Cher : définition de cher, chère


Cher, chère : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CHER, CHÈRE, adj. et adv.

I.− Adjectif
A.− [L'adj. épithète est le plus gén. antéposé. Il exprime un sentiment]
1. [Qualifie des êtres vivants]
a) À qui on voue une affectueuse tendresse :
1. Vous trouvez en vous-même, ma chère maman, des consolations sans nombre, mais je ne trouve en moi que vous. Mmede Staël, Lettres de jeunesse,1778, p. 6.
2. Aujourd'hui, je pense bien plus à moi, puisque je le regrette... Ô cher homme, notre amitié difficile est encore trébuchante, quel bonheur!... Colette, La Naissance du jour,1929, p. 69.
3. Une pareille infamie, un pareil ravalement des êtres chers, sacrés, vénérés, au niveau de la bête, le laissaient épouvanté et révolté, comme le spectacle d'une odieuse dégradation infligée à ses idoles. Van der Meersch, Invasion 14,1935, p. 264.
Subst. Mon cher, ma chère. Mais alors, mon excellent cher, qu'est-ce que vous fichez, depuis un mois que vous êtes ici! (Farrère, L'Homme qui assassina,1907, p. 49).
b) [Dans des formules de politesse, ou dans l'expr. de la familiarité] Cher Monsieur, chère Madame; le Cher homme. Ah! bonjour, cher monsieur! vous étiez parti, vous voici revenu? (Barrière, Capendu, Les Faux bonshommes,1856, p. 107).
2. [Qualifie des choses] À quoi on attache un grand prix, envers quoi on manifeste un attachement particulier. Ils oublieraient cette journée d'angoisse, ils retrouveraient leur chère paix, leurs chères amours (Zola, Madeleine Férat,1868, p. 76):
4. Surtout, il continuait ses chères études. Il barbouillait du papier avec frénésie, en prose, en vers, dans tous les genres. Guéhenno, Jean-Jacques,En marge des « Confessions », 1948, p. 122.
3. Expr. [Le suj. est une pers. ou une chose] Être cher (chère) à qqn :
5. La chimie, qui avait triomphé de l'antique alchimie chère à la renaissance, et qui avait semblé confirmer d'abord les interprétations d'un atomisme mécanique, fournit les premières armes aux partisans d'une unité fondamentale. Béguin, L'Âme romantique et le rêve,1939, p. 61.
6. Parmi tous les héros de la liberté et de la paix, celui-là (Luis-Carlos Prestes) est un des plus chers au peuple de France. L'Humanité,19 janv. 1952, p. 1, col. 7-8.
B.− [L'adj. est postposé ou en constr. d'attribut. Il indique une valeur marchande]
[Appliqué à un inanimé] Qui est d'un prix élevé. Le pain cher, la vie chère :
7. ... les jours sont courts, il faut allumer une lampe; l'huile est chère, le bois est cher, le pain est cher. Ô jeunesse! printemps! aube! en proie à l'hiver! Hugo, Les Contemplations,t. 2, 1856, p. 119.
P. méton. [Appliqué à une pers.] Un commerçant trop cher :
8. − Le menuisier est cher, observa le roi. − Est-ce tout? − Non, sire. − « (...) à un vitrier, pour les vitres de ladite chambre, quarante-six sols huit deniers parisis. » Hugo, Notre-Dame de Paris,1832, p. 495.
II.− Adverbe
A.− [Modifie un verbe d'estimation; ne peut être remplacé par chèrement*] Coûter cher, valoir cher :
9. ... à partir du moment où la force motrice est d'origine mécanique, il faut évidemment que le travail qu'elle commande soit exécuté par des machines. Ce machinisme coûte cher. J. Robert, L'Artis. et le secteur des métiers dans la France contemp.,1966, p. 60.
Au fig. Coûter cher. Imposer de lourds sacrifices; provoquer de graves inconvénients. Il est certain que l'impertinence de ton mari nous aura coûté cher (Mauriac, Le Nœud de vipères,1932, p. 177).
Donner cher. Accorder beaucoup :
10. ... de fait, il [l'adjudant Flick] eût cher donné pour les prendre [Fricot et Laplote] en flagrant délit... Courteline, Le Train de 8 h 47,Au chose, II, 1884, p. 235.
Loc. Ne pas valoir cher. Être peu estimable ou de peu de valeur.
B.− [Modifie un verbe désignant une transaction comm.; peut être remplacé par chèrement*] Acheter cher, vendre cher, payer cher.
Au fig. Payer cher. Obtenir au prix de lourds sacrifices, de graves inconvénients. Vendre cher. Faire subir de graves dommages, de lourds sacrifices en échange de quelque chose. Vendre cher sa peau, sa destruction :
11. ... la crise a fait retrouver à l'art sa noblesse éternelle. Elle a fait payer cher cette trouvaille aux créateurs; ... Arts et litt. dans la société contemp.,1936, p. 7605.
Loc. fam. Il me le payera cher. Je saurai me venger.
Prononc. et Orth. : [ʃ ε:ʀ]. Ds Ac. 1694-1932. Adj. neutre s'employant adverbialement après certains verbes et demeurant inv., au même titre que bas, bon, clair, court, creux, doux, droit, dru, dur, faux, ferme, fort, franc, gras, gros, haut, juste, lourd, mauvais, net, profond, sec, etc. (cf. Grev. 1964, § 378). Étymol. et Hist. 1. Fin xes. cher « aimé » (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 108); spéc. épithète, placé avant le nom dans des formules de politesse milieu xies. cher filz (Alexis, éd. Chr. Storey, 106); 2. fin xes. « précieux » chera merz (Passion, même éd., 87); 3 a) ca 1100 vendre cher [fig] (Roland, éd. J. Bédier, 1633); 1538 coûter cher (Est., s.v. constat); 1549 être cher (Est.); b) 1538 payer cher « obtenir au prix de grands sacrifices » (ibid., s.v. expiare); 1718 fig. faire payer cher « se venger d'une injure reçue » (Ac.). Du lat. class. carus adj. « cher, coûteux, précieux » et « aimé, estimé ». Fréq. abs. littér. : 18 528. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 28 793, b) 36 533; xxes. : a) 26 483, b) 18 723.
DÉR.
Chérot, adj. masc. et adv.,pop. Sa fuite en travesti lui avait coûté chérot, car Arthur avait quitté New-York les poches pleines (Cendrars, Le Lotissement du ciel,1949, p. 235).[ʃeʀo]. 1reattest. 1883 chéro « d'un prix élevé » (d'apr. Esn.), av. 1883 chérot (M[acé] ds Larch. Suppl.); de cher, suff. pop. -o*, ultérieurement assimilé à -ot* (Nyrop t. 3, & 414). Fréq. abs. littér. : 1.
BBG. − Dauzat Ling. fr. 1946, p. 152. − Gottsch. Redens. 1930, passim.Sain. Arg. 1972 [1907], p. 72.

Cher, chère : définition du Wiktionnaire

Adjectif

cher \ʃɛʁ\

  1. Qui est chéri, tendrement aimé, auquel on tient beaucoup.
    • Être cher à quelqu’un.
    • C’est une personne qui lui est extrêmement chère.
  2. Auquel on attache une grande importance.
    • C’est mon vœu le plus cher.
    • C’est ce que j’ai de plus cher au monde.
  3. Formule de politesse.
    • Cher ami, que je suis heureux de vous voir !
  4. Qui a un prix élevé ; qui est coûteux.
    • Puis, en grosses lettres, cette phrase : « Plus il y aura d'acheteurs de blé, meuniers ou négociants, plus les agriculteurs vendront le leur facilement et cher. »
      Il est hors de contestation que, si des éléments de concurrence nouveaux devaient surgir, le cultivateur y trouverait son compte.
      — (Annales de la Chambre des députés : Débats parlementaires, Paris : Imprimerie du journal officiel, 1921, p. 1002)
  5. Dont le prix est plus haut que les autres.
    • Nous, on s’esbigne en souplesse sans seulement qu'elle s'en aperçoive, la chère épicemarde, attentive qu'elle est à sa laitue peu chère qu'a tendance à faner, et dont elle arrache une feuille jaunie de temps en temps, avec une grande détresse de femme qui épluche son capital. — (Frédéric Dard, San Antonio : Sucette boulevard, éd. Fleuve Noir, 1976)
    • Il se mit à boire plus que la normale, faisant livrer des cubis de bon pinard (en quantité ça coûte moins cher) toujours en perce à la souillarde, et je me revois échapper à la tablée bruyante et discordante où il s'échauffait en parlant politique […]. — (Martin Provost, Léger, humain, pardonnable, Éditions du Seuil, 2015)

Adverbe

cher \ʃɛʁ\

  1. À un prix élevé.
    • […], ils obtenaient les profits moraux et maté­riels que procure la célébrité à tous les virtuoses, dans une société qui est habituée à payer cher ce qui l'amuse. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VII, La morale des producteurs, 1908, p.328)
    • Acheter cher. — Il vend cher sa protection.
  2. Au prix de grands sacrifices.
    • Je vendrai cher ma peau.
    • La victoire nous coûta cher.
    • Il me paiera cher cet outrage.
  3. (Figuré) Se dit pour faire entendre qu’on se vengera de quelqu’un.
    • Il me le paiera cher.
    • Je le lui ferai payer, il le paiera plus cher qu’au marché,
  4. (Figuré) Se bien défendre avant de succomber.
    • Vendre bien cher sa vie.
  5. (argot lyonnais) Trop.
    • C'est cher bien.

Nom commun

chère \ʃɛʁ\ féminin

  1. (Vieilli) Visage.
    • Voulant cacher ma honte et sa colère, Elle couvrit son front d’une meilleure chère. — (Mathurin Régnier, Élégies, IV)
  2. (Vieilli) Bon accueil, réception caressante.
    • Il ne sait quelle chère lui faire, il ne sait comment il doit le recevoir.
    • Ne sachant quelle chère me faire. — (Marquise de Sévigné, 291.)
    • À qui la mère pour ne se découvrir fait plus mauvaise chère. — (Mathurin Régnier, Satires, II)
    • S’il y avait auprès de vous une personne bien faite, qui vous fît bonne chère. — (Vincent Voiture, Lett. 187.)
    • Il [Johnson] ne faisait pas meilleure chère aux Américains qu’il souhaitait de voir pendre. Jamais patriote ne fut plus violent. — (Julien Green, Samuel Johnson, dans Suite anglaise, 1972, Le Livre de Poche, page 26)
  3. Tout ce qui regarde la quantité, la qualité, la délicatesse des mets et la manière de les apprêter.
    • […] il se dirigea vers cette auberge, […]. Il y trouva une trentaine d’archers réunis et faisant grande chère. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Et ce pauvre hère, ragaillardi lui aussi par le thé et la bonne chère, traduit alors la reconnaissance de son estomac repu par un concert qui porte la satisfaction générale à son comble. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 32)
    • Jamais encore je n’avais voyagé dans des conditions si fastueuses. En wagon spécial ou dans les meilleures autos, toujours les meilleures chambres dans les meilleurs hôtels, la chère la plus abondante et la mieux choisie. — (André Gide, Retouches à mon « Retour de l’U.R.S.S. », 1937)
    • Une bécasse, c’est chère de prince ; et c’était pour se la réserver que les chasseurs avaient obtenu l’arrêté de prohibition ! — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)

Forme d’adjectif

chère \ʃɛʁ\

  1. Féminin singulier de cher.
    • Rassurez-vous, lecteur, et vous de même, chère lectrice, ce cocher était une cochère. — (Ponchon, La Muse au cabaret, 1920, page 181)
    • Dans tous les cas, la possibilité d’utiliser de l’eau douce est capitale : rivières, canaux, sources, eaux souterraines fossiles non renouvelables, eaux salées qu’il faut désaliner, transport par conduites de pipes-lines, même par transports flottés de la glace des banquises ou des icebergs ; la désalinisation est capitale : on pense que l’osmose électrique inverse serait la moins chère, quoique certains pensent que c’est le transport des glaces. — (Comptes rendus des séances de l’Académie d’Agriculture de France, 1978)

Forme de verbe

chère \ʃɛʁ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de chérer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de chérer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de chérer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de chérer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de chérer.

Nom commun

chère \ʃɛʁ\ féminin

  1. (Vieilli) Visage.
    • Voulant cacher ma honte et sa colère, Elle couvrit son front d’une meilleure chère. — (Mathurin Régnier, Élégies, IV)
  2. (Vieilli) Bon accueil, réception caressante.
    • Il ne sait quelle chère lui faire, il ne sait comment il doit le recevoir.
    • Ne sachant quelle chère me faire. — (Marquise de Sévigné, 291.)
    • À qui la mère pour ne se découvrir fait plus mauvaise chère. — (Mathurin Régnier, Satires, II)
    • S’il y avait auprès de vous une personne bien faite, qui vous fît bonne chère. — (Vincent Voiture, Lett. 187.)
    • Il [Johnson] ne faisait pas meilleure chère aux Américains qu’il souhaitait de voir pendre. Jamais patriote ne fut plus violent. — (Julien Green, Samuel Johnson, dans Suite anglaise, 1972, Le Livre de Poche, page 26)
  3. Tout ce qui regarde la quantité, la qualité, la délicatesse des mets et la manière de les apprêter.
    • […] il se dirigea vers cette auberge, […]. Il y trouva une trentaine d’archers réunis et faisant grande chère. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Et ce pauvre hère, ragaillardi lui aussi par le thé et la bonne chère, traduit alors la reconnaissance de son estomac repu par un concert qui porte la satisfaction générale à son comble. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 32)
    • Jamais encore je n’avais voyagé dans des conditions si fastueuses. En wagon spécial ou dans les meilleures autos, toujours les meilleures chambres dans les meilleurs hôtels, la chère la plus abondante et la mieux choisie. — (André Gide, Retouches à mon « Retour de l’U.R.S.S. », 1937)
    • Une bécasse, c’est chère de prince ; et c’était pour se la réserver que les chasseurs avaient obtenu l’arrêté de prohibition ! — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)

Forme d’adjectif

chère \ʃɛʁ\

  1. Féminin singulier de cher.
    • Rassurez-vous, lecteur, et vous de même, chère lectrice, ce cocher était une cochère. — (Ponchon, La Muse au cabaret, 1920, page 181)
    • Dans tous les cas, la possibilité d’utiliser de l’eau douce est capitale : rivières, canaux, sources, eaux souterraines fossiles non renouvelables, eaux salées qu’il faut désaliner, transport par conduites de pipes-lines, même par transports flottés de la glace des banquises ou des icebergs ; la désalinisation est capitale : on pense que l’osmose électrique inverse serait la moins chère, quoique certains pensent que c’est le transport des glaces. — (Comptes rendus des séances de l’Académie d’Agriculture de France, 1978)

Forme de verbe

chère \ʃɛʁ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de chérer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de chérer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de chérer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de chérer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de chérer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Cher, chère : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHER, ÈRE. adj.
Qui est tendrement aimé, auquel on tient beaucoup. C'est une personne qui lui est extrêmement chère. C'est, de tous ses enfants, celui qui lui est le plus cher. Ses plus chers amis l'ont condamné. Sauvez une tête si chère. Je tiens ce présent d'une main qui m'est bien chère. Sa mémoire me sera toujours chère. Il n'y a personne à qui la vie ne soit chère. Un homme de bien n'a rien de plus cher que l'honneur. Négliger ses intérêts les plus chers. Perdre ses plus chères espérances. C'est mon vœu le plus cher. C'est ce que j'ai de plus cher au monde. Il s'emploie particulièrement dans certaines façons familières de parler. Mon cher monsieur. Chère madame. Mon cher ami et, simplement, Cher ami. On dit aussi, par ellipse, entre personnes qui se traitent familièrement, Mon cher, ma chère. Il signifie aussi Qui coûte beaucoup. Les belles étoffes sont toujours chères. Le blé est ordinairement plus cher à l'époque de la moisson que dans les autres temps. Il fait cher vivre dans cette ville. Chère année, Année où le blé est beaucoup plus cher qu'à l'ordinaire. Fig., Le temps est cher, les moments sont chers, Le temps presse. Hâtez-vous, les moments sont chers. Partons, le temps est cher. Il se dit encore de Celui, de celle qui vend une denrée ou exécute un travail à plus haut prix que les autres. Ce marchand-là est cher. Cette marchande est trop chère. Cet ouvrier est cher. Il se prend aussi adverbialement et signifie À haut prix. Acheter cher. Vendre cher. Cela me coûte cher. Fig., Il vend cher sa protection. J'achetai bien cher ce court moment de bonheur. La victoire nous coûta cher. Il me paiera cher cet outrage. Il me le paiera cher. Fig., Je le lui ferai payer, il le paiera plus cher qu'au marché, se dit pour faire entendre qu'on se vengera de quelqu'un dont on a reçu quelque injure. Fig., Vendre bien cher sa vie, Se bien défendre avant de succomber.

Cher, chère : définition du Littré (1872-1877)

CHER (chêr, chê-r') adj.
  • 1Auquel on est attaché par une vive affection. Un homme cher à sa famille. Vous parlerai-je de ses pertes et de la mort de ses chers enfants ? Bossuet, Marie-Thér. Hermione, seigneur, peut m'être toujours chère, Racine, Andr. I, 2. Ah ! si je vous suis cher, ma princesse, vivez, Racine, Iphig. III, 6. Je pouvais de ma mort accuser… Tout l'univers plutôt qu'une si chère main, Racine, Bérénice, IV, 5. Car de son cher tyran l'injustice fut telle…, Corneille, Sertor. I, 2. Une main qui nous fut bien chère Venge ainsi le refus d'un coup trop inhumain, Corneille, Rodog. V, 4. Je te fis après lui mon plus cher confident, Corneille, Cinna, V, 1. Contre ma douleur j'aurais senti des charmes, Quand une main si chère eût essuyé mes larmes, Corneille, Cid, III, 4.

    Il s'emploie comme expression affectueuse. Mon cher ami. Mon cher oncle. Je crains Dieu, cher Abner, et n'ai point d'autre crainte, Racine, Athal. I, 1.

    Elliptiquement et familièrement. Mon cher, ma chère. Le renard dit au loup : Notre cher, pour tous mets J'ai souvent un vieux coq ou de maigres poulets, La Fontaine, Fabl. XII, 9.

    Aujourd'hui, dans le langage très familier, on supprime même l'adjectif possessif. Bonjour, chers. Çà va bien, très chers ? Venez-vous, chers bons ?

  • 2 Par extension, à quoi on tient. Son estime m'est chère. Sa mémoire vous est chère. Et [ô Dieu !] n'ayant rien si cher que ton obéissance, Où tu le fais régner, il te fera servir, Malherbe, II, 1. Un bien que j'ai si cher, Malherbe, V, 4. [Que l'amoureux] N'aime rien que ce joug et toujours s'étudie à tenir en humeur sa chère maladie, Théoph. Sat. I. Même de vos rivaux la gloire vous est chère, Corneille, Nicom. III, 8. Ainsi puisse-t-il toujours vous être un cher entretien ; ainsi puissiez-vous profiter de ses vertus, Bossuet, Louis de Bourbon. Hélas ! loin de vouloir éviter sa colère, La plus soudaine mort me la rendra plus chère, Racine, Brit. V, 7. Et que, finissant là sa haine et nos misères, Il ne séparât point des dépouilles si chères, Racine, Andr. III, 6. Chers pleurs, Racine, Bérén. IV, 5. Et ce cher intérêt est le seul qui m'amène, Racine, Mithr. IV, 2. Ma gloire vous serait moins chère que ma vie, Racine, Iph. V, 3. Mais l'offrande à mes yeux en doit être plus chère, Racine, Phèd. II, 2. Pour moi, je tiens plus chère et plus digne d'envie Une honorable mort qu'une honteuse vie, Rotrou, Antig. III, 5. Et la plus prompte mort dans ce moment sévère Devient de leur amour la marque la plus chère, Racine, Baj. IV, 5. Lorsqu'aux dépens d'une santé qui nous est si chère…, Bossuet, Louis de Bourbon. Rendre la royauté non-seulement vénérable et sainte, mais encore aimable et chère aux peuples, Bossuet, Reine d'Anglet. Mes regrets m'étaient chers ; mais mon âme affaiblie Tombant dans les langueurs de la mélancolie…, Saint-Lambert, Saisons, hiver. À tous les cœurs bien nés que la patrie est chère ! Voltaire, Tancr. III, 1.
  • 3En parlant du temps, précieux. Vous me faites perdre un temps qui nous est cher, Molière, Impr. 1. Le temps est cher en amour comme en guerre, La Fontaine, Orais. Et ce moment si cher, madame, est consumé à louer l'ennemi dont je suis opprimé, Racine, Brit. II, 6. Soit que le temps trop cher la pressât de se rendre…, Racine, Baj. III, 4. Le temps est cher, seigneur, plus que vous ne pensez ; Tandis qu'à me répondre ici vous balancez, Mathan, près d'Athalie, étincelant de rage, Demande le signal et presse le carnage, Racine, Ath. V, 2. Allez, le temps est cher, il le faut employer, Racine, Mithr. III, 5. Les moments me sont chers ; écoutez-moi, Thésée, Racine, Phèd. V, 7. Les moments sont trop chers pour les perdre en paroles, Racine, Baj. V, 4. Il faut les secourir ; mais les heures sont chères ; Le temps vole…, Racine, Esth. I, 3.
  • 4Que l'on caresse en idée. C'est mon vœu le plus cher. C'est ma plus chère espérance. Laisse-moi mon erreur, puisqu'elle m'est si chère, Corneille, Héracl. V, 3. Je connus votre erreur ; mais que pouvais-je faire ? Je vis en même temps qu'elle vous était chère, Racine, Baj. V, 4. Cette grandeur sans borne à ses désirs si chère, Voltaire, Henr. ch. III. Et mêler des remords à mes plus chers souhaits, Molière, Don Garcie, III, 2.
  • 5Qui est d'un prix élevé. Une marchandise chère. Ce drap est fort cher. Les vins sont chers cette année.

    Substantivement. Pour me régaler du plus cher [du vin le plus cher], Au beau coin m'attend dame Jeanne, Béranger, Bedeau.

    C'est chère épice, se dit d'une chose qu'on fait trop cher.

    Qui exige une grande dépense. La vie est chère. Un voyage cher.

    Une chère année, une année pendant laquelle le blé a été beaucoup plus cher qu'à l'ordinaire. Comme il [le menu peuple] est beaucoup diminué dans ces derniers temps par la guerre, les maladies, et par la misère des chères années qui en ont fait mourir de faim un grand nombre…, Vauban, Dîme, p. 97.

    Qui vend à haut prix. Ce marchand est très cher. C'est un magasin très cher. Cet ouvrier est habile, mais il est cher. Vous pouvez voir ailleurs, messieurs ; on vous accommodera peut-être ; moi, je suis cher, je vous l'avoue, Dancourt, La maison de campagne, sc. 30.

  • 6Cher, adv. À haut prix. Vendre, acheter cher. Ces étoffes coûtent cher. On compte, avec cette masure, Un quart d'arpent, cher affermé, Béranger, Jacques.

    Il fait cher vivre dans cette ville, tout ce qui sert à l'entretien de la vie y est d'un prix élevé.

    Fig. Coûter cher, être obtenu au prix de grands sacrifices, de grandes souffrances, de grandes pertes. La victoire coûtera bien cher. Que vos plaisirs coûtent cher à ces infortunés ! Votre générosité vous a pensé coûter cher, Voiture, Lett. 23.

    Vendre cher, faire obtenir au prix de grands sacrifices. Payer cher, obtenir au prix de grands sacrifices. Il me payera cher cet outrage. C'est un ordre des dieux qui jamais ne se rompt, De nous vendre bien cher les grands biens qu'ils nous font, Corneille, Cinna, II, 1. Fais-lui payer bien cher un bonheur qu'il ignore, Racine, Brit. II, 6. Et tu peux concevoir Que je lui vendrai cher le plaisir de le voir, Racine, ib. II, 2. Vous m'avez vendu cher vos secours inhumains, Racine, Baj. V, 1. Mon père paya cher ce dangereux honneur, Racine, Mithr. I, 3.

    Vendre sa vie bien cher, la venger glorieusement avant de la perdre.

    Familièrement. Il me le payera cher, il le payera plus cher qu'au marché, cela lui coûtera cher, c'est-à-dire je le ferai repentir de ce qu'il a fait.

REMARQUE

1. Voltaire a dit : On avait vendu les vivres trop chers à ses ambassadeurs [de Pierre le Grand], Charles XI.

2. C'est une faute ; cher est ici adverbe et, par conséquent, invariable ; chers ne pourrait être adjectif que s'il se rapportait à vivres ; et le sens serait alors qu'on leur avait vendu des vivres que la délicatesse ou la rareté rendait trop chers ; or ce n'est pas le sens que Voltaire veut faire entendre.

3. Cher signifiant d'un prix élevé, se met toujours après le substantif : une marchandise chère. Il faut en excepter l'expression chère année que l'on emploie quelquefois pour dire une année pendant laquelle le blé a été beaucoup plus cher qu'à l'ordinaire

HISTORIQUE

XIe s. E li plaiez [blessé] jurra [jurera] sur saints que pur mes [moins] nel pot faire, ne pur haür [haine] si chier nel fist, Lois de Guill. 11. D'or et d'argent et de garnemenz chers, Ch. de Rol. VIII. Les douze pairs que Charles a tant chers, ib. X. Tel as occis que mout cher [je] te cuid [pense] vendre, ib. CXXII. Dreiz empereres, cher sire, si ferons, ib. CLXXIV.

XIIe s. Se je chier ne li vent, Ronc. p. 15. Guenelon sire, je vous ai forment chier, ib. p. 30. Par cui il est amez et chier tenuz, ib. p. 81. Sempres morrai, mais chier me sui vendu, ib. p. 93. Chers [riche] est li lieus, si est digne l'eglise, ib. p. 179. [Elle] comperroit [payerait] cier sa folie, Couci, III. Vous merci-je, ma douce amie chere, ib. XVIII. Li cristien rei solent saint iglise obeir ; Lais [un laïque] ne deit clerc fuler, mais chier le deit tenir, Th. le mart. 75.

XIIIe s. Pour ce que [elle] vous ressemble, assez plus chiere [je] l'ai, Berte, VII. Cotte [elle] ot d'un blanc bliaut et mantel mout très chier, ib. XI. Là n'y verrez joiel, tant soit de chere vente, Que je ne vous achete…, ib. CXI. Coveitise ne set entendre à riens qu'à l'autrui acrochier ; Coveitise a l'autrui trop cher, la Rose, 193. Chascun se fait si chier pource que il s'en welent aler en leur païs, que nous ne leur oserions donner ce que ils demandent, Joinville, 257.

XVe s. Et aussi cher avoit-il prendre la mort avec celle noble dame [Isabelle] comme autre part [qu'ailleurs], Froissart, I, I, 16. Et eut adonc en plus cher la delivrance de messire Hervey de Leon que du seigneur de Cliçon, Froissart, I, I, 212. Et se taille celle chevauchée à durer un long temps, et par ainsi vous seront cher vendus les gages que vous avez pris, Froissart, II, III, 18. [Les cardinaux] aimoient plus cher à mourir confesseurs que martirs, Froissart, II, II, 21. Il leur enchargea, si cher qu'ils le vouloient obeir, que son mignon ne fust servi d'autres choses que de pastés d'anguille, Louis XI, Nouv. X. Il aimeroit autant ou plus cher mourir que son malheureux cas fust connu, Louis XI, ib. XII. Ne vous trouvez jamais devant moi, si cher que vous aimez votre vie, Louis XI, ib. XLVIII. J'ai aussi cher [j'aime autant] de n'en faire rien, Louis XI, ib. LXXXII.

XVIe s. Elle nous vend trop cher ses denrées, Montaigne, I, 75. J'aimerois aussi cher [autant] que mon escholier eust passé le temps à jouer à la paulme, Montaigne, I, 145. On l'achete trop cher, Montaigne, I, 193. Je n'ayme pas une vertu si sauvage et si chere [coûtant si cher], Montaigne, I, 224. Les Romains auront maintenant à cher un prince doulx et aimant la justice, Amyot, Numa, 10. A ce compte un homme n'auroit cher ny l'honneur, ny la science, quand il les possederoit, de peur d'en estre privé, Amyot, Solon, 10. Ceste ville est merveilleusement chere, le vin de Chio couste dix escus, Amyot, De la tranq. d'âme, 20. Je veux reciter une histoire laquelle me fut bien chere [me coûta cher], Paré, XIII, 23. L'on ne peut faire de cher fils ou d'enfant de predilection, et faire l'un d'eux donnataire, et par-dessus cela le faire entrer en partage comme un autre, Nouv. coust. génér. t. I, p. 1193. Fille trop veue, robbe trop vestue n'est pas chere tenue, Cotgrave

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CHER. Ajoutez :
8Une chère, une précieuse, jeune femme au temps de l'hôtel de Rambouillet, et aussi une petite femme sur le retour ; ce terme d'amitié que les précieuses se prodiguaient entre elles, avait bientôt servi à les désigner elles-mêmes, Note de l'édit. Regnier, t. II, p. 145, Lett. de Sévigné. Je meurs de peur que vous ne mettiez une coiffe jaune comme une petite chère, Sévigné, 4 avril 1671.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Cher, chère : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* CHER, adj. (Gram. & Com.) terme relatif au prix d’une marchandise ; il en exprime toûjours l’excès ou réel ou d’opinion : on dit qu’une marchandise est chere, quand elle se vend à plus haut prix dans le moment qu’on n’avoit coûtume de la vendre dans un autre tems ; quand la somme d’argent qu’il faut y mettre est trop forte relativement à notre état ; quand on ne trouve presqu’aucune proportion, soit de volume, soit de qualité, &c. entre la marchandise & l’argent ou l’or qu’il en faut donner ; quand on ne remarque pas entre la qualité, la quantité, &c. de la chose achetée, & le prix dont elle a été achetée, le rapport courant. Le même mot se dit aussi du marchand, toutes les fois qu’il veut plus gagner sur sa marchandise que les autres.

Cher, (le) Géog. mod. riviere de France qui a sa source en Auvergne, & va se jetter dans la Loire au Berri.

Il y a une autre riviere de ce nom qui a sa source dans le duché de Bar, & se jette dans la Meuse.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « cher »

Étymologie de cher - Littré

Picard, cair, kier, quier ; rouchi, tier ; provenç. car ; espagn. et ital. caro ; du latin carus.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de cher - Wiktionnaire

Du latin carus, qui a déjà les deux sens « cher, coûteux, précieux » et « aimé, estimé ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « cher »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cher ʃɛr play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « cher »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cher »

  • Ouvrez vos agendas, car un événement à ne pas rater devrait arriver dans les prochains mois : la présentation de la Xbox Series S, la petite sœur moins chère et toute digitale de la Xbox Series X connue jusqu’à récemment encore sous le nom de code Lockhart. Selon une nouvelle rumeur rapportée par le site Eurogamer, la console serait donc présentée dans le courant de la saison estivale. PhonAndroid, Xbox Series S : la version moins chère et allégée de la Series X serait dévoilée en août
  • La carte graphique RTX 2070 Max-Q de Nvidia est-elle vraiment capable d’être plus rapide que la RTX 2080 Super Max-Q tout en étant moins chère ? Pas si simple… Toms Guide : actualités high-tech et logiciels, Nvidia RTX 2070 Max-Q : moins chère et plus rapide qu'une RTX 2080 Super Max-Q ? Pas si simple
  • Comme chaque semaine, MaPetiteBox propose son top hebdomadaire pour obtenir une box internet pas chère au meilleur prix. Les offres en promo de cette semaine sont disponibles chez SFR, RED by SFR, Free, Bouygues Telecom et NRJ Mobile. Chacune de ces box internet permet d'avoir accès à Internet en très haut débit selon les offres en vigueur. La Box 4G de NRJ Mobile est le seul abonnement internet en promo différent des autres, dans la mesure où il s'agit d'une offre 4G et qu'elle ne nécessite donc pas d'être raccordé en fibre optique. MaPetiteBox, Top hebdomadaire pour une box internet pas chère dès 15€/mois
  • Alors, quelle est la Renault la plus chère du catalogue actuel ? Ce n'est pas la Megane RS Trophy, dont l'addition peut grimper jusqu'à 50 600€ en version Trophy et en la dotant de toutes les options possibles. Non, c'est le Renault Espace dont la gamme démarre à 44 100€ en finition Zen sans options. Turbo.fr, Combien coûte la Renault la plus chère du catalogue ?
  • La nouvelle Fiat 500 électrique a droit à une nouvelle édition spéciale, un peu moins chère que la Prima. La 500 France Edition sera limité à 500 exemplaires, tous réservés au marché français. L'Automobile Magazine, Une Nouvelle 500 électrique France Edition 5 000 € moins chère - L'Automobile Magazine
  • Les six premiers mois de 2020 ont été marqués par une augmentation considérable du prix des smartphones haut de gamme. Xiaomi, Oppo, OnePlus… tous ont augmenté le prix de leurs appareils vedettes d'une centaine d'euros ou plus. Pour justifier ces décisions, tous blâment la 5G. En effet, le processeur Snapdragon 865 de Qualcomm couplé à son modem X55 coûterait plus cher que son prédécesseur. Même les flagship killers, comme le Realme X50 Pro ou le Poco F2 Pro, ont dépassé la barre des 500 euros.  01net, Les smartphones de 2021 devraient coûter plus cher que ceux de 2020
  • Mais les surcoûts liés au respect des distances sanitaires (sur les plateaux, dans les transports) notamment, sont réels, parfois de l’ordre de plusieurs dizaines de milliers d’euros. Tout est un peu plus long, donc un plus cher », avance Philippe Germain, le directeur de Ciclic, structure qui gère depuis plus de 20 ans le Bureau d’accueil des tournages. Une structure dont la vocation est d’encourager et d’inciter les professionnels du cinéma et de l’audiovisuel à établir leurs tournages dans la région. www.leberry.fr, Le Cher doit accueillir deux tournages cet automne - Bourges (18000)
  • Emplois fictifs : les Fillon prennent cher au tribunal Abonnés Libération.fr, Emplois fictifs : les Fillon prennent cher au tribunal - Libération
  • Le PGHM de Chamonix recherche un randonneur porté disparu depuis samedi France Bleu, Bourges : trop de relâchement dans les gestes barrières ?
  • Argent, trop cher, Trop grand. La vie n'a pas de prix. De Jean-Louis Aubert / Argent trop cher
  • Quand une femme demande à voir un article le plus cher, elle se distrait. Quand elle demande à voir un article moins cher, elle fait ses courses. De Anonyme
  • Ce n'est pas ce qui est beau qui est cher ; c'est ce qui est cher qui est beau. De Proverbe yiddish
  • La liberté a beau être gratuite, elle peut coûter cher. De Cécile Vargaftig / Fantômette se pacse
  • - Mais... mon cher ami ! - Là, là. Pas de gros mots. De Paul-Jean Toulet / Le carnet de monsieur du Paur
  • Allez, le temps est cher : il le faut employer. De Jean Racine / Mithridate
  • Mon honneur m'est plus cher que ma vie. De Miguel de Cervantès
  • L'ignorance coûte plus cher que les matériels. De Alexandre Ribeau / Revue EPI
  • Les choses nécessaires coûtent peu, les choses superflues coûtent cher. De Diogène Le Cynique
  • Les candélabres coûtent plus cher que l’enterrement. De Proverbe martiniquais
  • Bien mal acquis se revend bien moins cher. De Anonyme
  • On ne paie jamais trop cher une bonne leçon. De Proverbe
  • Tout se paie, le bien plus cher que le mal. De François Coppée
  • L’argent coûte souvent trop cher. De Ralph Waldo Emerson
  • Le meilleur marché est le plus cher. De Proverbe belge

Images d'illustration du mot « cher »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « cher »

Langue Traduction
Portugais caro
Allemand teuer
Italien caro
Espagnol querido
Anglais dear
Source : Google Translate API

Synonymes de « cher »

Source : synonymes de cher sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « cher »



mots du mois

Mots similaires