Mars et DNA ont tous poursuivi un programme sanglant, non conforme mais plein d’entrain. Les quatre groupes ont été compilés sur No New York de 1978 – une production de Brian Eno, naturellement – et leur exemple indiscipliné a contribué à un effet d’entraînement sur les adhérents au bruit ultérieurs, y compris Sonic Youth, Swans et Foetus, et des tenues industrielles telles que Einstürzende Neubauten et Département de test Breakingnews.fr, Qu'est-ce que l'Art Rock? Une histoire des esprits les plus progressistes de la musique
  • Cela étant, ça ne veut pas dire que certains n’ont pas affublé leurs gosses de prénoms parfaitement abstrus, sous couvert d’originalité ou de désir de donner en cadeau à son petit son propre prénom créé avec amour par papa et maman : à être unique, prénom unique. Ainsi Tuba, Bruce-Lee, Merci Mireille, Alkapone, Batman, Barack Obama, Rolce-Roméo, Lola-Poupoune, Dior Gnagna, Cacharel, Louboutin, Meibelyne, Boghosse, Youyou, Jesunette, Jean-Clode, Djustyne, Zac-Harry, Kill-Yann, on continue ? Non, il y en a trop, il vaut mieux aller se gondoler avec l’hilarant Antiguide des prénoms (3) écrit il y a trois ans par deux officiers d’état civil sous couvert d’anonymat. Ils se sont manifestement régalés à épingler un millier (la liste n’est pas exhaustive) de prénoms folkloriques donnés par des «papounes» et des «mamounes» comme s’autonomment les parents sur les effroyables forums de doctissimo, magicmaman et autres, où les mères voient un «gygy» (comme le soulignent les facétieux auteurs de l’Antiguide, dix ans d’études de gynécologie pour se faire appeler gygy, c’est moche). En épluchant la presse locale, les listes de classes, le Web, les registres d’état civil, ils sont tombés sur des nids de prénoms insolites et se sont entre autres amusés à en décortiquer la genèse.  Libération.fr, Le petit Robaire des prénoms inventés - Libération
  • Une disparition abstrus, impénétrable juge la prospérité online. Africanews, Le décès du juge Raphaël Yanyi en RDC [Revue de presse] | Africanews

Traductions du mot « abstrus »

Langue Traduction
Anglais abstruse
Espagnol enrevesado
Source : Google Translate API

Synonymes de « abstrus »

Source : synonymes de abstrus sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « abstrus »

Partager