Visible : définition de visible


Visible : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

VISIBLE, adj.

A. − [En parlant d'objets, de réalités concr.] Qui peut être perçu, qui est perçu par la vue.
1.
a) [Par sa nature, en raison de ses propriétés] Anton. invisible.Peu à peu se sont dégagés les éléments visibles qui constituent une peinture: lignes et formes, matières et couleurs (Huyghe, Dialog. avec visible, 1955, p. 209):
Sans doute l'objet visible est devant nous et non pas sur notre œil, mais (...) finalement la position, la grandeur ou la forme visibles se déterminent par l'orientation, l'amplitude et la prise sur elles de notre regard... Merleau-Ponty, Phénoménol. perception, 1945, p. 364.
[Par ses manifestations] Effet, forme, preuve, témoignage, signe visible de qqc. Les vastes magasins n'offraient que la carcasse de leur aménagement (...). Cette nudité était la preuve visible du relevé complet et exact de l'inventaire (Zola, Bonh. dames, 1883, p. 676).Les hommes rougissent de sortir avec un enfant (...) qui est aux yeux des femmes qu'on rencontre le témoignage visible de votre vieillissement (Nizan, Conspir., 1938, p. 217).
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. Le réel qui peut être vu par les yeux. Voir un tableau c'est un dialogue non avec le visible mais avec une expérience d'homme (Traité sociol., 1968, p. 284).
b) En partic.
α) Synon. de concret, matériel, tangible; anton. de immatériel, imaginaire, surnaturel.Jésus-Christ (...) pourvut à la grossièreté de nos sens, qui ne peuvent se passer de l'objet matériel; il institua l'Eucharistie, où, sous les espèces visibles du pain et du vin, il cacha l'offrande invisible de son sang et de nos cœurs (Chateaubr., Génie, t. 2, 1803, p. 302).De moi-même il naît quelque chose d'étranger, de ce corps il naît une âme, et de cet homme extérieur et visible je ne sais quoi de secret et de féminin avec une étrange ressemblance (Claudel, Cinq gdes odes, 1910, p. 258).
Monde, nature, réalité visible. Réalité concrète. Ce seigneur visible de la nature visible (je parle de l'homme) a donc voulu créer le paradis par la pharmacie, par les boissons fermentées (Baudel., Paradis artif., 1860, p. 349).Nous éprouvons souvent une sorte de stupeur quand nous avons devant nous, au lieu du monde imaginé, le monde visible (qui d'ailleurs n'est pas le monde vrai (...)) (Proust, J. filles en fleurs, 1918, p. 548).
RELIG. CHRÉT. Église, cité visible. Ensemble des fidèles et des prêtres. Vraiment divine mais vraiment humaine aussi, et donc visible, prolongement parmi nous de l'incarnation, cette cité (...) a pour chef invisible Jésus-Christ, pour chef visible celui qui a reçu du Christ la charge de paître ses brebis (Maritain, Primauté spirit., 1927, p. 16).Ce dernier point [l'Esprit souffle où il veut], du moins, les Églises visibles l'admettent, lorsqu'elles proclament que les enveloppe et, en un sens, les déborde l'Église invisible des saints (Encyclop. univ.t. 161973, p. 978, s.v. Weil).
COMM. Marchandises, produits, exportations, importations visibles. Matières premières, produits manufacturés par opposition aux produits invisibles (assurances, droits, transport et fret, tourisme). Nous ne pourrions plus payer nos importations qu'avec le produit de nos exportations visibles et invisibles, et notamment du tourisme (Jocard, Tour. et action État, 1966, p. 184).
[En parlant de phénomènes, d'êtres surnaturels] Matérialisé, incarné. Ange, fantôme visible. S'il a pu photographier de visibles et de tangibles spectres, nous devons reconnaître la véracité des thaumaturges du Moyen Âge (Huysmans, Là-bas, t. 2, 1891, p. 77).L'étrange personnage s'effaçait comme d'un écran lumineux s'efface une photographie.C'était le diable, fis-je. (...)Les faits surnaturels visibles à nos yeux de chair sont rares, répondit le maître des novices, mais ils ne sont pas à rejeter de parti pris (Billy, Introïbo, 1939, p. 240).
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. Ce qui appartient au concret, au monde physique. L'idolâtrie, c'est de préférer le visible à l'invisible (Bloy, Journal, 1893, p. 85).Le regard tourné vers l'invisible cherche à le discerner à travers le visible. Le visible lui offre ces coïncidences, ces analogies, ces retours de dates auxquels Nerval s'attache (Durry, Nerval, 1956, p. 79).
β) SC., cour. Qui en raison de certaines propriétés (taille, luminosité) peut être perçu par l'œil, aidé éventuellement d'instruments à pouvoir grossissant. Si la génération spontanée est impossible à l'échelle des microorganismes visibles, ne se pourrait-elle réaliser à un niveau plus élémentaire? (J. Rostand, Genèse vie, 1943, p. 187).Empl. subst. Quant aux limites inférieures [de la vie], elles sont plus incertaines. Si l'on s'en tient au visible, on placera tout en bas de l'échelle vitale les algues unicellulaires qu'on appelle microbes (J. Rostand, La Vie et ses probl., 1939, p. 21).
Domaine, lumière, rayonnement visible.Rayonnement dont la longueur d'onde est comprise entre l'ultra-violet et l'infra-rouge. Les astres émettent des ondes électromagnétiques non seulement dans le domaine lumineux visible, mais aussi dans celui des ondes hertziennes (Decaux, Mesure temps, 1959, p. 78).Empl. subst. Le verre de Wood au nickel absorbe presque tout le visible sauf le rouge, mais se montre transparent dans l'ultraviolet (Cl. Duval, Verre, 1966, p. 30).Spectre visible. Spectre comprenant l'ensemble des radiations auxquelles l'œil humain est sensible (d'apr. Mathieu-Kastler Phys. 1983).
Astre, étoile... visible. Objet céleste observable par des moyens optiques ou suffisamment proche ou lumineux pour être vu. [Maeterlinck] entend par matière toute la matière contenue dans l'univers, tous les astres visibles et invisibles, et notre malheureux petit globe aussi (Green, Journal, 1948, p. 194).
(Être) visible à l'œil (nu), à la loupe, au microscope. Le sommet [d'un coquillage] (...) se termine, du côté droit, par un très-petit bouton visible à la loupe (Voy. La Pérouse, t. 4, 1797, p. 138).L'équipe de Seaborg (...) réussissait à isoler un cinquième de milligramme de plutonium, la première quantité de plutonium visible à l'œil nu (Goldschmidt, Avent. atom., 1962, p. 38).
Visible aux rayons X. Visible à l'aide des rayons X capables d'impressionner une plaque photographique, un écran fluorescent. Certaines régions du corps présentent des différences de densité radiologique insignifiantes. Pour les rendre visibles aux rayons X, on eut bientôt l'idée de recourir à des artifices (Bariéty, Coury, Hist. méd., 1963, p. 647).
2. Qui, en raison des circonstances, est effectivement vu (à tel moment, en tel lieu). Anton. caché, absent, disparu.Face visible de la lune; devenir, rester visible; marque, tache toujours visible. Un métier à tapisserie où se trouve tendue une chasuble, une partie roulée, une partie visible montrant la tête du crucifix (Claudel, Soulier, 1944, 1repart., 2ejournée, 3, p. 1003).
[Avec loc. adv., compl. circ. précisant un lieu, une circonstance] Éclipse visible à Paris; route visible à travers les arbres; être visible de loin. La moindre respiration eût produit une fumée visible dans cet air froid (Gautier, Fracasse, 1863, p. 147).Exclusion de la petite fille « païenne », qui n'avait pas de croix ou de médaille visible sur elle: « Ne l'invitons pas; elle n'a pas de médaille; c'est une païenne » (Larbaud, Journal, 1935, p. 356).
Visible en. Représenté par. Elle repose, la jeune morte, toujours visible en sa statue, couchée sur la pierre sépulcrale noire et violette (Michelet, Chemins Europe, 1874, p. 273).
[Avec adv. précisant le caractère plus ou moins aisé de la perception] Être, devenir... bien, clairement, très, à peine, peu, encore visible. Le feu qui l'éclairait en ce moment faisait saillir les angles de ses os et rendait sa maigreur affreusement visible (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 482).N'eût été le tremblement à peine visible, qui, sous la moustache grise, agitait sa lèvre inférieure et sa barbiche blanche, ses paupières baissées lui eussent donné l'air de dormir (Martin du G., Thib., Cah. gr., 1922, p. 587).
En partic. Qui est très/trop apparent, par comparaison avec des choses semblables. Reprises visibles (sur un vêtement); côtes visibles (d'une personne maigre). Il avait la mine docte, un clignement d'yeux capable et exagéré, les narines velues, les dents visibles (Hugo, Travaill. mer, 1866, p. 234).Augustin vit se tendre vers lui les coutures visibles d'un gros gant de voiture (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 33).
Place visible. Place où l'on est très en vue. [Les petits] détestent les positions en vue, les places visibles dans les salles de spectacle, on pourrait dire: les lieux trop affirmés (Mounier, Traité caract., 1946, p. 305).
D'une/de façon visible. D'une/de façon aisément perceptible. Deux jours après, le nez de M. L'Ambert désenfla d'une façon visible, mais la couleur rouge tenait bon (About, Nez notaire, 1862, p. 150).
B. − Qui se manifeste aux sens et notamment à la vue, dont l'existence se traduit par des effets concrets, sensibles. Synon. apparent, manifeste1, sensible; anton. caché, invisible.
1. [En parlant de phénomènes naturels habituellement non perceptibles par la vue] Chaleur visible dans l'air. L'étamine des fleurs qu'agite la lumière y monte en tournoyant en sphère de poussière, l'air y devient visible (Lamart., Jocelyn, 1836, p. 644).Le vent (...) est violent et se fait visible dans le bouleversement du paysage (Merleau-Ponty, Phénoménol. perception, 1945, p. 368).
2. [En parlant de faits, d'actions, de leurs caractères ou conséquences] Changement visible des mœurs; intervention visible de qqn; pauvreté visible; résultat visible. Si Mademoiselle Laheyrard a quitté la ville en catimini, c'est qu'elle voulait peut-être cacher les suites trop visibles de ses promenades aux bois (Theuriet, Mariage Gérard, 1875, p. 172).Cette anarchie visible est une inquiétude pour leur avenir et un scandale au regard de leur raison (...). On jette les sacs de café à la mer (Nizan, Chiens garde, 1932, p. 203).
(Être) visible dans qqc. L'âge des églises est visible dans l'épaisseur des meneaux qui séparent les croisées: au XIIIesiècle, larges fenêtres; au XIVesiècle, fenêtres accouplées; plus tard, fenêtres divisées par piliers (Michelet, Journal, 1831, p. 81).M. Mercœur (...) avait obtenu quelque richesse maintenant visible dans le lustre de ses bottes à glands, de son habit de cheval à boutonnières nombreuses, de son col en satin (Adam, Enf. Aust., 1902, p. 265).
(Être) visible aux yeux de..., au premier regard. S'il existoit encore tant de bons prêtres à l'époque de la Révolution (...), pourquoi leur exemple ne balançoit-il pas, aux yeux des peuples, celui des mauvais prêtres? C'est que le scandale des uns étoit visible aux yeux de tous, et que l'édification des autres demeuroit cachée (Bonald, Législ. primit., t. 1, 1802, p. 220).À l'intérieur des grandes factions visibles au premier regard, mille antagonismes cachés se révèlent peu à peu (Mauriac, Bâillon dén., 1945, p. 483).
En partic.
[En parlant de choses normalement saisies par d'autres sens, par l'esprit] Elle remua les lèvres, mais de sa bouche il ne sortit aucun bruit; je n'entendais pas ses paroles, je les voyais, je les lisais. Dans cette sorte de langage visible, elle me raconta que ma mère vivait encore (Du Camp, Mém. suic., 1853, p. 278).La danse, à toute époque, (...) est chargée de réunir la plastique à la musique, par le miracle du rythme à la fois visible et audible (Faure, Espr. formes, 1927, p. 187).
[En parlant de l'état d'une pers.] Force, vigueur visible du corps; détérioration visible de la santé; angoisse, contrariété, ennui, gêne, impatience, inquiétude, trouble visible; témoigner une préférence visible; pensée qui devient visible. Jean Valjean était sincère. Cette sincérité, visible, palpable, irréfragable, évidente même par la douleur qu'elle lui faisait, rendait les informations inutiles et donnait autorité à tout ce que disait cet homme (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p. 677).Mon père n'avait pas de tendresse visible, et il ne disait jamais merci (Renard, Journal, 1897, p. 427).(Être) visible dans (l'attitude, les gestes, les yeux...), sur (la figure...). J'ai connu des familles de laboureurs (...) où cette fleur de délicatesse, où cette légitimité des traditions qu'on appelle la noblesse, étaient aussi visibles dans les actes, dans les traits, dans le langage, dans les manières, qu'elles le furent jamais dans les plus hautes races de la monarchie (Lamart., Confid., 1849, p. 19).M. de Coantré s'efforçait que la répulsion qu'ils lui inspiraient fût visible pour tous sur son visage (Montherl., Célibataires, 1934, p. 846).
(Être) visible à dix, cent mètres. Les membres de ce concile matinal (...) me semblaient tous assez profondément malades, paludéens, alcooliques, syphilitiques sans doute, leur déchéance visible à dix mètres me consolait un peu de mes tracas personnels (Céline, Voyage, 1932, p. 144).
[En parlant du caractère d'une œuvre plastique] La toile dont je parle s'intitule Les Filles de Loth (...). Son pathétique en tout cas est visible même de loin, il frappe l'esprit par une sorte d'harmonie visuelle foudroyante (Artaud, Théâtre et son double, 1938, p. 40).
P. ext. [En parlant d'une pers. regardée suivant sa qualité, son rôle, sa fonction] Qui apparaît tel. Chef visible. Faut-il, le principal coupable visible étant mort, étouffer ce procès en faisant condamner le garde-magasin par contumace? (Balzac, Cous. Bette, 1846, p. 305).À cette époque, l'Occident mourait d'asphyxie: c'est ce qu'on appela « douceur de vivre ». Faute d'ennemis visibles, la bourgeoisie prenait plaisir à s'effrayer de son ombre (Sartre, Mots, 1964, p. 123).
[En tournure impers. et parfois en incise] Il est visible, c'est visible (que...). Il apparaît nettement (que...), et il est évident, manifeste (que...). Il était visible que la grande Révolution que tout préparait allait avoir lieu, non seulement avec l'assentiment du peuple, mais par ses mains (Tocqueville, Anc. Rég. et Révol., 1856, p. 264).« Allons », dit le brigadier, « c'est visible à l'œil nu: vos enfants vous bouclent là-dedans pour être les patrons (...) » (Martin du G., Vieille Fr., 1933, p. 1084).
[En relation avec des perceptions auditives] La plupart des chants populaires ne modulent point, ou, pour mieux dire, (...) ils sont étrangers au ton et au mode, comme il est visible dans les chants bretons ou dans la musique d'église (Alain, Beaux-arts, 1920, p. 121).
C. − Qui peut être saisi par l'intelligence, le raisonnement. Synon. clair, évident, manifeste1.Intérêt, raison d'être visible. Les voies du Seigneur sont visibles à un petit nombre (Stendhal, Rouge et Noir, 1830, p. 383).L'imprudence de sa conduite lui était si visible enfin que l'issue, l'irréparable devant elle, lui paraissait déjà impossible à éluder (Roy, Bonheur occas., 1945, p. 253).
[En parlant de certaines qualités artistiques] Poème de Crashaw sur l'espérance, exercice un peu laborieux dont il se tire avec une adresse trop visible (Green, Journal, 1943, p. 68).
Visible dans, chez qqn. Aucun homme ne pense jamais que sur les pensées d'un autre, et cette méthode est visible dans les plus profonds comme dans les plus ambitieux (Alain, Propos, 1929, p. 891).L'art italien (...) demeure décoratif même s'il s'agit de littérature; fait aussi visible chez d'Annunzio que chez Dante où le récit, loin de se dérouler dans la durée psychologique, semble s'étendre dans l'espace plastique (Arts et litt., 1935, p. 64-17).
Il est, c'est visible (que...), cela est visible à, dans... Qu'il ait aperçu cet écueil [la frivolité] et que par un jeu de logique il en ait ressenti la nostalgie périlleuse, cela est visible à des phrases singulières où le savant philologue professe une admiration à demi jalouse pour ceux qui ont pris le monde comme un rêve amusé d'une heure (Bourget, Essais psychol., 1883, p. 52).Vous réussissez toujours vos dialogues; mais il est visible que vous n'êtes pas à l'aise dans le style narratif (Martin du G., Souv. autobiogr., 1955, p. lxxxvii).
D. − Qui est en état d'être vu.
1. [En parlant d'une pers.] Qui est dans une disposition, un état, une tenue lui permettant de recevoir quelqu'un. Être visible à telle heure, tel jour; n'être visible pour personne. Madame de Bargeton devait rester toujours visible. Si elle avait fait fermer sa porte aux heures où venait Lucien, tout eût été dit, autant aurait valu s'enfuir avec lui (Balzac, Illus. perdues, 1837, p. 137).Zelten: Je peux voir Siegfried? Eva: Pourquoi? Zelten: C'est mon affaire. Eva: Il n'est pas visible pour toi (Giraudoux, Siegfried, 1928, i, 2, p. 19).
2. [En parlant d'une chose]
a) Qui est prêt à être examiné, à être montré. Je travaille en effet, mais ce que je fais n'est pas encore visible. On ne montre à un maître comme vous que la chose faite (Hugo, Corresp., 1868, p. 132).Un grelottement étouffé monta du téléphone.La radiographie est visible? Bien. Elle vint, encore mouillée, entre deux jolis doigts de la vierge technicienne (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 419).
b) Qu'on peut voir à la rigueur. C'est un film visible, sans plus.
Prononc. et Orth.: [vizibl̥]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Fin xiies. « qui peut être vu » (Sermons St Bernard, éd. W. Foerster, p. 6); b) 1665 subst. masc. (Poussin, Lett., 7 mars ds Littré); 2. a) 1585 Eglise visible et militante (N. Du Fail, Contes d'Eutrapel, éd. J. Assézat, p. 319); b) ca 1590 « qui correspond à une réalité perceptible » (Montaigne, Essais, I, 56, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 320); c) 1657-62 le monde visible « la réalité concrète » (Pascal, Pensées, éd. L. Lafuma, XV, 199, p. 526); d) id. subst. masc. « le monde des choses sensibles » (Id., ibid., XIX, 276, p. 536); 3. a) 1611 « qui peut être constaté, dont la réalité ne peut être mise en doute » (Cotgr.); b) 1656 impers. il est visible que (Pascal, Provinciales, éd. L. Lafuma, 11elettre, p. 422); 4. a) 1665 se dit d'une personne en état de recevoir des visites (J. L. Guez de Balzac, Œuvres, I, p. 726 ds Guillaumie, Guez de Balzac et la prose fr., p. 131); b) 1784 « qui est dans une tenue décente permettant de se montrer » (Beaumarchais, Mariage de Figaro, II, 4). Empr. au lat.visibilis « visible », « qui a la faculté de voir ». Fréq. abs. littér.: 2 860. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3 797, b) 3 604; xxes.: a) 3 470, b) 4 905. Bbg. Entwistle (W. J.). French audible, visible... In: [Mél. Orr (J.)]. Manchester, 1953, pp. 82-89. − Quem. DDL t. 9.

Visible : définition du Wiktionnaire

Adjectif

visible \vi.zibl\ masculin et féminin identiques

  1. Qui peut être vu ; qui est l’objet de la vue.
    • Il en est de même pour les étoiles. […]. Les infimes oscillations visibles en surface offrent aux astronomes un aperçu de leur structure interne. — (Éric Michel, Michel Auvergne & Annie Baglin, L'astérosismologie : voir battre le cœur des étoiles, dans Pour la Science, n°409, novembre 2011)
    • A sa mort, le « Berryer » est rendu aux Compagnons Soubise qui le déposent dans leur cayenne de La Villette où il est encore visible aujourd'hui. — (François Icher, Les compagnons ou l'amour de la belle ouvrage, 1995, Découvertes Gallimard n°255, 2005, p.64)
    • Mais ils permettaient aussi de surfer anonymement sur Internet car ils s'appuyaient sur des serveurs proxy qui cryptaient les données. Peter pouvait ainsi se connecter facilement, et seul serait visible son accès au serveur VPN – et non à celui de l'AMRF. — (Michelle Gagnon, Expérience Noa Torson, tome 1 : Ne t'arrête pas, traduit de l'américain par Julien Chèvre, Paris : Éditions de Noyelles, 2015, chap. 6)
    • Cette étoile est visible à l’œil nu.
    • Les sacrements sont des signes visibles d’une chose invisible.
    • Dieu s’est rendu visible aux hommes par l’Incarnation.
    • être visible, n’être pas visible, Vouloir ou ne vouloir pas recevoir une visite, être ou n’être pas en état de la recevoir.
    • Il n’est pas visible aujourd’hui.
    • Il ne sera visible que dans une heure.
  2. (Figuré) Qui est évident ou manifeste.
    • Fausseté visible.
    • Imposture visible.
    • Cela est trop visible.
    • Il est visible que…

Nom commun

visible \vi.zibl\ masculin

  1. Ce qui apparaît à la vue.
    • Heureusement, l'ange et le peintre, sont iconogènes et se soucient peu de connaître le statut de l'icône. Ils fabriquent du visible avec des matériaux qui le sont aussi. — (Anne Cauquelin, Le voleur d'anges, Harmattan, 1997, p.72)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Visible : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

VISIBLE. adj. des deux genres
. Qui peut être vu, qui est l'objet de la vue. Les objets, les choses visibles. L'éclipse sera visible à tel endroit. Cette étoile est visible à l'œil nu. Les sacrements sont des signes visibles d'une chose invisible. Dieu s'est rendu visible aux hommes par l'Incarnation. Être visible, n'être pas visible, Vouloir ou ne vouloir pas recevoir une visite, être ou n'être pas en état de la recevoir. Il n'est pas visible aujourd'hui. Il ne sera visible que dans une heure.

VISIBLE signifie figurément Qui est évident, manifeste. Fausseté visible. Imposture visible. Cela est trop visible. Il est visible que...

Visible : définition du Littré (1872-1877)

VISIBLE (vi-zi-bl') adj.
  • 1Qui peut être vu ; qui est l'objet de la vue. Il ne se donne point de visible sans lumière ; il ne se donne point de visible sans milieu transparent ; il ne se donne point de visible sans forme ; il ne se donne point de visible sans couleur ; il ne se donne point de visible sans distance ; il ne se donne point de visible sans instrument, Poussin, Lett. 7 mars 1665. Tout ce monde visible n'est qu'un trait imperceptible dans l'ample sein de la nature, Pascal, Pens. I, 1, éd. HAVET. Dieu, qui tire, quand il veut, des trésors de sa providence, ces grandes âmes, qu'il a choisies comme des instruments visibles de sa puissance, Fléchier, Turenne. Quoi ! le monde est visible, et Dieu serait caché ! Voltaire, Loi nat. I. Hipparque et Ptolémée ont compté dans le ciel 1022 étoiles visibles à la vue simple, c'est-à-dire de la sixième grandeur et au-dessus, Bailly, Hist. astr. mod. t. II, p. 687. Des fanaux disséminés en nombre suffisant, non pour éclairer, mais pour rendre l'obscurité visible, Th. Gautier, le Bien public, 12 mai 1872.

    Être visible, n'être pas visible, être en état, n'être pas en état de recevoir une visite, vouloir, ne pas vouloir recevoir une visite. À son appartement je vais voir s'il est jour, Savoir s'il est visible, et lui faire ma cour, Boursault, Fabl. d'Ésope, I, 1. Je ne vous dirai point mes faiblesses ni mes sottises, en rentrant dans Paris ; enfin, je vis l'heure et le moment que je n'étais pas visible, Sévigné, 166. Entrez, monsieur l'officier ; on est visible, Beaumarchais, Mar. de Fig. I, 4.

  • 2Évident, manifeste. Il est bon, monsieur, que vous sachiez ce que l'on vous doit, afin que vous ne prétendiez pas exiger des hommes ce qui ne vous est pas dû ; car c'est une injustice visible, Pascal, Cond. des grands. II. La grandeur de l'homme est si visible, qu'elle se tire même de sa misère, Pascal, Pens. I, 4. Il [le coadjuteur] me conta la folie de vos bains et comme vous craigniez d'engraisser ; la punition de Dieu est visible sur vous ; après six enfants, que pouviez-vous craindre… ? Sévigné, à Mme de Grignan, 16 juin 1677. Les esprits même les plus déréglés n'en rejettent pas l'idée [de Dieu], pour n'avoir point à se reprocher un aveuglement trop visible, Bossuet, Anne de Gonz. Que devient cet aveu formel, que l'Église dans l'Écriture est toujours visible ; que les promesses qu'elle a reçues de Jésus-Christ pour sa perpétuelle durée, s'adressent à une Église visible, à une Église qui publie sa foi ? Bossuet, Var. XV, 82. De vos songes menteurs l'imposture est visible, Racine, Athal. II, 7. Il est visible que, pour la sûreté publique, il faudrait mettre quelque différence dans la peine, Montesquieu, Esp. VI, 16.

HISTORIQUE

XVIe s. Les facultés visible [capable de voir], auditive…, Paré, XV, 52. Leur repentance, consistant en visible et maniable reparation, Montaigne, I, 397.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

VISIBLE. - HIST. Ajoutez : XIIe s. Visible astoit tote la creature en la disposition del secle [avant la création], alsi com il la veïst [comme si Dieu la voyait], li Dialoge Gregoire lo pape, 1876, p. 286.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Visible : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

VISIBLE, adj. (Optique.) se dit de tout ce qui est l’objet de la vue ou de la vision, ou ce qui affecte l’œil de maniere à produire dans l’ame la sensation de la vue. Voyez Vision.

Les philosophes scholastiques distinguent deux especes d’objets visibles, les uns propres ou adéquats, qu’il n’est pas possible de connoître par d’autres sens que par celui de la vue, & les autres communs, qui peuvent être connus par différens sens, comme par la vue, l’ouie, le toucher, &c.

Ils ajoutent que l’objet propre de la vision est de deux especes, lumiere & couleur.

Selon ces philosophes, la lumiere est l’objet formel, & la couleur l’objet matériel. Voyez Objet.

Les Cartésiens raisonnent d’une maniere beaucoup plus exacte en disant que la lumiere seule est l’objet propre de la vision, soit qu’elle vienne d’un corps lumineux à-travers un milieu transparent, soit qu’elle soit réfléchie des corps opaques sous une certaine modification nouvelle, & qu’elle en représente les images, soit enfin qu’étant réfléchie ou rompue de telle ou telle maniere, elle affecte l’œil de l’apparence de couleur.

Selon le sentiment de M. Newton, il n’y a que la couleur qui soit l’objet propre de la vue ; la couleur étant cette propriété de la lumiere par laquelle la lumiere elle-même est visible, & par laquelle les images des objets opaques se peignent sur la rétine. Voyez Lumiere & Couleur.

Aristote, de animâ, lib. II. compte cinq especes d’objets communs qui sont visibles, & que l’on regarde ordinairement comme tels dans les écoles, le mouvement, le repos, le nombre, la figure & la grandeur. D’autres soutiennent qu’il y en a neuf, qui sont compris dans les vers suivans.

Sunt objecta novem visûs communia : quantum,
Inde figura, locus, sequitur distantia, situs,
Continuumque & diseretum, motusque, quiesque.

Les philosophes de l’école sont fort partagés sur ces objets communs de la vision : il y a là-dessus deux opinions principales parmi eux. Ceux qui tiennent pour la premiere opinion disent que les objets communs visibles produisent une représentation d’eux-mêmes par quelque image particuliere, qui les fait d’abord appercevoir indépendamment des visibles propres.

Suivant la seconde opinion qui paroît plus suivie & plus naturelle que la premiere, les objets communs visibles n’ont aucune espece formelle particuliere qui les rende visibles ; les objets propres se suffisent à eux-mêmes pour se faire voir en tel ou tel endroit, situation, distance, figure, grandeur, &c. par les différentes circonstances qui les rendent sensibles au siege du sentiment.

I. La situation & le lieu des objets visibles s’apperçoivent sans aucunes especes intentionnelles qui en émanent ; cela se fait par la simple impulsion ou réflexion des rayons de lumiere qui tombent sur les objets, les rayons parviennent à la rétine, & leur impression est portée au sensorium ou au siege du sentiment.

Un objet se voit donc par les rayons qui en portent l’image à la rétine, & il se voit dans l’endroit où la faculté de voir est, pour ainsi dire, dirigée par ces rayons. Suivant ce principe, on peut rendre raison de plusieurs phénomenes remarquables de la vision.

1°. Si la distance entre deux objets visibles forme un angle insensible, les objets, quoique éloignés l’un de l’autre, paroîtront comme s’ils étoient contigus ; d’où il s’ensuit qu’un corps continu n’étant que le résultat de plusieurs corps contigus, si la distance entre plusieurs objets visibles n’est apperçue que sous des angles insensibles, tous ces différens corps ne paroîtront qu’un même corps continu. Voyez Continuité.

2°. Si l’œil est placé au-dessus d’un plan horisontal, les objets paroîtront s’élever à proportion qu’ils s’éloigneront davantage, jusqu’à ce qu’enfin ils paroissent de niveau avec l’œil. C’est la raison pourquoi ceux qui sont sur le rivage s’imaginent que la mer s’éleve à proportion qu’ils fixent leur vue à des parties de la mer plus éloignées.

3°. Si l’on place au-dessous de l’œil un nombre quelconque d’objets dans le même plan, les plus éloignés paroîtront les plus élevés ; & si ces mêmes objets sont placés au-dessus de l’œil, les plus éloignés paroîtront les plus bas.

4°. Les parties supérieures des objets qui ont une certaine hauteur, paroissent pancher ou s’incliner en avant, comme les frontispices des églises, les tours, &c. & afin que les statues qui sont au-haut des bâtimens paroissent droites, il faut qu’elles soient un peu renversées en-arriere. La raison générale de toutes ces apparences est que quand un objet est à une distance un peu considérable, nous le jugeons presque toujours plus près qu’il n’est en effet. Ainsi l’œil étant placé en A, fig. 20. au-dessous d’un plancher horisontal BC, l’extrémité C lui paroît plus proche de lui comme en D, & le plancher BC paroît incliné en BD. Il en est de même des autres cas.

II. L’ame apperçoit la distance des objets visibles, en conséquence des différentes configurations de l’œil, de la maniere dont les rayons viennent frapper cet organe, & de l’image qu’ils impriment.

Car l’œil prend une disposition différente, selon les différentes distances de l’objet, c’est-à-dire que, pour les objets éloignés, la prunelle se dilate, le crystallin s’approche de la rétine, & tout le globe de l’œil devient plus convexe : c’est le contraire pour les objets qui sont proches, la prunelle se contracte, le crystallin s’avance & l’œil s’alonge ; & il n’y a personne qui n’ait senti en regardant quelque objet fort près, que tout le globe de l’œil est alors, pour ainsi dire, dans une situation violente. Voyez Prunelle, Crystallin, &c.

On juge encore de la distance d’un objet par l’angle plus ou moins grand sous lequel on le voit, par sa représentation distincte ou confuse, par l’éclat ou la foiblesse de sa lumiere, par la rareté ou la multitude de ses rayons.

C’est pourquoi les objets qui paroissent obscurs ou confus, sont jugés aussi les plus éloignés ; & c’est un principe que suivent les Peintres, lorsqu’en représentant des figures sur le même plan, ils veulent que les unes paroissent plus éloignées que les autres. Voyez Perspective, &c.

De-là vient aussi que les chambres dont les murailles sont blanchies, paroissent plus petites ; que les champs couverts de neige ou de fleurs blanches, paroissent moins étendus que quand ils sont revêtus de verdure : que les montagnes couvertes de neige paroissent plus proches pendant la nuit : que les corps opaques paroissent plus éloignés dans les tems du crépuscule. Voyez Distance.

III. La grandeur ou l’étendue des objets visibles se connoit principalement par l’angle compris entre deux rayons tirés des deux extrémités de l’objet au centre de l’œil, cet angle étant combiné & composé, pour ainsi dire, avec la distance apparente de l’objet. Voyez Angle, Optique.

Un objet paroît d’autant plus grand, toutes choses d’ailleurs égales, qu’il est vu sous un plus grand angle : c’est-à-dire que les corps vus sous un plus grand angle paroissent plus grands, & ceux qui sont vus sous un plus petit angle, paroissent plus petits ; d’où il suit que le même objet peut paroître tantôt plus grand, tantôt plus petit, selon que sa distance à l’œil est plus petite ou plus grande : c’est ce qu’on appelle grandeur apparente.

Nous disons que pour juger de la grandeur réelle d’un objet, il faut avoir égard à la distance ; car puisqu’un objet proche peut paroître sous le même angle qu’un objet éloigné, il faut nécessairement estimer la distance ; si la distance apperçue est grande, quoique l’angle optique soit petit, on peut juger qu’un objet éloigné est grand, & réciproquement.

La grandeur des objets visibles est soumise à certaines lois démontrées par les Mathématiciens, lesquelles doivent néanmoins recevoir quelques limitations dont nous parlerons plus bas. Ces propositions sont :

1°. Que les grandeurs apparentes d’un objet éloigné sont réciproquement comme ses distances.

2°. Que les co-tangentes de la moitié des angles sous lesquels on voit un même objet, sont comme les distances ; d’où il suit qu’étant donné l’angle visuel d’un objet avec sa distance, l’on a une méthode pour déterminer la grandeur vraie ; en voici la regle : le sinus total est à la moitié de la tangente de l’angle visuel, comme la distance donnée est à la moitié de la grandeur vraie. Par la même regle, étant donnée la distance & la grandeur d’un objet, on déterminera l’angle sous lequel il est vu.

3°. Que les objets vus sous le même angle ont des grandeurs proportionnelles à leur distance.

Dans toutes ces propositions on suppose que l’objet est vu directement, c’est-à-dire que le rayon qui lui est perpendiculaire, le partage en deux également ; mais cette proposition ne doit être regardée comme vraie que quand les objets que l’on compare, sont l’un & l’autre fort éloignés, quoiqu’à des distances inégales. Ainsi le soleil, par exemple, qui est vu sous un angle de 32 minutes environ, seroit vu sous un angle d’environ 16 minutes, s’il étoit deux fois plus éloigné, & son diametre nous paroîtroit deux fois moindre. Voyez Apparent.

Lorsque les objets sont à des distances assez petites de l’œil, leur grandeur apparente n’est pas simplement proportionnelle à l’angle visuel. Un géant de six piés est vu sous le même angle à six piés de distance qu’un nain de deux piés vu à deux piés ; cependant le nain paroit beaucoup plus petit que le géant.

La corde ou la soutendante AB d’un arc quelconque de cercle (Pl. d’Optiq. fig. 51.) paroît sous le même angle dans tous les points D, C, E, G, quoique l’un de ses points soit considérablement plus près de l’objet que les autres ; & le diametre DG paroit de même grandeur dans tous les points de la circonférence du cercle. Quelque auteurs ont conclu de-là que cette figure est la forme la plus avantageuse que l’on puisse donner aux théâtres.

Si l’œil est fixe en A (fig. 52.), & que la ligne droite BC se meuve de maniere que ses extrémités tombent toujours sur la circonférence d’un cercle, cette ligne paroîtra toujours sous le même angle ; d’où il suit que l’œil étant placé dans un angle quelconque d’un poligone régulier, tous les côtés paroîtront sous le même angle.

Les grandeurs apparentes du soleil & de la lune à leur lever & à leur coucher, sont un phénomène qui a beaucoup embarrassé les philosophes modernes. Selon les lois ordinaires de la vision, ces deux astres devroient paroître d’autant plus petits, qu’ils sont plus près de l’horison ; en effet ils sont alors plus loin de l’œil, puisque leur distance de l’œil, lorsqu’ils sont à l’horison, surpasse celles où ils en seroient, s’ils se trouvoient dans le zénith d’un demi-diametre entier de la terre, & à proportion, selon qu’ils se trouvent plus près ou plus loin du zénith dans leur passage au méridien ; cependant les astres paroissent plus petits au méridien qu’à l’horison. Ptolemée, dans son almageste, liv. I. c. iij. attribue cette apparence à la réfraction que les vapeurs font subir aux rayons. Il pense que cette réfraction doit agrandir l’angle sous lequel on voit la lune à l’horison précisément comme il arrive à un objet placé dans l’air qu’on voit du fond de l’eau ; & Théon, son commentateur, explique assez clairement la cause de l’augmentation de l’angle sous lequel on voit l’objet dans ces circonstances. Mais on a découvert qu’il n’y a en effet aucune inégalité dans les angles sous lesquels on voit la lune ou le soleil à l’horison ou au méridien ; & c’est ce qui a fait imaginer à Alhazen, auteur arabe, une autre explication du même phénomène, laquelle a été depuis suivie & éclaircie ou perfectionnée par Vitellien, Kepler, Bacon & d’autres. Selon Alhazen, la vue nous représente la surface des cieux comme plate, & elle juge des étoiles, comme elle feroit d’objets visibles ordinaires qui seroient répandus sur une vaste surface plane. Or nous voyons l’astre sous le même angle dans les deux circonstances ; & en même tems appercevant de la différence dans leurs distances, parce que la voûte du ciel nous paroît applatie, nous sommes portés à juger l’astre plus grand lorsqu’il paroit le plus éloigné.

Descartes, & après lui le docteur Wallis & plusieurs autres auteurs, prétendent que quand la lune se leve ou se couche, une longue suite d’objets interposés entre nous & l’extrémité de l’horison sensible, nous la font imaginer plus éloignée que quand elle est au méridien où notre œil ne voit rien entr’elle & nous : que cette idée d’un plus grand éloignement nous fait imaginer la lune plus grande, parce que lorsqu’on voit un objet sous un certain angle, & qu’on le croit en même tems fort éloigné, on juge alors naturellement qu’il doit être fort grand pour paroître de si loin sous cet angle-là, & qu’ainsi un pur jugement de notre ame, mais nécessaire & commun à tous les hommes, nous fait voir la lune plus grande à l’horison, malgré l’image plus petite qui est peinte au fond de notre œil. Le p. Gouye attaque cette explication si ingénieuse, en assurant que plus l’horison est borné, plus la lune nous paroît grande. M. Gassendi prétend que la prunelle qui constamment est plus ouverte dans l’obscurité, l’étant davantage le matin & le soir, parce que des vapeurs plus épaisses sont alors répandues sur la terre, & que d’ailleurs les rayons qui viennent de l’horison, en traversent une plus longue suite, l’image de la lune entre dans l’œil sous un plus grand angle, & s’y peint réellement plus grande. Voyez Prunelle & Vision.

On peut répondre à cela que malgré cette dilatation de la prunelle causée par l’obscurité, si l’on regarde la lune avec un petit tuyau de papier, on la verra plus petite à l’horison. Pour trouver donc quelque autre raison d’un phénomène si singulier, le p. Gouye conjecture que quand la lune est à l’horison, le voisinage de la terre & les vapeurs plus épaisses dont cet astre est alors enveloppé à notre égard, font le même effet qu’une muraille placée derriere une colonne, qui paroît alors plus grosse que si elle étoit isolée & environnée de toutes parts d’un air éclairé ; de plus, une colonne, si elle est cannelée, paroit plus grosse que quand elle ne l’est pas, parce que les cannelures, dit-il, sont autant d’objets particuliers, qui par leur multitude donnent lieu d’imaginer que l’objet total qu’ils composent, est d’un plus grand volume. Il en est de même à-peu-près, selon cet auteur, de tous les objets répandus sur la partie de l’horison à laquelle la lune correspond quand elle en est proche ; & de-là vient qu’elle paroît beaucoup plus grande lorsqu’elle se leve derriere des arbres dont les intervalles plus serrés & plus marqués font presque la même chose sur le diametre apparent de cette planete qu’un plus grand nombre de cannelures sur le fut d’une colonne.

Le p. Malebranche explique ce phénomène à peu-près comme Descartes, excepté qu’il y joint de plus, d’après Alhazen, l’apparence de la voûte céleste que nous jugeons applatie ; ainsi, selon ce pere, nous voyons la lune plus grande à l’horison, parce que nous la jugeons plus éloignée, & nous la jugeons plus éloignée par deux raisons : 1°. à cause que la voûte du ciel nous paroît applatie, & son extrémité horisontale beaucoup plus éloignée de nous que son extrémité verticale : 2°. à cause que les objets terrestres interposés entre la lune & nous, lorsqu’elle est à l’horison, nous font juger la distance de cet astre plus grande.

Voilà le précis des principales opinions des philosophes sur ce phénomène ; il faut avouer qu’il reste encore sur chacune des difficultés à lever.

IV. La figure des objets visibles s’estime principalement par l’opinion que l’on a de la situation de leurs différentes parties.

Cette opinion, ou si l’on veut, cette connoissance de la situation des différentes parties d’un objet met l’ame en état d’appercevoir la forme d’un objet extérieur avec beaucoup plus de justesse que si elle en jugeoit par la figure de l’image de l’objet tracée dans la rétine, les images étant fort souvent elliptiques & oblongues, quand les objets qu’elles représentent, sont véritablement des cercles, des quarrés, &c.

Voici maintenant les lois de la vision par rapport aux figures des objets visibles.

1°. Si le centre de la prunelle est exactement vis-à-vis, ou dans la direction d’une ligne droite, cette ligne ne paroîtra que comme un point.

2°. Si l’œil est placé dans le plan d’une surface ; de maniere qu’il n’y ait qu’une ligne du périmetre qui puisse former son image dans la rétine, cette surface paroîtra comme une ligne.

3°. Si un corps est opposé directement à l’œil, de maniere qu’il ne puisse recevoir des rayons que d’un plan de la surface, ce corps aura l’apparence d’une surface.

4°. Un arc éloigné vu par un œil qui est dans le même plan, n’aura l’apparence que d’une ligne droite.

5°. Une sphere vue à quelque distance paroît comme un cercle.

6°. Les figures angulaires paroissent rondes dans un certain éloignement.

7°. Si l’œil regarde obliquement le centre d’une figure réguliere ou d’un cercle fort éloigné, le cercle paroitra ovale, &c.

V. On apperçoit le nombre des objets visibles, non-seulement par une ou plusieurs images qui se forment au fond de l’œil, mais encore par une certaine situation ou disposition de ces parties du cerveau d’où les nerfs optiques prennent leur origine, situation à laquelle l’ame s’est accoutumée, en faisant attention aux objets simples ou multiples.

Ainsi quand l’un des yeux ne conserve plus son juste parallelisme avec l’autre œil, comme il arrive en le pressant avec le doigt, &c. les objets paroissent doubles, &c. mais quand les yeux sont dans le parallélisme convenable, l’objet paroît unique, quoiqu’il y ait véritablement deux images dans le fond des deux yeux. De plus, un objet peut paroître double, ou même multiple, non-seulement avec les deux yeux, mais même en ne tenant qu’un seul ce l ouvert, lorsque le point commun de concours des cônes de rayons réfléchis de l’objet à l’œil n’atteint pas la rétine, ou tombe beaucoup au-delà.

VI. On apperçoit le mouvement & le repos, quand les images des objets représentés dans l’œil se meuvent ou sont en repos ; & l’ame apperçoit ces images en mouvement ou en repos, en comparant l’image en mouvement avec une autre image, par rapport à laquelle la premiere change de place, ou bien par la situation de l’œil qui change continuellement, lorsqu’il est dirigé à un objet en mouvement ; de maniere que l’ame ne juge du mouvement qu’en appercevant les images des objets dans différentes places & différentes situations : ces changemens ne peuvent même se faire sentir sans un certain intervalle de tems ; ensorte que pour s’appercevoir d’un mouvement, il est besoin d’un tems sensible. Mais on juge du repos par la perception de l’image dans le même endroit de la rétine & de la même situation pendant un tems sensible.

C’est la raison pourquoi les corps qui se meuvent excessivement vite, paroissent en repos ; ainsi, en faisant tourner très-rapidement un charbon, on apperçoit un cercle de feu continu, parce que ce mouvement s’exécute dans un tems trop court pour que l’ame puisse s’en appercevoir ; tellement que dans l’intervalle de tems nécessaire à l’ame pour juger d’un changement de situation de l’image sur la rétine, l’objet a fait son tour entier, & est revenu à sa premiere place. En un mot, l’impression que fait l’objet sur l’œil lorsqu’il est dans un certain endroit de son cercle, subsiste pendant le tems très-court que l’objet met à parcourir ce cercle, & l’objet est vu par cette raison dans tous les points du cercle à la fois.

Lois de la vision par rapport au mouvement des objets visibles. 1°. Si deux objets à des distances inégales de l’œil, mais fort grandes, s’en éloignent avec des vitesses égales, le plus éloigné paroîtra se mouvoir plus lentement ; ou si leurs vitesses sont proportionnelles à leurs distances, ils paroîtront avoir un mouvement égal.

2°. Si deux objets inégalement éloignés de l’œil, mais à de grandes distances, se meuvent dans la même direction avec des vitesses inégales, leurs vitesses apparentes seront en raison composée de la raison directe de leur vitesse vraie, & de la raison réciproque de leurs distances à l’œil.

3°. Un objet visible qui se meut avec une vitesse quelconque, paroît en repos, si l’espace décrit par cet objet dans l’intervalle d’une seconde, est imperceptible à la distance où l’œil est placé. C’est pourquoi les objets fort proches qui se meuvent très-lentement, telle que l’aiguille d’une montre, ou les objets fort éloignés qui se meuvent très-vite, comme une planete, paroissent être dans un repos parfait. On s’apperçoit à la vérité au bout d’un certain tems que ces corps se sont mus ; mais on n’apperçoit point leur mouvement.

4°. Un objet qui se meut avec un degré quelconque de vitesse, paroît en repos, si l’espace qu’il parcourt dans une seconde de tems, est à la distance de l’œil, comme 1 est à 1400, ou même comme 1 est à 1300.

5°. Si l’œil s’avance directement d’un endroit à un autre, sans que l’ame s’apperçoive de son mouvement, un objet latéral à droite ou à gauche paroîtra se mouvoir en sens contraire. C’est pour cette raison que quand on est dans un bateau en mouvement, le rivage paroît se mouvoir. Ainsi nous attribuons aux corps célestes des mouvemens qui appartiennent réellement à la terre que nous habitons, à-peu-près comme lorsqu’on se trouve sur une riviere dans un grand bateau qui se meut avec beaucoup d’uniformire & sans secousses ; on croit alors voir les rivages & tous les lieux d’alentour se mouvoir & fuir, pour ainsi dire, en sens contraire à celui dans lequel le bareau se meut, & avec une vitesse égale à celle du bateau. C’est en effet une regle générale d’optique, que quand l’œil est mu sans qu’il s’apperçoive de son mouvement, il transporte ce mouvement aux corps extérieurs, & juge qu’ils se meuvent en sens contraire, quoique ces objets soient en repos. C’est pourquoi si les anciens astronomes avoient voulu admettre le mouvement de la terre, ils se seroient épargné bien des peines pour expliquer les apparences des mouvemens célestes.

6°. Dans la même supposition, si l’œil & l’objet se meuvent tous deux sur la même ligne, mais que le mouvement de l’œil soit plus rapide que celui de l’objet, celui-ci paroîtra se mouvoir en arriere.

7°. Si deux ou plusieurs objets éloignés se meuvent avec une égale vitesse, & qu’un troisieme demeure en repos ; les objets en mouvement paroîtront fixes, & celui qui est en repos, paroîtra se mouvoir en sens contraire. Ainsi quand les nuages sont emportés rapidement, & que leurs parties paroissent toujours conserver entr’elles leur même situation, il semble que la lune va en sens contraire. Wolf & Chambers.

Horison visible, voyez Horison.

Especes visibles, voyez Especes.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « visible »

Étymologie de visible - Littré

Bourguig. voisible ; provenç. vesible, vizible ; esp. visible ; port. visivel ; ital. visibile ; du lat. visibilis, de visum, supin de videre, voir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de visible - Wiktionnaire

Du latin visibilis.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « visible »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
visible vizibl play_arrow

Citations contenant le mot « visible »

  • L’ISS passera au-dessus de la Gironde ce mardi soir à 23h35. Si le temps le permet, elle sera visible à l’œil nu depuis Bordeaux SudOuest.fr, Bordeaux : la station spatiale internationale sera visible à l’œil nu ce soir
  • Neowise est la comète la plus brillante jamais observée depuis 20 ans. Depuis le 3 juillet 2020, elle est visible dans les ciels nocturnes de l’hémisphère Nord.  Brut., Neowise, une comète visible à l’oeil nu | Brut.
  • Quelques jours après son passage au plus près du Soleil – 44 millions de kilomètres le 3 juillet –, la comète C/2020 F3 (NEOWISE) vient de faire son apparition dans le ciel de l’aube et elle est vraiment très belle et très brillante. Dans une atmosphère limpide, elle est aisément visible à l’œil nu une heure et demie avant le lever du Soleil à quelques degrés de hauteur au-dessus d’un horizon nord-est bien dégagé et on distingue sans peine sa queue de gaz, même sur un fond de ciel déjà éclairci et coloré par l’aube. Dans les jours qui viennent, cette magnifique comète sera observable à l’aube dans des conditions un peu meilleures chaque matin puis, après le 10 juillet, elle basculera progressivement dans le ciel crépusculaire du soir et devrait devenir superbe dans un ciel bien noir après le 14 juillet. Autour du Ciel, Une très belle comète est visible à l’aube – Autour du Ciel
  • La comète Neowise est toujours là, visible dans l'hémisphère nord, cheminant de la Grande Ourse vers la légendaire Chevelure de Bérénice. Encore visible à l'œil nu, elle est très belle à travers une paire de jumelles ou un instrument. Voici comment la trouver dans le ciel étoilé de l'été. Futura, Où se trouve la comète Neowise cette semaine ?
  • Cette vidéo accélérée vous propose de passer une nuit entière avec la comète C/2020 F3 (NEOWISE) qui est à présent observable aussi bien le soir en début de nuit vers le nord-nord-ouest, qu’en fin de nuit et à l’aube vers le nord-est. Les images ont été prises avec un boîtier Sony A7s et un objectif grand angle Sigma ART de 20 mm durant la nuit du 11 au 12 juillet au sommet du mont Aigoual, dans le parc national des Cévennes. Le temps de pose a varié de 1 sec à 200 ISO au crépuscule à 8 sec à 2 000 ISO en pleine nuit. Remarquez la double queue de la comète qui reste visible au-dessus de l’horizon nord même lorsque le noyau est couché. Pensez à mettre le son pour avoir l’ambiance de cette nuit estivale en pleine nature. Autour du Ciel, Une vidéo de la plus belle comète visible en France depuis plus de vingt ans – Autour du Ciel
  • À noter aussi que la comète Neowise, qui s’éloigne petit à petit de la Terre, reste visible pour quelques jours encore. , Environnement | Une pluie d'étoiles filantes visible dans le ciel français ce mercredi
  • M.Sanakoev ajoute que le rapprochement de Mercure avec l'astéroïde Vesta sera également visible à l’aide d’un télescope ou de jumelles, dans la partie nord-est du ciel, bas sur l'horizon. , Une configuration unique visible à l’œil nu: trois planètes vont approcher la Lune début août - Sputnik France
  • La comète C/2020 F3 (Neowise), particulièrement visible entre les 3 et 23 juillet, peut encore être observée. Avec des jumelles, il reste encore possible de la voir près de la Grande Ourse. Les photographies qui ont pu être prises de ce corps céleste sont remarquables, en voici quelques unes. France 3 Grand Est, Alsace : comment observer la comète Neowise, visible dans le ciel étoilé pendant quelques nuits encore
  • L’art de peindre n’est que l’art d’exprimer l’invisible par le visible. De Eugène Fromentin / Les Maîtres d’autrefois
  • La peinture est la face visible de l’iceberg de ma pensée. De Salvador Dali
  • La science remplace du visible compliqué par de l'invisible simple. De Jean Perrin
  • Ce qui est visible n'est que le reflet de ce qui est invisible. De Rabbi Abba
  • Le monde visible n’est que le miroir de la volonté. De Arthur Schopenhauer
  • Nous sommes liés de plus près à l'invisible qu'au visible. De Novalis
  • Il n'y a dans le visible que les ruines de l'esprit. De Maurice Merleau-Ponty / Le visible et l'invisible
  • Il y a le visible et l’invisible. Si vous ne filmez que le visible, c’est un téléfilm que vous faites. De Jean-Luc Godard
  • Si Dieu était visible, l'athéisme deviendrait une foi. De Robert Sabatier / Le Livre de la déraison souriante
  • Préjugé. Opinion qui se promène sans moyen visible de transport. De Ambrose Bierce / Le dictionnaire du Diable
  • La porte de l'invisible doit être visible. De René Daumal / Le mont analogue
  • Le visible ouvre nos regards sur l’invisible. De Anaxagore / Fragments
  • Le visible est à nous, le caché est à Dieu. De Proverbe arabe
  • Simplement, rendre la prison visible. De Paul Claudel
  • L’art ne reproduit pas le visible, il rend visible. De Paul Klee / Théorie de l'art moderne

Images d'illustration du mot « visible »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « visible »

Langue Traduction
Corse visibule
Basque ikusgai
Japonais 見える
Russe видимый
Portugais visível
Arabe مرئي
Chinois 可见
Allemand sichtbar
Italien visibile
Espagnol visible
Anglais visible
Source : Google Translate API

Synonymes de « visible »

Source : synonymes de visible sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « visible »



mots du mois

Mots similaires